Partagez | 
 

 Lune, la magicienne noire (PNJ de Yôko) [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Lune, la magicienne noire (PNJ de Yôko) [Terminé]   Jeu Oct 15, 2015 9:26 pm

Lune
Si les ténèbres s'emparaient de moi, viendrais-tu à mon secours ?
Kitsune || Hatsuraikun sur Deviantart
"Mon nom est Lune et je suis une fille de 23 ans. Mon principale défaut est que je suis très têtue et ma qualité majeure est ma détermination."


► Prénom: Lune
► Nom: Je l'ai abandonné
► Taille: 1m65
► Poids: Une femme ne révèle jamais ses secrets!
► Planète d'origine: Zelod III
► Groupe : Zélodienne
► But : Retrouver l'homme qui m'a fait une certaine promesse et la lui faire tenir.

 
Je suis une zélodienne un peu menue, de taille moyenne et aux formes harmonieuses. Mes cheveux de jais dévoilent des reflets violets sous le soleil. Ils sont mi-longs et lâchés et volent au gré du vent tandis que mes yeux bleus sont d'une profondeur ensorcelante. La pureté de mes yeux rappelle le bleu du ciel et parfois celui d'un lac pur abandonné. Je porte un kimono noir à bandes roses me seyant à merveille, fermé par une large ceinture bleue à motif à fleurs à la taille. Je porte des sandales aux pieds et sous mon kimono un sarashi me permettant de me mouvoir sans gêne. Il m'arrive de changer parfois de kimono mais celui que je porte actuellement est mon préféré.
Description Physique


 
Je suis de nature assez joueuse, mon père en a d'ailleurs fait les frais par le passé et il est rare de parvenir à garder son calme quand je m'y met vraiment. Je suis aussi capricieuse et manipulatrice. L'art de manipuler les gens provenant surtout de Nanami, qui m'a en quelque sorte élevé comme sa fille, je pense qu'elle a déteint sur moi et que j'ai hérité de sa nature manipulatrice et quelque fois aguicheuse. Mais contrairement à elle, je ne me révèle aguicheuse qu'avec certaines personnes. Enfin, je me montre parfois bornée voire très têtue et il est dur de me faire changer d'idée quand j'ai quelque chose en tête. Petit détail pour les provocateurs, gare à ceux qui me contrarieront car mes colères se révèlent explosives.
Description Mentale



 

PROLOGUE : TRAGÉDIE SOUS UNE SOMBRE LUNE

Mes parents s'étaient rencontrés il y a fort longtemps, ma mère Ayumi était une érudit qui connaissait toutes les propriétés de chaque plantes et pouvaient les utiliser pour concocter des remèdes, fleuriste une partie de la journée et herboriste de l'autre, elle utilisait son savoir pour apporter la joie et le réconfort aux autres sans se soucier d'elle-même. En plus d'être une excellente herboriste et vendeuse, elle était une magnifique jeune femme à la peau blanche comme la neige, aux yeux d'un bleu aussi clairs et purs que le ciel et à la longue chevelure brune.

Mon père, quant à lui, était un idiot incapable de saisir les sentiments d'autrui. Il était aussi un bel homme, peut-être n'avait-il que ça pour lui, féru de magie. Cet érudit passait un temps fou dans ses livres à étudier la magie et ses origines. Il s'était d'ailleurs lancé dans l'art de manier la magie noire et sa passion le dévorait... C'est à la recherche d'informations non présentes dans ses livres qu'il fit la rencontre de maman.

Cet idiot plongé dans ses pensées pendant qu'il traversait les rues en cette fin de journée heurta Ayumi qui rentrait chez elle, son stand rangé. C'est ainsi qu'ils se rencontrèrent et dès le premier regard, ils eurent le coup de foudre. Du moins, c'est ce que ma tante me raconta au sujet d'Arkan...

Ils étaient plutôt âgés quand je vins au monde et bien qu'ils vivaient une idylle, ce baka d'Arkan ne pouvait décrocher de ses recherches sur la magie noire. Et à trop chercher sa réponse dans les ténèbres de cette ancienne magie, le pire arriva. Un soir, alors que je n'avais que quatre ans mon père tua ma mère. Elle avait toujours su comment le soutirer à la possession de cette magie ancestrale et cette fois ne fit pas exception à la règle mais le sortir de cet état était de plus en plus long et ardu et cette fois là fut trop longue...

Lorsqu'il reprit le contrôle de son corps et que son esprit repris le dessus, il avait dans ses bras le corps inanimé de celle qu'il avait tant aimé. Comme beaucoup d'autres zélodiens amoureux transis, il voulut mettre fin à ses jours et rejoindre celle qu'il aimait. Et puis, à ma vue, il y renonça...

Cet idiot se lamenta durant plusieurs mois et était encore accablé de tristesse quand il m'expliqua, à mes cinq ans, qu'il allait me confier à quelqu'un de bien pour m'élever dans un cadre meilleur. Mon cœur s'était serré à la vue du regard déprimé de mon paternel, ma gorge était nouée et cela faisait mal. Je ne voulais pas... Je voulais rester avec mon papa. Et c'est en larmes que j'avais rejoint ma chambre. J'avais pleuré toute la nuit... L'esprit hanté par d'innombrables questions. Pourquoi ? Est-ce que j'avais fait quelque chose de mal ? Était-ce parce qu'il ne m'aimait pas ? Qu'avais-je fait ? Je ne voulais pas. Je voulais rester avec mon papa.

Ce n'est que beaucoup plus tard que j'avais compris ce qui avait motivé sa décision. Ce n'était pas sa passion pour la magie et les livres. Ce n'était pas parce qu'il était un idiot doublé d'un lâche. Ce n'était pas à cause de moi ou quelque chose que j'avais fait de mal. Il m'avait tant de fois dit que j'avais les yeux de ma mère et les traits aussi fins que les siens en me souriant tendrement et en prenant dans ses bras. Il m'aimait. Non j'avais compris que me voir lui rappelait à chaque fois sa défunte épouse et ravivait cette douleur qu'il me cachait tant bien que mal...

C'est parce qu'il avait besoin de temps pour se remettre qu'il avait fait ce choix et ce, au prix de ne pas pouvoir voir grandir sa fille, ni ne pouvoir la soutenir lors des moments durs. Peut-être se disait-il qu'il ne méritait plus ce bonheur, après tout, c'était bien le genre de pensées que cet abruti pouvait avoir. Je lui avais fait la tête les jours suivants. J'étais encore une enfant.

CHAPITRE I : UNE PROMESSE SOUS LE CLAIR DE LUNE

Plusieurs jours s'étaient écoulés depuis que mon père m'avait fait part de sa décision... C'est la veille de mon départ que j'eus une violente dispute avec lui et que je fis une fugue. Une forêt bordait la ville et afin qu'il se rende compte à quel oint il comptait à moi, j'avais décidé de l’inquiéter suffisamment pour qu'il revienne sur sa décision.

Cependant... Une fois enfoncée dans la forêt, je réalisais que j'avais oublié de placer des repères pour retrouver la sortie. Quelle idiote... J'avais ensuite erré longuement dans la forêt. Des heures durant j'avais tenté de trouver la sortie, en vain... Je m'étais alors arrêtée au milieu de nulle part et avais cueilli une fleur esseulée. Elle était blanche et ressemblait à une clochette, j'ignorais quelle était son nom mais j'adorais son parfum et décidais de la garder avec moi.

J'étais perdue et le doute m'envahissait par où aller ? Est-ce que j'allais ressortir vivante d'ici ? Il commençait à faire froid et je n'avais rien mangé depuis ma fuite. Papa, pourquoi veux-tu m'éloigner de toi ?

Je commençais à fondre en larmes quand j'entendis un grognement effrayant. Était-ce un chien ? Non c'était bien plus effrayant encore. Je me redressais puis fuyais à toute jambes. Sans m'en rendre compte, je m'enfonçais encore plus dans les bois. Je recherchais un abri et trouvais un arbre dont les racines ressortaient de la terre. Je me cachais instinctivement dessous et je tremblais. Mon cœur battait à toute allure, j'avais si froid et si peur. Le calme revint quelques instants et je n'osais plus bouger quand j'aperçus les pattes de la bête. Je me retenais de pousser un cri de stupeur mais elle flaira quelque chose puis me trouva.

La créature semblait affamée et s'était mise à creuser. Je poussais alors un cri horrifié, ne sachant plus quoi faire. Je ne voulais pas mourir. Pas maintenant, pas sans avoir revu mon père. C'est alors que la bête reçu un coup et se mit à gémir. Elle grogna alors en direction de quelqu'un d'autre. Je rampais pour observer de qui il pouvait s'agir.

C'était un garçon à peine plus âgé que moi, il avait à son bras un panier et avait lancé sur la sorte de loup un caillou. L'enfant ricanait. Comment pouvait-il rire dans une pareille situation ? Cette bête allait le dévorer vivant s'il ne faisait pas attention.


???? - "Ne grogne pas pour rien, idiot ! Si tu n'avais pas chassé quelqu'un de plus faible que toi, tu serais dans une autre situation !"

Ce garçon parlait au loup ? Il était vraiment bizarre... Le loup arquait ses pattes et semblait prêt à bondir quand le gamin aux cheveux argentés saisit un champignon de son panier. Qu'allait-il faire ? Il n'avait aucun moyen de se protéger et le loup était doté de crocs et de griffes acérées. C'était fichu, nous allions mourir tous les deux sous les crocs de cette bête sauvage. Que pouvait bien faire un gamin face à un animal sauvage ?

Soudain, l'animal se mit à bondir la gueule ouverte vers l'enfant. Ce dernier lui lança dans la gueule un champignon en se faisant tomber sur le flanc. Il évita de justesse les griffes et crocs de la bête tandis que cette dernière se mettait à couiner. Que lui avait-il donné à manger ? Le loup réagissait bizarrement puis s'enfuit en couinant.


???? - "Hé oui ! Ce champignon non préparé à une odeur infecte une fois en bouche et devient très collant ! Cela t'apprendra à vouloir t'en prendre à plus faible que toi !"

Je ne bougeais plus quand soudain le garçon s'accroupit et me sourit en me tendant la main. Pourquoi me souriait-il comme cela ? Et pourquoi m'avait-il sauvé ? Il était bête ou quoi ? Mon cœur fit un bond en voyant son visage s'approcher. Il me tira hors de mon trou et m'aida à me relever. Ses yeux déplissés, j'aperçus leur couleur grenat et me sentis bizarre. Il m'adressa alors la parole.

???? - "Euh... Bonjour... Est-ce que tu vas bien ? Quand j'ai entendu ton cri, j'ai de suite accouru vers toi. Mes parents m'ont dit d'être gentil avec les filles."

Lune - "Euh... Ça, ça va mieux... Merci de m'avoir sauvée."

Je rougissais devant mon sauveur.

???? - "Tant mieux ! Moi c'est Yôko et toi ?"

Lune - "Lune."

Yôko - "Lune ? Comme la fleur que tu tiens alors."

Lune - "La fleur ?"

Yôko - "Oui ! Celle-là ! C'est une fleur de lune ! Elle s'ouvre complètement les nuits de pleine lune et révèle des effets de guérison uniquement à ce moment. Maman me le disait souvent, c'est une fleur rare et qui peut guérir de bien des poisons. En plus, elle est super belle sous la pleine lune."

J'observais le jeune zélodien sans dire mot.

Yôko - "Tu ne m'as pas l'air d'ici. Est-ce que tu veux que je t'aide à sortir de la forêt."

Lune - "Je ne sais pas..."

Yôko - "Hum ? Tu ne sais pas ? Pourtant si tu restes là, d'autres vont venir pour essayer de te dévorer. Tu ne peux pas rester dans la forêt."

Lune - "Bien sûr que je ne veux pas me faire dévorer, idiot ! C'est juste que... C'est juste... Sniff..."

Cet idiot me proposait de me ramener chez moi mais je ne voulais pas car à peine revenu, je risquais de quitter pour longtemps papa. C'est alors que le garçon me caressa la tête.

Yôko - "Tu dois venir de la ville... Je te raccompagne ? Tu pourras me raconter ce qu'il y a pendant qu'on sort de la forêt, d'accord ?"

J'acquiesçais et lui expliquais lors de notre progression vers l'orée de la forêt. Le garçon me tenait la main, la sienne était si chaleureuse que je me sentais un peu gênée.

Lune - "Je me suis enfuie dans les bois parce que je ne voulais pas partir de chez moi."

Yôko - "Euh... C'est pas un peu contradict... aïe !"

J'avais collé une baffe à Yôko qui m'avait interrompu et repris.

Lune - "Ce n'est pas ça ! Écoute jusqu'au bout ! Je vis seule avec mon papa depuis la mort de maman... Et il a décidé de me confier à quelqu'un qui vit très loin d'ici ! Une personne qui va m'enseigner tout ce qu'une jeune fille doit savoir et aussi de la magie mais cela va durer des années ! Et je ne veux pas quitter papa !"

Le garçon hochait la tête et répondait du tac au tac.

Yôko - "Et pourquoi tu n'irais pas le revoir en cachette ?"

Lune - "T'es bête ou quoi ? C'est trop loin, c'est pas le genre de choses qui peuvent être faites en une nuit !"

Yôko - "Tu en as parlé à ton papa ? Tu lui as dit que tu ne voulais pas ?"

J’acquiesçais de nouveau les larmes me revenant aux yeux. C'est alors que le garçon claqua des doigts.

Yôko- "Je sais ! Et si tu venais vivre chez moi à la ferme ? C'est de l'autre côté de cette forêt. Si jamais cela devenait trop dur pour toi là où tu es, tu pourrais me rejoindre à la ferme. Je te prendrais pour épouse et tu pourrais voir ton papa autant de fois que tu le voudrais."

Je levais les yeux vers le ciel et remarquais que c'était déjà le soir et qu'il faisait pleine lune. La fleur se mit à luire au moment où Yôko m'avait fait sa déclaration. J'avais éclaté de rire et mon visage était devenu aussi rouge qu'une pivoine. Il... Il me demandait en mariage ? Je ne savais pas quoi répondre et n'eut comme réponse à lui donner qu'un mot....

Lune - "Promis ?"

Le garçon afficha alors un sourire éclatant en me répondant à l'affirmative. Sa proposition m'avait fait oublier mes soucis et je me sentais à présent capable de partir suivre ma formation loin de papa. Ce garçon avait été si gentil avec moi et il m'avait sauvé. En plus, il était un peu directe dans ses propos et maladroit mais il était plutôt mignon. Je rougissais de nouveau à ces pensées et en sachant que si je le voulais, je pouvais revenir voir Yôko et qu'il veillerait sur moi.

CHAPITRE II : FORMATION POUR JEUNES FILLES À LA MAGIE

Peu de temps après ma rencontre avec Yôko, je m'étais faite sermonnée par papa qui était dans un sacré état d'inquiétude et de stress. Son visage était grave et il semblait que ma fugue ne lui avait clairement pas plu... Je fus consignée dans ma chambre pour le reste de la nuit.

C'est le lendemain que nous reçûmes de la visite. Une jeune femme ayant quelques traits ressemblant à Arkan se joint à nous. Après l'échange des politesses, papa m'invita à aller m'occuper un peu dans ma chambre tandis qu'il allait avoir une discussion sérieuse avec sa sœur. Cela dura plusieurs minutes avant qu'il ne me convoque à nouveau à ses côtés. Il me présenta alors la jeune femme qui s'avérait être ma tante, la jeune femme avait une expression malicieuse et était assez grande et élancée tandis que ses atouts féminins me paraissaient sur-développés par rapport au reste de son corps. Je regardais sa poitrine du haut de mes soixante-dix centimètres et la trouvais vraiment énorme...

Je me demandais bien ce que comptait faire papa, c'est alors que je m'interrogeais sur les intensions de cette jeune femme qu'il interrompit le flot de mes pensées en m'expliquant qu'il allait me confier à Nanami, qui était une mage elle aussi maniant les illusions avec une dextérité inouïe et qu'elle allait m'enseigner tout ce que devait savoir une jeune fille de bonne famille. Je faisais la moue pendant qu'il achevait sa tirade.

C'est une fois qu'il eut fini que je fis part de mon avis, bien qu'il ne me l'avait pas autorisé, en rappelant que je ne voulais pas quitter la maison pour rejoindre une vieille pie malicieuse mettant trop en avant ses atouts féminins. Je reçus une baffe mémorable cette fois-là et père me rappela alors qu'il avait pris cette décision pour mon bien et que je méritais de grandir avec une présence féminine à mes côtés. Cette femme n'était pas ma mère et je ne comptais pas l'accepter comme telle.

C'est après cette altercation que je fus mis sous la tutelle de tante Nanami. Je la suivi jusque par delà les montagnes pour gagner son manoir où j'appris en compagnie d'autres filles l'art d'être une femme digne de ce nom et l'art de la magie. J'appris ainsi quelques sorts d'illusions et je pus apprendre sous la surveillance de la jeune femme l'art de la magie noire. Cela avait été très dur de la convaincre que je ne comptais pas finir mal mais que je voulais comprendre ce qui était arrivé à papa et trouver un moyen de résoudre les problèmes de corruptions de cette magie en l'étudiant.

Bien sûr tout cela ne se passa pas sous quelques jours mais sur plusieurs années. Dans les moments durs, il m'arrivait de repenser à ce gentil garçon qui m'avait fait une promesse sous le clair de lune. Cela me donnait la force de continuer, je me disais qu'une fois ma formation terminée, rien ne m'empêcherait par la suite d'aller le retrouver à sa ferme et de rester auprès de lui pour vivre en paix des bienfaits de la nature aux côtés de celui que j'aime. C'est ainsi que les années s'écoulèrent.

CHAPITRE III : UNE PROMESSE IMPOSSIBLE À TENIR ?

Ma formation terminée, j'avais quatorze ans quand j'avais regagné par mes propres moyens la ville où résidait papa. J'étais passée le saluer avant de reprendre la route à la recherche du jeune garçon que je n'avais pas oublié. Il devait avoir beaucoup changé depuis et j'avais hâte de le retrouver. Il était déjà mignon était jeune et je me demandais s'il n'était pas encore devenu plus beau en grandissant. Je rougissais à ces pensées et traversais la forêt qui me plongeait dans la nostalgie. Je cueillais une fleur de lune et la mettait dans mes cheveux avant de me retrouver de l'autre côté du bois et de faire face à une vaste étendue de champs.

Je plaçais ma main au dessus de mes yeux pour masquer le soleil et apercevais au loin une ferme, ce devait être là qu'il vivait. Le cœur en joie, je me hâtais de rejoindre la petite maison dans la prairie. Je déplissais mes vêtements avant de toquer à la porte et me raclais la gorge. À ma grande surprise, c'est un homme âgé qui m'ouvrit la porte, je m'excusais et demandais alors si Yôko habitait bien ici. La femme âgée qui était dans une pièce à côté se précipita soudainement bousculant le vieil homme qui tomba dans une plainte retenue.

Cette dernière m'invita, enfin elle me traina un peu de force, à prendre le thé avec elle. Assis à table, elle me demanda si j'étais une amie de son fils. Je rougissais un peu et lui répondais qu'on pouvait dire ça. Elle rit légèrement avant de reprendre en prenant un air grave. Elle m'expliqua que leur fils avait suivi les cours d'un noble prénommé Arkan, ce dernier leur avait annoncé la probable mort de leur fils il y a peu en précisant qu'il l'avait chassé et qu'il avait de faibles chances de survivre seul dans la nature.

La mère avait retenu un sanglot avant de reprendre et de rajouter qu'elle ne croyait pas à l'annonce qui lui avait été faite. Son petit était très débrouillard et têtu, il ne pouvait pas perdre la vie si bêtement en se retrouvant seul dans la nature. Sa foi me donnait confiance et je refusais aussi de croire à sa mort. Je remerciais les parents de Yôko et leur expliquait que je partais à sa recherche avant de les quitter.

Après cette découverte, j'avais été rendre une petite visite à Arkan et l'avait interrogé au sujet de ce garçon qu'il avait pris sous sa tutelle puis chassé. Dans un premier temps contrarié, il refusa d'en parler ajoutant que c'est comme si il était mort pour moi et qu'il n'avait jamais eu ce disciple. Je ne fis jamais part à père de la promesse que son cher disciple m'avait faite plusieurs années plus tôt et bien décidée à le trouver, j'étais parti à sa recherche. Mon père se demandant ce que je faisais, je lui répondis que je repartais explorer les villes voisines.

CHAPITRE IV : À LA RECHERCHE DE L'AMOUR PERDU

J'avais exploré pendant plusieurs années toutes les villes que j'avais pu trouver lors de mes recherches de mon fiancé. Malheureusement, je n'avais pas eu de nouvelles ou d'informations concernant un jeune homme à la chevelure argentée et doté de neuf queues arpentant les villes et répondant au nom de Yôko.

C'est alors que je passais par un village un peu éloigné que je pus entendre parler un fermier vanté les mérites d'un jeune homme correspondant à la description de Yôko. Des cheveux argentés en bataille, des yeux grenat, neuf queues et la main sur le cœur, il devait s'agir de mon homme. Je suivis sa piste pendant plusieurs mois en m'arrêtant à chaque village que je rencontrais. En poursuivant cette fameuse piste, j'étais arrivé jusqu'à la ferme de ses parents. Se pouvait-il qu'il était rentré chez lui ? J'avais toqué à leur porte et été accueilli à bras ouverts par sa mère. Cette dernière à présent marqué par les années restait une belle femme. Elle m'avait confirmé que Yôko était toujours vivant et que je l'avais loupé de peu. J'enrageais et leur demandais dans quelle direction il était parti.

Une fois cela fait, j'avais repris sa piste jusqu'en ville où je pus trouver un endroit maculé de sang. Ce dernier était séché et ne devait avoir qu'un jour ou deux. J'avais senti son odeur et repris ma recherche pour retrouver mon amant. C'est ainsi que commença mon aventure.
Histoire du Personnage


 
HRP
Dans la réalité je suis...
► Pseudo(s) fréquent(s): Raizen.
  ► Tu as quel âge? 26 ans
  ► Tu nous a trouvé où ? Je suis un ancien membre et actuellement Yôko.
  ► Comment tu trouves le forum? Bien.
  ► T'as un autre compte? Lequel? Yôko.
  ► T'as pas un truc à nous dire hein? Non.
  ► Code du règlement: Qui veut des pommes ?

 
Code de Frosty Blue de Never Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Lune, la magicienne noire (PNJ de Yôko) [Terminé]   Dim Oct 25, 2015 9:45 pm

Double poste pour informer que la présentation de mon PNJ est terminé ! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Blizzard Glacius

avatar


Masculin Messages : 991
Age : 20
Zénies : 11 306

Données du Personnage
Power Level: 11 207 640
Power Level en Kili: 0
Inventaire :

MessageSujet: Re: Lune, la magicienne noire (PNJ de Yôko) [Terminé]   Lun Oct 26, 2015 4:17 am

Avec une histoire pareil je veux bien valider le PNJ au même niveau que toi c'est à dire niveau 23 mais tu peux prendre moins si tu veux ^^

_________________
Statistiques:
 

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Lune, la magicienne noire (PNJ de Yôko) [Terminé]   Lun Oct 26, 2015 12:31 pm

Merci Blizzard !

Je pense prendre Lune un petit peu moins forte que mon perso principal, 95% de mon niveau devrait suffire. (= Level 21 et 85 points Z) Smile
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Lune, la magicienne noire (PNJ de Yôko) [Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Lune, la magicienne noire (PNJ de Yôko) [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Hurler à la lune pour trouver qui je suis - Hayley Marshall [Terminé]
» Pratiquant la magie au clair de lune...
» Hécate♠Déesse de la Magie, de la Lune et de l'Ombre
» L'elfe noire Feriel
» Canada- Ségrégation raciale: Débat pour l’ouverture d’une école noire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dragon Ball Reborn  :: Avant RP :: Naissance des Guerriers :: Validées-