Partagez | 
 

 Un dragon n'est PAS un lézard géant [Varu - Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Un dragon n'est PAS un lézard géant [Varu - Terminé]   Jeu Mai 28, 2015 3:09 pm



Fiche de Présentation de VARU



Informations
► Prénom : Varu
► Nom : /
► Age : 0 années
► Sexe : hermaphrodites/apparence homme
► Race : Cyborg de classe 3
► Planète D'origine : Beeyos
► Rang et Niveau souhaité (facultatif) : Je dirais E, mais vous verrez selon mon niveau ^^
► Comment avez vous découvert le forum ? : Recherche google
► Code du règlement : Des Cupcakes nutella-banane, ca vous va? o/
► Votre avis sur le forum ? : Le plus cool que j'ai trouvé sur ce theme o/



Caractère
Etrange cyborg. Alors que ses confrères sont souvent façonné de manière à suivre un objectif bien précis sous peine d'écarter toute menace par la force, Varu ne s'y intéresse pas. Ne connaissant pas ses limites, il a la facheuse tendance à agresser tout ce qui bouge dans le but de se trouver. Les scientifiques n'ayant pas réussi à lui donner une personnalité, notre cyborg garde un calme impassible et un regard perçant. Il ne parle pas. Il n'est pas muet, mais que dire lorsqu'on est constamment submergé de questions sur soi même? C'est à travers certain combats que Varu arrive à déceler la réponse à certaines question. En bref, il n'a pas de caractère, du moins pas suffisamment pour "être".

Cependant, il peut réagir parfois étrangement en présence de certaines choses. Par exemple, il ne résiste absolument pas aux sucreries. Il suffit de lui tendre une sucette pour que ce dernier la prenne avant de s'envoler la manger plus loin, pour venir vous attaquer après, comme s'il ne s'était rien passé, juste parce qu'il a senti que la personne était forte.

Varus réagit également à certaines odeurs. Par exemple, il va être attiré par l'odeur de brûlé ou par celle de la nourriture. En revanche, il va prendre la fuite dès lors qu'il sentira certaines odeurs "piquantes" comme du poivre ou certains épices. Naturellement, son nez est agressé à partir du moment ou quelque chose sent mauvais.

Enfin bref, Varu est encore très primaire malgré ses connaissances, et réagit beaucoup par instinct.

Physique
De la taille d'un humain moyen, Varu dispose d'un corps sec à l'apparence moyennement musclée. Sa peau d'un rouge sombre parsemé d'écailles claires lui donne toutefois un air solide. Son visage froid maintient une coupe de cheveux hérissée vers l'arrière d'une blondeur en contraste avec son épiderme. Une paire de corne de la même couleur que les écailles qui forment comme un casque autour de sa tête et sur le dessus de son nez de taille normale, ainsi que deux petites cornes noires au dessus du front lui donne un côté menaçant, appuyé par des yeux jaunes et perçant dont les cernes se marquent d'un noir bien visible.

Son organisme interne ressemble a celui d'un humain. Cependant, on peut remarquer sa colonne entièrement robotisée, reliant un plug se situant dans sa nuque, sur lequel on ne peut se brancher qu'avec un certain cable venant de la planete Beeyos. De ce fait, il a dorénavant une utilité purement cosmétique.

Jusqu'à maintenant, il n'a jamais porté d'autre chose que les vêtements qu'il à trouvé dans la soute du vaisseau sur Beeyos. En raison de son caractère incomplet, il n'a pas vraiment de goût vestimentaire particulier, si l'on écarte le fait que ses vêtements actuels lui conviennent parfaitement pour se battre.



Histoire
Le tonnère gronde. Des nuages chargés perpetuels recouvrent la planète aride aux allures désertiques aux roches grisâtres. Le bruit éclatant de la foudre se mêle avec le murmure agressif d'un vent de tempête, le tout dans une ambiance életrisante. Pourtant, une forme de vie habituée à ces conditions de vies s'y trouvait : les Beets.

à mi-chemin entre des robots et des démons, ce peuple pacifique vivait sous terre, dans des galeries creusées au plus profond de la couche terrestre, la où ils pouvaient s'adonner à des expériences scientifiques parfois extrêmement malsaines principalement basées sur une seule chose : créer la vie.

Pourtant, l'un d'entre eux se trouvait avoir un coeur noble, et était rejeté de tous. Ce jeune garçon se prénommait Vintoz. Jeune prodige, il était réputé pour être la honte de leur espèce. Alors que les chercheurs s'efforcaient de concevoir des esclave difformes et stupides, ce dernier façonnait de petites créatures faites de chair artificielle et de métal. Ca n'était pas  bien grandiose, mais on lui refusait l'accès à un laboratoire. Alors il faisait de son mieux pour faire sans. Malgré cela, il avait un plan en tête.

Vintoz était le fils du vieux Youniks. Ce dernier ayant rejoint ses ancêtres, il était un chef honorable dont la philosophie dépassait de loin les frontières du bien et du mal, et savait se faire respecter sans être aussi infâme que son peuple. Vintoz l'admirait. Beaucoup trop. A un tel point qu'il se mit à travailler sur un plan de conception d'un cyborg dont l'intelligence et la philosophie, tout autant que sa férocité, inspirerais le respect et lui permettrait de façonner paisiblement ses créatures. Cependant, il voulait que ce dernier puisse se démarquer, quelque soit la façon...

Vintoz grandit, le nez dans ses plans, ses petites créations parsemant son antre de plus en plus bordélique. Son idée était simple : S'il ne pouvait pas accéder à un labo, il allait s'en façonner un. Cependant, il lui manquait une pièce maîtresse, qu'il chercha pendant plusieurs années sans réussir à en obtenir une suffisamment grand, résistante, et surtout disponible à la récupération. Cette piece maîtresse était une sorte de longue cuve, dans laquelle les cellules de sa petite créature faite à partir d'un simple morceau de métal sur lequel l'ADN de son ancêtre serait entreposée pour pouvoir se développer à la suite de ses expériences.

Mais heureusement, Vintoz avait des amis. Du moins, il étaient bien étranges. Ils ressemblaient aux autres Beets, mesquins et irritants, mais ils avaient accepté de l'aider, dans un élan de curiosité propre à cette race de démon-machines. Ces derniers, lassés de voir Vintoz galérer, lui dégotèrent une cuve d'une manière quelque peu frauduleuse. C'est ainsi que les expériences commencèrent, une fois toutes les installations et tout les tests effetués.

Une année s'écoula. le jeune scientifique voulait que sa créature soit parfaite. Il était fier du résultat corporel. Il inspirait la crainte, mais possédait un visage a l'allure douce, malgré les cornes et les morceaux de cuirasse metalliques qui parsemaient son corps et sa peau d'un rouge sang seché. C'était une erreur dans ses variables, mais rien de méchant. Il l'appela alors Varu. Mais alors qu'il voulait retirer ces surplus pour parfaire sa création avant de travailler plus en profondeur sur son mental, les fonctions principales, l'instinct, la parole et la réflexion étant déjà installés, en plus de l'émotion et les sentiments qui n'étaient pas encore configurés et du protocole de combat. Mais il n'eut pas même le temps de se préparer a sortir ses "deux amis" débarquèrent. Avec eux, une horde de Beets, tous arborant un sourire mauvais en direction de Vintoz qui n'eut pas de mal à comprendre ce qui se passait : une trahison.

Mais alors qu'il fut attrapé et ligoté, il vit tout ce monde saccager son labo sans scrupule. Le labo était en train de prendre feu lorsque le court circuit provoqué par l'incendit fit sortir Varu de sa cuve, le débranchant du cable relié à sa nuque avec brutalité. Cela aurait dut le tuer, mais...

La créature ouvrit les yeux et la première chose qu'il vit fut les flammes l'approcher. D'instinct, et possédant de bons réflexes de survie grâce à cela, il recula et commença à courir vers l'extérieur du labo, entre les murs d'une couleur rocheuse claire, poursuivit par la bande de brute l'ayant libéré, laissant ce pauvre Vintoz épuisé sous les flammes. Ils courèrent pendant un bon moment, mais la course ne dura pas longtemps lorsque Varu se retrouva dans un cul de sac. Encore une fois, l'instinct fut plus fort que la réfléxion, et sans un mot, il inspira enormément, son ventre gonflant légèrement, alors que les beets s'approchaient de lui, se sentant supérieur de par leurs corps visiblement robotisé face à une créature venant à peine de naître dont la nudité ne faisait plus aucun doute.

Varu souffla toute l'air qu'il avait rassemblé dans un brasier ardent qui illumina fortement les galeries souterraines de sa lumière, mais aussi des hurlements de ses victimes dont la chair comme les parties de cyborg fondaient sous la chaleur incandescente de son attaque. Puis, il continua sa course en direction d'un spatioport. L'avantage qu'avait Varu, c'est que sa mémoire pouvait associer chaque mot avec quelque chose. Et Vintoz avait eut la bonne idée de lui incorporer la parole, et donc de lui permettre de reconnaître le lieu vers lequel il se dirigeait.

Discrètement, notre cyborg se faufila dans l'une des soutes, caché dans un container ressemblant à une soucoupe, dans l'espoir de s'eloigner loin de cette planete, laissant derrière lui la panique, et son défunt créateur pour qui il ne ressentait rien. Mais c'était dans un piège involontaire que Varu s'était caché. Le vaisseau avait pour objectif de jeter les vieilles machines dans l'espaces, afin qu'ils puissent dériver jusqu'à devenir poussière en entrant dans une atmosphere quelconque. Mais aussi vieille soit-elle, cette dernière se déclencha. Varu senti ses paupières s'alourdir, son corps devenir froid, jusqu'à ce que le sommeil le gagne. Une ancienne technologie de cryogénisation.

Lorsqu'il fut jeté de la soute, il dériva dans l'espace pendantde très très longues années, la vitesse d'expulsion du vaisseau l'ayant projeté suffisamment fort pour voyager loin, avant de croiser la route d'une planee bien spécifique : la Terre. la machine cryogénisante s'y écrasa, au beau milieu d'une forêt encore vierge, evitant la désintégration grace au froit présent dans la machine. Il resta la, dans la machine a moitié détruite, mais bel et bien en vie, n'attendant qu'une chose : être sorti de la.



© By A-Lice sur Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un dragon n'est PAS un lézard géant [Varu - Terminé]   Sam Mai 30, 2015 5:19 pm

C'est fini par ici ! ~Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Blizzard Glacius

avatar


Masculin Messages : 995
Age : 20
Zénies : 11 306

Données du Personnage
Power Level: 11 606 124
Power Level en Kili: 0
Inventaire :

MessageSujet: Re: Un dragon n'est PAS un lézard géant [Varu - Terminé]   Dim Mai 31, 2015 12:26 pm

Je dirai que ça mérite un niveau 15 rang F

_________________
Statistiques:
 

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un dragon n'est PAS un lézard géant [Varu - Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Un dragon n'est PAS un lézard géant [Varu - Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Mushu ~ Dragon dragon, y'a pas de lézard, on parle pas la même langue {100%}
» Mu Shu ♞ Dragon ! Dragon, y a pas d’lézard, nous ne parlons pas la même langue !
» How train your dragon
» Monture sang-froid et homme lézard
» [Jeu Vidéo]Dragon Age Origin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dragon Ball Reborn  :: Avant RP :: Naissance des Guerriers :: Validées-