Partagez | 
 

 Vieux amis, vieux ennemis (PV Ryanne)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ferliost

avatar


Masculin Messages : 241
Age : 21
Zénies : 4280

Données du Personnage
Power Level: 8 819 734
Power Level en Kili: 175
Inventaire :

MessageSujet: Vieux amis, vieux ennemis (PV Ryanne)   Ven Juil 28, 2017 4:18 pm






Vieux amis, vieux ennemis


Retrouvailles


"C'est donc ici que tu te cachais... Ça ne te ressemble pas décidément..."

Au pied d'une montagne, se tient une silhouette, grande, et ne faisant rien pour se dissimuler. Il n'est pas venu ici pour espionner ou jouer les cachottier, et il sait de toute façon ne rien risquer, personne n'oserait l'attaquer... Il sait que son apparence effraiera les faibles, que son aura fera fuir les bêtes, et qu'il n'y a nul individu puissant dans les environs à cet instant, hormis celui qu'il est venu rencontrer. A vrai dire, si quelqu'un tentait de sentir sa puissance, elle serait probablement similaire à celle de la majorité des habitants de la terre, à savoir dérisoire... Mais même si quelqu'un venait à sa rencontre afin d'en découdre, ça ne serait rien de plus qu'un fâcheux contre temps. Cela cependant n'arrivera pas, il le sait. Il a bien trop préparé sa venue au fur et à mesure de ses recherches, il a observé ses montagnes, les allées et venus des êtres y vivant, leurs comportements, leurs attitudes. Comme d'habitude, il avait prit tout son temps pour tout observer. Après tout ce n'était pas cela qui lui manquait, ni à aucun de ses semblables, mais il avait parfois, au vu de l’empressement qu'ils affichaient et de leur façon de faire d'être le seul à appréhender leur immortalité avec pragmatisme et à savoir s'en servir comme d'une arme... Par exemple, actuellement, l'époque était mauvaise, TRÈS mauvaise pour ses plans, alors il devait les laisser en repos, ce qui lui laissait d'autant plus de temps. Assez pour aller voir de vieilles connaissances et jouer à de petits jeux sans dangers.

Enfin, encore fallait il monter cette imposante montagne, abrupte. Cela prendrait du temps, et beaucoup d'efforts... Et autant était il patient, autant l'effort inutile l'avait toujours agacé. De fait, autant rendre ce corps utile ! Ainsi, les ailes repliés dans son dos se déployèrent, cuir tendu sur une armature d'ossements apparentes, et après avoir pris un peu d'élan il s'envola vers la montagne, prenant petit à petit de l'altitude, obligé de faire quelques détours pour cela, mais il finit par atteindre son objectif... Il ne sentait aucune présence, mais il n'était pas dupe. Son vieil ami se cachait ici il le savait... Non pas qu'il l'ait vu ou l'ait senti directement, mais il avait suivi sa trace, et cela grâce à une charmante humaine qui portait son empreinte, à l'énergie étrangement similaire à la sienne ! A un point qu'il avait bien cru qu'il la possédait, mais non, elle était bien trop exubérante pour cela... Il l'avait donc suivi jusqu'ici, jusqu'en ces montagnes, dont certains lieux portaient encore la trace de l'énergie déployé par son ami. Ah, que d'effort pour se cacher du reste du monde, pour finalement laisser au dehors des traces grossières aisés à percevoir pour ceux qu'il voulait probablement le moins revoir...  A vrai dire c'était presque insultant de sa part, mais il était d'assez bonne humeur pour ne pas s'en fâcher, et se contenter de venir rendre cette visite. Ainsi, arrivant au pied de la grotte dans laquelle vivait son ami, il y pénétra... Hm, pas la moindre protection. Ainsi donc il ne fait vraiment que se cacher, de fait soit il est particulièrement confiant dans ses protections, soit il n'en a cure... Ça lui ressemble bien tiens,même quand il se côtoyait il aurait fait cela ! C'était bien un des rares points sur lesquels il n'avait pas changé...

"Eyh ! Arenthor... Ou devrai je dire le Maître, comme il semble que c'est ainsi que tu te fais appeler. C'est moi ! Ton vieil ami ! Mais tu l'as deviné en me sentant arrivé. Allez montre toi ! Te retrouver a été amusant, mais maintenant je veux mon prix ! Et pas la peine d'essayer de me détruire sans même me répondre, tu me connais bien, ça ne me fera pas grand chose, et je risquerai juste de mal le prendre. Ce n'est jamais agréable quand un de ces doublons périt... Et je ne crois pas que tu voudrais que je m'intéresse d'un peu trop près à ta protégée. Enfin, tu me diras, je le fais déjà, mais pour toute une autre raison, un amusement, pour lequel je suis justement venu ici pour t'en parler...Cela, ainsi que le bon vieux temps. Après tout ça fait quoi ? 5 siècle qu'on ne s'est pas vu ? 6 peut être ? On doit en avoir des choses à se raconter !"

Les bras écartés, il était vulnérable, il le savait bien, mais le démon n'en avait cure. Arenthor se montrerait, d'une façon ou d'une autre, et le laisserait parler, il en avait toujours été ainsi, même alors qu'ils œuvraient encore ensemble pour le compte d'un démon plus puissant, avant qu'une succession... D'incident, mette un terme aussi bien à leur supérieur qu'à leur collaboration. En toute vérité ils ne s'étaient jamais réellement appréciée, mais à l'époque déjà ils avaient besoin l'un de l'autre, et Arenthor le connaissait assez... S'il était présent par un double de lui même, et non pas au travers d'un pion, s'il était venue sous cette forme d'un grand homme pâle, aux cheveux blancs immaculés , aux traits fins et aux yeux rouges menaçants, aux cornes effilées et aux amples ailes, vêtu en de riches atours c'est qu'il était là pour une raison, et si on l'en empêchait on pouvait s'attendre à de mauvaises surprises...

Portrait et thème du démon:
 





_________________
Attaque : 2 158 000 - Défense : 700 000 - Vitesse : 3 100 000 - Magie : 262 134 - Résistance Magique : 2 600 000
Revenir en haut Aller en bas
Ryanne Hilaris

avatar


Masculin Messages : 268
Age : 25
Zénies : 3238 ! Et un cookie de Gray x')

Données du Personnage
Power Level: 6188599
Power Level en Kili: ??
Inventaire :

MessageSujet: Re: Vieux amis, vieux ennemis (PV Ryanne)   Dim Juil 30, 2017 2:27 pm


Un silence de cathédral régnait au sommet plane de la montagne du Maître. Seuls quelques rares courants d'air mineurs s'exprimaient par intermittence, provoquant le bruissement de la frondaison des arbres lointains et la fluctuation de l'épaisse couche de brume environnante. Quant à la cascade perdue dans cet oasis céleste, elle ne pouvait pas être entendue depuis la demeure du maître des lieux. Arenthor avait pensé à tout avant d'installer ses quartiers céans. Il préférait de loin le calme à la tempête, et non pas pour une simple question d'âge. Celui-ci, comme tous ses congénères à cornes, ne vieillissait pas comme le commun des mortels.
Le temps ne lui manquait pas. Seul bémol ? Les grandes ambitions d'antan n'occupait plus ses pensées. Il avait décidé de les oblitérer de sa conscience, d'y mettre un point final, de taire à jamais les pulsions destructrices propres à sa race démoniaque pour méditer et, moins souvent, observer le monde depuis son perchoir aménagé.
Le passé n'existait plus. Il s'en était débarrassé sans regret aucun.
Le présent filait comme de coutume, insaisissable. Il ne tardait jamais à rejoindre le passé, mais représentait tout de même une source de sagesse perpétuelle que la Maître prenait soin de consigner dans ses archives - à savoir une bibliothèque personnelle adaptée à ses exigences.
Pour le futur, il en allait autrement. Pour Arenthor, ce dernier pouvait toujours se faire attendre. Et pour l'heure, il ne savait pas encore quoi en faire... hormis contempler patiemment, avec l’œil de l'esprit, l'évolution de son apprentie enthousiaste. Un tel contraste avec son propre comportement pouvait en choquer plus d'un, et à juste titre. Le grand Maître taciturne, ex-Juge Démoniaque, conquérant d'un univers lointain, enseignant une partie de son Art démoniaque à la descendante d'une engeance humaine ? Cela paraissait à peine probable. Et Arenthor préférait déguiser la raison de son geste par une simple dette qu'il se devait de payer auprès d'un homme - un combattant désormais déchu - assez sage dans ses paroles pour lui avoir ôté définitivement l'envie de semer terreur et mort dans son sillage.
Les mortels de cette planète disposaient parfois de facultés intellectuelles et philosophiques attrayantes. Pour un guerrier - et surtout pour un militaire -, cela relevait presque du paradoxe. Certains ne se contentaient pas d'obéir aux ordres. Certains réfléchissaient judicieusement aux conséquences de leurs actes.
Mais même avec un tel mode de pensée nouvellement acquis, Arenthor ne se comportait pas ainsi pour se racheter. Il suivait ce nouveau mode de vie pour en apprendre davantage sur un peuple constitué en grande partie d'être faibles et friables. Néanmoins, il ne s’agissait pas du tout de bouger quelques pions pour satisfaire les lubies d'un scientifique fou, prisonnier de sa cruauté et obnubilé par son grand échiquier débilitant.
Le Maître avait jeté aux oubliettes toutes velléités de briser son prochain, de le dominer ou de l’assujettir d'une quelconque manière. Implicitement, il confiait sa force et son savoir accumulés au fil des siècle aux personnalités qu'il jugeait méritantes. Ainsi se comportait-il encore comme un Juge sans qu'on y ajoute le qualificatif - péjoratif - de "Démoniaque".
Toutefois, le Maître le savait. Il s'en doutait en son for intérieur. Un jour, enterré ou non, le passé finit toujours par jaillir du sol comme le vulgaire pantin de chair putréfiée d'un nécromancien.
Et c'était précisément ce qui allait se produire ce jour-ci.
Un intrus avait pénétré son repaire. Et il ne s'agissait aucunement d'un simple explorateur. Certainement pas d'un voyageur égaré comme le prétendait son niveau de puissance... endormie.
Assis en tailleur, muet comme une tombe parmi les meubles de sa demeure soigneusement taillée dans la roche, Arenthor rouvrit ses yeux sombres sans la moindre hâte. Il laissa échapper un petit soupir en parcourant du regard les ouvrages proprement rangées dans la pièce, sur une large étagère poussiéreuse. Une centaine de grimoires pressés les uns contre les autres attendaient patiemment qu'on daigne les extirper de tous leurs secrets. Tous étaient rédigés dans un langage cabalistique connus par les seuls initiés du Juge. Il avait mis au point ce dialecte en mélangeant quelques phrases créées par les mortels avides de sorcellerie couplées à des mots issues du jargon de quelques entités démoniaques perdues dans les méandres de son histoire.
Son apprentie avait appris à maîtriser cette nouvelle langue à une vitesse stupéfiante. Il avait dû masquer sa surprise avec son habituelle mine stoïque. La concernée n'imaginait pas de qui elle tirait une telle faculté d'apprentissage...
Son Maître, quant à lui, avait des doutes.
Il se redressa en faisant bien attention à ne pas renverser la table basse qui trônait au milieu de la pièce. Un invité indésiré l'attendait au-dehors. L'intrépide ne quitterait pas les lieux sans que l'on daigne se présenter à lui. Arenthor le connaissait depuis suffisamment longtemps - bel euphémisme - pour savoir que son ancien collègue ne se ferait pas prier pour venir le chercher.
Le résident des lieux n'avait aucune envie d'abîmer son chez lui dans un combat d'arrière-garde. Un tel affrontement ne l'arrangerait pas. Ni ici ni ailleurs. Son énergie ne vibrait pas devant la regrettable perspective de planter son poing dans le visage d'une personnalité extirpée du passé.
Arenthor quitta la salle dans laquelle il se trouvait et emprunta le large couloir menant aux autres pièces jouxtant sa villa de fortune. A chacun de ses pas des torches s'allumaient, brillant d'un feu violet, surnaturel et démoniaque, et répandaient leur lumière teintée sur les murs rocailleux dénués de toutes fioritures. Quelques piliers-porteurs à l'apparence sinistre soutenaient les fondations des lieux. Un long tapis rouge déchiré le long de ses flancs marquait le chemin à suivre par ses hôtes.
Les foulées du Maître n'émettaient pas le moindre bruit, exactement comme ceux d'un assassin prêt à se lancer dans sa sombre besogne. A la différence près qu'Arenthor avait bon espoir de ne devoir supprimer personne.
Avant même de parvenir à l'entrée du vaste tunnel, le grand démon entendit son ex-compagnon d'armes s'exprimer à haute voix.
"Le Maître", "Ton vieil ami"...
Sans surprise, son invité était parvenu à le retrouver en suivant la signature énergétique de la gamine aux cheveux mauves. C'était précisément la raison pour laquelle Arenthor avait hésité à lui donner à consommer ce breuvage, dans lequel tourbillonnaient quelques gouttes de son propre sang. Une arme à double tranchants...
L'autre démon attendait une réponse. Arenthor continua de réceptionner silencieusement ces paroles en considérant d'un mauvais œil le fait que son "vieil ami" s'intéressait lui-aussi au parcours de son apprentie. Il ne laissait toutefois rien paraître sur son visage buriné, vide de toute expression.
Quoi qu'il en fût, cette histoire d'amusement... ne l'amusait pas.
Et il se fichait pas mal du temps qui s'était écoulé depuis leur dernière confrontation - pour ne pas dire totalement.


*Les flots du temps n'ont pas d'importance pour nous. Tout comme moi, il n'en a cure. Cette entrevue de mauvais goût n'est destinée qu'à satisfaire sa vanité... et son besoin de s'occuper avec des jeux stupides.*

La silhouette la plus humaine d'Arenthor, éclairée par la lumière sinistre de ses torches, s'arrêta à quelques pas de celle de son ancien collègue - moins esthétique, plus démoniaque. Déjà un contraste notable régnait entre les deux individus. Avec toutefois quelques similitudes... notamment leurs cheveux blancs, mais pas de la même longueur.
Le Maître portait sa toge sombre habituelle, habillé comme un sorcier des anciens temps. La capuche de son vêtement relevée, son visage impassible ne cilla pas devant l'apparence de son homologue. Un seul élément distinctif, issu de la culture humaine d'une région particulière, permettait de confirmer le statut de "Maître" d'Arenthor : la chaîne de sphères plus ou moins imposantes qui cerclait son cou et pendait jusqu'au niveau de son sternum.


- Quelle raison pourrait bien te pousser à t'occuper de ce qui ne te regarde pas ? s'enquit l'ex-Juge Démoniaque, sans s'encombrer de salutations hypocrites. Si ce n'est dans le simple but de combler ton ennuyeuse existence avec des imbécillités dignes de ton caractère insouciant.

Il leva une main en un geste évasif, puis se tourna à demi vers les profondeurs abyssales de sa demeure.

- Cela ne m'intéresse pas. Passe ton chemin, oublie jusqu’à l'existence de cet endroit et retourne servir un imbécile encore plus vaniteux que toi comme tu le faisais si bien naguère.

Il aurait pu faire plus court, mais désirait par-dessus tout se montrer clair dans ses propos. Clair et percutant. Malgré tout, en sa qualité d'ancien combattant démoniaque, il savait que son ignoble interlocuteur n'en resterait pas là. Il continuerait de piailler, de la narguer, de chercher à attirer son attention... de lui fournir plus amples informations sur ses projets, non sans recourir à quelques menaces qui, le penserait-il, ne tarderaient pas à faire tiquer son ancien camarade de massacre.
Arenthor réprima un soupir emprunt de lassitude.

_________________

----------- Level : 6 188 599 ; ?? kilis --------------
- Attaque = 1 320 330 / Défense = 696 596 / Vitesse = 1 848 283 / Magie = 1 592 762 / Résistance magique = 730 628 -
Revenir en haut Aller en bas
Ferliost

avatar


Masculin Messages : 241
Age : 21
Zénies : 4280

Données du Personnage
Power Level: 8 819 734
Power Level en Kili: 175
Inventaire :

MessageSujet: Re: Vieux amis, vieux ennemis (PV Ryanne)   Jeu Aoû 03, 2017 5:09 pm






Vieux amis, vieux ennemis


Un pari

Il avait attendu patiemment, près de l’entrée de la grotte… Oh, ce n’est pas qu’il ai manqué le tapis rouge, mais c’était là une question de vanité, ou plutôt afin de provoquer Arenthor. Il avait déjà pris la peine de trouver son vieil ami, il n’allait pas, en plus, être celui à faire l’effort de s’enfoncer dans son antre ! C’était à lui de le rejoindre, et il le connaissait assez bien pour savoir qu’il le ferait, même s’il avait changé ! Même à l’époque où il était juge démoniaque il était bien plus direct que la plupart de ses congénères ! Justement, il ne tarda pas à deviner sa présence, d’abord par son énergie, puis par les lumières pourpres qui s’allumaient une à une, avant d’enfin l’apercevoir par ses yeux… Et il fut à vrai dire un peu surpris. Il s’était donc rabaissé à ce point ? A celui de tenter de ressembler à ces être pitoyables ? Décidément… Mais si son corps leur était semblable, sa voix fut clairement reconnaissable pour son interlocuteur, ainsi que le façon dont il s’adressait à lui.

Il le méprisait, cela s'entendait à sa seule voix... Mais justement il lui avait adressé la parole ! Il avait eu la sagesse de venir poser ses lèvres au bord de la coupe, mais maintenant il s'agit de la boire jusqu'à la lie ! Et cela impliqué plus que de daigner accorder son attention à la présence de son congénère, il allait lui falloir l'écouter et ce en dépit de tout le mépris qu'il pouvait lui adresser. Oh bien sûr, et c’était prévisible, il lui disait, lui intimait même, de repartir sans le moindre mot, de ne pas l’ennuyer avec des caprices. Seulement, le démon avait bien entendu sa première phrase, sa question, et c’était tout ce dont il avait besoin, la brèche qu’il lui fallait pour s’engouffrer et, dans le même temps, titiller son interlocuteur. D’ailleurs, lui même n’arrivait pas à croire que ce dernier ait pu croire que ses propos suffiraient à le faire reculer et revenir sur ses pas, il le connaissait mieux que cela, et il était certains points sur lesquels il n’avait pas vraiment changé ! Lui même n’était pas dupe d’ailleurs ! Il suffisait juste de le voir soupirer, alors, autant balayer ses espoirs sans plus attendre.

"Tu me déçois sur bien des points Arenthor, et pas tant parce que tu ressembles à ces sorciers qui nous ont combattus autrefois... Tout d’abord, car tu me mésestimes, ça fait loooongtemps que j’ai arrêté de suivre les ordres de quelqu’un. Des individus plus puissants, mais de peu d’intérêt en vérité, même pour mes petits talents, souvent trop brusques, trop directs dans leurs plans. C’est CERTAIN que c’est voué à l’échec surtout au vu de certaines personnes dont j’ai constaté l’existence… Mais justement, depuis lors, tout me regarde. L’arrivée d’autres races sur terres, les événements récents...Et les individus les plus remarquables, dont toi et ta protégée faites parties ! Allons, pas de fausse modestie, ça ne te réussit pas, ta simple façon de t’adresser à moi montre bien à quel point tu te penses siiiii supérieur ! Enfin bref nous avons déjà eu cette discussion, tu as choisie une voie absurde, grand bien t’en fasse !"

Son interlocuteur avait beau dire, se grimer et prétendre, lui, il savait bien ce qu’il avait commis par le passé, ce que rien ne pourrait effacer ou même racheter. Son interlocuteur ne faisait que se mentir à lui même, et tout dans la façon de parler de son semblable visait à le sous entendre. Cela étant, aussi plaisante que puisse être une joute verbale de cette ordre, il n’était pas venu pour cela ! Alors autant en venir aux faits

"Cela étant, mon existence n’a rien d’ennuyeux, j’ai fort à faire ! Tu me connais, tu te doutes que le double en fasse de toi ne mobilise pas toute ma conscience et je pouvais bien donner un peu d’attention à un vieil ami ! Surtout quand la rencontre avec son apprentie m’a donné une petite idée. "

A cet instant, il marqua une pause, son regard s’attardant sur son interlocuteur. Il VOULAIT voir sa réaction face à ses propos, savoir comment il allait prendre le fait qu’il implique sa petite protégée dans leurs querelles

"Je ne sais pas si elle t’en as parlé, mais à deux reprises déjà elle a croisé le fer avec un autre humain, et la seconde fois cela a failli être très fâcheux pour elle de ce que j’ai compris. Or il s’avère que cet autre humain m’est… Un peu lié. C’était il y a quoi ? 20 ans ? J’ai voulu faire un test avec mes pouvoirs. Je pouvais transposer ma conscience dans des clones, mais étais je capable de le faire chez une personne ? Pour faire court, oui, ça a marché, du moins en partie, car pour que ça fonctionné, j’ai été obligé de faire que ce fragment soit autonome, je ne le contrôlais pas, mais comme c’était moi même, il n’y avait pas grand risque. TU me suis ? Enfin bref, ça a marché, l’humain concerné a détruit le village avec mon aide. Seulement, il y a eu un survivant et à partir de là on voit le déroulé de l’histoire, hm ? Le petit grandit dans la haine de ceux qui ont détruit son village et lui ont pris sa famille, s’entraîne de longues années et finit par devenir un parangon de vertu tout en cherchant à accomplir sa vengeance !"

Tout en commençant ce récit, il se déplaçait souplement, et agrémentait ses mots de gestuelles diverses, lui donnant l’air d’un véritable conteur. Seulement, le sourire permanent, et presque dérangeant, qu’il affichait laissait déjà deviner le fait qu’il ne faisait que tourner en dérision cette fable, ce qu’il prouva en poursuivant, mais d’une voix bien plus sérieuse.

"Seulement, les mortels sont bien moins louables pour la plupart ! Pour tous pourrai je même dire ! Leur esprit, est si fragile, surtout ceux des enfants. Celui ci a grandi, oui, dans la haine, oui,mais il n’est pas un parangon, il est juste… Un fou parmi d’autres, mais dont la hargne est telle qu’il a repoussé ses limites au-delà de ce qu’un humain serait d’ordinaire capable de faire ! Je ne m’en suis rendu compte que tout récemment, il y a quelques mois, mais sa puissance pour un simple humain est absurde ! Ce n’est pas un élu, quelqu’un qui a reçu la bénédiction de Kami ou même un simple artiste martial ! Juste un mortel poussé en avant par sa rage et sa rancœur, et qui, la dernière fois, surpassait de LOIN ton apprentie, alors même que tu l’as formée si durement, que tu lui as fait boire ton sang. Oh et ne crois pas que c’est moi qui exagère, j’ai tout vu, comment ? Et bien disons que parmi ses "exploits " il a réussi à retrouver le cobaye où j’avais implanté mon fragmente de conscience, et autant te dire que le sort qu’il lui a réservé n’avait rien d’enviable. Bref, mon fragment, pour survivre a réussi à changer d’hôte. je sais donc TOUT, ce qu’il sait et fait... "


Au fur et à mesure de ses dires ses gestes se faisaient de plus en plus preste, tourbillonnant presque, sans s’interrompre autour de son interlocuteur. Dans le même temps, sa voix se faisait de plus en plus enthousiaste. Oh, qu’il avait hâte d’en venir au fait auprès de son cher congénère !

"Mais cette puissance qu’il a acquis par sa seule rancœur… Ça a apporté un nouveau sens à mon but, et pour moi rend absurde le tien. Ah, et avant que tu le demandes, non, je ne te dirai pas quel est mon but ! Où en étais je ? Ah oui ! Les hommes bons… Que d’efforts pour devenir puissants, et encore ils sont rarement récompensé… Les terriens, ça crève les yeux, ne peuvent dévoiler leur plein potentiel que si nous les guidons selon nos voies ! Que si nous les poussons à suivre leurs instincts et leurs désires primaires ! Il y a une raison pour laquelle ces sentiments néfastes ont rendu plus fort cet humain ! Oh, tu me répondras que tout les hommes mauvais ne sont pas puissants, c’est vrai. Seulement, même mauvais, ils se limitent de par un ensemble de valeur morales, de codes sociales… Il faut débrider cela pour atteindre ce potentiel."

En exposant sa pensée, il ressemblait presque à un scientifique dévoilant une théorie à propos de laquelle il était certain, faisant preuve du même enthousiasme !

"Seulement… Je sais que toi tu penses tout le contraire, et tu as même fait le chemin inverse. Un démon qui a renoncé à toutes ses pulsions, qui s’est muré dans son monde personnel, et qui guide une humaine à suivre la même voie… Sincèrement vous me faites froid dans le dos, parfois on dirait que vous êtes des machines ! Toujours est il, j’en viens enfin à la raison de ma venue. Dans le fond nous sommes deux individus avec une théorie, ou du moins des enseignements, qu’il nous faut prouver, et il s’avère que nous sommes opposés. Alors, je propose la chose suivante, un pari si tu veux. Moi qui suit convaincu que l’âme humaine ne s’accomplit que par ses plus bas instinct, je suis sûr que mon élève réussira à briser l’esprit de la tienne ! Quant à elle elle pourrait très bien chercher à réparer le sien ! Elle a déjà essayé d’ailleurs, mais sans grand succès ! Je dirai même au contraire, il est pire que jamais désormais… L’enjeu, en serait le fait de valider nos théories. Que mon "élève " fasse craquer l’esprit de la tienne et j’ai gagné ! Qu’elle réussisse à lui rendre la raison, sans l’affaiblir, et tu as gagné !  Voyons laquelle des leçons entre la tienne et la mienne peut réellement s’appliquer à l’espèce humaine !"

L’ambition pouvait paraître étrange, mais en tant que manipulateur, c’était un élément qui lui avait paru de plus en plus évident au fil des siècles, et avec son "élève " il en avait une preuve, et il voulait pousser la chose encore plus loin. Cela étant, il savait aussi que son semblable n’aurait que peu d’intérêt à cela, alors il ajouta, d’une voix mielleuse.

"Oh, je vois que tu es un peu surpris, que je me limite à leurs esprits, mais… Quel intérêt à souhaiter leurs morts ? Surtout que je pars avec un sacré désavantage vu la gardienne de ton élève, une entité si puissante, une vraie épine dans le pied… Cela dit , je comprendrai si l’intérêt même de ce que je proposé t’échappe aussi, donc on peut, peut être, envisager d’autres termes… Peut être est ce nos vies qui doivent être mises en jeu, hm ? Le premier de nos élèves qui tuera l’autre ! A partir de là de toute façon, le premier enjeu que j’évoque serait de toute façon bien plus simple à atteindre !"

La mort, ça ne semblait pas l’effrayer personnellement, mais il savait que c’était peut être un enjeu intéressant avec Arenthor. Il y a longtemps, ils avaient déjà essayé de le faire, de tuer l’autre, mais cela avait été en vain . Arenthor avait été trop puissant pour lui pour l’affronter en un face à face, mais lui même ne pouvait directement s’en prendre à lui grâce à son petit don. Une situation qui avait abouti à un statut quo des plus frustrants. Cela étant, cela ne suffirait peut être pas, et tout en mettant un terme à ses déplacements, se positionnant juste en face de son ami, il conclut sur une dernière précision.

"Oh et… Tu dois te demander bien sûr ! Pourquoi diable Kesseleth vient il me prévenir, alros que ça lui ressemblerait bien plus de me prendre en traître ? Et bien justement à cause de cette donzelle à la puissance absurde ! Elle n’est pas des nôtres, ni même une mortelle ! Elle triche ! Et je ne parle pas que d’un jeu, elle triche sur le destin même et même moi, le grand dupeur, je trouve cela irritant ! De fait, en échange de mon "honnêteté " je demanderai simplement que dans le cadre de notre pari, elle ne soit pas impliqué...Et si elle l’est... Ohoho… Tu sais très bien de quoi je serai capable. Ça ne m’arrangerait pas bien sûr, mais tu le regretterais, bien plus que moi même !"

Oh, Arenthor avait dans le fond assez peu d’attaches avec le monde extérieur pour craindre grand-chose, mais il en avait une, et cela était sa faiblesse… Et bien sûr en acceptant son pari il prenait le risque qu’un mortel lui nuise, mais s’il refusait, ce serait son semblable qui s’en occuperait, tout simplement !





_________________
Attaque : 2 158 000 - Défense : 700 000 - Vitesse : 3 100 000 - Magie : 262 134 - Résistance Magique : 2 600 000


Dernière édition par Ferliost le Sam Aoû 26, 2017 11:46 pm, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ryanne Hilaris

avatar


Masculin Messages : 268
Age : 25
Zénies : 3238 ! Et un cookie de Gray x')

Données du Personnage
Power Level: 6188599
Power Level en Kili: ??
Inventaire :

MessageSujet: Re: Vieux amis, vieux ennemis (PV Ryanne)   Jeu Aoû 03, 2017 11:38 pm


Comme le Maître n'en avait cure de l'entendre lui dire - non sans adopter un ton dédaigneux - que sa tenue vestimentaire l’écœurait ! Son ancien acolyte et son avis sur la question ne valaient pas grand-chose à ses yeux. Bon nombre de choses issues du passé ne valaient plus grand-chose. Et il ne valait mieux pas perdre de temps à y songer, au risque de mettre le doigt dans la spirale infernale de la nostalgie... Quantité d'humains se laissaient prendre à ce piège.
Certainement pas lui.
Malgré sa réticence initiale, Arenthor ne fit pas complètement volte-face pour tourner le dos à la conversation qui s'était lancée entre lui et son désagréable homologue. Si ce dernier avait mis les pieds sur son territoire, c'était forcément lié à un événement récent. Un lien de causalité. A quelque chose... ou plutôt quelqu'un d'assez remarquable. D'un peu trop bruyant, et ce bien trop souvent.
A l'abri du regard de son ex-collègue démoniaque, le songeur roula des yeux dans l'ombre, intérieurement consterné par la très mauvaise perspective qui s'esquissait lentement juste sous son nez. Cela tandis que l'autre gus s'exprimait sans s'arrêter. Il aimait au moins les mots autant que son apprentie aux cheveux mauves. En tant que manipulateur, forcément l'inverse aurait créé un sacré paradoxe...


- Si je me souciais un tant soit peu de ma supériorité, je ne perdrais pas mon temps à bavasser avec toi, glissa-t-il, toujours aussi peu enclin à la causette.

Mais il est ô combien difficile d'arrêter un moulin à paroles lancé à plein régime !
Comme d'habitude avec cet énergumène des plus odieux et des plus perfides, les mots n'en finissaient plus de couler. Un peu d’hypocrisie par-ci par-là - notamment en prononçant le mot "ami", sachant qu'un démon n'en a pas -, de temps en temps...
Il n'avait pas changé. Il ne changera jamais.
Les deux concernés ne partageront décidément jamais le même mode de pensée.
Le Maître faillit réagir à la seconde mention concernant son apprentie, mais il n'en fit rien. Les effets du Cœur de pierre si chèrement acquis ne trahissaient aucune émotion sur son visage de marbre. La passivité troublante de cette technique créait une in-expressivité trompeuse sur la totalité de sa personne. Pas le moindre tic, pas la moindre crispation ou contraction musculaire.
Pas le moindre indice utilisable contre lui.
Son congénère pouvait s'en mordre les doigts.
Arenthor ne quittait pas sa position.
L'autre reprit son argumentation après sa courte analyse visuelle. S'ensuivit l'explication d'une bien sombre expérience, avec pour dangereux cobaye un terrien rongé par la haine. Une haine instillée par un massacre de son faible entourage. Tout un scénario macabre bâtit de les mains-mêmes d'un comédien des plus répugnants. Le coupable s'exprimait d'un timbre empli de fierté tout aussi écœurant.
Oui, certaines choses ne pouvaient malheureusement pas changer...
Arenthor disait toujours que "L'expérience douloureuse est un bon maître". Il existait toutefois un degré à ne pas dépasser, au risque de transformer dans la négative l'esprit de l'apprenti. Et c'était justement ce mauvais conditionnement que s'échinait à expliquer si jovialement son horrible congénère.


- Comme d’habitude, ta bassesse ne connaît que peu de limites... pour ne pas dire aucune, lâcha le démon à face humaine, les traits de son visage buriné pourtant vides de tout dégoût apparent.

Kesseleth se déplaçait et Arenthor le suivait impassiblement du regard.
L'imbécile adorait se mettre en scène quand ça l'arrangeait. Pourtant, il se cachait les quatre-vingt dix-neuf pourcent du temps derrière une vulgaire doublure façonnée par ses ignobles soins. De nouveau le concerné reprit la parole, détaillant l'évolution de son exécrable sujet avili.
Une partie de la conscience du Juge Démoniaque prenait bonne note de toute cette description mais l'autre, bien plus entraînée, plus rodée, vomissait le mode opératoire du démon pernicieux de tout son saoul.
L'imbécile n'avait créé rien d'autre qu'un monstre totalement incontrôlable. Oh ! il pensait tenir les rênes. A tort. Ce petit jeu-là prendrait fin tôt ou tard. Et plus le temps s'écoulerait, plus douloureuse sera la chute.


*Les siècles qui se sont étirés depuis notre dernière rencontre n'ont strictement rien arrangé à sa démence* songea l'ex-juge, ses yeux encore et toujours rivés sur ledit démon en mouvement.

Il ressemblait à un enfant amusé par son tout nouveau jouet. Un jouet qui n'avait de cesse d'évoluer dans le mauvais sens. Un jouet qui finira très certainement par se rompre le cou à force de sombrer dans une folie meurtrière. Un démon chassant des démons. Un démon ne se souciant même pas de la couche d’infamies qui continuait de s'agglutiner autour de sa conscience, le rendant de plus en plus méphitique pour les siens... Tandis que l'apprentie d'Arenthor, certes plus faible, choisissait sa propre voie depuis le début. Son Maître ne l'utilisait pas. Il l'a poussée à se surpasser pour parvenir à remplir ses objectifs. Et un jour, la gamine surpassera ses faiblesses et affrontera de nouveau son mentor.
Voilà pourquoi les pics de son interlocuteur n'avaient aucun impact sur le Maître.
Arenthor avait cessé d’agir comme un démon ; il avait appris à penser autrement en observant le monde des Hommes. Seulement, cela ne faisait pas pour autant de lui un saint...
Loin de là.


- Pauvre fou, tu joues avec le feu...

Mais l'incommodant s'en vantait. Pis encore ! il prenait son pied en cherchant à montrer qu'il avait raison. En cherchant à prouver l'efficacité de son conditionnement. En tentant d'écraser les méthodes "douces" par d'autres plus prolifiques et infiniment plus traumatisantes.
Kesseleth créait des êtres puissants en plongeant ses sujets dans une toile de démence minutieusement ficelée. Arenthor, quant à lui, procédait d'une tout autre manière...
Aussi le petit concours du Malin ne l'amusait pas pour un sou. Il le fit savoir sans perdre plus de temps.


- J'ai toujours abhorré cette fâcheuse manie que tu as de jouer avec tes ennemis. Il en allait de même pour autrefois, mais maintenant je te trouve plus que jamais méprisable, répliqua-t-il en se tournant complètement vers son ancien égal.

Il parut faire fi de sa remarque, car l'intéressé reprit de plus belle, comme si de rien était, probablement habitué à recevoir le fiel d'autrui en pleine face sans sourciller. La mention de la "sacrée gardienne" manqua d'arracher un sourire provocant au Maître.
Force était de constater que la volubilité de son apprentie plaidait en la faveur de cette dernière. Elle savait bien s'entourer, au point d'avoir aussi récolté - et surtout adopté - une entité à l'essence divine. Cette fameuse Arcadia qu'elle avait cherché à lui cacher depuis le début.
Arenthor y songeait vaguement pendant que son homologue établissait avec enthousiaste les règles de son jeu morbide.
*Il m'agace. Je ne l'écoute pourtant que d'une oreille. Faut-il que je le fasse taire maintenant ?...*
Il choisit pour le moment de s'en abstenir.[/i]

- Pourquoi devrais-je obéir à tes conditions ? Surtout celles qui proviennent de la bouche d'un manipulateur né ? D'autant plus que tu sembles oublier un détail essentiel, fit-il avant de s'interrompre.

Retour aux bavardages du grand type aux cheveux blanc qui adorait se rendre intéressant.
Il pouvait se montrer diablement plus agaçant que son apprentie. En un sens, Arenthor s'estimait heureux de ne jamais avoir enseigné quoi que ce fut à un membre de son espèce. La descendante humaine, malgré sa tendance à papoter inlassablement, savait beaucoup mieux se tenir que son "invité" actuel.
Arenthor choisit de couper court aux bribes de menaces qui commençaient à peser sur sa personne. Il toisa le démon en esquissant - chose particulièrement rare - un sourire en coin emprunt d'une certaine moquerie.


- Le "Grand Dupeur" me paraît très contrarié par la présence d'un écueil qui, de toute évidence, va à l'encontre de ses projets, articula-t-il sans se départir de son sourire, qui s'élargit un tantinet davantage. Que cela soit bien clair entre nous, Kesseleth : je ne lèverai pas le petit doigt pour te faciliter les choses, quelques soient tes menaces. Il approcha son visage de celui de l'indésiré et ajouta plus froidement : Je me moque bien de savoir qui de vous deux pense avoir un quelconque contrôle sur le destin. A mes yeux, cela n'a pas la moindre importance. En outre... la relation entre mon apprentie et la personne que tu abomines tant n'est pas sous ma juridiction. Leur destin leur appartient. Et enfin, j'ajouterais une chose... dit-il, plus calmement, débarrassé de son léger rictus pour de nouveau afficher un masque d'impassibilité insondable. Je n'ai plus le moindre compte à rendre à la jeune Hilaris car je l'ai affranchie de son statut de disciple. Sa vie dépendra de ses actions. En d'autres termes, ta visite en ces lieux ne vaut pas davantage que la plus mauvaise de tes plaisanteries.

De nouveau ce regard froid, contrastant avec le reste de son faciès décontracté. Comme si un brasier démoniaque dansait dans ses yeux sombres mais que tout le reste dormait avec la tranquillité trompeuse d'un volcan éteint.

- Tu peux disposer. Je t'accorde dix secondes pour disparaître. Passé ce délai, je renouvellerai cette expérience si désagréable qui consiste en la suppression d'un de tes nombreux ersatz, à commencer par celui qui se trouve en face de moi.

Arenthor n'était pas prêt de détourner les yeux de son dangereux compagnon d'armes d'antan.

_________________

----------- Level : 6 188 599 ; ?? kilis --------------
- Attaque = 1 320 330 / Défense = 696 596 / Vitesse = 1 848 283 / Magie = 1 592 762 / Résistance magique = 730 628 -
Revenir en haut Aller en bas
Ferliost

avatar


Masculin Messages : 241
Age : 21
Zénies : 4280

Données du Personnage
Power Level: 8 819 734
Power Level en Kili: 175
Inventaire :

MessageSujet: Re: Vieux amis, vieux ennemis (PV Ryanne)   Dim Aoû 27, 2017 6:05 pm






Vieux amis, vieux ennemis


Ultimatum


Le mépris... Voilà ce qui définissait bien la réaction d'Arenthor face aux propos de son vieil ami ! Que ce soit par son faciès impassible ou par ses mots à l'intonation neutre mais au sens insultant, son semblable agissait de telle façon qu’il n’y avait nulle doute possible quant à la façon dont il considérait les dires de son semblable. Pourtant cela n’arrêtait pas ce dernier,il était de toute façon habitué à être considéré de la sorte, et il n’y avait aucun intérêt à y répondre. Les joutes verbales étaient plaisantes, mais il était ici pour une raison, et jouer avec la patience de son interlocuteur était une chose dangereuse ! Cela étant, ces « réponses » n’en étaient pas vraiment, tout au plus était ce des commentaires. Après tant de propos cette conversation ne pouvait PAS se finir autrement que par une réponse à l’offre que faisait Kesseleth à son interlocuteur… Et elle finit par venir, sous la forme d’une question rhétorique, rapidement suivi d’un refus, mais son interlocuteur ne pouvait rêver de meilleure amorce et de fait il répondit à l’interrogation soulevée avec tout le sérieux dont il était capable, malgré la menace qui avait conclu les propos d’Arenthor

"Pourquoi ? Voilà en effet la question intéressante, et comme tu me l'as adressé, je vais tout de même te répondre, même s'il faut que tu détruises ce double après."

10 secondes, c'était peu, et il savait qu'il suffirait à son interlocuteur d'une seule d’entre elle pour détruire cette pâle copie de lui même, mais il n'était pas particulièrement inquiet, pas plus qu'il ne s'en fâcha. Pourtant, quelque chose changea dans son attitude, il se fit moins grotesque et jovial, se redressant de toute sa stature pour toiser son interlocuteur. Il souriait toujours certes, mais avec une pointe de sadisme qu'il n'y avait pas avant, et enfin sa voix se fit entendre, moins amusée et doucereux, mais adoptant un ton plus... intransigeant.

"Tu obéiras, pour la simple raison que, jusque là, je m'étais désintéressé de toi car je ne pouvais pas te meurtrir personnellement, et mes petites manigances n'auraient pas pu t'affecter, vu à quel point tu es détaché de ce monde et de ses habitants... Mais maintenant que tu as une élève et que, contrairement à toi, elle a des proches, la donne a changé. En vérité, le jeu que je te propose est une chance pour toi, car, après tout, je n'interviendrai pas. Seulement, j'ai déjà une toile tissée, qui ne demande qu'à être exposée ! Ryanne, toi ou même sa divine amie, vous ne pourrez pas défendre tout le monde face à ce que j'ai préparé. La mère de Ryanne, son frère, ces deux petits fermières... Pourrez vous être réellement là pour les sauver à tout moment d'un odieux assassinat commis par, ce qui sera en apparence, un mortel comme les autre ?. Et quand bien même vous y arriveriez, par une débauche de précaution et de puissance, j'ai déjà assimilé leur énergie... Et tu sais ce que ça veut dire, je pourrai briser leurs réputations à jamais, les forcer à vivre recluse pour des actes dont tout le monde les pensera coupables ! Je te le dis, car tu m'as déjà vu à l’œuvre, et de toute façon, à ton égard la surprise n'aurait que peu d'intérêt. Voilà pourquoi il vaut mieux accepter le jeu que je te propose, sinon je vais jouer de toute façon, mais sans partenaire, juste avec des proies… Ah et si tu te demandes pourquoi moi, entre tous, je te laisse une chance, je vais te le dire ! La curiosité, tout simplement ! Je suis curieux de savoir jusqu’où sera capable d’aller mon élève..."

Un éclat... Malsain luisait dans ces yeux durant tout son discours. Ses menaces n'étaient même plus voilées. Qu'il refuse son jeu et ce serait tout les proches de Ryanne qui en souffrirait, et tous serait impuissant. Oh leur propre puissance pouvait bien les préserver de ses manipulations, mais des mortels ordinaires ? Certainement pas !

"Ah et avant que tu n'y songes, je les ai à l'oeil en permanence, donc si tu viens à accepter mon offre, mais à essayer de me doubler, je le saurai et le résultat sera le même, voir pire encore ! Je crois que nous sommes d'accord pour dire que c'est une issue qu'aucun de nous ne souhaite, hm ?"

Tout dans son attitude reflétait celle d'un joueur d'échec qui était parvenu à acculer son adversaire, sans lui laisser d'échappatoire, et qui le lui faisait comprendre avec toute la suffisance dont il était capable. Ce fut d'ailleurs avec cette même suffisance qu'il conclut ses propos.

"En somme, pour être plus clair, tu as un choix, refuser mon jeu, mais alors prouver que ta morale est encore celle d'un démon, ou l'accepter, et avoir une chance de démontrer que c'est moi qui ait tort. Quelque chose me dit que la décision doit être assez facile à prendre, non ? Oh ne me dis pas que le choix revient seulement à Hilaris parce qu'elle s'est affranchie. Tu sais comme moi qu'elle a encore un lien assez...Solide avec toi, toute indépendante qu'elle soit ! Non car à ce stade mon jouet aussi est indépendant ! Ce n'est pas moi qui ait créé son aversion pour Ryanne ! Enfin, si, mais de façon très indirecte et je ne la visais pas directement, j'ignorais même son existence !"


Il ricana alors doucement, et reprit son attitude plus fanfaronne, ajoutant enfin, en se rapprochant de son interlocuteur.

"Le problème avec l'isolement c'est qu'on finit par ne plus rien voir de ce qui se passe !"

Peu importait qu'il se sente insulté maintenant, peu importait qu'il détruise ce double. Ce serait déplaisant oui, mais l'offre avait été soumise, il ne pouvait plus y avoir qu'un refus ou une acceptation et dans les deux cas... Il était prêt !





_________________
Attaque : 2 158 000 - Défense : 700 000 - Vitesse : 3 100 000 - Magie : 262 134 - Résistance Magique : 2 600 000
Revenir en haut Aller en bas
Ryanne Hilaris

avatar


Masculin Messages : 268
Age : 25
Zénies : 3238 ! Et un cookie de Gray x')

Données du Personnage
Power Level: 6188599
Power Level en Kili: ??
Inventaire :

MessageSujet: Re: Vieux amis, vieux ennemis (PV Ryanne)   Dim Sep 03, 2017 11:52 pm


Dix... Neuf...
Apparemment, la menace du Maître ne suffisait pas à lui faire rebrousser chemin. Kesseleth ne craignait pas de perdre ses marionnettes. Il tenait bien davantage à la présentation de son jeu macabre qu'à la "vie" de ses messagers diaboliques. Mais plus que le jeu en lui-même, Arenthor sentit que son interlocuteur venimeux prenait un plaisir fou à lui dévoiler ses petites manigances !
 Au bout de la troisième seconde écoulée, l'Ex-Juge Démoniaque faillit bien se résoudre à annihiler son sinistre homologue. Si proche du perfide, un seul mouvement de main suffirait.
 Arenthor n'obéissait à personne. Plus depuis des éons. Et il ne comptait pas se laisser marcher sur les pieds par un cinglé en mal de sensations fortes.
 Six..... Sept......
Le compte à rebours du maître des lieux ralentissait dans sa tête au fur et à mesure que la menace se profilait, s'étendait au long comme les griffes affilées d'un géant invisible. Face à cela, le Maître ne pouvait rien faire. Son bâtard d'interlocuteur tirait les ficelles avec une assurance de très mauvais augure. Arenthor l'avait déjà vu faire par le passé, mais il ne s'était jamais trouvé du côté opposé - hormis dans un combat pur. Pas dans ce genre de circonstances. Pas muselé de la sorte face aux agissements d'une créature misant tout sur la sournoiserie.
 Il sentit ses mâchoires se crisper.
 Kesseleth avait pris soin de disposer ses pions avant de lui rendre une petite visite. Cela n'avait pas grand-chose de surprenant car il le connaissait bien, mais Arenthor aurait préféré ne pas l'entendre cracher ses paroles toxiques. Si Ryanne se servait des mots pour résoudre les conflits, Kesseleth, lui, s'en servait à des fins infiniment moins louables.
 Quatre....... Trois........
Le démon retiré du monde perçut cette lueur si familière passer dans le regard du perfide. L'amusement peignait aussi bien ses lèvres que ses maudits yeux. Par le passé, le Maître se serait fait un plaisir de les lui arracher. Mais maintenant, quand il ne se présentait pas sous sa forme la plus puissante et effrayante, Arenthor savait se maîtriser. L'impulsivité de son ancienne vie sommeillait en lui et il ne comptait pas la réveiller de ci-tôt. L'improductivité d'un tel geste provoquerait le malheur des seuls humains avec qui il avait eu la chance d'échanger. Cela équivaudrait à un bien piètre hommage pour le père de son apprentie, n'est-ce pas ?
 Dans sa tête, Arenthor interrompit son décompte.
Il était un peu comme un simple mortel sous la menace d'un canon de revolver. Une arme létale entre les mains d'un individu qui ne se contenterait pas de lui tirer une balle dans la tête, loin de là ! Kesseleth viserait les genoux - l'un puis l'autre en se délectant des cris et des injures du blessé - avant de s'en prendre aux autres articulations avec d'autant plus de plaisir. Puis il finirait le travail en prenant son temps, passant à l'usage d'un outil de torture moins expéditif pour ressentir davantage d'excitation pendant le meurtre.
 Arenthor aurait dû le voir venir. Il aurait pu le voir venir !
Et Kesseleth se fit un plaisir d'enfoncer le clou, le considérant implicitement comme un aveugle, comme un vulgaire ermite en quête de paix, de solitude et de silence.
 Tout le long de sa diatribe, le Maître s'était tu. Il s'était contenté de le fixer à une proximité dangereuse, à l'instar de deux combattants sur le point de se lancer dans un affrontement mémorable, en train de se regarder en chiens de faïence.
 L'Ex-Juge Démoniaque sentit comme un spasme contacter sa joue à la perspective d'accepter de jouer dans la cour d'une véritable ordure. Devait-il vraiment accepter de porter ces chaînes-là ? de se soumettre aux conditions de l'autre salopard ? N'était-il pas plutôt temps de se remettre en question sur ses principes ? De redevenir en partie celui qu'il était naguère pour enfin se débarrasser des êtres corrompus par leurs propres dons, comme Kesseleth ? Ensuite, il aurait tout le loisir de retourner à son domaine, dans les cimes, où son regard de faucon guetterait le monde et ses innombrables occupants...
 C'était une idée ô combien tentante de tout laisser tomber pour reprendre pleinement possession de ses moyens ! Il lui suffirait simplement de nier toutes ses attaches, de se séparer de l'ensemble de ses connaissances à tout jamais.
 Quoi de plus facile pour un démon ?
 N'importe quelle créature de cet acabit ne se serait pas fait prier pour cracher au visage d'un tel manipulateur !
 Mais Arenthor se refusait d’agir de la sorte. Kesseleth le savait. Tous les deux le savaient.
 Il restait à savoir si l'influence de son entourage représentait réellement une faiblesse pour lui. Le Maître avait déjà vu quantité d'humains se sortir de situations à priori perdues par la seule force de leur volonté, en se serrant les coudes.
 Il avait appris que l'union fait la force et que seuls les plus résilients permettaient aux autres de se soutenir mutuellement.
Le Maître ne pouvait pas se permettre de défaillir. Il se devait de faire honneur au collier qu'il portait. A ce symbole de discipline, de maîtrise de soi et d'expérience.
 De longues secondes s'écoulèrent dans un silence de mort tandis que ses yeux sombres scrutaient le visage narquois de son ignoble invité. Il prit enfin la parole, son visage humain aussi expressif qu'une porte de prison.

- Savoure cet instant, misérable, car j'accepte de me soumettre à tes caprices, lâcha-t-il d'une voix grave, quelque peu amplifiée par un procédé magique de sa connaissance. N'importe quel humain se serait figé sur place en l'entendant s'exprimer ainsi, même le plus vaillant des aventuriers. Puisque tu tiens tant à démontrer que ta façon... d'"enseigner" est la plus inadaptée à l'être humain, sois assuré que tu seras exaucé. Nous verrons bien qui de ton loup mystifié ou de mon apprentie obstinée aura le dessus. Ne va pas t'imaginer un seul instant avoir l'ascendant sur moi pour autant. Il se pourrait bien que tu finisses écraser sous le poids de la déception.

Après cela, il se détourna de son interlocuteur en se tournant vers l'intérieur de son antre, là où toutes ses connaissances reposaient depuis des lustres, codées dans des rayons de grimoires cachés. A une époque lointaine, n'importe quel sorcier aurait rêvé de mettre la main sur un seul de ces livres. Arenthor en était autant le gardien que le concepteur encore aujourd'hui. Nul ne pouvait imaginer quelle quantité de pouvoir il avait accumulé tout au long de son interminable vie.
 Le Maître fit trois pas mesurés en avant, puis s'arrêta net. Il coula un regard par-dessus son épaule à l'intention de son hôte exaspérant.
 Il leva une main avec un calme souverain et en présenta le dos à l'intéressé. Son index et son majeur étaient les seuls doigts dépliés.
 Compte à rebours ?

- Deux... Un, reprit-il en abaissant son index, pour exposer seulement son majeur dressé à l'importun sous la forme d'un magnifique doigt d'honneur. Zéro. Le rôle de ton messager s'achève ici.

De sa main cachée, il claqua des doigts.
Toutes les torches qui flambaient d'un feu démoniaque se mirent à danser comme des feux follets, puis quittèrent leur foyer et se mirent à siffler de concert comme d'authentiques chauves-souris ! Plus loin dans le couloir, bien au fond dans une obscurité en perdition, des bruits similaires s'y joignirent en échos. Une autre nuée de créatures ailées, toutes composées de ce même feu surnaturel, traversaient le tunnel aménagé pour se diriger vers la sortie.
 Et à l'extrémité de cette issue se trouvait la doublure du malin...

- Très souvent la Mort se déplace d'un pas bien plus vif qu'on ne le croît. Je te laisse un aperçu de ce qui t'attend si jamais l'envie te venait de remettre les pieds ici. Savoure ta souffrance.

Arenthor reprit son chemin comme si de rien était, sans démarche emphatique aucune.
Le nuée de spectres flamboyants possédés le contourna et, telle une multitude de langues de flammes expulsée de la gueule d'un géant de pierre, fondit sur le clone de Kesseleth pour le dévorer dans un océan de douleurs.
 Désormais, tous les deux savaient à quoi s'attendre l'un de l'autre.
 La hache de guerre était déterrée.

_________________

----------- Level : 6 188 599 ; ?? kilis --------------
- Attaque = 1 320 330 / Défense = 696 596 / Vitesse = 1 848 283 / Magie = 1 592 762 / Résistance magique = 730 628 -
Revenir en haut Aller en bas
Ferliost

avatar


Masculin Messages : 241
Age : 21
Zénies : 4280

Données du Personnage
Power Level: 8 819 734
Power Level en Kili: 175
Inventaire :

MessageSujet: Re: Vieux amis, vieux ennemis (PV Ryanne)   Sam Sep 09, 2017 1:55 am






Vieux amis, vieux ennemis


Tant à faire

Dès l'instant où plus de dix secondes s'étaient écoulées depuis les derniers propos de son interlocuteur, Kesseleth sut qu'il avait gagné... Un triomphe qu'il savoura à chaque seconde, chacune d'elle apportant une nouvelle source de satisfaction au manipulateur, commençant à apercevoir l'impassibilité de son interlocuteur s'effriter, encore et encore... Là était son plus grand triomphe ! Il l'avait acculé au sujet de cette fameuse morale qu'il défendait tant ! Le mieux pour lui était que, d'une certaine façon, à force d'habitude, il devinait quel était exactement le dilemme de son interlocuteur. Après tout il aurait été si aisé pour Arenthor de nier ses attaches avec les terriens et de tout bonnement refuser le jeu de son congénère. Il en aurait été déçu, bien sûr, mais les menaces auraient été tout de même mise à exécution, ne serait ce que pour respecter sa parole, tout de même !

Mais le plus exquis ce fut ses mots, l'acceptation orale du marché qui lui était proposé... Mais même alors son interlocuteur gardait sa fierté, bien mal placé en l'espèce. Ne pouvait il tout simplement pas reconnaître avoir perdu cette manche ? Pour cette fois les manœuvres de Kesseleth avaient portées leurs fruits. Cela lui valut par ailleurs une ultime pique de la part de son semblable.

"Oh je ne me l'imagine pas, je le constate et j'en suis sûr. Je t'ai imposé mes règles et tu n'as pas eu d'autres choix acceptable, selon ta morale, que de les accepter ! Si CA ce n'est pas avoir l'ascendant, je ne sais pas ce que c'est !"

Et il ricana doucement, jubilant de son triomphe. Le "Maître" pouvait se draper dans toute la morgue qu'il souhaitait, il ne pouvait pas nier cet état de fait ! Qu'il se retourne donc avec ses grands airs, qu'il se tienne droit et fier ! Il n'y a aucun mérite à garder des apparences quand rien ne le justifie... D'ailleurs, à propos de cela, lui par contre pouvait se permettre d'afficher un grand sourire, et de rire, encore et encore, son écho résonnant dans la cavité, narguant une dernière fois son interlocuteur avant de le laisser à sa solitude. Un interlocuteur, qui cependant, eut un geste curieux, s'arrêtant... Mais dès l'instant où il put voir les doigts restant, Kesseleth comprit le message, et coupa net le lien avec son pantin. Une opération rapide et simple, bien plus que de le constituer, et sa présence n'était plus nécessaire, même pour son bon plaisir. Il connaissait assez Arenthor pour savoir que même au travers d'un double, cela aurait été douloureux... Et puis le message serait d'autant plus fort ainsi. Dépourvu d'esprit, le clone, même enveloppé dans les flammes, allait continuer de sourire et de rire, sans bouger davantage, suivant le dernier ordre mental donné, peu importe les subisses subies, jusqu'à ce que le corps soit entièrement consumées, ce qui, l'air de rien, allait prendre un peu de temps, de longues secondes où Arenthor se verrait mis en face de son échec par un rire !

Quant à Kesseleth lui même... Oh, il avait tant à faire, i ll'avait bien dit... Lui même ne bougea pas, sortir de sa cachette serait vaine, mais il put se concentrer un peu plus sur les autres doublons qu'il manipulait, et notamment ceux de terriens proche de la demeure de Ryanne, qui semblaient vaquer à des occupations ordinaires, mais qui seraient intervenus si jamais son offre avait été rejeté. Seul restait près de la demeure le double d'une sourire, amplement suffisant pour observer ce qui s'y passait, et les autres qui s'éloignaient... Il ne pouvait pas les faire disparaître ça aurait semblé bizarre, ils repasseraient dans le coin de temps à autre, mais en attendant, ils allaient servir d'autres de ses projets... Bien qu'il fallait le dire celui concernant cette Ryanne était probablement le plus distrayant de tous !





_________________
Attaque : 2 158 000 - Défense : 700 000 - Vitesse : 3 100 000 - Magie : 262 134 - Résistance Magique : 2 600 000
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Vieux amis, vieux ennemis (PV Ryanne)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Vieux amis, vieux ennemis (PV Ryanne)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» diorama : de très vieux amis
» [tuto] De très vieux amis
» Salut à vous mes vieux amis !
» Après-midi entre vieux amis [PV manu][TERMINÉ]
» Le retour de vieux amis !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dragon Ball Reborn  :: Univers :: Terre :: Montagnes Rocheuses-