Partagez | 
 

 Evangeline Greyfax || Tolérance : Zéro [Finit]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Evangeline Greyfax || Tolérance : Zéro [Finit]   Ven Mar 31, 2017 7:27 pm

Evangeline Greyfax
"Rien n'arrêta la purification de ma planète."
Velvet Crowe || Tales of Berseria
"Mon nom est Evangeline Greyfax et je suis une femme de 56 ans. Mon principale défaut est mon manque de subtilité et ma qualité majeure est ma détermination."

 ► Prénom : Evangeline
 ► Nom : Greyfax
 ► Taille : 2m20
 ► Poids : 82 kilos
 ► Planète d'origine : Raydenia
 ► Groupe : Rayden
 ► But :  Purifier le monde de la vermine Xénos et hérétique
 
A première vue, peu de gens se douteraient qu'Evangeline compte effectivement 56 années de vie. Le mérite en revient très certainement aux traitements réjuvénants qu'elle suit une fois par an et qui lui permettent de conserver l'aspect d'une jeune femme ne dépassant pas les 22 cycles. Aucun des traits de son visage, aucun centimètre carré de sa peau ne met en évidence son âge. La Rayden est pourvue d'une peau aussi lisse et nette que dans sa jeunesse, et ses traits n'ont rien perdu de leur beauté : des joues joliment formées, des lèvres fines, un nez légèrement retroussé et surtout, de grands yeux d'un jaune ambré proche de celui qu'arborent certains félins... Et la comparaison n'est pas anodine, car son regard peut se montrer aussi perçant que celui d'un guépard. La seconde particularité de ce visage réside dans la marque faciale qu'arbore chaque Rayden. La sienne se développe sous son œil gauche, enroulant le contour de sa joue et soulignant son œil en arabesques élégantes.
Le reste de son corps n'a rien à envier à son visage. Comme toutes les Raydens, elle est passablement grande comparée à beaucoup d'autres races puisqu'elle ne mesure pas moins de deux mètres vingt, ce qui reste une taille normale au sein de son peuple. Beaucoup de ses congénères la dépassent d'ailleurs, mais elle ne s'en est jamais réellement formalisée, préférant en imposer par son charisme naturel et sa détermination. Fine et élancée, elle possède tout de même quelques avantages, si l'on puis dire, disposant d'une poitrine respectable sans pour autant être exagérée. Ses hanches sont peut-être légèrement fine cependant, mais rien qui ne déséquilibre sa silhouette.
Greyfax peut également se targuer de disposer d'une chevelure assez impressionnante... D'une longueur que beaucoup lui envient puisqu'ils tombent jusqu'à ses chevilles, ils se parent d'un noir profond, chatoyant de reflets bleutés lorsqu'elle est frappée de lumière. Elle aime les sentir voler sur ses épaules librement, mais son travail la pousse à les nouer la plupart du temps. En ces cas-là, elle affectionne tout de même la longue tresse, qui à le mérite de vraiment tenir sa chevelure sur toute sa longueur.
Et comme tout cela ne saurait se balader nue, décence oblige... Elle porte généralement des vêtements légers qui n'entravent pas ses mouvements, souvent même usés par les combats. Elle aime mettre ses atouts en valeur, même si elle sait faire tout de même preuve d'un minimum de décence. Enfin... Faut voire ses critères aussi. Mais tout cela, nous en reparleront peut-être plus dans l'histoire. Elle ne se sépare en revanche que rarement de sa cape noire. Elle se sépare encore plus rarement de son arme, avec laquelle elle noue une relation plus profonde qu'avec n'importe qui : Une lance de fabrication typiquement Rayden, évoluant en symbiose avec sa propriétaire.
Je suis bien conservée, pas vrai ?


 
Que dire sur la mentalité de Greyfax ? Elle revêt tellement d'aspect qu'il serait difficile d'en faire une description exhaustive... Bon. Prenons le taureau par les cornes et commençons par son trait principale, celui dont n'importe qui peut se rendre compte après une petite minute de conversation.
La Raydene est ce que l'on pourrait appeler une psychotique obsessionnelle. Le but de sa vie, l'objectif auquel elle se consacre, est clairement définit et elle n'y dérogera jamais : Protéger son monde natale des influences qu'elle juge néfastes. Ainsi, elle ne montrera aucune pitié envers les races extra-planétaires, les artefacts étranges que l'on trouve en grande quantité sur son monde, et toute personne soutenant l'utilisation ou les relations avec l'un ou l'autre. Et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'elle est déterminée.... Et que rien ne pourras jamais la faire changer d'avis. Il suffit de voir à quelles extrémités la demoiselle est capable de se livrer pour mener à bien la mission dont elle s'est investie.
Il ne serait pas exagéré de dire que le doute assaille rarement l'esprit de la "jeune" femme. Cela n'en fait pas pour autant une tête brulée. Elle est même portée sur la réflexion, mais d'une manière toute pragmatique : Elle réfléchit en terme d'efficacité, se laissant rarement porter par ces émotions. Froide ? Pas pour autant non... Elle est tout à fait capable d'éprouver des sentiments comme l'amour ou la haine, et de le montrer. C'est simplement qu'elle s'astreint à une discipline de fer et qu'elle ne laisse jamais ses émotions l'empêcher d'agir. Et en 56 années de vie, on a largement le temps d'endurcir son esprit.
56 ans oui. Et nous avons déjà évoqué les cures de jouvence de la demoiselle... En effet, Greyfax peut se montrer superficielle selon certains, mais si on en a la possibilité pourquoi se priver ? Evangeline aime être jolie, simplement pour son plaisir personnelle. Le regard des autres n'est pas forcément sa priorité... Bien qu'un petit compliment de temps en temps ne fasse pas de mal. Et si vous voulez un point de vue plus pragmatique, cette jeunesse lui permet de conserver tout son aplomb et la force de ses 20 ans, ce qui est plus que pratique lorsque l'on fait un travail comme le sien.
Un travail qui a mené la "jeune" femme à s'endurcir, et à se forger le caractère d'un leader. Elle a l'habitude de donner des ordres et d'être obéie, mais rechigne à se montrer elle-même soumise à l'autorité. Elle aime avoir les cartes en main et maitriser la situation, le scénario inverse lui hérissant le poil et la mettant sur la défensive. Elle n'est de fait pas encline à se laisser marcher sur les pieds, et elle montre les dents facilement lorsqu'on essaye de lui dire ce qu'elle doit faire ou de la sermonner. Cela ne signifie pas pour autant qu'elle est incapable de se mettre sur un pied d'égalité avec quelqu'un, juste qu'elle ne le considèrera que rarement "supérieur" à elle.
Certaines valeurs de la Raydene peuvent paraitre étrange à d'autres personnes, mais nous en avons parlé plus tôt et nous avions dit que nous allions y revenir... Et bien le temps est venu. La décence. Pour Evangeline, l'indécence passe d'abord par la perversion de l'esprit, en particulier lorsqu'une personne fricote avec des artefacts étranges ou des Xénos. Ainsi, une femme très correctement couverte mais en relation avec une race extra-planaire sera plus indécente que... Et bien, elle-même par exemple, qui porte des vêtements plus que légers. A vrai dire, la nudité ne la gêne pas le moins du monde, ce qui donne parfois lieux à des situations cocasses ou singulières. Mais ne vous emballez pas, elle ne passe pas non plus son temps à se déshabiller.
Oui, je suis étroite d'esprit, et alors ?


 
Au vue de que que vous avez pu lire dans les descriptions de Greyfax, il serait aisé de se dire qu'elle a été traumatisée dans sa jeunesse, que des Xénos ont tué toute sa famille ou que sais-je encore... Et bien non, on peut même dire que la vie d'Evangeline a été plutôt ordinaire, enfin jusqu'à un certain point...

Les parents de la demoiselle se rencontrèrent sur le champ de bataille, comme beaucoup de leurs congénères. De deux camps ennemis, la bataille avait finit en coup de foudre et les deux Raydens s'étaient installés et avaient fondé un foyer dans les montagnes, rejoignant le clan de la jeune femme. Quelques années - et quelques batailles - plus tard, Evangeline venait au monde, poussant déjà de puissants vagissements. Une telle énergie promettait une Raydene solide, dans toute la splendeur guerrière de cette race.

L'enfant grandit bien, se battant souvent avec ses camarades et forgeant son caractère. Elle prenait souvent des gnons, mais elle en administrait souvent aussi, et il était rare de la voir sans un bleu ou une bosse, mais elle aimait sa vie. Lorsqu'elle eut six ans, ses parents lui confièrent l'arme qui allait l'accompagner toute sa vie, une lance effilée et parfaitement équilibrée confectionnée par le forgeron de leur village. Cette lance, elle la chérit toute sa vie, la laissant grandir avec elle. Toujours, l'arme était adaptée à sa taille et à son poids, et plus le temps passait, plus Evangeline se développait, pour finalement arriver à l'orée de ses 16 ans sous les traits d'une ingénieuse, forte et jolie Raydene. Mais déjà, on pouvait entrapercevoir la femme qu'elle allait devenir.

Si la ville où elle habitait était pourvue de toutes les technologies dont pouvaient jouir le peuple Rayden, il arrivait souvent à l'adolescente de s'aventurer hors de ses murs pour découvrir un monde plus sauvage. C'est en ces circonstances qu'elle découvrit un jour ce que l'on appelle couramment une anomalie. Elle n'avait jamais rien vu de tel. L'objet était d'une forme impossible à définir correctement, et elle formait des angles que la géométrie aurait été incapable d'expliquer. L'objet la mettait profondément mal à l'aise, à un tel point qu'elle faillit rendre son dernier repas. Elle résolut donc de le détruire. Revenant chaque jour pour vérifier qu'il était bien là, elle réfléchissait à un moyen de le détruire. Mais elle restait une "civile", et elle ne disposait pas des ressources suffisantes pour se débarrasser d'un tel objet. Elle avait bien essayé de le détruire avec sa lance, mais lorsqu'elle en vit la pointe commencer à disparaitre au contact de l'objet elle l'écarta vivement. L'arme mit plusieurs jours à réapparaitre complètement. Finalement, on lui retira le privilège de se charger de sa trouvaille, puisqu'au bout d'un mois il avait disparu.

Evangeline en fut profondément inquiète. Sans clairement expliquer à ses parents les raisons de son départ, elle le leur annonça néanmoins, et c'est armée de leurs vœux de bonheur qu'elle se lança sur la piste de sa cible. Elle ne pouvait pas croire que l'objet était parti... Quelqu'un l'avait forcément pris, ou détruit, et elle comptait bien savoir qui.

Ses recherches furent longues et difficiles. Elle voyageait, de ville en ville, de champ de bataille en champ de bataille, posait des questions, et au fil de ses investigations elle se rendit compte qu'elle n'était pas un cas isolé. Certains Raydens avaient eu l'occasion de tomber sur des objets étranges, pourvus de caractéristiques clairement impossibles, qui les mettaient souvent mal à l'aise. Il ne s'agissait cependant jamais du même objet. Parfois gigantesque, parfois minuscule, parfois agressif ou parfois totalement passif, un seul point commun les réunissaient : Ils étaient étranges. Bientôt, sa quête de vérité connut une véritable évolution : Il ne s'agissait plus de retrouver un objet disparu, mais de comprendre quelle était cette folie et y mettre un terme. Or, quand on brasse de l'air, on finit souvent par déranger les oiseaux. En l’occurrence, les anges.

Elle avait alors 23 ans. Elle avait parcouru le monde en long, en large et en travers, cherchant pendant plusieurs années, et cela arriva ce jour-là entre tous. pourquoi pas un autre ? Parce-qu'il faut bien que cela arrive à un moment... Alors qu'elle commençait à nouer une relation avec un voyageur rencontré au hasard, elle se réveilla dans un environnement totalement différent de celui où elle avait trouvé le sommeil la veille. Les locaux d'un centre d'activité de l'Angelus.

On lui posa des questions. Comment était-elle au courant pour les artefacts ? Pourquoi les cherchaient-elle ? Était-elle un agent de ce qu'ils appelaient le Demonius ? Elle répondit en toute sincérité. Elle connaissait les "Artefacts" car elle en avait elle-même trouvé un. Elle les cherchaient pour les comprendre et les détruire, si possible. Et elle ne savait pas ce qu'était le Demonius. Elle n'était pas idiote, et elle comprenait très bien que ceux qui l'interrogeaient étaient également à la recherche de ces artefacts. Et ils avaient des moyens. Beaucoup de moyens. Une opportunité parfaite pour elle... Elle demanda à intégrer l'Angelus, et s'il y eut quelques réticences au départ, elle finit tout de même par s'intégrer à ses rangs.

Il s'avéra très vite qu'elle était plus impliquée dans son travail que beaucoup d'autres, et elle se forgea une solide réputation au sein de l'Angelus, celle d'une femme impitoyable qui n'hésitait pas à prendre les devants dans une situation donnée et à prendre des décisions difficiles. Elle n'hésitait pas à sacrifier des guerriers, ou à se mettre elle-même en danger de mort, lorsqu'il s'agissait de lutter contre le Demonius ou de trouver un artefact. Rapidement, elle détesta le Demonius. Ils cherchaient à utiliser les artefacts pour accroitre leur puissance, et elle ne pouvait pas concevoir que l'on puisse même en avoir envie.

Les années passant, Greyfax prit de l'importance au sein de son organisation et gagna en expérience. Elle débuta ses cures réjuvénantes vers les trente ans, retrouvant le visage de ses 25 ans avec plaisir, et obtint finalement le droit, demandé depuis longtemps, de monter son propre département au sein de l'Angelus : le Département de Prévention Contre les Menaces et Périls Non Raydens et de Neutralisation des Traitres et Corrompus par des Forces Hostiles, le DPCMPNRNTCFH. L’acronyme étant parfaitement imprononçable, leurs collègues de l'Angelus en vinrent rapidement à les appeler tout simplement l'Inquisition. un nom plus simple, et qui reflétait très bien les activités réelles de ce département : la traque et la destruction pure et simple de tout ce qui n'était pas originaire de la planète ou qui était en relation non hostiles avec ce genre de choses, pour la protection de sa population.

C'est au cours de ses premières années à la tête de ce département qu'elle rencontra son mari. Il avait pour nom keralm. Un peu plus grand qu'elle, il était doté de la même volonté de détruire les menaces potentielles. Il s'engagea d'ailleurs dans son département, et les deux guerriers menèrent beaucoup de missions ensembles. Se fréquentèrent. Découvrirent qu'ils possédaient plus de points communs qu'ils ne le pensaient, tout en conservant quelques différences qui leur permettaient de garder leur individualité. C'est tout naturellement qu'au bout d'un an, ils décidèrent de fonder un foyer. Evangeline donna alors à son tour naissance à un enfant, un petit garçon qu'ils nommèrent Klev.

Ne vous méprenez pas, cela ne les empêcha pas de continuer leur travail... Enceinte jusqu'aux dents, Evangeline ne permettait à personne de diriger son département, et elle partait en mission aussi souvent qu'avant. Elle finit par accoucher au cours de l'une d'elle, après une bataille contre une troupe de l'Angelus qui s'était soldé par une victoire. La pluie tombait drue, et le sol était boueux, mais elle était déjà plus que déterminée à cette époque et lorsqu'elle entra en travail, elle refusa que l'on la conduise à l'abri. La pluie la rafraichissait agréablement d'ailleurs. Ainsi, Klev vit le jour sur un champ de bataille. Le signe d'une bonne vie pour son enfant, pensait-elle. Elle n'aurait pu avoir plus tors...

Quelques années plus tard, les choses commencèrent à dégénérer. Elle avait alors 39 ans, son fils en avait huit, et son mari... atteignait la fin de sa vie.

Tout avait commencé lors d'une mission de récupération et de destruction d'un artefact. L'objet avait été particulièrement retors. Il était semblable à un cristal de la taille d'un avant-bras, d'un blanc laiteux, mais on pouvait voir dans les profondeurs de l'objet tout un réseau de veinules d'un noir profond, frétillants comme des vers. Keralm était à la tête de l'équipe chargé de la récupération, et le cristal s'était enfoncé dans le sol à une vitesse effarante, laissant derrière lui un fluide blanc opaque. Il suintait. L'équipe avait du creuser, et ils avaient finalement réussi à extraire l'objet après plusieurs jours de travail et à le ramener au centre. Ce dont Keralm ne se rendit pas compte, c'était qu'il était entré en contact avec le fluide lors des fouilles.
La corruption se manifesta dès son retour de mission. Le Rayden se montra fiévreux quelques heures, puis guérit miraculeusement, apaisant les craintes de sa femme. Du moins jusqu'à-ce qu'elle se rende compte que sa main commençait à arborer des veines particulièrement sombres... Mais surtout, des veines qui ne correspondaient pas à la physiologie Rayden. Il ne lui fallut pas bien longtemps pour comprendre les implications de ce qu'elle voyait.

Son mari était corrompu. Les veines frétillaient sous sa peau, comme elles avaient frétillé sous le cristal. La sueur de sa fièvre était laiteuse et visqueuse, très différente d'une sueur normale. Elle prit immédiatement la seule décision qui s'imposait.

Elle devait le tuer. Le détruire, pour qu'il ne puisse contaminer personne. Ce qu'elle fit. Sans la moindre hésitation, sans le moindre remords. Des regrets ? Oui, elle l'aimait après tout, elle avait passé dix ans de sa vie avec lui, elle avait un enfant de lui... Mais elle ne pouvait pas le laisser étendre la corruption. Mais alors qu'elle considérait le cadavre de l'homme qui avait partagé sa vie si longtemps, elle fut prise d'un engourdissement désagréable. Ses yeux la piquaient. Elle laissa les membres de son équipe emmener le corps et le détruire définitivement, mais il lui fallut un moment pour se rendre compte que le risque n'était pas écarté... Lorsque Keralm était rentré de mission, Klev s'était jeté dans ses bras. Ils s'étaient étreints.

Son fils était peut-être contaminé.

L'enfant essayait de se montrer fort du haut de ses huit années, mais il restait jeune, et les larmes finirent par venir. Elle voulut le consoler de la mort de son père, mais elle était figée par un doute, un horrible doute. Fallait-il le tuer aussi, au cas où ? Était-il réellement contaminé, ou avait-il été épargné ? Il ne montrait pour l'instant aucun signe de corruption, mais elle ne pouvait pas le laisser libre... Au cas où... Elle le confia à la branche confinement de l'Angelus.

Si elle ne sut pas ce qu'il advint de lui pendant sa séquestration, il est nécessaire de le compter pour comprendre le déroulement des évènements. Au départ, Klev ne manifesta pas de signe de contamination. Cependant, les scientifiques travaillant dans la branche confinement et analyse se rendirent compte que quelque chose clochait. Il avait effectivement été contaminé... Alors ils décidèrent de mener des expérimentations, pour mieux comprendre la nature de cette corruption, peut-être même pour s'en servir contre le Demonius. Mais ils ne parvinrent pas à maitriser la chose, et l'expérience dégénéra. Ils furent obligé de révéler à Evangeline que son fils avait bel et bien été touché par la contamination, plusieurs mois après qu'elle le leur ait confié. Elle ordonna donc qu'il fut mis a mort et détruit, et mit un point d'honneur à mener elle-même cette opération.

Aujourd'hui, presque dix ans plus tard, elle se souvient encore de ces évènements avec un profond sentiment de perte. Mais ainsi va la vie chez les Raydens, les gens vivent et meurent, souvent de cause non naturelle. Elle garde la conviction d'avoir agit pour le mieux, sacrifiant le plus petit nombre pour la sécurité du plus grand. Une philosophie qu'elle conserve encore maintenant.
Moi ? Mais non, ma vie est parfaitement ordinaire...


 
HRP
Dans la réalité je suis...
► Pseudo(s) fréquent(s): Je suis Moe, la femme aux milles pseudonymes owo
 ► Tu as quel âge ? 24 ans, dude Cool
 ► Tu nous a trouvé où ? Sous mon lit.
 ► Comment tu trouve le forum ? *fait des bulles*
 ► T'as un autre compte? Lequel ? une succube magical girl qui a peur des mecs et une boite de conserve droguée au soda '^'
 ► T'as pas un truc à nous dire hein ? PURGE THE HERETICS !
 ► Code du règlement : Je donnerais à manger qu'aux Raydens èwé Puis bon, j'crois que j'vous l'ai un peu retapé le règlement à une époque owo

 
Code de Frosty Blue de Never Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Gray Ashura

avatar


Masculin Messages : 689
Age : 22
Zénies : 5006

Données du Personnage
Power Level: 6 477 934
Power Level en Kili: 124
Inventaire :

MessageSujet: Re: Evangeline Greyfax || Tolérance : Zéro [Finit]   Sam Avr 01, 2017 8:53 pm

Validée à 10 000 PL!

_________________
"For those we cherish,
We die in glory"


Force physique : 2 020 000 - Résistance physique : 2 020 000 -Magie : 0 -Résistance magique : 220 000 -Vitesse 2 020 000
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Evangeline Greyfax || Tolérance : Zéro [Finit]   Dim Avr 02, 2017 12:27 am

WIIII !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Evangeline Greyfax || Tolérance : Zéro [Finit]   Dim Avr 02, 2017 1:30 am

Velvet *^*
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Evangeline Greyfax || Tolérance : Zéro [Finit]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Evangeline Greyfax || Tolérance : Zéro [Finit]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Mouchoirs Hypoallergéniques. [SOMA, KIARA, EVANGELINE]
» Arrived at Mahora ! { Evangeline Mac. Dowell }
» Evangeline AK McDowell
» ~ Evangeline ~
» Daemon , le petit démon :D [non finit]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dragon Ball Reborn  :: Avant RP :: Naissance des Guerriers :: Archivées / Abandonnées-