Partagez | 
 

 L'avenir se façonne aussi bien avec les poings qu'avec la tête [PV = Arcadia]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ryanne Hilaris

avatar


Masculin Messages : 268
Age : 25
Zénies : 3238 ! Et un cookie de Gray x')

Données du Personnage
Power Level: 6188599
Power Level en Kili: ??
Inventaire :

MessageSujet: L'avenir se façonne aussi bien avec les poings qu'avec la tête [PV = Arcadia]   Mar Fév 07, 2017 12:03 am


Ce bon moment passé avec Pan, Pina et Arcadia m'avait donné matière à réfléchir. Et plus précisément l'avenir d'Arcadia énoncé par la Demi-Saiyajin aux connaissances si vastes m'avait investi d'une détermination encore plus forte et intense que celle dont je disposais déjà bien avant cela ! Il me restait énormément de choses à apprendre pour me parfaire dans mon rôle de tutrice vis-à-vis de ma shinjin adorée. Plus le temps s'écoulait et plus ma soif d'apprentissage devenait pressante. Un pouvoir bien particulier occupait toutes mes pensées. Une capacité qui, dans des situations fort périlleuses, viendrait en aide aux plus faibles comme aux plus forts. Il m'était indispensable de l'acquérir et, dans ma grande bêtise, un an plus tôt, je ne m'étais pas rendue compte que le petit carnet fourni par le Maître en expliquait la fonctionnalité d'une variante. Cela m'évitait des déplacements inutiles vers mon redoutable mentor et, de surcroît, me permettait de ne pas lui présenter ma douce Arcadia tout de suite. Je craignais un peu ce moment pour tout vous dire, bien incapable d'anticiper la réaction de l'intéressé suite à une annonce de cet acabit.
Donc je m'amusais à retarder l'inévitable pour préserver à tous, dans ma grande bonté, notre précieuse intégrité mentale !
Bref. J'imagine que vous vous demandez tout naturellement de quelle mystérieuse technique je vous parle depuis le début de mon petit récit, n'est-ce pas ? Eh bien, patience ! Vous n'allez pas tarder à en prendre connaissance.

Avec Arcadia à mes côtés, en quittant la forêt, nous eûmes pour objectif d'atteindre la ville la plus proche - par la voie des airs, cette fois-ci - pour rejoindre sans traînasser et en toute candeur un hôpital dont les patients ne manquaient pas. Même en période de paix, les malades comme les blessés attendaient avec impatience qu'on puisse leur prodiguer des soins. Pour ma part, je m'intéressais aux entailles et aux autres plaies ouvertes dans l'optique d'évoluer à mon rythme. Et pour ne pas échouer lamentablement dés mes premiers essais, ce qui, dans le cas contraire,  s'avérerait un peu embarrassant de donner de faux espoirs à un pauvre bonhomme d'ores et déjà condamné sur son lit de mort. Je m'étais arrangée avec un membre du personnel médical très compétent, qui disposait d'une place de choix dans la hiérarchie de l’établissement hospitalier, pour m'incruster dans son service et mettre enfin en pratique toutes les petites leçons assimilées grâce au fantastique petit carnet du Maître. Ce ne fut pas tâche aisée de le convaincre ; sans l'aide et les fantastiques démonstrations curatives d'Arcaia, je n'y serai pas parvenue. Après tout ça, pour faire bonne figure et ne pas inquiéter les patients superstitieux avec des pratiques ésotériques, notre bienveillant supérieur du moment nous avait suggéré de nous vêtir comme des... infirmières !
Amusée par cette perspective, en emportant Arcadia dans mon sillage, j'avais accepté le marché sans broncher. Cette tenue d'un blanc immaculé m'allait comme un gant, et il en allait de même pour Arcadia, dont la couleur des cheveux se fondait parfaitement avec la petite coiffe d'infirmière affublée d'une croix blanche dans un rond rouge. Par contre, je trouvais cela relativement suspect de ne pas mettre la main, comme par hasard, sur des pantalons assortis. Il ne restait "mystérieusement" plus que des jupes assez courtes qui vous incite à éviter d'emprunter les escaliers pendant les heures de service au risque de dévoiler vos sous-vêtements à tous les traînards aux yeux baladeurs.
Mais nous n'allions pas nous arrêter dans nos glorieux projets pour si peu, n'est-ce pas ? Vive la résilience !
Je me tournai vers Arcadia, dans les vestiaires, après m'être observée consciencieusement un petit bout de temps dans un miroir, habillée selon les vêtements d'infirmière préconisés.


- Le blanc me va plutôt bien ! Pour toi, je n'en doutais absolument pas, évidemment ! Tu es toujours magnifique, mon ange à la chevelure de neige, fis-je avec un sourire en ébouriffant les cheveux de la shinjin. Le médecin s'est montré vraiment très sympathique de nous fournir deux cassiers pour ranger nos affaires; on aurait presque l'impression de faire pour de bon partie de son équipe ! Ha ha ha ! Allez ! En avant, Arcadia ! Les blessés et les malades nous attendent !

Et là encore, bourrée d'entrain, je parcourais les couloirs en quête de tâches à accomplir. Mais pas n'importe lesquelles, attention ! Il s'agissait avant tout de mettre la main sur des blessures pas trop profondes, afin de recourir à l'usage de la magie en toute discrétion, non sans avoir soit-disant recourt au matériel fourni par l’hôpital. Parfaitement confiante en Arcadia, je lui laissais carte blanche pour soigner qui bon lui semblait. La connaissant bien, je savais qu'elle essaierait de venir en aide à tout le monde.
Durant les soins, j'invitais souvent le patient à ne pas trop se pencher sur les blessures dont je devais m'occuper, histoire de recourir enfin, en toute discrétion, à ma magie pour soigner miraculeusement la plaie ciblée.
Suivant les consignes inscrites dans le petit carnet occulte, le principe était pratiquement le même qu'en immobilisant un adversaire avec l'incantation du Cœur de Pierre inversé mais avec un peu plus de subtilité. Mon premier coba-... patient ! fut une personne à l’âge canonique, entaillée au bras. Petit avantage ? Sa vue laissait beaucoup à désirer ! Paaaarfait ! Petit souci ?  Une personne très bavarde !
Elle me racontait sa routine et je m'efforçais, entre-temps, de ne pas trop m'y intéresser afin de me concentrer davantage sur mes soins par sortilège. Les lettres cabalistiques, mauves comme à l'accoutumée en accord avec la nature mystique de mon Ki, tournoyaient de façon discrète autour des chairs meurtries pour, à terme, les ressouder à l'insu de mon patient bavard. La première guérison fut véritablement laborieuse. J'avais, sous le coup de la surprise, bondi en arrière en sentant comme le début d'une petite déchirure se former au niveau de mon bras. Je dus baratiner mon précieux client en faisant passer ça pour un... hoquet.
Oui, un mensonge un peu gros, je ne vous le fais pas dire !
Quoiqu'il en fut, cette douleur purement psychique - car ladite déchirure n'était pas du tout réel ; il ne s'agissait là que d'une sensation très désagréable - provenait d'un détail précisé dans le mode d'emploi de la technique concernée. Un petit détail à ne surtout pas négliger ! Il était fait mention d'une "épreuve de la douleur" pour soigner le mal à la manière d'un sorcier. En somme, l'intégralité de la souffrance - encore une fois mentale et non pas physique - qui résultait de la blessure ciblée était transférée au pratiquant et, ce dernier, s'il ne parvenait pas à résister à la douleur tout le long du traitement, n'arriverait au final à rien sur son patient.
Pour soigner une plaie, il fallait déjà localiser la douleur, la comprendre, la supporter, puis l'endurer. De plus, une erreur de concentration ou une quelconque interruption que ce soit entraîne d'office un échec lors de la réparation des chairs.
Ce sortilège de guérison était donc à double tranchant et ne servait à rien sur des cadavres. Une blessure mortelle pouvait toujours être soignée, mais elle reposait quasiment sur la perspective d'un potentiel sacrifice de l'entreprenant. A cela s'ajoute un autre facteur : une intense et redoutable fatigue mentale pouvant, à force de trop en faire, entraîner l'évanouissement, le coma, ou même la mort.
J'enviais Arcadia pour son pouvoir, en considérant les contraintes apportées par la méthode liée à une sorcellerie décidément bien macabre et peu conciliante de mon cher Maître.
Lors de mes nombreux traitements, je m'émerveillais de sentir ma magie irradier comme jamais. Y recourir m'empêchait, pour le moment, de masquer ma puissance de façon efficace. N'importe qui pouvait me détecter dans les environs si cela lui chantait de le faire. Il me faudrait travailler ça avec, sans oublier, d'apprendre à supporter les douleurs même les plus vives et les plus terribles en me gardant bien de tomber dans les vapes. De ce côté-ci, ça allait encore, je n'avais pas trop à me plaindre !
Mais le pire était à venir.

En l'attente de plaies à soigner toujours plus graves que les précédentes, tout en bouquinant calmement un ouvrage sur le corps humain et ses innombrables spécificités dans l'optique d'acquérir une meilleure compréhension sur ses fonctionnalités les plus subtiles, je m'étais assise à l'écart pour récupérer un chouïa. Mon visage perlait de sueur et mes mains tremblaient par intermittence. Tout un tas de petites souffrances bénignes m'accablaient un peu partout au niveau des membres, vestiges des nombreux transferts de douleurs effectués pendant mon entraînement à la sorcellerie curative.
Cela dit, je n'avais aucune envie de dormir. Seule dans une salle aux fenêtres ouvertes, j'attendais le retour d'Arcadia et me préservais tranquillement pour la suite des opérations dans ma tenue d'infirmière qui méritait déjà bien de finir au lavage à force de se gorger de sueur.
Je reposai mon livre en le laissant tomber sur la seule table rectangulaire présente dans la pièce. Il claqua doucement contre le support et j'absorbai une longue goulée d'air avant d'entreprendre de me relever pour me remettre au travail.


- De nouvelles blessures bien flippantes m'attendent ! Toutes aussi délicieusement horribles les unes que les autres, soufflai-je calmement en m'étirant, les bras tendus sur les côtés. Je commence à apprécier cette profession.

Je me tournai vers la fenêtre et posai mes coudes juste au bord, dans l'encadrement de cette dernière. Il faisait beau ! Le soleil brillait dans un ciel débarrassé de ses nuages cotonneux. Puis, sans trop savoir pourquoi, je songeai tout d'un coup à Baddack et à sa compagne.
Qu'en était-il de leur relation, à ces deux spécimens de foire ?
Ces gens-là aimaient bien se blesser dans des combats totalement absurdes...

_________________

----------- Level : 6 188 599 ; ?? kilis --------------
- Attaque = 1 320 330 / Défense = 696 596 / Vitesse = 1 848 283 / Magie = 1 592 762 / Résistance magique = 730 628 -


Dernière édition par Ryanne Hilaris le Ven Mar 03, 2017 11:54 pm, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Arcadia

avatar


Féminin Messages : 44
Age : 2
Zénies : 1400

Données du Personnage
Power Level: 72 611
Power Level en Kili: 1
Inventaire :

MessageSujet: Re: L'avenir se façonne aussi bien avec les poings qu'avec la tête [PV = Arcadia]   Mar Fév 07, 2017 10:41 am

Arcadia avait beaucoup appris avec la rencontre de Pan et Pina. Bien entendu, ce n'était pas du même acabit que sa mère d'adoption. Elle avait étudié l'humain dans ses parades amoureuses, c'était vraiment très intriguant et surprenant. Elle sentait qu'elle avait tant à apprendre, tant à découvrir, et alors qu'elles quittaient la forêt en volant, elles se dirigèrent visiblement vers la ville la plus proche. Elle savait voler, et c'était bien le moyen le plus rapide pour se déplacer. Elle s'étonna que Ryanne veuille aller si vite, et ne pas marcher. Elle devait avoir idée en tête si précise, qu'elle voulait se dépêcher de s'y rendre. La shinjin fut plus que satisfaite de la direction, un hôpital ! C'était un endroit merveilleux et terrible à la fois pour l'extraterrestre. D'un côté, elle savait qu'elle pourrait aider beaucoup de monde dans cet endroit, de l'autre, élément ressentait tellement de souffrance que s'en était rude pour son petit cœur. Elle se demandait ce que venait chercher sa mère adoptive ici.

« Il y a tellement de souffrance ici, on a bien fait d'y aller. Je vais avoir beaucoup de travail. »

Commenta alors Arcadia l'air de rien. C'était un petit peu comme une récompense pour elle ce genre de lieux. Elle ne se posait pas trop de questions quant à l'accès à l'endroit, elle désirait tant faire du bien autour d'elle. Sa mère semblait chercher à se fondre dans la masse en rejoignant un service comme si elle était médecin, c'était vraiment étrange. Quelque part, c'était tout de même un mensonge, et cela l'ennuyait.

Elle avait dû convaincre le médecin de renom de pouvoir les accepter en tant que pseudo infirmière stagiaire, et cela avait été assez simpliste pour la shinjin. Après tout, il n'allait pas laisser n'importe qui venait les déranger dans leur travail pour une lubie assez étrange visiblement. Elles étaient rentrées dans la chambre d'un enfant tout juste accepté à cause d'une jambe cassée. Il devait avoir quelque chose comme huit ou neuf ans en âge terrestre. Elle sourit doucement en ignorant le médecin qui se demandait ce qu'elles pouvaient venir chercher ici. Elle s'accroupit devant l'enfant intriguée par son apparence, mais elle avait une grande gentillesse qui rayonnait de sa personne. Elle lui parlait avec une infinité douceur et un grand sourire malgré la souffrance du petit garçon.

« Cela doit faire rudement mal, j'ai l'impression que tu t'es cassé la jambe. »

« Oui il va devoir rester plusieurs mois ma jambe dans le plâtre une fois la blessure sécurisée et... »

« Ne t'en fais pas, tout va bien aller. »

Dit alors Arcadia en ignorant le médecin qui allait les faire sortir alors qu'il se demanda ce qu'avaient cette femme au teint gris et les longs cheveux blancs à toucher la jambe du petit garçon. Il frissonna de peur de souffrir, mais elle était délicate et elle ressentait la souffrance du petit garçon comme des coups de couteau dans le cœur. Elle apposa ses deux mains autour de l'os brisé et elle ferma les yeux afin de se concentrer. Ce n'était pas une blessure très complexe à soigner pour un être divin comme elle, mais elle le faisait en premier pour le petit garçon et rien d'autre. Que le médecin de renom râle et hausse le ton était sans importance. Elle était totalement dans sa bulle, comme si soigner son prochain était une nécessité, que cela tombait sous le sens. Elle commença à utiliser son pouvoir divin, et autour de ses mains une douce et chaude lumière se fit ressentir. Plus les secondes passaient, plus le petit garçon semblait ne plus souffrir et au bout de quelques minutes, sa jambe était comme neuve. Elle rouvrit les yeux en regardant le petit garçon et l'aider à descendre d'une main.

« Tu peux y aller, tu es guéri. Ne tu en fais pas, ta jambe ne te fera plus souffrir, mais ne fais plus de bêtises ! »

« Vous... Vous croyez ? Mais... Je ne sens plus rien... Je... Ha bah oui ça va mieux ! Merci madame ! »

Répliqua alors le petit garçon pas très assuré au début, mais bien rapidement, il sautillait dans la pièce sous le regard médusé du médecin. Il ne pouvait y croire alors qu'il venait de constater la fracture. Il chercha à sentir de ses mains, à s'assurer que tout allait bien. Bien entendu, l'enfant était étonné lui-même, mais il ne se posait pas tellement de questions. Il se sentait bien, c'était l'important. Le médecin était totalement sidéré en essayant de comprendre.

« Mais... Comment.... »

Ce fut à ce moment-là que Ryanne proposa de passer un petit moment dans l'hôpital, et pour plus de discrétion, le médecin de renom les accepta comme infirmières honoraires. La shinjin ne comprenait pas tellement il fallait s'habiller en blanc pour aller soigner. Elle avait bien remarqué que tout le personnel médical était en blanc, mais cela l'intriguait.

« Maman ? Pourquoi faut-il être en blanc pour soigner ? C'est vraiment étrange. »

Arcadia ne remettait pas en cause la décision de sa mère, elle passait alors l'uniforme d'infirmière toute contente du cadeau, endroit rempli de malades et de blessés.

« Pourquoi ce médecin faisait une tête pareille quand j'ai aidé le petit garçon ? J'ai senti un trouble en lui, mais je crois que physiquement, il allait bien. Tu crois qu’il ne va pas bien lui aussi ? »

L'extraterrestre ne comprenait pas tellement que voir une fracture se résorber en quelques minutes pouvait être surprenant. Elle trouvait cela tout à fait normal de pouvoir soigner ainsi. Elle constatait que Ryanne était folle de joie de venir ici, et Arcadia souriait grandement.

« Je te remercie vraiment de m'avoir amenée ici ! C'est un formidable lieu, je vais avoir beaucoup à faire. »

La shinjin ne savait pas tellement si elle aurait assez d'énergies pour soigner tout le monde, mais elle allait faire le maximum. Maintenant habillée avec la tenue d'infirmière en blanc, elle se regardait dans la glace en tournant sur elle-même.

« C'est intrigant cette croix. »

Dit alors Arcadia en constatant l'idéogramme apposé sur le vêtement. Le fait que la jupe était assez courte ne la troubla pas une seule seconde. Elle ne pouvait pas penser aux idées perverses des personnes qui l'entouraient. Elle était là pour soigner, voilà tout. Que pouvait-il se passer d'autres de toute façon dans un lieu pareil ?

« Tu es très jolie comme ça maman. »

Arcadia rit doucement alors que Ryanne lui dit que le blanc lui allait plutôt bien. Elle ne savait pas tellement, elle tourna légèrement à droite à gauche en levant un peu les bras comme pour se regarder à nouveau.

« Bientôt à force d'être blanche, je vais finir par disparaître ! »

Dit alors la shinjin en gloussant cachant sa bouche d’un revers de main. Elle ferma les yeux en sentant la main de sa mère lui ébouriffer les cheveux, alors qu’elle lui répondait avec un sourire.

« Ce médecin était quand même étrange à faire cette tête, mais il a l’air gentil oui. Après tout, il soigne les gens. »

Alors que Ryanne semblait pleine d’entrain à aller soigner des malades, Arcadia poussa un « oui » en criant toute contente. Elle ne pouvait pas être plus heureuse que d’être dans un endroit pareil. C'était vraiment fait pour elle, un lieu où se rassemblaient tous les malades et les blessés, plus besoin de les chercher. Elle suivait sa mère dans les couloirs, et elle ne comprenait pas tellement ce qu’elle pouvait chercher ainsi. Elle observa sa mère regarder attentivement chaque personne.

« Pourquoi nous sommes ici ? On devrait tous les aider un par un, ça serait plus simple non ? »

Demanda alors innocemment la shinjin à sa mère adoptive. Elle désirait évidemment soigner tous l’hôpital, c’était une évidence. Elle ne savait pas du tout si elle aurait assez d’énergie, mais ces personnes souffraient, et elle ne voyait que cela. Elle n’était absolument pas consciente de ce qu’elle pouvait faire, elle cherchait le bien, le positif, c’était tout. Elle ne comprenait pas tellement pourquoi Ryanne demandait au malade ou au blessé de ne pas regarder. Elle devait craindre qu’il ne tourne de l’œil. C’était sans doute quelque chose comme cela. Elle la regardait faire les bras croisés dans le dos en se tortillant d’un coup à droit, d’un coup à gauche pour regarder ce que sa mère faisait. Elle ne se cachait pas du tout lorsqu’elle faisait de la magie, si c’était vraiment de la magie d’ailleurs. La première personne que tentait d’aider Ryanne était une personne âgée, qui visiblement s’était entaillée le bras. Elle ne savait pas trop pourquoi Ryanne tentait de faire comme elle, mais après tout pourquoi pas. Cela lui était venu naturellement comme beaucoup de choses d'ailleurs, mais visiblement Ryanne avait besoin d'entraînement pour y arriver. Alors que Ryanne ignorait les dires de la vieille dame, Arcadia ne pouvait s’empêcher de répondre et parler avec la patiente de sa mère avec une grande bienveillance et une grande gentillesse ainsi qu’une grande patience.

Arcadia regarda alors les lettres étranges mauves apparaître, c'était bien de la magie, la magie de Ryanne. Elle sentait que même si la guérison semblait avoir fonctionné, la petite blessure légère avait donné du mal à sa mère. Elle était ennuyée de l’avoir vu dépenser tant d’énergie pour cela. Elle plissa les yeux en voyant la blessure de sa mère se former, c’était la même que chez la vieille dame, et elle ne mit pas très longtemps à comprendre le fonctionnement du sortilège. Elle avait l’impression que c’était un transfère magique de la blessure, et loin d’être une guérison. Une fois avoir rassurée la vieille dame sur son état, la Blanchette l’accompagna jusqu’à la sortie de la pièce avant de s’enfermer avec sa mère.

« Cette magie … elle est très dangereuse. Je pense qu'il vaudrait mieux que tu me laisses faires. »

Dit alors inquiète la shinjin en s’accroupissant face à Ryanne. Elle apposa ses mains autour du bras de sa mère, et après quelques secondes et une douce aura blanchâtre, la blessure transférée était soignée. Elle n'aimait pas du tout l'idée que sa mère procédait à ce genre de pratique, car elle se doutait qu'elle ne s'entraînait pas pour soulager les dames âgées.

« c'est pour sauver Pan que tu t'entraînes à cette magie ? »

Demanda sérieusement alors Arcadia en regardant avec soin le bras de sa mère. Elle supposait qu’elle cherchait à pouvoir sauver l’élue de son cœur au prix de sa vie. Cela lui donna un grand frisson en imaginant sa mère mourir pour sauver Pan, car elle ne pouvait imaginer que ce serait peut-être aussi pour elle, sa fille adorée.

« Je serais toujours là pour la soigner, alors il vaut mieux que tu n’utilises pas cette magie. »

Arcadia voyait bien que sa mère tentait d’étudier le corps humain dans un livre. Elle n’avait pas eu besoin de faire cela, c’était un peu comme si elle arrivait à sentir la souffrance des autres, comme si son pouvoir la guidait naturellement. Elle remarquait alors la réaction de sa mère, des sueurs froides, des mains qui tremblaient, c'étaient les conséquences de sa magie.

« Je vais aller voir ce que je peux faire, en attendant, tu devrais te reposer un peu. »

Ce n’était pas du tout le genre de Ryanne de se reposer, elle était tout le temps dans l’action. Elle la laissa tranquille en se dirigeant dans l’hôpital, assez inquiète pour sa mère, mais son envie d’aider les autres était plus forte. Chaque personne qui semblait vraiment souffrir d’une malade, d’une blessure, d’un mal vraiment important, la shinjin venait apposer ses mains pour la soigner. C’était vraiment la cour des miracles, comme si un ange était de passage, ce qui n’était pas forcément faux d’ailleurs. Elle allait de chambre en chambre pour soigner par magie divine chaque personne qu’elle croisait. À chaque fois, une aura blanche entourait ses mains. Cela prenait plus ou moins de temps par rapport au mal qui habitait la personne. Elle n’aidait évidemment que les personnes qui lui semblaient gentilles, douces. Elle ignorait les personnes mauvaises sous leur colère d'ailleurs parfois. Elle ne pouvait pas aider consciemment des personnes aux buts mauvais, alors elle partait sans rien dire. Au bout d'un moment, de plus en plus de personnes suivaient la shinjin afin d'être soigné pour tout et surtout n'importe quoi. Cela devenait la cohue et elle avait beau dire à chacun qu’elle ne souffrait pas vraiment, c’était dans la tête, ou encore qu’elle ne pouvait l’aider sans lui dire que c’était une personne mauvaise. Elle ne pouvait plus bouger, complètement entourée en plein couloir de toutes ces personnes en souffrance. Arcadia ne savait pas trop quoi faire un peu perdue, ne comprenant pas les réactions de ces humains. Elle faisait tout pour les aider, alors pourquoi est-ce qu’ils réagissaient ainsi ?

« Je … enfin laissez-moi passer … je … »


Dernière édition par Arcadia le Lun Mar 06, 2017 8:47 pm, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ryanne Hilaris

avatar


Masculin Messages : 268
Age : 25
Zénies : 3238 ! Et un cookie de Gray x')

Données du Personnage
Power Level: 6188599
Power Level en Kili: ??
Inventaire :

MessageSujet: Re: L'avenir se façonne aussi bien avec les poings qu'avec la tête [PV = Arcadia]   Dim Fév 12, 2017 3:24 pm


En compagnie d'Arcadia dans cette petite salle de repos, avant d'en venir à songer à Baddack et sa compagne un peu farouche, je m'étais tout juste rendu compte de ma négligence. Une négligence cruelle pour ma shinjin, en me  gardant de lui expliquer, pas même sommairement, les fonctionnalités mystiques de cette nouvelle technique apparemment vieille de plusieurs siècles - facile à déduire autant grâce au livre du Maître qu'à l'âge des derniers sorciers un minimum connus et cités dans ce même ouvrage. Cela dit, ma candide de fille ne pouvait pas comprendre mes réelles intentions en proscrivant des soins aussi coûteux en énergie à mon entourage - des soins ciblés par-dessus le marché !
Bien entendu, Arcadia, avec ses pouvoirs, avait largement de quoi venir en aide à quiconque serait blessé, même grièvement. Mais cette dernière, malgré son intelligence hors-norme, n'était pas au courant de son destin. Et je ne devais pas lui en parler. Pas encore, pas maintenant ! Un jour viendra où sa précieuse magie bienveillante ne servira pas qu'aux êtres humains.
Toutefois, alors qu'elle avait examiné ma soi-disant plaie - blessure non-apparente et purement psychologique - et, grâce à ses pouvoirs naturels, avait supprimé les résidus douloureux de mes tentatives de soin, Arcadia émettait des suppositions plutôt sensées sur mes intentions futures. Elle n'avait pas tout à fait tort, mais pas tout à fait raison non plus.
Je l'avais regardée curieusement en mettant de côté mon ouvrage.


- Hmm... Effectivement. Cette magie est dangereuse à l'emploi pour son invocateur, c'est une évidence. Mais je ne compte pas seulement soigner Pan par son biais, répliquai-je en toute sincérité. Bien sûr que je me sacrifierais pour elle si les circonstances joueraient en notre défaveur. Sache cependant qu'elle est beaucoup plus robuste que moi et que, comme tous les gens affligés par diverses blessures et maladies, d'autres personnes méritent qu'on puisse les soigner de la même manière sans pour autant y laisser la vie, poursuivis-je avec un sourire compatissant. Et ne t'en fais pas pour moi, à force de pratique et d'efforts, la douleur se fera forcément moins aiguë pour chaque soin prodigué à mes patients ! Un jour que je n'espère jamais voir arriver, si jamais tu n'étais pas en état de soigner des blessures - aussi bien les tiennes que celles d'un autre -, je voudrais pouvoir te relayer. Voilà tout, soupirai-je.

Un refus poli et très explicatif ; j'allais continuer à m'exercer à la pratique de cet art ésotérique et Arcadia ne pourrait pas m'en empêcher. Elle avait repéré mes symptômes liés à la fatigue et cela accentuait tout naturellement son angoisse. Mais impossible pour moi de reculer pour si peu !
"Je serais toujours là pour la soigner", avait-elle énoncé.
Ah ! Si seulement ! Douloureuse et cruelle perspective d'avenir que de la savoir prochainement loin de moi... Mais pour ne pas l'alarmer avec une mine troublée, je dus me replonger rapidement dans mon livre hautement instructif.
Conformément aux prévisions bienfaitrices d'Arcadia, je lui adressai un geste compréhensif de la main avant de la voir se glisser dans les couloirs de l’hôpital, en quête de nouveaux patients à soigner.


- Sage conseil ! Je reviendrai à toi juste après cela, sois-en assurée.

Le temps de songer, en projetant mon regard par-delà la fenêtre ouverte comme énoncé bien plus tôt, à mes anciennes rencontres. Notamment ce grand butor de Baddack un tantinet taquin et à sa belliqueuse de compagne que ce dernier traînait comme un vulgaire sac de pommes de terre.
Allez connaître la raison pour laquelle je m'étais intéressée à eux si soudainement ? Probablement à cause d'une de nos anciennes conversations ? Ou d'un intense moment de frustration devant l'audace désespérante de cet ancien partenaire de combat, en rapport avec sa fâcheuse manie à se blesser copieusement sans que je puisse le guérir efficacement ?
Oui, tout cela se tenait.



Revenons-en plutôt au présent ! Ce moment glauque au cours duquel un frisson tout à fait désagréable me parcourut l'échine. J'avais l'intime conviction d'avoir oublié un détail essentiel. Quelque chose en rapport avec Arcadia et sa miraculeuse magie curative... mais impossible de mettre la main dessus !
Je me tournai dos à la fenêtre, les coudes appuyés dans son encadrement, en me passant une mains dans les cheveux.
Mince ! C'était forcément quelque chose d'important à ne surtout pas négliger. Et oui, encore une fois ! Maudite soit cette sombre négligence voilée par mon manque de clairvoyance !
Je me détachai de la fenêtre en ne cessant pas de songer à tout cela. Un oubli me taraudait l'esprit. Quelque chose de crucial. Une consigne à respecter qui, dans mon entrain hypnotisant, m'avait échappé. Mais quoi ?
Bigre ! Je ne parvenais plus à tenir en place.
Ignorant le livre d'anatomie étalé et délaissé sur la table comme un vulgaire chiffon, je fonçai dans les couloirs pour réintégrer cet univers en perpétuelle détresse. Sans doute y obtiendrais-je des réponses assez rapidement !
Cela ne se fit pas attendre.
Une agitation peu commune régnait dans les couloir de l'établissement. Des visages rayonnants éclaircissaient l'ambiance avec un charme presque magique ! ...Minute... Magique ?
Oh, oui ! Je crois bien savoir de quoi je parle ! Et... Argh ! Non, faites qu'il ne s'agisse pas de cela !
J'interrogeai brièvement un homme ayant miraculeusement quitté sa chaise roulante. Il me donnait l'impression d'avoir croisé une divinité rédemptrice, ou d'avoir percé un mystère auquel aucun être humain n'aurait été capable de découvrir en temps normal.


- Euh... Puis-je savoir ce qui vous rend si jovial, monsieur ?

Il se tourna vers moi et me saisit par les bras avec une poigne très énergique. Je lisais dans ses yeux écarquillés quelque chose de terriblement proche de la fascination, et je frémis en imaginant seulement la cause de cette réaction.
Cela ne pouvait signifier qu'une seule chose.


- Une bénédiction ! Un ange ! s'époumona le "malade" en sautillant sur place, poussant inconsciemment sa chaise roulante et la laissant partir à la dérive dans le couloir. Cette beauté éthérée m'a soigné avec ses mains bénies par la lumière ! Elle... Cela ne relevait pas du magnétisme ! J'étais paralysé, vous comprenez ? Paralysé ! Mais... WAHOU ! Je suis de nouveau capable de marcher !

Puis il me relâcha, manquant de me faire tomber sous le coup de la surprise, et s'empressa d'aller détaler dans les escaliers pour tester sa toute nouvelle vélocité.
Je mis un petit moment à récupérer mes esprits, blême devant cette... prouesse digne de ma fille excessivement douée.


- Oh, mazette ! J'ai bien peur de savoir où cela va nous mener, soufflai-je en me frappant le front du plat de la main. Arcadia !

Et je traversai les couloirs en trombe, laissant dans mon sillage les miraculés m'ayant servi de repères pour retrouver ma shinjin complètement inconsciente de la conséquence de ses soins sur sa nouvelle horde de futurs fidèles.
Ciel ! Elle avait maintenant de quoi se créer un culte, tant les adorateurs devenaient légion !
Arrivée dans l'embouteillage provoqué par sa toute nouvelle renommée, je dus me frayer un passage à coups d'épaules et en jouant des coudes par intermittence. Diable ! Certaines personnes récalcitrantes tiraient des mines colériques, désireuses de se voir attribuer des soins miraculeux dans la minute. Profitant de la confusion, j'en fis taire plus d'un avec des frappes discrètes et ciblées. D'autres, plus revanchards, se mirent à s'en prendre à leurs voisins d'infortune, n'ayant manifestement pas compris que j'étais la seule responsable des coups portés. Ceux-là eurent droit à mon incantation d'immobilité parfaite - le Cœur de pierre inversé pour les intimes - et s'écroulèrent sur les genoux sans en comprendre la raison. Peut-être crurent-ils recevoir une juste punition pour leur manque de patience et leur outrageante vulgarité ? Je m'étais arrangée pour rendre les lettres cabalistiques, issues de mes incantations, quasiment imperceptibles. Très vite, des patients auparavant mécontents se retrouvèrent par terre, ou figés l'espace de deux secondes comme des statues, soutenus par les murs du couloir, le souffle court.
Sous les yeux écarquillés des badauds, je pris immédiatement Arcadia par la main en lançant un regard courroucé à la cantonade.


- Allons ! Ne soyez pas stupides et retournez immédiatement dans vos chambres respectives ! Il n'y a pas de miracle, tout ce que vous avez vu n'est que le simple fruit du hasard. Laissez les infirmières travailler à leur rythme où vous risquez de les tuer par épuisement ! Bande de sauvages mystifiés ! J'ai retenu tous vos visages et soyez assurés que je passerai vous voir l'un après l'autre ! lançai-je avec force reproches.

Ils ne bougèrent pas d'un pouce, comme subjugués.
D'autres, plus volubiles, poussèrent des plaintes vaines et des protestations agaçantes à l'encontre d'Arcadia. Ils espéraient vraiment tout et n'importe quoi de la shinjin. Je ne pris pas la peine de leur répondre des choses intelligentes, laissant à leur supposée déesse une brève opportunité pour nier tout ça en bloc en préconisant bien évidemment l'usage des mots.
Puis je tapai du pied pour me faire entendre de nouveau !


- Et que ça saute !

Ils repartirent aussitôt, même si les plus mal en point - et également les plus grognons - quittèrent les lieux en marmonnant des jurons inintelligibles tout en claudiquant.
Je poussai un soupir de soulagement en me collant un nouveau sourire sur le visage. Un sourire destiné à rassurer Arcadia. Je lui tenais toujours la main et dus m'efforcer de la lâcher.


- Pfiouh ! C'est ma faute, lui déclarai-je en haussant les épaules. Si je n'ai pas soigné tout le monde, c'était pour deux raisons. La première étant que je ne suis pas capable de venir en aide aux individus les plus atteints, et la seconde s'apparente à ce que tu viens tout juste de vivre, Arcadia. Victime de ta propre candeur, tu es venue en aide à des gens que tu as soigneusement sélectionnés en fonction de tes propres critères que ces derniers ne peuvent pas comprendre. Non seulement tu as créé des jaloux, mais en plus de cela tu étais bien partie pour voir naître une toute nouvelle religion, avec toi comme centre de toutes les attentions. Celles de tes fidèles ! expliquai-je en essuyant d'un revers de manche la sueur qui ruisselait sur mon front. Bref ! Tu n'es pas fautive pour autant. J'aurais mieux fait de te prévenir que les pensées superstitieuses de nos patients risquaient fort de nous nuire à un moment ou à un autre. Je fis une pause pour lui montrer nos tenues avant d'en expliquer l’intérêt : Si nous sommes ainsi vêtues, ce n'est pas par hasard. Quand tu soigneras quelqu'un à l'avenir, entre ces murs, tu vas devoir te faire passer pour une employée lambda. Pas de lumière blanchâtre sous le nez du patient ! Je veux que tu fasses comme moi, en leur donnant l'impression de les guérir par des procédés médicaux et non pas magiques. Je veux que tu fasses semblant et que tu les soignes efficacement mais en toute discrétion ! Me comprends-tu ? C'est là la grande difficulté. Tu vas devoir travailler l'art de persuasion tout autant que celui de la discrétion, lui indiquai-je en déposant un baiser sur son front, sur ce curieux symbole cabalistique.

Je jetai un regard alentour par pure précaution. Beaucoup de travail m'attendait dans cet hôpital. Des tâches éreintantes pour lesquels une fatigue croissante risquerait fort de me jeter au sol à un moment ou à un autre. Je reportai mon attention sur Arcadia pour lui faire part de mes intentions :

- Pour faire taire ceux que j'ai dû repoussé tout à l'heure, il va me falloir leur rendre visite un par un. Même si certaines têtes ne méritent pas des soins, ici, il ne faut pas faire de différences. Je te somme de ne pas lire dans les pensées de ces gens-là ou d'en déceler le vice. Personne n'est saint, de toute manière. Pas autant que toi, en tout cas. Alors suis mes consignes, ne te fais pas trop remarquer et reviens-moi en un seul morceau. Au pire, tu peux toujours me suivre pour que je puisse garder un œil sur toi. A toi de choisir.

Puis je repartis en direction des chambres des plus mécontents, histoire de réparer nos bêtises et de faire taire le bruit qui courrait sur cette "ange aux mains magiques" en échange de promesses de soins. Toutefois, les miraculés, ceux déjà guéris par les bons soins d'Arcadia, n'allaient pas s'en abstenir. Je ne serais pas étonnée de découvrir, un jour ou l'autre, dans le hall d’accueil de l’hôpital, un buste à la gloire de mon ange aux cheveux blancs.
Mon dieu...

_________________

----------- Level : 6 188 599 ; ?? kilis --------------
- Attaque = 1 320 330 / Défense = 696 596 / Vitesse = 1 848 283 / Magie = 1 592 762 / Résistance magique = 730 628 -
Revenir en haut Aller en bas
Arcadia

avatar


Féminin Messages : 44
Age : 2
Zénies : 1400

Données du Personnage
Power Level: 72 611
Power Level en Kili: 1
Inventaire :

MessageSujet: Re: L'avenir se façonne aussi bien avec les poings qu'avec la tête [PV = Arcadia]   Mar Fév 14, 2017 6:39 pm

Arcadia était toujours tournée vers les autres, elle ne réfléchissait pas à son propre propos, ce n'était pas important. Elle était avec sa mère, elle voyait tant de choses extraordinaires qu'elle était heureuse. Elle ne voyait pas son avenir autrement, être avec sa mère pour le restant de sa vie, aider la Terre et les Terriens qui en valait la peine. Alors qu'elle était censée aider tout l'univers, elle se contentait d'une vision purement terrienne, l'univers était la Terre.

La shinjin avait examiné sa mère pour une blessure à cause de la magie utilisée, mais elle n'avait rien trouvé de physique. Elle voyait bien que sa mère souffrait, alors elle se refusait à laisser les choses ainsi. Évidemment, elle avait supprimé toutes douleurs. Ryanne était quelqu'un de bien, de pure, cela ne souffrait d'aucune hésitation. Elle avait bien compris que cette magie était dangereuse, elle préférait que sa mère n'ait pas à en faire usage. Elle ne connaissait pas trop la force de Pan, mais elle savait que même les meilleurs pouvaient choir de leur piédestal.
« Oui bien entendu, de nombreuses personnes méritent d'être soignées. Cependant, je serais toujours là pour soigner les autres, alors n'en fais pas trop usage. J'ai quand même l'impression que cette magie n'est pas pure, elle n'est pas la vie. C'est quelque chose comme la tromperie, je me demande bien d'où vient cette magie. Peut-Être y a-t-il plus d'informations ailleurs. »

Se demanda alors Arcadia en se tapotant la joue curieuse. Elle réalisa que Ryanne réfléchissait également à la soigner si elle n'était pas capable. Elle n'avait jamais réfléchi à ce souci, devoir se soigner, survivre.

« Je ferais en sorte de ne pas être mortellement blessée afin que tu n'aies pas à l'utiliser. Ce sera mieux comme ça. »

Avait-elle dit en comprenant les désirs de sa mère adoptive. La blanchette n'allait certainement pas contraindre d'une manière ou d'une autre Ryanne, elle avait dit ce qu'elle en pensait et par définition, quelque chose qui faisait mal était nécessairement une mauvaise chose. Elle était ici pour aider son prochain, c'était une évidence pour l'extraterrestre. Pourquoi aurait-elle des dons si particuliers, si uniques sinon pour aider les autres ? Elle s'était bien rendu compte à quel point elle était unique de par ses pouvoirs, ses facilités. Elle était en plus née d'un fruit, ce n'était sans doute pas commun. Elle ne préférait pas réfléchir à l'avenir, tout devait rester comme c'était aujourd'hui, c'était clair dans son esprit. Elle avait senti le trouble dans l'esprit de Ryanne à un bref moment, mais elle ne comprenait pas trop pourquoi. Elle ne tenta pas de lire dans les pensées de sa mère adoptive, celle-ci savait que ce n'était pas quelque chose de bien et ce malgré la tentation. Elle la regardait alors étudier ce vieux livre de magie. Ryanne allait devoir expérimenter si elle voulait devenir meilleure dans sa pratique, et une séparation était profitable pour un court instant. Elle risquerait de trop s'inquiéter pour sa mère adoptive à chaque tentative de la magie.

Arcadia ne savait pas mentir, cacher quelque chose, elle n'était que pureté et bienveillance. Alors elle trouvait bien normal d'aider tout le monde qui le méritait avec ses pouvoirs, enfin presque tout le monde. Elle se refusait d'aider ceux qui s’étaient tournés vers le mal. Ils devaient assumer leurs choix et en payer le prix. Elle ne voulait pas non plus les aider à refaire le mal plus tôt. Elle ne serait pas le vecteur de nouveaux maux. Elle était cependant totalement entourée par une foule de personnes plus ou moins pressée de se faire soigner que ce soit pour une blessure mineure ou un grand mal. Elle ne savait plus trop où donner de la tête, et elle était totalement dépassée. Elle était incapable de les repousser même gentiment, elle était piégée entre tous ses gens exigeants. Elle avait fait nombre de miraculés, presque à faire croire qu'elle était envoyée par un dieu quelconque peut-être. Elle n'espérait pas que l'on ouvre un culte à son propos tout de même. Le personnel de l'hôpital ne comprenait pas vraiment et il était difficile pour eux d'intervenir tant ils étaient surpris également par les étonnantes rémissions de chacun. C'était tout bonnement impensable pour certains cas, on ne guérissait pas par magie ! Pourtant, imposition après imposition de mains, les aveugles revoyaient, les paralysés marchaient de nouveau, tous ceux aider regagnaient une nouvelle vigueur insoupçonnée. Elle appréciait tant à voir les gens heureux après tant de malheur, le sourire, les cris de joies et de bonheurs étaient des motifs suffisant pour s'épuiser à la tâche. Ryanne put rencontrer bon nombres de personnes soient encore perdus et surpris de leur état nouveau, soit totalement surexcités comme ayant accepté le pire. Il était certain que l'hôpital allait gagner de nouveaux records de soin, et qu'ils allaient bien avoir de la peine d'expliquer comment tout cela d'une manière rationnelle.

Cela tournait littéralement à l'émeute, tous se pressaient pour être les suivants à être guéris comme si les miracles pouvaient s'arrêter subitement. Elle était totalement entourée, bloquée par la foule. Elle était un peu en train de paniquée dépassée par les événements, ne les comprenant pas d’ailleurs. Pourquoi ces personnes réagissaient de cette façon ? Elle essayait de les aider en repoussant les personnes mauvaises. Il y avait tant de malheurs en ce lieu, tous désiraient être aidés immédiatement. Il n’y avait pas de patience, pas d’ordre, tout devenait de la bousculade et elle ne comprenait pas cet empressement. Elle allait aider tout le monde un par un, elle avait assez d’énergie et même si elle devait être épuisée, elle ferait la maximum. Alors pourquoi être si agressif ? Elle ne pouvait pas leurs crier dessus, ce n’étaient que des personnes qui souffraient. Elle n’allait pas non plus les attaquer mentalement, ce serait bien trop méchant, et cela ne lui ressemblait en rien. Elle n’osait rien faire en se protégeant le visage à l’aide de ses bras, paralysée sur place tandis que son aura blanche grandissait à mesure que la tension faisait de même. Il y avait comme une rixe générale qui commençait entre les différentes personnes. Elle ressentait tout se mélange de sentiments, d’auras bénéfiques et mauvaises. Elle voulait avoir la paix, le plus vite possible, être loin d’ici, de tous ses fous. Alors qu’elle était sur le point de se téléporter le plus loin possible sans réfléchir à un endroit précis, elle sentit quelqu’un lui prendre la main. Elle en fut tellement étonnée, qu’elle resta sur place en sentant cette main douce, cette chaleur, cette présence et surtout cette voix, c’était Ryanne ! Elle cria qu’il n’y avait pas de miracle, évidemment ! C’était de la magie ! Elle ne comprit pas tellement ce que disait sa mère adoptive, c’était de la culture terrienne, et elle ne connaissait pas la religion véritablement. Ryanne se montrait énergique, décidée et sèche. C'était sans doute ce qui lui avait manqué.Elle était honteuse de la situation comme si elle était en faute en regardant sa mère faire la police. Les malades, blessés et autres affabulateurs mirent du temps à réagir de ce discours plein d'entrain de Ryanne. La shinjin entendit en tout cas les protestations de quelques-uns à son encontre, et elle se sentait blessée. Pourquoi les humains pouvaient réagir ainsi, alors que par d'autres moments, ils étaient si merveilleux ? C'était tout bonnement incompréhensible pour l'extraterrestre. Elle hésita à dire quelque chose en levant une main un bref moment, mais elle se tut en les laissant partir. Elle était incapable de mentir pour affirmer les dires de sa mère, presque se sentait-elle gêner de laisser ce mensonge, mais ils partaient enfin.

« Non … je … C’est de ma faute, c’est juste que … enfin … j’ai commencé à soigner, et puis tout s’est vite envenimé, je ne sais pas trop ce qu’il s’est passé. »

Arcadia était très ennuyée de ce qui venait de se passer. Elle regardait chaque personne, qui s’en allait troublée et peinée. Elle se frotta son propre bras en répondant à sa mère.

« Je ne dois pas aider les personnes mauvaises, sinon elles n’apprendront jamais. Si ces personnes qu’en faisant le mal, ils sont récompensés ainsi. Ils doivent hmm … comprendre leur erreur dans le mal du corps ou de l’esprit. Je ne vais pas non plus soigner un mal qui n'existe pas, je trouve cela évident, mais je crois que ces personnes ne m'ont pas cru. »

Dit alors la Shinjin en étant surprise d’ailleurs, ces personnes avaient mal pris son honnêteté. Elle ne comprenait décidément pas du tout la jalousie, vraiment par tant elle trouvait ces critères logiques et justes. Elle commença en tout cas à rire en entendant sa mère parler de la naissance d’une nouvelle religion.

« Je crois que tu exagères un petit peu tout de même. Je ne suis pas une déesse, il n’y a aucun miracle la dedans, ce n’est que de la magie. »

Arcadia était loin de penser que de simples mots dans sa bouche pouvaient en dire beaucoup. Elle regarda alors la tenue d’infirmière, un peu incrédule. Elle leva un doigt comme pour demander la parole en frottant une lèvre contre une autre.

« Mais enfin, je ne suis pas une infirmière, je ne travaille pas ici, mentir c’est mal, à moins que ce soit pour jouer peut-être ? »

Commença alors à se demander Arcadia, qui n’était vraiment pas habituée à mentir d’une façon ou d’une autre, elle trouvait cela abjecte.

« Je … je ne vais pas mentir, je … j’en suis incapable. Et puis je ne sais pas comment guérissent les docteurs. Ma magie produit de la lumière blanche, je ne peux guère en faire autrement. Peut-être devrais-tu venir avec moi ? »

D’un côté, l’extraterrestre désirait obéir à sa mère, qui devait avoir ses raisons pour lui demander ce genre de choses, mais de l’autre, elle était incapable de mentir sciemment. Elle sourit doucement très gênée, sa pureté avait également ses mauvais côtés finalement.

« Je voudrais bien t'y voir, je ressens naturellement le bon ou le mauvais côté des gens, je ne le cherche pas vraiment… Je sais que peu sont vraiment bons, mais il y en a qui sont vraiment mauvais. Je devrais peut-être les aider à se racheter une conduite. Peut-être qu’en leur parlant …. En leur montrant leur horreur, ils comprendront, oui ! »

Arcadia hocha la tête doucement en restant collé aux basques de sa mère adoptive, très gênée et timide d'un seul coup. Peut-être allait-il avoir des bruits, un article dans le journal local sur une mystérieuse infirmière guérisseuse. Elle espérait vraiment ne pas voir un culte naître pour sa personne, elle trouverait cela vraiment ridicule. Elle n’était qu’une magicienne, certes sa mère ne pouvait faire exactement sa propre magie, mais elle n’était pas humaine, elle était autre chose.


Dernière édition par Arcadia le Lun Mar 06, 2017 8:49 pm, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ryanne Hilaris

avatar


Masculin Messages : 268
Age : 25
Zénies : 3238 ! Et un cookie de Gray x')

Données du Personnage
Power Level: 6188599
Power Level en Kili: ??
Inventaire :

MessageSujet: Re: L'avenir se façonne aussi bien avec les poings qu'avec la tête [PV = Arcadia]   Jeu Fév 16, 2017 9:10 pm


Ah ha ha ! Vraiment ! Il me restait fort à faire avec ma chère et tendre Arcadia. Elle était droite, très droite. Parfois même un peu trop. Réprimer le monde ne rentrait décidément pas dans ses fonctions. Un tel niveau de candeur surpassait de loin le mien ! Mais ce voile de pureté ne pouvait guère rester indéfiniment posé sur le doux visage de mon ange en sucre, sans quoi Arcadia deviendrait une proie facile et crédule pour les créatures malintentionnées, à l'instar des véritables démons et non pas les repentis comme le fut le Maître.
Oui, ce voile de bienveillance pourtant si plaisant obstruait parfois le bon raisonnement de ma fille adoptive, il fallait le reconnaître !
Je pris tout le temps de réfléchir à tout cela sur le chemin qui nous séparait des chambres, à travers les longs couloirs de l’hôpital. Consciente de la présence d'Arcadia dans mon dos, alertée par le bruit réconfortant de ses pas, j’essayai de me mettre à sa place en y allant étape par étape.

Premier point inquiétant : Punir les méchants par une absence de soins. Forcément, en prenant en compte la capacité mentale d'Arcadia, purement instinctive, à identifier le bien du mal n'arrangeait pas du tout les choses. Cela avait même tendance à les envenimer.
Mais laisser de côtés les pires terreurs, les châtier de cette manière-ci... Il leur serait impossible de pouvoir éventuellement se remettre sur les rails. Je ne partageais donc pas les pensées d'Arcadia à ce sujet, sans quoi j'aurais occis lâchement Shiroï pendant qu'il était inconscient, dans les montagnes, à portée de ma lame. Ou nous l'aurions alors laissé étendu dans la boue, à s'empoisonner tout seul, le visage enfoui dans la fange.
Cette pensée atroce me fit frémir l'espace d'une seconde.


- Commençons par le commencement, dis-je en regardant droit devant moi, un index levé à l'intention d'Arcadia, Je comprends ta façon de penser, mais je ne cautionne pas cette façon de "châtier" les mauvais. Je préfère croire que les plus vils peuvent tendre à se reconvertir en bonnes personnes ; ce n'est pas possible pour tout le monde, certes, mais il faut toujours garder cet espoir dans un coin de notre esprit. Les empêcher de guérir n'apportera rien de bon, ni à eux ni à personne. Après tout, si les plus gentils peuvent un jour se corrompre et devenir les pires diables, l'inverse est également plausible... Oulà ! Pardon ! fis-je en m'écartant in-extremis du passage d'un charriot bien chargé poussé par un aide-soignant.

Vraiment pas facile de philosopher en marchant.
Je repris en redoublant de prudence :


- Et pour ce qui est des malades imaginaires, il existe un moyen simple et passablement efficace de soigner les maux imaginaires : une comédie en réponse à la comédie ! continuai-je avant de reprendre mon souffle. Tu fais mine de les croire et de disposer d'un remède encourageant. Avec un minimum de jugeote et de tromperie avisée, tu pourras ainsi ramener tes patients à la réalité. Sauf si ces derniers sont horriblement obtus et fichtrement récalcitrants ! Là, tu ne pourras rien faire pour eux. Mais tu aurais tort de les laisser baigner dans leur jus. Parfois, ces gens-là ne réclament qu'un peu d'attention, ou même de la motivation. Une aide quelconque. Une oreille attentive. Rien que ça... Yopla !

J'esquivai, avec une pirouette chargée de gaieté et d'entrain, un brancard vide filant à toute vitesse en sens inverse. Réflexe pas vraiment compliqué si l'on se réfère à mon existence alerte et pleine de bonne humeur, n'est-ce pas ?
Mais reprenons plutôt.


- Ce qui nous ramène au mensonge. Ouh ! Comme c'est vilain ! je m'arrêtai d'un seul coup, sans prévenir, puis me tournai aussitôt face à Arcadia et lui pinçai gentiment le bout du nez entre mon index et mon majeur, glissant discrètement mon pouce entre les deux doigts concernés. Palpe-toi le visage et tu découvriras avec effroi que je viens tout juste de te chiper ton joli petit nez~... Meuh non ! Une simple petite blague enfantine ! m'exclamai-je quelques secondes après lui avoir joué ce petit tour des plus niais, en secouant la main avant de reprendre ma diatribe tout en faisant de même avec mes pas. Le mensonge et la tromperie ne sont pas forcément mauvais ! Il faut savoir faire abstraction du blanc et du noir, de temps en temps. Certaines blagues sont basées sur le mensonge ; elles ne sont pas teintées de vice. D'autres, plus subtiles, veillent à rassurer notre entourage. Là non plus, elles ne sont pas pernicieuses ! Arcadia, que cela te plaise ou nous, il va te falloir apprendre à mentir quand les circonstances s'y prêtent. Et c'est un ordre de ta mère ! D'ailleurs, sache que cela lui arrive de mentir pour préserver l'intégrité mentale de son entourage. C'est même extrêmement courant que je procède de cette manière-là. Suis-je mauvaise pour autant ? Non, je ne pense pas, annonçai-je en me posant une main au-dessus de la poitrine, entre les clavicules. Les médecins eux-mêmes le font. Il ne faut pas voir le mal là où il n'y en a pas. Les mots ne sont pas comme les gens ! Pas en prenant en considérant ta façon si détaillée de voir le monde, mon petit cœur en guimauve.

Je promenai mon regard dans les chambres, en quête des patients contrariés ou mécontents de leur sort, et plus précisément des têtes reconnaissables et affectées par un mépris exacerbé envers Arcadia et moi. Bon, je prenais aussi soin de faire un peu traîner les choses afin d'instruire ma précieuse fille de ma si profonde psychologie.
Un objectif des plus nobles !
En parlant de noblesse d'âme...
Je regardai Arcadia droit dans les yeux en brandissant un index professoral juste sous son nez.


- Donc, quand les intentions sont nobles, un mensonge n'est pas forcément mauvais. Les illusions et les sortilèges ne sont pas tous nuisibles. Il faut toujours se garder d'ébruiter certaines choses pour que d'autres puissent être mises en valeur. C'est une règle de l'argumentation, ma douce enfant, conclus-je en retirant mon doigt, m'en servant aussitôt pour dessiner un sourire sur les lèvres de la shinjin candide. Dernier point, ajoutai-je en retirant prudemment ma main, Ne t'avise pas de montrer à tes malheureux élus leurs horreurs commises par le passé. Surtout pas avec la magie ou toute forme de divination ! Dans un tel cas, tu retomberas immédiatement dans le piège que tu viens tout juste de vivre, ou pire encore ! A une certaine époque, les visions et la magie entraînaient une telle peur dans l'esprit des plus superstitieux que ces derniers eurent pour idée morbide de brûler vifs leurs pratiquants afin de purifier le mal ! De nos jours, rares sont les magiciennes de notre calibre, alors quasi-inexistantes sont les exécutions de ce genre. Tu me suis, jusqu'ici ? Tout ton nécessaire pour les aider se trouve en la psychologie. C'est une forme de médecine de l'esprit autrement plus subtile que nos compétences en matière de magie. Alors ne te précipite pas et fais-moi confiance ! fis-je en apercevant un homme au regard noir pointé sur nous. Hé hé ! J'ai trouvé un "mauvais" à soigner ! Let's go !

Tout sourire, j'entrai dans la pièce en tirant Arcadia par la manche, trop excitée dans l'instant pour m'en rendre réellement compte.
Je saisis un bloc-note au passage, comédienne dans l'âme pour éviter d'alerter une éventuelle suspicion de la part de notre patient hargneux.
Et là allaient reprendre les soins.
Quelle belle et douloureuse blessure risquaient-ils fort de me faire souffrir lors de la "miraculeuse" guérison de l'affligé ? La suite dans le prochain numéro - un post bien garni - de mes fantastiques aventures rocambolesques !

_________________

----------- Level : 6 188 599 ; ?? kilis --------------
- Attaque = 1 320 330 / Défense = 696 596 / Vitesse = 1 848 283 / Magie = 1 592 762 / Résistance magique = 730 628 -


Dernière édition par Ryanne Hilaris le Lun Fév 20, 2017 8:46 pm, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Arcadia

avatar


Féminin Messages : 44
Age : 2
Zénies : 1400

Données du Personnage
Power Level: 72 611
Power Level en Kili: 1
Inventaire :

MessageSujet: Re: L'avenir se façonne aussi bien avec les poings qu'avec la tête [PV = Arcadia]   Lun Fév 20, 2017 9:57 am

Malgré sa jeunesse, Arcadia avait des idées préconçues extrêmement précises, le bien et le mal étaient bien séparés avec des principes parfaitement définis. Elle était de celle qui devait être accompagnée sans quoi la shinjin risquerait dette utilisée à mauvais escient. Elle partait d'un principe assez simple, l'analyse du karma de chaque personne. Cela lui donnerait la marche à suivre, d'autant plus qu'elle pouvait lire dans les pensées pour être certaine. Elle voyait bien que sa mère adoptive était pensive le temps d'atteindre les chambres. Arcadia n'était pas tellement pressée d'arriver à revoir ceux qu'elle avait refusés. Elle ne croyait pas du tout que ceux qui avaient choisi le mal pouvaient revenir à la normale. Elle était très cartésienne à ce niveau-là, tout était bien tranché. Elle n'acceptait pas le mal, sans doute car elle était le bien absolu. Arcadia regarda le doigt de sa mère adoptive se lever, une nouvelle leçon commençait, il fallait être attentive. Elle était généralement assez d'accord avec sa Ryanne, mais cette fois-ci, l'extraterrestre ne le pouvait pas.

« Ceux qui arpentent la voient du mal sont à jamais perdus. Bien entendu, je parle de ceux qui sont vraiment mauvais. Je ressens ce que l'on pourrait qualifier leur notion de valeurs morales. Si je dois choisir entre quelqu'un de bien ou quelqu'un de mauvais, pourquoi je choisirais ma mauvaise personne ? Est-ce que la guérir va rendre cette personne bonne ? Je ne pense pas. Je pourrais te dire ce qu'ils ont fait de mal en lisant leurs pensées. Je doute que tu penses cela très longtemps. »

Répliqua alors Arcadia à Ryanne s'opposant à sa version de la vie d'une manière assez radicale. Bien entendu, il n'était pas question de les laisser mourir, simplement de ne pas les aider à guérir du jour au lendemain. Elle se plaça sur le côté afin de laisser passer le chariot de l'aide-soignant.

« Le plus simple avec ceux qui imaginent des problèmes, le plus simple n'étant pas de leur dire ? »

S'étonna alors la shinjin toujours éprise de droiture plutôt que de jouer la comédie. Elle était le genre de médecin qui n'hésiterait pas à dire à un patient qu'il allait mourir.

« Jouer le jeu de leur maladie ne pourrait pas au contraire les assurer dans leur voie ? Qu'ils sont vraiment malades ? Je sais soigner le corps, mais pas du tout l'esprit. Je ne suis sans doute pas fais pour cela. De l'attention ? Vraiment ? Un mal vraiment très particulier. »

Se questionna alors l'extraterrestre en tapotant un peu la joue de deux de ses doigts pensive à regarder un peu en l'air. Elle ne comprenait pas vraiment me besoin de contacts sociaux, il était vrai qu'elle en avait en permanence. La shinjin suivait docilement sa mère adoptive dans les couloirs, ce monde lui semblait bien plus complexe qu'elle ne l'aurait pensé. Elle hocha la tête doucement en entendant dire à Ryanne dire que le mensonge était mauvais.

« Oui évidemment que ce n'est pas bien, c'est tellement plus simple et constructif de dire la vérité. »

Arcadia faillit rentrer dans Ryanne alors qu'elle s'arrêta brusquement. Elle loucha un petit peu en regardant ce geste étrange de pincer son nez légèrement entre deux doigts et de mimer de son pouce de l'avoir attrapé. La shinjin ne comprenait pas tellement cette blague, un peu troublée.

« Mais enfin maman, ce n'est pas très réaliste, le nez de nos formes de vie est un ensemble solidaire de cinq cartilages principaux plutôt souples que l'on peut apparenter à du squelette. Il est lié directement à l'os crânien et possède également un ensemble de muscles permettant la contraction nécessaire à l'extraction manuelle des fluides résiduels au combat du corps. Il contient deux cavités nasales permettant la respiration. Il n'est donc pas possible d'en arracher un morceau avec si peu de force exercée. »

Commenta alors la shinjin ne comprenant pas la boutade enfantine. Elle avait sans doute trop de connaissances pour prendre cela avec assez de légèreté.

« Je ne suis pas certaine que nous allions faire la blague de toto à l'école à des personnes si méchantes qu'elles se détestent elles-mêmes. Je ne pense pas que le mensonge soit vraiment utile ici. La vérité même si elle peut être dure à dire est nécessaire et la plus efficace. »

Arcadia se pinça les lèvres en entendant dire Ryanne qu’elle allait devoir mentir. La shinjin ne voyait pas comment concilier ses valeurs morales au faîte d'obéir à sa mère adoptive, ce qui lui semblait assez normal. C’était véritablement un cruel dilemme pour une jeune fille si pure et obéissante. Elle était déchirée entre le respect de cette femme, qui faisait tout pour la grandir et ses valeurs morales de shinjin.

« Tu me mens pour quelles bonnes raisons par exemple ? »

Demanda alors simplement la blanche de cheveux à sa mère d’une voix douce et pure.

« Des mots peuvent blesser, tués même bien mieux que n'importe quel geste, je trouve. Tu n’es pas d’accord avec cela ? Sans doute que les mots sont même bien plus destructeurs. »

Arcadia fronça les sourcils en commençant à répliquer.

« Petit cœur en guimauve ? Mais, mon cœur est composé de chair et non d’un bonbon, qui …. Ho ! Hmm … c’est gentil. »

Réagit alors la shinjin en rougissante légèrement de sa bévue. Elle loucha alors une nouvelle fois en regardant le doigt si proche de son nez en écoutant avec soin Ryanne.

« Je ne comprends pas bien, mais je verrais bien. »

Arcadia sourit doucement alors au passage du doigt de sa mère.

« très bien, je ne leur montrerais pas ce qu'ils ont fait, ils ne savent de toutes les manières. Cependant, si on explique ce qu’est la magie, comment elle fonctionne, je suis certaine qu’ils comprendront. Brûler vif ceux qui pratiquent la magie ?! Mais … c’est horrible ! »

La shinjin semblait être totalement mortifiée par cette information plaquant sa main contre sa bouche. Elle sentit son cœur s’accélérer fortement et ses larmes lui monter à ses yeux. Elle ne pouvait pas comprendre comment des flammes pouvaient purifier quoi que ce soit, c’était sans doute en adéquation avec le fait de cuir la viande ou peut-être que tout retournait à la poussière avec des flammes.

« très bien, je vais essayer … mais … cet homme à faire plusieurs braquages de banques. Il a même blessé des personnes pour avoir de l’argent. Vraiment étrange alors qu’il pourrait travailler … »

Confia alors Arcadia en ayant lit les pensées de l’homme. Cela ne représentait pas tellement de difficulté, ce n’était qu’un humain. Elle suivit docilement Ryanne dans la chambre, alors qu’elle la tira littéralement. Elle tenta un sourire en direction de l’homme, mais il restait froid au regard mauvais. Elle n’aimait pas du tout cet homme, elle sentait le mal en lui.


Dernière édition par Arcadia le Lun Mar 06, 2017 8:52 pm, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ryanne Hilaris

avatar


Masculin Messages : 268
Age : 25
Zénies : 3238 ! Et un cookie de Gray x')

Données du Personnage
Power Level: 6188599
Power Level en Kili: ??
Inventaire :

MessageSujet: Re: L'avenir se façonne aussi bien avec les poings qu'avec la tête [PV = Arcadia]   Lun Fév 20, 2017 11:08 pm


Ah ha ha ! Il fallait bien reconnaître qu'Arcadia se défendait bien, d'un point de vue verbal. Difficile de tenter la candeur absolue à proférer quelques mensonges pour son propre bien ! En outre, elle peinait parfois à comprendre le second degrés, me débitant comme toute réponse un fantastique exposé sur des choses diverses et variées en rapport avec mes petites boutades pleines d'allégresse. Je m'étais bien gardée de répondre à sa question au sujet de mes doux mensonges l'incluant, évidemment.
Un jour viendra où elle comprendra. Un jour viendra où mon ange devra déployer ses ailes et rassurer son entourage avec, parfois, des mensonges avisés.
Mais pour l'heure, elle n'était décidément pas prête. Pas encore.
Ça viendra ; nul besoin de s'en inquiéter.

Les dernières informations fournies par Arcadia au sujet des sombres antécédents de notre misérable patient me donnèrent matière à réfléchir.
Je m'interrompis en chemin pour lui répondre à voix basse, ce qui me permit également de percevoir ses yeux humidifiés par un début de larmes. Ouh, Bigre ! Mon exemple avait fait mouche à ce point ?
Je me retins tout de même de la prendre dans mes bras sous les yeux du blessé, histoire de ne pas attiser des pensées incongrues et irrespectueuses chez ce dernier. Relâchant Arcadia, je m’approchai de son oreille pour davantage de discrétion...


- Tu vois ? Raison pour laquelle il ne faut pas qu'ils se rendent compte que la magie est belle et bien réelle. C'est un cercle vicieux ; ils ne la comprendront pas et nous en blâmeront ! soufflai-je en sentant les yeux du méchant me chatouiller le dos. Raison de plus pour te montrer forte et inébranlable devant ce spécimen-ci ! Il existe des moyens divers et variés pour apprivoiser des hommes monstrueux de ce calibre. Tout n'est question que d'imagination !

Aussitôt dit, je fis volte-face pour atterrir devant le récidiviste, lui décochant un grand sourire affable malgré sa colère palpable. Il tirait vraiment une sale mine, ses traits plissés par une haine tenace. Ses yeux sombres passèrent d'Arcadia à moi et inversement. Toutefois, il s'intéressait davantage à ma chère fille. Cela se voyait atrocement. Même si, de temps en temps, son regard descendait jusqu'à nos genoux. J'espérais qu'Arcadia ne lise pas ses pensées à ce moment-là car, pour ma part, je ne rencontrais aucune difficulté pour les deviner.
Le vilain fut le premier à se lancer.


- Alors, quoi ? Vous comptez me reluquer comme ça encore combien de temps ? Sortez de ma chambre si vous êtes incapables de me soigner ! beugla-t-il en remuant maladroitement son bras droit bandé. Aïe ! Merde !

Mais qui reluquait qui, franchement ? Quelle ironie salace !
Je choisis ce moment précis pour m'approcher encore un chouïa. Ce petit gain de distance me permit d'imaginer la plaie du patient sous ses bandages. Des tâches de sang en souillaient déjà le tissu d'un blanc si pur.


- Si nous sommes ici, c'est avant tout parce que je tiens parole. N'ai-je pas dit que j'allais passer vous voir tout à l'heure ?, il ne répondit pas mais fronça sévèrement les sourcils, s'attendant à une leçon de morale très ennuyante. Je repris tout en douceur : J'ai eu ouï dire par une source sûre que vous êtes un récidiviste cruel. Mais ici, en temps normal, nous soignons et nous nous gardons bien de juger autrui sur leurs actes, continuai-je en coulant un regard entendu vers Arcadia. Alors si je pouvais vous soigner d'une quelconque manière, là, tout de suite, que feriez-vous pour vous racheter une conduite ? Il voulut glisser un mot mais je levai une main pour l'interrompre : Tout en sachant, bien sûr, que votre pénitence serait le prix à payer pour ces soins accélérés ?

Je sortis un stylo de la poche de ma veste d'infirmière et griffonnai des informations banales sur la fiche, malgré tout attentive à la réponse de mon homologue désormais plus intrigué que fâché. Suite aux prouesses miraculeuses menées par Arcadia, le bougre essayait déjà de lire entre les lignes, comprendre mes paroles en glissant le mot "magie" ou "miracle" un peu partout.
Il ne remuait plus son bras blessé et le laissait un peu reposer, conformément aux consignes reçues par nos "collègues de travail".


- Vous êtes capables de me guérir rapidos ? Avec de la magie ? Il se rembrunit d'un coup. Ouais... je vois le genre ! Vous êtes quoi ? Des prêtresses déguisées ? Sans déconner..., grommela-t-il en secouant la tête.

Je haussai les épaules et regardai Arcadia, lui laissant un peu de temps pour répondre à ma place si elle le désirait, ou même de glisser un commentaire quelconque.

- Peu importe ce que nous sommes. Si vous ne répondez pas rapidement à ma question, vous ne serez pas soigné dans l'immédiat. Après tout, nombreux sont les patients plus méritants que vous !

Le blessé parut outré mais fit un effort pour ne pas exploser de rage.
Un bon début. Il y croyait. Hé hé !


- Tch !... C'est dégueulasse de jouer sur la santé des autres !

- Vous n'avez pas été tendre avec les forces de l'ordre non plus, répliquai-je sans ambages.

Il fronça les sourcils de plus belle, une veine saillant de son front. Allait-il finir par perdre patience ? Ou, au contraire, cela allait-il être mon cas ?
Je m'intéressais à cette blessure depuis le tout début, et non pas au souffrant lui-même. Abandonner ne faisait pas partie de mon vocabulaire, Pas dans ces conditions !


- Et votre soi-disant tolérance dans tout ça ? Soigner sans juger ? Des foutues paroles en l'air !

Impossible de me retenir d’esquisser un petit sourire malicieux à son intention.
Là encore, j'échangeai un regard avec Arcadia, lui intimant d'écouter la suite avec grande attention, dans toute sa délicieuse continuité.


- Soigner les plaies est une chose, soigner l'âme en est une autre ! Chez nous, l'un ne va pas sans l'autre. Vous ne pouvez pas bénéficier efficacement de nos soins si votre esprit est trop avili. De la même façon qu'un moins un égal zéro, expliquai-je avec tout le calme d'un professeur spirituel.

Mon dangereux interlocuteur se pencha un peu plus vers nous et plissa les yeux.

- Qu'est-ce que vous raconter ? C'est quoi, ça ? Un truc sorti d'un bouquin religieux ?

Jetant un regard prudent en direction du couloir, je m'assurai que personne ne passerait par là dans les secondes à venir. Je rangeai mon stylo et déposai le bloc-note hors de portée, puis brandis un index sous ses yeux et allumai une étincelle fugace de Ki. Il écarquilla les yeux et se redressa brusquement sur son lit, les yeux révulsés.

- Mon Dieu ! C'était quoi, cette lumière ? Comment vous avez fait ça ?

- Chut ! Je vais tâcher d'être claire. Si Arcadia ne vous a pas soigné tout à l'heure, c'est pour une bonne raison ; dans vos conditions, les soins ne vous auraient en aucun cas affecté ! De plus, si vous tentez d'ébruiter notre petit secret d'une quelconque manière, il va vous arriver des bricoles tout à fait horribles. Attendez un instant..., juste le temps de le pointer du doigt, d'effectuer une ou deux arabesques, tout en prononçant des paroles dans une langage que je ne comprenais pas moi-même. Voilà ! Vous êtes joyeusement maudit par mes soins.

D'abord perplexe, il se mit à suer à grosses gouttes, en proie à la panique, toute colère envolée.
J'en profitai pour fermer la porte, m'attendant à l'entendre brailler d'indignation. J'aurais dû m'y prendre plus tôt, effectivement.


- QUOI ?! Qu'est-ce que vous m'avez fait ? C'est quoi encore que cette connerie ?!

L'imbécile voulut se lever d'un bond mais je récitai cette fois-ci une incantation authentique, le Gracia destiné à l'interrompre vivement dans ses mouvements et le prévenir que toute fuite ne servait à rien.
Il comprit le message implicite et se garda bien de remuer en tout sens.
J'invitai Arcadia, d'une geste encourageant de la main, à s'avancer un peu plus près du vilain.


- Si jamais vous cédez à l'envie de répéter à qui que ce soit ce que vous venez d’entendre, un malheur sans nom vous ruinera corps et âme ! Pas immédiatement, non. Mais nul doute que vous en souffrirez, en plus de perdre les soins qui pourraient vous êtres aussi "gracieusement" prodigués~. Une simple histoire de "mémoire cellulaire acculée par du mysticisme", vous voyez ? Ainsi, votre plaie pourrait se rouvrir à un moment ou à un autre, sans crier gare ! Oui, je sais : c'est un traitement vraiment abo-mi-nable, épelai-je en souriant de toutes mes dents.

- Je... je ne veux pas... Que dois-je faire ? Je ne veux plus êtres soigné par vous ! Pitié ! C'est trop cruel ! geignit-il, les mains jointes en signe de supplique.

Je posai une main sur l'épaule d'Arcadia et lui adressai un clin d’œil.

- Plus possible de faire machine-arrière ! La magie a un prix. Surtout la mienne, lui dis-je avec un franc plaisir, avant de parler à ma fille adorée en me rendant parfaitement audible vis-à-vis du blessé : Alors, chère collègue ? Serais-tu fin prête à recevoir les excuses de cet homme ainsi que ses promesses de ne plus jamais recommencer à tirer profit du malheur des autres ? Sans quoi, bien sûr, le mal se répercutera sur lui telle une épée de Damoclès invisible suspendit au-dessus de sa tête ? Quel est ton jugement ? Souhaites-tu lui laisser l'occasion de se racheter sans qu'il ne puisse plus jamais recommencer à reproduire ses exactions diaboliques ? Et si tel est le cas, voudrais-tu qu'il nous les énonce à voix haute avant de prêter enfin serment ? Dis-nous tout, Arcadia ! l'incitai-je, puis en lui murmurant doucement : Mais garde-toi bien de le soigner avec ta magie ; je VEUX parvenir à le soigner avec la mienne ! Et si je n'y arrive pas, alors tu prendras les rênes, entendu ?

Le récidiviste nous regardait avec un air de chien battu ; il avait considérablement perdu de sa superbe, enchaîné par de beaux mensonges de mon cru. Des promesses sordides qui l’empêcheraient de vivre comme un démon pour ses congénères !
Les lèvres tremblantes, il articula quelques mots à l'intention d'Arcadia, suppliant au possible.


- D'a-D'accord. J'accepte de parler... S'il vous plait, n-ne me laissez pas comme ça !

Hrp:
 

_________________

----------- Level : 6 188 599 ; ?? kilis --------------
- Attaque = 1 320 330 / Défense = 696 596 / Vitesse = 1 848 283 / Magie = 1 592 762 / Résistance magique = 730 628 -
Revenir en haut Aller en bas
Arcadia

avatar


Féminin Messages : 44
Age : 2
Zénies : 1400

Données du Personnage
Power Level: 72 611
Power Level en Kili: 1
Inventaire :

MessageSujet: Re: L'avenir se façonne aussi bien avec les poings qu'avec la tête [PV = Arcadia]   Mer Fév 22, 2017 6:57 pm

Arcadia n’était pas du genre à se laisser tenter par quelque chose de mal comme mentir, même si c’était pour une bonne raison. Selon la shinjin, il n’y avait jamais de bonnes raisons pour mentir. La vérité était si simple et si rapide, même si elle pouvait faire mal au début, ce n’en était que plus constructif par la suite. Arcadia n’était pas d’une pureté absolue pour rien. Son sort lui était égal, elle était uniquement tournée vers les autres. Le seul souci de l’extraterrestre était qu’elle disposait d’une énorme connaissance, mais il ne fallait pas oublier qu’elle n’avait qu’une seule année de vie d’expérience. C’était sans doute là où résidait le souci.

Arcadia était une personne si sensible, qu’elle pouvait avoir les larmes lui montant aux yeux très vite. Elle sentait le regard du mauvais homme sur le duo d'infirmière, la shinjin ne l'aimait décidément pas du tout. Elle ressentait sa haine, sa colère, le mal qui dégoulinait de tout son être. Elle hocha la tête lentement en entendant sa mère adoptive parler d’un besoin de discrétion au sujet de la magie. Elle trouvait cela bien triste, mais elle avait confiance en l’expérience de sa mère à propos des humains. Elle pensait que c’était sans doute le mieux, et être discrète avec la magie n’était ni un mensonge ni de la manipulation, alors cela allait pour son moral également.

« Très bien, je le serais. »

Répondit alors Arcadia la voix basse à la demande de Ryanne d’être forte face à cet homme. Elle serait impérieuse et inflexible, ce serait sans doute un nouveau visage pour sa mère. Elle avait une tendance à changer face au mal, même si ce braqueur de banque n’était pas si dangereux que cela, surtout aujourd’hui. Elle se redressa alors en laissant Ryanne passer devant afin de communiquer avec le malfrat. Alors qu’elle était souvent souriante, bienveillante et douce, son visage se durcit à mesure qu’Arcadia devait se rapprocher du mal au point de sentir son odeur nauséabonde. Elle paraissait bien plus dure, elle devait s’attaquer au mal. Elle sentait le regard mauvais de cet homme s'intensifier sur sa personne, et par défie, elle regardait le mal droit dans les yeux. Elle ne craignait pas le mal, elle le combattait droit dans les yeux, et ce n’était pas sa timidité qui l’en empêcherait. La shinjin se focalisa évidemment prestement sur le mental de cet homme, et elle découvrit des pensées assez étranges et totalement incompréhensibles. Cet homme mauvais semblait apprécier de regarder certaines parties de son corps, mais elle ne comprit absolument pas pourquoi. Mauvais comme il était, cela devait être pour la frapper à des endroits particuliers. Elle se regarda perplexe, et elle plissa les yeux à le toiser à nouveau.

Arcadia ne réagit pas du tout lorsque cet homme mauvais se fit mal tout seul en remuant dans tous les sens. Elle qui était si sensible à la souffrance des autres, elle l’ignorait complètement. L’extraterrestre sentait sa haine se décupler, mais cette fois-ci, il l’avait payé. Cela ne lui faisait pas du tout plaisir, bien au contraire, mais cela faisait partie des leçons à apprendre. Elle laissa parler sa mère, qui avait promis de passer, mais pas forcément de soigner non plus ! C’était peut-être que cela l’arrangeait beaucoup. Elle sentit le regard de sa mère adoptive, mais elle était loin d'être une médecin, et sans doute que le serment d'Hippocrate n'était pas possible pour elle. Arcadia ne pouvait décidément pas se résoudre à aider véritablement quelqu'un de mauvais à être rapidement sur pied. Son pouvoir demandait de l’amour, de la passion, de la douceur et de la gentillesse. Dès qu’elle voyait un être mauvais comme ce braqueur, elle était incapable d’en ressentir quelque chose de bon.

Arcadia fut extrêmement surprise d’entendre sa mère négocier des soins. Comment pouvait-elle faire une telle chose ? Elle n’aurait jamais l’idée de faire quelque chose comme cela, elle serait honnête directement. Elle cherchait visiblement à le forcer à revenir vers la bonne voie en échange de soin, mais ses pensées voulaient dire tout autre chose.

« Cet homme pense que c'est faux de prime abord, puis il a repensé à ce qu'il a vue dans le couloir quand j'ai soigné les autres. Il souffre vraiment, alors il se dit et pourquoi pas, il n'a pas grand-chose à perdre. Cependant, ce malfaisant pense t'utiliser en te disant tout ce que tu veux entendre mère. Il ne veut pas changer de vie, uniquement avoir les soins, il veut te manipuler et il pense que tu es "bonne". Je ne pensais pas qu'un homme pareil pouvait se rendre compte à quel point tu étais gentille. Je suis étonnée, je dois l'avouer. »

Dit alors la shinjin alors qu'elle ne faisait que lire des pensées. L'homme alité ouvrit de grands yeux dans un premier temps, puis il s'offusqua en prétextant que tout était faux.

« Vous êtes quelqu'un de mauvais, je ne peux pas vous soigner. »

Répondit alors très rudement Arcadia qui ne lui ferait rien miroiter. Elle ne répondit pas au sujet de sa nature pour la simple et bonne raison qu'elle ne savait pas trop elle-même qu'en penser. Elle se pinça une lèvre en regardant cet homme. Elle ne put que hocher la tête au côté plus méritant que lui méritaient ses soins. Ni une ni deux, la shinjin commençait à partir de la chambre très heureuse de pouvoir quitter ce lieu maudit. Cependant, elle entendit l'homme se plaindre sur leur traitement à son égard, et ce fut le tour d'Arcadia de sentir la moutarde lui monter au nez. Elle se tourna dans la direction marchant rapidement jusqu'à devant son lit en haussant le ton.

« Comment osez-vous vous plaindre ! Vos rendez-vous compte du nombre de vies que vous avez brisées par pur appât du gain ! Vous avez tué Jimmy Holson, un simple gardien à quelques années de la retraite pendant votre braquage dans la ville du Sud ! Sa femme fut si mortifiée qu'elle est morte de chagrin ! Et Natacha ? Vous voulez que l'on en parle ! Vous un avez tiré une balle derrière la nuque, elle est paralysée à vie juste par ce que vous vouliez avoir sa part du gâteau ! Vouloir tuer pour un gâteau c'est ridicule ! »

Bon, la shinjin avait peut-être pas compris l'expression dans les pensées de cet homme avec cette histoire de gâteau, mais cela ne faisait qu'augmenter son énervement. L'homme commençait à être totalement sidéré, personne ne devait connaître ses détails et certainement pas une simple infirmière. Elle commença à agiter ses mains sous ses yeux finissant face à son visage. L'extraterrestre venait de bloquer le contrôle de ses nerfs à l'homme, qui ne ressentait plus rien et il ne pouvait plus manœuvrer son corps. Il commençait à paniquer, c'était comme s'il était devenu paraplégique tout d'un coup.

« Même si elle n'est pas un ange cette Natacha, elle, je vais la soigner ! »

Arcadia écouta alors sa mère parler de nouveau à cet homme, de son côté, elle garda le silence pour le moment en le laissant dans son jus. Allait-elle le laisser ainsi paralysé ? L'homme pouvait bien le penser après tout, il ne le connaissait pas. Elle trouvait vraiment très étrange le fait que les humains aimaient adorer les dieux, ce n'était vraiment pas logique qu'un être se trouvât dans les nuages à les observer. La shinjin regardait sa mère allumer son doigt sous les yeux de l'homme, du coup, elle repensa à ce qu'avait dit Ryanne sur la discrétion. Visiblement, elle avait déjà oublié son propre précepte. Elle devrait faire attention et regarder si Ryanne n'avait pas des problèmes de mémoire immédiats. C'étaient des soucis dont les humains pouvaient souffrir, cela pouvait même expliquer des maladies du cerveau bien plus graves. Une étude de sa mère était donc nécessaire un incessamment sous peu. Arcadia se dirigea vers la porte avec un soupire, puis elle ferma la porte doucement, puis elle resta contre en l'étudiant. D'une certaine manière lorsque sa mère indiqua que ses soins n'auraient pas eu d'effet sur le mécréant, ce n'était pas totalement faux, ni la vérité non plus. Elle fut plus que perplexe devant la malédiction. Elle se retenait de rire, comment pouvait-on être si crédule ? Elle s'avança de nouveau au signe de sa mère, petit à petit son entrave se retira, car elle avait mal agi. Ce n'était que justice après tout, mais ce n'était qu'une leçon qui ne devait pas tourner à la vengeance.

« Tu... Tu souhaites le soigner avec ta propre magie ?! C'est... Enfin, ce n'est pas encore très au point.... »

Avoua alors la jeune fille en pensant vraiment chaque mot, mais l'homme semblait vraiment paniqué après avoir reçu tant de punitions en si peu de temps.

« Je veux bien qu'il s'excuse de ses actes, mais je veux que ce soit sincère. Comment crois-tu que je sache tout de ta vie ? Comment Mortel ! Alors il est temps de te repentir maintenant ! »

Commença alors à dire d’une manière impérieuse Arcadia qui n’avait toujours pas menti depuis le départ. Elle commença à lui d’une aura blanche très forte et légèrement éblouissante. Sa chevelure blanche et pure voltigeait dans tous les sens la rendant encore plus impressionnante. Puis petit à petit, cet étrange être commença à décoller dans la pièce comme si elle était un être divin. Arcadia pointa doucement du doigt le malfaisant en attendant qu’il dise quelque chose. Le braqueur de banque commença à craquer littéralement psychologiquement. Il commença malgré la douleur à tenter de se mettre à genoux, d'implorer réellement les cieux ou tout ce qu'il pouvait afin d'être pardonné. Il était limite au bord des larmes, et c’était déjà beaucoup pour cet homme.

« Je … tout a commencé quand j’étais petit, j’étais dans un coin moche avec plein de trafics, alors je voulais avoir beaucoup d’argents comme les autres. Je me suis laissé embarquer et j'y ai pris goût ! Mais après tout ! Pourquoi travaillerais-je alors qu'il n'y a que se baisser pour gagner bien plus d'argent ! Je … j’avoue j’ai beaucoup tué ! J'ai pris beaucoup d'argent aux autres, j'ai été insultant ! Bon dieu pardonnez-moi ! Je ferai tout pour me racheter ! Pitié ! »


Dernière édition par Arcadia le Lun Mar 06, 2017 8:54 pm, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ryanne Hilaris

avatar


Masculin Messages : 268
Age : 25
Zénies : 3238 ! Et un cookie de Gray x')

Données du Personnage
Power Level: 6188599
Power Level en Kili: ??
Inventaire :

MessageSujet: Re: L'avenir se façonne aussi bien avec les poings qu'avec la tête [PV = Arcadia]   Mer Fév 22, 2017 10:14 pm

Lire dans les pensées d'autrui avait quelque chose de fantastique, mais aussi d'effrayant ! Les détails fournis par Arcadia m'avaient fait froid dans le dos. Elle était entrée en résonance avec les souvenirs de ce monstre si facilement... pour en retirer des images aussi atroces ?
Quelle récompense affreuse, vraiment !
Après un tel énoncé, notre patient ne méritait effectivement pas ses soins, c'était là une évidence. Mais je me refusais de le laisser ainsi pour plusieurs raisons. L'une relevait de l'intérêt personnel - Et oui, un tantinet égoïste, je dois bien l'admettre - et l'autre d'un acte bienfaisant et purificateur !
Cette existence diabolique se devait d'être copieusement sermonnée et convertie pour mener une vie plus noble.
Sinon, que devrions-nous faire avec cet homme malfaisant ? Le tuer ? Le paralyser à vie par un moyen abject et inhumain, comme ce fut le cas pour cette pauvre Natacha ?
Certainement pas !
En outre, Arcadia surenchérissait bien mes propos, même si cette dernière se trompait parfois sur le sens des mots issus des pensées du blessé. Cela en devenait presque comique et, je dois bien l'avouer, j'aurais très certainement éclaté de rire si je ne me trouvais pas, à ce moment-ci, en présence d'un être humain aussi corrompu par la cupidité.
Toujours pour en revenir à mon bel ange à la chevelure de neige, son comportement courroucé me plaisait bien. Bon, elle et moi n'avions guère respecté l'une de nos consignes avisées visant à ne pas démontrer l'existence de nos fabuleux pouvoirs, certes, mais face à un individu aussi avili, de la bouche duquel jaillissent une montagne de mensonges chaque jour, ce n'était pas bien grave. De plus, en le voyant aussi terrifié et suppliant, il ne risquait sans doute pas de délier sa langue pour aller cracher notre secret sous tous les toits ! Non, à mon humble avis, le vilain bougre, comme premier réflexe, ne se ferait pas prier pour rejoindre l'église la plus proche et prier intensément pour son absolution.
Lorsque Arcadia me fit part de ses doutes concernant ma nouvelle technique de guérison, je lui avais glissée ces quelques mots dans le but de la rassurer :


- Ne t'en fais pas ! C'est justement parce que ce n'est pas au point que c'est intéressant de la mettre en pratique.

Oooh ! Elle craignait pour ma santé ! Quelle fille de rêve~ ! Je crevais d'envie de la prendre dans mes bras et de la serrer fort, si fooooooort... !
Mais non. Pas devant l'autre gus. Quel tête aurait-il bien pu tirer en louchant sur deux infirmières - des prétendues collègues, ciel ! - en train de se câliner de la sorte juste sous son nez, hum ? Je vous le demande franchement !
Enfin bref, passons.
Arcadia se fit alors passer pour une déesse renfrognée, exigeant la sincérité et le pardon du "malheureux" dans un "tonnerre d'effets spéciaux" à vous en couper le souffle ! Quelle vision mystifiante ! Mon audacieuse Arcadia, ses longs cheveux blancs soulevés par sa magie ensorcelante, son aura d'une couleur imbibée de sa pureté inégalée et tant recherchée... !
Je ne pus guère prononcer la moindre parole en l'observant faire, fascinée par son entrain. Elle se débrouillait très bien ! Le relais lui était amplement mérité.

Alors j'écoutai, je m'abreuvai de l'histoire de cet homme ébranlé, soumis aux désirs impérieux de la shinjin autoritaire mais également si forte d'esprit. La vie de ce malfrat, triste individu galvanisé par un environnement social dégradant, tournait autour du besoin enivrant de ramasser un maximum d'argent par le biais d'une violence sourde. Tout cela se justifiait, à ses yeux souillés, par une étonnante facilité d'acquisition, reposant ainsi sur cette logique du monde animal sous-entendant "la survie des plus forts au détriment des plus faibles".
Je poussai un soupir à la fin de cette annonce ponctuée par de nouvelles suppliques.
A force de prier et de gesticuler pour accroître l'effet dramatique de sa demande, le bras bandé de notre stupide patient était de nouveau bien abîmé. Les bandages souillés de petites tâches de sang en constante expansion en témoignaient.
Je profitai de la position de soumission du vilain repenti pour poser une main sur l'épaule d'Arcadia tout en lui adressant un grand sourire empli d'une indicible fierté !


- Tu as été sensationnelle, Arcadia ! lui soufflai-je à l'oreille, afin de ne pas me faire entendre par le patient. Bon, sur le coup, nous avons bafoué la consigne relatant de ne pas utiliser la magie sous les yeux des intéressés, c'est vrai. Mais ce cas-là se devait d'être traité différemment des autres ! Quand les circonstances l'exigent, il est parfois bon d'enfreindre les règles, continuai-je en lui déposant un petit baiser de félicitations sur sa joue d'un blanc immaculé.

Je me plaçai devant notre monstre de service pour lui annoncer, les mains sur les hanches et droite comme un "i", notre verdict tant attendu. Enfin pas tout à fait... pas encore !
Il restait deux-trois détails à régler.


- Relève la tête, mécréant, l'intimai-je froidement.

Il s'exécuta, le front perlant de sueur et la lèvre inférieure tremblotante.

- Pourquoi, monstre que vous êtes, devrait-on vous croire sur parole quand vous nous implorez de vous pardonner ainsi ? Aveuglé par la cupidité, vous n'avez pas hésité à tuer autrui ! Je me baissai à sa hauteur, principalement en me souvenant d'un coup que je portais une jupe assez courte, suffisamment pour que ce manant puisse se rincer l’œil en prenant compte de la couleur de ma culotte si je restais trop longtemps debout. Je lui soulevai le menton du bout de mon index avant de continuer à le sermonner : Hum ? Je le répète : Pourquoi diable accepterions-nous de pardonner un récidiviste aussi maléfique que vous ?

Ses yeux s'humidifièrent en se posant sur le visage d'Arcadia, puis des larmes se mirent à rouler sur ses joues quand il les posa sur moi.

- Je donnerais ma vie pour qu'Elle m'accorde Son pardon ! geignit-il, les mains jointes.

Je secouai la tête en me retenant de le gifler comme une dominatrice SM - oui, avec ma tenue actuelle, difficile de ne pas y penser ! Abstenez-vous de le faire, d'ailleurs ! Épargnez votre esprit si fertile ! Ne l'inondez pas d'un flot de pensées aussi... saugrenues comme je viens de le faire. Considérez cela comme un cri du cœur !
Bref.
J'apportai la touche finale à mon argumentation.


- Triple idiot que vous êtes ! Il faudra d'abord vous faire pardonner auprès de vos victimes pour parvenir à toucher ne serait-ce qu'un centième de la Grâce de l'Ange ici présent ! Ensuite, plus de place au vice, à la cupidité ou à n'importe quel autre mal dans votre âme souffrante ! Sans quoi la sentence, là-haut, sera infiniment plus terrible que tout ce que vous pourrez imaginer. Et ne tentez jamais, Ô grand jamais, de révéler tout cela à votre prochain ! Je vous en ai déjà parlé et je n'aime pas avoir à me répéter, fis-je d'une voix impartiale.

Le récidiviste se mit à sourire, comme illuminé par la Grâce Divine, et hocha frénétiquement la tête à l'intention d'Arcadia. Il gardait toujours les mains jointes, les genoux plaqués au sol et les yeux embués par ses larmes. Mais la haine n'existait plus sur son visage nettoyé par mes menaces mensongères, par l'annonce d'Arcadia et par la perspective d'obtenir Son Pardon.
Ce rôle de Messagère de mon Ange me plaisait bien ! Hé hé hé !
Je ne le laissai pas paraître pour autant.
Le concerné rendit sa prière deux fois plus parlante en apposant son front contre le sol de la pièce.


- Je le jure ! Jamais plus je ne serai aussi obnubilé par mon effroyable cupidité ! Pardon, pardon, pardon !

J'adressai un petit sourire à Arcadia après avoir tourné doucement la tête dans sa direction. Inutile de lire dans les pensées du pécheur pour justifier de sa sincérité.
Je revins sur son cas et m’intéressai immédiatement à sa blessure au bras.


- Continuez de prier pour votre Salut. Continuez ! auquel cas tout cela aura été vain et seul l'Enfer vous attendra avant même d'avoir atteint le bout du chemin de votre existence, murmurai-je à son attention, non loin de son oreille.

Il psalmodia une florilège d'excuses à l'intention de Natacha et d'innombrables autres personnes ayant été les victimes de ses braquages intempestifs. Il apprenait vite pendant que, délicatement, j'inspectais la plaie sous ses bandages.
C'était moche, long et assurément douloureux à supporter.
Ce qui voulait dire, en termes de sorcellerie, que j'allais goûter à cette souffrance lors de l'incantation de mes soins. Je serrai les dents en conséquence, passant mes mains au-dessus de sa plaie sans pour autant l'effleurer.
Puis je fermai les yeux et prononçai l'incantation idoine, courte mais diablement efficace. Douloureusement efficace ! Je reçus instantanément une douleur pareille aux effets d'un coup de poignard dans le bras et dus étouffer un cri, le front crispé. Par la suite, après une poignée de secondes qui me parurent une éternité affligeante, mon souffle en fut saccadé.
Ciel ! Tandis que les lettres rouges et magiques dansaient en orbite autour du bras guéri du patient et commençaient à peine à s'estomper, je dus poser une main sur mon propre bras pour tenter d'en apaiser le mal. Il n'y avait pas de dégât physique, rien de tout cela ! Seulement un feu d'artifices de sensations aussi désagréables les unes que les autres.
Surpassant cette "épreuve de la douleur" un tantinet trop persistante à mon goût, je me redressai enfin sur mes jambes tremblantes. Je suais. Et je ne sentais probablement pas très bon. Mais cela m'importait peu.
Cette expérience déplaisante m'avait permis de parfaire la maîtrise de ce sortilège bienfaiteur ! Cela représentait pour moi une aubaine et une évolution notable. Cette plaie guérie, féroce par sa taille, surpassait de loin celle de la vieille dame que j'avais guérie.
Oui, je progressais ! Oui, je me sentais fatiguée, comme alourdie par un fardeau irréel.
Désormais à côté d'Arcadia, je pris la liberté de m'appuyer sur une de ses épaules pour ne pas m'écrouler bêtement sur place.
Bon sang ! Cette carcasse peinait autant que cela à rester digne ?! Grumpf !
Je recourus au Cœur de pierre pour garder contenance et ne pas sombrer dans la panique, un masque émotionnel assez puissant et idéal au vu du sourire piteux que j'adressai à ma fille adoptive. Mais, forcément, comme je perlais de sueur, mon jeu d'actrice en prenait un sacré coup. D'où le "piteux", vous voyez...


- Ne t'en fais pas, Arcadia. Je ne vais pas tarder à me remettre d’aplomb. Ce n'est qu'une question de secondes... ou de minutes. De toutes petites minutes, oui, lui soufflai-je d'une voix emplie de douceur et d'espoir.

Derrière moi, la tête relevée et le regard braqué sur son bras miraculeusement dépouillé de toute blessure, le braqueur de banque n'en croyait toujours pas ses yeux. Il ne se posait pas de question sur mon cas car je restais dos à lui. Aussi, béât devant cette prouesse curative, le repenti s'adressait à Son Ange et seulement à Elle :

- Ma blessure ! Soignée !... Louée soit votre Divine Lumière ! fit-il, les yeux pétillants d'admiration pour Arcadia. Je vais changer. Vous verrez ! Je vais me racheter une conduite digne de Vous !

De mon côté, je ressentais une puissante envie de tomber de sommeil entre les bras d'Arcadia. Ou contre un mur. N'importe quoi susceptible d'amortir ma chute ou de me soutenir. Notez que je préfère de loin la première option. Mais je résistais à la supplique de mon être, bien heureuse de ne pas alerter notre "miraculé" par mon attitude légèrement distante avec ce dernier.
Il me restait énormément à faire pour palier aux répercussions chaotiques de ce pouvoir, surtout si je tenais à soigner des blessures toujours plus importantes.
Quel entraînement éreintant !

_________________

----------- Level : 6 188 599 ; ?? kilis --------------
- Attaque = 1 320 330 / Défense = 696 596 / Vitesse = 1 848 283 / Magie = 1 592 762 / Résistance magique = 730 628 -
Revenir en haut Aller en bas
Arcadia

avatar


Féminin Messages : 44
Age : 2
Zénies : 1400

Données du Personnage
Power Level: 72 611
Power Level en Kili: 1
Inventaire :

MessageSujet: Re: L'avenir se façonne aussi bien avec les poings qu'avec la tête [PV = Arcadia]   Ven Fév 24, 2017 5:18 pm

Lire dans les pensées pouvait paraître très amusant pour un court instant, le seul problème était d'être aussi sensible qu'Arcadia et de capter des pensées, que la shinjin aurait préférée ignorer. Elle n’avait que très peu de détails que l’on pouvait cacher, lorsque quelqu’un qui n’était pas assez fort mentalement. C’était une des raisons qu’elle disait à haute voix le fil de la pensée de sa proie, car naturellement, la cible continuait à penser à la suite, au reste, à tout ce que cela pouvait être attaché. C’était une réaction naturelle chez l’être vivant, chaque souvenir était relié à d’autres. C’était ce genre de raisons pourquoi Arcadia préférait ne pas à avoir à traiter avec des personnes mauvaises, elle ne voulait pas souffrir en lisant toutes les horreurs qu’elle découvrait. Ce genre de choses restait gravé dans sa mémoire sans pouvoir s’en détacher. Elle était la lumière dans les ténèbres et la shinjin devait les absorber en plus de les chasser. Elle supprimait les maux des vivants méritants victimes d’accidents, de bévues et de malchances. C’était un rôle qu’elle avait pris naturellement, ce n’était pas une demande, mais elle le sentait. C’était sans doute une sorte d’instinct venant de ses origines, ce fruit doré divin, cet arbre qu’elle n’a finalement jamais vraiment connu. Quel cruel et si bon destin à la fois. Arcadia avait pu connaître ainsi une mère adoptive, un enseignement, la Terre, mais elle était bien loin de son rôle véritable. Il y avait bien une personne qui le savait, mais égoïstement ou par amour, elle préférait garder encore un peu son ange venu du ciel.

L’extraterrestre n’était pas du genre à tuer quelqu’un, peut-être qu’elle le ferait un jour, si elle ressent un besoin urgent d’arrêter le mal absolu. Une vraie personne mauvaise dictée uniquement par la haine et le besoin de réduire à néant. Arcadia ne cherchait pas à mentir au niveau de son statut divin. Elle n'avait rien caché, elle donnait une version des faits non vérifiables et elle laissait les autres imaginer les détails manquants sans chercher à les contredire. Elle n’était vraiment pas très douée pour ce qui était des expressions, des langages particuliers, qui demandaient finalement certaines connaissances d’argot. On aurait dit que jouer les incarnations d’un ange vengeur et annihilateur n’était finalement qu’une répétition à un véritable combat un jour contre le mal absolu. Arcadia avait eu de la chance de ne rencontrer personne de réellement dangereux dans sa longue et seule année de vie. Ce n’était que de la comédie pour cette fois-ci dans cet hôpital, mais ça ne le serait pas toujours. Les règles autoproclamées de sa mère n'avaient pas été respectées. Forcée et contrainte de suivre, la pauvre douce et innocente enfant des Dieux n'avait pas eu d'autres choix. Elle entendit les chuchotements de sa mère à propos de sa nouvelle magie, et elle hocha la tête. La shinjin se demandait si c’était vraiment très éthique de tester sa magie sur le premier venu, mais elle ne dit rien. Elle sourit tendrement à sa mère, alors qu'elle la regardait avec des yeux de merlans frits.

Arcadia, qui ne mentait jamais, était devenue maîtresse dans les effets spéciaux et la mise en scène. C’était bien une première dans ce cas-là, jamais n’avait-elle essayé de contraindre le mal à revenir vers la lumière. Le suppliant d’une rédemption s’agitait tellement qu’il ouvrait d’autant plus ses blessures. Il devait ressentir une telle peur qu’il ne sentait même pas ses blessures. C’était que la shinjin risquait presque de ressentir son envie de le soigner, mais il ne fallait pas exagérer non plus. Elle sentait au regard de Ryanne, que sa mère adoptive devait être satisfaite de ses effets de manches. Elle lui sourit légèrement en essayant tout de même de garder sa concentration. Elle devait être une ange ou quelque chose comme ça sans doute, quelle drôle d’idée de chercher à la déifier. La shinjin plissa les yeux peu d’accord avec le besoin parfois d’enfreindre les règles, elle n’était pas du tout d’accord évidemment. Si les règles avaient été choisies et écrites, c’était bien une nécessité de les respecter ! Ryanne avait beau tenter de finasser pour faire passer ses idées, elle était bien largement assez de le faire sentir autrement.

Les joues d’Arcadia rosies légèrement alors qu’elle reçut le baiser sur sa joue de sa mère adoptive. Elle laissa alors faire sa mère adoptive à tenter de manipuler et d’exiger une repentance de la part du mécréant. La shinjin ressentait dans les pensées du braqueur qu’il devait être sincère. Il avait vraiment très envie de se faire pardonner, mais elle se demanda s’il changerait vraiment. Elle sentait Ryanne en mode maîtresse d'école, cela risquait de faire mal !

« Le plus difficile sera que vous vous pardonnez à vous-même … »

Dit alors d’une voix plus chaude devant les bons sentiments de cet homme l’ange par intérim. Le malfrat allait avoir une longue et terrible pénitence à chercher à se faire pardonner par chaque personne qu'il avait blessée. C’était peut-être un travail de toute une vie. Elle remarqua alors que l’homme approuvait pleinement la mission que lui donnait sa mère adoptive. Elle hocha la tête doucement, alors en guise de réponse.

« Très bien, je te surveillerais en permanence, et je verrais bien si tu suis tes dires. »

Ce n’était pas forcément très vrai, mais Arcadia sentait que c’était quelque chose à dire pour lui faire plaisir. Elle regardait sa mère, qui semblait vraiment prendre un pied d'enfer à être aux côtés de l'ange pur, à jouer avec son image, mais cela ne la dérangeait en aucune façon.

« Ton pire ennemi est toi-même, méfie toi humain. »

L’extraterrestre regarda sa mère poussée le mécréant à prier au maximum, mais elle se doutait que ce ne devait être qu’une excuse. Elle remarquait bien que sa mère étudiait déjà la blessure au bras, qui semblait s’être partiellement ouverte. La liste des personnes à se faire pardonner était très impressionnante. Elle soupira discrètement, mais visiblement, cet homme avait vraiment très peur du courroux. Elle n'aimait pas du tout l'idée que Ryanne devait souffrir à nouveau afin de s'entraîner. La shinjin remarquait bien ce que voulait dire sa mère adoptive sur la rédemption, mais pour combien de temps cet homme allait poursuivre sur sa voie ? Elle espérait bien toute sa vie entière, mais elle n’arrivait pas à le croire. Sa véritable nature referait surface un jour. Elle posa sa main sur l’épaule de sa mère afin de calmer les douleurs désagréables par son seul pouvoir. Arcadia brillait de moins en moins face à la mauvaise personne, ses sentiments s’étaient calmés à mesure de voir comme cet homme pouvait être limité. Même si c'était un peu de la triche, elle tentait d'aider comme elle pouvait Ryanne dans son entraînement. Elle glissa ensuite sa main dans son dos afin de soutenir sa mère adoptive dans son épreuve auto-imposée. Il était évident qu'à voir l'épuisement de Ryanne, me sortilège était loin encore d'être au point. Il nécessitait un nombre important de réglages et de tests. Elle plissa légèrement les yeux en regardant sa mère en réponse au sourire épuisé de Ryanne. L'extraterrestre ne répliqua rien à la vaine tentative de sa mère adoptive à rassurer sa tendre fille innocente, mais ce ne fut guère très efficace.

« Ce qui peut être donné, peut être repris. J'aspire à ce que votre conduite change en effet. »

Se contenta comme unique réponse l'ange à son miraculé. Elle commença à étreindre doucement sa mère dans ses bras en brillant de plus en plus baignant de lumières. Elle souriant avec tendresse à sa mère adoptive, et comme si elle avait des ailes, Arcadia disparut comme un rien de la chambre sous le regard mystifié de l'ancien malfrat. Elle venait de se téléporter à quelques mètres au-dessus, rien d'extraordinaire. Elles se retrouvèrent alors allongées sur le toit, Arcadia regardait le ciel avec un grand sourire. Elle était redevenue totalement normale n'admirant pas le beau ciel bleu.

« Il fait beau n'est-ce pas, le ciel de la Terre est vraiment très joli tu ne trouves pas ? »


Dernière édition par Arcadia le Lun Mar 06, 2017 8:55 pm, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ryanne Hilaris

avatar


Masculin Messages : 268
Age : 25
Zénies : 3238 ! Et un cookie de Gray x')

Données du Personnage
Power Level: 6188599
Power Level en Kili: ??
Inventaire :

MessageSujet: Re: L'avenir se façonne aussi bien avec les poings qu'avec la tête [PV = Arcadia]   Ven Fév 24, 2017 10:08 pm


Ce sortilège de guérison méritait des lauriers pour sa merveilleuse efficacité, mais l'effet secondaire qui se répercutait constamment sur son utilisateur - pendant et après chaque soin apporté - était franchement perturbant. Il fallait faire avec, malheureusement. Cette compréhension de la douleur resterait toujours la même. Toutefois, si jamais elle venait un jour à s'améliorer, ce serait seulement grâce à ma capacité accrue à supporter toute cette souffrance consentie.
C'était là tout l'art d'apprendre à "serrer les dents", au moins le temps que l'orage soit définitivement passé.
En revanche, il existait un autre point négatif à l'usage de cette compétence magique : l'épuisement qui en découlait. Et avec notre malfrat délesté de son fardeau sanguinolent, celle ressentie par son biais me donnait presque le tournis ! J'entendis même la voix d'Arcadia se déformer d'une façon bien étrange, changeant d'intonation par moment. Cela ne ressemblait plus du tout à sa voix si habituellement si douce et calme ! Comme si cela ne suffisait déjà pas, elle semblait également résonner entre les murs de la chambre du patient. Je dus bien l'entendre s'y répercuter deux ou trois fois, peut-être même quatre, avant de s'éteindre. Cela dit, à ce moment-là, je n'avais pas l'esprit très clair ; ne vous attendez donc pas à des précisions très pointues de ma part. Mais malgré tous ces petits détails dérangeants, je me focalisai entièrement sur la présence d'Arcadia, pareille à une croyante ayant découvert l'existence de son Ange Gardien et lui accordant toute son attention pour bénéficier de son appui bienveillant.
En l'absence d'un soutien de ce genre, recourir à cette capacité relèverait effectivement du sacrifice. Un sort à ne définitivement pas utiliser à la légère...
Je fermai les yeux en expirant doucement afin de reprendre contenance plus rapidement. La douleur s'estompait peu à peu et je me sentais de plus en plus apaisée, libérée de ce maudit poids. Et puis je rouvris les yeux, quelques secondes ou quelques minutes après les avoir fermé ? Pas la moindre idée !
L'odeur n'était plus la même ; une atmosphère en grande partie libérée de ces fragrances propres au milieu hospitalier. Un air plus pur et si plaisant à respirer !
L'un des nombreux bienfaits de cette belle liberté.
En outre, je me rendis compte que la souffrance s'était enfin volatilisée. Mon bras ne me lançait plus. Cette impression de déchirure des tissus n'existait plus, tel un vilain souvenir évaporé par une assistance magique.
...Une assistance magique ?
Allongée sur le dos contre un sol décidément bien différent de celui des chambres de l’hôpital, je découvris ma douce Arcadia en pleine contemplation du ciel, étendue dans une position identique à la mienne, juste à mes côtés. Je constatai enfin que nous étions sur le toit, mon esprit encore un peu abruti par l'épuisement accumulé lors de notre service.
Louée soit cette capacité à se téléporter, plus encore lorsqu'elle vous permet de vous retrouver instantanément dans une position aussi reposante après tant d'efforts !
En laissant traîner mon regard sur la silhouette détendue d'Arcadia, je notai l'absence de son aura blanchâtre. Elle avait quitté son rôle d'ange et restait - heureusement pour nous tous - celle que je connaissais depuis plus d'une année. Une petite partie de mon esprit légèrement paranoïaque ressentit une frayeur quant à la perspective de voir apparaître des shinjins, d'un coup, à cet instant précis, au beau milieu de ce ciel azuré, suite à la récente utilisation des pouvoirs divins de ma fille adoptive.
Je fis tout pour taire cette pensée, évacuant un soupir de soulagement en ne repérant aucun semblable d'Arcadia flotter dans les airs au-dessus de nos têtes.
A la fascination de l'intéressée pour l'atmosphère de notre accueillante planète bleue, je répondis avec un léger train de retard. Un événement rare laissant sans doute paraître mes encombrantes réflexions, basées en grande partie sur de la peur.


- Joli et fichtrement fascinant, répliquai-je en parlant de cette gigantesque étendue céleste. Une source d'inspiration constante qui n'a de cesse de favoriser la bonne humeur !

Je me redressai sur les coudes, profitant allègrement de la douce caresse apportée par le passage d'un courant d'air fugace. Muette pendant une bonne dizaine de secondes car soucieuse de gêner Arcadia dans sa contemplation posée, je finis par reprendre la parole d'une voix faussement enthousiaste. Juste assez pour masquer cet épuisement un tantinet persistant. Bon, il diminuait certainement, mais je tenais à faire montre d'une grande vitalité quitte à essayer de tromper - probablement en vain - Arcadia.

- Tu as fait preuve d'une grande assurance face à notre dernier patient, commençai-je en lui lançant un regard chargé de fierté. Un jeu de scène pourtant rempli de vérités ! Je n'y ai perçu qu'un seul mensonge - très avisé, je te rassure - vers la toute fin. Comment imagines-tu donc le futur de cet homme ? Voué à l'échec ? Contaminé par la cupidité ? Ou... Plus lumineux ? Soigné par un bon début de charité florissant ? m'enquis-je, les yeux toujours rivées sur elle, presque insistante avec mes questions. J'aimerais vraiment avoir ton avis sur ce spécimen. Tu vois le monde avec des yeux différents des miens. Ton point de vue est et sera toujours très intéressant ! Aurais-je dû le laisser souffrant ? Me suis-je montrée égoïste vis-à-vis des victimes de ses braquages en le débarrassant de son mal ? Aurait-il dû apprendre par lui-même via la voie de la souffrance ?

Je me tus, autant pour la laisser s'exprimer et argumenter que pour me reposer la voix. J'en avais dit beaucoup et, dans mon état, la fatigue risquait de se faire ressentir à tout moment.
Plus question de pratiquer cette forme de sorcellerie bienfaitrice dans l'heure qui suivait !
Et puis, je ne comptais pas perturber trop longtemps ma douce shinjin à la chevelure aussi blanche et pure que son caractère bienveillant. De cet endroit, je souhaitais qu'elle en garde de bons souvenirs et non pas des images d'une tutrice affligée par l'usage dévastateur de sa propre magie.
J'esquissai, à l'attention de mon ange, un sourire réconfortant et beaucoup plus franc.
Une autre question cruciale - à mon humble avis - découla de mon raisonnement. Celle-ci me laisserait le temps de méditer sur les réponses d'Arcadia à mes précédentes interrogations. L'idéal pour rebondir efficacement sur une thèse qui, je le savais, ne me décevrait nullement !
Tous les jours les oreilles vont à l'école, n'est-ce pas ?


- Maintenant que tu détiens une petite expérience en tant qu'infirmière parmi les blessés et les malades, comment trouves-tu ce lieu ? Oublions le fait que nous ne sommes pas réellement des gens de la profession, bien entendu ; je souhaite simplement connaître ton ressenti à l'heure actuelle, précisai-je en bâillant bien malgré moi.

Je me couvris rapidement la bouche d'une main pudique.
Mazette ! Belle preuve de fatigue que voici ! Je passai outre en priant pour que le regard analytique de ma chère fille ne se soit pas trop attardé dessus. Sans quoi elle me demanderait très certainement et poliment d'aller passer un bon moment de sommeil dans un lieu prévu pour. Ce dont je me refusais pour le moment.

_________________

----------- Level : 6 188 599 ; ?? kilis --------------
- Attaque = 1 320 330 / Défense = 696 596 / Vitesse = 1 848 283 / Magie = 1 592 762 / Résistance magique = 730 628 -


Dernière édition par Ryanne Hilaris le Ven Mar 03, 2017 10:08 pm, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Arcadia

avatar


Féminin Messages : 44
Age : 2
Zénies : 1400

Données du Personnage
Power Level: 72 611
Power Level en Kili: 1
Inventaire :

MessageSujet: Re: L'avenir se façonne aussi bien avec les poings qu'avec la tête [PV = Arcadia]   Mar Fév 28, 2017 3:14 pm

Arcadia ne jugeait pas bon le sortilège de soin de sa mère adoptive. Il était apparemment efficace dans la mesure où cela soignait la cible, mais à quel prix ? Dans la magie dite traditionnelle, la magie n'était qu'un échange, comme l'alchimie en fait. Il fallait donner pour recevoir, et le prix était en général bien supérieur au gain, comme un pied-de-nez de la nature face aux vivants impatients. La shinjin n'aimait pas du tout comment sa mère se préparait au pire avec cette magie, elle cherchait à se mettre dans un rôle dangereux. Si pour soigner une coupure profonde, elle perdait presque conscience, qu'est-ce que cela donnera pour une blessure plus importante ? Rien de bon quoi qu’il en soit. Que pouvait-elle faire d'autre à part des mises en garde ? Sa mère semblait être butée et visiblement, elle désirait poursuivre dans cette voie. Arcadia sentait Ryanne partir petit à petit, elle désirait prendre soin de cette personne, qui lui était chère. C'était un besoin assez simple sinon, dans ses gènes. Elle ne désirait que soulager le monde de ses maux, c'était son rôle peut-être ? Elle serait forte pour deux, et peut-être même pour plus dans l'avenir, elle le devait, elle le voulait.

Ryanne s'était littéralement évanouie dans ses bras. Cela avait duré quelques minutes, et c'était bien le signe que sa mère adoptive avait atteint sa limite. Arcadia avait emmené sa mère au grand air, c'était le meilleur endroit pour reprendre des forces. Pour le moment, la shinjin avait soutenu magiquement sa mère pour qu'elle se remette de cette fatigue généralisée qui la frappait à chaque tentative de ce damné sortilège. Que se passerait-il si un jour Ryanne utilisait ce sort sans sa présence ? La blanchette préférait ne pas trop se poser la question. Elle sentit Sa mère adoptive se réveiller doucement de son épreuve dans ses bras. Elle n'avait pensé qu'à la liberté, et heureusement, sur Terre, il ne manquait plus que cela qu'elle se retrouve sur une autre planète. Elle s'était détendue, elle ne cherchait plus à sauver le monde entier. Elle ne cherchait qu'à guider sa mère adoptive sur un meilleur chemin. Elle ne dégageait plus d'aura, cela ne se produisait uniquement à l'utilisation de magie. Personne encore n'était en train d'arriver dans le ciel, visiblement, ce n'était pas pour aujourd'hui. Ils devaient être trop occupés pour se rendre compte de la présence d'une shinjin perdue sur une planète isolée. Était-ce une sorte de cadeau des dieux de lui laisser encore un peu de temps avec celle qui la guidait depuis son éclosion.

« Et bien en fait, le fait que le ciel soit bleu n'est le résultat de l'atmosphère protecteur autour de la Terre. Cela filtre une bonne partie de l’onde produite par le soleil. Les couleurs vives et énergétiques les moins filtrées, ce qui résultent ce bleu insaturé, mais cela peut offrir d'autres couleurs comme le rouge, le orange voir le violet dans certains cas. Tout dépend de l'orientation du soleil et de la Terre, les longueurs d'onde et les différentes couches atmosphériques. Enfin après... »

Commença alors à expliquer l'encyclopédie universalis sur patte avant de tourner son visage dans la direction de sa mère la voyant fatiguée. Ce n'était sans doute pas le bon moment pour un cours intégral sur le ciel et l'atmosphère. C'était un moment de repos, de rapprochement et de tendresse entre elles.

« Enfin oui... C'est beau ! »

Se força alors à conclure en toute simplicité pour une fois la shinjin.

« On peut imaginer que les effets de couleurs bénéfiques sur le cerveau des êtres vivants aient souvent insoupçonnés. Si on vit dans un environnement triste et malsain, le cerveau ne va pas produire de bonnes substances permettant le meilleur fonctionnement de ce dernier. Alors vivre dans de bonnes conditions influe sur le moral, qui influe fortement sur la santé. On a même déjà vu des patients fortement atteints connaître des rémissions inexpliquées dans des maladies graves ! Alors, continuons à regarder le ciel ! »

Analysa alors de manière scientifique la lumiérologie, une science encore trop inexploitée. Elle ne semblait pas très dérangée de parler, à mesure qu'elle répondait avec une constante et un débit de parole conséquent. Elle sentit rapidement que le ton de sa mère adoptive devint faussement enthousiaste. Elle n’était pas très dupe sur son état, la fatigue se lisait sur son visage assez facilement. Il n’était pas facile sur ce point de le cacher à une shinjin de sa trempe.

« Je n'avais pas peur de cet homme, j'étais sans doute capable de le maîtriser en cas d'agressivité de sa part. Alors forcément, j’avais une certaine assurance. »

Arcadia fut étonnée et presque vexée.

« Je ne mens jamais, je trouve que c’est quelque chose de mauvais. Je n’ai dit que la vérité, il me semble. »

L’extraterrestre commençait à se demander ce qu’elle avait pu dire comme mensonge vers la fin, mais les remarques de sa mère la tirèrent de ses réflexions.

« Son avenir ? Et bien … on peut facilement imaginer qu’il est à un moment charnière de sa vie. Est-ce que la peur suffira à le faire basculer du bon côté ? Je ne sais pas trop, j’imagine que cela va dépendre de son environnement, de ses relations. Il aura pour sa vie entière des tentations de violences, de vols, car c’est bien plus simple de vivre ainsi. Je dirais qu’il a une chance sur deux de s’en sortir. Je pense que l’on ne pourra pas jouer ce tour indéfiniment pour sauver les âmes perdues. Cet homme était impressionnable et déjà ouvert à une sorte de spiritualité. Je suis plutôt à penser d’une manière pessimiste, je dois bien l’avouer. Je pense que quiconque à goûter au mal, accepte de le refaire ou pire encore. Je préfère consacrer mon temps aux justes, qui sont d’ailleurs et heureusement plus nombreux. J’imagine que l’on peut penser que je suis une personne absolue, ce qui n’est pas nécessairement très bon. »

Arcadia se tourna alors vers sa mère en souriant doucement.

« Tu es quelqu’un de bien, sensible et empathique. C’est quelque chose de très humain évidemment, tu souffres en voyant les autres souffrir, alors ça te donne envie de l’aider peu importe s’il est bon ou mauvais. Je trouve cela admirable, et très doux à voir même si c’est pour des besoins de satisfaction égoïste. As-tu aidé cet homme pour lui et uniquement pour lui, ou pour toi ? »

Demanda alors la shinjin en objecteur de conscience. Elle ne forcerait pas Ryanne à changer outre mesure, elle lui donnait le choix simplement. Le libre arbitre était quelque chose de très important à ses yeux. Elle remarqua le sourire plus franc de sa mère adoptive, l’extraterrestre lui sourit également en la pressant contre elle tendrement.

« Ce lieu est intéressant, il y a beaucoup de blessés et de personnes dans le besoin. Cependant, je ne suis pas certaine que ce soit un lieu pour moi. Je pense tout de même que mon ancienne méthode de recherche sur le terrain doit être meilleure. Cela permet d’éviter les soucis de foules. J’aime beaucoup pouvoir aider les personnes dans le besoin, mais je trouve étrange la réaction de ces humains. »

Arcadia savait que sa mère était fatiguée, ce n’était guère une surprise.

« Malgré que la magie soit efficace en beaucoup de choses, dormir tout simplement en règle beaucoup. »


Dernière édition par Arcadia le Lun Mar 06, 2017 8:58 pm, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ryanne Hilaris

avatar


Masculin Messages : 268
Age : 25
Zénies : 3238 ! Et un cookie de Gray x')

Données du Personnage
Power Level: 6188599
Power Level en Kili: ??
Inventaire :

MessageSujet: Re: L'avenir se façonne aussi bien avec les poings qu'avec la tête [PV = Arcadia]   Ven Mar 03, 2017 11:53 pm

Ah ha ha ha ! Arcadia prenait vraiment tout au pied de la lettre ! Adorable ! Un ange, vous-dis-je ! Un ange dans toute sa splendeur ! Et un ange de science comme de magie.
Elle me déversait quantité d'explications sur les raisons pour lesquelles le ciel était bleu, en plus d'approfondir le sujet sur bien d'autres couleurs possibles comme s'il s'agissait de rédiger une thèse sur la question.
Je la trouvais drôle, fascinante et tout à fait craquante !
Mais sa longue tirade explicative sur l'impact positif d'un bon environnement - ainsi que sa sombre réciprocité également - tendit à intensifier copieusement mon attention à l'égard de sa vision des choses. La curiosité d'Arcadia nourrissait ma grande imagination en plus de bien garnir la sienne !
Je ne me lassais jamais de l'écouter énoncer toutes ces théories scientifiques. Cela lui allait comme un gant avec sa tenue d'infirmière !
En outre, apercevoir un peu de surprise de temps à autres sur le visage de l’intéressée continuait de me faire sourire. Je profitais pleinement de ces instants-là avant que son intellect sur-développé ne se décide de m'en priver pour des raisons X. Peut-être qu'un jour je deviendrais trop prévisible ? Ou alors, mon ange briserait son serment de ne pas lire dans mes pensées, influencée par un facteur extérieur désireux de se montrer nuisible envers nous deux ?
Je me faisais beaucoup de soucis avec des suppositions hâtives et bien idiotes, oui ! Comme n’importe qu'elle mère avec sa fille, je suppose.
En tout cas, Arcadia était au moins aussi butée que moi sur une chose ; elle se refusait continuellement de mentir, jugeant cela comme une mauvaise action, tandis que moi je n'abandonnais pas ma douloureuse initiation à cette forme curative de la sorcellerie.
Une concurrence en matière de bêtise ? Pas forcément.
Puis le plus plaisant de son argumentation parvint enfin à mes oreilles !
Pour Arcadia, il était constamment question de bien ou de mal. Et notre dernier sujet serait très probablement tenté par la voie la plus sombre et la plus simple à suivre comme à vivre. Ma fille se montrait effectivement un peu pessimiste, non sans l'avouer dans sa diatribe. Elle avait raison sur bien des points, notamment sur les limites de notre stratégie pour tenter de raisonner ces êtres corrompus par des désirs nuisibles. Mais cette fixette sur les "justes" risquerait de la décevoir tôt ou tard...
Pour qu'elle s'en rende un jour réellement compte, Arcadia devra le vivre.
Je ne fis aucun commentaire sur le sujet. Il me restait encore tant à écouter... tout comme il vous reste encore tant à lire ! hé hé hé !
Cela vous embête-t-il ? Oui ? un peu ? ...Alors tant mieux ! Lisez et taisez-vous~
Je faillis rougir en écoutant Arcadia dresser un portrait psychologique de ma personne. J'avais toute sa confiance et, malgré nos divergences d'opinions, nous étions attachées l'une à l'autre comme l'est une mère à sa fille chérie et inversement !
La question de ma shinjin au grand cœur ne me surprit pas tellement.


- Pour lui comme pour moi, répondis-je au tac ou tac.

Pour parfaire ma maîtrise de cette faculté de soins et tenter d'offrir un avenir moins sinistre à cet homme, en d'autres termes. Je voyais continuellement le monde sous l'angle de ma propre bienveillance.
L'optimisme dans toute son éblouissante splendeur !
Mais avec les facultés psychiques et limite intrusives d'Arcadia, continuerais-je de penser de cette manière-là ?
Bonne question !
Mon ange continua de répondre à mon petit questionnement et me fit part de sa conclusion. Elle m'expliquait qu'elle aimait bien cet endroit mais ne se sentait pas à l'aise avec les foules. Pour elle, les humains étaient imprévisibles. Ils ne la comprenaient pas. Ils ne comprenaient pas ses étonnantes facultés, plutôt.
Quant le surnaturel entre en scène, c'est souvent le cas.
Je profitai de la douce étreinte d'Arcadia pour me relaxer encore un peu. Elle tenait à ce que je m'endorme, comme prévu. Mais il nous restait beaucoup de travail ! Il fallait... vraiment... y ... aller...
Je secouai vivement la tête et rouvrit de grands yeux, têtue comme jamais.
Mais je ne la quittais pas, si apaisée à ses cotés.


- J'en aurai tout le temps plus tard, Arcadia. Il nous reste tant à faire entre ces murs, répliquai-je en un souffle. Je suis touchée par tes mots, en tout cas ! Ils me donnent encore plus d'entrain ! Je suis... requinquée, et ce juste en te prêtant une oreille ! Hé hé hé ! Tu es mon ange adorée ! m'exaltai-je en me redressant un peu plus. Mais pour en revenir à notre dernier sujet, sache simplement que les humains ont une peur presque systématique de l'inconnu. Il faut que tu essaies d'anticiper cela à chaque fois que tu remarques un visage stupéfait ou trop béat pour qu'il ne s'agisse d'une simple joie - au-dessus, elle devient de la fascination, voire de l'adoration - après avoir usé de tes merveilleux pouvoirs.

Je me relevai en douceur en lui tendant une main pour l'inviter à faire de même.

- Mais n'aie crainte : tu finiras forcément par t'y faire. Après tout, tu n'as encore qu'une année de vie. D'autant plus que tu apprends très vite ! Si ta candeur te rend parfois vulnérable, elle est aussi une part de ta si belle personnalité, continuai-je en lui adressant un clin d’œil amusé. Cela dit, je ne serais vraiment pas étonnée qu'un groupe d'hommes se mette en tête de te vouer un culte ; tu es naturellement ravissante, et assurément éblouissante lorsque ton aura blanche t'enveloppe ! hi hi !

Je lui tapotai le dos avant de lui déposer un baiser sur la joue.
Bref ! Il était temps que je lui explique sommairement la suite du planning de la journée.
Je m’exécutai en me remémorant le plan de l’hôpital, et plus précisément l'endroit où se trouvait la salle de repos, peu désireuse de m'y retrouver instantanément par téléportation au cas où une autre infirmière s'y trouverait déjà. L'une d'elle pourrait bien faire une crise cardiaque devant ce spectacle magique !
Je lévitai sur le toit en observant Arcadia.


- Il va falloir qu'on en termine avec cette journée, Arcadia ! Il serait mal vu de laisser nos collègues de travail en plan avant la fin de notre service. Et ne t'inquiète pas pour moi, je tiendrai le coup ! Je vais juste avoir besoin de ta magie pour aider nos patients. Et ne t'en fais toujours pas car je serai à tes côtés tout du long, un peu comme un garde du corps. Le garde du corps de Sa Sainteté Arcadia ! la taquinai-je en lui adressant une courbette flagorneuse depuis ma position aérienne. Je plaisante, mon petit cœur en sucre ! Let's go !

Et sur ces mots, je repartis en direction de la salle de repos avec la danse de l'air pour me faufiler incognito par la fenêtre, veillant bien à ne pas surprendre les badauds en contrebas tout comme le personnel de l’hôpital en usant de ce pouvoir-ci.

Hrp:
 

_________________

----------- Level : 6 188 599 ; ?? kilis --------------
- Attaque = 1 320 330 / Défense = 696 596 / Vitesse = 1 848 283 / Magie = 1 592 762 / Résistance magique = 730 628 -
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'avenir se façonne aussi bien avec les poings qu'avec la tête [PV = Arcadia]   

Revenir en haut Aller en bas
 

L'avenir se façonne aussi bien avec les poings qu'avec la tête [PV = Arcadia]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» « L'amour ne voit pas avec les yeux, mais avec l'âme. » ♥ Alienor
» Un peu de wasabi avec ton sushi ?
» L'on n'est jamais mieux que chez soi!
» Ecrire comme Tolkien (Davonline)
» Andy Murray ! Je ferais aussi bien que toi ! (libre)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dragon Ball Reborn  :: Univers :: Terre :: Villes-