Partagez | 
 

 A la recherche d'humanité (Pv Sarah Connor)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ferliost

avatar


Masculin Messages : 241
Age : 21
Zénies : 4140

Données du Personnage
Power Level: 8 819 734
Power Level en Kili: 175
Inventaire :

MessageSujet: A la recherche d'humanité (Pv Sarah Connor)   Lun Déc 19, 2016 2:26 am






A la recherche d'humanité


Récupérer son dû

15 jours... Cela fait 15 longs jour que j'ai accompli la tâche que m'avait confié le Wolfpack, entre-temps j'avais eu des petits soucis, impliquant une humaine qui ne l'était pas tout à fait, m'ayant causé un séjour à l’hôpital que j'avais... Abrégé dès que possible dirons nous, et, d'autres, après coups, qui étaient d'ordre scolaire. Après tout j'avais pris un peu de retard avec toute cette affaire, et a priori, je n'ai pas eu de chance ! Je ne semble pas avoir été reconnaissable à la télévision ! Quel dommage... Enfin, ce n'était là rien qu'un peu de travail ne puisse rattraper ! C'est d'ailleurs à cela que j'ai dédiés ces derniers jours. Je ne suis pas un élève des plus assidus, mais je sais tout de même comment travailler efficacement et avoir en tête le minimum pour obtenir le diplôme, et pas beaucoup plus à vrai dire... A ce sujet j'avais d'ailleurs la chance que les professeurs tendent à m'apprécier. Certes je suis du genre un peu brutal et pas des plus bavards, mais je fais preuve de plus de respect que la majorité des autres élèves, et cela leur suffit... Même si à vrai dire comme tout les autres, je souhaite e finir dès que possible avec ces études. Ce qui se passerait après ? Je verrai bien, mais vu tout ce qui se passait il était peu probable que j'ai de quoi m'ennuyer, surtout si les envahisseurs se décidaient à revenir encore, et encore.

En attendant, j'ai déjà une bonne piste, et elle va déjà m'occuper sous peu. Contrairement à ce que va peut être penser le Wolfpack, mais dans ce cas il me décevrait, je n'ai pas oublié ma dette. Seulement, je suis bien obligé de m'afficher de temps à autre dans mon rôle d'étudiant et d'enfant adoptif, sans quoi cela susciterait la curiosité et... Ni moi, ni eux, ne souhaitons que ça arrive. Or, après 15 jours, j'ai à peu près rattrapé mon retard, et, je pense que c'est un délai raisonnable pour prendre un week-end pour moi, sans que cela ne suscite quelques méfiances ou que j'ai à me justifier auprès de qui que ce soit. Prévenant le Wolfpack de ma venue prochaine en usant de leur petit cadeau, cet espèce de portable multifonctions, il me répondent en m'indiquant un lieu de rendez vous, où quelqu'un passera me chercher pour m'emmener là où serait Sarah. Aaah, c'est vrai que je ne suis pas un membre officiel de leur organisation, donc ils veulent probablement s'assurer d'une façon ou d'une autre que je ne connaisse pas le trajet jusqu'à leur cachette ! Ou alors c'est de la pure bonté de leur part pour m'éviter des frais de déplacement ou de m'épuiser par moi même, mais étrangement j'en doute...

Cela étant, je préfères qu'ils soient efficaces que "gentils", or jusque là leur organisation est irréprochable... Et cela se confirme lorsque j'arrive au rendez vous, mon "taxi" étant ponctuel et ne faisant aucun commentaire sur les raisons de ma venue ou qui je suis ! Je jurerai presque qu'on lui a coupé la langue au vu du silence dont il fait preuve... Un des éléments qui tendent à confirmer la volonté du Wolfpack à ce que j'ignore la localisation du lieu où se trouve Sarah. Certes, je ne me suis pas retrouvé avec un sac sur la tête, mais c'est tout comme. Les vitres de la voiture sont en effet teintées de façon à ce que je ne vois pas l'extérieur, et le pilote conduit de telle façon, alternant les vitesses et les directions de façon continue, qu'il est particulièrement difficile d'évaluer la longueur du trajet et son orientation. Cela ne me surprendrait pas qu'en plus il prenne des détours juste dans le but de me perturber ! Mais soit, je ne suis pas particulièrement pressé... Cela étant je demeure sur mes gardes, après tout je n'oublie pas que je traite avec une organisation dangereuse qui en soit pourrait avoir intérêt à se débarrasser de moi... OH, je sais bien que je suis plus puissant que tout ceux que j'ai vu jusque là, maiiiiis... Rien ne me dit qu'ils m'ont tout montré, et être puissant ne change rien au fait qu'un gaz toxique en un espace clos pourrait m'être fatale, tout comme un poison mis dans une boisson... En somme, je reste vigilant, prêt à réagir au moindre détail suspect...Enfin plus suspect que ce à quoi on peut s'attendre avec le Wolfpack...

Mais a priori rien, du moins durant le trajet. La voiture s'arrête au terme de quelques heures, que je peine à évaluer exactement, et le chauffeur m'invite à descendre, ses premiers mots... Mais à vrai dire je ne l'ai pas attendu, et quand il le dit, la portière est déjà ouverte. En sortant, je vois que je suis dans une sorte de grand hangar, avec divers véhicules, dont certains bien plus... Militaires dirons nous que celui dont je viens de sortir. Un rapide coups d'oeil suffit pour me rendre compte qu'il n'y a pas de comité d’accelerando...  Bon, du coups je suppose que mon chauffeur va me servir de guide, ce qui se confirme lorsque, de nouveau sans mot, il me fait signe de le suivre, s'avançant dans un couloir, curieusement vide.

Or, je ne suis pas un expert en architecture ou en technologie, mais un coups d’œil suffit pour me rendre compte que le lieu où je suis a dû priori coûter TRÈS cher. Tout semble blindé ou bien plus robuste que dans tout autre lieu où j'ai pu être, ce qui, je l'avoue, me donne envie de tester leurs résistants, mais je ne suis pas là pour cela... Au contraire, mes yeux s'attardent sur les portes sans poignées qui ornent de par et d'autres le couloir, me demandant laquelle s'ouvrira, et ce que j'y trouverai derrière... La réponse à la première question s'avère être la troisième à droite, que mon chauffeur ouvre en tapant un code que je n'observe guère, quant à la seconde... Trois gusses en blouse de scientifique assis d'un côté d'une table, en train de discuter activement sur des plans, tandis qu'une chaise est positionnée pour que je leur fasse face... Je me demande s'il s'agit d'une espèce de bureau, ou si on leur a dit d'attendre ici que j'arrive, et si c'est cela depuis combien de temps sont ils là ? D'ailleurs ce ne sont pas les seuls, car un second coup d’œil me permets de me rendre compte de la présence d'une demi douzaine de gardes armés dans la pièce, relativement vaste. Hm, soit les individus me faisant face sont d'importance, soit on ne me fait vraiment pas confiance... Quoi qu'il en soit c'est tout à fait normal !

Ainsi, c'est sans hésitation que je m'avance dans la pièce, mon chauffeur restant pour sa part dans le couloir tandis que la porte se referme derrière moi. Les gardes sont discrets, mais je les sens bien me suivre du regard pendant que je m'avance, tandis que ceux en blouse ne daigne lever la tête qu'une fois que je me suis assis en face d'eux, me moquant bien de leur autorisation à ce sujet. Celui apparaissant comme le plus âgé, et prenant le plus soin de lui malgré une chevelure commençant à devenir rare, m'adresse alors la parole, me tendant la main.

"Bonjour monsieur Ferliost, nous avons été prévenus de votre venue, vous voulez donc voir S4-X..."

L'entendre prononcer ce nom de code, cette appellation digne d'une machine, pour une humaine me crispe quelque peu, la chaise grinçant légèrement sous ma poigne.

"Sarah... Elle s'appelle Sarah."

Cela me vaut un regard éberlué, qui m'arracherait un sourire si je n'étais pas aussi énervé. Quoi ? Je n'approche probablement du dixième du savoir de ce cher monsieur en matière de robotique et pourtant il semble que je sois plus apte que lui à reconnaître une machine, ou tout du moins ce qui n'en est pas une.

"Hmpf... Bref, quoi qu'il en soit, Sarah, comme elle insiste pour être appelée quant elle est présente... Vous voulez la voir, conformément à ce que vous avez demandé au Wolfpack en guise de paiement. Cela ne sera pas un problème, mais je me dois de vous prévenir. Bien que nous ayons restauré son bras et ayons pu nous assurer par des tests de son intégrité aussi bien d'un point de vue biologique que technologique, et s'y étant prêté sans opposer de résistance à proprement parler, elle fait preuve d'une mauvaise volonté et d'une animosité manifeste à l'égard du Wolfpack, ainsi qu'à votre encontre..."

Ce qui n'est pas très surprenant, je m'y attendais un peu à vrai dire à ce genre de reproche. Après tout, je n'avais pas réussi à la convaincre du bien fondé de mon approche, et quelque chose me faisait douter que pour cela le Wolfpack soit plus doué que moi ! Par contre, mon irritation s’accroît sur un autre point... J'ai beau esquissé un sourire, ma voix est alors des plus froides.

"Des...Tests, vraiment ? Et... Quel genre de tests ?"


Là, le vieil homme demeure muet, et c'est le petit grassouillet à sa droite qui prend la parole, pointant du doigt plusieurs emplacement sur les schémas posés sur la table.

"Rien de particulier ! Simplement en tant que cyborg elle possède plusieurs mécanisme et nous nous sommes assurés du fonctionnement de chacun d'eux..."

Ce n'est qu'à la fin de sa phase que mon regard se pose sur les plans...Représentant une humaine, Sarah à n'en pas douter... Et je vois très bien de ce qu'ils veulent parler, son aptitude à devenir invisible, à absorber l'énergie, ou que sais je encore que j'ai pu oublier entre temps ! Cela étant... J'ai beau savoir que concevoir un cyborg est une tâche complexe, l'idée qu'une humaine soit réduite au statut de mécanismes représentés sur un plan m'énerve... Mais ça va, j'ai une raison suffisante pour me défouler, et balayer ses plans d'un revers de la main.

"OH VRAIMENT ?! Peut on m'expliquer alors, POURQUOI, je n'ai pas été prévenu de ces tests et de leurs déroulements ? Après tout, si je ne peux pas rester indéfiniment ici, il me faut bien un moyen de savoir ce que vous lui faites, de m'assurer que vous payez votre dette. Ah ! Et ne me dites pas que c'est pour des raisons de sûreté, je suis CERTAINS que le joujou que vous m'avez donné est sécurisé."

Derrière moi, j'entends le cliquetis des armes mises en joue. Ils n'ont pas reçus l'ordre de tirer, mais mon geste brusque les a mis sur leurs gardes... Qu'ils essayent donc. Cela étant, mon regard s'attarde davantage sur les scientifiques que sur eux, le troisième d'entre eux se penchant pour ramasser les plans, tandis que le plus vieux me répond.

"Il a été estimé que cela serait des informations superflues pour vous, mais si vous insiste, je transmettrai votre requête."

"J'insiste..."

"Très bien... Si vous me permettez d'ailleurs, puis je vous invitez à essayer de la...Convaincre de travailler de nouveau pour nous ? Nous comprenons que tuer de nouveau lui déplaise, mais ses talents pourraient être utiles. Le simple fait qu'elle fasse preuve de davantage de bonne volonté lors de nos tests de routine pourrait également nous aider pour nos...Recherches."

En disant cela, il récupère des mains de son collègue les documents que j'ai éparpillé, collègue, un grand échalas, qui prend à son tour la parole, commentant.

"Sans quoi on va finir par être obligé de lui remettre le dispositif de contrôle..."


Large... Très large sourire de ma part qui me vaut d'assister à une certaine lueur dans les yeux des trois scientifiques… Ehe... Je ne sais pas pourquoi ce sourire suscite une forme d'inquiétude.

"Oh... Vraiment ?"


Le plus vieux jette un regard noir à son collègue qui a laissé échappé sa pensée, avant de se tourner vers moi. Dans le fond, son attitude, dénuée de surprise, suffit à me prouver que cette "solution" a été envisagée, ce qui ne l'empêche pas de se justifier.

"L'idée a été émise, mais tant que ce n'est pas une nécessité..."


Restait à savoir quelle était leur définition de nécessité... Enfin, conservant mon sourire, je me permets alors de leur prodiguer un rappel.

"Elle s'est déjà échappée une fois malgré ce dispositif. Ce serait bête qu'elle le fasse de nouveau A CAUSE de ce dispositifs, surtout si on lui donne un coup de main, hm..."


Ma menace est à peine implicite... Mais si les deux plus jeunes semblent être un peu inquiété par cette dernière, le plus âgé s'est repris et fait désormais montre d'un certain stoïcisme, soutenant mon regard en me répondant.

"Nous verrons bien... Quoi qu'il en soit, je pense qu'il est temps que vous lui rendiez visite, hm ? Cela étant, je me dois de vous mettre en garde, elle en a été prévenue et… Je vous le rappelle, la simple mention de votre personne a suffit pour l'énerver au plus haut point ! Votre rencontre pourrait être particulièrement brève."

"Oh mais je compte bien la faire durer, que cela lui plaise ou non… Ah et ne vous privez pas d'enregistrer notre discussion ou que sais je, vous l'auriez fait de toute façon je pense, mais… Ça pourrait être intéressant pour vous…"

Mon regard s'attarda plus particulièrement sur le gringalet… Je me demande comment LUI réagirait si je lui implantais une puce de contrôle dans son corps et faisait ce que je voulais de lui, cela pourrait être drôle, très drôle...Et assurément instructif pour lui ! Enfin, j'ai assez énervé ces messieurs, et je pourrai bien y revenir ensuite, de fait je garde le silence et me contente d'un léger hochement de tête. Cela semble suffire, et le plus vieux des scientifiques adresse un signe aux autres, qui retournent à leurs plans, avant de lui même se lever et d'un geste m'inviter à le suivre, ce que je fais…

De nouveau nous traversons ces couloirs immaculés, toujours sans croiser d'autres individus… Ce qui me paraît étrangement peu probable, soit il s'agit d'un traquenard, soit on veut m'impressionner, soit… Tout le monde est en vacances, ou au contraire particulièrement occupé… Enfin, tant qu'aucun autre élément n'étaye la preuve du piège je ne fais rien d'autre que suivre le vénérable sot ! Ca, et faire preuve d'assez de défiance pour, d'un regard, lui faire comprendre quand, lorsqu'il m'ouvre une porte, que je ne rentrerai PAS avant que lui ne le fasse. A vrai dire, il ne semble même pas surpris, soupirant juste quelque peu avant d'entrer dans la pièce… Mais avant de le suivre je me demande, qu'est ce qui fait que Sarah n'en ait pas profité pour s'enfuir. Est ce parce qu'elle s'est montré plus raisonnable ? Car ils ont un dispositif quelconque pour l'empêcher de sortir ? J'avoue être curieux, et surtout je me demande si cela correspond à mes exigences…

Or ce n'est pas la pièce derrière la porte à proprement parler qui m'apporte des réponses, puisqu'elle est… Vide, pas de Sarah et nu meuble si ce ne sont des rangées de chaises faisant face à ce qui semble être une vitre. Le scientifique s'avance jusqu'au premier rang, je le suis, devinant de plus en plus de quoi il s'agit… Une salle d'observation, c'est une foutue salle où ces scientifiques, et peut leurs amis et familles venues profiter du spectacle, observent Sarah ! Car oui, là, maintenant que je suis prêt de la vitre, je la vois bien ! Occupant une pièce d'une quinzaine de mètre carrés, assez ample, cette dernière n'est pas blâmable à proprement parler. Elle a tout le nécessaire, un lit, un bureau, une chaise, et je crois même distinguer dans un coin ce qui semble servir de salle d'eau… Ce serait bien… A une vitre près… Et le scientifique semble tout de même être assez malin pour ne pas être dupe, s'expliquant.

"Il nous est parfois nécessaire de nous assurer de pouvoir l'observer dans des conditions… "Normales" dirons nous, en dehors de tout tests, mais je peux vous assurer qu'elle n'a pas à se plaindre. Un de nos pairs a essayé d'en user pour des motifs peu avouables, du voyeurisme, et il en a été sévèrement sanctionné, et elle a également l'autorisation de sortir de sa chambre, même si cela est à des horaires et sous des conditions précises… Cela est une nette évolution et elle bénéficie d'un régime des plus favorables, vu sa condition."

Quelle dommage… Lui qui était si bien parti il commençait à m'agacer de nouveau. Il sembla s'en rendre compte, et vint donc aux faits.

"Hrmbl… Quoi qu'il en soit, nous pouvons aussi communiquer avec elle par cette salle. Vous voyez cette touche ? Cela activera le micro et vous pourrez..."

Large sourire, et…

Oups.

Mon poing est parti tout seul… Droit dans la vitre ! Cette dernière se brise soudainement, mais visiblement connu pour être tout de même robuste, elle s'effondre sur elle même, en des milliers de minuscules fragments, plutôt que de voler en éclat… Je ne vais pas mentir, le geste lui même est jouissif, faire cela sans même me faire mal… Si mon beau père me voyait ! Mais le plus beau, c'est la tête du scientifique, et ma réponse, toute simple.

"J'ai demandé une rencontre en tête à tête… Je l'aurai… Et ne faites pas cette tête ! Une telle vitre, ça se remplace facilement !"

Et sans plus me soucis de lui, je me contente de passer à moitié au dessus de l'espace libre laissé par la vitre, pour finalement m'asseoir simplement sur le rebord, observant Sarah sans plus d'obstacle entre nous. Se faisant, j'affiche un sourire profondément sincère aux lèvres, avant de prendre la parole.

"Eyh ! Comment tu vas Sarah ? Désolé, j'ai mis du temps à prendre mon paiement, mais j’avais des choses à faire ! Allez ! Tu me fais la tête, c'est probable, mais dis moi tout… Ils te nourrissent bien ? Même en énergie ? Et leurs tests sont pas trop bizarres ?! Ils m'ont dit que tout allait, mais quand je vois qu'ils ont voulu mettre une vitre entre nous, j'ai des doutes ! Avec ça.. Comment diable aurait tu pu me mettre la gifle qui doit te démanger !"

Riant aux éclats  à cette phrase, je semble bien insouciant mais je suis en vérité vigilant à l'égard de sa réaction. Aussi bien concernant sa réaction psychologique pour anticiper ma futur réponse, que physique pour tenter au mieux d'éviter cette fameuse gifle !





_________________
Attaque : 2 158 000 - Défense : 700 000 - Vitesse : 3 100 000 - Magie : 262 134 - Résistance Magique : 2 600 000


Dernière édition par Ferliost le Mar Mar 28, 2017 10:59 am, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: A la recherche d'humanité (Pv Sarah Connor)   Lun Déc 19, 2016 5:05 pm



A la recherche d'humanité
ft. Ferliost

Assise sur la chaise de mon bureau à coins arrondis, je regardai le carnet ouvert devant moi. Un tout neuf, que les scientifique de ce que je savais à présent s’appeler le Wolfpack m'avaient obligeamment fourni. Ils avaient également récupéré les quelques affaires que j'avais accumulées au cours de ma trop brève année de liberté, et j'avais dans un petit placard toutes mes réserves de soda et les quelques grignoteries que j'aimais bien et qui étaient encore bonnes. Mes tenues de travail, mes vêtements civiles, une boite qui ne contenait rien mais que j'avais trouvée jolie dans un bazar... Bien peu de choses en vérité. Je tenais un stylo dans ma main droite. Le bras gauche était encore en écharpe.

Lorsque le Pack m'avait récupérée, j'avais perdu beaucoup de sang. Ils n'avaient pas voulu perdre de leur investissement, et souhaitant tout de même me conserver en l'état, ils avaient fait en sorte de me greffer mon propre bras. Si l'os s'était bien ressoudé, si les fibres renforçant mes muscles s'étaient reformées, la partie organique de mon bras - La peau et les fibres musculaires organiques en particulier - mettait un peu plus de temps... Et j'étais persuadée que cette convalescence était la seule raison pour laquelle on ne m'avait pas encore renvoyée en mission.

Ils avaient fait des examens également. Vérifier que mes composants étaient en bon état, s'assurer que tout fonctionnait bien... Je crois qu'ils n'avaient pas prévu que je sois suffisamment dégourdie pour chercher de l'aide auprès de Capsule Corp, et ils avaient étés surpris que je sois en aussi bon état. Je crois que cela leur a permis d'évaluer la véritable force de Ferliost : Il avait pu me récupérer alors que j'étais parfaitement fonctionnelle, sans le moindre dérèglement.

Ma remise en état n'avait pas été la seule chose qu'ils avaient voulu me faire. Lorsqu'ils tentèrent de me greffer à nouveau un émetteur pour pouvoir me localiser, à défaut de m'implanter un dispositif de contrôle puisqu'il semblait qu'ils ne le pouvaient plus pour une obscure raison, je m'en rendit compte tout de suite. Et comme j'ai essayé de le retirer avec les ongles, quitte à me flinguer le cerveau, ils ont dû se dire que ce n'était finalement pas une si bonne idée puisqu'ils me l'ont retiré.

Et depuis, plus rien... Cela devait faire deux jours que j'étais seule dans ma vaste chambre, avec cette fichue vitre qui me donnait envie de la briser. Je savais pertinemment qu'ils m'observaient parfois, et je ne me privais pas pour leur adresser des gestes grossiers lorsque mes détecteurs percevaient leur présence. Bande d'idiots... Pour la discrétion, on repassera. Petit souci cependant, la seule fois où je l'avais brisée dans la semaine passée, j'avais découvert que la lasse derrière était au moins aussi sécurisée que ma chambre, et qu'il m'était impossible d'en sortir. Et puis à quoi bon de toute manière ? Ils me renverraient leur chien de garde, et ce petit c* de Ferliost me ramènerait au bercail.

« Tss... »

Le stylo que je tenais dans ma main valide se brisa, et l'encre m'imbiba les doigts, m'arrachant un soupire agacé. Je me levai pour aller me laver les mains lorsqu'un bruit assourdissant de verre cassé retentit derrière moi, depuis la vitre. Une pluie d'éclats de verre tomba dans ma chambre et je protégeai mon visage de mon bras, les yeux plissés. Un léger cillement, et mes détecteurs s'activèrent, détectant une puissance plus grande que toute autre dans ce foutu complexe scientifique. Finalement, une voix connue se fit entendre depuis le haut de la pièce. Une voix affreusement connue. Comme prévu, je levai les yeux pour découvrir Ferliost, nonchalamment assis sur les vestiges de la vitre.

Et il osait en plus me demander des nouvelles et s'inquiéter de ma santé... Pendant un instant, incrédule, je cillai en le regardant, la mine renfrognée. Puis, malgré ma main qui me démangeait sévèrement de lui imprimer la marque de mes phalanges sur la joue, je lui tournai ostensiblement le dos pour me diriger vers la porte menant à ma salle de bain. J'avais encore les doigts pleins d'encre, et je n'avais aucune envie de parler à ce type. A lui seul, il représentait la fin de ma liberté et ce qui m'empêchait d'y retourner. Un joli sandwich, d'autant plus qu'il semblait avoir encore gagné en puissance depuis notre dernière rencontre. Misère...

Mon bras me faisait mal.

J'ouvrit le robinet d'eau chaude en essayant de ne pas mettre de l'encre partout et me lavai la main en frottant mes doigts noirs les uns contre les autres. Je ne lui offrirait pas la satisfation de répondre à ses paroles... Je n'avais pas la moindre envie de lui parler. Mais alors pas le moins du monde.

Revenir en haut Aller en bas
Ferliost

avatar


Masculin Messages : 241
Age : 21
Zénies : 4140

Données du Personnage
Power Level: 8 819 734
Power Level en Kili: 175
Inventaire :

MessageSujet: Re: A la recherche d'humanité (Pv Sarah Connor)   Mar Déc 20, 2016 11:46 pm






A la recherche d'humanité


Nous avons les moyens de vous faire parler !

Je sais... Je sais que Sarah m'en veut et a de nombreux reproches à me faire, je l'ai après tout renvoyer auprès de ceux qui l'ont rabaissé plus bas que terre, qui l'ont traitée non comme une humaine, mais comme une machine, au point qu'elle même croie, par sa propre pensée, à ce mensonge. Bien sûr, j'ai mes raisons et ne regrette nullement mon choix, mais quelque part, très bien dissimulé, il me reste un peu d'honnêteté. De fait, je sais que mon arrivée des plus enjouées et avenantes, brisant même une des injures que lui faisait le Wolfpack, ne suffirait pas pour apaiser sa rancœur. De fait je suis prêt aux cris, aux larmes, aux injures et même aux coups, étant prêt aussi bien à encaisser les plus raisonnables qu'à esquiver ou rendre les plus dangereux ! Je suis prêt pour la colère, pour la tristesse, la hargne ou même peut être la joie !

Mais ce silence...

Ce mépris...

Voilà qui me désarme et me laisse avec bien peu de mots ! Je m'étais préparé à lui répondre, mais devoir poursuivre par moi même la discussion ? A défaut de sujet, voilà un exercice qui m'est difficile ! Mais en même temps que dire, alors que sa seule réaction est de se lever, de m'ignorer en me tournant le dos et de se laver les mains... Des mains souillées par de l'encre, un stylo brisé, les vestiges d'une hargne...

"Je vous avais dis que la discussion serait courte … Je pense qu'il vaut mieux s'en tenir là. Veiller sur elle, le temps pour moi d'aller chercher des gardes pour la garder à l'oeil le temps de changer la vitre."

Il tourne déjà les talons, mais je le retiens, de quelques mots prononcés  du bout d'un nouveau sourire.

"Oh, mais allons, elle n'a même pas encore commencé..."

En effet... Après tout il n'y avait que moi qui avait parlé, et tant que je n'avais pas au moins une réponse de sa part, je refuse de considérer cela comme la discussion qui m'a été promise ! Enfin du moins une réponse orale, car... Je me suis trompé, même sans mot elle m'a déjà répondu, par son attitude, par cette hargne qui a mené à ses mains tachées d'encre, mais ce n'est pas tout. Sur cette pensée, je prend légèrement appui sur le rebord de la vitre que j'ai brisé et me redresse, prenant mes pieds dans le lieu qui lui sert de chambre et commence à m'approcher d'elle.

"Et elle est loin d'être impossible, après tout... Elle doit bien avoir des choses à me dire, à blâmer sur mon compte, ou le vôtre..."


Tout en parlant je me … Promène dans la pièce, marchant a priori sans réelle logique, juste pour me dégourdir les jambes, mais me rapprochant de la jeune femme au fur et à mesure, lentement. Se faisant, je ne cesse nullement de parler, d'un ton presque rêveur.

"Ou à faire... Après tout, avec cette vitre brisée, il lui serait si aisé de simplement disparaître de nos yeux et d'agir à sa guise. Même si vous avez fermé la porte nous ne pourrions la voir et elle pourrait vous prendre en otage, tenter de me neutraliser, bref, n'importe quoi pour quitter ce lieu qu'elle hait tant et se venger de ceux qu'elle honnit... Après tout je n'ai pas de peinture là pour essayer de retrouver sa trace ! Pas plus qu'elle ne saigne !"


Je finis alors par être tout près d'elle, pas assez pour être oppressant, mais trop pour qu'elle puisse tenter sans risque ce que je venais d'évoquer. Elle pourrait certes disparaître, mais j'étais maintenant assez près pour réagir sur le champs et tenter de la saisir au moment même où elle se soustrairait à mon regard, et je sais être rapide.

"Mais elle n'en a rien fait, au lieu de cela elle attend... Soit que nous partions et la laissions seule, soit de s'être calmé... Pourtant Sarah, c'est la mauvaise solution, quoi qu'il en soit. Je suis prêt à supporter ta hargne, et je n'ai pas envie de te laisser sans avoir confirmation que ces personnes ont tenues leur part du contrat et t'ont respecté... Traité en humaine, même si cette vitre m'en fait déjà douter..."


Sur mes derniers mots, ma voix est presque un soupir, sans doute inaudible pour le scientifique qui est resté dans la salle. Sans doute que cela ne servira à rien, elle niera probablement que la voir considérée comme l'humaine qu'elle est toujours, que ce soit par les autres ou elle même, est mon objectif, mais... Je demeure sincère, avec elle je le suis. Après tout, elle, je veux juste sa confiance, et c'est difficile de l'avoir en mentant !  Quant à mes considérations sur sa réaction... Ce n'est pas que je pense la connaître mieux qu'elle même, peut être que je me trompe ! Mais cela sont les seules possibilités que je vois, c'est ce qui justifierait que je me comporte de la sorte. Cela dit, je sais qu'elle ne pense pas comme moi, il suffit que je me rappelle de sa réaction à mes mises en garde, lorsque j'avais souhaité la persuader de me suivre, pour savoir qu'elle ne pensait pas comme moi... Mais cette pensée m'amène d'ailleurs à poursuivre, un claquement de main précédant ma question.

"Et j'avoue être curieux... As tu réfléchi à ce que je t'ai dis ? Compris pourquoi je t'ai ramené ici ?"

Après tout... Ce n'était pas pour l'argent ou la gloire, ni par volonté de lui nuire, alors ça ne laissait pas beaucoup d'autre choses que ce dont je lui ai parlé...






_________________
Attaque : 2 158 000 - Défense : 700 000 - Vitesse : 3 100 000 - Magie : 262 134 - Résistance Magique : 2 600 000


Dernière édition par Ferliost le Jeu Mar 23, 2017 10:52 am, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: A la recherche d'humanité (Pv Sarah Connor)   Dim Jan 22, 2017 11:19 pm



A la recherche d'humanité
ft. Ferliost

Non de dieu ce qu'il pouvait être bavard !Et il parlait, et il parlait... Et moi, je voulais simplement avoir la paix. Qu'il continue à déblatérer ses conneries, je m'en tamponnais l'oreille avec une babouche ! Les mains finalement débarrassées de la plus grosse part d'encre, je me saisit de ma serviette pour essuyer mes mains trempées. Qu'il use donc sa salive à essayer de me persuader qu'il ne voulait que mon bien si ça l'amuse. Mon bras ne se souvenait que trop bien de la manière dont il m'avait ramenée ici.

Bon techniquement... C'était moi qui avait coupé le bras pour lui échapper. Quelle idiote... En étant moins pressée, j'aurais sans doute pu m'échapper en profitant de mes capacités, a un moment où il aurait baissé sa garde et au plus haut de mes capacités. Là... J'avais bêtement sabotées mes propres forces. Je m'en voulais presque autant que je n'en voulais à Ferliost de m'avoir traînée ici. Me laissant tomber lourdement sur mon lit - oui il avait été rembourré pour subir mes quelques kilos de métal, je me saisit d'un livre quelconque et tâchai de me plonger dans cette lecture, rejetant résolument les paroles de cet enquiquineur de première.

Mais il continuait de parler, comme un bourdonnement désagréable à la limite de mon champ d'audition. Pour le coup, j'aurais aimé une option "débrancher l’ouïe", histoire de pouvoir me passer de ce genre de désagréments. Finalement, excédée, je reposai mon livre après n'en avoir lues que quelques lignes avec difficultés, l'air énervée. Je braquai alors mon regard sur Ferliost. Ma haine était presque palpable.

« Bon, tu as finit ? Tu peux me foutre la paix maintenant ? »

Les bras croisés, mon regard passait à présent de Ferliost à la vitre cassée, puis au scientifique resté derrière. Qu'il ait ses exigences, ces connards du Wolfpack n'allaient pas l'écouter, alors à quoi bon ? Il était peut-être fort, mais certainement pas assez pour tenir toute une armée en échec;.. Pauvre abruti...

Revenir en haut Aller en bas
Ferliost

avatar


Masculin Messages : 241
Age : 21
Zénies : 4140

Données du Personnage
Power Level: 8 819 734
Power Level en Kili: 175
Inventaire :

MessageSujet: Re: A la recherche d'humanité (Pv Sarah Connor)   Lun Jan 23, 2017 12:50 pm






A la recherche d'humanité


La clé des champs
Ahlalala... Je me demande si elle pense vraiment que son mutisme sera une arme efficace contre moi...  Car alors je compte bien me faire fort de la décevoir ! Ainsi, malgré l'absence de réponse, je n'ai nullement interrompu mes propos et n'ait eu de cesse de la suivre du regard. Je vois bien ses efforts pour m'ignorer, cette tentative qu'elle a de se concentrer sur sa lecture pour m'ignorer, mais, j'ai beau ne pas être fin psychologue, il est aisé de voir que malgré elle, elle m'écoute, ou tout du moins m'entend. Cela semble d'ailleurs rapidement l'agacé et elle ne tarde pas à tout bonnement mettre son livre de côté... Et de façon assez prévisible, sa tentative d'indifférence laisse place à une rancœur a priori des plus tenaces, mais ce n'est pas cela qui va me faire reculer, pas plus que ses propos plus ou moins acerbes ! Ces derniers d'ailleurs ne lui valent qu'un fin sourire de ma part, alors que je lui fais face, les bras croises, la surplombant d'autant plus de ma taille au vu de sa position sur le lit.

"Malheureusement pour toi... Non, déjà car, pour commencer, tu n'as aucune répondu à mes interrogations, explicite comme implicite ! Ensuite, car ce serait dommage que je sois venu juste pour une visité de courtoisie, non ? Et enfin... Car la paix tu ne la connaîtras pas tant que tu te comporteras comme cela !"

Et alors, sans prévenir, je me laissais à mon tour tomber sur le lit de Sarah, juste à côté d'elle. Si la structure supportait son poids, elle devrait bien pouvoir tenir sous mes quelques kilos supplémentaires, non ? Cela sembla le cas puisque le lit ne céda pas instantanément suite à mon geste. Sarah risque d'ailleurs de ne pas apprécier cette "approche" et je m'empresse de fait de parler de nouveau pour détourner son attention, et retarder la potentielle gifle !

"Et sans moi... Tu n'aurais jamais connu la paix ! Tôt ou tard, si ce n'était pas déjà le cas, tu aurais été contraint de vivre tel un animal caché, toujours à craindre que moi, ou quelqu'un d'autre, soit en train de te traquer et puisse te retrouver..."

A vrai dire j'ai presque l'impression de me répéter, et c'est un peu agaçant. Seulement, j'ai envie de faire cet effort pour cette fois, alors je poursuis un peu.

"Désormais ... Certes tu as été retrouvé, mais dans le fond ce n'est pas si terrible, et en faisant les bons choix tu pourrais peut être te découvrir davantage de liberté que ce que tu as connu jusque là."


Cela prendrait sans doute un peu de temps, et il faudrait toujours rendre des comptes au Wolfpack, maiiiiiis... Il y a moyen que cela s'avère plus plaisant qu'elle ne l'imagine, mais comment le lui prouver ?

...

J'ai trouvé ! Après un bref instant de réflexion je me redresse brusquement, et me retourne vers le scientifique, en le pointant du doigt.

"Demandez au chauffeur de faire chauffer la voiture ! J'emmène Sarah en balade dehors ! Je parie que depuis tout ce temps vous l'avez gardé dans cette sinistre installation, de quoi rendre fou n'importe qui ! Alors... quelque chose me dit que respirer l'air frais lui fera du bien."

Je me tourne alors vers elle, affichant toujours un fin sourire... Ce que je compte faire est risqué, mais si je lui vante ce qu'elle a gagné avec le Wolfpack, il faut en même temps que je lui apporte la preuve que ce à quoi elle tient le plus sera préservé ! Or pour cela, il va falloir sortir d'ici ! Cependant la situation n'a pas l'air de satisfaire le scientifique, qui malgré son âge fait preuve de son opposition, aussi bien dans son attitude ferme et digne que dans sa voix, ne laissant a priori place a aucune contestation.

"Vous êtes fous ? Nous n'allons pas la laisser s'échapper de nouveau ! Tout cela pour un...Caprice !"

Ah... il est triste de voir à quel point des gens brillants peuvent laisser leur pragmatisme, si précieux d'ordinaire, les rendre peu perceptibles à des possibilités plus subtiles. Il est vrai que les chiffres sont d'une façon bien plus clairs que les émotions et les pensées ! J'effectue alors un simple geste de la main, comme pou balayer ses propos, auxquels je rétorque.

"Je la garderai à l’œil tout de même, et si vous voulez nous faire suivre, vous êtes libre de le faire, à condition que vos malabars soient discrets et n'agissent qu'en cas de véritables problèmes ! Et bien sûrs prenez toutes vos précautions pour qu'on ne sache pas où est votre base, tout ça, tout ça...Et au moins ça vous laissera le temps de changer la vitre ! "

Mon attitude désinvolte semble visiblement franchement irrité mon interlocuteur, mais il ne proteste pas davantage face à ma proposition. Je prends donc ça pour un oui... Mais cela étant, ça c'était encore la partie facile... Il reste le plus ardu, et ainsi je me retourne de nouveau vers Sarah, l'interrogeant aussi bien du regard que par les mots.

"Qu'en dis tu ? Ça te tente de revoir le ciel ? Allez ! Je te laisse même choisir notre destination ! Enfin si elle n'est pas trop loin quand même ! Si je peux éviter de dormir ici... Je t'avoue que sur ce plan là ce n'est pas un cadeau que je t'ai fais."

Ricanant doucement à ma propre remarque, suscitant un soupir de la part du scientifique, j'attends la réponse de Sarah, en espérant qu'elle soit un peu plus développée que précédemment.






_________________
Attaque : 2 158 000 - Défense : 700 000 - Vitesse : 3 100 000 - Magie : 262 134 - Résistance Magique : 2 600 000


Dernière édition par Ferliost le Mar Mar 28, 2017 11:01 am, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: A la recherche d'humanité (Pv Sarah Connor)   Dim Jan 29, 2017 11:53 am



A la recherche d'humanité
ft. Ferliost

Non... Apparemment, il n'avait pas finit de parler. Et il n'avait pas finit d'avoir des idées stupides aussi. Car voila qu'il exige des scientifique de faire chauffer... Les moteurs d'une voiture ? Pour l'emmener dehors ? Pour le coup, je ne savais pas trop comment le prendre... Il voulait me faire sortir? Et me ramener après... Bien sur. Pour le coup, je me sentais offensée. Sautant au pied du lit, je le considérai d'un regard hargneux, les dents serrées.

« Hey, je suis pas un chien qu'on doit sortir au bout d'une laisse ! »

Mais il continuait dans son délire, et ce n'était visiblement pas au gout du scientifique toujours derrière la vitre cassée... Je fis la moue. J'étais à présent face à un dilemme. Le scientifique - membre du groupe de gens qui m'avaient enfermée et contrôlée pendant des années - ne voulait pas me voir sortir, tandis que Ferliost- que je ne supportais pas pour m'avoir ramenée ici - souhaitait m'emmener en... Ouais, en ballade. La question était à présent : Où est-ce que je souhaitais placer mon orgueil ?

Je détestais que l'on me force la main ainsi... Mais quitte à choisir entre deux maux, autant prendre le plus satisfaisant. Fusillant Ferliost du regard pendant deux longues secondes, je finit par me détourner de lui pour me saisir de mon blouson, resté au placard depuis mon retour au labo, puis je l'enfilai en une série de gestes secs pour marquer ma contrariété. Finalement, sans plus un mot, je sautai vers la fenêtre pour me hisser dans la pièce occupée par le scientifique.

« Bon, vous la préparez cette voiture ? »

Voir lair consterné sur le visage du pauvre gars était une expérience presque jouissive, et ce fut un sourire carnassier qui étira mes lèvres pendant une demi-seconde avant que je ne me tourne vers Ferliost... Non de dieu, qu'est-ce que je pouvais le détester ! Mais entre lui et les scientifiques, je crois qu'il est un moindre mal...

« Hmpf... Grouilles-toi, pas que ca à faire de t'attendre. »

Sans prendre la peine de vérifier qu'il me suivait - espérant même que je l'avais suffisamment laissé sur le cul pour qu'il me laisse quelques précieuses secondes d'avance, j'ouvrai la porte de la cellule d'observation et me dirigeai au jugé vers l'extérieur de la structure. Sortir... Voila qui, effectivement, allait me faire le plus grand bien. Et peut-être, qui sait, que j'aurais l'occasion de m'échapper ? Si je me débrouillais bien, ca pouvais se jouer...

Revenir en haut Aller en bas
Ferliost

avatar


Masculin Messages : 241
Age : 21
Zénies : 4140

Données du Personnage
Power Level: 8 819 734
Power Level en Kili: 175
Inventaire :

MessageSujet: Re: A la recherche d'humanité (Pv Sarah Connor)   Lun Jan 30, 2017 7:38 pm






A la recherche d'humanité


Retour à la maison
... Et on me dit susceptible ? Les gens qui l'affirment n'ont jamais vu Sarah alors ! Là ça va tout de même au delà de la simple rancune ! Je lui propose tout simplement une sortie qui lui ferait sans doute le plus grand bien et elle trouve encore un moyen de mal le prendre ! Cela cependant ne m'empêche pas de lui sourire alors que je me retourne vers elle, et répond du tac au tac à son commentaire désobligeant.

"Une laisse... Ça pourrait être une idée, pour limiter tes possibilités de fuite ! Mais justement tu l'as dis toi même, tu n'es pas un chien. L'accessoire serait de mauvais goût et déplacé..."

Cependant... Tout en disant cela je parviens à saisir son regard, et je crois saisir son cheminement de pensée. Elle hésite, tout simplement. Elle doit être à la fois tentée par mon cadeau, mais également souhaiter de tout son être de pouvoir tout simplement me cracher à la figure. Mais finalement, la voie de la raison, la mienne, finit par visiblement l'emporter alors que je la vois se détourner pour saisir un habit, de quoi se préparer pour une petite sortie. Je ne peux à vrai dire d'ailleurs nullement retenir un petit rire alors que je la vois franchir la fenêtre, sous le regard quelque peu dépité du scientifique. Une décision que j'applaudis brièvement, avec de lui emboîter le pas, d'assez près pour pouvoir réagir si elle tentait de s'enfuir... Je ne pourrai pas la blâmer, l'occasion est à vrai dire très belle, mais elle ne doit pas compter sur moi pour la laisser faire. Par ailleurs, tandis que le scientifique saisit son téléphone pour prendre les dispositions nécessaires à notre promenade, je ricane face à son injonction. Elle se comporte alors comme si elle avait les cartes en main ! Si ça peut lui faire plaisir de l'imaginer, qui suis je pour lui gâcher son plaisir, hm ?

Ainsi je la laisse ouvrir la marche, rejoignant de nouveau les couloirs, qui étaient moins vides qu'à mon arrivée, quelques hommes en blouse blanche ou bien armés les traversant, certains prenant a priori la même direction que nous. D'ailleurs je dois reconnaître que Sarah a un sacré sens de l'orientation, réussissant à retrouver le chemin en direction du hangar d'où je viens. Était elle également passé par ce chemin ? Je l'ignore, mais au moins nous ne perdons pas de temps. D'ailleurs, sur le trajet, le chauffeur qui m'a emmené nous rejoint peu avant que nous atteignons le hangar où j'étais arrivé. Il s'avère de nouveaux des plus mutiques, et se contente de nous mener à un véhicule, différent du précédent, mais avec les mêmes précautions pour éviter que l'on mémorise le trajet ou qu'on puisse se repérer. Dans le même temps, je remarque du coin de l'oeil quelques hommes discrètement vêtu, montant dans d'autres véhicules. Sans doute ceux qui seraient chargés de nous surveiller. Tant qu'ils gardaient leurs distance et n'attiraient pas l'attention, cela ne poserait pas de problème... Et en la matière je suis plutôt optimiste. Après tout s'ils n'étaient pas discrets, cela ferait longtemps que le Wolfpack serait connu de tous !

Cela étant une question me vint à l'esprit, celle de la destination ! Je n'ai rien indiqué de précis, et personne ne nous en a rien indiqué, ni demandé ! Bah, je le verrai bien, et il était peu probable qu'ils cherchent à me neutraliser, surtout pas avec leur précieux investissement à mes côtés. En effet Sarah n'eut pas d'autres choix que de s'installer sur la banquette arrière, au même niveau que moi, même si je ne doute pas un instant qu'elle prendra autant que possible ses distances durant tout le trajet...

Ce dernier d'ailleurs, me semble plus bref que celui que j'ai fais, et quand s'ouvrent les portières, je vois que le soir commence tout juste à tomber... Quant aux lieux... Oh, au moins le scientifique a été intentionné. J'ai beau ne pas y être resté très longtemps, je reconnais la ville où j'ai "rencontré" Sarah. C'est là un pari risqué ! Après tout elle connait mieux les lieux et pourrait plus aisément s'enfuir, mais en même temps, cela sera doute plus efficace pour la rassurer quant à mes intentions ! Mais honnêtement, la situation m'arrache un léger rire, avant que je me tourne vers Sarah.

"Bon nous voilà arrivé... Une préférence pour ce que tu veux faire pour te dégourdir ?"

Se faisant, je remarque rapidement qu'il n'y a nulle trace des véhicules qui ont dû partir avec nous, mais quelque chose me dit pour autant qu'ils ne doivent pas être bien loin...






_________________
Attaque : 2 158 000 - Défense : 700 000 - Vitesse : 3 100 000 - Magie : 262 134 - Résistance Magique : 2 600 000


Dernière édition par Ferliost le Jeu Mar 23, 2017 10:52 am, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: A la recherche d'humanité (Pv Sarah Connor)   Mar Mar 21, 2017 5:46 pm



A la recherche d'humanité
ft. Ferliost

Lorsque je constatai que je devais monter dans la voiture aux cotés de Ferliost, je m'exécutai, mais en faisant attention à rester tout au bord de mon extrémité de la banquette. Plus il y avait de distance entre lui et moi, et mieux je me portais... Mon attitude l'amuserait sans doute, grand bien lui en fasse.

Le trajet me parut interminable. J'aurais apprécié de pouvoir voir le paysage, déjà pour me distraire pendant la route, mais aussi parce-que toute information serait bonne à prendre pour ma probable futur tentative d'évasion. Les vitres étant teintées, cela s'avéra impossible, et je jurai tout bas en me contentant de triturer les pans de mon blouson dans une vaine tentative de m'occuper l'esprit jusqu'à notre arrivée. Je ne savais pas où nous allions, et je m'en fichais bien un peu. Tout serait mieux que le centre du Pack.

Finalement, la voiture s'arrêta et nous pûmes sortir de l'habitacle étroit. Je déposai le pied sur le béton pour découvrir une ville que je connaissais comme ma poche : la cité de l'Est, où j'avais trouvé refuge durant quelques années, où j'avais travaillé...

« ...Ça, c'est vraiment sadique. »

Elle ne pouvait pas empêcher les souvenirs d'affluer. Les endroits qu'elle appréciait, ceux om elle trainait, les quelques rares connaissances qu'elle avait fait, ses collègues de travail, avec lesquels elle avait partagé des pauses déjeuner empreintes d'une certaine bonne humeur... Cette sensation enivrante de liberté, de savoir que personne ne me manipulait, que personne ne m'utilisait, et que j'étais libre de faire mes propres choix. Une possibilité qui m'avait été retirée ce fameux soir, où Ferliost m'avais capturée pour me ramener au Pack. Je grinçai des dents sans écouter la question de ce dernier, laissant mes pas me guider suivant des routes que je connaissais parfaitement bien.

Revenir ici en tant que visiteuse me rendait nerveuse. Je me demandai ce qui avait été fait en rapport avec mon appartement, et c'est tout naturellement dans cette direction que me menèrent mes pas. Quelques rues, on arrive au tramway aérien, on monte dedans, et en quelques stations nous voila près de la rue où j'avais vécue par mes propres moyens pendant si peu de temps. Nous arrivâmes finalement au pied de l'immeuble. Ni luxueux, ni vraiment un taudis, sa façade était faire d'un revêtement de ciment teinté de vert et comptait trois étages. Mon appartement était au troisième, sous les toits.

J'entrai dans l'immeuble et saluait le portier, avant de lui poser quelques questions. Il semblait surpris, mais aussi content de me voir. Mon loyer avait du retard, me disait-il, et le propriétaire était venu se plaindre. Il leur avait dit qu'il me transmettrait le message la prochaine fois qu'il me verrait, c'était donc chose faite. Je me demandai si je disposais encore de mes ressources, suite à ma recapture par le Pack... je hochai légèrement la tête, assurant au pauvre messager que je m'occuperais sous peu de régler cette dette, puis montai jusqu'à ce lieux que j'avais considéré comme chez moi pendant un certain temps.

J'aurais presque pu y croire, n'étant la présence de Ferliost qui continuait à se faire sentir non loin de moi. Les odeurs étaient toujours les mêmes, et je me rendit compte que même mon voisin du dessous, auquel je me plaignais souvent pour son tapage nocturne, m'avait manqué. Finalement, j'arrivai devant ma porte et restai figée devant pendant de longues secondes, les poings serrés.

Je me berçai d'illusions. Il faudrait que je rende les clés de cet appartement, que je dire au revoir à cette vie, car elle n'était plus pour moi... Après ma fugue, et maintenant que j'avais été rattrapée, le Pack ne me laisserai plus jamais l'occasion de m'enfuir. Il allait m'utiliser à nouveau pour voler des informations, m'infiltrer, et même tuer... Et je n'aurais pas voix au chapitre, encore. A quoi bon revenir ici, me faire du mal avec le souvenir de ma vie éphémère en ce lieux ?

J'en avais les larmes aux yeux, mais je ne le réalisai pas tout de suite...

Revenir en haut Aller en bas
Ferliost

avatar


Masculin Messages : 241
Age : 21
Zénies : 4140

Données du Personnage
Power Level: 8 819 734
Power Level en Kili: 175
Inventaire :

MessageSujet: Re: A la recherche d'humanité (Pv Sarah Connor)   Jeu Mar 23, 2017 2:59 pm






A la recherche d'humanité


Une raison de se battre.

Oh... La réaction de Sarah est quelque peu décevante, mais après tout ce n'est pas moi qui ai choisi la destination, et peut être qu'elle a effectivement raison. Peut être bien qu'il a été sadique et a fait ça pour lui donner une leçon, lui montrait ce qu'elle avait perdu ou avait à perdre... Mais selon moi c'est une vision quelque peu pessimiste de la situation. Il y a tellement "mieux" à en faire. Cela dit, ma compagne de route ne semble nullement y penser, une idée d'autant plus crédible au vu du silence qui répond à ma question, rapidement suivi par une marche rapide de sa part. Ce n'était pas la démarche de quelqu'un qui fuyait, mais davantage d'une personne poussée en avant par ses regrets. Dans tout les cas, c'était idiot.

Pour autant je ne dis rien, que ça soit en réponse à son commentaire, ou en réaction à son attitude. Non, pour le moment, je la laisse retrouver cette ville pour laquelle elle semble avoir quelque affection, et peut être même qu'elle comprendrait par elle même les choix et les possibilités qui s'offraient à elle. Ainsi je me contente de la suivre à une certaine distance, assez proche pour la garder à l’œil, mais assez loin pour ne pas la gêner. La scène m'arrache un sourire, me rappelant c'est scènes de film où l'aîné serein marche tranquillement derrière sa cadette qui le devance d'un pas rapide, souvent un frère et une sœur… Cette pensée cependant m'agace quelque peu au final et je la chasse en un mouvement de tête. C'est à cet instant qu'on arrive au pied d'un immeuble, son immeuble. Je me suis assez renseigné sur elle lors de ma traque pour savoir qu'elle vivait ici, que son appartement se trouvait dans cette tour, laide et impersonnelle. Pour le coups, je doute que ce soit à cette structure même qu'elle soit attaché.

Elle s'arrête un instant, discute avec le concierge. Je suis assez près pour entendre qu'une histoire d'argent est en jeu. C'est vrai que si elle occupait au location son appartement, son isolation au sein du Wolfpack a du poser problème, mais c'est là une situation qu'il est dans le fond aisé d'arranger. Je réfléchis alors brièvement aux possibilités, mais le temps que je le fasse, et la conversation entre Sarah et le gardien de l'immeuble s'acheva et elle commença à monter les escaliers. De nouveau je lui emboîte le pas, m'attirant le regard suspicieux du concierge alors qu'il rentre dans sa loge. L'ignorant purement et simplement, je commence l'ascension, perdant parfois Sarah de vue, ce qui me pousse à accélérer pour m'assurer qu'elle ne se rende pas invisible, mais elle n'en fait rien, elle ne fait que monter, et je limite… Jusqu'à atteindre le troisième étage où, enfin, elle s'arrête devant une porte, sa porte…

Je ne suis pas le plus fin des psychologues, mais il n'y en a pas besoin pour constater une fois de plus sa rage et son amertume. A quoi pense t-elle exactement ? Peut être au fait que tout ce qu'elle avait ici, elle l'a perdu, et cela par ma faute. Peut être qu'elle songe à cette vie normale dont elle se pense à jamais privé… Ou peut être que je me trompe entièrement et qu'il s'agit d'autre chose. Cependant, face à ses poings serrés, à ses larmes et à sa passivité, le mieux à faire est de prendre la parole, ce que je fais tout en restant à une certaine distance.

"Une simple porte suffirait à t'arrêter ? Ou bien est ce la crainte de voir tout ce que tu as à perdre, ou, comme tu dois le penser, déjà perdu..."

Sur ces mots cependant, je commence à me rapprocher d'elle, comblant l'écart qui s'était creusé durant notre marche, petit à petit, soutenant son regard avec un air relativement neutre.

"Un lit, une maison, peut être des relations, comme ce concierge… Et cela suffit à te rendre triste. Et tu as déjà beaucoup perdu avant, c'est un fait ! Cependant, tu as la possibilité d'éviter que d'autres vivent cela. Tes aptitudes peuvent éviter qu'un tel sort accablent davantage de victimes, tout comme elles pourraient le leur infliger si tu venais à tomber entre de mauvaises mains."

Sur cette phrase je finis finalement par être près d'elle, tout juste à ses côtés, regardant alors vers cette porte close, comme elle le faisait l'instant.

"Mais tout cela je te l'ai déjà dit. Même si c'est égoïste tu peux très bien considérer avoir toi même déjà assez subi et ne plus vouloir te soucier que de toi même… Mais même cela tu le peux aux côtés du Wolfpack. Sur le long terme ils n'auront AUCUN intérêt à te garder enfermer dans leurs cellules. Donne leur ce qu'ils veulent et tu retrouveras ce que tu as laissé ici ! C'est un marché, et si tu l'acceptes, il n'y a aucune raison que tu sois privé de ce à quoi tu sembles tenir. Après tout, un soldat triste est un soldat inefficace."

Ma dernière phrase se veut plus humoristique qu'autre chose, même s'il est fort possible qu'elle l'interprète mal. Ne m'en souciant guère cependant, je finis par conclure mes propos, avec un rictus complice.

"Et comme tout marché… Rien ne t'empêchera de le rompre s'ils vont trop loin, et il n'est pas impossible que tu ne sois pas seul ce jour là."

Décidément, je crois que ma rhétorique s'améliore. Enfin en même temps je suis bien obligé à force de côtoyer Sarah ! Bref, quoi qu'il en soit, je ne suis cependant aucunement hypocrite dans mes propos. Après tout le Wolfpack me laisse bien vivre en liberté, alors, dans le fond, pourquoi pas Sarah, une fois qu'ils auront eu d'elle ce qu'ils voulaient ? Dans la limite du raisonnable bien sûr. Enfin, plutôt que de rester bêtement sur le pas de la porte, je toque doucement à cette dernière en tournant la tête vers Sarah, commentant avec un sourire.

"Tu me fais visiter ?"

Bon, à vrai dire je ne m'attends pas à grand-chose, après tout elle ne doit pas avoir beaucoup de besoin alors l'appartement risque d'être bien propre et rangé, mais peut être qu'elle peut encore me surprendre.






_________________
Attaque : 2 158 000 - Défense : 700 000 - Vitesse : 3 100 000 - Magie : 262 134 - Résistance Magique : 2 600 000


Dernière édition par Ferliost le Mar Mar 28, 2017 11:02 am, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: A la recherche d'humanité (Pv Sarah Connor)   Jeu Mar 23, 2017 5:52 pm



A la recherche d'humanité
ft. Ferliost

Les paroles de Ferliost sonnaient creuses à mes oreilles. Je gardais les yeux fixés sur la porte, les poings toujours serrés, et le dépit continuait à faire trembler mes doigts. Finalement, je m'arrachai à ma contemplation en me rendant compte que je m'étais mise à pleurer. Pour un peu, je me serais donnés des coups. Quelle idée de céder aux larmes alors que j'étais avec Ferliost... Je ne voulais pas paraitre faible face à lui, il m'avais déjà suffisamment humiliée comme cela en me ramenant de force au Pack. Je m'essuyai les yeux d'un geste plein de rage.

Son obsession à essayer de me rallier à sa cause ne faisait que m'énerver d'avantage. Il faudrait vraiment qu'il apprenne que parfois, simplement fermer sa gueule était une meilleur idée. Empêcher d'autres de vivre la perte de leur foyer, de leur liberté ? Avais-je servi à cela une seul fois depuis ma "création" par les scientifiques ? Non. Ils m'avaient conçue pour que j'aille voler des biens appartenant à d'autres, pour que je puisse assassiner discrètement et efficacement. J'avais du mal à voir du positif dans mon action...

Je poussai finalement un soupire à sa dernière suggestion et me tournait vers lui, mon regard brillant toujours d'une colère sourde.

« J'ai passée plusieurs années sous le contrôle du Pack, je n'ai jamais servi à éviter un quelconque malheur à qui que ce soit, du moins pas à ma connaissance. Alors tu m'excusera si j'ai du mal à me ranger à ton argumentaire. En attendant, sérieusement, arrêtes, tu me gonfle. »

Sur ces mots, j'ouvris la porte de mon appartement pour dévoiler une entrée épurée : Un porte manteau et un petit placard pour les chaussures, dans lequel je fourrai les miennes, plus par habitude qu'autre chose. Puis j'entrai dans mon salon, qui était moins... ordonné.
Sincèrement, je n'avais pas noué beaucoup de relations depuis que j'avais retrouvé ma liberté, et avant de la perdre à nouveau. Je passais beaucoup de temps chez moi à me gaver de soda et à grignoter des conneries, et mon régime alimentaire aurait été suffisent pour rendre n'importe qui de normal obèse. La pièce sentait le renfermé, la télé était encore allumée car j'avais oublié de l'éteindre en partant, et un pled reposait sur le canapé, froissé, comme si quelqu'un s'en était levé peu de temps auparavant. Sauf que la plèce était glaciale, dénuée de vie depuis trop longtemps.

« Et merde, j'ose pas imaginer la facture d'électricité, sans parler du câble... »

Je soupirai. De toute manière, après cette sortie, je serais probablement contrainte de retourner au labo, alors qu'est-ce que je pouvais bien en avoir à faire ?
Rien dans ce mode de vie ne me manquait. Aucune des connaissances que j'avais nouées ne me manquait non plus. Après tout, j'avais essayé de me faire discrète, de ne pas m'attacher, de manière à pouvoir fuir rapidement et sans souci en cas de problème... Ce qui me manquait, c'était ce sentiment d'être libre et maîtresse de mon destin, de savoir que personne ne manipulait plus mon cerveau et mes souvenirs.

La table était encombrée de deux bouteilles de soda vides et d'un paquet de chips à moitié consommé, et je ramassai machinalement le tout pour le mettre à la poubelle dans la cuisine. A peine la porte ouverte, une odeur acre de moisissure m'assaillit, et je réalisai que j'avais laissé deux assiettes dans le fond de l'évier.

...Je n'avais plus envie d'être dans cet appartement. Revenant dans le salon, je récupérais tout de même une écharpe que je m'étais offerte, un long tissu de laine et de soie. Elle m'avait couté les yeux de la tête, et elle jurait avec mon style "camionneur", mais je l'aimait beaucoup et elle réchauffait mon cœur à défaut d'avoir besoin de réchauffer mon corps...

« On s'en va. »

Le pauvre ne devait pas trop comprendre ce qui me passait par la tête, mais je m'en fichait de manière royale. Je voulais simplement marcher à présent, et ne plus me faire du mal inutilement avec des souvenirs.

Revenir en haut Aller en bas
Ferliost

avatar


Masculin Messages : 241
Age : 21
Zénies : 4140

Données du Personnage
Power Level: 8 819 734
Power Level en Kili: 175
Inventaire :

MessageSujet: Re: A la recherche d'humanité (Pv Sarah Connor)   Mar Mar 28, 2017 10:58 am






A la recherche d'humanité


Remord et Déception

Objection notée ! Peut être finalement que je ne me suis pas tant amélioré que cela en tant qu'orateur... Non, plus sérieusement, je dois reconnaître que je n'ai pas été subtile dans mon approche. Après tout ça fait combien de fois que je le lui rabâche ? Enfin, cela étant c'est parfois efficace, mais je comprends son agacement. Seulement, cela m'agace aussi de la voir sa seule rancœur l'amener à fermer les yeux sur ce qui m'apparaît comme évident ! Cela étant, il est vrai que c'était SA promenade, et qu'elle ne voulait probablement pas la faire en écoutant ce qui lui semblait apparemment être de la propagande. Je me permet cependant, avant de prendre ma bonne résolution, de souligner un dernier point alors que l'on rentre dans son appartement.

"Très bien, je ne vais plus en parler pour aujourd'hui, mais avant permet moi de souligner deux points, deux éléments. Tout d'abord, entre nous, le Wolfpack est plus un moyen qu'autre chose. Il ne s'agit pas d'obéir à leurs volontés, mais de joindre nos intérêts en ce qu'ils ont de communs. Deuxième élément également... La donne a changée, tu as ton libre arbitre, même pour eux tu ne peux plus être juste une machine, or on ne demande pas les mêmes choses à une machine qu'à une humaine."

Je veux être calme... Mais je n'y arrive pas, le simple fait de penser que ces... Individus l'aient à un moment traitée comme telle, alors que c'était une jeune fille qu'ils avaient entre leurs mains qu'ils ont "altérés" m'insupporte toujours autant. J'essaye alors de penser à autre chose, et pour cela je regarde son appartement. A première vue je pense avoir eu raison quant à mon pronostic, la première pièce que je vois étant ordonnée et assez épurée... Mais alors quelle surprise lorsque j'arrive à ce qui semble être un salon... Enfin je crois, car au vu de l'état de ce dernier, je crois qu'il faisait office de salle à manger improvisé. L'odeur est déplaisante et l’atmosphère globale me rappelle celle de certains de mes camarades de classes, chez lesquels je devais parfois passer pour récupérer des cours manqués. Je remarque du coin de l'oeil la télé allumée, et je suis surpris à vrai dire que depuis le temps on ne lui ait pas coupé l'électricité ! D'ailleurs, elle même en fait la remarque, ce qui m'amène à lui répondre avec une pointe d'amusement.

"Bah ça ne devrait pas être un soucis... Même si "eux" ne s'en occupent pas, je m'arrangerai pour payer la facture, après tout j'en suis le responsable, hein ?"

Un peu cynique, j'étais néanmoins sincère dans mon offre. Bon, ça me forcerait à faire une chose me déplaisant grandement, et qui risque de susciter un grand agacement à d'autres personnes, mais ce sera encore la solution la plus simple. Enfin on vera bien. le temps que j'y songe, Sarah se dirige vers la cuisine, et décidant de la laisser se promener un peu, je me contente de regarder brièvement la télé avant de l'éteindre. A peine ai je fait cela que Sarah revient promptement, semblant quelque peu troublée, enfin encore plus qu'avant. A t'elle vu quelque chose lui rappelant des souvenirs ? Ou bien au contraire quelque chose auquel elle tient a disparu ? Je n'en ai aucune idée et elle ne m'en dit rien. Tout ce qu'elle exprime, c'est sa volonté de quitter les lieux. Aussi rapidement ? J'en suis surprise, elle qui semblait avoir tant hâte d'y retourner quoique... Un regard autour de moi suffit à me donner bien des raisons de partir, mais il ne s'agit pas de ma demeure.

"Très bien... Cela dit quitte à prendre cette écharpe tu ne veux pas emporter d'autres vêtements ? Je me doute que tu n'en as pas "besoin" a priori, mais je me dis que ça serait dommage."

En effet, j'ai tout de même constaté que la seule chose qu'elle a prise c'est une écharpe, un vêtement inutile pour elle, de ce que j'en sais, d'un point de vue pratique, mais qui lui va bien, même si elle est dépareillée avec sa tenue et qu'elle n'a pas du prendre au hasard... Les habits, l'air de rien, cela sert à davantage qu'à juste se tenir chaud, pour certains c'est surtout esthétique, pour d'autre c'est un mode d'affirmation de sa personnalité, pour elle... Peut être que ça l'aiderait à se sentir plus humaine, plus vivante. Enfin, le choix est à elle seule et je la rejoins tout de même sur le pas de la porte...

"Il faudra dire à ton concierge de couper l'électricité de ton appart pour s'assurer que la facture ne s'allonge pas... Et d'ailleurs... En dehors de la prochaine destination, je me pose une question. Sincèrement Sarah, si je ne t'avais pas retrouvé et que tu avais été certaine que le Wolfpack ne te cherchait pas, qu'est ce que tu aurais aimé faire ?"

Je sais que ça peut donner l'impression que je cherche à remuer le couteau dans la plaie, mais ce n'est pas le cas. Je cherche juste à savoir, qu'est ce que je lui arrachais selon elle, en plus de sa liberté ? Qu'est ce que je lui ai fait perdre ? Et qu'est ce qui peut être fait pour elle ? Et quand bien même ma formulation est maladroite, je pense que la mine soucieuse que j'arbore en cet instant aide à faire passer le message.





_________________
Attaque : 2 158 000 - Défense : 700 000 - Vitesse : 3 100 000 - Magie : 262 134 - Résistance Magique : 2 600 000
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: A la recherche d'humanité (Pv Sarah Connor)   

Revenir en haut Aller en bas
 

A la recherche d'humanité (Pv Sarah Connor)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» PAM GENTIL CANICHE ABRICOT 9 ANS recherche fa dans le 13
» recherche amie
» recherche chien/chienne de petit poids (environ 2-3 kg)REGLE
» recherche un ami
» AVIS DE RECHERCHE !!!!! LE PASSE SIMPLE AU PASSE COMPOSE !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dragon Ball Reborn  :: Zone Spéciale :: Les Flashbacks-