Partagez | 
 

 Retrouvailles, ô Retrouvailles [Solo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kodaïan

Rang B [Saiyajin]
avatar


Masculin Messages : 278
Age : 22
Zénies : 9180

Données du Personnage
Power Level: 10 661 930
Power Level en Kili: 2 00
Inventaire :

MessageSujet: Retrouvailles, ô Retrouvailles [Solo]   Ven Aoû 26, 2016 5:16 am


Le paradis. L'autre-monde, le ciel, le nirvana...la plupart des cultures considèrent son existence, et toutes celles qui le font s'accordent à dire qu'il s'agit d'un lieu parfait. Beau, calme, paisible, la terre infinie d'une nouvelle vie heureuse et ataraxique, sans péril ni trouble où l'on peut se repaître de la paix omniprésente, de la sérénité des environs sans frontières autant que de ses occupants, qui ont mérité leur place de par leur générosité, leur compassion, leur dévouement à la grande cause du Bien de tous.
Sauf un guerrier brun, qui l'a gagné par doute. Un combattant aussi féroce que placide, dont le calme et la philosophie retirée lui valurent d'être accueilli dans le plus saint des saints royaumes. Redoutable dans le brasier des conflits, ce natif de Vegeta présentait en revanche le plus souvent un détachement et un comportement étonnamment pacifique, en dehors des besoins débordant de nourriture inhérents à son peuple.

Alors qu'est-ce que qu'il foutait depuis un temps qu'il ne parvenait plus à compter, à foncer dans tous les sens, en retourner ciel et terre - si l'on puis autoriser une telle expression - et à perturber l'ordre céleste à tel point qu'on envisageait de revenir sur son jugement ? Hé bien en fait c'est très simple, Kodaïan au coeur de pierre cherchait sa soeur. Hé ouaip, sa p''tite frangine qu'il avait vu périr sur sa planète natale, deux décennies plus tôt et dont on lui avait confirmé la présence en ces lieux de lumière et de paix.
Enfin, jusqu'à ce qu'il arrive. Son aura rugissait derrière son passage et il invectivait tout et chacun avec un mélange de rage et de désespoir, pressé de retrouver sa chère cadette. Qu'est-ce qu'il lui dirait ? Aucune idée. Aucune importance, cette petite avait été la seule chose qu'il avait voulu protéger et qui l'avait amené à se tourner vers les étoiles plutôt que la soumission de l'armée, de choisir la liberté pour la lui montrer au lieu de s'aliéner.
Bon, au final il avait un peu foiré après qu'elle soit morte...mais bon, c'est du passé.

Ce qui ne l'était pas en revanche, c'est qu'il ne trouve rien. Il avait volé jusqu'à s'en épuiser, d'un côté, de l'autre des nuages dorés jusqu'aux arbres bleus, depuis les tours de cristal jusqu'au-delà de la cascade d'argent. Rien. Les petits, les grands, les limaces de l'espace ou les têtes de beignet intersidéral, nul n'avait souvenir d'une fillette aux cheveux noirs. De tout le paradis qu'il avait traversé comme un éclair survolté, personne ne se rappelait d'une toute petite Saiyanne.
Il devait se rendre à l'évidence, Lettucia était quelque part par-ici et il avait l'éternité pour la retrouver...et c'est certainement le temps que cela lui prendrait. Ni sa vitesse, ni son endurance ne l'aideraient en cette exaspérante tâche qui mettait ses nerfs à rude épreuve.

Impossible qu'il accepte ça s'enragea le Saiyan. Il n'avait pas mené combats et trépas toute sa vie pour se résoudre à la fatalité maintenant ! Mais aucun de ses pouvoirs ne pouvait l'aider dans ce frustrant labeur...qu'il étende ses sens jusqu'au-delà de ses limites ne rimait à rien. Il ne connaissait ni l'aura ni la puissance de sa soeur, le guerrier ignorait même s'il serait capable de la sentir, frêle comme elle était.
C'était plus qu'il ne pouvait en supporter, et Kodaïan commençait à bouillir dans le ciel. L'idée de se poser et de défier un fier guerrier lui traversa de nombreuses fois l'esprit. Il la repoussa à chaque fois. Les premières...heures, journées, semaines (?), le Saiyan avait été impressionné par le pouvoir de certains combattants du ciel, c'est vrai. Les meilleurs auraient certainement pu mettre à mal l'élite de Vegeta.

Seulement lui appartenait à un tout autre niveau. Mille de ces guerriers n'auraient pas suffi à l'échauffer, et cela ne faisait qu'ajouter à sa frustration. Il n'avait pas d'adversaire à sa valeur ici. Pas de défi, pas de gloire et de leçons à tirer de nouveaux combats, et pas non plus de soeur. La totale.
Ses nerfs finirent par lâcher, et furieux Kodaïan laissa exploser sa colère, ses cheveux s'hérissèrent brutalement sur son crâne alors que son aura brillait d'arcs électriques menaçants. A bout, il vola tout droit, dépassant maisons, civilisation et badauds, retournant à ses plus anciennes habitudes : Voler haut, voler loin et surtout, voler seul.
Le peu de raison qui survivait encore lui dicta de s'éloigner de tout ce qui pourrait être dérangé par ce qui allait arriver. Le paradis lui avait été ouvert, et une chance de retrouver sa frangine au passage. S'il laissait ses émotions flamboyantes l'emporter maintenant, il gâcherait tout.

Alors le Saiyan s'isola, atterrissant avec un fracas terrible qui craquela le sol en faisant siffler les airs loin de tout. Un paysage comme un autre, semblait-il. Un paysage qui bientôt ne fut plus que ruines et poussières sous la rage brûlante du plus puissant des Saiyans - le pensait-il - qui frappa, cogna et brisa tout ce qui passait à sa portée, hurlant et rugissant sa frustration, dépensant son énergie qui fit trembler la terre et vaciller les nuages, à se battre et se défouler sur les fantômes de ses échecs qu'il imaginait, dans les visages inexistants de la pauvre nature morte qui l'entourait.

Le temps s'écoula, les échos de sa fureur solitaire se répercutant dans le néant, jusqu'à ce qu'enfin l'éternité ait raison de sa rage pour le moment, et que le guerrier de l'espace encore haletant ne se laisse tomber par terre, ses cheveux redevenus d'ébène et ses traits de marbre.
Kodaïan resta là, son corps non-vivant ne subissant plus ni faim, ni sommeil s'il n'en avait pas le désir, le Saiyan pouvait demeurer perdu dans ses pensées, à contempler le ciel et le vide une éternité durant. Et il le fit, couché sur le dos, à se demander si la nuit tomberait un jour, et si ce n'était pas le cas, quand est-ce qu'il pourrait à nouveau se tourner vers les astres qui avaient inspiré sa triste vie.
Pensif et inépuisable, le guerrier astral ne fit plus attention au temps qui passait. De toute façon, ce n'était pas la peine de se presser, cela ne lui ressemblait pas et ne lui avait jamais rien apporté de bon. Il observa le ciel vide, et les planètes qui y volaient. Ses yeux cherchèrent les soleils, ou d'autres étoiles, et chaque fois il les interrogea silencieusement. "Que devrais-je faire", demanda-t-il aux uns, "Dites-moi où est ma soeur" suppliait-il les autres.

Il demeura inerte, déconnecté de ce monde céleste jusqu'à ce qu'une ombre se penche au-dessus de lui, le prenant presque à dépourvu. Ses sens vigilants n'avaient prêté attention à son environnement, pas plus que sa perception des auras n'avait eu la finesse de détecter l'intruse. Oui, c'était une femme qui se penchait maintenant plus haut pour que leurs regards se croisent, un grand sourire étirant son visage délicat.
Sans empressement inutile, le Saiyan se releva d'un bond souple pour faire face à cette inconnue qu'il détailla, se renfrognant déjà d'avoir été surpris ainsi. Cela n'était pas bien grave, mais ça l'énervait.


"Salut ! J'ai vu qu'il y avait eu du grabuge dans le coin, alors je suis venue voir. C'est toi qui a tout détruit ainsi ?"

Une jeune femme - enfin, le concept de jeune était tout à fait relatif, tant pour un Saiyan que pour un mort -  à l'allure frêle, les bras à nu. Elle avait de grands yeux pétillants d'une bonté frôlant l’écœurement au goût du guerrier, des traits fins qu'il aurait qualifié d'aussi beaux que familiers tandis que deux détails retenaient particulièrement son attention. Sa longue chevelure d'un noir de jais, et son absence d'auréole. Jusqu'à maintenant, mis à part l'administration du ciel, Kodaïan n'avait jamais vu que des...résidents auréolés. Cette femme était un mystère, et son allure générale lui rappelait sa patrie...en particulier lorsqu'il prêta finalement attention à la queue pelucheuse qui s'agitait derrière elle.

"...Tu es une Saiyanne ?"
"Oh ? Tu connais mon peuple ? Quoique à bien y regarder, tu serais pas de Vegeta toi aussi ?"
"Si. Je m'appelle Kodaïan."

Le guerrier avait bien évidemment une certaine...familiarité avec ceux de son peuple. Son interlocutrice en revanche réagit étrangement à son nom. Elle parut réfléchir, se souvenir puis se figea, comme frappée de la plus incroyable des stupeurs. Ses grands yeux parurent prendre son visage tout entier tant ils s'écarquillèrent.

"Ko...Kodaïan ?"
"On se connait ?"

D'abord figée par la surprise, les traits de la Saiyanne s'illuminèrent subitement d'un bonheur digne du paradis qui les accueillait. L'espace d'un instant, l'esprit sarcastique du Super-guerrier se demanda qu'est-ce qui serait le plus rayonnant entre sa transformation ou l'expression de la jeune femme, qui lui bondit soudainement au cou, le faisant sursauter par cette familiarité à laquelle il n'était pas accoutumé.

"Koda-chan !"
"Lâche-m...que..! Lettucia !?"
"Grand frère !"

Le Saiyan resta interdit un moment, chamboulé au plus profond de lui. Seule sa soeur l'appelait ainsi, il s'était dit à l'époque que cela créerait une meilleure intimité entre eux, et puis maintenant il comprenait mieux pourquoi elle lui était familière, plus que ne l'était son peuple à ses yeux. C'était un visage qu'il avait connu et aimé, et qui avait simplement grandi.
Le choc passé, Kodaïan referma ses bras autour de sa si chère frangine, qui venait le retrouver d'elle-même après tous ces efforts à la chercher dans les moindres coins et recoins, et vaincu par un sentimentalisme qui ne lui était pas familier il se laissa tomber à genoux alors que la jeune femme s'agrippait solidement à lui, heureuse de retrouver son cher aîné elle-aussi.


"Lettucia...tu m'as tellement manqué..."
"Toi aussi Koda-chan...la vache, j'ai tellement de trucs à te raconter !"
"Plus tard..."

Soudainement délivré de tous ses fardeaux, Kodaïan se sentit pour la première fois...bien. Il n'était plus en colère, glacial ou méfiant. Plus de soif de combats à assumer pour se défier de sa frustration, plus de conquérants galactiques à redouter ou fuir, ni aucune loi à respecter ou fonder. Il était là, et il se sentait bien, à serrer sa soeur contre lui, juste tous les deux au milieu de nulle part.
C'en était trop pour lui, qui n'avait appris qu'à se battre, à infliger et surmonter la souffrance, mais pas à faire face au bonheur de retrouver celle qui était tout pour lui. Son absence lui avait pesé, même lorsqu'il s'était efforcé de l'enfourner au fin fond de sa mémoire pour se protéger de sa disparition, et plus encore lorsqu'il avait appris qu'il pouvait la rencontrer ici-même.
Vaincu par ses propres émotions, le Super-Saiyan qui avait défié la vie, la mort et les nombreuses voies du destin se laissa aller à sourire, tandis que ses joues se mouillèrent lentement et qu'ils laissèrent avec joie l'éternité leur accorder le privilège d'avoir le temps de savourer ces retrouvailles inespérées.

Un moment s'écoula, ou deux. Peut-être plus, qu'importait, ils s'étaient retrouvés. Puis la jeune Saiyanne lui tapa sur l'épaule.


"Grand frère, tu m'étouffes..."
"Ah ! Pardon, est-ce que ça va ?"

Elle lui fit signe que lui lorsqu'il desserra son étreinte, avant de lui adresser un ravissant sourire. Enfin, ils daignèrent se relever et sans même y penser, Kodaïan passa le dos de son poignet sur ses joues pour les sécher. Voyant cela, sa cadette pencha la tête.

"Koda-chan, tu pleures ?"
"Mais non qu'est-ce que tu crois, tu m'as mis tes cheveux dans les yeux !"
"T'es pas crédible du tout là, j'ai plus quatre ans tu sais !"

Un peu stupéfait par cette réponse, le guerrier resta interdit quelques secondes, prenant le temps de réaliser que cette femme devant lui, cette jolie Saiyanne au grand sourire et au caractère doux mais affirmé, était belle et bien sa si chère soeur. Taciturne, et la voix coupée par l'émotion surtout, Kodaïan préféra se taire pour savourer les instants où il pouvait à nouveau la contempler. Un sourire tendre étirant ses lèvres, le guerrier astral posa la main sur la joue de sa cadette. Il pouvait sentir sa peau, sa chaleur, sa douceur...elle était réellement là face à lui, en chair et en os...
Tiens, d'ailleurs...


"Mais en parlant de trucs à raconter...comment se fait-il que tu sois...et qu'est-ce que t'as fait de ton auréole ? Qu'est-ce qui s'est passé ?"
"Ah, c'est une longue histoire ça commença la jeune femme en se mettant à entortiller une mèche de cheveux autour de ses doigts "Après ma mort, sur Vegeta, je suis arrivé au paradis...puis quand ils ont demandé de l'aide auprès de l'administration j'y suis allée, et à force de courir partout pour eux ils m'ont permis de revivre ET de rester ici, puisque je n'aurais pas fait long feu chez nous, comme tu t'en doute..."

Le super-guerrier grimaça à cette idée. La seule pensée de perdre à nouveau sa soeur, ou qu'elle soit-même blessée lui dressait déjà les cheveux sur la tête.

"Du coup j'ai pu grandir et continuer à les servir ! C'est cool hein ? Et finalement je suis tombé sur toi, grand frère, et ça c'est le must !"

Toujours aussi affectueuse que dans ses souvenirs, mais infiniment plus vigoureuse, Lettucia lui sauta dans les bras, s'agrippant une fois de plus à son cou pour exprimer son immense plaisir de renouer avec son cher frère. Un estomac gronda, encore sous le choc, Kodaïan n'aurait su dire lequel était-ce mais se doutait que, les émotions creusant, le sien ne tarderait pas à suivre. Il referma ses bras autour de sa cadette, qui comme retombée en enfance se laissa faire, et commença à s'élever paisiblement dans le ciel.

"Hé bien tu me raconteras la suite autour d'un repas digne de ce nom alors, ça serait malheureux de se retrouver le ventre vide !"
"Ouais ! Et puis tu me raconteras aussi tes aventures hein ? Parce que je veux savoir comment tu t'es retrouvé à arriver ici !"
"Heh, ça aussi ça va être une longue histoire...heureusement qu'on a toute une éternité pour se faire !"

_________________
Thème suggéré par Gray, le nuancé.
Revenir en haut Aller en bas
 

Retrouvailles, ô Retrouvailles [Solo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Des retrouvailles tragiques...
» Retrouvailles percutantes...[London]
» Fin du rp: Retrouvailles {OK}
» [TERMINE] Retrouvailles inattendues [Chase]
» Retrouvailles opportunes... [PV Eimerek/ Privé] [POST CLOS]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dragon Ball Reborn  :: Zones Restreintes :: L'Autre Monde :: Paradis-