Partagez | 
 

 Le retour d'un saiyen (Présentation Yasha) [Terminée]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité




MessageSujet: Le retour d'un saiyen (Présentation Yasha) [Terminée]   Mer Juil 02, 2014 11:29 am



Fiche de Présentation de Yasha



Informations
► Prénom : Yasha
► Nom : //
► Age : 25 ans
► Sexe : Masculin
► Race : Saiyajin
► Planète D'origine : Naissance : Vegeta, Enfance : Kamu
► Rang et Niveau souhaité (facultatif) : Rang et niveau décidés sur l'autre forum (Rang S- Niveau 208 d'après Tama')
► Comment avez vous découvert le forum ? J'ai reçu le mp du fondateur \o/
► Code du règlement : I AM THE ADMIN
► Votre avis sur le forum ? Nice !



Caractère
A l'origine, un enfant un peu perdu et troublé, il est devenu au cours de ses péripéties, un combattant assuré, légèrement arrogant et doté d'un esprit tactique développé. Au delà de son expérience de guerrier aguerri, il a développé un grand sens de l'honneur et le goût de la justice. Il n'est pas du genre à être très loquace mais il est doué pour faire des discours enflammé et diriger. Il est d'ailleurs très têtu. Sa particularité est qu'il est loin de penser comme ses semblables.
 

Physique
Yasha est un jeune homme assez élancé et sombre. Ses cheveux sont bruns et son œil valide noir reflète une certaine tristesse. Certains peuvent percevoir qu'il a vécu de sacrées péripéties au cours de sa vie rien qu'en plongeant son regard dans le sien. Ses cheveux sont mi-longs et assez raids tout en conservant une légère ondulation. Contrairement à ses semblables, ses cheveux ne sont pas ébouriffés. Son visage est marqué par une cicatrice qui part de sa joue gauche et remonte jusqu'à son œil droit. Un cache-oeil siège sur son œil droit invalide.
Il porte une tenue de corsaire héritée de son dernier amour et semble doté d'un certain charisme.



Histoire

PROLOGUE : DÉRIVE DANS L'ESPACE

Je m’appelle Yasha et suis né Saiyajin. J’ai toujours été curieux et cherché le sens de ce nom que je porte. Lors de mes errances, je l’ai enfin  appris...

Sur quelques planètes de la galaxie du Scorpion, non loin de l’étoile Antarès, le yasha est un oiseau au plumage noir et ayant comme particularité de posséder un long cou ainsi que des dents à l’extrémité de son bec. Ce sont des charognards, des oiseaux très liés à la mort, aux champs de bataille et considéré comme de mauvais augure…

Lors d’un voyage dans la galaxie du Serpentaire, j’ai croisé une autre peuplade qui vénérait un Dieu portant ce nom. Ce Yasha était autre chose que le volatile que j’avais rencontré… Ce Dieu était le gardien des morts, exigeant le respect de leurs sépultures, un être compatissant envers ceux qui avaient perdu un être cher et inspirant la peur à ceux qui prenait la vie et ne respectaient pas les tombes.

Dans les deux cas, le Yasha ou la divinité étaient liés à la mort, il n’y avait pas de nom plus adéquat pour un saiyen. Être existant pour combattre, vivant dans la perpétuelle violence, semeurs de morts, de tristesse, cruels, irrespectueux, ne respectant que la loi du plus fort et les plus forts. Ce nom était juste et me convenait…

---------------------------------------------------------------------------------

Il paraît que quand l’on est aux portes de la mort, on revit les moments clés de sa vie. Je croyais que tout cela n’était que foutaises mais je m’étais trompé. Perdu aux confins de l'espace, j’étais dans une capsule de survie, dans un piteux état. Mes derniers réflexes avant de sombrer furent d'activer le système de détresse ainsi que la balise portative que m'avait donné, de longes années auparavant, un vieil ami. Une fois celle-ci activée, mon esprit s'embruma peu à peu et sombra dans un sommeil profond tandis que je me rapprochais un peu plus à chaque seconde de la mort...


CHAPITRE I : SOUVENIRS AUX PORTES DE LA MORT - UNE ENFANCE MOUVEMENTÉE

Ma vie commença sur une planète un peu paumée dans l’immensité de l’espace. La planète Kamu fut la première à m’accueillir. J’avais été envoyé là-bas pour faire le sale boulot alors que je n’étais qu’un nouveau-né d’une puissance très faible… Ce sont mes pleurs qui attirèrent l'attention des autochtones... Je fus recueilli par une famille de Kamutiens, des êtres au corps mou et très faibles. Ces derniers craignaient plus que tout, la nuit et encore davantage les soirs de pleine lune car les warwolves, des sortes de loups imposant, d'une férocité et d'une soif de sang insatiable, qui régnaient sur les forêts denses de la planète, faisaient trembler tout les autres êtres vivants dès la tombée du soleil. Afin de survivre, les kamutiens avaient dressées des pierres fluorescentes autour de leurs villages, celles-ci brillaient d'une lueur aveuglante dès le soleil couché et formaient une barrière protectrice autour du village.

Je n'étais pas un nouveau-né facile... Je me débattais dans tous les sens et c'est lors d'une ballade sur les rocheuses qui bordaient le village que je fis une mauvaise chute. Je devins amnésique, plus calme et eu une enfance relativement paisible jusqu'à mes huit ans. C'est à cette date que je connu mon premier meurtre et ma première mauvaise expérience...

Alors que je recherchais des plantes pour mes parents, je ne pus retenir ma curiosité et mon envie irrépressible d'explorer davantage la forêt, je pus trouver des plantes étincelantes près d'un ruisseau mais le soleil ne tarda pas à se coucher et je perdis mon chemin... C'est alors que résonna dans la forêt un hurlement familier... Celui d'un warwolf... Ne trouvant pas de lumière dans cette forêt très dense, je pris l'initiative de grimper à un arbre, ce qui me permit de localiser le village... J'étais à 800 mètres de celui-ci à peu près... Il me fallait me déplacer vite pour y arriver mais c'est alors que j'allais descendre que quelque chose fit trembler l'arbre et me fit chuter par la même occasion... Un warwolf m'avait flairé et avait décidé de faire du petit garçon que j'étais un met de choix pour son dîner... J'avais peur... Je ne réfléchissais plus et ne voulais qu'une chose... Survivre... Je me relevai en vitesse et fuyai. Lors de ma fuite, j’avais perdu mes repères dans la forêt, me pris le pied dans une racine et chutai... J'eus juste le temps de me mettre sur le dos quand la bête arriva face à moi...

Je sentis son souffle brulant sur ma peau, j'entendis de près ses grognements qui faisaient vibrer mon cœur et trembler mon être... N'écoutant alors plus que mon instinct de survie, je me débattais. Lorsqu'il ouvrit sa gueule, je lui donnais de nombreux coups de pieds. Mais... Cela ne fut pas une bonne idée... La créature s'énerva et me donna un puissant coup de patte qui m'envoya heurter un autre arbre... J'étais sonné et la bête était de nouveau toute proche. Je me battis alors avec la force du désespoir puis alors que la créature allait croquer mon bras droit, une lumière jaillit de ma main et transperça la tête de la bête. C'est alors que je perçus une lumière à travers le feuillage des arbres et me précipita vers elle.

Je croyais que c'était le village mais ce n'était pas le cas... Je fis face à la lune. Elle était ronde, d'une blancheur éblouissante et envoutante. Je ne parvenais plus à la quitter des yeux. J’étais comme hypnotisé. Mon cœur se mit à battre violemment, les bêtes n'allaient pas tarder à me rejoindre puis je sentis une douleur intense au niveau de tous mes muscles, ma conscience disparut peu à peu et je devins une créature géante. C'était ma première transformation en Oozaru... Cette nuit, les Kamutiens apprirent qu'il existait des êtres bien pires que les warwolves, les saiyajins. En une nuit, j'avais décimé les warwolves et le village de ma famille adoptive... Moi qui avais connu le bonheur, la joie d'avoir une famille, des êtres qui m'appréciaient à ma juste valeur, je vous laisse imaginer quel fut mon désarroi après cette expérience... Il avait suffit d'une nuit... Une seule nuit pour que je connaisse alors la tristesse, la colère, l'impuissance et la solitude...

Je vécus une année sur la planète, m'entrainant à maîtriser mes pouvoirs puis, après quelques recherches, je retrouvais la capsule qui m'avait amené sur cette planète et gagnais l'immense océan d'étoiles qu'est l'espace.


CHAPITRE II : LE MERCENAIRE ERRANT DE L'ESPACE

Seul dans l'immensité spatiale, j'errais de planètes en planètes vendant mes services au plus offrant, tel un mercenaire, je me battais en échange d'argent et de quoi survivre. Je me considérais comme un monstre, un être juste bon à tuer. Je voyageais seul, je me battais seul et je vivais sans réel but mis à part celui de rester en vie et d'explorer davantage la mer étoilée.

C'est lors de mes innombrables voyages que je finis par me faire une certaine réputation. On me connaissait sous le nom du mercenaire silencieux. Et une prime commença à être mise sur ma tête car je faisais "trop bien" mon travail. Je fus alors prisonnier sur la planète Coffin de la galaxie Sigma. N'ayant rien à dire à mes agresseurs, j'étais parti pour rester captif éternellement quand un jour ils décidèrent de m'utiliser pour leur conflit. J'étais une arme à leurs yeux mais ce que le tyran de cette planète voulait faire de moi ne m'intéressait pas. Ils m'avaient agressé et enchaîné. Je n'avais pas envie de servir ces gens là.

Refuser de vive-voix de me plier à l'autorité d'un homme puissant fut ma seconde erreur... Je fus torturé pendant un mois entier chaque jour... Mais c'est après ce mois que je fis la rencontre d'Arisa. Une femme qui était attachée à ses origines. Elle m'apprit que nous étions des saiyajins, une race extraterrestre experte dans le combat, conquérants de planètes pour les revendre aux plus offrants et de très bons mercenaires. Que la majorité d'entre nous étaient de la planète Végéta et vouait un culte à la loi du plus fort. Les forts vivaient et les faibles n'avaient aucunes valeurs. Elle me proposa de me rebeller avec elle et de fuir cette planète une fois débarrassé de nos geôliers. J’acquiesçai alors et c'est le mois suivant que nous pûmes profiter de la pleine lune pour nous enfuir.

Le royaume fut anéanti par la fureur de deux Oozarus en une nuit. Après avoir détruit le royaume, nous prîmes la fuite ensemble et décidâmes de nous allier dans nos travaux de mercenaires pour vivre mieux et être plus forts. Arisa, la saiyenne m'apprit à contrôler mon ki et à mettre au point un minimum d'attaques. A force de combattre ensemble, de partager d'agréables moments, de vivre ensemble, nous tombâmes amoureux l'un de l'autre. Je lui faisais alors la promesse de la protéger et de rester avec elle quoi qu'il arrive.

C'est alors que nous avions passé cinq ans à faire des missions ensemble que nous fûmes remarqués par un puissant homme d'affaires. Un dénommé Varss, un extraterrestre, de petite taille aux grandes ambitions. Il fit de nous ses exécuteurs attitrés. Nous avions gagné pas mal au change, nous gagnions beaucoup d'argent, nous mangions et vivions comme nous le voulions mais un jour... Cela prit fin.

Varss décida de nous séparer et de nous faire effectuer deux missions urgentes. Arisa partit pour la planète bèta-2 et moi pour la lune Xilia-5. Nos missions étaient différentes, elle devait se glisser parmi une population et assassiner le roi de sa planète et moi, hé bien, je devais annihiler un groupe de forces armées rebelles qui risquaient de causer des problèmes à un ami de notre employeur. Cette mission fut pliée rapidement et au lieu de faire mon rapport directement à Varss, j'avais décidé de rejoindre Arisa. C'est alors que je me rendais sur cette planète qu'elle fut atteinte par un rayon venant d'un vaisseau non loin... La planète bleue devint rouge puis explosa... Mon regard se tourna alors vers le vaisseau et j'eus la surprise de découvrir Varss à son commandement... Hésitant à le rejoindre de suite, je me rendis avec mon vaisseau furtif dans les décombres de la planète à la recherche d'Arisa. Ma recherche dura plusieurs heures et alors que j'espérais qu'elle n'y soit pas, son cadavre vint à moi...Je reconnu sur ses restes le collier que je lui avais offert.

J'entrai alors dans une colère noire et rendis une visite à Varss... Ce dernier avoua après plusieurs coups que c'était bien lui qui avait commandité sa mort. Et tout cela dans le but de me rendre plus fort. De me libérer de celle qui me rendait trop tendre. Je ne pus m'empêcher de céder à la colère et lui lança une puissante vague déferlante dans sa tête orné d’un sourire commercial ambitieux et vaniteux.

Après cet évènement, je repris mon errance seul, regrettant la mort d'Arisa et m'en voulant continuellement. Puis, ce fut sur une planète peu peuplée que je fis la rencontre de deux autres membres de mon espèce qui allaient devenir mes amis par la suite, Hakai et Musashi. Nous avons combattu ensemble lors de missions communes et plus encore que des amis, j'ai trouvé ma place au sein de l'univers. Je me sentais bien auprès de l'équipage d'Hakai mais une mission nous sépara de nouveau. Sur une planète hostile, nous privant de la plupart de nos pouvoirs, nous dûmes faire face à des sortes de dinosaures et Hakai dû se sacrifier pour nous permettre de survivre. Il me fit promettre de prendre soin de son fils et d'en faire un homme. Je pris cette tâche à cœur et fis de mon mieux pour apprendre à Denkyu les bases pour survivre et le comportement qu'il devait adopter dans certaines situations. Je n'avais à l'époque pas fait encore le deuil d'Arisa mais ma priorité était Denkyu à ce moment. Croyant le père du petit demi-saiyen mort, je vous laisse imaginer ma surprise quand il nous avait rejoints...

Un peu en colère contre Hakai, j'étais parti méditer sur une planète dans une galaxie proche. C'est là que je m'étais entrainé à maîtriser ma forme d'Oozaru. Une planète déserte, aux conditions météorologiques défavorables, un désert souvent en proie aux tempêtes de sables sur une planète désolée. Un endroit où je ne risquais pas de semer la mort inutilement. C'est après quelques semaines que je décidais de retourner sur le vaisseau d'Hakai mais malheureusement pour moi, je fus percuté par un météore et j’atterris sur une étrange planète dans une galaxie inconnue.


CHAPITRE III : LA VOIX D'ARCADIA

Je m'étais écrasé sur une planète qui ressemblait étrangement à la Terre, à ceci près qu'elle se dénommait Gaia. Sur cette planète, je fis la rencontre de gens relativement pauvres. C'est en me joignant à eux que j'appris que le peuple vivait sous la tyrannie de leur "gouvernement", le GVT GAIA. Je vécus quelques temps parmi eux, me faisant passer pour un des leurs en cachant ma queue de saiyen. Cette planète était assez urbaine mais le gouvernement opprimait les faibles, j'avais l'impression d'être en compagnie de saiyens à ceci près que ceux de mon espèce mettait simplement fin à la vie des faibles. Ils ne s'encombraient pas d'êtres qu'ils jugeaient inutiles...

Cependant, une fois la nuit tombée, mon attention fut attirée par une voix féminine qui était envoyée sur les canaux audio de toute la ville.


"Ici la voix d'Arcadia. N'abandonnez pas votre espoir. Continuez de lutter pour vivre ! Battez-vous jusqu'à ce que la liberté soit de nouveau à portée. La vie reprendra et de ses cendres renaitra. Chaque rebelle mort est un feu qui embrase les cendres de la liberté. Alors gardez espoir !"

Je m'étais alors renseigné moi-même sur le groupe de rebelles et la situation actuelle de la planète. De voir ses habitants dans un tel état aurait dû me laisser de marbre mais je n'étais pas comme la plupart de mes congénères. J'étais unique. En voyant toute cette désolation, je me rendais compte qu'il y avait pire que moi et c'est sur Gaia que je fis mon deuil. C'est aussi sur cette planète que je parvins à rencontrer la voix d'Arcadia. Après plusieurs rencontres en cachette et dialogues. Cette jeune femme me convint et me fit rejoindre son idéal. Moi aussi j'avais connu par le passé la privation de liberté et je savais à quel point elle m’était chère. Je rejoignis la cause des rebelles et ne pu m'empêcher de tomber amoureux de cette Mana. J'avais décidé sur cette planète de me battre comme les autres révolutionnaires, en tant qu'homme et non en tant que saiyajin. Mais c'était peut être une erreur...

Quelques semaines plus tard, j'avais rejoint in-extremis le lieu d’émission de Mana. Il était en plein chaos et une fusillade avait lieu au moment où j'arrivais. Je me précipitais alors devant le bâtiment prenant à revers les soldats du gouvernement Gaia et cherchait Mana. C'est alors que je l'aperçus au balcon du bâtiment que les soldats déboulèrent et firent feu. Un rayon laser me frôla la joue suivi d'un autre qui atteignit mon œil droit... La douleur était atroce... Mon œil ne cessait de saigner et j'avais du mal à tenir debout. Mais, j'étais plus coriace que j'en avais l'air ! Je faisais alors feu avec une arme que je venais de récupérer sur les soldats puis rejoignait Mana.

Alors que j'allais passer à découvert pour la rejoindre, elle se précipita vers moi et me poussa prenant la fusillade à ma place. Je me releva, la pris dans mes bras et tentais de la rassurer mais elle perdait énormément de sang...  Elle était en train de vivre ses derniers instants... Je restais auprès d'elle prêt à entendre ses dernières volontés... Elle me fit promettre de poursuivre son combat pour la liberté, de débarrasser le peuple de cette oppression, de le libérer de ses chaînes et de trouver Arcadia ou plutôt ma propre Arcadia, terre de liberté.

Je suivi sa dernière volonté qui me toucha au plus profond de mon être. Avec l'aide du groupe de rebelle, je parvins à détourner un vaisseau de catégorie Death Shadow et nous coulâmes la flotte du GVT GAIA en les attaquant par surprise. Après, les avoir privés de leurs vaisseaux, nous attaquâmes directement le tyran en détruisant son siège. La liberté s’embrasa alors, le peuple nous rejoignit dans notre lutte et ensemble nous vinrent à bout de l'armée de Gaia. C'est en mémoire de Mana que le peuple renomma sa planète Néo-Arcadia. Je décidais de leur laisser le dernier vaisseau Death Shadow comme souvenir de cette guerre et symbole de leur liberté. Il fut érigé tel un monument historique devant les ruines du siège du gouvernement Gaia.  Je repartais alors en vaisseau sous les traits du corsaire Yasha portant fièrement le dernier présent que m'avait laissé Mana, des vêtements de corsaire et le symbole de la liberté imprimé sur mon maillot ainsi que la bannière que j'avais fixée au Death Shadow avant de quitter cette belle planète.


CHAPITRE IV : SABOTAGE, VERS UNE MORT CERTAINE ?

Fort de cette victoire, je décidais de me rendre à la station spatiale la plus proche pour fêter ma victoire. C'est alors que je festoyais comme il se doit que j'aperçus un fantôme du passé. L'espace d'un instant, je crus apercevoir Varss. Était-ce une illusion ? Je voulais en avoir le cœur net. Je me rendis alors sur les docks mais il ne restait plus aucune trace de lui. Je me disais alors que mon esprit avait du me jouer un tour. J'étais persuadé de l'avoir tué. J'avais pulvérisé sa tête d'alien à coup de vague déferlante à l'époque. C'est alors que je vis une ombre courir vers son vaisseau et s'envoler. J'achetais alors un vaisseau un peu plus performant et me lançais à sa poursuite. C'est alors que je me rendis compte que le vaisseau ne répondait pas à toutes mes commandes...

Je me retrouvais alors dans l'espace immobilisé tandis que le vaisseau mère de Varss fit feu après une longue tirade. Il n'y avait plus de doutes possibles, mon vieil ennemi était encore en vie. Je profitais de sa longue tirade pour chercher le système d'éjection de la capsule de survie. Les contrôles ne répondant pas, j'arrachais le panneau et retrouvais les fils caractéristiques des capsules de survie dans l'ensemble des vaisseaux. Une fois bricolé, je fis mine d'être coincé tandis que l'extra-terrestre fit feu avec tout ses canons lasers sur mon vaisseau. Je pus m'éjecter et fuir à vive allure mais pas sans prendre de lourds dégâts et me faire gravement blesser. Alors que je me trouvais aux confins de l'espace, aux portes de la mort, je reconnus la galaxie d'Andromède où passait souvent le vaisseau d'Hakai. Alors que le système de détresse retentissait, j'activais la balise portative qu'il m'avait remise à notre première rencontre. Avant de sombrer.


CHAPITRE V : PÉRIPÉTIES

C’est par Musashi que je fus sauvé. Mon compagnon avait capté mon signal de détresse et grâce à lui, j’avais pu bénéficier de soin juste à temps. Je fis ensuite la rencontre de Gota, une saiyajin qui fut la première personne que je choisis pour monter un équipage. De nombreux autres évènements eurent lieu… Ma demi-victoire à un combat sur une planète éloignée ainsi que mon incapacité à protéger Gota me fit m’exiler… Et c’est après plusieurs mois d’errance et d’entrainement que je repris enfin mon périple.




© By A-Lice sur Never-Utopia


Dernière édition par Yasha le Lun Juil 07, 2014 10:07 pm, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité




MessageSujet: Re: Le retour d'un saiyen (Présentation Yasha) [Terminée]   Jeu Juil 03, 2014 12:55 am



Validé ! \o/


Dragon Ball Reborn
J'ai remarqué quelques fautes au niveau de l'histoire mais rien de grave Wink
je pu trouver des plantes
Je me relevais en vitesse et fuyais.
que nous fûmes remarqué
population et assassinée le roi
et me faire gravement blessé.




Je voudrais faire remarquer aussi, que tu n'es plus supposé être venu sur Terre, vu que ton personnage fait parti d'un autre univers que celui qu'on a connu sur l'autre forum. Et parce que sinon ta présence aurait influencé sur la saga Majin Boo voire même la saga Bills.

Validé !
PS : Merci de mettre le lien vers ta présentation dans ton profil (champ de contact)

© By A-Lice sur Never-Utopia

Revenir en haut Aller en bas
 

Le retour d'un saiyen (Présentation Yasha) [Terminée]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Elementaire, mon cher... Je fais ma présentation aussi. [Terminée]
» Karv présentation SuperKINGSize [ TERMINÉ ]
» Présentation Reffya. [terminé]
» Présentation Khan [Terminé]
» Nathaniel Céférino, la présentation [Fiche terminée]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dragon Ball Reborn  :: Avant RP :: Naissance des Guerriers :: Validées-