Partagez | 
 

 Première mort, deuxième vie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Première mort, deuxième vie   Dim Juin 19, 2016 2:28 pm

Que s'était-il passé ? Kodaïan avait le sentiment...d'avoir raté quelque chose. Comme s'il avait perdu connaissance pendant longtemps. Pourtant, il jurerait que cela ne faisait que quelques minutes à peine qu'il...qu'il...
Il se passa la main sur le front, ses souvenirs étaient flous. Le Saiyan se rappelait de la colère, de la souffrance, de Makyo...mais rien de tout cela ici. L'esprit encore confus, le guerrier s'efforça d'analyser la situation, de repérer les menaces potentielles, les issues éventuelles et tout simplement de comprendre où il était. Curiosité oblige !

En dépit de sa nature, Kodaïan ne parvenait pas à déterminer à quelle altitude il se trouvait. En regardant les nuages jaunes autour de lui, il estima qu'il devait être haut, bien que l'étrange ciel au-dessus semblait s'étendre jusqu'à l'infini, pour de vrai. Pourtant, son instinct ne lui renvoyait pas l'impression qu'il ressentait lorsqu'il volait loin dans les cieux, habituellement. Un mystère intriguant.
Le second point était tout aussi intéressant. Il y avait là des...euh...nuages ? Il ne voyait pas vraiment comment appeler ça autrement, pleins de petits nuages qui faisaient la queue en discutant, marmonnant, enrageant parfois en secouant leurs bouts de cotons inoffensifs. Cela l'amusait. Il y avait aussi ces...démons ? En les apercevant, Kodaïan failli être pris d'une crise de violence et leur bondir dessus pour les écarteler, avant de remarquer l'absence de malveillance de leur part. Gringalets dans leurs costumes bien taillés, avec leurs haut-parleurs, la peau bleue et des cornes ridicules, ils ressemblaient plus à ces insupportables fonctionnaires derrière des bureaux, sur Terre.
Eprouvant un mélange de pitié et de mépris pour ces êtres qui vouaient leur vie à une tâche aussi ingrate que peu glorieuse, Kodaïan conserva finalement sans trop de mal son calme. Même lorsqu'il remarqua finalement qu'il était lui-même dans la file, et qu'il avançait machinalement depuis...un temps indéterminé.

Qu'est-ce qu'il foutait là ? Pourquoi suivait-il tout le monde ? Bien des gens parlaient autour de lui, les démons fonctionnaires, les nuages en file indienne...alors il tendit l'oreille et écouta. Des termes revenaient souvent, la mort, l'éternité, l'au-delà...un cornu expliqua d'ailleurs qu'il était important pour le bon déroulement de l'administration de l'autre-monde que tout le monde garde son calme et suive les instructions.
Des sentiments contraires tenaillèrent le Saiyan qui fronça les sourcils en entendant cela. Il n'avait pas la moindre envie d'obéir bien sagement, et certainement pas pour qu'on le regarde comme un bout de papier et qu'on décide de son avenir, une fois de plus. D'un autre côté, sortir maintenant du lot lui attirerait très certainement une éternité de problèmes, alors qu'il ne savait absolument rien de vraiment utile sur sa situation et les environs.
Et puis, l'autre-monde, l'au-delà...il était finalement monté au ciel ? Cool !
Wait.
Il était donc mort ?

Le guerrier se passa à nouveau la main sur le front, en se remémorant ses derniers instants. Une crise de rage presque démente, Brassica qui devient super-Saiyanne, le tir de son attaque ultime...et la démone qui se penche sur lui pour l'achever, comme une sale petite pu...naise de l'enfer.
Sentant quelque chose de bizarre aussi, Kodaïan leva la tête et aperçut son auréole. Tiens, c'était marrant ce truc-là. Ainsi il était bel et bien mort... Wow, ça faisait un choc. Le guerrier tua le temps, si l'on puis dire, pendant que la file avançait en y réfléchissant. Bien évidemment, c'était très déroutant. De se dire que ça y est, sa vie s'était arrêtée. Pourtant, le Saiyan ne parvenait pas à vraiment se dire qu'il serait jugé et qu'on l'enverrait dans un endroit, ou un autre et que voilà, éternité de blablabla, on s'en fout.
Curieux, sceptique aussi, il serra le poing. Fort. Avant de regarder un des cornus. Des gardiens de l'au-delà hein ? Pourtant, à vue de pif, Kodaïan estimait pouvoir en prendre une centaine comme ça sans problèmes. Autrement dit, il possédait toujours sa force, sa liberté de pensée et de mouvements...du moins pour l'instant.
En clair, il pouvait toujours se battre.

Le Saiyan se fendit d'une esquisse de sourire à l'idée qu'au lieu de s'arrêter, sa vie avait simplement recommencé dans les cieux, son véritable foyer - enfin, si on veut - avec une auréole en cadeau. Pas question de se laisser abattre, tant pis s'il devait évoluer ici plutôt que...euh...en bas, du moment qu'il pouvait agir, il pouvait être libre !
Il entendit un "Suivant !" et remarqua qu'il n'y avait plus de petite boule de coton devant lui, alors il s'avança, se disant que ce n'était pas si terrible au final, de mourir. Restait plus qu'à espérer que ce ne soit pas une fausse joie.
Revenir en haut Aller en bas
Game Master
Admin
avatar


Masculin Messages : 650
Age : 104
Zénies : Infini

MessageSujet: Re: Première mort, deuxième vie   Dim Juin 19, 2016 6:06 pm



Première mort, deuxième vie


Dragon Ball Reborn

Enma venait de finir d'envoyer un psychopathe en Enfer, c'était bien de traiter avec ceux-là, puisque les mauvaises actions qu'ils avaient fait leur garantissait pratiquement leur ticket.

"Suivant !" cria le grand être rouge à la file dehors

S'avança alors un homme qui manquait de vêtements sur la partie du haut, mais ça le Juge n'en avait que faire :


"Hmm... Kodaïan, un Saiyajin..."

Enma feuilleta  le dossier pendant deux bonnes minutes sans rien dire. Hmm... Les bonnes actions de cet homme compensaient les mauvaises, si bien qu'il semblait absolument neutre... Dans ces cas là, la procédure était claire :

"Aguitar !" appela-t-il

Rapidement, un Oni vêtu d'un costard-cravate et doté d'une valise dont les papiers débordaient arriva devant Enma, celui-ci lui murmura des choses à l'oreille avant de lui tendre un dossier. L'Oni alla ensuite s'isoler :


"Attend quelques instants." dit le Juge au Saiyajin

Aguitar revint quelques minutes après devant Enma et aux côtés de Kodaïan :


"Je suis prêt Roi Enma !"

"Bien, je te présente Aguitar, il sera ton avocat, car si ça ne tenait qu'à moi, tu mériterais l'Enfer, je vois beaucoup de meurtres dans ta vie, des conquêtes pour Freezer. Mais vu que tes bonnes actions compensent les mauvaises j'ai appelé cet avocat pour plaider ta cause et te donner une chance d'aller au Paradis. Je t'écoute Aguitar."


HRP : là je te propose de jouer Aguitar pour que tu donnes une bonne raison à Enma de ne pas t'envoyer en Enfer, je fais ça car c'est toi qui connait le mieux ton personnage et ce qu'il a fait au cours de sa vie, donc bon c'est à toi de jouer l'avocat qui te défend, il a lu une copie du dossier sur ta vie d'ailleurs pour info



© By A-Lice sur Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Première mort, deuxième vie   Dim Juin 19, 2016 7:36 pm

Le Saiyan s'avança jusqu'à arriver devant un énorme géant rouge, entouré de monstrueuses montagnes de paperasses qui donnèrent presque envie à Kodaïan de prendre en pitié le roi Enma. Devoir passer l'éternité à tamponner et signer des feuilles, pour tous les décédés de l'Univers, ça devait être salement pénible.
Le géant rouge commença à feuilleter un truc. Le guerrier croisa les bras en attendant qu'il se passe quelque chose, préférant jouer la prudence cette fois-ci. Foncer dans le tas comme il le faisait en super saiyan 2 ne serait pas une bonne idée, ça il en était sûr. D'autant plus qu'il y avait là une myriade de nouveautés qui l'intriguaient, ne serait-ce que le dossier de l'administrateur des morts.

Finalement, le gros tas appela un avocat - un concept étrange pour un Saiyan, qui ne pouvait fondamentalement pas comprendre comment on pouvait être payé pour parler à la place de quelqu'un d'autre - et le géant lui expliqua la situation. Ses faits étant ambigus, on voulait lui donner une chance d'aller au Paradis bien qu'il ne le méritait probablement pas.
Cela lui fit hausser un sourcil tandis que l'Oni allait étudier le document, probablement un résumé de sa vie s'il avait bien compris. Ce qui lui déplaisait d'ailleurs souverainement, de savoir que des entités puissent tout connaître de lui ainsi...d'un autre côté, il avait affaire là avec des véritables...dieux ? Ou en tout cas quelque chose qui s'en rapproche, puisqu'il ne voyait pas d'auréoles au-dessus de leur tête.

Lorsqu'Aguitar sortit enfin de son isoloir après avoir pris connaissance de la vie de son client, il ajusta sa cravate et se racla la gorge lorsque Enma l'invita à plaider la cause du Saiyan qui resté renfrogné, n'appréciant pas qu'on ne le laisse pas se défendre lui-même, et les bras croisés. Et torse nu aussi, mais ça, c'est de naissance.


"Merci roi Enma, tout d'abord je voudrais signaler qu'en effet, mon client a effectivement commis de nombreux crimes, comme quasiment tous ceux de sa race en vérité il se mit à feuilleter à nouveau le document. Intrigué par ce que pouvait bien dire un bout de papier sur sa propre vie, Kodaïan se pencha dessus, mais n'était pas certain de comprendre ce qui était écrit "Meurtres, génocides, bagarres, vengeances, menaces de mort...c'est vrai que c'est moche."
"T'es censé me défendre ou me couler ?"
"Laissez-moi faire mon métier je vous prie. Hrm. Je disais donc, c'est une bien sinistre liste que voilà, mais à sa défense il n'a jamais eu le choix. Vous savez comment sont les Saiyans, votre honneur. Les faibles sont martyrisés, les lâches exécutés, par leurs propres pairs ! Et ne parlons même pas du terrible Freezer..."

Aguitar tourna les pages, suivant les lignes importantes du bout de l'index, vérifiant ses informations à mesure qu'il continuait à plaidoirie et que le guerrier de l'espace regardait les alentours, ronchon.

"On peut constater ici que la quasi-totalité de ses crimes ont été exécutés sous la juridiction du Roi Vegeta, ou bien sous les ordres de Freezer. Par conséquent, s'il n'obéissait pas, il serait lui-même devenu la prochaine cible. Peut-on vraiment le condamner pour avoir voulu protéger sa vie ? De plus, comme vous le disiez vous-même votre honneur, il a commis des bonnes actions. Et si ses crimes prenaient parfois des proportions exagérées à cause de ses obligations envers ses employeurs, il a épargné de lui-même de nombreuses vies, il en a même sauvé certaines !"

L'avocat omettait de préciser que comme tout Saiyan, tuer gratuitement ne dégoûtait pas le guerrier presque aussi nu qu'un vacancier à Saint-Tropez, puis retourna le document pour le présenter à la vue de tous. Il y avait peu de chance qu'on puisse lire les lignes d'ici, mais les faits étaient là.

"Il a perdu la vie en protégeant une enfant qui aurait probablement péri sans son intervention, ainsi qu'un parfait inconnu ! De plus, nous pouvons clairement constater que depuis qu'il s'est détaché des ordres de son Roi, ou de Freezer, ses mauvaises actions ont considérablement diminué. enchaînait Aguitar, qui avait enfin du boulot car dans cet univers c'était dur de trouver quelqu'un à devoir défendre "Et le plus souvent, c'était des crimes assez minimes. Il a causé des dégâts à l'environnement, tué des créatures inconnues pour s'entraîner, certes...mais il n'a jamais cherché à faire lui-même de génocides ou à détruire des pays entiers, ou des planètes ! De plus toute sa vie a été placée sous le signe de la violence, pour un Saiyan il fait tout de même preuve d'une exceptionnelle bonté envers les plus faibles, puisqu'il ne s'acharne jamais dessus. Sa présence sur Terre n'a d'ailleurs pas fait plus de bruit que quelques nuages et un bout de forêt calciné, à cause de, je cite "une fout..." ça je peux pas le dire, "une machine à paroles insupportable"."

Kodaïan tourna la tête à ce moment, le sourcil levé. Il parlait de sa rencontre avec Ryanne ? Moui, c'est vrai qu'il avait été assez...naturel à ce moment là. Mais comme à son habitude, il n'en éprouvait aucun regret. Détruire quelques arbres et les trucs qui pouvaient bien s'y cacher, quelle importance ?

"Et pour finir ma plaidoirie seigneur Enma, j'aimerais rappeler ce qu'était mon client dans son enfance. Un Saiyan passionné non par la violence et la conquête, mais par ses passions qu'étaient l'astronomie et la découverte au sens large, des passions qu'il avait tenté, je pense qu'il est important de le rappeler, de transmettre à sa soeur cadette qu'il protégeait et guidait avec amour et patience."

Une crispation incontrôlable agita le Saiyan, dont les traits ne cessèrent de changer d'attitude. Il abhorrait abominablement qu'on connaisse ses secrets intimes, et tout particulièrement celui-là, en vérité peut-être même le seul qu'il avait réellement voulu protéger...et oublier. Un souvenir douloureux, celui de vies brisées, et perdues.
Fort heureusement conscient qu'exploser de colère et de cette soudaine angoisse qui était toujours liée à son passé ne l'aiderait pas, pas plus que s'en prendre à son avocat ou au Roi Enma, Kodaïan se mordit les joues, griffa ses bras jusqu'au sang et essaya d'attendre, trépignant d'un pied sur l'autre. Calme pour un Saiyan...mais ça s'arrêtait là, il ne faut pas exagérer.


"Aussi pour conclure votre honneur, je voudrais résumer cette affaire en disant que mon client a certes commis des crimes, mais qu'il y était contraint sous peine d'être lui-même tué, que ce soit par ses pairs ou l'un des plus terribles fléaux de la galaxie, tandis que ses bonnes actions ont toujours été faites sciemment. Sur ce, seigneur Enma, je vais vous laisser rendre votre jugement."

Aguitar alla rendre le dossier, pour se replacer aux côtés du Saiyan tendu comme un arc, son pied tressautant par terre pour extérioriser sa nervosité. Il ne parvenait pas à faire passer la colère impulsive qui le gagnait quand on s'intéressait de trop près et trop efficacement à lui, pas plus qu'il n'arrivait à se débarrasser de son impatience de devoir écouter des blablabla, et patata, et pioupiou (piou ?) pour qu'on décide encore une fois de plus de son destin.
Certes, il se faisait tant bien que mal une raison en se disant que, dans le monde "vivant", les troufions qui se prenaient pour des dieux dès qu'ils pouvaient se transformer pouvaient être défoncés à coups de lattes...mais ici, même si le guerrier était prêt à défendre son éternité si jamais le verdict de lui plaisait pas, il préférait faire profil bas, au cas où les entités locales soient vraiment des dieux tout-puissants.
Après tout, il ne devait pas être le premier monstre de puissance qui passait par-ici, pourtant il ne voyait pas de véritable système de sécurité. Autrement dit, Enma ne craignait pas des dissidents...
Bordel, qu'est-ce que cela le gonflait !
Revenir en haut Aller en bas
Game Master
Admin
avatar


Masculin Messages : 650
Age : 104
Zénies : Infini

MessageSujet: Re: Première mort, deuxième vie   Dim Juin 19, 2016 10:24 pm



Première mort, deuxième vie


Dragon Ball Reborn

Enma écouta attentivement les arguments de l'avocat de Kodaïan, ses mauvaises actions avaient été faites sous la contrainte... Pour Enma ça ne voulait pas dire grand chose, car on avait toujours le choix de mourir au lieu d'obéir, et se faire réincarner plus tard ou gagner une place au Paradis.

Toutefois.

Aguitar apportait de bons points, peut-être que le Saiyajin n'était pas un mauvais bougre dans le fond et peut-être aurait-il pu devenir meilleur s'il avait vécu plus longtemps...


"Ta petite sœur... Hmm... Si je me souviens bien je l'ai envoyé au Paradis."

Il marqua une pause, la main au menton, réfléchissant de longues secondes...

"Très bien, ce sera le Paradis, si tu le souhaites tu peux garder ton corps pour t'entraîner. Mais si jamais on me rapporte que tu causes des troubles ce sera un aller-simple pour l'Enfer !"

Sur ses paroles, il frappa son marteau sur la table, rendant la sentence définitive. Un Oni s'approcha alors de Kodaïan et lui demanda de le suivre, quand la voix d'Enma se fit entendre :

"Et je ne crois pas que tu vas t'y ennuyer de toute manière, car parmi les guerriers de l'Autre-Monde il y a des représentants de ton peuple et d'après ce que je lis dans ta vie tu est à peu près aussi fort qu'eux."



© By A-Lice sur Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Première mort, deuxième vie   Dim Juin 19, 2016 11:01 pm

Enfin tout ce blabla était fini ! Ce n'est pas vraiment que Kodaïan était un Saiyan pressé, surtout dans la mort, mais attendre comme ça qu'on lui dise "vas y" ou "vas te faire mettre" le mettait sur les nerfs. Les siens n'étaient pas fait pour s'épandre en discours interminables, mais pour se meuler de bon cœur.
Enma semblait réfléchir, pendant que le guerrier songeait à lui mettre sur la gueule. Le roi des morts était très imposant. Il aimait bien taper les gros, c'était marrant. Puis enfin, le géant reprit la parole. Il impressionna Kodaïan par sa mémoire en se rappelant qu'il avait envoyé sa petite sœur au Paradis, une décision qui ne surprit en revanche pas le Saiyan. Après tout, comment aurait-il pu en être autrement ?

La suite du jugement fut idéale pour lui, direction le Paradis à son tour et en plus il pouvait conserver son corps. Heh, finalement ce n'était pas si mal de taper la causette pendant une éternité et demie si c'est pour pouvoir vivre...euh, cette après-vie p'tet plutôt, comme ça jusqu'à la fin des temps...
Et comble du bonheur, il ne serait pas le seul guerrier de l'Autre-monde ! Enma en personne lui annonçait la présence de d'autres Saiyans, dont le pouvoir pouvait égaler le sien ! Il n'y avait vraiment pas de quoi se plaindre, finalement c'était plutôt cool de mourir.


"Cool, c'est pas si mal la mort en fait."

Il fit un signe d'au-revoir au roi rouge alors qu'un Oni venait lui montrer la sortie. Après tout, le gros tas de l'administration avait été plutôt franc au final. Le Saiyan n'avait pas aimé son attitude et les connaissances qu'il avait à son sujet, mais en y réfléchissant, il était allé sans détour à l'essentiel, exposant sa pensée, les conséquences, pour finir par lui ouvrir les portes du Paradis, comme à sa frangine, c'était vraiment chouette ça.
Tiens, quand il le formule comme ça il réalise que ça fait que sa soeurette et lui sont sur le même...euh, monde ? Plan ? Bref.

Le Saiyan se figea brusquement, les yeux écarquillés comme jamais. Lui et Lettucia existaient tous deux, en même temps, dans le même paradis !? Son esprit se vida, il ne parvenait plus à réfléchir. Il se jeta sur son démon-guide, qui faisait le planning touristique des lieux, l'attrapant en manquant de peu de le casser en deux sous l'engouement qui le gagnait brutalement.


"Lettucia est ici !? Où ça ! OU CA !?"

Il secoua comme un enragé le pauvre démon jusqu'à faire voler ses lunettes et sa cravate. Bordel, qu'est-ce qu'il attendait !? Pourquoi il mettait si longtemps à répondre ? Le guerrier finit par le jeter, le visage virant au rouge sous le sang qui lui montait au cerveau et s'envola avec tant de violence qu'il en fit trembler le sol, son aura jaillit du Saiyan qui fonça comme un ouragan à travers tout l'Autre-monde, se posant comme un météore à chaque fois qu'il apercevait des gens, interrogeant tout le monde, ne recevant que des réponses négatives et effrayées, avant de redécoller.

Bien évidemment, Kodaïan n'alla pas jusqu'à violenter les habitants du ciel. Il était bien trop pressé pour ça ! Bordel, pourquoi fallait-il que le Paradis soit si grand !?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Première mort, deuxième vie   

Revenir en haut Aller en bas
 

Première mort, deuxième vie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» 25 septembre 1991, Aristide à L'ONU : Liberté ou la mort !
» Jusqu'a mort s'ensuive... (Linoël, Idryl, Luna, Sanzo, Shrys
» Jeune artiste kidnappé , blessé par balle et laissé pour mort à Cité Soleil
» Menaces de mort contre Wyclef Jean.
» Première Pub de la campagne d'obama ou Le rêve américain

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dragon Ball Reborn  :: Zone Restreinte :: Zone Restreinte :: L'Autre Monde :: Poste de Frontières-