Partagez | 
 

 La face cachée (Pv Mj)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ferliost

avatar


Masculin Messages : 241
Age : 21
Zénies : 4280

Données du Personnage
Power Level: 8 819 734
Power Level en Kili: 175
Inventaire :

MessageSujet: La face cachée (Pv Mj)   Sam Oct 22, 2016 6:07 pm






La face cachée


De retour en chasse !

Cela faisait... Quelques mois... Quelques mois que j'avais obtenu mon diplôme d'histoire et avait mis un terme à mes études. Quelques mois qu'au grand dam de ... et .... je n'avais nul travail officiel, mais demeurait aux côtés du Wolfpack, veillant à ce qu'ils tiennent leur engagement à mon égard... Quelques mois que j'avais eu la confirmation de l'existence de ces prétendus démons par certain membre de mes nouveaux "alliés", mais que pourtant je doutais. C'était juste aberrant pour moi ! Mais en même temps, il y avait eu Naraki, Ryanne, et maintenant eux mêmes qui affirmaient leur existence ! Pourtant ils devaient se tromper ! Ils ne pouvaient QUE se tromper ! Je le sais, je le sais... Et je leur ai dit ! Ils ont semblé énervé, de plus en plus, puis finalement, récemment, ils m'ont dit qu'ils avaient une preuve, qu'ils avaient trouvé la piste d'un de ces démons dans une terre inoccupé, et que si je doutais encore je pourrai "Enfin me rendre utile et aller l'éliminer plutôt que d'être dans nos pattes". Bah, comme si quelques mots pouvaient vraiment les gêner ! Enfin, ça n'allait être que l'affaire de quelques jours, et ça me permettrait de montrer qu'il s'agissait sans doute juste d'un envahisseur quelconque et que c'étaient eux qui avaient mal compris ! Ou bien peut être qu'ils mentaient et que c'était le meilleur moyen qu'ils avaient trouvés pour que j'arrête de leur parler... C'est idiot ! Il leur aurait suffit de me dire qu'il s'agissait d'un envahisseur et j'y serai allé ! Je m'ennuie moi depuis le temps ! Surtout qu'entre temps j'ai pu reforger mes chères faucilles et que j'aimerai bien les étrenner ! Après tout, les précédentes m'avaient permis de vaincre un adversaire tel que Gray,  alors avec elles… je n'aurai rien à craindre de cet adversaire, ni de bien d'autres. A ce sujet, j'ai bien essayé de retrouver cette garce de Ryanne, mais... Elle se cache je crois, ou bien je cherche mal... Mais je n'ai pas envie d'impliquer le Wolfpack dans ça aussi... Elle est à moi... Et à personne d'autre.

Bref ! Sur leur invitation je me suis donc dirigé vers le lieu indiqué, quelque peu impatient ! Bon, c'est vrai, leurs informations sur ma cible étaient plus que réduite, en dehors du fait qu'elle avait une apparence humaine et de sa localisation ils ne savaient pas grand chose... Ce qui à mes yeux signifie qu'il ne est trop faible pour être remarqué, et risque pas d'être très amusant, il ne va pas survivre assez longtemps...  Enfin, au moins, la tâche fastidieuse de la traque m'est épargnée, ainsi mes pas me mènent vers les ruines d'un village, enfin si je puis dire ainsi puisqu'il est vrai que je cherche à mieux maîtriser mon vol, et de fait je l'utilise dès que je le peux, . On ne sait pas trop ce qui est arrivé à ce lieu, mais on suppose que c'est lié à ce soit disant démon, raison de plus pour s'en débarrasser, hein ?

Cependant, le dit endroit est assez éloigné, et il me faut ainsi quelques jours pour y arriver. Ah ! Il y a intérêt à ce que je n'ai pas perdu mon temps, sinon ils vont m'entendre lorsque je reviendrai à la base… Et s'il s'avère qu'ils ont profité de mon absence pour faire certaines choses… Oooooh, j'aurai au moins quelque chose sur laquelle passer ma frustration ! Enfin, avant d'y penser, je dois vérifier leurs propos et je ne devrai plus être …

Feu…. Douleur… Pourquoi… ?

Qu'est ce que ? Qu'est ce que je fais là ? Pourquoi je suis déjà au centre du village ? J'étais juste à l'entrée quelques secondes avant, entre deux maisons qui…

A moi… Seul… Au secours…

Encore une absence, mais je me suis juste assis sur les vestiges d'un puits cette fois. C'est… Vraiment bizarre. Est ce que ma proie est vraiment là ? Est ce qu'elle joue avec mon esprit ? Non… Ça ne doit pas être ça ! Ça serait idiot de ne pas en avoir profiter pour m'attaquer ! Surtout que le décor se prête bien à le dissimuler. Des ruines, rien que des ruines, noircies trahissant les…

Papa ? … Maman … ? Lea… Non, non, non…

"NOOOOOOOOOOOOON !"


Qu'est ce que ? Ce...C'est la même chose qu'avec Ryanne, je ne contrôle pas ma pensée, et même pas certains de mes mots, ce simple mots que j'ai crié, sans savoir pourquoi. Non à quoi ? C'est ridicule ! Il n'y a aucune raison pour cela ! Oui des humains ont sans doute soufferts ici, oui certains sont morts, mais ça ne sert à rien de crier, de souffrir, de… de… De pleurer, car oui c'est bien ce que je fais et je m'en rends compte ! Mais ce n'est pas cela qui les ramènera ou les vengera, surtout que ça a l'air ancien, si ancien… Mais ça ne change rien, le coupable doit payer, il doit payer ! Ah… ah …. Je commence à comprendre.. Ehehehehe…. Oui, oui, tu as raison ! J'ai été si idiot, Ryanne, puis maintenant ma proie, tout deux en lien avec ces soit disant démons… Tsss… Ça doit être un de leurs méthodes, une technique que je ne comprends pas très bien. Or, moi, comme un idiot, je me laisse duper… Mais par contre, mon visage, mon véritable visage, lui, sait. J'ai oublié de l'afficher à la vue de tous en arrivant, mais c'est une erreur que je répare sur le champs. Il sait ce qu'il faut faire, ce qu'il en est, ne pas penser, ne pas réfléchir, juste leur faire payer. Ma main vient alors doucement effleurer sa surface, et je récupère mes lames, mes chéries que j'ai enfin reforgée… Oui, il se cache, mais il devra bien se montrer, et alors il sera vos première victimes !

En fait… je sais même déjà où il est allé, grâce à mon fameux instinct… mais il y a autre chose, seulement je ne saurai pas trop dire quoi. Bah ! Peu importe, ce qui compte c'est que je le trouve, et que je ne lui laisse aucune chance. Il joue, et j'aime ça, seulement on parie toujours avec moi, et la somme est toujours très élevée. Ainsi, c'est avec un fin sourire que je me dirige vers une des seules maisons dans un état encore à peu près convenable…

Détail curieux, je ne me rends pas compte qu'il fait froid. Pourtant je tremble ! Hm, je vais devoir faire attention à ne pas laisser mes doigts s'engourdir. Après tout les preuves doivent être dans un assez bon état pour montrer à ces scientifiques qu'ils se sont trompés, hein !






_________________
Attaque : 2 158 000 - Défense : 700 000 - Vitesse : 3 100 000 - Magie : 262 134 - Résistance Magique : 2 600 000


Dernière édition par Ferliost le Mer Nov 23, 2016 4:46 pm, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La face cachée (Pv Mj)   Mer Oct 26, 2016 1:42 pm

[POST MJ - Zobek]

Ce village, berceau de mon hôte, il était encore en ruine après l'attaque de mon cher ami. Une seule maison était resté debout, celle que mon hôte utilisait quand il était encore mortel.
Quelque chose se rapprochait, une énergie suffisamment élevée pour contester ma présence. Ce devait encore être un de ces humains supérieurs aux autres voulant jouer les héros en se débarrassant d'un pauvre démon. Mais aujourd'hui, il se frottera à la cathédrale du Chaos.

Dans la petite maison au bout du chemin que le terrien avait commencé à arpenter, une musique émanait, une musique calme, sans pour autant être rassurante.

Musique:
 

Alors qu'il se rapprochait, la maison changeait lentement d'apparence, dans une distorsion sombre, des escaliers se dressaient lentement à la place du chemin, la maison grandissant en prenant l'apparence d'une immense et lourde porte. Porte décoré par des sculptures de visages sans formes, et étrangement, l'humain avait l'impression que ces visage l'observaient. Ceci sans mentionné les différents symboles explicites qui servaient de dorures.
Revenir en haut Aller en bas
Ferliost

avatar


Masculin Messages : 241
Age : 21
Zénies : 4280

Données du Personnage
Power Level: 8 819 734
Power Level en Kili: 175
Inventaire :

MessageSujet: Re: La face cachée (Pv Mj)   Ven Nov 04, 2016 1:37 pm






La face cachée


En scène !

Alors que je progressais vers ma cible, vers cette maison, sans plus prêter le moindre attention à ce qui m'entourait, une musique, une mélodie me parvint... Une douce mélopée emplie d'intonation invitant à la peur et à l'angoisse, soit ma proie pensait que cela suffirait à m'effrayer, soit elle ignorait que je l'avais perçus et cherchait à m'attirer... Dans tout les cas elle était stupide ! Même si c'est prudent, peut être devrai je arrêter de m'attendre à certaines choses de la part de mes proies... Bah nous verrons bien, je ne suis pas encore fixé... Et oui tu as raison... Cette musique ne rend que le spectacle plus mémorable dans le fond ! Spectacle d'ailleurs qui a déjà commencé puisque la maison me semble de plus en plus étrange, devenant plus imposante, plus massive... Mais continue donc ! Je ne tomberai pas une nouvelle fois dans tes pièges ! Je ne me laisserai pas berner par tes illusions, peu importe que je les vois, cela ne m'arrêtera pas tant que mon vrai visage me guide ! Le chemin lui même se modifie, me forçant à lever davantage le pied pour gravir ses marches, mais peu importe... Tant que mon instinct me soufflera où tu es tu ne pourras pas me piéger, peu importe à quel point tu prépares la scène...

Néanmoins je dois te concéder cela, ma chère proie... Tu t'y es pris à merveille ! Pour notre rencontre tu as planté un décor remarquable, bien différente d'une maisonnette de campagne ! C'est une véritable merveille qui se dresse sur mon regard, et pas n'importe laquelle... Une qui suinte de ta corruption, marquée par tes crimes en tout point, de ces gliphes luisantes que je ne comprends pas à ces visages qui semblent m'observer. Me vois tu d'ailleurs ? Vois tu celui qui mettra un terme à tes actes ? Qui te fera payer le prix de ta culpabilité et de celles de tes pairs ?! J'espère que je suis à la hauteur de tes attentes, et que tu seras à la hauteur des miennes...

Et je l'avoue, mon geste, lorsque je pousse ces portes imposantes, est idiot, mais qui pourrait me blâmer ? Oui j'aurai sans doute pu passer par un des vitraux pour te prendre un peu plus par surprise, mais le bruit aurait été telle que... Quel intérêt ?! Et puis... Il y a autre chose, je ne sais pas vraiment, peut être une envie de continuer à me prêter au jeu, à moins que ça ne soit de la curiosité par le spectacle que tu m'offres, peut être suis je moi aussi un peu stupide... Bah la réponse sera donnée une fois que cela sera finie, celui étant encore debout ne pouvant pas être l'idiot de nous deux, hein ?

Qui plus est, cela semble en valoir la peine... Malgré leur taille, les portes ne sont pas si lourdes à pousser, et après un grincement sur leurs gonds je peux voir ce qu'elle renferme... Une véritable cathédrale, mais qui n'est qu'une parodie empreinte de corruption de ce qui est pour certain un lieu empreinte de pureté. Moi ? Je n'en ai rien à faire, et je dois au moins reconnaître que tu sais faire preuve d'ironie, même si ce n'était peut être pas ton intention... Mais ce qui attire mon regard c'est surtout ce que renferme cette bâtisse... Ce cristal noir enroulé de chaîne, semblant presque...Vivant... Est ce toi ? Ou une chose que tu dois défendre ? Je ne le sais pas trop, mon instinct est troublé. Dans tout les cas, quelque chose me dit que je dois le détruire, alors je m'avance vers lui, faisant légèrement tournoyer mes armes, l'esprit empli de hâte et d'anticipation.

Mais je n'oublie pas, non, non, non. Je n'oublie pas que ce cristal n'est peut être pas toi, alors... Je reste aux aguets, j'observe avec toute ma méfiance où est ce que tu pourrais te tapir, toi ou quoi que ce soit que ton illusion, à moins que ça ne soit la réalité enfin dévoilé, renferme...






_________________
Attaque : 2 158 000 - Défense : 700 000 - Vitesse : 3 100 000 - Magie : 262 134 - Résistance Magique : 2 600 000


Dernière édition par Ferliost le Mer Nov 23, 2016 4:47 pm, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La face cachée (Pv Mj)   Sam Nov 05, 2016 4:58 pm

[POST MJ - Zobek]

Il était entré, cet homme, se focalisant sur le cœur, il devait avoir deviné qu'il s'agissait de ce qui maintient la dimension stable... Mais ce n'était pas important, mon hôte claquer des doigts, faisant disparaître la plate forme où se trouvait le coeur vers les étages inférieurs. Apparaissant derrière l'autel, il regardait le jeune homme, armé de deux faucilles et d'un masque à vous faire trembler d'effroi.
Il avait d'ailleurs déjà commencer à les faire tourner avant que ne disparaisse le cœur. Les créature de la cathédrales commençant à se rapprocher de lui, notamment un chien de l'enfer, difforme et aveugle qui lui sautait dessus alors que les squelettes sortaient lentement de terre...

Pendant ce temps, la douce musique résonnait dans la grand-salle, Moi et mon hôte observant le jeune homme, cet homme si spécial... Il était surement assez bon pour éliminer les quelques créatures minables présente dans le hall, mais Orgueil, qui l'observait déjà se nourrissait lentement de la vision qu'il avait de notre invité, prenant lentement sa forme dans un coin sombre de la pièce...

Des grondements étaient audibles, les murs résonnaient et le jeune terrien était au centre de tout ce mouvement.

HRP ::
 
Revenir en haut Aller en bas
Ferliost

avatar


Masculin Messages : 241
Age : 21
Zénies : 4280

Données du Personnage
Power Level: 8 819 734
Power Level en Kili: 175
Inventaire :

MessageSujet: Re: La face cachée (Pv Mj)   Lun Nov 07, 2016 9:25 pm






La face cachée


Minions et viscères


Rassure moi, tu ne vas pas juste rester là rien faire, pendant que je m'avance vers toi ? Tu as bien dû prévoir autre chose pour m'avoir invité de la sorte dans ton repaire ? Je SAIS que ça ressemble à un piège, alors j'espère que tu comptes l'appliquer tôt ou tard tout de même ! Mais alors que le cristal disparaît sous mes yeux, il semble je me sois fourvoyé, ce n'était pas toi... Non... Toi, c'est l'homme qui se tient devant moi à présent, au delà de l'autel. Mon instinct était incertain jusque là, mais je n'ai nul doute maintenant que je te vois. Je le sais, c'est toi... C'est toi qui est à l'origine de tout cela, de tant de choses... Je suis venu pour quelque chose se faisant passer pour un démon. Ce n'est pas pour toi que je suis venu... Mais c'est toi que je cherche, plus que bien d'autres, hein ? Tu n'est pas un coupable comme les autres, non, tu n'est même pas LE coupable ! Tu es entre les deux, tu... Je t'ai connu, je le sais... J'ai cru en toi, c'est la sensation que j'ai...Tu...Tu es le TRAÎTRE ! Je te connais, même si je ne sais pas... Je ne sais plus qui tu es...

Ahahaha ! Et que crois tu donc ?! Ce cristal noir t'es sans doute précieux, sinon il n'aurait pas disparu de la sorte, hors de ma portée, et tu n'aurais pas été jusqu'à te présenter devant moi ! NON ! Un individu comme toi c'est lâche et vicieux ! Ce que je respecte sur certains points, mais tu ne me feras pas croire que tu t'es montré sans aucune raison ! Tu es là car tu n'as pas le choix, à moins que... A moins que c'est parce que tu savais déjà que le spectacle ne commençait pas, mais qu'il se poursuivait, et que toi qui en a été acteur, tu veux en voir la conclusion, espérant sans doute que ça soit celle que tu as planifié !

Pas de chance pour toi, je suis acteur mais pas pantin ! La pièce je l'écris autant que toi, et crois moi, ma plume est plus aiguisée que la tienne ! En veux tu un aperçu ? Je te l'offre avec ces figurants que tu me présentes ! Ah oui, car tu crois vraiment que je ne les ai pas aperçu ?! Oh, ça aurait pu, c'est vrai que tu es si... Obsédant que j'aurai pu baisser ma lame, mais non, non... Comme je le pensais c'était trop simple pour que tu ne me mettes pas quelques obstacles.

Aussi négligeable soient ils... J'ai affronté un de ces envahisseurs capable de se transformer en singe géant ! Un des fragments de son armure orne même mon véritable visage et tu PENSES qu'un simple caniche, aussi gros et hideux soit il suffira à m'arrêter ! Ah, mais je dois lui reconnaître qu'il essaye ! Ce molosse qui peuplerait aisément les cauchemars des enfants se jette en effet sur moi, un bond puissant, rapide, que j'aurai sans doute été incapable d'éviter il y a encore deux ans... Mais cela me semble si facile, il me suffirait d'un pas sur le côté  pour l'éviter. Seulement, cela ne m'amuse pas, et ne ferait que te faire penser que je le crains, que j'ai peur de toi et de tes mignons.

Non... Non... Cette fois... Cette fois c'est à TOI d'avoir peur !


Ainsi je ne cherche pas à me reculer ou à me décaler. Au lieu de cela, je m'élance vers cette bête difforme, alors qu'elle est en plein ! Elle est bien plus massive que moi, mais je ne cherche pas son impact... Au lieu de cela, je m'abaisse en plein milieu de ma course, mon dos est exposé, il va me retomber dessus et m'écraser sous son poids, ce serait la suite logique des choses de par les risques que je prends. Mais je ne suis pas un individu logique ! De fait cela se passe différemment. Avant que sa masse ne m'atteigne, que ses pattes frappent mes mes épaules ou mon crâne, mes faucilles fendent l'air, l'une se plante dans sa mâchoire, l'autre dans son ventre ! La bête se débat, elle gronde, mais c'est trop tard, et surtout bien vain. C'est drôle, elle me semble si légère malgré sa carrure, que je peux la porter à bout de bras... Son sang commence à ruisseler le long de mes lames, puis de mes bras. Elle n'est pas encore morte, mais ça ne va plus durer... Me servant de ma faucille plantée dans sa mâchoire, calée contre un os, comme d'un levier, je fais passer la bête au dessus de moi, mais sans bouger mon second bras, de tel sorte que ma précieuse lame plantée dans son ventre ouvre ce dernier sur toute la longueur, répandant ses entrailles au sol et m'éclaboussant de sang... L'instant d'après, mes lames , emportées par son poids mais retenues par ma force, s'extirper de son corps qui percute le sol en un son sourd. La bête est encore parcourue de spasmes, mais elle mourra rapidement.

Rassure toi, ce n'est pas ce qui t'attends...

Mais l'odeur du sang m'assaille, cette odeur âcre, maintenant familière, une de ces odeurs que je t'associe sans m'en rendre compte... La sens tu toi aussi ? Comme tu as dû la sentir ce jour là... CE jour là...

Comme les flammes, les cris, la douleur, les larmes....

Un choc m'arrache à mes pensées, un coups au visage, violent... Par réflexe je porte ma main sur mon vrai visage... Non, il est intact, et à vrai dire, je ne ressens presque pas de douleur, mais tu as raison. Je dois être plus vigilant, t'écouter, ne plus me laisser aller. Une nouvelle erreur, heureusement son conséquence... Et mon sourire me revient alors, adressé à la cantonade... Ou devrai je dire à un simulacre de cantonade, en la personne de ces squelettes qui se bougent. une vision étrange, mais... C'est ton oeuvre hein ? Tout comme cette cathédrale même sans doute... Je pourrai avoir un scrupule à profaner ainsi des corps, mais au vu de la façon dont tu les utilises, je crois qu'hormis les derniers sacrements, que je ne puis leur offrir, c'est encore la meilleure chose à faire.

Remerciez moi alors... Et c'est avec un large sourire que je me tourne vers celui m'ayant attaqué, ma faucille suivant le mouvement, venant frapper sa cage thoracique, qui vole en éclat, disloquant toute la structure... Si c'est tout ce que tu as à m'opposer tu vas juste me ralen.... Oh, mais c'est ça ton plan ! Dommage pour toi que je me sois repris et que tes créations soient aussi misérables ! Tes pantins d'ossements, enfin ceux qui restent, essayent bien de faire comme leur congénère, de m'atteindre, quand bien même cela devait avoir un résultat aussi misérable ! Ils sont si lents, si faibles... SI fragiles... Ce serait presque cela la pire insulte que tu leur ais fait ! Dès l'instant où ils arment leurs assauts, mes lames ont déjà frappés leurs corps, les réduisant en miette, les renvoyant au sol où ils auraient dû reposer. La vision, me trouble... Et un grand rire m'échappe alors que je reprend mon avancée, commençant à courir vers ma proie, lui hurlant.

"AHAHAHA ! TU ES DONC SI PATHÉTIQUE QUE TU FAIS PLUS CONFIANCE A DES MORTS QU'A TOI MÊME POUR TE BATTRE ?!"


C'est vrai... J'aurai pu dès le départ voler, m'élever vers les hauteurs de la cathédrale et me mettre hors de portée de ses créations et les ignorer, cela m'aurait sans doute fait gagner du temps, ce temps qu'il souhaite acquérir autant que possible... Mais je veux... Je veux qu'ils voient ses tentatives réduites à néant ! Je veux qu'ils me voient m'approcher de lui, lui paraître implacable, inarrêtable, lui donner un avant goût de son sort avant même que je ne le touche... Et tant pis si en faisant ainsi je lui donne au final ce qu'il veut. Au final, je rirai le dernier... Ta structure semble d'ailleurs comprendre cela, elle gronde, elle tremble, de façon presqu'obsédante, les bruits d'une bêtes aux abois qui chercherait à faire fuir son prédateur par des grognements !

Mais elle ne fait rien visiblement, rien pour elle, rien pour toi, alors que je cours, de plus en plus rapidement dans ta direction... Tu ne bouges même pas ? As tu compris que c'était inutile ? Acceptes tu ton sort ? Non... Ça ne serait pas drôle, tu dois bien avoir une dernière surprise, continuer de lutter, d'espérer, hein ? Enfin, d'une autre façon qu'en m'envoyant d'autres serviteurs. C'est TOI que je veux, pas eux…

Cependant alors que j'avance, une vision troublante se présente… Je n'ai pas l'habitude de me contempler dans un miroir, mais … Pourquoi je me vois moi même, me faisant face, courant dans ma direction ? Même tenue, mêmes armes, même masque… Je ne suis quand même pas mort et en train de contempler un corps encore debout. Hm… Non, je me sens encore trop tangible pour ça ! Ça doit juste être un nouveau tour de passe-passe, une illusion, fort habile soit dit en passant. Même tenue, même masque, mêmes armes… Ainsi donc ce que tu comptes m'opposer, c'est moi même ?! Je ne sais pas si je dois être flatté que tu me considères comme la seule à pouvoir me faire face, ou insulter que tu puisses penser me manipuler de la sorte ! Dans tout les cas cela risque d'être… Compliqué, mon instinct me soufflant qu'il est puissant, au moins autant que moi, et s'il est aussi imprévisible que moi… Oh ça risque d'être surprenant, vraiment.

Voyons donc de quoi il est capable ! Je tente de le surprendre en m'arrêtant brusquement juste avant l'impact, balançant mes deux bras à ma droite pour un assaut amusant, une de mes lames visant son bassin, l'autre sa gorge, tandis que sur ma gauche je déploie un tour de passe-passe pour essayer de capter mon attention… Seulement je le vois faire de même, une ombre sanglante captant mon attention du coin de l'oeil, sur ma droite, mais je suis trop avancé pour m'arrêter… deux des lames, s'entrechoquent, se bloquant l'une et l'autre, mais les autres atteignent leurs cibles, une vive douleur me parcourant alors la jambe… J'ai frappé un peu trop haut, mais lui aussi, de telle sorte que nous sommes tout les deux debout, nous faisant face, pressant avec une force égale l'un contre l'autre. Malgré la douleur, je souris, il a su anticiper mon mouvement a priori, mais j'allais faire de même avec lui. L'occasion était en soit trop belle pour ne pas profiter de l'ouverture béante que je lui offrais, et c'était réciproque. Il allait forcément amorcer un coups pour m'atteindre, et cette fois ce serait à moi de le tromper ! Chacun son tour comme on disait…

Sauf qu'il sourit… Et ne fait rien d'autre… Tout comme moi. Cherche t-il juste à me bloquer pour m'empêcher de t'atteindre ? Possible… ou bien une autre bête s'approche t-elle, menaçante ? Un coups d’œil me montre qu'il n'en est rien. Par contre, je surprends en se faisant mon double faire de même… Non...Ce n'est pas mon double ,c'est mon reflet...Et je me souviens… Le traître, le trompeur...AHAHAH ! Bien tenté ! Je ne sais pas quel passe-passe tu as utilisé, mais tu voulais me pousser à me tuer moi même, c'est CA ?! J'avoue j'ai failli tomber dans le piège ! Même si cette chose ne faisait que m'imiter j'avais vraiment envie de la tuer pour l'injure qu'elle me faisait, et la blessure qu'elle m'a infligée… Mais ce n'est pas elle qui m'a fait ça ! C'est moi même ! C'est toi qui me trompe ! Tout comme je suis sans doute juste dans cette maison et que ce cadre splendide qui m'entoure n'est que le fruit d'une nouvelle tromperie !

De fait… Je recule d'un pas, cessant de presser sur ma lame, et il fait de même… Alors je me contente de le contourner en m'avançant vers toi, un sourire amusé aux lèvres, bien tenté, bien tenté, mais as tu autre chose en réserve ? … Cela dit, je dois être honnête, je garde un œil sur moi même, par prudence, mais aussi parce que d'une certaine façon, ça m'aurait bien amusé de m'affronter… Mais je ne dois pas trop badiner, je veux bien jouer, mais avec toi avant tout !






_________________
Attaque : 2 158 000 - Défense : 700 000 - Vitesse : 3 100 000 - Magie : 262 134 - Résistance Magique : 2 600 000


Dernière édition par Ferliost le Mer Nov 23, 2016 4:47 pm, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La face cachée (Pv Mj)   Mar Nov 22, 2016 7:11 pm

[POST MJ - Zobek]

... Il était fort... Ce gamin qui n'eut pas même l'idée d'éviter les assauts, détruisant dans une sorte de danse macabre chaque créature qui essayait de l'atteindre, même orgueil fut rapidement ignoré, le terrien avait compris comment fonctionnait le démon, il l'avait donc empêcher de pouvoir le copier, il était donc au centre de la cathédrale, suivant l'assassin du regard sans bouger jusqu'à ce que je le rappel à l'ordre.

"Orgueil. Contre un adversaire tel que ce gamin, tu vas devoir innover."

J'avançais à mon tour vers le terrien, le regardant dans les yeux, un air neutre sur le visage, je l'ignore même ce terrien qui pensait pouvoir simplement ignorer mes serviteurs. Il ne pouvait pas même espérer me toucher ici je suis doué d’intangibilité physique, et il ne m'avais pas l'air d'être doué en magie, je continuais ma route jusqu'à Orgueil, posant ma main sur son cou pour le soulevé, il avait du mal à respirer et essayait de se débattre sans pour autant se défaire de ma main.

"... Inutile... Tu me servira mieux la prochaine fois."

J'attendais qu'il soit inerte avant de le jeter avec force vers les bancs de cette gigantesque salle, me tournant de nouveau vers le terrien, ayant ignorer ses actes jusque là.

"Je ne fais pas confiance aux morts. Je veux simplement voir si tu serai capable de tuer mon hôte. Peut-être pourrai tu un jour prendre sa place ?... Oh ? Il n'est pas d'accord, mais je ne l'écoute pas ne t'inquiète pas gamin."

Je tournais la tête vers le couloir se trouvant dans le coin droit vers l'autel, l'indiquant au terrien.

"élimine les seigneurs de ma cathédrale si tu veux t'en prendre à moi. Ce couloir te mènera au seigneur de la mort, le roi squelette. Ou tu peux rester ici et t'en prendre à moi. Tu semble obséder par tes actions."

Je lui donnais cette astuce en espérant qu'il la prenne comme un piège et tente de m’agresser, mais si jamais ce n'était pas le cas, il pourrai bien tuer cet hôte. Peu importe, je savais que si ce n'est le seigneur des squelette, le Croquemitaine ou même le seigneur Draugr qui en finit avec lui, c'est mon dracoliche qui m'en débarrassera.

Pendant ce temps, le seigneur des squelette attendait patiemment, sa masse à la main de voir si l'invité de son maître aller choisir la voie la plus dangereuse ou la voie ou le terrien mourrai sans pouvoir se battre.
Les rugissements se faisaient toujours entendre dans la cathédrale alors qu'elle tremblait, le croquemitaine apparaissant dans mon dos pour me parler, assez fort pour que le gamin puisse entendre.

"Le dracoliche à détruit sa tour, il se rapproche en faisant des dégâts."

"Parfait.Tu peux t'occuper notre invité si jamais il n'a pas le courage de vider cet endroit."

HRP :
 
Revenir en haut Aller en bas
Ferliost

avatar


Masculin Messages : 241
Age : 21
Zénies : 4280

Données du Personnage
Power Level: 8 819 734
Power Level en Kili: 175
Inventaire :

MessageSujet: Re: La face cachée (Pv Mj)   Mer Nov 23, 2016 5:43 pm






La face cachée


Cache-cache ?

A ton tour, tu commences à avancer vers moi. Enfin ! Est ce parce que tu comprends que tes pantins sont inutiles face à moi ? Ou bien car toi même tu souhaites jouer ?  J'avoue, je ne sais pas, alors que tu approches tu ne sembles même pas te mettre en garde, et même ton regard semble m'ignorer. Est ce un leurre ? Je l'ignore, mais quoi qu'il en soit je ne vais pas me mettre à douter à cause de cela ! Ainsi, un dernier coups d'oeil vers mon double, pour m'assurer qu'il ne me menace pas, et je m'élance sur toi ! Un bond, les lames se croisant pour venir taillader ta gorge, et c'en sera fini si tu ne bouges pas. Ta chair se déchirera ! Ton sang se répandra sur le sol ! Et je serai satisfait !

Seulement... Je te passe au travers... Pas d'impact, pas de contact, pas de chair se déchirant, pas de sang se répandant et surtout... Aucune satisfaction. Voilà qui est énervant... Et c'est de fait avec un grondement que je me retourne vers toi. Quelle est cette farce ? Est ce là une illusion ? Non... Sinon tu ne pourrais pas étrangler mon double, qui semble presque se laisser faire tandis que tu le blâmes, enfin je crois. Un instant, je crains que par un tour de passe-passe je finisse par ressentir moi même ce que tu infliges à ma copie, mais il n'en est rien, qu'il s'agisse de sa strangulation ou de son choc avec les bancs ornant la salle... Alors qu'es tu exactement ? Un spectre se matérialisant à sa guise ? Bon sang, si c'est ça j'avoue n'avoir aucune idée de comment te détruire, du moins... Directement... Car oui je me rappelle toujours de ce cristal noir qui a disparu. Tu t'affiches, tu te pavanes, car tu sais que je ne peux te détruire, mais lui tu l'as caché. Il ne me reste donc qu'à trouver où il est !

Cependant, avant de commencer à chercher je tends l'oreille à tes mots. Oh, je ne doute pas qu'ils soient remplis de venins, car oui... Tu auras beau tout dire, je connais ta perfidie, j'en suis sûr, après tout tu es le traître...et je dois avouer que tes mots sont amusants, ils le sont tant à vrai dire que j'en viens presque à rire doucement, tout en lui tournant autour, guettant le moindre geste de sa part, peut être trouverai je ainsi une indice, une faille d'ailleurs.

"Capable... Sans doute, sinon il, ou toi, je ne sais pas trop, viendrait me faire face en personne au lieu de me parler au travers d'un fantôme ! Mais prendre sa place ? Non, non, non, qui voudrait d'une telle place ? J'ignore quelle est elle exactement, mais quelque chose me dit qu'il s'agit du genre de position qu'il est préférable de détruire que d'occuper !"

Mais alors que je parle, un de tes geste m'indique une direction, un passage à emprunter a priori, rapidement suivi d'indication... Pour m'aider ?! Quel en est donc ton intérêt ? Quelque chose avec cette histoire d'hôte que je ne comprends pas tout à fait ?! Et pourquoi diable affronter ce seigneur squelette m'aiderait il en quoi que ce soit à l'éliminer ?! Cette chose ne m'a rien fait ! Cela étant, m'acharner sur toi ne va pas m'apporter grand chose, et la situation commence à m'ennuyer, alors... Pourquoi pas ? Mais quelque chose ne colle tout de même pas, m'amenant à me rapprocher de lui, tout près, mon visage juste en face du sien...

"Obsédé... Oui... Tu as sans doute raison, te faire du mal, te meurtrir, est mon plus grand désir, là, tut de suite, quel dommage que je ne puisse pas l'assouvir, alors je m'ennuie... Néanmoins, tu en conviendras, ta proposition est vraiment étrange, ça ressemblerait plus à une façon de m'inviter à détruire un de tes rivaux... Oh oui ! Ça doit être ça ! En fait cette cathédrale n'est pas ton royaume, mais tu le convoites ! Alors tu profites de ma haine pour toi, pour que j'en élimine les défenses... Oh... très, très intéressant comme idée. Seulement... J'ai vu ce cristal, et j'ai vu comme tu l'as caché, alors que viendrait faire ce squelette dans cela ? Ça ne colle pas, tout simplement pas... Nt, nt, nt tu te doutes pourtant que c'est mal de mentir !"

Bon je dois avouer, ma petite voix m'a beaucoup aidée pour découvrir la vérité, mais ça doit être cela ! Il n'y a que de cette façon que je peux expliquer ce qu'il m'a dit ! Ou alors je suis dans un rêve, mais je ne crois pas. Mais alors que je suis tout à mon triomphe, le gronde que j'ai déjà entendu s'accentue, devenant similaire à un cri de triomphe d'une bête sauvage, ça se rapproche... Est ce fameux roi squelette qui finalement décide de venir à ma rencontre ? Ça serait dommage pour lui, moi qui était prêt à le laisser en paix... Mais dans ce cas c'est un TRÈS gros squelette, au vu du tremblement agitant la roche. D'ailleurs comment un squelette peut faire un tel bruit ? Bah, je verrai bien tôt ou tard, puisqu'après tout, ça s'approche.

Mais en attendant cela... J'ai un autre sujet d'attention, une silhouette ombreuse venant d'apparaître juste derrière le traître, parlant également. Un Dracoliche ? Une tour ? C'est peut être cela qui est à l'origine du bruit, mais comme je ne sais pas ce que ça signifie exactement, ce n'est pas vraiment important. Ce que je comprends par contre, c'est que cette ombre semble être un de tes servants au vu de la façon dont il te parle et celle que tu as de lui répondre ! Voilà ton piège qui tombe à l'eau ! Voilà une autre proie pour moi ! Un suivant que je vais pouvoir détruire, mais avant cela faire souffrir et interroger, après tout peut être que lui sait où se trouve ton cristal... En vérité ce n'est pas une question de courage, simplement de logique, et justement continuons à être logique... Vérifions si ton serviteur est également tangible !

Et pour cela, rien de mieux que de frapper un grand coups ! Ainsi je m'élance sans plus tarder dans ta direction, les mains serrées sur mes précieuses lames, qui ne tardent pas à fendre l'air, au niveau de ton cou... Mais ma vraie cible est ton serviteur derrière toi, qui, je le sens, va regretter le fait que tu ne puisses pas subir ce coups à sa place !

Ainsi de nouveau mes lames sifflent dans l'air, et comme prévu, ne font que traverser de nouveau la silhouette de ma proie. Ce n'est que partie remise cela dit. Je trouverai bientôt ton corps, et alors tu sauras ce que ça fait que de les sentir ! En attendant, ton serviteur en a un aperçu ! Même si les pénombres entourant sa silhouette le dissimule, je sais pertinemment que mes lames ont tailladé son cou, et ce profondément, je n'ne doute pas... Mais pas assez pour le tuer. Parfait, après tout ce n'est pas mon intention ! Il a encore tant de choses à me dire ! Cela dit, mon instinct me dit que le réduire à ma merci ne se fera pas aussi simplement, surtout qu'il ne semble pas saigner à proprement parler... Non tout au plus titube t-il légèrement alors que la silhouette de son maître disparaît, et s'il se tient le cou, nulle trace sanglante n'est visible, tout juste semble t-il lui manquer un bout à l'endroit où je l'ai frappé... Mais je n'ai pas le temps de m'y attarder, un rugissement s'échappant de ce qui lui fait office de bouche, avant qu'il ne se jette sur moi.

Il est rapide, et puissant, mon instinct me le souffle... Mais malgré sa forme, il possède bien une forme tangible, il peut donc souffrir, mourir, être réduit à ma merci... Tout comme il pourrait le fait avec moi cependant ! De fait, je préfère ne pas tenter le hasard pour le moment, et m'écarte lors de son bond, profitant de son passage dans les airs, aussi vifs soit il pour lui entailler le flanc, avant de lui faire de nouveau face, lui adressant toujours un large sourire, aussi bien avec mon faux visage que le vrai ! Il a beau se redresser de nouveau, je sens que mes assauts qui ont fait mouche l'ont à la fois énervé et affaibli... Il suffit de continuer ainsi jusqu'à ce qu'il ne puisse plus tenir debout, mais c'est aussi à moi d'être un peu plus précis ! Allez, suffit de viser le torse ou la gorge, il est temps que ses membres tâtent également de mes lames !

Et en ayant assez d'attendre, je m'élance de nouvea sur lui, sans autres fioritures que mon tour de passe-passe favori, qui fonctionne à merveille. Il est rapide, presque autant que moi à vrai dire, mais il a un petit problème face à moi, il manque à la fois de subtilité et de clairvoyance, comme nombre d'être qui n'ont connu que la puissance ! De fait, il tente en vain de parer ce qui n'est que des leurres, tandis que mes véritables assauts frappent sans pitié ses membres...Et une fois que j'ai réussi à porter mes premiers assauts en étant aussi près de lui, c'en est fini. La douleur comme la violence des impacts l'empêchent de réagir efficacement, tandis que je le taillade, encore et encore, de plus en plus profondément, jusqu'à ce que ses bras s'effondrent, ballant le long de son corps, et que ses jambes soient incapable de soutenir son corps plus longtemps... A ma merci maintenant il était temps pour moi de commencer à le faire parler... Ce que je fais donc après quelques minutes de traitement physique et psychologique de mon cru, telle que le menace de le laisser à l'état d'être sans bras, ni jambe, mais vivant quand même, une perspective bien moins agréable que je finis par lui accorder miséricordieusement.

Ainsi… Tout n’est peut être pas un mensonge, ma proie est bien le maître de ces lieux… Ou du moins en partie. De ce que je comprends, il y a certains éléments qui lui échappent, tel ce dracoliche qui a été évoqué. Or, à la mention du fait que ce lieu lui importe, une idée commencer à germer dans mon esprit, une façon de lui rendre la monnaie de sa pièce, pour sa trahison… Très bien, traître, je vais jouer à ton petit jeu, je vais détruire ces créatures que tu as évoqués, à commencer par ce souverain squelettique, mais je ne vais pas me limiter à cela, je vais également ravager ce lieu autant que je le peux, réduire le domaine que tu souhaites posséder dans un tel état que tu n’en désireras plus ruine, même pas les cendres…






_________________
Attaque : 2 158 000 - Défense : 700 000 - Vitesse : 3 100 000 - Magie : 262 134 - Résistance Magique : 2 600 000


Dernière édition par Ferliost le Mar Juil 18, 2017 5:48 pm, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ferliost

avatar


Masculin Messages : 241
Age : 21
Zénies : 4280

Données du Personnage
Power Level: 8 819 734
Power Level en Kili: 175
Inventaire :

MessageSujet: Re: La face cachée (Pv Mj)   Mar Juil 18, 2017 5:37 pm






La face cachée


Jugement

C’est avec cette pensée réjouissante que j’accorde à la créature ombreuse son souhait, je mets un terme à ses souffrances, et ce de manière définitive. Un cou net, précis, qui finit de trancher le cou déjà entamé. J’ignore si elle s’y attendait, mais l’idée qu’elle soit surprise m’amuse quelque peu… Impossible cela dit de le savoir, les traits de son visage sont bien trop flous de par son apparence pour me permettre de le savoir, et ce alors même que sa tête roule sur le sol. De fait je suis confronté à une profonde incertitude… Bah, peu importe, il est bien plus satisfaisant de me convaincre que ça a été le cas, avant de laisser derrière moi le corps de cet être misérable, dont je serai bientôt probablement le seul à me souvenir, vu que je ne compte rien laisser de ce lieu…

Cette idée en tête, je me retourne donc afin de me diriger dans le couloir qui m’avait été désigné dans un premier temps, ma progression étant cependant ponctué par un nouveau rugissement faisant trembler la cathédrale… Il me semblait qu’il était plus proche… Bah, peu importe, même si ça m’arrangerait qu’il attende son tour ! Après tout, que serait le monde sans un peu de politesse ?

Bref ! Sur ces pensées, mes pas me mènent, en toute logique, vers ma proie… Et alors que je m’enfonce dans un couloir dont l’étroitesse contraste avec la démesure du hall de la cathédrale, je constate rapidement un changement dans le décor. Non seulement, l’absence de vitraux est compensé par une sorte de luminescence surnaturelle émanant des murs, mais surtout ces derniers, tout comme le sol qui se fait grinçant sous mes pas, semblent changer au fur et à mesure d’apparence, la pierre cédant le pas à un matériau plus moins agréable à l’œil, sans que je ne puisse réellement l’identifier distinctement… Puis un relief commença à se deviner, des formes, alors que la matière n’était plus formée d’un unique bloc, mais composés de l’agencement de nombreux éléments aux contours de plus en plus reconnaissables… Des ossements. Le tout donne un aspect quelque peu oppressant à ce couloir, mais il en faudrait plus pour me faire hésiter. Après tout à quoi d’autres aurai-je pu m’attendre alors que l’adversaire qu’on compte m’opposer s’appelle le roi squelette ?! Néanmoins, une question me titille quelque peu, d’où viennent donc tous ces ossements ? N’est-ce qu’une construction fantasmagorique ? Le fruit de nombreuses nuits passer à déterrer des corps ? Ou bien le résultat d’innombrables massacres, hmmm… Optons pour la dernière solution, qui m’apparaît à la fois la plus probable ET la plus à même à me procurer de la satisfaction lorsque je plongerai le responsable dans un sommeil éternel.

Sur cette pensée, je débouche dans une salle plus vaste, comparable au grand hall de la cathédrale, mais dont la magnificence était remplacée par une morbidité malsaine. Or, même moi qui me juge assez indifférent à ce genre de chose, je me sens mal à l’aise. Ce n’est pas tant dû au fait que, là encore, les ossements composaient la totalité de la structure, avec des variantes nouvelles, tels ces imposants piliers et ces arches… Non, ce qu’il y a de troublant en cas lieu, c’était l’allure des ossements même… Tout dans leurs positionnements et leur agencement semblait renvoyer une impression de douleur de souffrance. Il me semble même percevoir sur certains crânes des grimaces de douleur alors même qu’ils sont dépourvus de peau ou de muscles ! Jusqu’à la lumière, qui désormais émanaient de vitraux aux représentations macabres, tout en ce lieu semble être conçu pour instaurer une sensation de faiblesse et de malaise, et le moins que je puisse dire, c’est que ça semble efficace. Ne parvenant pas à retenir un léger tremblement à travers tout mon corps, mon regard est néanmoins irrésistiblement attiré par une silhouette au fond de la salle, contre laquelle mon instinct me met en garde. Ce souverain des morts est plus puissant que ma précédente victime, à peu près autant que moi je crois, et je n’ai pas l’effet de surprise à mon profit… Sans même parler du fait qu’il doit être comme chez lui ici. Je constate par ailleurs que son titre de " roi squelette " est loin d’être usurpé… La silhouette que je distingue ressemble bien à un corps humain qu’on aurait privé de toute sa chair, si ce n’est concernant sa taille, qui approche aisément des trois mètres, alors même qu’il est encore assis, son crâne surmonté d’une couronne dorée… Je pourrai presque croire qu’il ne s’agit que d’un corps parmi les autres si ce n’était cette lueur rougeâtre que je distinguais dans ses orbites, me fixant avec intensité, ainsi que la prise ferme qu’il semblait avoir sur une masse imposante, en proportion avec sa stature, et même cette arme irradie de cette sensation de souffrance malsaine qui emplit cette pièce…

J’avoue que ces divers éléments cumulés me rendent quelque peu… Dubitatifs à l’idée de lui faire face directement, mais je n’ai pas vraiment eu le choix. Son regard ne me quitte pas, et il était probablement déjà fixé sur la sortie du couloir, en somme aucune chance d’espérer me soustraire à son attention, alors autant m’avancer vers lui… Et alors que j’arrive à mi-chemin, guettant le moindre signe de danger, le moindre geste, je me fige, l’observant se redresser, de toute sa hauteur avant de lever brusquement la main, vers le plafond. Ce geste est immédiatement suivi par des éclats de rire à travers toute la pièce, chacun des crânes laissant échapper ce son dérangeant, sans pour autant se défaire de leur grimace de souffrance… Je m’efforce cependant de ne pas m’y attarder, alors qu’une voix gutturale, semblant provenir du squelette, commence à résonner dans toute la grande salle.

"Ainsi donc tu es venu… Je ne sais pas si c’est de la bravoure, car tu es venu me faire face, ou de la lâcheté, car tu as fui le plus puissant hôte de cette cathédrale… Mais peu importe, dans le fond, je suis satisfait que tu viennes à moi. Je sens ta puissance et, peut être qu’avec un peu de chance, la mort ne te privera pas entièrement de cette dernière, je n’ai que peu de sujets de val..."

"- Eur !"

Ricanant, je l’ai bien observé durant tout son discours, alors qu’il prenait sa masse en main et commençait à s’avancer. J’avais guetté chacun de ses gestes, et j’avais trouvé la faille. À l’instant où il parla de ses sujets, son regard si intense s’était détourné, et j’en ai profité ! Concluant alors sa phrase, j’avais franchi la faible distance qui nous séparait désormais, sans avoir même besoin du moindre tour de passe-passe, et maintenant que j’étais au corps à corps j’avais un avantage ! D’aussi près, user de sa masse allait être difficile, et je ne peux que le remercier de m’avoir laissé cette ouverture. Qu’est-ce que cela aurait été pénible de franchir son allonge ! Maintenant il s’agit de mettre pleinement à profit cette opportunité.

Or comment détruit-on un squelette ? Eh bien, j’avais pu l’apprendre grâce à certains de ses semblables bien plus faibles, il suffit d’en séparer les morceaux ! En somme, ce n’est pas si différent que pour un être encore vivant ! Il faut juste être un peu plus méticuleux, ou bourrin, c’est au choix ! Pour ma part je décide de faire un peu des deux, de fait c’est de toutes mes forces que je l’attaque, mais en visant des endroits biens précis, qui me semblent plus fragiles. En effet, ses os sont épais, et je sens bien la puissance émanant de mon adversaire, alors il me faut bien trouver des points faibles là où je peux. Heureusement, c’est un corps humain, et je le connais bien. Ainsi mes cibles prioritaires sont les articulations, à la fois afin de l’handicaper et de tester sa solidité, et il va de soit que la première que je vise est celle de son poignet armé ! Plus de masse, plus de problème ! Et même si je dois admettre que les sons de la peau et de la chair tranchées me manquent quelque peu, ceux des os qui se brisent demeurent très satisfaisant à entendre, ainsi donc j’ai visé juste. Ma lame a brisé sans peine la cohésion des ossements, sa main tombant alors au sol en se disloquant, m’arrachant un large sourire… Qui ne fait que s’agrandir quand je n’ai aucune peine face à sa balourdise, à éviter un revers de sa main, qui vient en conséquence frapper une des colonnes, détruisant les ossements la composant et les faisant s’effondrer. Une nouvelle satisfaction, rapidement tempérée alors que j’entends une certaine, agitation à travers la salle du trône. Je n’ai que le temps alors d’endommager légèrement le genou de mon adversaire, avant de me rendre compte de ce qui ne va pas.

Deux choses à vrai dire. Tout d’abord, il y a du mouvement, à travers toute la pièce, les ossements la composant se déplacent, formant de nouveaux squelettes, qui eux même descendent des piliers, des murs, du plafond… Ils sont faibles, négligeables, mais nombreux, très nombreux… Mais ce qui me préoccupe le plus c’est le rougeoiement de plus en plus intense des ossements du roi squelette, tandis qu’il demeure figé vulnérable à mes attaques. Ça n’augure rien de bon, mais je décide d’en finir avant de savoir de quoi il s’agit ! Une part de moi me dit d’agir de la sorte, alors que l’autre me souffle de reculer, mais c’est la première que j’écoute. J’attaque ainsi de nouveau son genou, avec assez de force cette fois pour en rompre les articulations, l’amenant à s’effondrer devant moi. Se faisant sa tête est suffisamment basse pour que je puisse la frapper de toutes mes forces, ce qui devrait suffire …

Mais une vague de chaleur émane brusquement de lui, rapidement suivi par ce qui ressemble presque à une déflagration, qui me projette douloureusement dans les airs. Se faisant je parviens malgré mon étourdissement à avoir conscience de trois détails. Premièrement, mon instinct me prévient, à l’image de Gray prenant son véritable visage, la puissance du roi mort vivant s’était grandement accrue et m’écrasait largement ! deuxièmement… J’étais encore dans les airs, mais pas pour longtemps, et non seulement la chute risque de faire mal, mais, qui plus est, quelque chose me dit que ça serait une très mauvaise idée que d’atterrir lourdement en plein milieu des squelettes. Aussi faibles qu’ils soient, ils n’en restaient pas moins nombreux et moi même serait dans une situation problématique. Enfin, troisièmement… J’ai peur, je le sens au plus profond de moi, je suis terrifié. Il ne s’agit pas du malaise que j’ai ressenti en rentrant dans la salle, il s’agit d’une chose bien plus intense, dont j’ignore la source exacte, mais qui n’est...Vraiment pas agréable.

Je parviens cependant à me reprendre, ce qui règle un problème. Pour celui de la chute, une solution s’impose à moi et je parviens à me concentrer suffisamment pour me rétablir dans les airs. Ehehe… pour un peu j’en aurai oublié que j’étais capable de voler, mais voilà qui me sauve la mise, ces squelettes étant bien incapable de faire de même. Il reste enfin la question de la puissance de mon adversaire ! Mais celui-là j’y suis habitué. Après tout, même si je suis devenu puissant, je n’ai pas oublié comment s’en tirer tout en étant le faible… Cependant, alors que mon regard se pose de nouveau sur lui, je sens de nouveau cette peur qui m’étreint. Tout son être semble s’être embrasé, et ce que j’ai détruit semble avoir été remplacé par ces flammes, qui apparaissent dès lors illogiquement tangibles ! Ainsi, c’est avec une main ardente qu’il récupère son arme, qui s’embrase à son tour, m’amenant à me demander si la lueur que j’avais aperçue dans ses yeux n’étaient pas déjà des flammes… La vision me fascine et je reste immobile dans les airs, alors même qu’il tend sa main libre vers moi.

"J’espère que les flammes épargneront tes ossements..."


A peine prononce t-il ses mots que je sens tout mon corps se chauffer, devenir brûlant, comme s’il était sur le point de prendre feu, sans que jamais cela se produise. Se faisant je ne peux retenir un faible grondement de douleur, mais visiblement, ça ne se passe pas comme prévu pour le roi squelette, dont l’attitude triomphante laisse place à de la frustration alors qu’il abaisse sa main et que je sens mon corps se refroidir. Rien de très douloureux dans le fond, mais rien d’agréable non plus...

"Hmpf… Ton corps a l’air de repousser l’effet direct de ma magie… Peu importe !"


Je ne remercierai jamais assez mes adversaires de parler, et de me laisser ainsi l’opportunité d’anticiper leurs prochaines actions… Bon je dois avouer je ne sais pas trop ce qu’il a voulu faire au début, mais je comprends rapidement que les flammes se formant dans sa main ne vont pas y rester. Dès lors, mon choix est le suivant, flamme ou cadavre ambulants ? J’opte pour la deuxième option, et plutôt que de le laisser s’entraîner à l’usage de sa défense contre aérienne, je replonge en plein milieu des squelettes, dont les plus proches s’éparpillent en de multiples fragments à mon atterrissage ! Ce n’est cependant qu’un court répit, et tout les non-morts convergent vers moi, telle une foule vers leur idole, qu’elle voudrait dépecer… Mais ils sont si lents, si fragiles, me déplacer parmi eux est dans le fond aisé, il me suffit de les bousculer un peu et, pouf, ils s’effondrent ! Certains parviennent bien sûr à m’agripper, mais il me suffit d’un geste brusque pour m’en défaire et emporter le bras au passage ! Bien sûr, c’est tout de même une gêne qui me ralentit légèrement, ce qui pourrait être un problème, seulement je n’avais pas pensé à une chose. Bien que je sois aisément reconnaissable, je reste un point perdu au milieu d’une masse, ce qui me rend un peu plus difficile à atteindre, surtout à distance ! En effet, comme je le pensais, les flammes qui sont apparues sur les mains osseuses du roi en sont projetés dans ma direction, mais de façon imprécise, tant et si bien que ce sont les squelettes eux mêmes qui souffrent le plus de ses délicates intentions…

Mais ce n’est pas tout de courir et de bousculer ces tas d’os ! La chaleur, les explosions, la rage palpable du roi mort… Aaaaah, il est plus que temps pour moi de mener de nouveau la danse ! Mais cette fois ci je vais être un peu plus direct ! Si je ne fais que m’en prendre de nouveau à un de ses membres quelque chose me dit que des flammes en jailliront de nouveau, et je me vois mal trancher du feu, je suis doué mais tout de même ! Non, je dois viser la tête… Et si ça ne marche pas, il me faudra réduire chacun des os en cendre, un par un… Alors petit à petit, je m’approche, et lui même me facilite la tâche. Il semble aussi avoir hâte d’en finir, et il s’élance lui même, n’hésitant pas à écarter et à détruire violemment ses sujets dans sa course, préparant un puissant coups de sa masse pour " m’accueillir "… C’est là quelques secondes semblant durer une éternité, durant laquelle je jauge mon adversaire, ses mouvements, son attitude, sa volonté de me tuer, ou nous nous fixons chacun avec le même but, détruire l’autre, nous élançant avec la même volonté vers l’instant fatidique !

Puis ce dernier survint, à son initiative, grâce à l’allonge dont il bénéficie, et à l’absence de scrupules qu’il a à détruire les squelettes à son service. Il assène ainsi un violent coup de masse circulaire, à hauteur de mon torse, balayant tout ce qui se trouve sur son chemin, des squelettes donc, mais même un pilier qui se rompt brusquement et moi qui suis sur le chemin…

Je me souviens d’une époque lointaine où j’ai essayé la corde à sauter, il fallait bondir au bon moment pour ne pas se casser la figure… Ce n’est pas si différent ici, si ce n’est que la corde est une masse de fer enflammée pesant probablement quelques centaines de Kilos et que l’échec se traduirait par quelque chose d’un peu plus grave qu’une mauvaise chute ! Mais dans l’essence ? Juste un saut bien ajusté, une petite impulsion sur le sol et, hop, on décolle ! Cela dit, j’ai fini par oublier les squelettes nous entourant, une erreur méprisable et regrettable, car en plein milieu de mon bond, je me sens retenu par une prise au niveau de ma cape, qui manque m’interrompre, alors que la masse s’approche dangereusement…

A cet instant il ne s’agit pas de réfléchir, mais de survivre à la seconde à venir, et pour cela l’instinct est bien meilleur que le cerveau ! Je n’y pense donc même pas, quand je m’impose une nouvelle poussée, de la même façon que je vole, pour compenser cette prise. La main osseuse me retenant cède , je m’élève un peu plus, bien que je bascule sur le côté, et je sens la  tête de la masse passer sous mes pieds, les effleurant presque, les flammes l’englobant léchant mes jambes, me faisant ressentir leur chaleur. Il s’agit maintenant de me laisser retomber. Sans plus réfléchir, j’inverse donc ma poussée. Je retombe dès lors pile sur la tête de la masse, même s’il s’en faut de peur pour que je dérape et chute ! Les flammes… M’entourent, et je peux déjà sentir ma cape prendre feu, je ne tarde dès lors pas à m’élancer avant que ma chair fasse de même… Mais ce n’est pas cette pensée dans le fond qui me passe en avant, mais de cette peur viscérale que j’avais éprouve en posant mes yeux sur sa nouvelle forme, qui est d’autant plus intense alors que je suis plus près de lui… Seulement, au lieu de me tétaniser ou de me faire fuir, cette terreur me pousse à m’élancer vers lui, à détruire, à ravager la source de cette frayeur ! Je veux que ça disparaisse ! IL FAUT QUE CA DISPARAISSE !

Je cours, sans même en avoir conscience, sur le manche de l’arme, à la stupéfaction du roi mort, qui commence à réagir, levant son bras, mais c’est déjà trop tard pour lui ! Je suis sur son épaule, à haut de son cou… De là, ses vertèbres sont tout près de moi, et quand bien même cela ne suffirait pas, le reste de son corps est à ma merci… Cela devrait suffire pour l’éteindre ! Mais son regard se pose alors sur moi, et je viens à le croiser, à m’y attarder… Ces flammes… Elles étaient si intenses… Si brûlantes… Elles me dévorent !

Un cri de terreur m’échappe, mais il finit étranglé dans ma gorge alors que je sens une vive douleur dans mes côtes… Cette peur que je ne comprends pas s’efface brusquement, mais pour laisser place à la souffrance et à la conscience de ma blessure. Une lame m’a fauché, juste en dessous des côtes, sur plusieurs centimètres, déchirant ma chair, faisant jaillir en un flot violent mon sang… L’assaut lui même est si violent que mes lames m’échappent des mains et que je sens être projeté dans les airs, percutant violemment un mur avant d’y glisser lentement… Mais c’est là des sensations confuses, étouffés, comme si je n’étais pas vraiment là… Est ce l’âme qui s’échappe déjà du corps à l’approche de la mort ? Peut être… J’ai beau avoir l’esprit embrouillé, j’ai une perception aiguë de la chose… Avec cette plaie, aucune chance que je survive, je vais mourir, ce n’est que l’histoire de quelques minutes, ou plutôt quelques secondes au vu des squelettes qui déjà se tournent vers moi, alors que j’entends une nouvelle voix, au loin…

" Et bien, le roi des squelettes semble avoir eu besoin de mon intervention on dirait… "

" TAIS TOI, seigneur draugr ! Il était à ma merci ! Tu l’aurai vu, si effrayé ! "

"Oh mais je l’ai vu, mais ce n’est pas la question. Le temps presse, c’est Zobek qui m’a ordonné de t’aider ! Le dracoliche devient instable et dangereux, mais la cathédrale ne disparaîtra pas tant que LUI sera là, finis donc la tâche qui a été demandé... "

"JE T’INTERDIS DE ME DONNER DES ORDRES !"

Ma vision est trouble, couvert d’un voile rouge, mais je parviens à distinguer la scène… Le nouveau venu est un imposant corps décharné, aussi grand que le roi squelette, vêtu d’une armure sombre et tenant en main une longue lame de laquelle mon sang continue de goutter. Dans le fond cependant, ce n’est pas ce qui me marque le plus… Non c’est plutôt l’attitude des squelettes, qui semblent se désintéresser de moi, se tournant vers ce nouveau venu, comme suivant la colère du roi squelette, atteint dans son orgueil… Tss c’est bien la seule chose que j’aurai blessé, et de toute façon ce n’est qu’un bref répit ,avec ce sang qui continue de s’échapper, de se verser, je ne vais pas tenir très longtemps…

"TU ES EN MON ROYAUME ! LAISSE MOI TE LE RAPPELER !"

La voix du squelette n’est même plus suffisante pour m’empêcher de glisser lentement dans cette torpeur qui semble un refuge agréable, plus de douleur, plus de pensées vaines… Mais à cet instant une nouvelle chose me retient, quelque chose qui se manifeste dans ma vision floutée, une chaleur intense, des flammes… Emplissant toute la salle, le sol, les murs… La fumée… Des cris, aussi bien au loin que juste à côté de moi, dans mes bras… E… Elana… Non… Je suis fort maintenant ! Je peux te protéger ! Je dois te protéger ! Ça ne peut pas se finir comme ça ! Je dois juste… Juste être plus courageux qu’alors ! Ah il n’y a même pas une poutre cette fois qui m’écrase ! Juste ces flammes terrifiantes, mais je ne laisserai pas ma peur  me faire de nouveau échouer !

Qu’est ce que cette plaie ? Des chairs déchirés, rien de plus, ça ne va pas m’empêcher de bouger mes jambes ! Qu’est ce que ce sang versé ?! Juste un peu de liquide, j’en ai encore plein dans mes veines ! Bien assez, bien assez pour te tirer de là, bien assez pour survivre ! Il faut juste que je me relève et, à défaut d’issue que… QUE J’ÉTEIGNE CE FEU !

"Reste là Elana, à l’abri, je vais m’en occuper… Grand frère revient tout de suite..."


A vrai dire, je ne me suis jamais senti aussi bien… Tout mon corps, dans le fond, m’est douloureux, mais j’en viens presque à apprécier cette sensation. Je suis encore en vie, je peux encore agir… Et mieux que jamais ! Maintenant… Il s’agit d’éteindre ces flammes.

--------------------

Le seigneur Draugr n’était pas impressionné par la petite démonstration du roi squelette… Lui même était capable de faire des choses similaire sur son propre territoire, mais la rivalité entre eux avait toujours été existé depuis qu’eux mêmes vivaient. Deux rois morts, mais que tout opposaient et qui, en l’absence d’ordre de Zobek, se livraient des conflits incessants. Seulement, lui même n’oubliaient pas sa place et savaient encore obéir promptement et froidement aux ordres de leur maître, là où son interlocuteur n’était rien d’autre qu’une tête brûlée, au sens propre comme au figuré. Les ordres étaient pourtant clair, en finir immédiatement avec l’intrus pour deux raisons évidentes. Il ne fallait pas que le Dracoliche menace le corps de Zobek au sein de la cathédrale, mais si ce dernier dissipait de lui même cette barrière il serait à la merci de ce mortel dont la puissance le dépassait largement… Cela dit, le draugr pouvait comprendre l’énervement de son rival. Après tout jamais un mortel aussi puissant ne s’était manifesté en ce lieu, et avoir été sur le point d’être détruit par ce dernier avait de quoi blesser son orgueil. Enfin c’était bien pour cela qu’il était prêt à lui laisser sa tête pour peu qu’il fasse rapidement.

"Ces ordres sont ceux de Zobek, tu devrais..."

Les flammes l’indisposaient, lui dont le corps même irradiait d’un froid intense, mais ce n’est pas cela qui le fit s’interrompre, c’était un mouvement au milieu des flammes… L’humain, encore titubant, venait de se relever… Il ne pouvait pas représenter un grand danger désormais, mais le simple fait de le voir se relever malgré sa blessure n’était pas pour rassurer le souverain Draugr.

"Non, oublie, je vais en finir moi même !"

Relevant sa lame, il s’avança vers cette silhouette rendue trouble par la fumée, prêt à en finir en un seul coups ! Il le rejoignit dès lors à pas rapide, mais s’interrompit, un bref instant, lorsqu’il le vit plus distinctement, ses yeux… Ils avaient changés. Il avait failli ne rien voir, non seulement car c’était là un détail discret, mais surtout car ce regard se confondait avec les flammes… Il n’avait nullement fait attention à leur couleur peu avant, mais il était certains qu’ils étaient désormais différents, et certainement pas naturel… Le blanc avait laissé place à un gris foncé, semblable à celui de la fumée que dégageait en ce moment le territoire du roi squelette, quant aux pupilles… Elles ressemblaient en effet à des flammes, un éclat orangé dans son regard, qui semblait se mouvoir indépendamment de l’endroit où il regardait réellement… Comme quoi Zobek n’était pas le seul à user de quelques diableries, seulement, le seigneur Draugr préférait largement les avoir de son côté.

De fait, il se reprit après un bref instant de stupeur ,et asséna finalement son assaut, c’en était fini ici et maintenant ! Sa lame frappa le sol avec puissance, faisant trembler ce dernier, le fendant… Mais il comprit au son qu’il n’avait pas touché de chair. Comment avait il pu être aussi rapide avec sa plaie ? Où était il d’ailleurs ? Il perçut un mouvement à sa droite et se retourna. A cet instant, le seigneur squelette dut également se rendre compte que quelque chose n’allait pas, ses sous fifres regardant tous dans la même direction… mais c’était trop tard, fendant les flammes et la fumée, un fragment de pilier balaya la zone sur plusieurs mètres en un ample arc de cercle, détruisant tout les squelettes dans la zone, et frappant avec violence le seigneur Draugr, qui parvint de justesse à interposer sa lame entre son corps et le pilier… Mais normalement ce dernier aurait dû voler en éclat sous l’impact ! Mais il n’en était rien, pas un éclat, pas une projection, l’arme improvisée de l‘humain était toujours intact...Et malgré la traînée de sang qu’il laissait derrière lui il s’élança vers le roi squelette.

Ce dernier, réagissant enfin, asséna un nouveau coups de sa masse, de toute ses forces, mais de nouveau, le pilier rencontre l’arme...Et la dévia, comme si ça n’avait été qu’un fétu de paille , laissant la garde du squelette grande ouverte. Face à ce spectacle aberrant, le seigneur Draugr choisit de libérer son pouvoir et ainsi son corps s’entoura d’un carcan de glace alors qu’autour de lui, les flammes ne suffisaient plus à effacer le froid intense émanant de son être ! Cela fait, il s’élança de nouveau vers l’humain, lame en avant. Il était trop tard pour le roi squelette, il le devinait, l’humain était trop rapide, trop puissant désormais, mais le temps qu’il en finisse avec lui… Le seigneur Draugr pourrait l’assaillir à revers !

Et puis… Peut être y avait il bien une part d’intérêt mesquine en cela, être débarrassé, au moins pour quelques temps, de son rival était une perspective reposante… Et lorsque après avoir dévié son marteau, l’humain pulvérisa purement et simplement le corps du roi squelette d’un nouveau coup de pilier, détruisant intégralement l’assemblage de ses os et amenant à la disparition de ses flammes, le seigneur Draugr éprouva une joie sincère. Maintenant, finir le travail, plus qu’une pas, plus qu’un geste…

Mais à l’instant où sa lame allait de nouveau transpercer l’humain, quelque chose l’empêcha d’atteindre sa cible, à quelques centimètres près… Quelque chose l’avait interrompu dans sa course, et une douleur déchirante, sensation pourtant inconnue jusqu’alors, irradia dans son ventre, lui arrachant un cri de douleur… L’humain avait pivoté, il avait anticipé son assaut, et il n’avait eu qu’à le cueillir d’un coups d’estoc, avec une telle force que le fragment de piliers avait perforé la chair du draugr, le transperçant… Mais le mortel ne s’arrêta pas là, continuant son mouvement en une course sans entrave, les squelettes s’étant tous effondrés à la mort de leur roi, jusqu’à écraser le seigneur Draugr contre un mur avec violence. Le mur lui même s’ébranla, menaçant de s’effondrer, mais le seigneur n’en avait pas conscience, tout ce qu’il ressentait était cette douleur, et cette rage qui ensemble lui arrachèrent un nouveau cri puissant, faisant trembler les vitraux de la salle. Le cri se poursuivit lorsqu’il sentit le pilier se retirer de ses chairs, et ne s’interrompit que lorsqu’il s’aperçut, de l’ombre au dessus de sa tête, qu’en un éclair il comprit de quoi il s’agissait...Avant que son crâne ne soit purement et simplement écrasé par le pilier… Sa dernière pensée alors fut pour son maître, et pour la première fois, il eu réellement peur de la mort… Si Zobek mourrait, ils disparaissaient, tous…

--------------------------------------

Le feu… Il est éteint c’est bon… Il n’en reste rien… J’ai.. .également éprouve un froid intense, celui de mort… Mais cela aussi je l’ai balayé. C’est bon tu es à l’abri… Mais qui donc ? A quoi je pense ? Tess, sans doute quelques fantaisies auxquelles mon esprit se laisse aller parfois en combat, je préfère ne plus y penser ! En tout cas j’avais raison ! Deux solutions possibles, soit l’approche méthodique, soit le bourrinage, et le bourrinage a plutôt bien marché ! Au revoir seigneur squelette, au revoir son étrange allié et surtout au revoir les flammes ! Un simple coups d’œil me permet de constater à quel point cette stratégie a été efficace, à quel point mes gestes ont été redoutables lorsque j’ai laissé s’exprimer mon vrai visage ! Ah je le sens dans le fond, l’avoir laissé s’exprimer à accru ce pouvoir que j’ai appris à percevoir,et pas qu’un peu...Décidément, je me découvre chaque jour un peu plus apte.  Je tapote d’ailleurs mon vrai visage, on a décidément fait du bon boulot, mais il n’est pas fini. Je n’ai pas oublié celui qui se fait visiblement appeler Zobek… Maintenant la route jusqu’à lui doit être ouverte, mais où est elle…

Mais… Nghh… avant, je dois arranger cette blessure, je l’avais presque oublié tiens, et je suis surpris de ne pas m’être encore vidé de mon sang… Surtout que je suis un bel idiot tiens, j’ai la solution à cela ! Ces fameux petits haricots que j’ai récupéré à la tour du chat ! J’ai déjà pu en constater les effets, et avec cela je serai comme neuf ! J’en prend donc un et commence à le croquer, sentant déjà ses effets sur mon corps, la plaie se refermer, la sensation de fatigue disparaître. Revigoré et encore plus puissant qu’avant je me sens prêt à faire face à ce pathétique Zobek ! Encore faut il le trouver… Mais à peine suis je en train de songer à cela qu’un nouveau rugissement, tout près, se fait entendre, depuis le couloir d’où je viens. J’y jette alors un coups d’œil, mais c’est pour constater que tout est en train de s’effondrer, le plafond se fissure, les murs s’ébranlent… Et brusquement le sol s’effondre sous mes pieds, si brusquement que je ne parviens pas immédiatement à stabiliser ma chute...Et je ne le fais pas immédiatement, trop surpris par ce que je constate… Quelques mètres plus bas j’arrive dans ce qui semble être un nouveau hall de cathédrale, aussi vaste que celui dans lequel je suis arrivé, mais cette fois j’y vois immédiatement le cristal noir que j’avais entraperçu peu avant, et en face de ce dernier, au niveau de là où devrait se trouver l’autel, Zobek, assis sur un trône. Je sens qu’il ne s’agit pas cette fois ci d’une nouvelle illusion, que je l’ai trouvé ! Maintenant, il s’agit de le rejoindre sans dommage, pour lui donner son dû ! Je stabilise donc ma chute, me concentrant légèrement, mais à cet instant je sens un débris me percuter le bras. Hmpf, c’est vrai, ça s’effondre tout autour de moi, et j’ai eu de la chance là que ça soit un débris de petite taille, mais si je me prend quelque chose de plus conséquent sur la tête, le haricot n’aura servi à rien ! Je m’efforce donc de virevolter entre les débris tout en m’approchant petit à petit du sol, de ma proie.

Un nouveau rugissement se fait cependant entendre, juste derrière moi, si puissant que j’en suis assourdi, et de nouveau je me retourne…

Et dire que j’ai trouvé le roi squelette grand… Ce n’était qu’un avorton comparé à ce que je vois là… Une créature comme lui entièrement composé d’ossement, mais qui ressemblait davantage aux grands dinosaures de la terre… Mais il y avait autre chose, non seulement ces vestiges d’ailes, cette ossature ornée de quelques tendons inutiles qui semblaient pourtant lui permettre de voler, mais également une sorte de majesté, de splendeur, quelque chose dans son allure donnait l’impression que cet être, s’il était vivant, aurait bien plus de majesté que toutes les bêtes que j’ai pu rencontré jusque là… Mais en cet instant il n’est qu’une menace, une menace perçue par mon instinct comme m’écrasant de sa puissant, et ce malgré mon renouveau de puissance, et je n’en doute pas une seule seconde ! Cela étant, il ne semble même pas se rendre compte de ma présence,  je suis simplement sur sa route, et maîtrisant trop mal mon vol pour m’écarter, il me percute violemment, me projetant avec force vers le sol. Il abrège ainsi ma descente vers Zobek, et je parviens de justesse à éviter de simplement m’écraser pathétiquement au pieds du traître… Me réceptionnant ainsi difficilement, en faisant un semblant de vol à quelques centimètres du sol, je m’arrête en face de lui, nos regards se croisant alors… J’y vois un mélange d’amusement et de profonde lassitude, et cela, d’une certaine façon, ne fait qu’avivez ma rage à son égard. Il ne m’en faut pas plus pour le frapper de mon point. Mes lames étaient restées en haut, et doivent maintenant être perdues au milieu des débris, mais peu importe, mes mains suffiront amplement pour son corps frêle… Mais de nouveau mon poing ne fait que passer au travers de son visage, détruisant par contre le sommet de son trône… Il ne dit même pas le moindre mot, se contentant d’un sourire énigmatique. Mon regard se lève alors légèrement… Le cristal… Oui c’est lui que je dois détruire !

Derrière moi, je perçois un violent choc. Je n’ai pas besoin de me retourner pour comprendre que c’est le dracoliche qui a atterri… Mais je ne lui laisserai pas le temps d’agir ! J’en finirai avec ce cristal et tout… Tout cessera ! Je bondis au dessus de Zobek et de son trône, fonçant vers le cristal, le poing serre et le frappe de toute mes forces . Il ne se brise pas à proprement, parler mais je le sens se fissurer à mon impact, et plusieurs éclats  s’en détache, l’un venant même m’écorcher légèrement le visage… Ça n’a pas été suffisant, mais c’est engageant, en quelques coups ça sera fini, et je m’agrippe au creux que j’ai fais afin de continuer… Mais c’est trop long tout de même ! Le dracoliche ne va pas se contenter de me regarder faire ! Au contraire même, je l’entends commencer à courir, pesamment dans ma direction, vers le cristal… Je n’ai que le temps de prendre appui sur ce dernier pour bondir sur le côté ,alors que l’imposante créature, atteint enfin le cristal… Mais il ne le percute pas, au lieu de cela il s’y enroule, comme pour le protéger, contrastant avec sa frénésie… Et pendant ce temps Zobek se contente d’afficher un maigre sourire, commentant avec un amusement visible.

"Et bien, moi qui craignait que le dracoliche t’amène à ma demeure… Tu y étais très bien arrivé par toi même. Sans les deux seigneurs de la mort, leurs royaumes se sont effondrés, menant la voie au mien. Seulement, aussi instable que soit cette créature, je ne crains rien d’elle en vérité, alors que toi… Montre moi comment tu vas te débrouiller."

Qu’est ce qu’il pouvait m’énerver avec sa suffisance… Il était si sûr que je ne pourrai pas vaincre cette créature...Et en effet, comment y croire ? Mon instinct me hurle que je pourrai à peine l’égratigner ! Seulement, cette salle a beau être ressemblante au hall principal de la cathédrale, je n’y vois aucune porte, aucune échappatoire, même pas le moindre vitraux en vérité. La seule issue, c’est la destruction de ce cristal ! Un cristal qui semble cependant perdre de son éclat, alors que je sens le dracoliche devenir de plus en plus dangereuse, l’espace entre ses ossements étant empli dans le même temps d’une sorte de liquide fluide, presque gazeux, circulant au travers de ce qui auraient dû être son corps, violet, presque sombre. Cela ne fait que rendre son apparence d’autant plus sinistre, d’autant plus inquiétante…

" Oh oh… Intéressant, c’est donc de cela qu’il était affamé ? De l’énergie avec laquelle je maintiens ce royaume ? Mais maintenant qu’il l’a obtenu tu n’as plus d’autre choix que de lui faire face… Et je crains qu’il ait faim d’autre chose... "


Bon sang, il n’est donc même plus question, à en croire le " traître " de simplement éviter cette créature  pour frapper le cristal. Le Dracoliche est devenue mon issue, la clé… Ou plutôt la serrure que je vais devoir défoncer ! Un projet ambitieux et dangereux, mais je me souviens alors d’une phrase d’un général, d’une citation issu de mes cours d’histoire. " Si les hommes sont dans une position sans issue, ils lutteront jusqu’à la mort... " En cet instant, la peur de la mort n’a aucun sens, car le choix est simple… Pensivement, mon regard se pose sur le sol, et j’y trouve un fragment du cristal, un de ceux qui se sont détachés sous mes assauts, sans doute projeté ici par les mouvements brutaux du dragon. Un éclat, effilé, tranchant, une arme… Mon arme… MA carte… Privé de mes couteaux, c’est le seul outil à ma disposition, mais il sera bien suffisant, bien plus que les débris qui m’entourent, bien trop friable à mon goût…

Ma prise se resserre ainsi sur ma nouvelle arme, elle s’enfonce douloureusement dans ma chair, et je sens du sang ruisseler dans ma paume, goûtant jusqu’au sol, mais je suis ainsi certains qu’elle ne m’échappera pas des mains. Se faisant je constate que ce même fragment possède toujours un éclat vif, un éclat qui semble attirer l’attention du dragon squelette, qui déploie en un geste brusque ses semblants d’ailes, poussant un nouveau rugissement, assourdissant, mais face auquel je reste de marbre… J’oublie ces sensations, seul compte mon ennemi, sa mort, ma survie… Et je l’attends cette fois. Comme face au roi mort vivant, ma petite taille me sera un atout pour éviter ses coups, atteindre ses points faibles. Certes, face à lui je ne suis sans doute qu’un moustique… Mais il est déjà arrivé qu’un moustique tue un homme.

Dans le fond, ça ne fait que se répéter un peu n’est ce pas ? Moi face à un être plus grand et plus menaçant. Tout ce qui a changé c’est l’écart, aussi bien de taille que de puissance, mais quelle raison y a t-il pour que l’issue en soit différente ? Aucune… Peut être serai je blessé, poussé une fois de plus jusqu’aux portes de la mort, mais quoi qu’il advienne je survivrai, et si ce n’est pas le cas, à quoi bon y songer puisque je ne serai plus là ? Pourtant… Il y a de quoi avoir peur alors que j’aperçois cette carcasse parcouru d’énergie malsaine s’élancer dans les airs, avant de fondre sur moi, fendant les airs , les os de sa mâchoire laissant deviner que des flammes pourpres s’accumulaient dans sa gueule , prêtes à se déverser sans pitié… Le feu encore… Mais ce n’est pas celui que je connais, ce n’est pas celui que je crains. Ce n’est qu’une pale copie, une menace pleine d’esbroufe !

Mais alors que je me tiens prêt à plonger au cœur des flammes pour atteindre sa gueule, le flot ardent ne se déverse pas sur moi… Non, au lieu de cela, au plein milieu de son vol, le dracoliche tournoie sur lui même tout en relâchant ces flammes, formant ainsi une prison incandescente autour de nous… Comme si un tel rideau serait suffisant pour m’empêcher de quitter la scène si je le souhaitais ! Seulement ce n’est pas le cas, et pas un instant j’y songe, alors même que la créature se laisse tomber au sol, juste devant moi, me surplombant de toute sa hauteur. Ma prise sur le cristal ne fait que se raffermir, un peu plus de sang s’écoulant de ma main, jusqu’à ce qu’une goutte finisse par en tomber, s’écrasant au sol en un ploc à peine audible au milieu des flammes… mais c’est dans mon esprit comme un déclencheur, et je m’élance à l’assaut de la gigantesque créature ! M’envoler aurait certes était une possibilité, mais j’aurai été une cible si facile pour sa gueule…  Seulement, je ne peux atteindre que ses pattes, aux os si épais que mon petit fragment ne fera que les égratigner, il faudra donc m’en servir pour grimper ! Ou du moins voler tout près de ces ossements pour le dissuader de tenter de me prendre dans sa mâchoire. Pour autant la créature n’est pas une vulgaire statue et déjà, une de ses pattes se lève pour tenter de m’écraser, mais je planifie déjà la suite. J’esquiverai d’un bond, et profiterai du temps que cela lui prendra pour l’élever de nouveau pour commencer à l’escalader. De fait j’observe avec attention le mouvement, l’instant où la patte cesse de s’élever, pour commencer à se rabattre au sol… mais quelque chose cloche je le sens … Et je ne le comprends que lorsque j’observe que l’énergie parcourant le dragon semble particulièrement intense ! Sans une pensée, mon bond se mue alors en un envol au moment où la patte frappe le sol. Ce dernier se fissure, et tremble sous l’impact, comme le reste de l’édifice, mais surtout, jaillit des os de la créature une énergie sombre, qui telle une onde de choc se répand à travers le sol, et dont le simple contact fait disparaître aussi bien les gravats que les piliers, avant de s’estomper après plusieurs mètres !

Seulement, ni soulagement ni crainte dans mon esprit, seulement un léger sentiment de triomphe, et une satisfaction jouissive face à l’erreur, à la faiblesse de mon adversaire, Eheheh… Autant en profiter, et si son crâne me paraît une cible de choix elle est loin, je vois une opportunité bien plus près, et bien plus amusante ! Aussi épais que ses ossements soit, cette créature reste normalement articulé, du moins pour un squelette… Ses articulations… Des petits ossements, si fragiles, si délicats ! Peut être que eux je pourrai en faire quelque chose ! Peut être que je pourrai tirer un hurlement de douleur d’un squelette, lui qui gronde et hurle tant !

C’est donc en un ricanement et une impulsion prit sur le vide que je me jette vers ce qui lui sert de genou. Ainsi je saisis à bras le corps l’os surplombant l’articulation et mes pieds sep osent en appui sur cela en dessous, malgré la douleur que me cause l’énergie le parcourant, et enfonce mon arme improvisée dans l’intersection. J’entends dès lors un craquement, peut être ai je cassé quelque chose, mais ce n’est pas assez , pas encore ! Mais larder ces os de coups ne servirait à rien, j’ai une toute autre idée ! Au lieu de cela, je commence à appuyer sur le fragment de cristal de façon à faire levier, afin de déloger les petits os de la créature, qui, comme je l’espérais se met à hurler, mais d’un cri bien différent des précédents, un cri s’approchant de la souffrance. Ainsi donc, même les ossements peuvent avoir mal ! Mais… Justement… la douleur… Celle qui parcourait mes jambes et mon bras s’estompe, et je constate alors l’énergie parcourant le corps du dragon changer de trajectoire, se dirigeant vers l’endroit où j’ai frappé. Une tentative pour se guérir ? Pour m’attaquer ? Je le pense un instant, avant de constater que le fragment que je tiens, décidément bien robuste pour supporter une telle pression, se mette à luire d’un éclat intense… Serait i l en train de récupérer son énergie ? Ahahah ! La bonne farce, cette créature qui semblait tant désirer ce bout que je tenais, voilà que cela se retourne contre elle ! Et me voilà avec une arme qu’il peut craindre !

L’instant d’après j’entends un nouveau craquement, et je sens sous mes pieds basculer l’os sur lequel je prenais appui, et qui serait bientôt suivi par le reste du dragon dont le hurlement persiste, assourdissant mais tellement jouissif ! Mais dans ce hurlement je perçois un sifflement, sa queue… Une fois, mais pas deux ! Contrairement à la lame de l’autre, je réagis à temps, peut être de par cette nouvelle énergie parcourant mon corps… Ou bien car je suis averti cette fois ! Toujours est il, que n’ayant plus qu’une prise, je la lâche tout bonnement dès que je perçois ce son, et me laisse basculer vers le sol, et je ne me soucie guère de ma réception… Après tout, ce serait dommage de gâcher la vue que m’offre cette chute. La queue, qui frôle le vestige de sa patte, manquant sa cible, alors que le mastodonte lui même semble trébucher, cherchant un nouvel équilibre, en s’appuyant sur sa patte avant restante ! Seulement je n’ai pas le temps de profiter du spectacle, déjà la queue se tend de nouveau, prête à frapper dès que je toucherai le sol.

Mais qui a dit que je le ferai ?

Ricanant, je prend mon envol, sans plus craindre d’être mordu… Je n’ai fais que me sous estimer, beaucoup trop et j’ai été trop timoré. Est ce à force de rencontrer des êtres puissants ? Est ce à cause la peur que j’ai éprouvé peu avant ? Peu importe ! Oui cet être m’écrase de sa puissance, mais je suis capable de bien plus que ce que j’ai fais jusque là, d’autant plus que j’ai la clé pour cette victoire ,fiché, planté maintenant dans les chairs de ma paume… Ainsi la queue frappe de nouveau, atteignant le sol avec force. Dans le même temps je perçois un soudain mouvement d’aile du coin de l’œil, déployée de façon à me frapper… rapidement, puissamment, inévitable, mais prévisible… Je ne me débats pas donc pas, je laisse l’os me frapper dans le dos, en une onde de douleur, me projetant par delà les flammes pourpres, par dessus le trône du traître, jusqu’au pied de ce cristal désormais terne…

Sincèrement, je peine un peu à me relever, mais je le fais, ce coups n’a pas d’importance, rien de plus qu’une nécessité, anticipé cette fois, et d’une puissance bien négligeable comparé à ce qu’il aurait pu faire. Même ces fausses flammes… Elles ne font que lécher mes habits avant d’être absorbée par le cristal. Cet être a t-il paniqué ? A t-il été inquiet ? Toujours est il que son coups a porté, mais est une erreur…  Comme celui d’un joueur d’échec qui se jette sur le moindre pion que lui jette son adversaire en pâture… Ou bien est ce vraiment juste une bête, sans cervelle… Elle n’en est cependant pas moins impressionnante. Je sais, je l’ai déjà pensé, mais c’est d’autant plus vrai quand elle se redresse sur ses deux pattes arrières, de toute sa hauteur, que son crâne se cache dans la pénombre, révélé seulement par l’éclat pourpre de ses yeux et des flammes s’accumulant dans sa gueule… avant de les relâcher droit sur moi.

Mais je sais… Je sais quoi faire, je sais exactement ce qui va se passer, et cela nulle puissance ne pourra le changer. Inspiré par mon instinct, je ne tremble pas un seul instant alors que je vois cette tempête pourpre se déferler dans ma direction. Je tends tout simplement le bras, le fragment de cristal pointé dans la direction de ces fausses flammes, avant qu’elle ne les dévore, sans que la moindre flammèche ne m’effleure… Toutes cette puissance volée revenait à son possesseur… Du moins à un de ses fragments. Pourtant je sens que c’est trop pour un si petit morceau, il tremble dans ma main, un tremblement  qui se transmet dans mon bras, accompagné d’une souffrance intense. A tout instant, il va se briser, et ces fausses flammes m’envelopperont, me réduisant à néant… Mais cela n’arrivera pas ! Ce surplus d’énergie… Il l’évacue, à travers moi, et le cristal ne se rompra que si je cède, que si ma main le lâche, que si mon bras flanche… Ainsi la douleur continue, remontant le long de mon bras, parcourant tout mon corps, s’acharnant sur mon dos… Mais aussi intense que soit cette puissance tomber à genou ne me mènerait nul part.

Je suis puissant… Bien plus que tout autre humain, cela je l’ai bien compris, je l’ai constaté, mais je devrai m’avouer dépasser ? Incapable d’accepter davantage de cette puissance. Non… Non, non non non ! Cette puissance qui déborde du cristal, qui me parcourt mon corps… Elle m’est inconnue, mais elle sera mienne, comme les autres… Comme celle qui m’a enjoint aux portes de la mort… Et alors que les flammes commencent à s’estomper, c’est une sensation de jouissance, d’extase qui remplace la douleur tout le long de mon bras, de mon dos, de mon vrai visage… Oh je vois qu’elle déborde presque, un éclat légèrement lumineux, d’un rouge sombre, tel mes tours de passe passe se devinant au travers de mes habits, là où se trouvent mes veines, mais, elle n’en est pas moins à moi désormais !

Et maintenant, alors que je regarde cette créature, ce dracoliche qui s’élance sur moi, s’aidant de ses ailes pour compenser sa patte manquante, j’en ai presque pitié… Presque, car ma joie écrase ce sentiment alors qu’enfin il m’atteint, me frappant d’une patte puissante, avec assez de force pour détruire le cristal qui est sur sa trajectoire, ses éclats volant en tout sens… Mais je ne suis pas sous sa patte, j’ai une fois de plus bondit, mais bien plus haut bien plus loin que d’habitude… Et alors que la créature me cherche, je retombe, de plus en plus vite, de plus en plus mortellement ! Dans ma chute de multiples fragments de cristaux vont à ma rencontre, me lacèrent la peau, le visage, les habits, mais je ne ressens rien d’autre que la jubilation du triomphe… Et j’atteins ma cible, je retombe avec fracas sur le crâne du dragon, avec une telle force que sa mâchoire percute le sol, tandis que mon arme est enfoncée tant que possible dans ce crane, jusqu’à ce que ma main effleure l’os. La bête bien sûr réagit, se débat avec force pour me faire lâcher prise, mais non seulement le cristal est fiché dans ma chair et est bien loin de s’en déloger, mais de plus je tiens fermement une une de ses cornes de l’autre. Remue donc, agite toi, alors qu’une fois de plus l’énergie afflue dans ce cristal, dans mon corps… Du sang m’échappe un peu de mes lèvres, comme si la malédiction de Ryanne était revenue, mais je n’y songe pas… Peu importe ces peccadilles, seul compte cet afflux, cet échange de puissance, cette énergie qui parcourt tout le corps du dragon pour revenir dans le cristal !

Cette lutte acharnée, à la fois contre la bête, et ces énergies chaotiques, me semble durer de longues minutes, mais aucun soubresaut, aucune sensation de douleur ne me font céder, et je sens petit à petit mes deux adversaires s’affaiblir… Et alors que finalement l’afflux semble cesser, et que le dracoliche s’effondre, tout semble s’obscurcir, la lumière, à la source inconnue, se ternissait… Mais je n’ai pas peur, je sais que j’ai triomphé, et mon regard se pose alors sur le vieil homme, sur le traître, qui ne semble plus sourire.

" Ainsi...Cela s’achève. "


En effet… Une nouvelle scène s’achève, et une fois de plus le rideau se ferme…

----------------------------

Le vent frais… Je crois que c’est ce qui me fait comprendre que je suis bien revenu dans ce village détruit… Tout cela a t-il été un rêve ? Non… Je sens encore dans une main le fragment de cristal, et dans l’autre cette corne à laquelle je me suis tant accrochée Je rouvre alors mes yeux et me découvre, debout, au centre de ce dernier, et face à moi un homme… Un vieillard, paniqué, apeuré… Un traître…

"Pitié… Je sais qui tu es ! Je peux t’aider ! Ce n’était pas moi ! C’est lui qui l’a voulu ! Lui et son maître ! Ils devaient payer ! Pas ce village mais d’autres, je voulais juste… Oh pitié ! "

… C’est envers cette loque que toute ma rage est dirigée ? J’ai un doute… Mais il me suffit d’un simple regard aux alentours, pour en avoir la confirmation, cette nostalgie, cette amertume que j’éprouve en ces lieux, elles me disent, elles me soufflent que cet homme est bien un traître,n que j’ai une revanche à prendre sur lui, et que je ne suis pas le seul… Seulement les autres n’en sont plus capable, il ne reste que moi, que moi pour l’exercer. Je m’avance donc vers cet homme, sans un mot, sans une pensée pour sa terreur, pourtant il essaye de fuir, il tente de reculer, mais ma main est déjà sur sa gorge… Mais non je ne vais pas en finir tout de suite…

" Laisse moi ! Il… Il te possédera également… Il... "

Je ne l’écoute plus il y a tant de personnes qui attendent qu’il souffre, chacun… Et je ne veux en décevoir aucun...Et ainsi, alors que je me mets à l’œuvre, s’échappe de mes lèvres une litanie de nom sans sens, sans le moindre souvenir pour moi… mais je sais que c’est important, très important… Au moins aussi important que la joie que j’éprouve à infliger cette souffrance ! A voir son sang ruisselé, à entendre ses cris de douleur ! Son tour est enfin venu ! Et il doit durer longtemps ! Si longtemps ! Surtout pour le dernier nom, celui que je répète encore et encore !

ELANA ! ELANA ! ELANAAAAA !

Mais il finit par céder, par mourir au bout de plusieurs heures… j’ai pourtant été sage je crois, j’ai fais attention à le garder en vie, mais ce corps était fragile, si fragile… Comme les ruines de ce village. Plus rien ne compte ici, il me faut partir…

*Et se remettre au travail, n’est ce pas ?*


Oui… Oui, il y a encore tant d’individus qui doivent payer, tu as raison...

Explications diverses:
 








_________________
Attaque : 2 158 000 - Défense : 700 000 - Vitesse : 3 100 000 - Magie : 262 134 - Résistance Magique : 2 600 000
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La face cachée (Pv Mj)   

Revenir en haut Aller en bas
 

La face cachée (Pv Mj)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» On a tous une face cachée à l'Iris de tous [FORET EFFROI]
» Haïti : René Préval, un président "têtu" au "caractère de caméléon"
» Economies informelles, éconmies criminelles : la face cachée de la mondialisatio
» L'ironie du sort, c'est la face cachée de notre destin.
» Topics de Vasilisa: Voulez vaiment vor la face cachée ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dragon Ball Reborn  :: Univers :: Terre-