Partagez | 
 

 Radditz Return (Réévalution) (fin)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Radditz

avatar


Masculin Messages : 58
Age : 22
Zénies : 1000

Données du Personnage
Power Level: 1 500 000
Power Level en Kili: 0
Inventaire :

MessageSujet: Radditz Return (Réévalution) (fin)   Lun Juil 31, 2017 4:58 pm

« C’est ainsi les enfants que le démon Piccolo fut vaincu pour la première fois par une assemblée de guerriers artistes martiaux. C’est également cette victoire qui a poussé les gouvernements à s’unir en un seul gouvernement fédéral. Maintenant, mes chers étudiants, qui peut me dire quel a été l’une des premières traditions qu’a créé ce gouvernement mondial et qu’on continue de perpétuer ? »

« Euh… Le Tournoi mondial des arts martiaux monsieur ? »

« Exactement. Les premiers surhumains ont été officiellement reconnus mais les maîtres en arts martiaux préférant garder leurs secrets entre eux, ils étaient en quelque sorte des légendes. Toutefois, on ne pouvait pas se permettre d’attendre que les grands maîtres remarquent les menaces pour les détruire. Le plus simple fut donc de créer ce rassemblement tout les ans afin de canaliser leur envie de détruire inhérente au combat ET garder un œil sur eux. Le Tournoi est encore aujourd’hui la meilleure solution pour trouver les protecteurs de la Terre. On peut notamment penser à qui récemment ? »

« Moi, moi monsieur ! »

« Oui Lily ? »

« Son Goku ! Il a participé à plusieurs tournois et a vaincu deux fois le démon Piccolo ! »

« Voilà. Voilà quelqu’un qui lit les manuels d’histoire qu’on vous donne sur cette merveilleuse planète. »

Les élèves rigolèrent. Le nouveau professeur était assez passionnant, mais il fallait reconnaître qu’il était rigolo quand il commençait à parler de sa matière, comme s’il était étranger à ce monde… « Votre peuple… Cette planète… » Du vocabulaire qui revenait fréquemment chez ce professeurs aux cheveux longs attachés. Toujours un mot pour tout le monde, en toute circonstance. De plus, on ne pouvait qu’apprécier le fait qu’il essaie de rendre les cours les plus vivants possibles.

Sans parler de son nom… Professeur Radditz. Sérieusement… Le nom prêtait à rigoler, et le bonhomme à queue de cheval et lunettes aussi. En revanche, tout le monde notait également que le professeur était extrêmement musclé et qu’il venait apparemment de la montagne tout les matins… Comme si c’était un simple jogging. Sans suer. Même le professeur de sport était impressionné par cet intello qui appliquait à l’extrême le principe du « corpus sana, mens sana ».

Les élèves rigolaient donc avec leur professeur. Ce dernier appréciait sa classe, à qui il enseignait une histoire qu’il avait découverte et qui était autrement plus passionnante que celle de Végéta. Des évènements, avec des causes et des effets complexes. Des points de vue différents sur une histoire qui s’étalait sur des millénaires. Des histoires et des légendes qui faisaient travailler son imagination continuellement…

Le Saiyajin était heureux sur Terre. Pur et simplement… Même si parfois des évènements idiots avaient lieu.

*BANG*

Comme le mec qui venait d’entrer en explosant la porte. Avec ses copains, eux aussi armés avec des gros fusils. Radditz, désabusé et un grain amusé, il faut le dire, but tranquillement son café alors que les criminels commençaient leur pitch de prise d’otage… Puis il la reposa.

« Les enfants, on se calme. On obéit aux messieurs et tout se passera bien. »

Oui Radditz était capable de les massacrer. Mais être capable d’une chose ne voulait pas systématiquement dire le faire. Le Saiyajin pensa d’abord à ses étudiants. Il se voulait rassurant et honnêtement… Le Saiyajin n’attaquerait que si l’un des bandits se mettait à toucher à ses élèves… Comme le pervers qui commençait à trainer une étudiante vers une arrière salle. La jeune fille criait et se débattait, tandis que les criminels ne faisaient que rire grassement. Honnêtement, Radditz ne les comprenait pas. Ils étaient recherchés, probablement et ils se coinçaient dans une école. Alors, ok, cela donnait de bons otages, mais niveau des sorties ? L’ex soldat soupira… Puis il se frappa les joues. Un des bandits le mit en joue par réaction au bruit…
Avant de constater que le professeur avait disparu. Ou plus exactement, que le professeur venait de faire les 25 mètres les séparant en un instant. Le bandit voulu tirer par reflexe… Mais l’arme explosa dans sa main, le faisant hurler de douleur et de surprise. Radditz continuait toujours sa marche. Les criminels avaient touchés à ses élèves…
Et ils allaient prendre cher.
Les bandits se mirent à tirer sur le professeur qui se contenta d’esquiver en bougeant à grande vitesse… après tout, les ennemis n’en valaient pas le coup et Radditz était plutôt … Ennuyé par la menace. Les balles le suivaient, mais le saiyajin se contentait de compter quelque chose…
Puis les bandits comprirent ce que le professeur comptait. Leurs balles. En tout cas, c’est ce qu’ils en déduirent quand ils le virent sourire à l’instant où ils épuisèrent leurs cartouches sur une cible bougeant trop vite. C’était le désavantage du shot gun les enfants… Tandis que Radditz avait une arme inépuisable. Lui-même.
Les bandits firent tous un vol plané, rapide… Sans abîmer les murs ou le mobilier. Radditz tenait à son salaire, et même si c’était un bon professeur… Il restait à un salaire très bas et mine de rien, ca payait l’essence du système électrogène. Or, il en avait besoin pour se chauffer et lire. Alors pas question de détruire. Hum ? Les bandits ? Pas un réel problème. Ils étaient idiots et méchants. Quelques dents en moins ne leur feraient pas de mal…
Par contre, les étudiants regardèrent leur professeur bouche bée… Qui toussota.

« C’est de famille. Je suis moins doué que mon petit frère, mais je pratique bien les arts martiaux à un certain niveau les enfants. Et non, je ne prends pas d’apprentis. Je ne pense pas être un bon professeur et honnêtement, cela a aussi ses inconvénients. »

Des hanw de déceptions se firent entendre parmi ses élèves… Mais Radditz était heureux. Ses étudiants ne seraient pas traumatisés par l’expérience, trop courte. Les bandits étaient neutralisés…
Et le sayajin appréciait la vie qu’il menait actuellement. Une vie qui promettait tout simplement au Sayajin d’être heureux… Mais pour l‘être vraiment, il devait continuer à s’entraîner, pour pouvoir revoir son frère… Et avoir une discussion avec lui. Une discussion qu’ils devaient avoir, pour le bien de leur famille.


Dernière édition par Radditz le Jeu Aoû 03, 2017 4:27 pm, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Radditz

avatar


Masculin Messages : 58
Age : 22
Zénies : 1000

Données du Personnage
Power Level: 1 500 000
Power Level en Kili: 0
Inventaire :

MessageSujet: Re: Radditz Return (Réévalution) (fin)   Mer Aoû 02, 2017 11:59 am

Le professeur s’excusa rapidement auprès de sa direction. Oui sa rapidité avait permis d’agir héroïquement, mais le professeur était plutôt timide. Il tenait au respect de sa vie privée et ne donnerait pas d’interview aux journalistes. A vrai dire, il avait déjà dit aux élèves qu’il apprécierait si personne ne révélait que c’était lui qui avait mis hors d’état de nuire les criminels… Par contre, il aurait apprécié d’apprendre ce qu’ils foutaient là ces cons. Non, sérieusement. Les mecs sont entrés au calme dans l’enceinte de l’université et ils avaient pu prendre en otage un amphithéâtre sans problème à part lui. Bon, il était un gros problème, surtout avec sa stature et sa chevelure magnifique, mais ce n’était pas le sujet.
Le problème, fit remarquer Radditz, c’était que la sécurité du campus était à revoir. Quelqu’un dans le fond commenta que si tout le monde avait eu une arme, les bandits n’auraient pas pu prendre en otage l’amphi. Radditz le regarda simplement, sans être foudroyant du regard ou avec un brasier dans les yeux. Le Sayajin contempla simplement l’idiot qui avait dit cela avec mépris et consternation.

« Cela aurait également donné une raison pour les bandits de tirer sur les étudiants en premier. Ils auraient eu l’avantage de la surprise car tout le monde n’a pas la chance d’avoir subi un entraînement des forces spéciales ou d’arts martiaux évolués AVANT D’ALLER A L’UNIVERSITE »

Fit très clairement remarquer Radditz. Merde. Même avec un entraînement militaire, tu n’étais jamais sûr de ne pas te faire prendre par surprise. Radditz en savait quelque chose, vu le nombre de fois où c’était sa fourberie et sa ruse qui lui avait permis de survivre.
Le professeur soupira. Ce n’était pas à lui à créer ou entretenir le service de sécurité de l’université, mais au doyen et au conseil d’administration. Alors que cet incident leur fasse comprendre de la gravité des évènements. En attendant, Radditz avait terminé sa journée de travail, et il avait des copies à corriger chez lui, merci bien. Ca et le fait qu’il avait également son week-end qui venait de commencer et il comptait en profiter.
La faculté le regardait, étonnée. Il venait de les quitter… Pour simplement profiter de son week-end. Ils avaient embauchés l’homme en début d’année, et force était de reconnaître que l’homme était atypique. Poli, éduqué… Mais également très solitaire. Aucun professeur ne pouvait se vanter de le connaître réellement. Une phrase lâchée sans faire exprès par ci par là avait laissé entendre que Professeur Radditz se mettait au vert car il avait eu des problèmes avec sa famille. C’était triste… Mais tout le monde se posait donc des questions. Qu’est ce que cet homme avait pu faire pour que sa famille lui en veuille au point qu’il aille vivre dans une montagne habitée par des dinosaures ? Un homme si gentil et prenant soin de ses élèves… En plus, on le sentait très souvent nostalgique. C’était triste pour ce gentil homme…
Mais bon. Tel était la vie et on devait respecter la sienne… Ca et le fait que personne n’était capable de s’aventurer dans la montagne où habitait le professeur à la crinière chevelue. Ca calmait fortement les envies inquisitrices à son sujet, au grand dam de certaines dames qui auraient voulu en apprendre plus sur le gentil gentleman…
Après tout… Radditz était un parti intéressant. Gentil, un grain timide, fort et intelligent. On avait déjà vu largement pire et Radditz avait un visage intéressant… Sans compter, et c’était important de le noter, le professeur prenait soin de lui et c’était plus que ce que beaucoup d’autres professeurs pouvaient prétendre.

Radditz, lui, s’était mis à courir en direction des montagnes. Son but était simple. Arriver à une zone dans laquelle il pourrait s’envoler sans souci, sans risque d’être vu. Apparemment, seuls certains humains savaient voler. C’était bête. Une telle technique était simple à apprendre et si tous les humains l’apprenaient, ils résoudraient la crise de l’énergie de leur planète… Avant de ruiner le cartel de l’automobile. Hum… Mieux valait donc pour les humains ne pas savoir voler afin d’assurer des emplois ? Ainsi, donner un revenu à certaines personnes ? Ou alors, apprendre à vivre avec le vol comme chose commune, bénéficiant au monde.
Autant de petites choses qui interrogeaient Radditz, alors qu’il courait, simplement sur la route. Il sentait le vent contre son visage, s’engouffrant dans ses vêtements. Le Sayajin sentait l’air frais de la liberté le porter alors qu’il courait et qu’il arrivait ainsi… A son chez lui.
Une fois arrivé à son bosquet d’envol, le Sayajin s’arrêta un instant pour sentir les énergies autour de lui. Il… Il avait fini par apprendre la capacité à force de vivre sur Terre. La capacité de son frère et de son ami à détecter la puissance d’autrui pour le localiser. Effectivement, c’était pratique… Notamment pour vérifier qu’aucun être intempestif ne vienne le voir voler. Déjà qu’il avait dû révéler sa force, au moins partiellement pour sauver ses élèves…
Radditz sourit. Il avait protégé des gens avec sa force. C’était… C’était un sentiment nouveau. Très clairement différent du dégoût qu’il ressentait ... Qu’il avait ressenti avec les massacres de populations civiles. Là… Il les protégeait. Radditz éduquait et protégeait des humains afin de rendre le monde meilleur… Bon, il avait encore du mal avec les femmes de ce peuple, qu’il comprenait mal. Faisait-il quelque chose de mal avec elles ? Elles avaient constamment les joues rouges quand ils leur parlaient. Chez les Sayajins, cela voulait dire que la fille en question s’apprêtait à te casser. Autant oralement, que physiquement de manière générale… Sauf qu’ici non. La plupart ne faisait que partir en sens inverse, au grand dam de Radditz qui aurait bien voulu mieux connaître ses collègues.

Quand aux collègues masculins… Parfois, il avait du mal à suivre leur discussion. Le football ? Radditz avait du mal à suivre les discussions sur ce sport… Surtout quand on le comparait aux sports Sayajins qui étaient autrement plus amusant, Radditz le reconnaissait volontiers. De plu, ils étaient… comment dire… Le sport visait à montrer les aptitudes physiques, à montrer sa supériorité. Les Sayajins étant par définition plus forts que les humains, leurs sports étaient donc aussi meilleures non ?

Bon, le sayajin reconnaissait qu’il y avait quelques sports qu’il aimait sur cette Terre d’accueil… Notamment le Base-ball. L’un de ces joueurs préférés était un dénommé Yamcha, qui avait apparemment vécu dans le désert un temps. Son visage lui avait vaguement dit quelque chose, mais il n’arrivait pas à se souvenir de quoi. Toutefois, les mouvements du joueur étaient bien plus précis et frappant que ses congénères et Radditz respectait cela… Sans compter le nombre de home-run que l’humain frappait à chaque partie. Yamcha comme joueur était juste immonde comme il était bon. Excellente coordination main œil…
Encore une fois, Radditz aimerait le rencontrer… Pour un simple sparring. De tels mouvements précis… L’homme avait probablement un passé dans les arts martiaux et Radditz ne reculait pas devant un possible combat amical intéressant. On restait toujours un peu sayajin quelque part, non ?

Bon. Le scan se révélait négatif, à part quelques lapins… Dont deux terminèrent grillés d’une blast ball. Oui, il continuait de se nourrir à la chasse sauvage. Il prenait ce dont il avait besoin pour manger, et la viande de lapin revenue aux légumes qu’on versait ensuite sur la viande de dinosaure donnait une texture et un gout savoureux à cette dernière.
Deuxième que Radditz avait appris à vivre seul… La chasse et la cuisine.
Deux choses qui lui procuraient également une certaine satisfaction… Avec l’entraînement.

Désormais quand on arrivait à la caverne de Radditz, on ne pouvait s’empêcher de constater que celle-ci avait bien changée. Un groupe électrogène était posé… Un mur avec une porte et des fenêtres aussi. Une cheminée sortait dans un coin… A vrai dire, cela ressemblait davantage à un très confortable nid à hobbit. Très grand aussi. En même temps vu la taille de Radditz…
Il n’y avait pas réellement d’autres choix.

Radditz entra donc dans sa petite maison cosy… Et alla à sa salle d’entraînement personnelle en se changeant. Pas question d’abimer ses vêtements avec des mouvements d’entraînements…
Le radis vivant saisit alors ses outils d’entraînement… Et continua l’entraînement qu’il s’imposait depuis sa résurrection.
Revenir en haut Aller en bas
Radditz

avatar


Masculin Messages : 58
Age : 22
Zénies : 1000

Données du Personnage
Power Level: 1 500 000
Power Level en Kili: 0
Inventaire :

MessageSujet: Re: Radditz Return (Réévalution) (fin)   Jeu Aoû 03, 2017 4:26 pm

Radditz commença à prendre ses haltères de pierre. Elles étaient basiques, mais restaient assez lourdes pour qu’il puisse s’entrainer avec. Ses bras commencèrent donc à faire les mouvements qu’il s’était imposé depuis 2 ans maintenant… A savoir lancer les haltères dans les airs et les rattraper pour les relancer. Le but était d’utiliser l’énergie cinétique pour augmenter artificiellement le poids des haltères, au moins un bref instant… Mais également d’augmenter le contrôle de Radditz sur sa puissance : Si jamais Radditz mettait trop de force pour rattraper les pierres, celles-ci se fissuraient. S’il n’en mettait pas assez… Elles tombaient et l’entraînement était raté.

Le contrôle de l’énergie était aussi important que la quantité. De même, apprendre à se contrôler était nécessaire pour éviter de succomber à l’instinct sayajin de foncer dans le tas sans réfléchir. Le chevelu activa donc son timer et se fixa comme objectif d’arriver à battre son record de 50 000 jungles en 30 minutes. Oui c’était beaucoup, mais Radditz aimait son entraînement intelligent et qui ne reposait pas uniquement sur la force brute… Cela entraînait même son endurance. Cette méthode d’entraînement, il l’avait prise dans une émission consacrée aux cultures humaines et leurs techniques de sport. Le Sayajin l’avait trouvé intéressante et l’avait ensuite adapté afin qu’il puisse faire de vrais progrès… A savoir, en choisissant des montagnes en haute altitudes, afin d’augmenter sa quantité de globules rouges et maîtriser sa respiration, mais ensuite en prenant les pierres les plus denses qu’il ait pu trouver en voyageant à travers le monde. Ce petit Road-trip à travers la Terre avait été des plus agréables, Radditz le reconnaissait pleinement. Il avait pu essayer divers nourritures différentes à travers le globe, connaître des philosophies et des écoles de pensées différentes… Et en apprendre plus sur son frangin et ses actions à travers le monde.

Radditz s’était également fait une note mentale de lui faire remarquer son bullshit quand Goku lui avait dit que buter 100 humains était mal. MERDE, le compteur de mort de Goku était très loin au dessus de ça. Son frangin aurait simplement PENSE à lui parler de son annihilation de l’armée du Ruban Rouge, cela aurait servi parfaitement de preuve pour Vegeta et Nappa. Aucun des deux n’aurait eu à mourir et son plan se serait déroulé comme prévu…
Mais non, son frangin avait voulu faire le héros. Alors les deux étaient morts.
Le Sayajin soupira, alors que le timer arrivait à sa fin. Ses rochers étaient intacts, malgré sa bref colère d’un instant… Preuve que le sayajin arrivait maintenant à compartimenter ses pensées pour éviter qu’elles ne parasitent ses gestes et ses actes. Oui ressentir de la colère était parfois important… Mais la rancœur, ou la haine il fallait éviter… Cette fois, le radis sourit en repensant à Ryanne et Shiroi. Bon. Les deux avaient détruits son mobilier, ok. Mais il avait eu un petit aperçu de ce qu’une haine sans limite pouvait faire. De même qu’un calme profond. Alors le sayajin continuait son entraînement…

Plus tard, Radditz se fit une décoction à base de plantes médicinales, trouvées dans certains des recoins les plus hostiles de la montagne. C’était des moines dans la montagne qui la lui avaient apprise, et en remerciement, Radditz était allé leur en récupérer. Les plantes ne poussaient que dans les zones les plus froides desdites montagnes… Cela avait été un bon entraînement. Aujourd’hui encore il s’imposait un entraînement de plusieurs heures dans les zones enneigées des plus hautes cimes du monde. Le froid et le manque d’oxygène était extrêmement bénéfique à son entraînement… Il devait maîtriser son Ki pour se réchauffer continuellement, tout en veillant à ne pas trop en brûler. C’était dangereux certes… Mais on n’avait rien sans rien. Un entraînement draconien était nécessaire si Radditz voulait arriver un jour à se tenir devant son frère sans rougir…

Et son neveu. Un des grands regrets de Radditz, qui l’envahissait, alors qu’il s’entraînait encore. Son neveu avait l’air d’avoir hérité de son envie de calme et de profiter des études, du savoir. Malheureusement, comme son oncle, le petit Gohan avait la Vie qui lui disait « merde » sur ce point précis et l’empêchait d’avoir accès à cette paix à laquelle il aspirait temps.

Le Sayajin soupira un instant… Avant de reprendre l’entraînement, une fois sa tisane consommée. Celle-ci était connue pour purifier le Ki des individus et ainsi participer à leur renforcement lors de leurs entraînements. Radditz avait arrêté de sous-estimer les humains depuis bien longtemps. Ces derniers avaient développés des moyens intéressants pour devenir plus forts…
Et Radditz avait appris. Paix. Humilité. Savoir.
Le Sayajin avait fait la paix avec lui-même. Il avait accepté sa faiblesse pour la surpasser… Et surtout, Radditz utilisait ce qu’il savait pour atteindre ses buts. Il était Radditz le repenti. Il allait un jour retrouver sa famille et faire la paix avec…

Le Sayajin patientait. Un jour il en aurait la force… Un jour, il quitterait son nid douillet… Et il ferait ce qu’il doit faire.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Radditz Return (Réévalution) (fin)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Radditz Return (Réévalution) (fin)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Aristide Says He Is Ready to Return to Haiti, Too
» Aristide Peaceful Return: The ball is Now in South Africa’s Court!
» 05. return to me
» FANARTS d'Ekoï! the Return!
» [Archive 2011] The return of the Ring - 16/20 août 2012

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dragon Ball Reborn  :: Univers :: Terre :: Villes-