Partagez | 
 

 Une bouffée d'air, un nouveau sens [Solo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Une bouffée d'air, un nouveau sens [Solo]   Sam Fév 27, 2016 8:26 pm

La Terre était vraiment une très belle planète. Riche en couleurs, en paysages et en biodiversité, avec son ciel d'un bleu doux, ses jungles luxuriantes aux fleurs aussi stupéfiantes par leur taille que leur aspect, sans oublier ses prédateurs aussi féroces que savoureux.
Bah ouais, qu'est-ce qui est plus fort et vorace qu'un Saiyan à l'heure du goûter ?

Conformément à leur accord, Kodaïan retrouvait quotidiennement, le plus souvent, le dénommé Trunks pour se livrer à leur entraînement, se mesurant l'un à l'autre en force, en technique ou astuce. Le pur sang demeurait toutefois circonspect quant à la puissance extraordinaire du bâtard qui surpassait indéniablement n'importe quel natif de Vegeta sans aucun problème. A vrai dire, le jeune homme aurait probablement pu l'écraser s'il n'avait pas frôlé la mort face à l'affreux nain vert sur Cooler 404. Et encore, ce n'était vraiment pas ce qui l'avait le plus abasourdi de la part de l'hybride...mais bref.

Cependant, les deux super-guerriers ne passaient pas leur journée à faire la récolte des marrons. Dès que leur entraînement prenait fin, pour une raison ou une autre, chacun retournait à ses activités. Celles de Trunks étaient auréolées, comme lui, de mystère, de cette sensation que quelque chose cloche, cependant l'ex-soldat, en dépit de sa curiosité, n'était pas du genre à fourrer son nez dans les affaires des autres.
Pour Kodaïan justement, le reste de son temps libre - il en avait décidément beaucoup maintenant qu'il ne répondait plus de ses actes qu'à lui-même - était usité à tenter de maîtriser sa transformation, la perception des énergies, à voyager entre les différents biomes, voire le tout à la fois. Ben oui, quoi de mieux pour traverser un océan rapidement que de passer en Super Saiyan et de voler à toute allure ?

De temps en temps, il cédait au caprice de ses pulsions et se posait quelque part, sans aucune raison autre que l'envie de le faire. Kodaïan commençait alors une exploration plus "terre à terre", marchant la plupart du temps et s'approchant au plus près pour examiner le moindre petit truc qui attirait son attention. Des motifs colorés des ailes de papillons tropicaux jusqu'à la vaillance d'un petit escargot escaladant un rocher, du petit scintillement d'une pierre un peu minéralisée au fond d'un ruisseau au fracas de cascades spectaculaires.
Jour comme nuit, le Saiyan était toujours en activité. Sur sa planète, il avait le sentiment d'avoir déjà vu ou fait tout ce qui était à voir ou faire. Ici, cela faisait une poignée de cycles solaires qu'il avait atterri et déjà il multipliait les expériences en tous genres.

Une seule chose en vérité troublait son quotidien, le sentiment qu'il frôlait l'acquisition de ce sixième sens mystérieux, de cette perception des énergies. Chasseur solitaire, le guerrier savait être à l'écoute de ses sens et de son instinct, mais depuis son arrivée sur Terre et les informations de son camarade au sang martial au sujet de l'étrange faculté, Kodaïan avait sans cesse l'impression qu'il y était parvenu dès qu'il se mettait à fixer une créature qu'il n'avait pas remarqué avant ou à se retourner sans entendre le moindre bruit, mais en même temps dès qu'il tentait de se concentrer ou de chercher quelque chose en particulier, subitement il avait l'impression d'être revenu à la case départ.
Alors contrarié, le Saiyan avait multiplié les tentatives. Il avait plongé dans un océan, s'entourant d'une fine couche d'aura pour demeurer sec et pour respirer même à mille mètres de fond, étirant ses sens dans cet univers mystique que représentent les abysses. Là, dans les ténèbres, le froid, la pression et la solitude des profondeurs, le guerrier savait se relâcher et faire confiance à ses sensations. Notamment lorsqu'il eut le sentiment de "voir" une créature, alors que l'obscurité le lui interdisait. Incertain de sa réussite et fatiguant, Kodaïan s'était transformé avant de retourner à la surface, non sans jeter un coup d'oeil en direction de l'étrange impression. La lumière dégagée par la libération de son aura de Super-Saiyan lui révéla, avant qu'il n'aille trop haut, la silhouette d'une créature marine...

Ce n'était pas la seule expérience de ce genre. L'ex-soldat s'était aussi rendu dans le désert, à guetter au milieu des vents, des sables et de la férocité d'un soleil insuffisante pour perturber le super-guerrier qu'il était.
Il s'était caché dans les plus épaisses forêts, guettant les plus petites formes de vies, cherchant par cet instinct optionnelle même celles qui échappaient à son ouie ou à sa formidable vue. Puis il avait tabassé et bouffé les plus grosses, faut pas abuser, l'entraînement, les voyages, la méditation tout ça...hé ben ça creuse sévère !
Kodaïan avait exploré des montagnes, des plaines, tous les paysages qu'il avait pu apercevoir jusqu'à maintenant. Des savanes remplies de grands fauves jusqu'aux monts encore sauvages regorgeant de délicieux - ahem - terrifiants dinosaures. Des plus paisibles étangs où sommeillaient grenouilles et nénuphars aux côtes les plus dangereuses infestées de requins et de méduses détestablement fades. Quoi ? Non, évidemment qu'un Saiyan ne rapporte pas tout à la bouffe, c'est une constante universelle. Vous la connaissez pas cette théorie ? "Rien ne se créé, rien ne se perd, tout se digère".

Mais bien sûr, perfectionniste, curieux et pragmatique, il était impensable que le guerrier de l'espace néglige un environnement, si repoussant et attrayant à la fois, que l'on pouvait trouver sous tous les climats.
La civilisation.
Profitant de l'occasion pour découvrir les habitudes des Terriens, Kodaïan se perchait sur des toits, se mêlait à la population pour traverser les rues en essayant de compter, sans les regarder, la quantité présente. Les agressions faites à ses sens étant généralement aussi nombreuses qu'excessives, le Saiyan finissait par retourner les examiner de loin, préférant tenter de deviner leurs positions et activités à travers les murs, même les plus épais. Quelques fois...cela semblait marcher, même s'il ne regretta pas son stoïcisme lorsqu'il crut percevoir les "positions" utilisées par un corps à corps nocturne. Pas plus gêné ou intéressé que ça, il se contenta de changer d'endroit en volant.
Peu importait le nombre de tentatives, les lieux, la concentration, le volume disponible dans son estomac, sa perception était rapidement troublée par la distance ou le nombre, et bien plus rarement par la puissance, comme il le découvrit lors de ses entraînements avec Trunks.

Bien qu'il ne lui en toucha pas un mot, Kodaïan remarqua que non seulement ce sens étrange lui permettait de ressentir le niveau de puissance mais également que plus une présence était puissante, plus elle éclipsait les autres. Une tentative osée d'étendre sa perception aux environs alors même qu'il bataillait avec le demi-saiyan lui donna le sentiment de progresser quelque peu, même si cela lui valut une raclée de la part du bâtard car il ne parvenait plus à se concentrer efficacement sur leur duel.

Cela dit, si essayer d'améliorer sa perception des Ki avait le mérite d'être très pratique puisqu'il suffisait "d'ouvrir son esprit" à l'environnement, permettant ainsi de s'entraîner à tout moment en toute situation, au beau milieu d'une partie de chasse ou au cours d'une sieste peinard au soleil, le fait d'avoir sans cesse l'impression de réussir et d'échouer à la fois minait un peu le moral du Saiyan.
Kodaïan savait qu'il progressait, puisque plus le temps passait plus il parvenait à remarque des choses d'une façon différente, ce qui lui fit d'ailleurs remercier son habitude des manoeuvres aériennes complexes puisque sentir des formes de vie à tout moment même aux endroits les plus inattendus, comme dans une pierre ou même à plusieurs mètres sous terre,
ne le perturbait pas. Cependant c'était cette même réussite qui le rendait un peu amer. Il avançait certes...mais trop lentement et trop peu.
Il se souvenait de ce qu'avait dit Trunks, lors de leur rencontre. Qu'il avait senti une extraordinaire puissance, mais il l'avait senti de loin, à plusieurs...peut-être centaines de kilomètres. D'accord, le Terrien était bien plus habitué que lui à sentir les énergies et le Super-Saiyan avait fait une balise aisée à trouver...mais pourtant l'hybride en avait parlé comme de quelque chose de très facile à faire. Alors de rester à stagner comme ça, de ne pas noter une formidable progression ou au moins une capacité digne de ce nom, ou même tout simplement d'être incapable de sentir l'arrivée de son "camarade" avant que ses sens naturels ne le remarquent tirait peu à peu sur les nerfs du guerrier.

Mais bon. Kodaïan était un combattant, fort de corps et d'esprit. Il s'efforçait de relativiser, que sa façon de se battre s'était un peu améliorée sur une planète pourtant si faible, qu'il avait déjà saisi en peu de temps les bases d'une nouvelle technique qui lui permettrait de ne plus jamais dépendre de ces misérables scouters et en plus il maniait le Super-Saiyan ! Lui qui ne tenait absolument plus en place lorsqu'il venait d'atteindre cette nouvelle phase de sa vie commençait à pouvoir le maintenir de façon prolongée sans finir par exploser tout ce qui l'entourait.
Ouais, parce qu'on va pas le cacher mais s'il a arrêté d'indigner toutes les associations écologistes chaque fois qu'il se transforme, c'est bien car il prend désormais la peine de s'envoler avant de libérer sa puissance dorée. Et puis, Super-Saiyan ou pas, c'est bien beau de se dire qu'il y a eu des progrès, que peu de temps avant encore il ne savait rien de tout ça, et blabla, et blabla...mais ça serait mentir que dire qu'il n'y a jamais eu une victime collatéral à sa frustration. Un rocher, un arbre, une bestiole, un bout de truc qui finit vaporisé pour la seule raison qu'il a eu le malheur d'attirer son regard au mauvais moment. La loi de la nature était d'actualité pour toutes les espèces et tous les mondes, mais elle était encore plus vraie et dure sous le ciel rouge de Vegeta.

Mais Kodaïan savait tirer profit des événements, même de ses accès de colère qui lui rappelaient ses origines, tout le chemin qu'il avait fait, et pourquoi. Se défouler sur plus faible que soi était justement une marque de faiblesse...et lui était fort. Alors il reprenait ses voyages, ses efforts avec encore plus de détermination, pleinement résolu à exceller en chaque domaine qui l'intéressait. Le guerrier n'était pas devenu un Super-Saiyan pour se contenter d'une demi-réussite.
Que ce soit sur Terre, Vegeta ou à l'autre bout de l'univers, l'ex-soldat ferait ce qu'il faut pour réaliser ses rêves et cela nécessitait une parfaite maîtrise de lui, de son comportement ,de sa colère, de sa force...mais aussi du potentiel qui lui était encore caché. Parce qu'en dehors des facultés extraordinaires de son aura, dont il ne fit jamais mention à aucune occasion, de la faculté innée à percevoir les énergies qu'il fallait simplement débloquer et des pouvoirs cachés propres au sang des Saiyans, Kodaïan sentait qu'il y avait encore autre chose, un secret plus profond et plus puissant encore au coeur même de sa forme de Super-Saiyan.
Alors un jour, il révélera et maîtrisera tous ses pouvoirs latents. Cela prendra du temps, beaucoup d'efforts, mais son peuple est fait pour se battre, pour se surpasser, et apparemment lui en particulier. Était-ce le vœu de vouloir devenir plus fort juste pour devenir plus fort qui l'avait amené à progresser ainsi ? Peut-être. Kodaïan s'en contrefoutait. Peu importe l'origine de son "talent" et de ses capacités, du moment que cela pouvait l'aider à réclamer et défendre sa totale liberté...

En attendant, le serpent grillé au rayon de Ki, c'est pas dégueu. Un peu coriace peut-être parfois mais ça a son charme, faudra juste penser à enlever deux trois morceaux, comme par exemple les crochets, la prochaine fois mais ça cale un creux au moins. Puis pour le dessert, ce truc qui l'épie caché derrière l'arbre dans son dos fera très bien l'affaire.
Revenir en haut Aller en bas
 

Une bouffée d'air, un nouveau sens [Solo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Découverte d'un nouveau sens...
» nouveau laby ror et tot la solution pour le parcourir
» le nouveau gouvernement
» Nouveau parc industriel dans l'aire de l'Aéroport
» nouveau supplement-non officiel?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dragon Ball Reborn  :: Univers :: Terre :: Forêt-