Partagez | 
 

 Vincent est mort, vous pouvez m'appeler Viral ! [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Vincent est mort, vous pouvez m'appeler Viral ! [Terminé]   Dim Nov 01, 2015 9:35 pm

Viral
"Si vous tenez à vos vies, restez loin de moi car un monstre sommeille en moi et il serait suicidaire que de tenter de le réveiller !"
Alucard || HELLSING
"Mon nom est Viral et je suis un garçon de 25 ans. Mon principal défaut est ma susceptibilité et ma qualité majeure est ma faculté d'adaptation."

  ► Prénom: Vincent / Viral
  ► Nom: RAVENCRAFT
  ► Taille: 1m75
  ► Poids: 65kg
  ► Planète d'origine: Miri aussi connue sous le nom de PX-23
  ► Groupe : Cyborg de catégorie 3, être génétiquement modifié.
  ► But :  Redevenir humain après avoir débarrassé l'univers de la pourriture qui m'a fait ça !

 
Mon apparence est quelque peu changeante alors je pense vous décrire ma forme "normale", si on peut la qualifier ainsi... Depuis peu, ma peau s'avère être pâle, mes iris ont pris une teinte cramoisie et mes dents régulières des formes pointues me conférant un sourire carnassier. Mon corps ne semble pas avoir changé en surface mais seule la personne que je recherche sait tout que qu'elle lui a fait subir... Je suis habillé d'un ensemble noir et de bottines noires. Un ensemble noir qui semble d'ailleurs composé d'un textile élastique et pouvant se retirer sous forme de bandelettes ce qui est peu commun. L'avantage qu'il a est qu'il se retire très facilement et rapidement.
Description Physique


 
Ma psyché a quelque peu pris un coup depuis que je me suis rendu compte de mon état. Aussi veuillez éviter de trop me titiller sur ma nature... Disons que depuis que j'ai réalisé ce que j'étais devenu, mon comportement a quelque peu changé.
Je suis devenu solitaire, silencieux et quelque peu réticent et agressif envers les êtres d'apparence humaine.
En outre j'ai perdu cette naïveté qui me caractérisait et ma conception de la justice n'est plus vraiment la même. Même si ce que je suis devenu m'insupporte, cela ne m'empêche pas d'en tirer parti et d'accepter la part sombre qui réside en moi.
Enfin, même si je n'affectionne pas les humains, il en est un que je haï plus que tout et qui va connaître l'enfer si jamais je lui mets la main dessus...
Description Mentale


 

PROLOGUE : UNE VIE BANALE

Le temps est éternel, il s’écoule inéluctablement emportant tout avec lui, nos souvenirs, notre vie et même nos liens qui nous raccrochent à ce monde. Et pourtant, je ne peux m’empêcher d’éprouver se sentiment, celui d’avoir été oublié par le temps. Le temps s’est arrêté pour moi à un instant clé de ma vie.

Je vis le jour dans une famille modeste sur Miri, aussi nommée PX-23 par les étrangers. Mes parents me prénommèrent Vincent, un nom tout ce qu'il y a de plus courant.

J’eus une enfance heureuse, j’étais un élève dans la moyenne, un adolescent tout ce qu’il y a de plus normal et un adulte responsable. J’avais une femme sublime, douce, attentionnée, taquine mais plutôt bornée et un travail qui me convenait. J’étais enquêteur à la SWAT et déployais toutes mes forces pour résoudre les enquêtes, identifier les criminels et les empêcher de nuire en les mettant face à la justice.

Je menais une vie douce et paisible. Je projetais de me marier avec ma douce amante qui répondait au nom de Lucie. Nous comptions devenir parents dans quelques années, une fois notre union officialisée mais appelez-le comme vous le voulez, le destin, le hasard ou la malchance en avait décidé autrement.

Une affaire de disparitions des plus étranges nous avait été confiée, des gens disparaissaient et leurs corps étaient introuvables. Mon équipe accepta l’enquête mais au bout de quelques jours, elle se fit décimer à petit feu. Les uns après les autres, tous les membres disparurent à leur tour sans laisser de traces… Je m’étais retrouvé seul et je n’eus que mon instinct pour me guider vers le ravisseur.

Notre espèce n’était pas des plus avancées au niveau technologique, nous commencions la découverte spatiale mais ne pouvions pas aller bien loin tant nos vaisseaux se trainaient. De même au niveau de l’armement, nos armes étaient suffisamment évoluées pour que nous puissions nous entretuer mais malheureusement pas assez pour faire face à l’inconnu ou à des créatures d'autres mondes. Nos traqueurs, armes dernier cri nous permettaient de mesurer le niveau de dangerosité des criminels et possédaient un régulateur automatique de leur puissance de feu en fonction de ce critère.

Après avoir pu retracer les différents points où mes compagnons avaient disparus, j’avais pu effectuer une triangularisation et prédire l’endroit de disparition de la prochaine victime. Ma traque me mena à une ruelle des plus mal fréquentées mais je ne pus retenir ma surprise quand en suivant la piste, je dus faire face à une créature monstrueuse. La bête avait une apparence humanoïde mais les orbites creusées et le visage sombre. Ses dents semblaient pourries et son corps déshydraté. Quelle était cette horreur qui venait tout juste d’empaler une jeune femme au niveau de l’abdomen et l’emportait au loin en suivant un homme étrange et mystérieux dont le visage était caché par une longue capuche.

Je pointai mon arme sur la créature, cette dernière se mit automatiquement en charge létale et lorsque je fis feu, la décharge parcouru le corps de la bête mais ne sembla pas faire effet tout de suite. Elle me chargea en une fraction de seconde et m’empala de son bras aiguisé dans un sifflement atroce. Tandis que je m’écroulai lamentablement au sol, je maintenais la gâchette enfoncée et vidait mon chargeur, c'est alors que le cumul des salves eut un effet inattendu. La créature se mit à gonfler puis explosa déversant une sorte de fluide gluant vert tout autour d’elle, totalement écœurant.

L’inconnu éclata de rire à ce spectacle, dans un ricanements sombre et teinté de malveillance puis laissa échapper un « intéressant ». Il semblait humain avec son long trench et sa capuche mais je ne pouvais m’empêcher de ressentir un frisson en le voyant. Je perdais beaucoup de sang mais refusais de mourir ainsi, j’avais une femme qui m’attendait à la maison et l’avenir nous tendait la main.

Cet homme s’approchait de moi alors que ma vue se troublait, il m’observa à travers sa capuche d’un œil exprimant la convoitise. Alors que j’allais perdre connaissance, je pu distinguer ses mots.


??? - "Hé bien hé bien ! Il semblerait que celui-là est doté d’une farouche volonté de survivre ! Je venais chercher de la matière première mais on dirait bien que j’ai trouvé la perle rare. Hé hé hé !"


CHAPITRE I : LE DÉBUT DU CAUCHEMAR

J’ignorais combien de temps s’était passé depuis ma perte de connaissance. Mais quand j’avais rouvert les yeux, j’avais aperçus des silhouettes humaines parquées dans des cages… Puis plus profondément, des pièces où des êtres hurlaient de douleur et se montraient des plus agressifs tentant de détruire leur… cellule. J’avais un très mauvais pressentiment mais affaibli j’avais perdu à nouveau connaissance. Où avais-je été amené ? Qu'allait-il me faire ? J'avais un très mauvais pressentiment...

Je me sentais sous pression, plongé dans un sommeil agité dénué de rêves. Je percevais des sons sans parvenir à les comprendre. Je me sentais comme flottant à la surface d'une mer agitée mais n'avais aucune idée de ce qu'il m'attendait.

Dans ce qui était un laboratoire, l'inconnu ricanait.


??? - "Oh oui ! Ce spécimen est des plus intéressants ! Voyons s'il se montrera à la hauteur de mes espérances et jusqu'où il évoluera."

Je sentis quelque chose se planter en moi et m'injecter quelque de chaud. Puis un sentiment de mal-être m'envahit tandis que je dormais. Rien n'y faisait je ne parvenais pas à bouger.

Ordinateur - "Gènes de l'espèce A fusionnés avec le cobaye V1R-4L avec succès. Injection des gènes de l'espèce B en cours."

Une forte douleur me fit me courber et gémir dans mon sommeil, j'étais terrifié et ne pouvais rien faire. Allais-je périr sous sa torture ?

Ordinateur - "Gènes assimilés. Ajout des virus restructurant."

Je sentis une substance lourde se répandre dans mes veines et une vive douleur me faisant hurler à la mort. J'avais l'impression que tout mon corps était pris de tremblements et de contractions.

Ordinateur - "Injection des catalyseurs."

Une autre substance me parcouru et atténua la douleur. Me demandant si j'allais périr mes pensées se raccrochaient à Lucie. Je devais vivre pour pouvoir la retrouver et m'enfuir loin de ce savant fou.

Ordinateur - "Gène sigma injecté. Assimilation complétée."

Cette torture dura une éternité à mes yeux. Puis, ce qui me sembla une vie après, cela s'arrêta. Je pensais mon calvaire terminé mais il prit une nouvelle forme.

Jour après jour, je fus jeté dans une arène contre des créatures plus hideuses les unes que les autres. Je me battu de toutes mes forces et découvris inconsciemment d'étranges pouvoirs. J'avais tué mon premier adversaire par télékinésie en déplaçant sans le vouloir des outils de dissection qui trainaient dans l'arène.

La seconde capacité à se révéler fut celle de générer des vagues d'énergie. La seconde victime finit en cendres, désintégrée à bout portant. Une seule pensée me revenait incessamment à chaque créature défaite. Qu'est-ce que c'est que ce délire!?


CHAPITRE II : L'ÉVEIL D'UN MONSTRE !

J'ignorais ce que cet homme m'avait fait et je ne désirais qu'une chose, pouvoir m'évader de cette prison et de ces combats incessants. Mais le pire restait à venir...

Les combats s'enchainaient, le scientifique semblait éprouver un malin plaisir à me pousser vers mes limites. Alors que je m'étais retrouvé contre des créatures humanoïdes à l'apparence hybride grotesque. Le combat repris, je me trouvais à présent face à une sorte d'hybride araignée, une veuve noire plus précisément. Une femme à six bras semblants être couverts d'une carapace noire, carapace qui servait aussi de bustier et le bas du corps arachnide...

Je laissais s'échapper un juron avant de me mettre en garde suivi d'un "Non mais vous êtes sérieux!? Une araignée!?". Un ricanement parvint dans la salle tandis que le combat commença.

La créature commença à pousser un cri strident, les coins de sa bouche se mirent à se fendre dans un craquement glauque et des mandibules sortirent de sa bouche humaine dans une gerbe de sang. J'avais un mauvais pressentiment... La créature se rua vers moi et commença à m'attaquer avec ses pattes, je fis une roulade et évita de me faire blesser par les membres arachnéens de l'hybride.

Une deuxième attaque suivie, je pensais me faire avoir par la vitesse du coup quand ce dernier fit un bruit étrange. J'entendis un crépitement et lorsque je concentrais mon attention, je réalisais que je m'étais entouré d'un bouclier énergétique. La créature agacée s'énerva de plus belle et porta de nombreux coups de pattes pour briser ma protection. Le bouclier céda au bout du cinquième coup et la créature au longs bras humains tenta de me porter un crochet du droit parmi ses six bras. Je tendais mon bras gauche la paume ouverte pour bloquer le coup quand soudain, quelque chose sorti du poing fermé contre ma paume et me la transperça en perçant à l'intérieur de mon bras.

Je grimaçais de douleur et sentais quelque chose s'injecter dans mon bras, mon cœur battait de plus belle, j'avais une sensation de mal-être et je n'arrivais pas à identifier ce qui s'injectait dans mon bras, du poison, de l'acide ? Je n'en avais aucune idée, c'était chaud et effrayant.

Je me sentais au plus mal, un air grave sur le visage puis sentais quelque chose bouger dans mon bras, j'étais terrorisé par les sensations que je ressentais, c'était dérangeant et douloureux. Je me sentais fiévreux, tremblotant et entrais dans une sorte de transe. Je ne comprenais pas ce qu'il m'arrivait, j'étais complètement paralysée et ne parvenais plus à réagir, mon poing était toujours fermé sur le bras ennemi qui semblait surpris par mon manque de réactivité.

C'est alors que je sentis quelque chose de bizarre dans mon bras. Mon souffle était court, haletant, ma cage thoracique se levait difficilement et je commençais à suffoquer. Était-ce l'effet du poison? Allais-je finir en tant que repas d'une araignée géante? Tandis que quelque chose changeait dans mon bras, j'entendis des craquements puis me sentais horrifié face à cette situation désespérée.

L'horreur atteignit cependant un cran de plus quand mon bras se fendit sur toute sa longueur jusqu'à la moitié de la section supérieure de mon bras dans une déchirement horrible. Mes yeux s'écarquillèrent, horrifié je poussais un cri de terreur mêlé à de la douleur au vu de la souffrance insoutenable que je venais de ressentir.

Soudain, le vêtement au niveau de mon bras sous forme de bandelettes tomba et j'aperçus sur mon épaule un œil monstrueux ouvert dont l'iris cramoisi était empli d'animosité. A ce moment, je sentis que je ne contrôlais plus mon bras et ce dernier s'entrouvrit comme une gueule avant de me tirer vers l'avant et de se refermer violemment d'un coup sec faisant hurler la femme araignée. Mon regard apeuré était focalisé sur mon bras qui ressemblait, à présent, à une gueule d'alligator. Des dents avaient poussées au niveau du déchirement et la mâchoire se mit à broyer le bras de l'ennemi en émettant des sons glauques, en se rouvrant et refermant à un rythme effrénée et brutal alors que l'arachnide poussais un cri de terreur mêlé à de la douleur et à juste titre.

L'araignée n’était pas la seule à ne pas réaliser ce qu’il se passait, moi non plus. J’étais paralysé par la peur, je me sentais défaillir et mon bras bougeait tout seul comme animé d’une volonté propre. Il était, à cet instant, en train de dévorer avec une sauvagerie impitoyable le bras de la pauvre victime. Ce dernier marqua soudainement une pause, son œil rubis observait un court instant sa proie dans les yeux la gueule fermée sur sa prise comme pour savourer cet instant, l'instant où d'un coup sec il me fit faire un pas de recul et arracha littéralement le membre de mon ennemi. Sa gueule refermée, il sembla avaler le dard et commença à l'assimiler.

Il n'y avait plus de mot pour exprimer l'état dans lequel j'étais. La peur, l'horreur, le sentiment de malaise qui m'envahissait. Tout cela mêlé à la douleur, les tremblements et les hauts le cœur qui me venaient me faisait perdre mes moyens. Mon regard s'était arrêté sur l’œil pourpre quand celui-ci bougea et me regarda droit dans les yeux. Il émit une sorte de grognement à mon encontre et à cet instant, je ne pus m'empêcher de me demander s'il n'allait pas me dévorer.

J'entrais dans un état de choc et éclatais de rire. Un rire teinté de folie, de désespoir et d'une peur si profonde que je me disais que tout cela ne pouvait pas être réel. Or, la douleur qui était bien là, me fit réaliser que tout ceci était bien réel. Mon bras redevint normal et se referma en se régénérant automatiquement. Mais... La chose était toujours là, elle faisait partie de moi et la situation périlleuse, dans laquelle je m'étais fourrée, l'avait réveillée et pas de bonne humeur...

La créature adverse s'était réfugiée au plafond dans un coin de la salle et semblait à présent m'éviter. Je regardais vers la vitre blindée en haut de la salle et m'adressait fou de rage au scientifique.


Vincent - "Bordel! Qu'est-ce que vous m'avez fait!?"

Voix - "Hé hé hé!!! Ce que j'ai fait? Tu devrais être honoré, je t'ai permis de repousser les limites de ton pitoyable corps d'humain! Tu es une expérience qui vise à repousser les limites du corps humain afin de pouvoir rivaliser avec les dieux. J'ai dû détruire ton code génétique pour le ré-assembler selon mes souhaits, tu possèdes en toi des facultés héritées de multitudes d'espèces extraterrestres. Ah ah ah !!! Je me demande jusqu'où tu iras."

Un silence s'installa dans la salle, lourd, pesant et oppressant quand le scientifique rajouta.

Voix - "Tu n'es plus celui que tu étais, je t'ai tué et tu as renaquis sous les traits de mon spécimen V1R4L. Et puis après tout, quoi de mieux pour défier un Dieu qu'un monstre parfait? AH AH AH AH!!!"

Vincent - "Vous êtes bon à interner chez les fous!!!"

À peine avais-je fini ma tirade que je ressentis une violente douleur à l'abdomen me faisant émettre un hoquet de surprise... Je retirais les bandages servant de vêtement pour mon torse et relâchais un soupir de soulagement en voyant que mon torse et mon abdomen n'avait rien.

Vincent -"Vous me prenez pour la créature de Frankenstein? Et bien vous allez goûter à sa fureur! JE VOUS LE FERAI PAYER!!! ORDURE!!! JE TE FERAI SOUFFRIR A UN TEL POINT QUE TU ME SUPPLIERA DE TE TUER!!!"

Au moment où je laissais s'exprimer ma colère, la douleur refit surface, mon torse se déforma, un œil apparu sur chacun de mes pectoraux et mon abdomen s'arrondit avant de se déchirer horizontalement au niveau du nombril. Un hurlement rauque et monstrueux en sorti et je perdis le contrôle de mon corps. Ma force se décupla et sans m'en rendre compte, la gueule qui se trouvait au niveau de mon torse avait déjà commencé à attaquer la seule autre forme de vie présente dans la pièce. La gueule géante commençait déjà à mordre au niveau de l'abdomen qui était humain de la veuve noire.

Le monstre qui résidait en moi partageait ma rage et avait dans un élan de colère arraché le buste du bas du corps arachnide de mon ennemi. Une fois détaché de ses pattes, il la mâchouilla férocement et vivement, semblant presque apprécier sa saveur. Je sentais son sang chaud couler en moi et cela faisait redoubler d'ardeur la bête...

Une fois les cris aigus de l'araignée éteints, la gueule se mit à pousser un grondement ressemblant à celui d'un dragon. Le rugissement fissura la vitre en haut de la salle et mon ventre redevint celui d'un humain. La bête était peut-être rassasiée. Dans tous les cas, je décidais de saisir cette opportunité pour accomplir ma vengeance et quittais la salle, avec les bandes qui me servaient de vêtements, en brisant la vitre.


CHAPITRE III : VENGEANCE

La situation tourna à mon avantage et le chasseur devint le chassé. Je traquais le scientifique et pouvais sentir son odeur. J'ignorais jusqu'à quel point j'avais changé mais cela m'arrangeait. S'en suivit donc une course poursuite. Bien qu'amélioré par le scientifique, ce dernier courrait vite et suffisamment pour ne pas se faire rattraper...

L'enflure avait d'ailleurs probablement quelque chose en tête, je finis par entendre une sorte d'alarme en arrivant vers la salle de contrôle. Un bouton rouge avait été pressé et des gouttes au sol indiquait le chemin emprunté par l'homme qui m'avait transformé. Cette enflure avait activé l'autodestruction du laboratoire qui par effet de conséquence avait aussi ouvert les cellules des sujets d'expérience, chose que j'aperçus sur les écrans de surveillance juste avant de reprendre la course-poursuite...

La piste me mena vers les hauteurs du laboratoire, plusieurs capsules s'éjectaient du bâtiment quand j'aperçus la dernière se refermer. Je me ruais vers celle-ci et arrivais à quelques centimètres de portée du hublot dans lequel le scientifique affichais un sourire malsain en m'observant quand elle s'éjecta.

Le décompte annonçait soudainement qu'il ne restait plus que trente secondes avant l'autodestruction. Je n'avais plus le temps de faire le chemin vers la sortie qui consistait à redescendre vers le rez de chaussée. Au sommet du laboratoire, il ne me restait plus qu'une solution. Si je voulais m'en sortir vivant, il n'y avait qu'une échappatoire. Je fis exploser le mur puis me tenais au bord du vide en réalisant que la pente était raide jusqu'au sol.

Je me disais alors que si j'avais pu modifier ma main, j'aurais pu descendre en freinant ma chute quand cette dernière se transforma en main plus imposante et griffue. J'utilisais cette nouvelle main pour freiner ma chute et arriver au milieu du chemin, la pente moins raide, je profitais de mon élan pour quitter le laboratoire depuis l'extérieur. Une centaine de mètres plus tard, le laboratoire s'effondra dans une énorme explosion.


CHAPITRE IV : UNE ÂME BRISÉE

La destruction du vaisseau laboratoire ne passa pas inaperçue et la SWAT enquêta sur l'affaire. Lorsqu'elle enquêta, elle ne trouva que les décombres d'un bâtiment en ruines mais l'installation n'était peut-être pas complètement détruites, dans les niveaux inférieurs résidait peut-être un mal qui n'avait pas encore fait surface...

J'observais les enquêteurs de loin et quand l'un de leur chien senti mon odeur et me pista. Je décidais d'éviter la confrontation pour l'instant et fuyais vers mon appartement. Les gens que je croisais m'observaient d'un regard suspicieux, j'ignorais à quoi je ressemblais mais c'est une fois arrivé devant l'appartement que je fis la rencontre de Lucie. Mes yeux s'écarquillèrent, j'étais heureux de la retrouver mais en même temps mon cœur était lourd. Je l'appelais par son prénom pour l'interpeller et elle s'arrêta à quelques mètres de moi. Prononcé avec la même intonation que je le faisais auparavant, elle m'observa incrédule pendant de longues secondes comme si elle ne me reconnaissait pas.

Je voulais m'approcher d'elle et l'enlacer mais la peur justifiée que le monstre qui sommeille en moi ne la blesse était bien plus forte.


Vincent - "Lucie... Cela faisait une éternité que j'attendais ce moment. Celui où je pourrais enfin te retrouver."

Je faisais un pas dans sa direction en tendant la main vers elle mais sa réaction me choqua. Elle fit un pas en arrière. Le ciel obscurci par de sombres nuages , il commença à pleuvoir.

Lucie - "Non! Ne vous approchez pas! J'ignore qui vous êtes mais vous ne pouvez pas être Vincent. Il est porté disparu depuis maintenant six mois et est mort."

Vincent - "Tu ne me reconnais pas? C'est moi! Je suis bien Vincent ! Vincent RAVENCRAFT! Enquêteur au SWAT! On comptait se marier après cette enquête."

La jeune femme se mit à pleurer en prononçant un "non", elle refusait de croire que c'était moi. Mon cœur était déchiré par ses réactions. Pourquoi agissait-elle ainsi ? Pourquoi me repoussait-elle ? Ma gorge se resserrait, je retenais un sanglot et pressais ma main au niveau de mon cœur. J'avais mal... Mon espoir de retrouver ma femme et de reprendre une vie normale, cet espoir même qui m'avait permis de tenir le coup et de survivre venait de s'éteindre.

C'est à ce moment que nous fûmes rejoints par le SWAT qui m'avait pisté jusqu'ici. Ils arrivaient au plus mauvais moment. Les chiens qui les avaient mené jusqu'à moi ne pouvaient s'empêcher de grogner et d'aboyer à mon encontre, comme si ces derniers pouvaient sentir le mal qui sommeillait en moi. L'un des membres du SWAT renvoya vers l'intérieur du bâtiment Lucie qui me regardait avec dégoût. Cette vision allait me poursuivre le restant de mes jours...

Je fus ensuite encerclé par les forces de l'ordre qui me sommèrent de me rendre.


Vincent - "Pourquoi devrais-je me rendre? Qu'ai-je fait de mal? Je faisais parti du SWAT! Je n'ai fait de mal à personne! C'est moi la victime! Je tentais de mettre fin aux disparitions inexpliquées et tout ce que j'ai gagné c'est de me faire torturer pendant ce qui semblait être une éternité."

Une douleur me tenaillait l'estomac tandis que les chiens aboyaient de plus belle. Les agents du SWAT semblaient rongés par le doute. Se pouvait-il que l'homme louche qui se tenait face à eux puisse être le dernier enquêteur à avoir disparu? Ils n'en étaient pas sûrs mais ils ne pouvaient s'empêcher de ressentir un sentiment de malaise en m'observant et en voyant les chiens s'agiter et devenir de plus en plus agressif à mon encontre.

Les évènements se passèrent par la suite rapidement. Les chiens échappèrent aux laisses de leurs maîtres et se ruèrent vers moi avant de se heurter à un bouclier énergétique noire que j'avais déployé inconsciemment pour me protéger. S'en suivit des gardes qui me pointèrent avec leurs traqueurs qui se mirent tous en charge létale... Effrayés par les évènements, ils perdirent leur sang froid et commencèrent à faire feu à tout va sous les cris de panique des passants qui s'enfuirent en hurlant.


Vincent - "Arrêtez de tirer! Pourquoi vous en prenez-vous à moi? Je suis Vincent RAVENCRAFT! Je suis un membre du SWAT! Argh! Arrêtez!"

La douleur m'envahit violemment tandis que mon bouclier se brisait progressivement. Je me recroquevillais en croisant les bras quand je sentis que quelque chose essayait de se glisser à travers mes bandages... C'est alors que la douleur atteignit un pic et que je décroisais les bras, des tentacules jaillirent de toutes parts depuis mon corps et transpercèrent les corps des gardes, des chiens et de tout objet se trouvant dans un rayon de cinquante mètres. Lorsque mon attention revint, j'aperçus les nombreux cadavres empalés sur mes tentacules. Effrayé, je désirais que cela s'arrête et à cette simple volonté, ils revinrent en moi.

Je baissais la tête et réalisais que je marchais dans une flaque d'eau. Mon reflet m'apparut alors depuis l'incident. Il n'était pas étonnant que personne ne me faisait confiance, je ne ressemblait plus du tout à l'homme que j'étais autrefois. Qu'avais-je fait? Pourquoi cela m'était-il arrivé à moi et qui travaillait au nom de la justice?

Tout cela était injuste! Ce soir marqua la mort de Vincent RAVENCRAFT. Un mal sans nom sommeillait en moi, se propageant tel des virus et occasionnant mort et souffrances à tout ceux se dressant sur mon chemin. Je n'étais plus que une ombre, une réminiscence de celui que j'avais été. J'étais un sujet d'expérience qui s'était enfui d'un laboratoire, j'étais le sujet V1R4L. V1r4l? Je pris la décision de transformer ce nom de sujet en nom propre, Vincent était mort, seul restait Viral.

N'ayant plus aucune attache à ce monde, je pris la route et eut quelques temps d'errances avant de me trouver nez à nez avec une des capsules qui avaient été envoyées depuis le laboratoire. Elle était vide mais opérationnelle, je m'en servis donc pour quitter Miri.

Histoire du Personnage


 
HRP
Dans la réalité je suis...
► Pseudo(s) fréquent(s): Raizen/Yasha.
  ► Tu as quel âge? 26 ans
  ► Tu nous a trouvé où ? Je suis un ancien. x)
  ► Comment tu trouve le forum? Bien !
  ► T'as un autre compte? Lequel? Yôko et son pnj Lune.
  ► T'as pas un truc à nous dire hein? Non.
  ► Code du règlement: Qui veut des pommes ?

 
Code de Frosty Blue de Never Utopia


Dernière édition par Viral le Mar Nov 17, 2015 11:43 pm, édité 13 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Vincent est mort, vous pouvez m'appeler Viral ! [Terminé]   Sam Nov 21, 2015 2:13 pm

Présentation terminée !
Revenir en haut Aller en bas
Blizzard Glacius

avatar


Masculin Messages : 995
Age : 20
Zénies : 11 306

Données du Personnage
Power Level: 11 606 124
Power Level en Kili: 0
Inventaire :

MessageSujet: Re: Vincent est mort, vous pouvez m'appeler Viral ! [Terminé]   Dim Nov 22, 2015 8:38 pm

Pour moi ça vaut un niveau 35 rang E o/

Tu es donc un cyborg de type 3 ^^

_________________
Statistiques:
 

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Vincent est mort, vous pouvez m'appeler Viral ! [Terminé]   Dim Nov 22, 2015 8:51 pm

Merci ! ^^
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Vincent est mort, vous pouvez m'appeler Viral ! [Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Vincent est mort, vous pouvez m'appeler Viral ! [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Vous pouvez pas me taper, j’ai des lunettes. || SKYLER
» Ismaël, pour vous servir !
» MR. HRM Ҩ je vous déclare maintenant mari et femme, vous pouvez actualiser vos statuts facebook.
» Salut, moi c'est Eno' ♥ Mais vous pouvez m'appeler Tic Tac (a)
» Skollrus Thegn-Anu, Vous pouvez m'appeler "Toubib".

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dragon Ball Reborn  :: Avant RP :: Naissance des Guerriers :: Validées-