Partagez | 
 

 Le début de mon aventure.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité




MessageSujet: Le début de mon aventure.    Lun Sep 08, 2014 3:58 am

Premier jour en terre inconnue

J’avais suivis pendant un moment le vieil homme que j’avais rencontré dès mon arrivé dans ce nouveau monde. Malgré son accueille étrange, celui-ci c’était démontré comme étant des plus sympathiques. Il m’avait raconté qu’il avait été jadis un guerrier fier et reconnu d’un royaume lointain de son monde et qu’il avait décidé en sentant approché l’ombre de la vieillesse, de s’exiler en ermite afin de passer ses derniers jours en harmonie avec la nature. J’étais à la fois impressionné par cet homme aux sages paroles et soulagée d’avoir pu rencontrer quelqu’un d’aimable qui était prêt à m’aider. Pendant toute l’heure que dura la marche qui nous mènerait là où vivais l’ermite, je ne pus m’empêcher de lui poser tout plein de questions. L’une d’entre elle vint demander pourquoi il m’avait abordé un peu plus tôt en m’annonçant que je venais des étoiles. Ce dernier me répondit d’une légende de son monde que j’écoutai avec attention.

« Il y a de très nombreuses années, notre monde tomba en prise avec une catastrophe qui aurait bien pu causer notre perte. De nombreux volcans qui étaient restés très longtemps endormis dans un sommeil de pierre se réveillèrent brusquement. Partout, il y eut des tremblements de terre destructeurs et les forêts brulaient sous les cendres chaudes des montagnes de feux. Nous aurions survécu à cela, c’est un désastre certes, mais c’est aussi quelque chose de commun. Le véritable cataclysme est né dans l’épais nuage de fumée que les volcans avaient créé. Ce nuage à complètement caché le soleil pendant des mois et notre monde est entré dans un air de noirceur. Les plantes se sont mises à dépérir et la vie aurait disparue de notre monde si nous n’avions pas reçus de l’aide. »

L’histoire du vieil homme était palpitante et je n’en manquais pas un bout. Alors que nous marchions nous avons quitté la forêt pour escalader la montagne où résidait l’ancien guerrier. Celle-ci était plutôt escarpé et l’ermite me proposa de monter sur son dos afin d’éviter que je me fatigue. Je refusai poliment, étant habitué de me promener en forêt, cette promenade ne me dérangeais nullement. Il était même chose intéressante de pouvoir admirer un paysage différent de celui auquel j’avais été habitué. Je laissai ainsi l’ermite continuer son histoire alors que nous entamions l’ascension.

« Des êtres sont alors descendues du ciel et on éclaircie le ciel qui depuis trop longtemps était caché. Ils nous ont ensuite aidé à rebâtir notre civilisation. À leur départ, ils ont laissé ces cercles de pierres afin de pouvoir communiquer avec nous. Quand tu es apparue, j’ai bien vue que tu étais une enfant, mais ton peuple nous à sauver il y a longtemps et aujourd’hui, même si nous n’avons reçus aucun visiteur depuis des centaines d’années nous lui sommes reconnaissant. »

Je me sentis soudainement fière de ma race. Ma grand-mère ne m’avait jamais raconté cette histoire, mais sauver tous ces gens n’était pas un simple exploit. Je repensai alors au sort peu glorieux qu’allait subir les miens entre les mains du maître de l’être mystérieux qui m’avait attaqué. Une boule se forma dans ma gorge, j’avais survécu par miracle alors que ma famille c’était sans doute fait décimée. Je ne pouvais pas les venger, je n’étais pas suffisamment forte et au fond de moi, je savais que je ne voulais pas réellement les venger non plus. Il y avait des êtres qui étaient prêts à tuer pour arriver à leurs fins et je ne pouvais rien y faire. Seulement espérer de pouvoir revoir une partie de ma famille quand je serai retourné dans mon monde. Nous arrivâmes alors au sommet de la montagne et ce que je vue me sortit de mes pensées me laissant sentir la joie remonter en moi.

« Oh, mais qu’est-ce que c’est beau! Vous êtes vraiment chanceux de vivre ici. Ça doit être encore plus magnifique le matin quand le soleil se lève et le soir quand il s’endort. »

Du haut de la montagne, nous pouvions admirer des kilomètres et des kilomètres de forêt. Je pouvais facilement apercevoir plusieurs lacs dont l’eau se montrait d’un beau bleu claire sous le ciel ensoleillé. Plus loin encore j’apercevais d’autres montagnes qui se dressaient au-dessus de la verdure tout comme celle sur laquelle je me trouvais. Je m’éloignai du sentier afin de pouvoir admirer le paysage sous un autre angle. Le vent souffla dans mes cheveux les laissant voler au-dessus de mes épaules un instant. Je me retourna vers l’ermite qui m’avait mené juste ici, celui-ci me regardait profité du paysage et s’était rapproché d’une petite maison. Cette dernière étais fait de bois rond et possédait trois fenêtre alignées en direction d’où le soleil envoyait le plus grand nombre de ses rayons de lumière. Une petite cheminée ce tenait sur son toit. Je rejoins rapidement le vieil homme lui faisant part de mon enthousiasme. Celui-ci fut content et m’invita à rentrer chez lui.

« Je suis content que mon lieu de vie te plaise, enfant des étoiles. Il se fait longtemps que je n’ai pas reçu personne chez moi. Tu peux entrer et faire comme chez toi, je vais aller chercher du bois et quelque chose à manger. »

Je regardai le vieil homme se diriger vers une petite cabane à l’écart de la maison. Celle-ci semblait enterrée dans le sol de presque deux mètres et n’avait aucune fenêtre. J’entrai alors dans la maison de mon hôte le laissant à sa besogne. Celle-ci était finalement plutôt jolie. Pas très meublé certes, elle disposait toutefois d’une petite table d’une cheminée et de quelques bibelots. Un lit se tenait tous prêt de la cheminée, la température devant sans doute descendre fortement à certain moment de l’année. L’ancien guerrier entra alors dans la maison, portant quelques morceaux de bois ainsi que deux oiseaux de tailles acceptables aux plumes grisâtres qui allaient sans doute nous servir de repas. Je me proposai rapidement afin de l’aider à cuisiner et il accepta avec joie. Suite à cela nous nous assîmes tranquillement pour avaler ce que nous avions préparé. Je trouvai la viande légèrement sec, mais les quelques légumes que nous y avions rajouté suffirent à en faire un repas intéressant. Le soleil se coucha alors et je commençai à m’endormir sur place. L’ermite m’emmena alors au grenier où il me prépara rapidement un lit de fortune, suite à un échange de bonne-nuit sincère avec celui qui m’avait trouvé, je m’endormis paisiblement pour terminer ce premier jour dans un monde nouveau.
Revenir en haut Aller en bas
Invité




MessageSujet: Re: Le début de mon aventure.    Jeu Sep 11, 2014 3:01 am

L'ermite Garluf

Durant mon sommeil, de drôle de rêves se profilèrent. Ils ne s’agissaient pas de cauchemars, mais bien de songes des plus agréables malgré leurs auras teinté de mystères. Je flottais doucement dans un lieu éclairé d’une douce lumière. Des nuages aux couleurs diverses filaient rapidement en dessous de moi. Après un moment bercé dans la lumière et cet univers céleste l’étendue de stratus et de cumulus qui voguaient sous mes pieds se dissipa lentement et je pus commencer à apercevoir un monde différent. Presque tous de ce monde était de noir et de gris. Telles des rivières de décomposition, des tonnes de goudron formaient les fleuves de cet étrange pays que je survolai. Partout gisaient les carcasses métalliques de ce qui jadis avaient sans doute jadis étés les habitations de ce lieu étrange. Je pouvais clairement remarquer en contre-bas la présence de nombreuses créatures sombres aux formes et apparences diverses. Celles-ci gardaient tous de fois deux aspects en particulier. Le premier était leurs allures sombres, mécaniques et pollués et le second leur façon de roder éternellement, surement à la recherche d’une proie à dévorer. Malgré l’aspect horrifique que pouvait avoir ce lieu, je n’en étais nullement effrayé. J’étais bien au-dessus de ce lieu de corruption à flotter à l’intérieur de mes nuages de lumière pour réellement m’inquiéter de ce qui grouillait dans ce monde sous moi. Je volai encore un moment admirant à la fois le ciel multicolore au-dessus de moi et l’univers décharné et monochrome à mes pieds tel un paradoxe de l’univers, avant d’arriver à ce qui semblait être ma destination. Devant moi une immense tour ce dressait reliant la terre et les cieux. Je m’approchai d’un promontoire que je repérai afin de tenter d’y pénétrer, mais au moment où j’étais pour y atterrir, je fus aspirée hors de mon rêve.    

Je me réveillai dans la chambre de fortune que l’ermite m’avait préparé le soir précédent. La lumière pénétrait par les fentes du plafond éclairant la petite pièce. Ne possédant rien pour me changer j’avais décidé de dormir habillé et cela me permit d’être rapidement debout et prête pour une nouvelle journée. Je descendis sans bruit les escaliers pour me rendre compte que le vieil homme était déjà réveillé et avait commencé à préparer le premier repas de la journée. Contente de le voir, je lui souhaitai un bon matin.    

« Bonjour monsieur, je vous remercie pour votre hospitalité, j’ai très bien dormi. Au fait, je ne vous l’ai pas demandé plus tôt, mais quel est votre nom? Moi je me prénomme Taratra, mais vous pouvez aussi m’appeler Tara si vous voulez. »

Le vieil homme sembla heureux que je lui pose cette question et vint me rejoindre à table en apportant le repas. Il avait cuisiné un ragout avec les restants de la volaille d’hier soir et me le servie avec du pain. Je me mis rapidement à manger tous en écoutant la réponse de l’ermite.

« Je me nommes Garluf. Il y a longtemps quand j’étais encore un puissant guerrier j’avais coutume de ne dire mon nom qu’à ceux qui l’avaient mérité en me montrant leurs forces. Aujourd’hui, cette manie m’est restée, même si je n’ai pu souvent l’occasion de me battre et que les seules ennemis qui oses encore venir jusqu’ici sont des bandits fous fuyant la justice rien de bien palpitant. »

Je repensai à tous ce que l’ermite m’avais dit et me l’imaginas plus jeune, mais toujours aussi barbu, ce jetant dans le cœur de la bataille un sabre à la main et le Ki dans l’autre comme les guerriers de mon peuples le faisaient dans les légendes qu’on m’avait raconté. Étrangement, j’avais de la difficulté à me l’imaginer encore plus fort qu’il n’en avait l’air. Garluf semblait déjà fortement musclé et puissant à son vieil âge. Dire qu’il avait été encore plus impressionnant dans son jeune âge. Je finis d’avaler la nourriture qui m’avait été servi et j’attendis Garluf. Celui-ci me présenta le programme qu’il avait prévu pour la journée.

« Aujourd’hui j’avais prévue aller chercher le bois qui me servira à réchauffer ma maison pour l’hiver qui arrive. Si tu veux bien, tu pourras venir m’aider, mais c’est un travail très physique. »

Je répondis rapidement au vieux guerrier. J’étais déjà assez contente de pouvoir l’aider et ça me ferais bien un peu d’exercice. J’avais bien hâte de pouvoir admirer de plus près le paysage que j’avais aperçu la veille et de découvrir ce nouveau monde qui m’entourait. Sur ma planète natale les hivers était des plus rudes et les étés ne duraient pas très longtemps. J’étais donc déjà habitué à devoir trouver de quoi se réchauffer afin de survivre dans le froid.

« Bien sûr que je serais intéressé à vous aider. Vous m’avez qu’à me montrer comment faire et je vous suivrai. »

L’ermite acquiesça et alla me chercher une petite hache dans le bâtiment arrière que j’avais identifié la journée précédente. Le vieil homme me demanda alors de le suivre et nous empruntâmes un sentier qui descendait sur le flan opposé de la montagne. Si j’avais déjà pu remarquer la densité de la forêt et l’aspect montagneux des lieux, je découvrais maintenant la faune de l’endroit. De nombreux oiseaux semblables à ceux que nous avions dégusté hier soir déguerpissaient dans les buissons à notre vue. D’étranges animaux très ressemblants à des singes très poilus se balançaient sur les branches des conifères du bout de leurs quatre bras. Après avoir traversé une bonne partie de la forêt en regardant de petits rongeurs gris courir dans tous les sens sur les arbres, nous arrivâmes près d’une petite rivière qui émettait un doux son de clapotis en glissant sur les rochers. C’est à cet endroit que je pus finalement apercevoir l’animal le plus impressionnant des lieux. Celui-ci était énorme et devait mesurer plusieurs mètres de longueurs ainsi qu’un bon deux mètres de hauteurs. La bête en question possédait quatre grosses pâtes rondes et avaient trois paires de cornes distinctes sur sa tête. Une première se tenant bien droite sur l’arrière de son crâne, une seconde paire de forme spiralée ornait les côtés de sa tête et finalement deux grosses défenses recourbées partaient du bas de sa mâchoire. Malgré sa forte carrure l’animal semblait complètement paisible et inoffensif. Il buvait goulument De sa grande bouche parsemée de toutes petites dents qui lui servait sans doute à manger les fougères qui abondaient sur les flancs des montagnes. Garluf me présenta alors le travail qu’il allait faire ainsi que la grosse créature.

« Voici la bête qui donne la meilleur laine de toute la région. Elle porte le nom officiel de Baliel, mais je préfère la nommer par le nom que lui accordaient les anciens habitants, l’Ountomo. Il n’est absolument pas agressif et est même plutôt paresseux. Si tu veux toujours m’aider voilà ce que tu vas faire. Je vais d’abord couper l’arbre et tu vas m’aider à enlever les branches pour qu’il soit plus facile à transporter. Est-ce que ça te conviens? »

J’approuvai rapidement et m’apprêta à poser une seconde question. J’avais remarqué que le vieil homme ne c’était pas équipé d’une hache en quittant sa maison. Je me posais des questions sur le comment du fait qu’il allait abattre un arbre. J’eus rapidement ma réponse en le voyant asséné un rapide coup de pied dans un conifère aux branches placées sous forme conique. L’arbre fut déraciner et tomba de façons parfaite afin de ne pas toucher les autres arbres qui l’entouraient. Toujours surprise par la force et l’adresse du vieil homme, je me mis rapidement au travail à sa suite. Je n’étais pas très forte, mais je parvenais tous de même à bien couper les branches comme on lui avait demandé. Garluf fut fière de moi et quand nous retournâmes finalement à la maison, il m’annonça que j’avais une force impressionnante pour mon âge. Je faillis lui retourner le compliment, car il portait tous les arbres que nous avions coupés sur son dos, alors que je ne transportais que quelques paniers de branches.  

Nous fîmes plusieurs voyages afin de transporter tous le bois que nous avions récoltés. Quand le soleil se coucha, j’étais complètement exténué et j’allai directement m’écraser au fond de mon lit de fortune. Je m’endormis rapidement et partie de nouveau au pays des songes. Mes rêves furent bien différents de ceux de la nuit dernière. Je revue en boucle les images d’horreur de créatures monstrueuses massacrant les habitants de mon village. C’est avec ces visions que je me réveillai en larme et en sueur pour pleurer en silence. Je savais déjà que rien ne changera et que je devrais vivre toute ma vie avec cette sordide vérité au fond de moi. Je me rendormis avec le cœur gros, mais aussi avec la conscience de la chance que j’avais eu de survivre.
Revenir en haut Aller en bas
Invité




MessageSujet: Re: Le début de mon aventure.    Dim Oct 19, 2014 3:30 am

Événements étranges

Je déposai les baies que j’avais récoltées au fond de mon panier. J’étais vraiment contente, les fruits de ce nouveau monde étaient aussi savoureux que ceux qui poussaient près de chez moi. J’appréciais surtout les petites baies bleutées dont le gout me rappelait vaguement le miel. J’en avais volontairement cueillis plus que les autres et Garluf ne m’en tiendrait surement pas rancune. Cela faisait environ une semaine que j’étais arrivée en ce monde. Il y a deux jours, le vieil ermite m’avait annoncé qu’il m’emmènerait  à la ville et qu’il s’agissait de l’endroit où j’avais le plus de chance de trouver quelqu’un qui pourrait me remmener chez-moi. Je n’avais pas dit au vieux guerrier ce qui s’était produit sur mon monde et il devait sans doute croire que depuis que j’avais activé le cercle de pierre par hasard, mes parents s’inquiétaient pour moi. Ce scénario m’aurait sans doute plut, mais malheureusement il était impossible. Même si je ne pouvais pas rentrer chez-moi, j’étais vraiment intéressée à aller voire la ville. Dans mon monde, ma mère m’avait parlé de grande citées formées dans la glace et peuplé par des milliers d’habitants de dizaines de peuples différents et j’espérais bien que la ville dont parlait Garluf puisse être aussi impressionnante que ce que j’imaginais. Le vieil homme avait annoncé que notre départ se ferait quand il aurait fini de préparer tout l’équipement et les vivres nécessaires à ce long voyage et je m’efforçais bien sûr à l’aider. La nuit, mes cauchemars continuaient, je les supportais tant bien que mal sachant que je devrais sans doute  m’en accommoder pendant encore un temps. J’espérais que mes songes s’éclairciraient pendant notre futur périple.  

C’est par une soirée qui semblait être comme les autres que se produisit le premier évènement que je pus considérer comme étrange. Garluf était partie chasser un animal qui ne sortait que la nuit de son terrier et dont il souhaitait faire sécher la viande pour faire des provisions pour le voyage. J’étais tranquillement assise près du foyer pour me réchauffer. La température avec commencer à descendre depuis quelques jours et les nuits se présentaient maintenant avec un froid mordant. Les flammes chaudes qui consumaient doucement le bois étaient maintenant toujours pour moi les bienvenues. Alors que je laissais mon regard se perdre dans les mouvements des flammes, je sentis un drôle de courant d’air passer derrière moi. Je me retournai pour voir si une fenêtre avait été ouverte, mais pourtant tout était bien fermé. Je retournai alors à mon feu. En regardant celui-ci je commençai à voire un changement ce produire. Lentement, les flammes commencèrent à prendre une douce couleur verte. Je me reculai d’abord surprise par ce soudain changement, mais je reviens rapidement regarder les étranges flammes qui brulaient maintenant sur les bûches de conifères. Je passai doucement ma main au-dessus d’elles pour finalement remarquer que le feu la suivait doucement sans la brûler. Je continuai le même manège tranquillement jusqu’à ce que quelque chose de réellement stupéfiant se produise. Des flammes vertes quittèrent le feu pour venir sur ma main. Je paniquai alors croyant que j’allais passer au feu, mais je me calmai rapidement en ne sentant aucune douleur, seulement une douce chaleur. Je jouai un moment avec le feu, le faisant tourner dans mes mains. Instinctivement, je claquai des doigts et à ma grande surprise, les bougies qui se trouvaient sur la table s’allumèrent simplement des mêmes flammes vertes que je tenais entre mes mains. Soudainement, tout redevint normal, les flammes disparurent de mes mains et celles du feu retrouvèrent leurs couleurs rouge et orange. Toutefois, les bougies elles étaient restées allumé. Leurs flammes étaient certes d’une couleur ordinaire, mais elle me prouvait aussi que ce qui venait de se produire n’était pas un simple rêve.

Quelques jours plus tard, vint le deuxième évènement étrange. Moi et Garluf sommes allées à la rivière afin d’y pêcher quelques poissons. L’eau y était d’une clarté reluisante et de grosses truites y gigotaient joyeusement. Alors que j’attrapais rapidement ces petites bêtes écaillées du bout du harpon que Garluf m’avait prêté, je remarquai un poisson légèrement plus gros qui barbotait à plusieurs mètres de moi. Ce n’était pas réellement sa taille qui me fascinait, mais plutôt ses chatoyantes couleurs qui se réverbéraient dans un magnifique arc dans l’eau autour de lui. Émerveiller par cette bête qui m’était inconnu je bondis jusqu’au milieu de la rivière à l’aide des rochers qui bravaient le courant de leurs corps émergé. Le vieil ermite ayant terminé sa pèche s’apprêtai à partir.

« Je retournes à la maison. Tu peux rester là à t’amuser, mais fait attention à ne pas tomber. Le courant est très fort dans les environs. Ne tardes pas à revenir, nous allons avoir du poisson frais comme repas.», annonça l’ancien guerrier avec un sourire.

Je lui rendis rapidement son sourire tout en lui annonçant que je serais prudente. Alors qu’il remontait le chemin qui le séparait de la maison, je me penchai pour mieux observer la petite merveille écailleuse de la rivière. Ce drôle de poisson portait de belle moustache comme celle d’un chat et une petite collerette ornait le dessus de son crâne comme une couronne. Il me regardait tranquillement de ses gros yeux globuleux et semblait être aussi intrigué que moi. J’eus un petit rire en voyant son aire bête face à mon visage souriant et attentif.  

Alors que je regardais ce petit être brillant aller brouter doucement les algues du fond sablonneux de la rivière, je me sentis tomber. Les pierres, couvertes d’eau se retrouvaient à être plus glissantes que ce que je croyais. Tentant désespérément de reprendre mon équilibre, je battis des bras pour finir par tomber douloureusement au fond de l’eau. Un éclair de douleur criant se fit sentir le long de mon bras droit. Je remontai rapidement à la surface pour remarquer que le joli poisson s’était enfui, effrayé par mon impacte dans son élément naturel. Quelque chose de plus alarmant que la peur des êtres à branchies me sauta alors aux yeux. Mon avant-bras était pratiquement entièrement ouvert sur deux décimètres de longueurs par une profonde coupure. Ne me laissant pas gagner par la panique je crispai les dents en sentant la douleur venir. Doucement, je me laissai redescendre dans la rivière afin de nettoyer la blessure que je m’étais faite en glissant sur le rocher. Je me déplaçai doucement, sans le moindre mouvement brusque, en direction de la rive. À deux mètres du bord, alors que je me hissais hors du courant, je remarquai quelque chose qui me sidéra complètement. Ma blessure se refermait tranquillement à vue d’œil. Sans se presser, mon corps restituait les tissus de peau déchiré comme si j’avais été un lézard. Avec une grande interrogation, je m’assis sur les galets pour regarder le processus ce compléter. Une fois ma blessure complètement disparu, je partis à la course en direction de chez Garluf. Je ne comptais pas vraiment lui parler de ce qui venait de se produire, mais j’avais bien envie d’un bon filet de poisson pour me remettre de mes émotions. Le vieil homme ne passa pas de commentaire sur l’état détrempé de mes vêtements, croyant surement que j’en avais profité pour faire trempette.

« Le ciel annonce de belles journées pour les temps qui vont suivre. J’ai donc décidé que nous allons partir pour la ville demain même. Les voyages n’est pas très dangereux et les paysages sont magnifiques. J’espère bien que ça te plaira. » Dit le vieil homme avec un certain contentement.

« J’espère bien que ça va me plaire! J’ai vraiment hâte de voir la ville! » Lui répondis-je toute heureuse de la tournure des évènements.

Ce soir-là, j’eus de la difficulté à m’endormir. Plusieurs choses me tracassaient. Je possédais un pouvoir et je l’avais compris. L’homme maléfique qui avait attaqué mon village le savait et maintenant je le savais aussi. Pourquoi tout cela m’arrivait-il à moi? En repassant à ma famille, je fondis en larmes. Pourtant, ma peine était différente de celle que j’avais ressentie les jours précédents. Ma tristesse semblait s’évaporer dans un océan de pensé. Le questionnement était-il la seul chose capable de chasser la peine?  



PS : Désolé pour le petit moment d’inactivité, j'espère bien que la suite de mon histoire va vous plaire Smile

Note à la personne qui fera l'appréciation : Ne me donnes pas trop de points s'il te plait, j'aimerais au moins garder un niveau inférieur à 10, merci bien d'avance ^^
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le début de mon aventure.    

Revenir en haut Aller en bas
 

Le début de mon aventure.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Partons à l'aventure !
» [1st Rp] Petite aventure dans les plaines
» [LIBRE] L'aube d'une grande aventure...
» Event RP "aventure"
» Le début d'un grande aventure...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dragon Ball Reborn  :: Univers :: Espace :: Autres Planètes-