Partagez | 
 

 Au-delà de toute limite [Solo] (en cours)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kodaïan

Rang B [Saiyajin]


Masculin Messages : 248
Age : 22
Zénies : 6700

Données du Personnage
Power Level: 10 475 400
Power Level en Kili: 2 00
Inventaire :

MessageSujet: Au-delà de toute limite [Solo] (en cours)   Jeu Oct 27, 2016 7:41 pm

Tss...quel ennui.
Dans un confins du Paradis, Kodaïan se distrayait tant bien que mal en jonglant avec une dizaine de boules de Ki de différents diamètres. Parfois il s'énervait et en projetait une dans les cieux, jusqu'à ce qu'elle explose dans le vide, pour rien. Puis, l'ennui le rattrapant aussitôt, il la recréait et recommençait.
Il s'était toujours au moins un peu embêté au Paradis. Tout était d'amour et de paix, même les grands guerriers n'étaient au final que des bisounours plein de tendresse. Cela l’écœurait. Bien sûr, lui même se montrait fort aimable en compagnie de sa frangine, du moins en privé, mais ces petits moments n'étaient pas ceux qui le faisaient le plus vibrer, même s'il les savourait particulièrement.

Subitement agacé, le guerrier se transforma et laissa son aura étincelante exploser, soufflant comme des chandelles les balles avec lesquelles il jouait jusqu'alors. Le Super-Saiyan regarda ses poings serrés, faisant jouer ses doigts dans le vide, songeur. Ce pouvoir doré...des générations et des générations s'étaient suivies en le rêvant et le traitant de légende. Aujourd'hui, cette légende était sienne. Une puissance hors du commun, écrasante, une force si terrible qu'elle pouvait à elle-seule renverser les plus terribles des empires et faire courber l'échine à ceux qui se prétendaient des dieux... Mieux encore, ce transformation à l'énergie rayonnante, changeant son utilisateur en véritable soleil vivant avait des contrecoups qu'il avait su maîtriser, la poussant à son paroxysme.
Kodaïan savait que s'il revenait maintenant sur sa planète, en admettant qu'il soit bien sûr en vie pour le faire, il pourrait être adulé comme un dieu suprême. Après tout, cette forme était légendaire, et son pouvoir paraissait infini... Après tout, même le grand Freezer avait succombé face à elle. Et lui-même avait affronté et résisté à bien pire que le démon du froid en fauteuil volant.
Mais c'était là le hic, l'ombre qui gâchait son triomphe, la mouche écrasée dans le gâteau aux fraises-chantilly. Ce pouvoir légendaire, si rare et précieux...était partagé. Ce n'était pas une gloire, ni même une victoire de le posséder. Ce n'était que la preuve que son peuple était aveugle à son propre potentiel, aveugle, faible et stupide.
Et le plus écoeurant c'est que ses semblables, les autres Super-Saiyans...étaient tous des ratés. Des minables envoyés sur des planètes qui l'étaient encore plus, ou bien des hybrides, des faux-Saiyans...qui incarnaient pourtant chacun les rêves les plus fou de n'importe quel natif de Vegeta.


"...rrrrrrrRRRRRRAAAAAAAAAAAH !!!"

Une seconde fois, Kodaïan laissa son pouvoir caché monter en lui, l'envahir de sa force primaire, sauvage, cette puissance à l'image de ses plus profonds désirs : Indomptable et féroce, fière et libre. Dans un cri terrible, son aura s'amplifia et des éclairs enragés se mirent à crépiter dans les airs alors que le sol éclatait sous ses pieds, se craquelant tout autour de lui, formant un cratère de par la seule puissance qu'il dégageait.
Il sentait ses cheveux, hérissés par sa sauvagerie la plus naturelle. Il sentait aussi ses muscles, brûlants de force alors que son corps tout entier devenait une étoile étincelante, sa seule présence électrifiée représentant l'une des plus grosses menaces de l'Univers.
Cette deuxième transformation avait été une fierté. Une frustration bien sûr, lorsqu'il avait échoué à la dominer comme la précédente, puis Kodaïan s'y était identifié. Une légende au-delà de la légende, un pouvoir encore plus absolu qui n'appelait qu'à laisser éclater sa vraie nature.

Le Super-Saiyan électrifié ferma calmement les yeux, droit comme un I dans les airs et inspira profondément, lentement. Le seul fait de se tenir ainsi...était une forme étrange de plaisir. Il se sentait...bien. Tendu comme un arc évidemment, frustré de devoir rester là à ne rien faire alors que son corps tout entier bouillonnait de la plus ardente des énergies. Mais c'était justement ce qui lui plaisait.
Quelque part, il se sentait lui-même comme ça. De rester là, à ne rien faire, alors qu'il avait surpassé les plus antiques légendes de son peuple. Tellement puissant que même les dieux baissaient le regard devant lui. Le guerrier savait que ses lèvres s'étiraient en un sourire barbare lorsqu'il se transformait ainsi, le crépitement de ses éclairs de puissance sonnait comme une délicieuse mélodie à ses oreilles, les perturbations des courants aériens à cause de son aura le distrayaient et flattaient son égo, comme s'il était devenu si fort, si "imposant" que, comme les astres si massives et brillants, il déformait l'espace autour de lui.
Oui...ce Super-Saiyan 2, quel nom grossier...c'était lui.
Le sol se mit à gronder alors que son aura s'intensifiait, les craquements électriques fusaient de plus en plus souvent tandis que Kodaïan serrait les poings avec une rage grandissante, alimentée par son tempérament fier et la sauvagerie de cette transformation.


"Fait chier !"

Pris d'un accès de colère le guerrier étincelant frappa le sol du pied, ouvrant de larges failles dans la terre. D'un second coup de pied, il pulvérisa un roc qui avait tenté de résister jusqu'alors à sa solitude.

"J'aurais du être le seul, bordel. J'aurais du être unique !"

L'air parut s'embraser autour du Super-Saiyan furieux quand il rassembla sa puissance en une massive boule ardente qu'il projeta plus loin, réduisant en cendres une petite colline et ses environs. Il savait que ce n'était pas la meilleure attitude à avoir ici, cependant le Paradis ou l'Enfer lui importaient peu. De toute façon, ici ou là-bas, il aurait fini par s'isoler pour être avec ses pensées quand même.
Dans un bang supersonique, Kodaïan s'éleva aussi haut qu'il eut la patience de le faire et commença à traverser comme un éclair doré les cieux du Paradis, retombant dans ses plus vieux travers pour ruminer sa frustration et sa colère.
Ce pouvoir à son image...ce mythe si caché que son propre peuple n'avait aucune légende à son sujet avait été sa fierté, son triomphe suprême sur la vie, sa gloire presque divine. C'était une puissance que n'avait même pas Trunks, qui cachait pourtant un grand potentiel, ni même ce Son Goku qui avait terrassé Freezer...

Le guerrier doré jura, et son aura crépita plus violemment encore alors qu'il accélérait. Ce pouvoir aurait du être le sien, et uniquement le sien ! Cela avait été infernalement dur à digérer de réaliser qu'il n'était pas du tout le seul Super-Saiyan, et qu'au contraire ça poussait de tous les côtés, même chez les bâtards. Cette évolution lui avait rendu son orgueil et sa détermination...
Alors pourquoi avait-il fallu qu'un autre Saiyan, mort lui aussi, le possède également !? Et pire que ça, Kodaïan avait réalisé que si un autre pouvait l'avoir, alors Pan devait aussi en être capable...autrement dit, tout ce qu'il croyait être le fruit de ses efforts, de sa volonté et de sa soif de liberté, ce qu'il avait pris comme la juste récompense de ses plus profonds désirs...n'était que le résultat bête et méchant d'une vie un peu différente de la "norme Saiyanne".
En gros, n'importe quel troufion de l'espace était capable d'en faire autant. Pour peu qu'il s'en donne la peine, la volonté et qu'il ait la chance de survivre à quelques horreurs inhabituelles, même pour les Saiyans.
Ou pour conclure : Kodaïan n'avait rien d'exceptionnel. Ce n'était...qu'un Saiyan. Un très puissant Saiyan, avec peut-être des siècles, des millénaires d'avance sur son peuple...mais jamais il ne serait une légende éternelle, ou une exception parmi les exceptions. Malgré tous ses efforts, toutes ses pensées, ses écarts...il n'était rien d'autre qu'un putain de singe volant.

Son moral était en chute libre depuis, et pire encore il en venait à nourrir de très sombres pensées. Jaloux, frustré, angoissé...tous ces sentiments qui lui avait depuis toujours pourri la vie étaient revenus et le hantaient. Le guerrier étincelant, filant comme le plus sauvage des éclairs à travers les cieux de l'autre-monde, ruminait même sa fureur envers lui-même et son intense dégoût.
Qu'il jalouse Pan pour posséder un pouvoir qui dépassait probablement même son orgueilleux Super-Saiyan 2, admettons. Qu'il soit fou de rage et de jalousie en découvrant qu'un putain de déchet, tellement bon et généreux qu'on l'avait volontiers envoyé au Paradis, puisse l'égaler en terme de puissance et de talent...passe encore. C'est dans la nature Saiyanne de vouloir être le plus fort, et c'est dans l'ordre de l'Univers que de vouloir conserver son pouvoir.
Mais le plus horrible, c'est qu'il avait repensé à Brassica, cette minuscule gamine qui lui avait rappelé sa petite soeur alors absente à jamais...à la puissance monstrueuse qu'elle possédait à leur première rencontre, à ses pouvoirs qui s'éveillaient au moment de se retrouver sur Makyô...et ensuite à Lettucia, la petite, la fragile, la pitoyable Lettucia...

"Et si un jour, c'était elle qui venait à égaler mes pouvoirs ?" s'était demandé le Super-Saiyan. Et la réponse ne lui avait pas plût. Lui, si fier, si certain d'avoir un talent hors du commun...savait qu'il ne l'aurait pas supporté. Déjà pour Arachitz, la pilule avait toujours du mal à passer, mais il se raisonnait tant bien que mal en se disant qu'un Saiyan-Terrien avait pu tuer Freezer en duel, et que même Trunks était incroyablement fort pour un bâtard de la Terre.
Mais si elle, qui était si faible, venait un jour à le surpasser... Kodaïan eut une grimace de dégoût. Ecoeuré par sa propre arrogance et son orgueil, alors qu'elle lui avait manqué durant toute sa vie, qu'elle était la seule chose qu'il savait aimer et qu'il souhaitait la protéger à tout prix...lui-même avait songé à la tuer, à ruiner cette chance titanesque qui lui avait été donné de la retrouver, toujours aussi douce et enjouée que dans ses souvenirs. Juste pour protéger sa fierté.
Après cette horrible pensée qu'il ne pouvait accepter, pas plus qu'il n'arrivait à la sortir de sa tête, le guerrier s'était envolé aussi loin et vite que possible. Mais qu'importe, le mal avait germé dans sa tête, et la vision d'innombrables corps entassé pour le seul plaisir de le faire ne cessait de l'obséder. Chaque fois qu'il fermait les yeux, quelque part dans sa tête, il revoyait cette image, avec les visages des rares êtres qui avaient mérité son attention. Au milieu de parfaits anonymes, il reconnaissait les traits bâtards de Trunks. Un peu plus loin, entre deux tas carbonisés, gisait l'aveugle qui avait protégé Brassica avec lui. Il ne le connaissait pas en vérité, mais son comportement guerrier avait intrigué le Super-Saiyan. Et au-dessus de ce champ de mort, gisant encore dans sa poigne à l'aura ardente, pendait mollement sa soeur, étranglée, la nuque brisée, le regard vide.
Et lui riait, enchanté, excité par ce triomphe macabre. Dans ce tableau horrible, il était le vainqueur. Le seul survivant, le véritable Super-Saiyan, l'accomplissement des rêves les plus primaires de son sang martial.

Enragé, Kodaïan se mit à rugir et poussa sa puissance au maximum, traversant à pleine vitesse les cieux du Paradis. Dès qu'il s'arrêtait de se pousser sans cesse à fond, il s'ennuyait. Dès qu'il s'ennuyait, son esprit revenait sur ce qui lui faisait le plus mal.
Alors il volait, en se forçant à rester au plus haut de ses capacités, à faire flamber son énergie, consumer ses forces comme si cela pouvait le purifier de ce mal qui le rongeait. Presque en vain. Cela ne faisait que mettre l'accent sur sa deuxième faiblesse. Il était rapide, mais c'était tout ce qu'il avait. Même si sa ruse lui avait permis de créer des techniques utiles que son adresse et son agilité lui permettait d'exploiter intelligemment, il demeurait un malheureux sprinter inutile.
Ce pouvoir immense qui faisait sa fierté...était le clou qui s'enfonçait en permanence. Combien de combats avait-il pu tenir sans l'utiliser, depuis qu'il l'avait découvert ? Aussi fort qu'il puisse se penser, ce n'était qu'un minable qui devait repousser ses plus hautes limites...juste pour rester au niveau.

En sueur, le souffle court à rester au plus haut de sa puissance sans aucune relâche, Kodaïan hurla à nouveau et son aura éclata en réponse une nouvelle fois. Le Super-Saiyan tâcha de se raisonner, la plupart des races puissantes pouvaient se transformer, d'une façon ou d'une autre. Changer d'apparence, faire sauter des verrous mentaux, invoquer des esprits...peu importe quoi, son Super-Saiyan n'était rien d'autre qu'un moyen de rétablir l'équilibre..à ceci près, et ça il ne pouvait pas le nier, que ses transformations à lui étaient plus fortes. Plus sauvages, plus brutales, mais plus fortes.
Seulement, ça ne suffirait pas. Il le savait déjà, jusqu'à maintenant il avait toujours eu une chance monumentale. Contre Bujin, Blizzard l'avait "ressuscité" et lui avait expliqué comment sauver son propre cul. Après, entre Trunks et Pan, le guerrier était parvenu à maîtriser son pouvoir, et même à le surpasser pour atteindre ce Super-Saiyan 2, juste avant de rencontrer Garland, puis son destin sur Makyô...et de là, cette mission contre "Violence", où cette même transformation qui le rendait si fier l'avait à nouveau tiré d'un mauvais pas.
Mais à toutes ces occasions, que serait-il devenu s'il n'avait pas possédé cette deuxième forme ? Pire encore, s'il n'avait même pas pu atteindre le simple Super-Saiyan ? Hé bien...rien. Il se serait lamentablement fait effacer, comme sur Cooler 404, sans l'intervention de Blizzard.

Son aura vacilla un instant, son vol se troubla, avant qu'il ne repousse sa force autant que possible, épuisé, mais refusant de ralentir. Quand il avait atteint le Super-Saiyan, il avait rapidement senti qu'il pouvait progresser. Et avec raison ! En quelques mois, il avait atteint une force si "sereine" qu'elle en était devenue naturelle. Il aurait pu rester sous sa première forme si longtemps qu'il aurait pu l'oublier. Puis, encore quelques temps après, voilà qu'il atteignait le deuxième stade, sauvage et puissant, indomptable, l'évolution même de la légende...
Alors pourquoi il n'y aurait pas encore quelque chose après ? Quelle limite existait réellement, si par deux fois il avait pu surpasser l'impossible ? Le guerrier n'avait pas l'intention d'attendre de tomber sur un ennemi qui saurait écraser son Super-Saiyan 2, ni de se reposer à nouveau sur ses lauriers.
Il saurait se venger de sa propre faiblesse et de sa paresse, et cette fois il atteindrait réellement seul un pouvoir plus grand que jamais, qui ferait trembler l'Univers, les autres Super-Saiyans et tous les empires galactiques réunis.
Qu'importe que cela soit possible ou non pour tout son peuple, la seule chose qui comptait, c'est qu'il soit le plus puissant. Plus fort, plus rapide, plus fantastique et libre que jamais.

Et tout devint noir, alors que son corps lâchait finalement sous l'effort monumental qu'il s'imposait. Sa transformation l'abandonna lorsqu'il perdit connaissance, et les airs qui le portaient depuis sa naissance le laissèrent en proie à la gravité.
On retrouvera plus tard, là où le guerrier inconscient s'était écrasé, un profond cratère où le sol s'était affaissé sous le terrible impact.

_________________
Thème suggéré par Gray, le nuancé.
Revenir en haut Aller en bas
Kodaïan

Rang B [Saiyajin]


Masculin Messages : 248
Age : 22
Zénies : 6700

Données du Personnage
Power Level: 10 475 400
Power Level en Kili: 2 00
Inventaire :

MessageSujet: Re: Au-delà de toute limite [Solo] (en cours)   Ven Oct 28, 2016 3:53 pm


Argh...bonjour le réveil. Le corps encore endolori d'avoir volé à fond jusqu'à épuisement, puis de s'être écrasé sans la protection de son aura, Kodaïan s'extirpa du trou qu'il avait causé par la voie des airs, calmé pour un moment avant de plonger de plus belle dans ses pensées.
Reprenant de l'altitude, le Saiyan en profita pour étudier une nouvelle fois à l'aide de sa bonne vue les "peuplades au sol" et se dit que ce n'était pas si mal d'être mort en fait, ça apportait pas mal d'avantages. Cela ne payait pas de mine comme ça, mais il était beaucoup moins..."fragile" qu'autrefois. Il ne ressentait pas la fatigue de la même manière et avait l'impression de récupérer beaucoup plus vite. Kodaïan soupçonnait que c'était lié au fait que son corps n'avait plus besoin de s'alimenter, et d'ailleurs ce point était à l'origine de sa réflexion. Alors même que sa nature Saiyanne le poussait à manger encore et encore, le faisant avoir faim même au Paradis, le guerrier de l'espace pouvait aisément ignorer l'appel de son estomac et se concentrer des heures, des jours durant sur son entraînement sans en subir le moindre mal.

Volant assez calmement pour l'instant, Kodaïan commença à relativiser. Après tout, d'accord le Super-Saiyan n'était qu'une transformation comme une autre, un peu comme l'Oozaru, quoi qu'infiniment plus pratique, et le deuxième stade n'était qu'une évolution de cette forme légendaire...mais, très précisément. C'était une transformation légendaire, les guerriers qui parvenaient à l'atteindre pouvaient réellement se compter sur les doigts de la main, et ce par millénaires, or il était un de ces fabuleux élus, ce n'était pas rien quand même !
De plus, histoire de satisfaire un peu son égo, le singe de l'espace nota que la plupart de ses "compatriotes" avaient des liens. Pan et Trunks, les deux hybrides, connaissaient ce Son Goku. Bon, ça ne le calmait pas en vérité, car en repensant au fait que Blizzard lui ait expliqué que cette légende était vraie, ça impliquait qu'il ait déjà rencontré des Super-Saiyans avant... Un doute commença à saisir le guerrier volant. Pan avait parlé de choses très étranges, des trucs venus du futur, d'histoires qui ne se passait pas comme prévu...c'était peut-être elle que le démon du froid avait rencontré, ça pourrait expliquer pas mal de trucs.
Et pour en rajouter une couche, Kodaïan commençait à douter que Trunks et Goku sachent atteindre le niveau deux. Autrement dit, même parmi les élus, il était tout de même exceptionnel. Après tout, posséder un pouvoir unique est souvent impossible. En revanche, en être le plus puissant utilisateur, ça, c'est parfaitement faisable.

Virant brusquement pour s'envoler à la verticale, le Saiyan poursuivit son ascension autant que possible en repensant à son évolution depuis Cooler 404. Pour s'occuper une fois arrivé à une altitude lui convenant, il commença à tirer des boules d'énergies qui lui revenaient dessus pour les repousser, à mesure qu'il en créait de nouvelles. Cela l'occupait et l'obligeait à multiplier ses efforts et sa concentration.
Le Super-Saiyan...après avoir renié sa véritable identité et nature pendant des décennies, c'est en acceptant et en libérant sa rage qu'il avait pu se transcender. C'était une fureur exceptionnelle, même aujourd'hui, qui avait déclenché sa transformation, comme si'il avait brisé les chaînes qui entravaient sa force et sa volonté d'un seul coup. Et même encore après, il lui fallait se mettre en colère pour se transformer, jusqu'à ce qu'il comprenne que cet état pouvait être contrôlé, amélioré. Et alors durant des jours, il s'était habitué à être un véritable Saiyan, à retrouver son calme et ses raisonnements méthodiques alors même que son pouvoir était à son summum. Alors, il avait commencé à entrevoir quelque chose de plus grand encore, lorsqu'il ne pouvait plus faire la différence entre sa forme normale et sa transformation.

Alors était venu le Super-Saiyan 2. Conscient que la vie était un cycle qui se répétait, Kodaïan avait imité les conditions du premier stade. De la souffrance, un épuisement permanent, un péril gigantesque, une puissance qui écrasait petit à petit la sienne..."la mort ou la gloire" s'était-il dit à l'époque. Heh, en y repensant il n'était vraiment pas passé loin de se tuer lui-même. Mais face à cette frustration de toujours voir quelqu'un le prendre de haut, de se faire lentement piétiner par ceux qu'il pensait pouvoir égaler et même par ses propres assauts, alors que son corps entier hurlait de douleur, le Super-Saiyan redevenu calme avait pu à nouveau faire exploser sa rage et son pouvoir, à un degré plus élevé encore.
C'était d'ailleurs toujours son déclencheur, et la condition pour le maintenir. Être furieux. Bien évidemment, une telle condition était un désavantage, un trait typiquement faible des Saiyans. Cette précipitation, cette arrogance barbare qui les habitait tous...une erreur colossale était alors si rapidement commise...
Et pourtant, Kodaïan adorait le sentiment sauvage de cette deuxième transformation. Rien que d'y penser, il brûlait déjà d'y goûter à nouveau et fit rapidement exploser son aura qui se mit à crépiter d'éclairs, soufflant en un instant les Kikohas qui tournaient autour de lui. Bah ! Emporté par sa frénésie, il tira bien assez tôt plusieurs puissantes rafales qui se mirent à tournoyer autour de lui, ça lui rappelait la façon dont il avait obtenu le second stade. Chaque fois qu'il repoussait un tir, il en profitait pour en créer un nouveau, devant bien vite augmenter sa puissance et sa vitesse s'il ne voulait pas finir en cendres, puisque le moindre coup subi risquait fort de briser son rythme, et alors il y avait bien des chances qu'il se ramasse tout d'un coup.

Et c'est ça qui était bon ! Ce besoin d'aller toujours plus vite, toujours plus fort ! De sentir l'impact brûlant d'une boule de Ki contre son corps et d'en tirer une autre juste après. Le Super-Saiyan 2 était une transformation violente, pressée, excessivement nerveuse même...mais par toutes les étoiles de l'Univers, il n'y avait rien qui le faisait se sentir plus en vie que de se battre sous cette apparence !
Dès lorsqu'il adoptait ce niveau, plus rien n'avait d'importance sinon le combat. Cet forme était l'essence même du guerrier Saiyan ! Rien que de la puissance pure, destinée à se battre contre les plus grandes forces qui puissent être. Le seul fait de se tenir transformé faisait tambourinait son coeur comme lors d'une féroce bagarre. Ce stade appelait le combat et l'y préparait, car sa sensibilité exacerbée accroissait également le plaisir qu'il retirait d'un affrontement de haut niveau. Ce qu'il avait pris comme un défaut dans le simple Super-Saiyan et qu'il avait su maîtriser était désormais l'incarnation de ses désirs de puissance et de liberté, de bataille et de gloire.

Son aura augmenta encore, les arcs électriques explosaient tout autour de lui, crépitant de plus belle lorsque des Kikohas toujours plus nombreux et puissants entraient dans la bulle de lumière qu'il générait. Brièvement, entre deux sourires extatiques, Kodaïan réalisa que la pression qu'il s'imposait aurait très rapidement eu raison du premier stade. Son orgueil en fut flatté. Il avait douté de son talent la veille et s'était mis à déprimer ? Quel abruti ! Est-ce qu'ils étaient capables de faire ça les autres cloches !? Non ! Il n'y a que lui qui pouvait prendre plaisir à jouer sa propre vie - enfin mort - et à surpasser encore et encore ses limites, tout simplement parce qu'il en était capable.
Mais ce n'était pas assez. Quintessence même de la fierté Saiyanne, le deuxième niveau ne pouvait jamais se satisfaire assez longtemps de ses triomphes. Il lui en fallait toujours plus, encore et encore, ça en devenait obsédant. Mais quel plaisir c'était de toujours monter la difficulté, et toujours pouvoir monter la barre d'un cran de plus après ! Bientôt, le guerrier enragé projetait des balles de feu qui écrasaient, dispersaient ou engloutissaient les autres Kikohas, et continuait, en sueur, à les frapper de toutes ses forces pour les renvoyer, jusqu'à ce qu'elle reviennent à nouveau et qu'il ne les cogne plus brutalement encore.

Oui, ça ressemblait beaucoup à la façon dont il avait atteint le Super-Saiyan 2...mais ce n'était pas ça la solution. Kodaïan n'avait pas ce sentiment...d'approcher de quelque chose. Il ne faisait que se défouler délicieusement et faire augmenter son pouvoir. Dans un cri sauvage, il compressa son aura en lui pour décupler sa force pure et expédia bien plus loin que d'habitude ses sphères d'énergie, avant de se replier sur lui-même pour rassembler ses forces.
Il avait l'impression d'en brûler. Cette puissance qui bouillonnait, enfermée dans son corps qui paraissait alors trop étroit pour son propre pouvoir, mais cette douleur était la jauge même de cette technique qui lui avait ouvert les portes du deuxième stade. Plus il souffrait, plus il parvenait à compresser son Ki et à décupler ses forces. C'était une méthode dangereuse, épuisante, éreintante...mais ô combien efficace ! Depuis qu'il avait mis au point cette technique, sa potentiel de frappe était devenu effroyable !
Les Kikohas commencèrent à revenir vers lui. S'il les encaissait tous, le guerrier doutait d'y résister. Mais Kodaïan n'avait pas la moindre intention de les laisser le toucher. Dans un rugissement terrible, le Super-Saiyan électrisé fit exploser tout le pouvoir qu'il avait concentré pour contrer les massives sphères qui détonèrent à leur tour.

Kodaïan resta dans les airs, haletant, dans l'immense nuage de fumée qu'avait créé le choc de ses pouvoirs. C'était...bon. Faire exploser des choses, dépenser ses forces à tel point, sentir aussi libre que puissant. Ça l'enchantait. Du revers de la main, il essuya le coin de ses lèvres. Un mince filet de sang y coulait, apparemment les ondes de choc l'avait tout de même atteint, alors qu'il était dans une situation où sa défense était au plus bas.
Bah ! Qu'importe. Ce n'était même pas une égratignure. Le Super-Saiyan souffla profondément et se laissa retomber au stade inférieur, préférant retrouver son calme et sa raison pour réfléchir plutôt que de risquer de se laisser retenter par l'envie sauvage de se tirer dessus.
Ce genre d'exercice était toujours dangereusement sympa...mais ils ne lui apporteraient rien. Le guerrier avait pourtant le sentiment que, quelque part dans le tas se trouvait la solution, sa voie...mais dès qu'il essayait de le comprendre, ça lui échappait et le Super-Saiyan avait beau se faire exploser encore et encore, ça ne restait qu'un sentiment très diffus. Parfois, il se demandait si ce n'était pas tout simplement une impression.

Kodaïan aurait voulu s'entraîner encore, cette sensation de passer à côté de quelque chose l'horripilait. Mais son estomac rappela son existence, et le guerrier concéda qu'une petite pause de temps en temps ne pouvait pas faire de mal, surtout pour combler le second plus grand plaisir de sa race : Se goinfrer.
Oubliant même rapidement qu'il était toujours au premier stade, le singe galactique étendit sa perception, ralentissant sa respiration pour mieux se concentrer à la recherche de la "faible" énergie de sa chère frangine. Il aimait beaucoup cette faculté qu'il avait développé, et se reposait énormément dessus pour contrôler son Ki désormais. Grâce à elle, Kodaïan pouvait "lire" ses propres niveaux d'énergies, mieux estimer ses forces, celles qu'il utilisait et la façon dont elle réagissait à sa volonté. Sans cette perception particulièrement précisé, le Super-Saiyan doutait d'avoir été un jour capable de créer sa technique de compression.
Alors de temps en temps, il se donnait à fond dessus et étendait ses sens aussi loin qu'il était possible de le faire. La dernière fois qu'il l'avait fait vivant, le guerrier s'était surpris de pouvoir recouvrir la planète entière tout en étant capable de suivre un insecte.

Un flash plus tard, le Saiyan doré filait retrouver sa cadette et se posa sans même une bourrasque à une dizaine de mètres en levant un sourcil dubitatif en observant son combat. La douce guerrière se livrait à un duel aussi amical qu'intense contre une créature faisant deux fois sa taille. Elle arborait une peau chitineuse et deux bras supplémentaires se terminant par des pinces qui avaient l'air plutôt puissantes. Le genre d'adversaire qu'appréciait Kodaïan en vérité, car leur carapace naturelle et leur force de frappe en faisait des cibles souvent gauches et lentes comparé à lui qui se faufilait à toute allure en frappant les faiblesses de leur armure, ou bien en les créant lui-même après des frappes multiples.
En y repensant, c'était la première fois qu'il voyait Lettucia se battre et il n'avait pas à rougir de sa cadette. Alors qu'ils ne s'étaient pas vu pendant plus de vingt ans, la jeune femme avait adopté une technique assez similaire à la sienne...à ceci près que lui était cruel et vicieux là où sa douce soeur se montrait élégante et fair-play. Elle paraissait danser, au sol comme dans les airs, la Saiyanne sautait, virevoltait et tourbillonnait tout autour de son adversaire avec grâce en enchaînant les ripostes et les contre à toutes distances.
Le combat dura encore un moment, durant lequel Kodaïan faillit intervenir à plusieurs reprises en pensant que sa cadette allait encaisser un coup brutal, mais à chaque fois elle l'avait épaté en parvenant à s'échapper au dernier moment. Finalement, ce fut la Saiyanne qui demanda tout de même à mettre fin au duel, étonnant son aîné, qui comprit bien plus tard que, même si elle aurait aimé conclure cet affrontement jusqu'au bout, elle était trop gentille pour prendre le risque de se battre à bout de forces et de se blesser pour de bon.

Mais à peine finit-elle de saluer son noble adversaire qu'elle sauta littéralement sur son frère qu'elle n'avait pu ne serait-ce que regarder un instant durant son duel.


"Koda-chaaaan ! Tu m'as vu me battre hein ? Qu'est-ce que t'en dis ?"
"Hé bien...disons que j'ai du mal à croire que la minuscule fillette qui avait du mal à voler puisse aujourd'hui probablement mettre la pâtée à la garde royale sans même que j'ai besoin de me lever !"
"Ah ? Tu penses que je suis devenue si forte que ça ? Waouh ! Je m'épate moi-même ! Mais ce n'est encore rien ça...regardes-toi par exemple ! Toi t'es super fort ! Invincible même ! T'es un Super-Saiyan ! T'es mon Super-Frangin !"

S'écria-t-elle avec excitation, enroulant ses jambes autour de son frère pour rester agrippée alors qu'elle allait tripoter ses cheveux dorés, dressés sur sa tête, rappelant au guerrier blond qu'il était resté transformé tout à l'heure. Cela le fit sourire...comment avait-il seulement pu être jaloux de cette fillette si pure ?

"Si j'étais invincible, je ne serais pas mort ma p'tite Lettucia..."
"Ouais mais j'suis sûre qu'ils t'ont pris en traître hein ! Ils ont du venir à dix, ou même à cent ! Tous des gros monstres en plus, et tu les as tous latté les uns après les autres jusqu'à ce qu'ils finissent par t'avoir d'épuisement hein !?"

Les expressions enfantines et fascinée de sa cadette amusèrent le Super-Saiyan tandis qu'il réalisait qu'elle avait raison en fait. Ne prêtant guère d'intérêt au passé, et peinant à essayer de se remémorer ses défaites, Kodaïan avait en effet vite éclipsé...qu'il avait effectivement triomphé de plusieurs adversaires à la puissance effroyable, en un rien de temps, et encore il avait succombé car il avait voulu protéger l'aveugle et Brassica.
Son humeur s'assombrit un instant. Avait-il donc été lui-même si stupide qu'il ne s'était même pas rendu compte que chacune de ses "défaites" lui aurait valu d'impressionner pour des siècles son peuple tout entier ? Il avait survécu à Bujin, puis en se transformant avait même été capable de lui tenir tête, puis il avait fait jeu égal avec des démons, des Kaioshins et autre saloperie au pouvoir démesuré...où diable était donc sa honte dans tout ça ? Il était loin d'être faible, c'était un monstre de puissance !


"Blaaaaah"
"agh'...est-ce qu'u 'ous 'ordel ?"

Toujours scotché à lui comme un Koala, Lettucia avait attrapé ses joues et paraissait tirer dessus de toutes ses forces en lui tirant la langue.

"J'aime pas quand tu fais cette tête Koda-chan. C'est déprimant."
"Peuh ! C'est ma tête naturelle ça..."
"C'est pas vrai !"

Impulsive et peut-être un peu stupide par moment, Lettucia voulut s'accrocher à ses épaules et coller son front au sien pour plonger leurs regards l'un dans l'autre. Malheureusement, un peu trop emportée, elle parvint seulement à mettre un fantastique coup de boule à son frère...qui ne broncha même pas d'un poil de sourcil tandis qu'elle s'assomait à moitié.

"Aieaieaie..."
"Ca va aller ?"
"Nan parce que tu mens ! C'est pas ta tête naturelle ça, quelque chose te tracasse et ça me plaît pas !"

Le Super-Saiyan dévisagea avec un mélange d'incompréhension et d'étonnement sa cadette qui le fixait avec tout le sérieux du monde, une petite larme au coin de l'oeil et le front plus rouge que les joues d'une étudiante dans un manga érotique, et sentit ses lèvres s'étirer dans un sourire énigmatique.
Elle était puissante et semblait bien plus maligne qu'elle n'en avait l'air...alors qu'il la contemplait ainsi, Kodaïan se demanda comment il avait pu craindre de la jalouser. Sans un mot, il commença à lui caresser la tête, l'apaisant petit à petit tandis qu'il songeait à la fierté qu'il avait ressenti en la voyant dominer son match. Et si jamais un jour ce petit bout de chou non-comestible venait à l'égaler ou le surpasser ? hé bien...alors il en sera ravi. Très certainement. Bien entendu, il sera dégoûté...et alors ? Cela ne lui donnerait qu'un objectif de plus à dépasser, ça serait même bien...


"Argn" fit la Saiyanne en lui mordant le nez, le ramenant à la réalité.
"Euh...Lettucia ? Tu fais quoi là ?"
" 'E te 'ors 'e nez !"
"J'avais cru remarquer, mais...pourquoi ?"
"Pfwah ! Parce que je t'ai dit que j'aimais pas quand tu faisais cette tête bizarre !"
"Sale gosse va...on va dire que c'est parce que j'ai faim, comme je suis mort je n'ai plus besoin de manger, mais à force d'oublier ça me pèse sur le moral."
"Ah bah si ce n'est que ça, allons grailler ! C'est vrai qu'il commence à faire faim mine de rien...tout ce sport, ça creuse !"

Kodaïan savait que cette excuse miteuse n'avait pas réellement marché avec sa frangine, et l'appréciait d'autant plus pour avoir joué le jeu...même s'il est vrai que son estomac continuait à gronder.
Ne prenant pas la peine de se détransformer, ils allèrent combler leur interminable appétit ensemble. Puisqu'elle était revenue à la vie, il avait bien fallu que Lettucia se nourrisse toutes ces années, alors elle connaissait tous les bons coins capable de nourrir un Saiyan jusqu'à satiété. C'est pratique le Paradis mine de rien, on ne manque jamais de quoique ce soit.
Ils parlèrent un peu de tout et de rien, entre deux bouchées continuellement affamées. Elle lui raconta quelques anecdotes dont elle avait été témoin ici, lui fit le récit de sa découverte du Super-Saiyan, ce qui parut fasciner la gentille combattante.


"J'ai encore du mal à croire que la légende soit vraie...le Super-Saiyan existe vraiment ! Et c'est mon frère en plus !"
"La légende n'est pas exactement vraie...je suis juste "un" Super-Saiyan..."
"Ouais mais même, tu peux même aller encore au-delà ! Je l'ai vu l'autre jour, t'es un Super-Super-Saiyan !"
"Hmpf...ça n'a rien d'extraordinaire, cet Arachitz aussi en était capable, après tout."
"Ouais, mais toi t'es le plus fort protesta Lettucia "T'es p'tet pas le seul Super-Saiyan, mais t'es le seul à être mon grand frère, et mon grand frère c'est le meilleur !"

Cette philosophie simplette, admirative avait quelque chose de réconfortant quelque part. Alors que lui se mettait à douter de tout, y compris de sa propre force pourtant phénoménale, la seule personne qu'il appréciait croyait en lui au-delà même de toute raison. Il était important pour elle, et bien assez puissant pour être son héros idéal.
Ils continuèrent leur repas et leur discussion, bien que Kodaïan se montra rapidement plus à l'écoute que bavard, tant par sa nature taciturne que part les réflexions qu'il commençait à se faire. Désabusé par ce sentiment pénible d'être toujours en bas de la chaîne alimentaire, le guerrier aux cheveux d'or ne ressentait plus cet espèce de fascination presque féérique envers ses transformations mythiques. En fait, il ne les voyait que comme un moyen d'accroître sa puissance...mais si, au fond, il avait bel et bien atteint le maximum "naturel" du Super-Saiyan ? Cette histoire de "Super-Super-Saiyan" comme le disait sa cadette avait soulevé une question qui le perturbait et qu'il ne parvenait pas à formuler clairement.

Lorsqu'il passait au deuxième niveau...qu'il s'agisse de la première fois, ou bien de toutes les autres, Kodaïan avait effectivement l'impression de passer en Super-Saiyan alors même qu'il l'était déjà. Seulement, à ce stade, sa transformation avait quelque chose de "forcé", contrairement au premier niveau.
Il se mit à mâchonner distraitement les couverts, alors que Lettucia se mettait à parler d'un ami farfelu en riant aux éclats. Il n'avait pas du tout atteint le second stade de la même façon que le premier... Ce Super-Super-Saiyan...il l'avait obtenu en s'obligeant à amener sa puissance au-delà même de ses limites, comme tout bon guerrier devait le faire pour défendre sa vie au cours d'une bataille, ou tout comme lui-même le faisait à chaque fois qu'il avait recours à sa technique de compression du Ki.
La compression...c'est en cherchant à la développer, à la sublimer qu'il avait atteint ce deuxième niveau légendaire. Concentrer son énergie comme un malade mental, n'importe qui en était capable. Confiner son aura pour faire un effet "fermentation", il n'était certainement pas le premier à y penser...mais sûrement le premier en revanche à pouvoir concilier le Super-Saiyan 2 et la compression. Kodaïan repensa à son "entraînement" un peu plus tôt, où il avait poussé son pouvoir à son maximum, avant de littéralement exploser pour balayer ses attaques.
Amplifier le pouvoir du Super-Saiyan 2 lui-même...quoiqu'il en dise, sa compression de Ki était encore très grossière. Il gaspillait beaucoup d'énergie rien qu'à l'exécuter, et c'était toujours au détriment d'une facette de son pouvoir. En serrant son énergie autour de lui, il pouvait créer une solide barrière, la version améliorée de celle qu'il façonnait naturellement autrefois pour se protéger des pluies acides de sa planète ou des climats hostiles des lieux qu'il attaquait, et en l'enfermant dans son propre corps le Super-Saiyan pouvait accroître sa force brute à un tel point qu'il s'impressionnait lui-même à chaque fois.
Cependant, dans les deux cas, il devait sacrifier son endurance déjà relativement modeste ainsi que sa meilleure arme : La vitesse. Jongler entre les différentes concentrations n'était pas une preuve d'habilité, mais un risque énorme et un gaspillage tout aussi monstrueux. S'il voulait remporter ses prochaines batailles, et pouvoir s'extraire de toute loi, il devait renforcer non seulement sa force ET sa défense, mais aussi sa célérité...autrement dit...


"Koda-chan ?"

Il devait lui-même créer une troisième étape. Un Super-Super-Saiyan supérieur en quelque sorte. Brûler son Ki à vitesse grand V ne le dérangeait pas, à condition que cela soit récompensé par une augmentation conséquente de son pouvoir. Même si sa technique ne devait durer qu'une minute, cela n'avait que peu d'importance s'il écrasait son adversaire en dix secondes. Ce n'était pas le Super-Saiyan qu'il devait améliorer, mais sa compression d'énergie, pour être apte à consumer l'intégralité du pouvoir phénoménal du deuxième niveau, de faire totalement exploser sa puissance, comme lorsqu'il avait souhaité recréer un mini-soleil entre ses mains. Le mécanisme avait été assez simple, lorsqu'on le connaissait. Une simple réaction en chaîne, un apport en énergie pour faire flamber l'énergie elle-même, et le résultat était épuisant...mais ô combien destructeur...
Oui, avec ça, il pourrait certainement...


"Grand frère !"
"Hm ? Quoi ?"

Le guerrier aux cheveux dorés regarda autour de lui. Ils avaient l'air d'avoir fait un sacré bout de chemin, et ils se tenaient chacun avec une glace à la main, Lettucia lui faisait les gros yeux, mais il y lisait un soupçon d'inquiétude.

"Tout va bien ? Tu avais l'air...ailleurs."
"Désolé, je...réfléchissais. J'ai peut-être eu une idée."
"Encore une nouvelle technique de génie ? Ouais ! toute crainte avait bien vite disparu de son visage "T'es vraiment le meilleur, je suis sûre qu'avec ça, tu écraseras sans problème Arachitz la prochaine fois !"
"Hmpf. Si ça marche aussi bien que je le veux, même un autre Super-Saiyan 2 ne sera effectivement plus un adversaire à la hauteur."
"Je le savais ! Je te l'avais dit que tu étais le plus fort ! T'attends quoi pour aller t'entraîner ? J'veux pouvoir t'acclamer à votre prochain duel !"

Décidément, quelle gamine...mais d'un autre côté, c'était un peu son rayon de soleil qui lui redonnait un peu espoir. Cette fillette toujours enjouée et positive, qui le regardait toujours avec des étoiles dans les yeux et qui croyait sans conditions en lui l'encourageait à ne pas succomber à la déprime ou à la jalousie, et à se montrer à la hauteur de ses attentes. Il n'était plus seul envers et contre tout, et ça, ça changeait tout.
Son appétit comblé, et son corps mort n'ayant de toute façon pas besoin de manger, Kodaïan offrit ce qui restait de sa glace à sa cadette, qui parut en être tout aussi enchantée, avant de reprendre son envol, attendant un moment pour activer son aura et passer le mur du son afin d'éviter que sa frangine, encore "fragile" malgré tout, ne subisse l'onde de choc.
Il avait peut-être trouvé la voie d'un pouvoir encore plus absolu, et il comptait bien donner encore plus que son maximum pour arriver jusqu'au bout.

_________________
Thème suggéré par Gray, le nuancé.
Revenir en haut Aller en bas
Kodaïan

Rang B [Saiyajin]


Masculin Messages : 248
Age : 22
Zénies : 6700

Données du Personnage
Power Level: 10 475 400
Power Level en Kili: 2 00
Inventaire :

MessageSujet: Re: Au-delà de toute limite [Solo] (en cours)   Ven Oct 28, 2016 9:02 pm


Il n'y avait pas à dire, être mort avant bien des avantages, en particulier pour l'entraînement intensif. Kodaïan sentait bien que, vivant, le rythme effréné, à la limite de l'obsession, aurait été bien trop intense pour un corps de chair et de sang. Même réduit à l'état d'une simple âme, la violence de son entraînement continu pesait lourdement sur son état...mais ne l'empêcha pas de continuer dès qu'il avait pris un peu de repos.
Mais quoiqu'il en soit, sa liberté de mouvement lui manquait. Lui qui aimait tant partir sur d'autres planètes à peine connues pour s'entraîner à loisir, ou bien se placer à la limite de l'orbite d'un monde sauvage pour s'abandonner à l'espace et au silence...ici, rien de tout ça n'était possible. A chaque fois, il devait s'exiler et revoir encore et encore les mêmes paysages qui commençaient à sévèrement l'ennuyer. Et tout particulièrement car il ne pouvait pas les détruire.

Voilà des jours, et des jours et des jours que Kodaïan se mettait à l'épreuve. En permanence brûlant, peinant à ne serait-ce que se remettre des sessions précédentes, le guerrier de l'espace recommençait pourtant encore et encore à se transformer jusqu'au Super-Saiyan 2 avant de compresser son Ki d'une manière ou d'une autre jusqu'à épuisement.
Son entraînement prenait généralement fin lorsque sa transformation l'abandonnait, le laissant trempé de sueur et à bout de souffle. Alors il prenait quelques heures de repos, avant de recommencer de plus belle, inflexible dans sa détermination malgré son état.
La première semaine, il s'était efforcé de comprendre au mieux comment fonctionnait vraiment sa technique. La façon dont il manipulait son Ki, le modelait pour accroître une faculté, ou une autre... Sa barrière protectrice n'était rien de plus qu'une couche d'énergie très concentrée, elle en était presque inintéressante. En revanche, la variante utilisée pour augmenter sa force était une bonne piste...sans doute. Facile à jauger, il comprenait bien le mécanisme mais devait dépenser énormément de puissance pour compresser son aura ET pour y résister, puisque la force qu'il concentrait en lui-même lui infligeait des dommages tant qu'il maintenait la technique.

Mais qu'importe les efforts effectués cette semaine, même lorsqu'il se poussait jusqu'à l'évanouissement, comme à deux reprises, il n'avait pas le sentiment de réellement progresser, à part dans le mauvais sens. Avec un corps vivant, il aurait été bon pour un tour en cuve de régénération ou un mois de convalescence...
A la seconde semaine, du moins Kodaïan estimait que ça devait correspondre à la deuxième semaine, il osa prendre ses burnes à deux mains pour ainsi dire - littéralement, ça n'aurait pas été très utile et ça aurait certainement inquiété Lettucia - et osa tenter de doubler sa méthode de compression, d'exécuter simultanément l'attaque et la défense.
Le premier jour fut une succession douloureuse d'échecs rapides. Réaliser deux mouvements contraires en même temps paraissait relever de l'impossible, de le Super-Saiyan ne parvenait qu'à faire brûler son Ki à toute vitesse pour rien.
Après un long demi-sommeil dans lequel il réfléchit longuement, Kodaïan attaqua les trois jours suivants avec un nouveau plan. Puisque réaliser les deux en même temps était impensable, il commença à essayer de les superposer. Comme quand on apprend à marcher, on pose un pied d'abord, puis l'autre. Ici, le premier pas était le "bouclier", plus facile à réaliser et à maintenir, puis la puissance.

Les premiers essais furent douloureux et déconcertants. Subir de lourds dommages alors même qu'il s'épuisait à se défendre déstabilisait particulièrement le guerrier, si bien que ses efforts se tournèrent rapidement vers une façon de créer sa protection...c'était difficile à expliquer. En lui ? Kodaïan enfermait toute sa puissance dans son corps, et tentait de l'utiliser pour renforcer son corps alors même que cette même force débordait et le brûlait de l'intérieur. Ce processus excessivement complexe faillit le décourager, et à plusieurs reprises, après avoir passé des heures et des heures, à répéter interminablement les mêmes erreurs et à en souffrir toujours plus fort. Mais à un moment, durant un bref instant où, fou de rage, il laissa exploser son pouvoir pour essayer de surmonter la douleur le Super-Saiyan réalisa qu'il avait réussi quelque chose...avant de perdre sa transformation et de s'écrouler à bout de forces.
Méthodique et acharné, avec la preuve qu'il y avait quelque chose de supérieur à faire, de grandiose. Petit à petit, s'écroulant plusieurs fois par jour et devant même parfois avoir recours à sa transformation de base pour parvenir à se relever, le guerrier insista jusqu'à parvenir à maintenir sa compression pendant plusieurs minutes à la suite. Ce mélange de force et de résistance était...fascinant. S'il parvenait à maîtriser un tel pouvoir, il serait tout bonnement invincible.
S'il y parvenait. Car si, en échange d'un épuisement effroyable et d'une douleur en constante augmentation, Kodaïan arrivait enfin à transformer son corps en une brique de puissance et de dureté...l'énergie dépensée et la concentration requise sabotaient totalement sa mobilité. Il parvenait à peine à voler ! Et inutile de rêver réaliser des figures. De plus, il tendait à perdre au moins un stade de transformation lorsqu'il relâchait la technique tant elle l'éprouvait.
Il n'était pas du tout au point...mais la première étape était en quelque sorte achevée.

Totalement exténué, et ayant déjà fait de gros progrès à son goût, le Saiyan s'autorisa une semaine entière de repos pour prendre le temps de méditer et de retrouver toutes ses forces. S'il était parvenu à un tel résultat en étant épuisé, qu'est-ce qu'il pouvait donner une fois à pleine puissance !
Sauf que bien évidemment, il ne parvint pas à rester tranquille dans cet ennuyeux Paradis. Dès qu'il essayait de simplement s'allonger et de profiter du calme environnant, du fait que personne ne le menacerait ici...son esprit partait en vrille et au lieu de se reposer, Kodaïan commençait à tourner et se retourner, à commencer à faire des pompes, avant de rapidement arrêter. Avec son niveau, elles étaient parfaitement inutiles.
Alors il s'ennuyait. Puis à force de s'ennuyer, il se mettait à déprimer. Et au bout de deux jours d'inactivité, le Saiyan retourna s'entraîner, préférant encore hurler à la mort de la douleur qu'il s'infligeait plutôt que de rester là à se faire chier comme un rat crevé...même lorsque ça lui tapait de plus belle sur les nerfs de réaliser qu'il était déjà lui-même mort.

Son temps de récupération en tant que mort d'ailleurs étant incroyablement court, Kodaïan avait toujours du mal à admettre que deux jours pouvaient suffire pour se retaper plus que correctement. Suffisamment en forme à son goût, le Saiyan passa immédiatement au niveau deux et manipula un peu de Ki pour s'échauffer. Des compressions à "faible puissance", comme on pouvait dire. Histoire de bien s'imprégner du concept, de la méthode. Il joua avec son aura défensive, puis l'offensive, avant de finalement s'exercer aux deux en même temps. Avec un niveau aussi bas, il paraissait même y arriver plutôt bien en fait, mais la difficulté apparaissait dès qu'il montait la puissance. Celle-ci devenait rapidement de plus en plus instable et l'effort demandé se révélait exponentiel.
Ne cherchant pas à s'épuiser avant l'heure, Kodaïan préféra manipuler une énergie faible, mais de plusieurs façons, en s'efforçant par exemple de la faire monter, comme s'il pouvait amplifier tout simplement sa force. L'idée était ce qu'il recherchait, cette espèce de "combustion accélérée"...mais elle était irréalisable à ce stade. Quand il forçait la compression, le Super-Saiyan finissait tout bêtement par monter sa puissance au lieu de l'améliorer. Il réessaya alors, pendant dix minutes, de jouer avec un "modèle réduit" de son plan, sans obtenir un autre résultat. Mais au lieu de se décourager, Kodaïan se montra encore plus curieux, est-ce que sa puissance augmentait parce qu'il fournissait juste plus d'énergie pour la technique...ou parce qu'il la consumait plus vite, donc qu'elle fournissait plus de force en peu de temps ? Avec la faible consommation qu'il faisait, le Super-Saiyan ne pouvait pas répondre à cette énigme...mais ça tombait bien, son véritable projet était de faire exactement la même chose, mais avec la totalité de sa puissance, le summum du summum de son énergie qui serait intégralement consumé dans cette technique.


"YAH !"

Un Kiaï violent pour se mettre d'aplomb, l'onde de choc causé par la simple libération de son véritable pouvoir fit trembler l'air tout autour de lui. Au sol, il aurait creusé un cratère de ce seul cri de motivation.
La seconde suivante, son aura se stabilisa. Puis l'air commença à vibrer, un léger sifflement émanant du guerrier doré quant son Ki augmenta, des éclairs naissant épisodiquement dans la lumière émise par son énergie qui ne cessait de croître. D'apparence calme, les traits de Kodaïan se durcirent rapidement, puis son visage se crispa en réponse à la montée absurde de son pouvoir.
Méthodiquement, minutieusement, le Super-Saiyan vouait toute sa concentration à déverrouiller sa puissance totale, surveillant au grain près à l'aide de son sixième sens affûté son propre Ki, et pouvant ainsi le visualiser précisément il parvenait à le libérer avec 'autant plus d'efficacité.


"rrrhhh....."

Il le sentait, il le voyait, ce pouvoir immense qui ne demandait qu'à être libéré. L'impatience sauvage du Super-Saiyan 2 ne l'aidait pas à accomplir correctement son travail, mais Kodaïan restait concentré. Sa puissance lui apparaissait comme...comme un lac créé par un barrage, comme une immense étendue d'eau qui n'attendait que d'être libérée. Jusqu'ici, il ne faisait qu'ouvrir petit à petit les vannes, mais malgré les cascades qui commençaient à couler de la digue, l'eau ne bougeait pas.

"Rrrraaaaaaaah..."

L'air commença à vibrer. Sur une planète fragile, la croûte aurait commencé à trembler sur de longues étendues. C'était peut-être la première fois que Kodaïan se donnait autant de peine pour débloquer les moindres fonds de son Ki, et qu'il l'étudie vraiment de cette manière, à le visualiser, lui donner une image, un visage...les vannes étaient bien ouvertes, mais le niveau de l'eau ne baissait toujours pas.
C'était parfait.


"RRRYAAAAAAAH !!!"

Cette fois, les vannes étaient ouvertes à fond ! Des éclairs crépitaient rageusement autour du Super-Saiyan qui montait sa puissance au-delà du niveau qu'il utilisait habituellement en combat, un seuil prévu pour être au mieux de sa forme tout en se préservant pour se battre longtemps. Ici, inutile de se retenir, le but était au contraire de tout faire exploser.
En temps normal, la puissance qu'il libérait maintenant aurait été destinée à un redoutable finisher. Mais Kodaïan ne s'arrêta toujours pas, les yeux clos, entièrement focalisé sur sa "double-vue". Il avait beau monter encore, et encore son pouvoir, approchant de sa limite alors même qu'il puisait jusqu'au fond de ses ressources...le barrage tenait bon, et l'immense lac refusait de se vider.
Quelle frustration ! Si cette étendue interminable d'eau était son véritable potentiel...mais alors qu'est-ce qu'il était faible ! Même au summum de son Super-Saiyan 2, hurlant à s'en faire mal à la gorge, cet espèce d'océan refusait de bouger. Le débit aux vannes était immense, écrasant, dévastateur ! Mais ce n'était qu'une malheureuse et minable goutte en comparaison de ce qu'il pouvait réellement atteindre...si seulement il parvenait à détruire ce foutu barrage !


"Ca...ne se passera pas...comme ça !"

Enragé, Kodaïan se frappa violemment la poitrine et prit une inspiration aussi profonde que possible avant d'hurler de toutes ses forces. Son aura craqua et crépita plus furieusement que jamais alors qu'il commençait à compresser son Ki, se transformant petit à petit en une véritable bombe d'énergie. Des éclairs fusaient dans tous les sens et son corps le chauffait, le brûlait tandis que son pouvoir augmentait au-delà de ce qu'il aurait du pouvoir faire.
Mais le barrage ne bougeait toujours pas, comme s'il était trop loin, ou tout simplement ailleurs. Même alors qu'il serrait les dents pour supporter un minimum la souffrance effroyable qu'il s'infligeait, fondant en larmes tant il était persuadé de mourir à chaque instant, ni le Super-Saiyan ni le barrage ne cédèrent.

Et c'est à ça que servait l'entraînement à long terme. Se préparer, tester ses limites, comprendre ses erreurs... A part la vision de son Ki, Kodaïan avait déjà fait tout ça. Il était à son véritable maximum actuel, le sommet absolu de sa puissance, impossible pour lui d'aller plus loin actuellement de cette manière.
Alors il changea de plan, en réfléchissant des semaines durant, le Super-Saiyan savait que la compression était un artifice, une façon de détourner ce torrent qu'était sa force. Mais c'était surtout la clé pour passer le prochain pallier, le pied-de-Vegeta destiné à forcer la serrure qui le bloquait jusqu'ici.
Il avait retracé son périple, depuis qu'il avait quitté Vegeta jusqu'à ce jour. Le premier stade...il lui avait fallu une certaine puissance, une puissance qu'il n'avait obtenu que grâce à un Zenkai et un médicament miraculeux. Puis, pour le deuxième niveau, il lui avait fallu presque deux fois plus de force et repousser encore et encore ses limites. Il avait probablement frôlé le Zenkai aussi ce jour-là.
Alors aujourd'hui, Kodaïan allait se surpasser au-delà de ce que son corps de Super-Saiyan aurait du pouvoir encaisser.


"RHHAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH !!!"

Il le voyait, ce barrage qui lui résister. Cette barrière qui se moquait de lui, tout comme les précédentes s'étaient ri du Saiyan qui avait tant peiné à débloquer les deux stades de sa transformation. Toute sa puissance n'était pas suffisante pour ne serait-ce que le secouer, même au sommet de sa force le lac qui se trouvait derrière ne se voilait même pas.
Alors que dirait-il s'il compressait la totalité de son pouvoir de Super-Saiyan 2, et qu'il utilisait le tout contre lui ?
Un véritable orage parut naître depuis Kodaïan qui ne cessait de s'époumoner. Sans cette obsession, ça fait longtemps qu'il aurait cédé. Mais aujourd'hui, il gagnerait. Peu lui importait qu'il soit à terre le lendemain, ou bien dans le coma pendant un mois. Les Saiyans vivaient au jour le jour, savourant la gloire d'une bataille à l'instant où ils la remportaient, et s'en lassaient dès qu'elle devenait un souvenir.
Mais lui souhaitait que sa force et sa supériorité ne soient jamais un souvenir. Toujours plus en avant, c'était ainsi qu'il devait vivre et utiliser sa force, droit vers les obstacles pour les traverser, les éparpiller car ils sont fait pour vaincre.

Serrant les dents à s'en faire mal aux mâchoires, son cri s'atténua alors que son corps se tordait d'une horrible douleur. Ca y est, il avait trouvé. La nouvelle étape. D'abord la concentration, pour réunir son Ki, puis la compression pour le préparer, comme lorsqu'on charge un canon de poudre en attendant d'y fourrer un boulet.
Puis la combustion, ce moment où on allume la mèche, et où le monde bascule. Le barrage commençait à se fissurer. Kodaïan ne s'en rendait pas compte, mais à mesure qu'il parvenait à embraser son Ki, ses cheveux s'allongeaient et sa puissance grimpait en flèche. Et plus sa force augmentait, plus il avait d'énergie à brûler, et le barrage se fêlait, encore, et encore, il allait bientôt céder.

Un ultime cri, libérateur. Le super-Saiyan se tendit brutalement alors que toute sa force explosait d'un coup, provoquant une terrible onde de choc dans le vide. Durant les secondes qui suivirent, Kodaïan n'esquissa pas le moindre geste, oubliant même de respirer - bien qu'il n'en ait plus vraiment besoin ? - et savoura le torrent de puissance qui déferlait en lui.
Les yeux clos, suspendu dans les airs presque inconsciemment, sa longue chevelure dorée flottant derrière lui alors que son aura pulsait avec violence, agité de puissants éclairs, l'ultime Saiyan savourait le passage du déluge. C'était bien au-delà de ses espérances...
Si le premier niveau lui avait apporté la puissance pour se défaire des chaînes qui l'obligeaient à courber l'échine, et que le second stade lui avait donné une chance de faire face même aux plus terribles créatures de la galaxie...ils n'étaient rien en comparaison de ce qu'il ressentait maintenant.
Kodaïan serra les poings. Il sentait la puissance couler en lui comme un véritable raz-de-marée, avec le sentiment d'utiliser véritablement dix fois plus intensément son pouvoir. Curieux de savoir ce que pouvait donner une telle force, il tira devant lui un Kikoha qui lui reviendrait dessus, comme souvent. Le guerrier lui avait donné de la puissance, mais fut tout de même impressionné de voir la taille qu'il avait atteint...alors que cela lui semblait si facile. Stoïquement malgré la fureur qui bouillonnait en lui, le Super-Saiyan regarda le projectile lui revenir dessus et déploya sans même bouger son aura pour former un véritable bouclier sur lequel la boule de feu explosa, sans que le souffle ne l'effleure.

C'était ridicule...s'il voulait tester sa force, il fallait qu'il le fasse à fond ! Kodaïan se mit à luire à nouveau, entouré de son énergie crépitante et joignit les mains pour cracher un gigantesque rayon brûlant. Voilà qui était bien mieux !
Il dressa un sourcil, sans même se rendre compte que celui-ci avait disparu, quand son sixième sens détailla la force de ce Kikoha. Il n'aurait pas donné cher de sa peau s'il se prenait ce truc là, même en Super-Saiyan 2 !
Pourtant, le guerrier à la longue chevelure d'or ne s'affola même pas. Quand son projectile s retourna contre lui, il rugit en lui donnant un fantastique coup de pied qui l'expédia dans le ciel, l'envoyant se perdre dans l'infinité de l'Univers alors que son créateur le regardait, pensif.
Alors c'était ça...le véritable pouvoir qui sommeillait en lui. D'un simple coup de pied, il avait renvoyé un tir qui l'aurait tué sur le coup s'il avait été au premier niveau. Même le deuxième en vérité n'y aurait pas résisté...

Un sourire féroce se dessina sur ses lèvres. Il avait un sentiment similaire à celui du Super-Saiyan 2, cette sensation sauvage et insoumise au fond de lui, mais aussi un autre sentiment, tout aussi grisant. Il ne parvenait pas à vraiment le définir et au fond il s'en moquait. Qu'importe les mots quand on possédait le pouvoir !


"Agh..."

Le guerrier se relâcha, sentant la vague se calmer et sa transformation le quitta, le ramenant instantanément à sa forme normale, totalement épuisé. A bout, Kodaïan se laissa doucement retomber au sol et ne se donna même pas la peine de faire l'effort de s'asseoir, préférant s'étaler sur le dos directement. La transformation avait été excessivement douloureuse et épuisante, et s'il une fois ce...troisième stade atteint, il se sentait invincible, le guerrier réalisait maintenant que l'effort exigé était exceptionnellement intense. Pas le genre de trucs qu'il pouvait se permettre de sortir à tour de bras, contrairement aux deux autres.

Un léger rire agita le Saiyan qui sentait ses yeux se fermer d'eux-même. Sa première transformation suffisait déjà à tenir tête à bon nombre d'horreurs dans l'Univers, cette troisième...serait simplement sa botte secrète, son atout ultime, la ruse finale.
Avec ça à sa disposition, peu lui importe de devoir piquer un somme juste après...s'il passait le troisième stade, rien ne lui résisterait. Absolument rien. Il serait invincible. Extatique, le guerrier sombra dans l'inconscience, et pour une fois son sommeil fut véritablement réparateur.

_________________
Thème suggéré par Gray, le nuancé.
Revenir en haut Aller en bas
Kodaïan

Rang B [Saiyajin]


Masculin Messages : 248
Age : 22
Zénies : 6700

Données du Personnage
Power Level: 10 475 400
Power Level en Kili: 2 00
Inventaire :

MessageSujet: Re: Au-delà de toute limite [Solo] (en cours)   Ven Oct 28, 2016 11:18 pm

Hmpf...combien de temps avait-il dormi ? Kodaïan se remit sur pieds, s'étirant longuement pour réveiller ses muscles avant de lever un oeil vers le ciel. Ce ciel éternellement bleu et dégagé, ennuyeux à en mourir...quoique c'était déjà fait. Au pif, le Saiyan aurait dit que cela faisait des heures qu'il roupillait...mais des heures comment ? Des heures un peu ou des heures énormément ? Tss...impossible de le savoir avec ce temps qui ne changeait jamais. Bah ! Ce n'était pas important.

La seule chose qui comptait, c'était d'être capable de transcender une fois de plus ses limites. C'était ça, le véritable accomplissement d'un bon Saiyan. Il fit craquer quelques os, puis se transforma en Super-Saiyan, balayant toute la poussière qui se trouvait autour de lui sur plusieurs dizaines de mètres. Bien. Toujours aussi naturel et efficace celui-là.
Le guerrier s'envola pour éviter de provoquer des catastrophes démesurées en accédant à ses niveaux supérieurs. Et puis, il était plus à l'aise dans les airs. Une fois assez haut, il prit une profonde inspiration et passa au stade suivant alors que son aura se gorgea d'éclairs crépitants. Celui-là aussi, il le connaissait bien maintenant.
Eux, étaient facile à activer désormais. Très facile à vrai dire, même le niveau deux.

Et maintenant...le guerrier doré poussa son énergie au maximum et commença à la concentrer en lui, il avait besoin de toute sa puissance et même encore plus pour réitérer son exploit de la veille. Il le savait, après avoir débloqué le premier Super-Saiyan, puis le deuxième, qu'un fois la transformation atteinte au moins une fois elle était plus facile à refaire, sans doute parce qu'il était ne serait-ce que conscient que ce soit possible.


"aaaaAAAAAHHHHHH !!"

Son Ki se mit à grandir et des éclairs crépitèrent furieusement autour de lui. De près comme de loin, son aura imposante ressemblait plus à un intense orage d'or qu'au pouvoir d'un guerrier en plein entraînement. Kodaïan continua à compresser son Ki, s'efforçant de revisualiser le barrage, et le torrent qu'il avait causé pour le faire céder. Quelque chose le gênait dans cette seule pensée, ce n'était pas aussi...naturel que la dernière fois. Mais qu'importe ! Il rassembla toute sa force avant de la laisser exploser avec une violence inouïe, libérant une onde de choc dévastatrice dans le vide. Lui qui aimait tant la discrétion, avec de tels exercices, il avait du mettre tout l'autre-monde au courant de son existence !

"Huf...huf...merde !"

Il s'était magistralement loupé. Au lieu d'une troisième transformation, le guerrier de l'espace avait juste fait exploser son Ki et s'était bien fatigué au passage. Ca l'enrageait ! Kodaïan détestait échouer, en particulier plusieurs fois. D'un naturel réfléchi, le Super-Saiyan préféra souffler profondément plutôt que se défouler sur l'environnement. Cette frustration était normale, et sa colère excessive était due au deuxième stade de sa transformation. Il n'avait pas de raison de se précipiter ou de s'affoler, même le simple Super-Saiyan il avait eu du mal à le refaire, au tout début.

Allez, remotivé, Kodaïan recommença à élever son Ki au maximum, puis à le compresser, enfermant son aura dans son corps, confinant son énergie comme s'il était un genre de grosse cocotte-minute. Heh, ça aussi c'était une bonne image. Une boite qu'on remplit à ras-bord et où l'on élève la pression, encore et encore. C'était douloureux, épuisant, il avait l'impression que la moindre de ses cellules entrait en ébullition lorsqu'il portait trop haut et trop longtemps sa compression...mais c'était l'idée. Il lui fallait plus de force, toujours plus !
Avec ça, il pourrait éclater une nouvelle fois ce foutu "barrage" !


"Allez, YAAAAAAAAAAH !!!"

Son aura éclata de plus belle alors que les éclairs se faisaient plus intenses quand le Super-Saiyan commença à repousser les limites de sa transformation. Il sentait son Ki déborder littéralement, c'était ça qu'il lui fallait ! Kodaïan poussa plus encore sa puissance, son corps tout entier vibrait de cette force extraordinaire qui s'échappait par tous les pores, jusqu'au bout de ses cheveux. C'était le signe qu'il était tout proche, il ne lui manquait pas grand chose !

Le guerrier insista, excité par la perspective de réussir. S'il y avait toujours ce fichu barrage, il ne servirait bientôt plus à grand chose ! Le fleuve d'énergie qu'il tentait de retenir passait déjà au-dessus et coulait de partout !
Mais...cette image fit tilt dans la tête de Kodaïan qui commençait à être à bout. Il relâcha sa concentration et son Ki, provoquant une déflagration irrégulière lorsque sa puissance excessive se dispersa librement et perdit sa transformation, se retrouvant dans les airs en sueur et haletant. Cette fois, sa frustration et sa colère n'étaient pas simplement dues à l'irritabilité du Super-Saiyan deux, mais bien à son propre échec. Comment avait-il pu aller si près de son but et se foirer à ce point !?
Exténué, il se laissa glisser au sol et s'allongea tout simplement pour regarder le ciel infini en reprenant lentement des forces, le moral au fond des chaussettes - bien qu'il soit toujours en sandales - en ne parvenant plus à formuler une pensée efficace. Jugeant qu'il n'irait pas plus loin aujourd'hui, Kodaïan se laissa emporter par le sommeil. Cela lui ferait sûrement du bien...

Mais trois jours plus tard, le Saiyan en était toujours au même point. La frustration et la nervosité de se savoir à deux doigts de la réussite définitive finissait par se montrer contreproductif. Le guerrier savait qu'il était sur la bonne voie, qu'il devait d'abord faire monter son Ki plus haut que prévu puis de "l'enflammer". Ses allégories du barrage et de la cocotte-minute lui plaisaient d'ailleurs bien, mais pourtant il en revenait toujours au même résultat.
Il pouvait compresser son aura, et la faire monter si haut qu'elle paraissait déborder. D'ailleurs, à ces moments, Kodaïan se savait bien plus fort qu'il ne l'était habituellement, même en Super-Saiyan 2...mais qu'importe combien de fois il essayait, s'acharnait, le stade ultime continuait à rester tout juste hors de portée.
Alors le troisième jour, le guerrier resta allongé par terre et réfléchit. C'était aussi épuisant physiquement que mentalement, de repousser sans cesse la limite de sa résistance comme ça. S'il avait été vivant, Kodaïan doutait même d'en avoir été capable. Aussi, une véritable pause lui ferait le plus grand bien...et puis, de toute façon tenter de forcer le passage n'était pas la solution.


"Où diable est-ce que je peux bien me foirer..."

Les deux premiers Super-Saiyans se ressemblaient beaucoup, et visaient à faire exploser sa force cachée. En y réfléchissant un peu, le niveau deux permettait même quelque part d'accéder à son véritable potentiel, au maximum de sa vraie puissance. Ça, il l'avait déjà compris avant, de même que le guerrier savait déjà que ce "niveau trois" serait un genre de combustion d'énergie accélérée. Pour reprendre l'analogie du barrage, au lieu de faire couler de l'eau par les vannes de façon régulière, même intense, il cassait la digue et déversait tout d'un coup. D'ailleurs, à n'en pas douter, un tel torrent d'énergie serait certainement suffisant pour écraser quiconque se dresserait sur sa route...mais il ne pourrait pas le tenir très longtemps.
...
Le singe torse nu fronça les sourcils avant de se gratter la joue. Et s'il était juste parti connement dans la mauvaise direction une fois qu'il était sur le bon chemin ? Cette histoire de barrage, qui le gênait tant depuis qu'il avait plus ou moins atteint une première fois le dernier stade...c'est parce qu'il l'avait déjà cassé peut-être ? Après tout, au moment de la transformation, il avait visualisé un immense lac, et c'est en détruisant la digue que toute cette "eau" avait pu déferler.
Or, depuis...il s'était concentré sur le barrage, mais jamais sur ce qu'il retenait. Bien sûr, Kodaïan ne s'en était jamais soucié vu qu'il s'épuisait jour après jour à compresser son Ki, à faire sa cocotte-minute. Sauf qu'à faire son bourrin comme ça, il faisait déborder son énergie...et donc il la gaspillait ! Au lieu de faire monter le niveau du lac, il l'agitait comme un enfant dans un bain et faisait passer l'eau par-dessus le barrage, mais ne le faisait pas céder !

D'un mouvement souple, le guerrier se remit sur pieds. Là, il tenait peut-être quelque chose pour de vrai ! Bon, dans un premier temps, reprendre de l'altitude. Ses vagues de forces devaient déjà faire jaser quelques personnes, alors mieux valait éviter de transformer le Paradis en no man's land. Kodaïan retourna se percher jusqu'aux limites du raisonnable, à son goût, puis se transforma une première fois. Cette sensation était toujours aussi agréable...il se sentait lui-même, mais tellement plus puissant. Le rêve de tout Saiyan !


"Yah !"

Il passa le second stade et son aura se mit à nouveau à crépiter de puissance. Lui, c'était le plus délicieux des deux. Kodaïan perdait en patience, mais il se sentait tellement bien, tellement...Saiyan qu'il n'en avait cure. Lentement, il fit monter sa puissance en gardant bien en tête son dernier raisonnement.
Dans un premier temps, il visualisa un barrage. Non pas un blocage plus ou moins naturel qu'il lui faudrait franchir de force non, mais une digue qu'il fabriquerait lui-même. Il l'imagina, haut, épais, fier. Le genre de structure que son peuple aurait aimé construire, s'il en avait eu besoin. Un véritable mur à la mesure de son orgueil. L'image lui plût, Kodaïan le voyait si bien, si nettement qu'il avait le sentiment de pouvoir remarquer même les pierres mal enchâssées.
Ensuite, le lac. Au lieu de se forcer comme d'habitude, de se précipiter, le Super-Saiyan s'imagina dans ce paysage. Son corps se changea en d'innombrables et fières montagnes, et son Ki intense prit l'apparence d'autant de sources qui coulaient jusqu'au pied de la digue. Lentement, son aura parut s'étouffer d'elle-même, comme une bougie en fin de vie, alors que son corps se chauffait petit à petit sous l'énergie dont il se gorgeait.

Combien de temps resta-il ainsi, les yeux clos et immobile dans le ciel, son aura crépitante se réduisant à mesure que sa puissance augmentait. Dans sa tête, la digue ne bronchait pas, stoïque, alors que le lac se remplissait encore et encore. Cela avait quelque chose de...fascinant. Plus il élevait le niveau de l'eau, plus le barrage semblait haut. C'était même amusant quelque part.
Puis il sentit ses fleuves s'amenuiser, les sources originelles arrivant à leur limite. L'étendue d'eau retenue ne gonflerait donc pas plus, le maigre apport suffisant seulement à compenser ce que le barrage laissait couler. Bien.


"C'est parti. RAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH !!!"

Rapidement, ce paysage à la puissance aussi immense que calme s'agita d'une véritable tempête. Les éléments se déchaînaient en de violents ouragans et orages. Kodaïan n'avait pas oublié, la façon de concentrer son Ki pour le pousser au-delà de sa limite normale, ni la sensation d'allumer sa puissance comme on allumerait une mèche. C'était peut-être là qu'il avait bloqué les dernières fois, car il ne parvenait pas à visualiser comment mettre le feu à un lac ou à de la pierre.
Mais cette fois, ça serait différent. Le barrage ne retenait plus une simple eau, mais un véritable océan d'un fluide doré, dont le rayonnement répondait à la force qu'il possédait. Plus cette "eau" luisait des couleurs du Super-Saiyan, plus la digue paraissait vibrer et s'ébranler. Des poussières et des graviers commencèrent à dégringoler alors que le lac s'agitait, en pleine tourmente. C'était bon signe ça, ça lui rappelait quand il avait réussi la dernière fois.
Sauf qu'au lieu de se précipiter comme les précédentes tentatives, Kodaïan continua à faire briller cet or liquide. Son éclat toujours plus vif commençait à lui rappeler celui d'un soleil.
Bientôt, le barrage commença à se fêler. La tempête projetait avec rage l'énergie qu'il retenait contre lui et chaque nouvelle vague creusait un peu plus les sillons qui y naissaient. Ce n'était toujours pas suffisant pourtant...

Dans un long hurlement plus fort encore que les autres, Kodaïan tira sur ses plus profondes réserves, comme si les montagnes qui alimentaient le lac crachaient d'un seul coup leurs sources les plus cachées, libérant une véritable marée qui déferla sur le barrage, ajoutant leur violence soudaine à celle de la tourmente.
Et le mur de pierre vola en éclats, emporté par ce torrent de puissance, alors que le Super-Saiyan voyait son corps gonfler et ses cheveux s'allonger interminablement - ainsi que ses sourcils disparaître, mais ça il ne le voyait pas - quand sa puissance atteignit enfin son plus haut sommet, stabilisant sa forme finale.

Une nouvelle fois, Kodaïan resta calmement en suspension et savoura sa victoire. L'énormité de l'eau qu'il avait emmagasiné coulait abondamment, comme s'il déversait véritablement des quantités au-delà de l'absurde de force pure rien qu'en se tenant comme ça. Finalement, il commença à effectuer quelques gestes de base. Des coups de poing simples, quelques enchaînement de pied, des figures élémentaires de vol. Il s'essaya même à des Kikoha enfantins.
Il testait le pouvoir de sa nouvelle transformation. Même les mouvements les plus basiques qui soient, exécutés presque distraitement, possédaient une force phénoménale. Sa très longue chevelure d'or représentait une gêne pour lui, mais ce n'était qu'une gêne secondaire. Quelle importance de se faire recruter pour une marque de shampoings quand on possède une telle puissance ?
Continuant à se battre contre le vent, Kodaïan réalisa que l'excitation du Super-Saiyan deux était toujours présente. Pire même à vrai dire, la puissance tendant à attiser les instincts sauvages de son peuple. C'était...bien.
Cédant à la tentation, il poussa son Ki très haut et exécuta des mouvements plus complexes. Feintes enchaînées, ripostes en combinaison de Kikoha et corps-à-corps, zigzag et virevoltes aériennes... Il aimait être aussi puissant. Sous cette forme, pour le temps qu'elle durerait, Kodaïan se sentirait invincible.

Avec un fond de regret, le guerrier finit tout de même par abandonner sa transformation et retomba directement à son état normal. Epuisé par le contrecoup, le Saiyan prit bien note qu'il redeviendrait extrêmement vulnérable dès que sa troisième forme prendrait fin. Une véritable botte secrète au final, un atout de la dernière chance. Difficile à réaliser, long à mettre en place et très lourd de conséquences...mais irrésistible une fois atteint.


"Pfiou...j'irais bien me faire une bouffe avec Lettucia pour fêter ça tiens."

Ouaip. Toute la pression et la frustration retombant, sa concentration relâchée, le Saiyan réalisait que cela faisait des jours et des jours et des jouuuurs qu'il n'avait absolument rien mangé. Son estomac se pressa de protester très énergiquement, et aussitôt le guerrier prit son envol pour retrouver sa frangine.
Un énorme festin ouais, ça ferait du bien après tout ça.

_________________
Thème suggéré par Gray, le nuancé.
Revenir en haut Aller en bas
Kodaïan

Rang B [Saiyajin]


Masculin Messages : 248
Age : 22
Zénies : 6700

Données du Personnage
Power Level: 10 475 400
Power Level en Kili: 2 00
Inventaire :

MessageSujet: Re: Au-delà de toute limite [Solo] (en cours)   Mer Nov 09, 2016 11:21 pm

Un festin ! Voilà ce que se tapa Kodaïan pour se remettre de ses épreuves. Un bon gros gueuleton à la Saiyanne, entrecoupé de "slurp" entre deux "gloups" et "croc" déchaînés. Heureusement que la physique et les biens matériels étaient très relatifs au Paradis, car sinon le guerrier fort de sa réussite aurait probablement dévalisé les stocks de nourriture.

Un temps indéterminé plus tard, probablement à compter au bas mot en heures, Kodaïan entrouvrit un oeil, sceptique. Il était allongé sur une pierre, sous ce qui semblait être un...soleil. Si on veut. Avec un blackout des derniers événements. Prenant le temps de s'asseoir, le guerrier se gratta le nez. De mémoire, il était en train d'engouffrer jusqu'à plus faim...visiblement, il avait aussi dépassé sa limite de ce côté-là.
En regardant les alentours, le paysage avait l'air d'être un peu plus à son goût que les plaines qu'on trouvait souvent ici. Sans doute s'était-il plus ou moins traîné en volant jusqu'à ce caillou qui lui rappelait les perchoirs où il aimait tant se reposer de son vivant.


"Pfwah..."

Hé bien, voilà qui faisait un bien fou ! Réussir à se bourrer l'estomac jusqu'à s'endormir comme un sac. Rien de tel pour se remettre d'aplomb tiens ! Enjoué par son succès, ce festin et par ce sentiment de bien-aise, Kodaïan se transforma aussitôt en Super-Saiyan et commença à s'échauffer par des enchaînements basiques dans le vide, alternant poings et pieds, coudes et genoux en d'incessantes rotations et tourbillons, virevoltants dans tous les sens en augmentant toujours plus sa vitesse d'exécution.
C'était pas trop mal, tout fonctionnait bien de la tête aux pieds. Parfait, histoire de corser un peu les choses, le guerrier doré tira une pluie de Kikoha, superposant les rafales multiples en cloche pour se viser lui-même à leur retour. Ce n'était absolument rien comparé à ces exercices sérieux, mais ça ferait une bonne mise en bouche.
D'ailleurs, il voulait tester un peu ses limites. D'une simple pensée, d'un effort de concentration, ses cheveux se hérissèrent plus encore sur son crâne et son aura augmenta de façon conséquente, se parsemant d'éclairs menaçants alors qu'il sentait son appétit pour les défis le tenailler.

Kodaïan regarda ses innombrables projectiles retomber. Avec leur "faible" puissance, il aurait pu en encaisser des centaines comme ça sans même broncher. Mais ce n'était pas l'objectif. Il les observa, se rapprochant du sol telle une véritable pluie de feu doré.
Un instant avant que les premières n'heurtent la terre, le Super-Saiyan 2 se propulsa brutalement, laissant une profonde trace de pied dans le sol en craquelant le plancher des vaches sous son impulsion et se mit à filer comme un éclair entre les boules de Ki. Sans user de force, il se faufilait à toute allure entre les centaines de tirs et les réexpédiait vers les cieux, ne marquant enfin une pause, à peine essoufflé, que lorsque le dernier Kikoha était reparti prendre de l'altitude.
Il tendit soudainement le bras et tira un rayon puissant, soufflant net les nuages d'énergies qui se regroupaient là-haut. C'était...divertissant. Sans plus. Devoir foncer à un tel niveau avait eu le mérite de l'amuser quelques secondes au moins, mais à force de placer la barre toujours plus haute ce genre de petit jeu tendait à le lasser rapidement.

Bon, de toute façon, inutile d'essayer de se leurrer, Kodaïan savait très bien ce qu'il voulait faire. Il bondit pour prendre de l'élan et poursuit son ascension en volant. Trop près du sol, il risquait de causer de lourds dommages autour de lui et ça allait lui retomber sur le nez d'une façon qui ne lui plairait certainement pas... Une fois suffisamment haut, bien moins que lors de ses derniers entraînements, car il ne comptait pas essayer de repousser à ce point ses limites, le Super-Saiyan chargea puissamment son énergie dans ses deux mains. Simultanément, il tira deux Pluie d'étoiles vers le ciel, se prenant lui-même pour cible. Avec ça, il aurait un peu plus de challenge déjà.
Aussi calmement que le permettait le niveau 2, Kodaïan regarda les boules de feu s'élever jusqu'à ce qu'elles éclatent en d'innombrables projectiles entourés d'énergie crépitante. Ça y est, ça commençait.

Fermant les yeux pour mieux se concentrer, le guerrier doré se replia sur lui-même, centrant toute sa volonté et ses sens sur lui-même pour sentir et manipuler précisément son Ki. Désormais, il connaissait la vraie méthode... Visualiser, concentrer, retenir pour mieux libérer après...mais pas d'une façon aussi basique.
La vraie difficulté, en particulier lorsqu'une pluie de météore de Ki s'approche, de ce...Super-Saiyan-3 n'était pas de préparer la force nécessaire à le déployer. Cela, même sans sa technique de compression, Kodaïan en aurait été capable. Après tout, c'était l'essence même des Saiyans que de jouer avec du Ki. Même un enfant savait lancer une boule de feu, ou bien concentrer sa force pour en lancer une plus grosse.
L'obstacle qui posait réellement problème était la façon de l'utiliser. Le laisser exploser d'un seul coup c'était du gâchis, une vulgaire technique qui ressemblait à un Kiaï excessivement dépensier. Le retenir plus longtemps, comme pour ses techniques de compression, c'était s'infliger un vilain supplice pour pas grand chose, sinon utiliser une technique "classique"...en plus fort.
Non, il fallait se voir comme une torche, un bûcher, un immense brasier qui n'attendait que d'être allumé et son Ki serait son combustible. Mais pas seulement celui qu'il visualisait, qu'il ressentait ou qu'il pouvait concentrer, c'était bien plus fort et profond que ça...et infiniment plus vaste aussi. Il ne devait pas juste consumer sa puissance, mais appeler jusqu'à ses plus profondes réserves, à son pouvoir tout entier pour se surpasser au-delà de ce qui aurait du être possible.

L'air se mit à vibrer tandis que Kodaïan se concentrait sur l'exploitation de son Ki jusqu'à en oublier la présence de ses attaques retombantes. Il devait ressentir sa force réelle, puiser jusqu'à ses dernières ressources...et tout activer à la fois, faire sauter la plus petite limite qui pouvait exister dans son corps de Super-Saiyan.
Son aura enfla rapidement alors qu'il hurlait pour libérer son pouvoir grandissant, se déchargeant de la pression effroyable que subissait son corps sous un tel effort alors que ses cheveux grandissaient. Il n'avait pas fini de se transformer que les premières sphères d'énergie commencèrent à exploser sur lui, puis des vagues entières s'écrasèrent sur son aura en provoquant un immense nuage de fumée avant qu'il ne libère une violente onde de choc en se tendant à la fin de sa transformation, la puissance brute du troisième niveau souffla net le brouillard et les Kikohas restants.

Ce sentiment d'invincibilité était aussi grisant que frustrant songeant Kodaïan en s'essuyant le coin des lèvres. Un peu de sang resta sur son poignet, séchant rapidement sous la chaleur de son aura solaire. Le Super-Saiyan le frotta contre sa cuisse en songeant que sa transformation était vraiment dangereusement lente. Certes, il commençait à pouvoir la faire obéir à sa volonté...mais même avec tout l'effort dont il était capable, elle était tellement longue à préparer. Tellement...vulnérable, avant d'être achevée, que c'est peut-être lui qui se ferait avoir avant.
Et puis...lors du dernier essai, Kodaïan avait réalisé le plus gros défaut du troisième niveau, la dépense d'énergie. Sa nervosité ne se manifestait pas exactement de la même façon, mais elle était présente, plus arrogante que jamais avec un pouvoir aussi phénoménal. Sauf que ce n'était qu'une façon d'accélérer l'utilisation de son Ki, pas de le démultiplier comme avec les deux premiers stades. Quand le Super-Saiyan de base lui offrait de rester lui-même avec un pouvoir bien plus élevé et que le niveau deux lui offrait de sacrifier son calme pour une force colossale, ce dernier stade était un pari. S'il échouait, c'était fini, tout simplement. Pas de seconde chance.
Le guerrier recommença à envoyer des rafales de coups de poing devant lui, à toute vitesse. Combien de temps pouvait-il tenir ? Combien de temps pour s'en remettre ? Et le plus inquiétant, le fait d'être mort apportait quelque chose de...sécuritaire. Son corps n'était plus qu'une âme, une entité spirituelle, énergétique, ou autre, peu importait quoi, était infiniment moins "fragile", même si ce concept était difficile à envisager. Si, en tant qu'âme, ce troisième niveau était déjà si dévastateur pour lui-même alors quels seraient ses effets sur un corps de chair et de sang ?

Sous une impulsion violente, Kodaïan tira une puissante sphère de Ki vers le sol avant de sortir de sa réflexion dans un sursaut et un grincement de dents. Merde, une autre conséquence, sa perception du monde était altérée tant par sa puissance que par son orgueil. Il ne considérait pas ce Kikoha comme dangereux, à peine mieux qu'une salutation vigoureuse...mais si cette saleté touchait le sol, ça ferait un énorme boum. Et ça, ça ne serait pas bon du tout.
Démarrant au quart de tour, il fila en un instant sous le projectile qu'il repoussa d'un grand coup de pied dans un bruit terrible, puis disparut aussitôt pour se placer à nouveau derrière son tir et l'expédia une nouvelle fois, de côté cette fois, et se prit au jeu, ne cessant de voler comme une fusée d'or d'un côté puis de l'autre de la sphère de Ki pour l'expédier dans tous les sens comme une furie.
Trop habitué à finir ainsi ce genre d'enchaînement, Kodaïan conclut machinalement son exercice par un énorme smash du pied retourné, propulsant l'énorme Kikoha vers le sol avant de se frapper le front. Bordel, mais quel idiot ! C'était précisément ce qu'il voulait éviter ! Décidément, cette transformation n'avait vraiment pas que des avantages.

Partant à nouveau à toute vitesse, cette fois il ne renvoya pas la balle et l'intercepta vigoureusement, l'arrêtant net dans son élan alors que son énergie rayonnait et crépitait au contact de son créateur. Le guerrier sentait sa puissance brûlante, sa pression...mais ce n'était rien comparé à ce que ce niveau lui offrait. Par la force pure, il réexpédia le Kikoha vers les cieux qui alla exploser haut et loin, avant de mettre fin à sa transformation, sentant déjà le contrecoup tomber même lorsqu'il y mettait lui-même un terme.
Bon, au moins, la troisième forme pouvait tenir largement assez longtemps pour qu'il coupe court à un combat, pour ainsi dire...du moins, avec ce corps non-vivant. Cette petite simulation avait été satisfaisante, le Kikoha qu'il avait maltraité aurait largement pu remplacer une cible au pouvoir à peu près égal à son Super-Saiyan 2, ce qui le laissait assez confiant quant à ses performances possibles dans un combat réel. Même s'il ressortait exténué d'exploiter au maximum toutes ses ressources d'un coup, le résultat serait très certainement à la hauteur de ses espérances.

Moins fatigué que les dernières fois, très certainement car il avait mis fin lui-même à la transformation au lieu d'attendre d'être à bout de forces, Kodaïan put reprendre son envol relativement sereinement et s'autorisa à se détendre un peu. Il maniait à peu près correctement le processus de transformation, même s'il y avait encore beaucoup de travail à faire, ne serait-ce que pour la réaliser car pour le moment elle était bien trop difficile à utiliser pour l'exécuter en combat réel, puis aussi pour se maîtriser lui-même une fois disposant d'un tel pouvoir.
Mais pour développer le détail, il aurait tout son temps. Déjà, mis à part le petit...contretemps avec sa balle de ping-pong létale, les contrecoup de la troisième formes se faisaient plus discrets cette fois-ci. Moins de fatigue, moins de dégâts collatéraux, plus de contrôle...enfin, à première vue. Le Saiyan en était sûr, il était vraiment sur la meilleure des voies.

Cependant cette course folle à l'entraînement l'avait vraiment épuisé mentalement, même après une telle sieste et un festin pareil. Même lui avait besoin de relâcher un peu la pression, et pour ça rien de tel que de passer un peu de temps en compagnie de sa soeur, de lui raconter des histoires de batailles, d'étoiles, ou de batailles entre les étoiles. Lui parler des innombrables paysages qu'il avait pu voir tout en se gavant comme de bons Saiyans.
Oui, après tout ça, il méritait bien de lever un peu le pied. Bon, bien évidemment il retournerait s'entraîner probablement dès le lendemain...mais sans essayer de se faire tomber dans les pommes sous la dépense d'énergie. Ce serait pas mal. Après tout, s'il ne se ménageait pas un peu, même son corps spirituel allait finir par craquer. Et puis s'il continuait à se faire mal comme ça, Lettucia allait probablement lui passer le plus terrible savon de tout l'Autre-monde et le guerrier de l'espace ne tenait pas à figurer sur la couverture du guiness book des martyrs, maltraité par sa propre cadette qui ne devait pas avoir le millième de sa puissance naturelle.
Ca serait vraiment ridicule. Et il n'aimait pas être ridicule...surtout quand tuer ceux qui se moquent de lui lui vaudrait de se faire encore plus engueuler par sa frangine. C'est vraiment pas pratique d'aimer quelqu'un, de ce côté-là, sa philosophie solitaire et renfermée ne l'avait pas induit en erreur.

_________________
Thème suggéré par Gray, le nuancé.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Au-delà de toute limite [Solo] (en cours)   Aujourd'hui à 6:54 am

Revenir en haut Aller en bas
 

Au-delà de toute limite [Solo] (en cours)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Super Moto de Bilstain.
» cours de latin
» Cours informatique
» Amphi pour les cours de Ninjutsu
» Cours d'utilisation du sabre (Ouvert à tout le monde)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dragon Ball Reborn  :: Univers :: Espace :: Zones Restreintes :: L'Autre Monde :: Paradis-