Partagez | 
 

 Métro, boulot... attaque nocturne ? [PV. Ferliost]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Métro, boulot... attaque nocturne ? [PV. Ferliost]   Lun Fév 22, 2016 5:58 pm





Métro, boulot... attaque nocturne ?



Feat. Ferliost




La nuit est un moment où, d'aussi loin que je me souvienne, je me suis toujours sentie à l'aise. Mes souvenirs ne remontent pas très loin, mais ils existent tout de même... Après, peut-être que c'est un domaine privilégié pour moi en raison de ce pour quoi j'ai été conçue ? Se faire discrète, rester dans l'ombre, attendre que les gens s'en aillent pour voler un document, ou encore planter un couteau dans une gorge... Tout cela se fait mieux à la faveur de la nuit. Mais il n'était plus question pour moi de voler quoi que ce soit, ou de tuer qui que ce soit pour le compte de quelqu'un d'autre. Je n'aime pas tuer. En revanche, j'ai tout de même besoin de me "nourrir". Pour certain, il suffit de manger quelque chose, genre un sandwich ou du pain... Non. Je n'ai pas besoin de ces choses. J'ai besoin d'énergie. D'énergie vitale. Parce-que je fonctionne à la batterie, et que la mienne est presque vide...

Les rues sont encore encombrées de monde, même la nuit. Cette ville est sans aucun doute l'une des plus grande du continent, et l'activité y est foisonnante tout au long des vingt-quatre heures qui façonnent la journée. Qui dit population dit activité, et qui dit activité... ne dit pas forcément activité légale. Ce sont les pratiquants de ces activités "non-légales" que je recherche. Oh, je n'ai pas spécialement l'âme d'une justicière, ni d'une malfrat. Si je les recherche, c'est parce-qu'on n'iras pas me reprocher de les avoir vidés de leur énergie. Et puis, cela fait un peu de travail en moins pour la police... C'est donc pour cette raison que je parcours en ce moment les rues de West City.

J'ai les mains fourrées dans les poches, le pas un peu traînant, et j'essaye d'effacer la mine revêche de mon visage alors que je parcours les rues les plus malfamées de la cité. L'objectif étant d'avoir l'air d'une enfant fragile. C'est devenu assez simple, depuis le temps que je pratique cet exercice... Ouvrir un peu les yeux, regarder partout autour de soi d'un air inquiet... En plus, cela me donne une justification pour rester vigilante. Après tout, je sais qu'ils sont toujours à ma recherche, et ce n'est pas parce-que je suis dans une grande ville qu'ils vont abandonner... ils semblent cependant réticent à agir au milieu d'une si vaste population. Et moi, il semble que j'ai enfin trouvé ma cible du jour...

J'entend un cri venant de deux rues plus loin. Laissant tomber mes aires de fille fragile, je me mets à courir en direction du son, mes bottes claquant sur le pavé, jusqu'à arriver devant la scène qui a attiré mon attention. Il y a une jeune femme, recroquevillée contre un mur, et trois loubards lui tournent autour. Ce ne sera pas moi la victime aujourd'hui, ça va me changer tiens... Les lascars ont pris le sac de la fille, mais ils n'y ont apparemment rien trouvé d'intéressant puisque le contenu est renversé sur le sol, porte-feuille compris. En voila une qui a la prudence de laisser ses économies chez elle... En revanche, les types s'attaquent à présent à quelque chose qu'elle aurait difficilement pu laisser chez elle - à savoir son chemisier - et je n'ai plus un instant à perdre.

Rapidement, je comble la distance qui me sépare du premier type et colle le plat de ma main sur son dos. Il me suffit de quelques secondes pour aspirer son énergie jusqu'à l'inconscience, et lorsqu'il s'écroule ses amis réalisent que quelque chose ne va pas. C'est alors qu'ils se rendent compte de ma présence. Cependant, ils semblent sceptique. Comment une gamine de seize ans aurait-elle pu étaler un grand gars costaud d'une trentaine d'années ? Je leur adresse mon sourire le plus candide.

- Vous savez, vous avez beau être deux et moi seule, je vous conseille quand-même de laisser cette femme tranquille...

ils éclatent de rire. Ils éclatent toujours de rire. Ce qui est bien avec ce genre d'imbéciles, c'est qu'ils sont pleins d'a-priori et de préjugés qui les empêchent de percevoir le sérieux dans les paroles d'une fille de seize ans. Et ce qui est encore mieux, c'est qu'ils s'en mordent toujours les doigts. Alors qu'ils sont toujours en train de rire, la femme essaye de retrouver sa dignités amochée en resserrant son chemisier devant sa poitrine et en essayant de amasser le contenu de son sac. Elle a l'air de ne pas trop savoir quoi faire... Elle n'auras pas grand chose à faire de toute manière.

Sans leur laisser le temps d'arrêter de rire, mon poing file vers la tempe de l'un des deux malfrats, l’assommant pour le compte. Pour le coup, le troisième lascar redevient sérieux et me considère d'un œil légèrement effrayé. Mais son esprit est tellement obtus qu'il ne semble pas vraiment réaliser que je lui suis supérieur en terme de force, certainement persuadé que j'ai simplement pris son ami par surprise. C'est sans doute la raison pour laquelle il ne prend pas ses jambes à son cou et me saute dessus. Nope ! D'un simple pas sur le coté, j'évite son coup de poing et abat la tranche de ma main sur sa nuque. il est lui aussi assommé pour le coup. Bon, ils ne nous embêterons plus... Je me penche alors sur la jeune femme pour l'aider à ramasser les quelques affaires qui ont roulées par terre.

- Vous allez bien ?
- Je... oui... Merci !

Je lui sourit et lui conseille de rentrer rapidement chez elle, ce pour quoi elle ne se fait pas prier. Elle file rapidement tandis que je me penche sur les deux gars que je n'ai pas vidés pour finir mon "repas". Cela me fait du bien. Je commençait à être réellement vidée... Me faisant la réflexion que je dois arrêter d'attendre si longtemps entre deux "chasses", j'attrape le bras de l'un des malfrats pour le hisser sur mon épaule. Je vais devoir faire plusieurs voyages pour les ramener au commissariat le plus proche, mais ca devrait être vite fait quand-même...





Revenir en haut Aller en bas
Ferliost

avatar


Masculin Messages : 241
Age : 21
Zénies : 4200

Données du Personnage
Power Level: 8 819 734
Power Level en Kili: 175
Inventaire :

MessageSujet: Re: Métro, boulot... attaque nocturne ? [PV. Ferliost]   Lun Fév 22, 2016 10:28 pm






Métro, boulot... attaque nocturne ?


Première approche



West City... Une des plus grandes villes de la Terre, et je dois avouer que quelque part j'aime bien cette ville, car elle est un exemple de ce que l'humanité peut bâtir. Bien sur elle a ses défauts, avec certains habitants peu amicaux, mais ce n'est là qu'un détail, bien qu'il a son importance au vu des raison de ma venue.

En effet, BrotherWolf ne m'ayant nullement retenu après mes dernières paroles j'étais parti sans plus tarder en direction de la ville la plus proche, à savoir la même qui avait subi le dernier assaut des envahisseurs et ce à pied... Avant de me raviser et d'opter pour la seconde ville la plus proche. Cela car, certes la ville s'était réparée sous mes yeux et rien ne devrait empêcher le passage de transport commun me menant à West City. Seulement quelque chose m'avait dit que les lieux allaient être agitées, un peu trop pour que j'espère m'y déplacer discrètement pour peu que quelqu'un se rappelle mon visage ! Bon, honnêtement, ce genre de popularité bien que trivial ne me déplairait pas trop, mais pour le coups j'ai préféré éviter de perdre du temps... Ainsi je suis arrivé de nuit, à pied, dans une ville quelconque, où j'ai dormi à l’hôtel avant de prendre le lendemain le premier transport jusqu'à West City, trajet qui allait probablement durer toute la journée. J'ai donc mis à profit ce temps libre pour lire les informations contenues dans le portable donné par le WolfPack traitant de ma cible ainsi que des détails devant aider à sa localisation et son appréhension.

C'est ainsi que j'ai appris, à mon grand plaisir, que ses absorbeurs d'énergie avaient une capacité d'énergie maximale, et que celle qu'elle absorbait d'un individu semblait dépendre de sa puissance ! Or au vu de la surprise apparente du WolfPack face à ma puissance, quelque chose me dit que même si elle me saisit avec ses mains dotés de ces dits absorbeurs je n'ai pas grand chose d'autre à craindre qu'un coup de mou, hm ? Bon ces scientifiques parlaient d'énergie vitale, mais ça revenait au même non ? A cette information s'en ajouta d'autres, comme ses lieux de chasses les plus probables, ainsi que d'autres de ses aptitudes. Il s'agit donc d'une sorte de spécialiste de la discrétion et je dois avouer que ce qui est évoqué ne me plait guère. Bon, les lames et les fils ne devraient pas poser de problèmes avec un peu de prudence. Il n'en va pas de même pour ce champ holographique, et ce qui semble être une sorte d'invisibilité totale, ce qui risque de me contraindre à une approche un peu différente de celle que j'ai eu, même si dans le fond j'ai vu une façon très simple de contrer cela, l'idée m'ayant même arraché un sourire.

De fait, une fois que je suis arrivé à West City, le soleil tombant alors, j'avais déjà l'esprit clair quant à ma façon d'agir...Et de fait ce fut sans gêne que mon esprit a dérivé vers Ordan et Timmy, me demandant s'ils n'allaient pas s'inquiéter... Bah,  si le gros matou m'a fait boire l'eau c'est que son entraînement doit bien durer plusieurs jours ? Et puis si Hiro trouve la tour il leur dira bien que je vais bien, même si je ne suis pas chez moi, pour peur qu'ils s'y rendent !

Mais il ne s'agissait là que d'une distraction. Ce n'était pas parce que je savais quoi faire qu'il fallait me relâcher. Ainsi, je m'étais rendu sans plus tarder à un hôtel, et une fois une chambre réservée, afin de me reposer, je m'étais avancé dans les quartiers un peu mal famés. C'était en ces lieux qu'elle était le plus susceptible d'agir, au vu des malfrats inconscients retrouvés par la police dont les journaux faisaient état. Néanmoins si je m'y rendais déjà ce n'était pas tant dans l'espoir de la trouver sur le champs, après tout elle ne devait pas se nourrir tout les jours, et si c'était le cas ce soir ce serait un grand coups de chance, surtout qu'un nouveau cas de malfrat retrouvés inconscient avait eu lieu récemment... Cependant je ne l'espérais pas particulièrement, je préférais repérer les lieux avant d'avoir à agir ! Bah, je ne pouvais pas être partout à la fois, de toute façon, alors il n'était pas improbable que je la rate de temps à autre, même si plus je connaîtrai les mieux, moins cela serait probable...

Et ainsi, j'ai erré plusieurs jours dans les ruelles mal famées de West City la nuit, vêtu de ma cape verte, mais sans mon masque vert, m'approchant quand il me semble entendre des cris de bagarre au cas où il s'agirait de ma proie, et essayant de me faire discret. C'est pour cela d'ailleurs que je me contente de fuir mes potentiels agresseurs, ce qui nous ramène aux habitants peu amicaux de West City. Ces balourds, il serait si aisé de les assommer et de les terrasser... Mais je n'en tirerai aucune satisfaction et ce serait risqué de trop me faire remarquer. Enfin, au moins maintenant je connais plutôt bien ses dédales et recoins et je dois avouer commencer à être impatient... Depuis mon arrivée il n'y a pas eu de nouveaux malfrats retrouvés inconscient. Or cette fameuse cyborg, doit être sur son fond de batterie, alors soit elle va s'éteindre, enfin je crois si j'ai bien compris les explications à ce sujet, faute d'énergie, soit elle va être en chasse ce soir, ou demain au mieux. De fait, je redouble de vigilance...

Et un léger sourire orne mes lèvres alors que j'entends un cri, relativement au loin... Bon, il n'est pas impossible que je sois déçu comme les fois précédentes, mais chaque piste me semble prometteuse ce soir ! Et cela est d'autant plus vrai quand, m'approchant du lieu d'où est venu le cri, je vois une femme courir à contre sens, visiblement victime d'une agression, mais allant trop bien à première vue pour que ses agresseurs soient allés au terme de leur action. Or, je ne connais pas trop de justicier qui œuvrent à West City... Bonn savoir dans quelle ruelle s'est exactement déroulée l'agression est compliqué, mais bon il me suffit d'un rapide coups d’œil dans celle devant lesquelles je passe pour me faire une rapide idée, et le tout avec une certaine discrétion.

Mais quand finalement je surprends d'un coups d’œil une silhouette penchée sur des corps, inconscient ou mort, et correspondant plus ou moins, la pénombre compliquant la chose, à celle que je recherche, il m'est difficile de cacher ma joie. C'est là, La simple joie du travail accompli. Néanmoins je n'ai réussi que la première partie de ma tâche, ce qui est déjà pas mal vu que le WolfPack n'y est pas parvenu, mais c'est encore insuffisant, maintenant il faut ramener cette cyborg... Mais il ne s'agit pas de me jeter sur elle et de la maîtriser, ou de lui annoncer crûment la vérité en me mettant face à elle, ce serait risqué de tout gâché. Il suffirait après tout d'un simple cri qui attirerait une autre personne et cela compliquerait bien les choses, sans même parler de ces méthodes de camouflages, quand bien même j'ai de quoi les contrer...

Mais j'ai déjà réfléchi à comment m'y prendre... Il me suffit d'un peu de mise en scèen ,de trouver un texte adapté à la situation et... En piste ! C'est ainsi que je m'avance un peu dans la ruelle, faisant mine de détailler les conséquences de la bagarre qu'il semble y avoir eu, souriant doucement, et m'adressant à la jeune femme d'une voix assez enjouée, alors qu'elle place un des corps sur son épaule.

"Et bien... je ne sais pas qui vous êtes, mais vous avez fait du bon travail ! J'ai entendu un cri et j'ai voulu aider... Mais j'ai croisée une femme un peu défaite, mais en pleine santé, en venant ici et vu ce que je vois là il semblerait que je sois venu trop tard ! Cela dit... Vous semblez vouloir faire quelque chose avec ces gaillards, besoin d'aide peut être ? Ça fera ma bonne action de la journée !"

Je ris un peu, et à vrai dire je ne mime même pas vraiment ma satisfaction. il y a quelque chose de jouissif à voir certains de ces malfrats punis comme ils le doivent, surtout après m'être retenu moi même pour ne pas le faire et attirer l'attention. Enfin, maintenant, je me suis dévoilé, et la suite dépendra uniquement de la réaction de mon interlocutrice, de ma cible...






Dernière édition par Ferliost le Mar Mar 01, 2016 2:56 pm, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Métro, boulot... attaque nocturne ? [PV. Ferliost]   Mar Mar 01, 2016 1:49 pm





Métro, boulot... attaque nocturne ?



Feat. Ferliost





Une voix me fait sursauter alors que je prenais un deuxième gars sur l'épaule, et je relève la tête pour découvrir un jeune homme souriant. Il me propose son aide. Apparemment, il ne m'a pas vu vider les deux malfrats, sinon il aurait probablement posé plus de questions... Tant mieux, je n'ai pas envie de répondre a un interrogatoire ennuyeux. En revanche, il m'a l'air suffisamment perspicace pour comprendre que je ne souhaite pas simplement laisser les gaillards en place. En même temps, il n'est pas vraiment difficile de s'en rendre compte, vu que j'en tiens deux sur les épaules... En faite, c'est cela qui me mets la puce à l'oreille. Je n'ai pas vraiment la carrure d'une combattante, je suis plus petite que la femme qui est partie en courant et dont il fait d'ailleurs mention... Mais il ne semble absolument pas étonné que j'ai pu, seule, mettre à mal trois hommes costauds. Je fronces légèrement les sourcils en le dévisageant.

Il ne ressemble pas à un agent de l'organisation qui m'a changée en cyborg. D'une part, son visage est découvert et d'autre part, il ne porte pas leur signe caractéristique, cette tête de loup que je peux contempler chaque jour sur la veste que j'ai subtilisé et qui est à présent rangée dans un coffre de mon appartement. Mais s'ils ont décidé de procéder à une approche plus discrète... Je ne peux pas me fier à lui. Je m'arrangerais pour rester derrière lui, et non devant. Du menton, je lui désigne le troisième homme encore affalé sur le sol, inconscient.

- Si tu veux m'aider, tu peux chopper celui-ci et le porter jusqu'au commissariat le plus proche. On peut pas se permettre de laisser de telles vermines en liberté, ils pourraient recommencer à agresser des jeunes femmes dans la rue, et je n'y tiens pas...

Je remarque d'ailleurs qu'il ne s'est pas présenté... Ce n'est pas forcément un indicateur, car un nom n'en dis pas beaucoup sur une personne donnée, mais je ne peux pas m'empêcher d'y trouver un facteur de méfiance supplémentaire. Sans le quitter des yeux, je sort de la ruelle en portant toujours les deux bandits. Cela dit, je le garde toujours dans mon champ de vision, on ne sais jamais... Histoire de vérifier, je cligne légèrement des yeux pour vérifier son niveau d'énergie vitale... Okay, j'ai bien fait.

Généralement, les humains normaux ne vont pas au dessus de deux ou trois. Les humains un peu fort, comme les praticiens d'arts martiaux, peuvent monter jusqu'à sept ou huit... Lui, il est à quinze. Il reste moins fort que moi, mais il est immonde pour un humain. Je décide donc de garder mon détecteur allumé, de manière à pouvoir le surveiller... C'est un peu déstabilisant de voir des chiffres à l'arrière de son crâne, mais comme ça je n'aurais plus forcément besoin de le garder à l’œil et je saurais tout de même où il est. Avec une force pareille, il brille comme une petite lampe au milieux de flammes d’allumettes...

- M'appelle Sarah. 'Toi ?





Revenir en haut Aller en bas
Ferliost

avatar


Masculin Messages : 241
Age : 21
Zénies : 4200

Données du Personnage
Power Level: 8 819 734
Power Level en Kili: 175
Inventaire :

MessageSujet: Re: Métro, boulot... attaque nocturne ? [PV. Ferliost]   Mar Mar 01, 2016 3:41 pm






Métro, boulot... attaque nocturne ?


Méfiance et planification



Et bien sa réaction est pour le moins directe... Même si ça ne veut pas dire grand chose, je trouve que c'est plutôt bon signe, puisqu'elle n’apparaît pas pour autant des plus défiantes à mon égard. Ainsi, pour la conforter dans cette attitude je n'attends pas pour m'exécuter suite à son invitation gestuelle, et m'avance pour aller saisir le malfrat... Qui m'apparaît étrangement léger au vu de sa carrure. Bah, ça fait longtemps que je n'ai pas porter de personne et cela me semble si simple sans doute avec cette puissance qui est désormais mienne, même si pour autant j'évite de le faire avec trop d'aisance, pour ne pas trop attiser les soupçons... Et ainsi, au lieu de le porter sur mes épaules comme le fait ma cible avec les deux autres, je me contente de le traîner au sol. Certes, ses chaussures vont de fait finir dans un sale état, mais c'est le cadet de mes soucis, surtout à l'encontre d'une telle raclure ! Ce qui m'amène d'ailleurs à acquiescer vivement aux propos de la jeune femme...

"Je suis bien d'accord, même si j'avoue craindre que la police ne les relâche faute de preuve ou que sais je encore... Mais qui ne tente rien n'a rien, hein ? Même si je dois avouer que cette idée est frustrante, alors que déjà, même en soustrayant ces trois là, les gens de leur acabit grouillent, pire que des fourmis !"

Mais aussi abjects qu'ils soient, ils restent humain, alors il est possible qu'ils deviennent meilleur, mais je ne suis pas doué pour aider à ça ! De fait, je ne me préoccupe pas tellement d'eux. Cette pensée, néanmoins, ne m'empêche pas de me rendre compte d'une chose, alors que je traîne relativement rapidement le corps vers la sortie de la ruelle. A aucun moment ma cible ne me quitte du regard. Hm, finalement peut être qu'elle est plus méfiante que je ne l'ai premièrement estimée, mais en même tempos, ça me parait naturel de la part de quelqu'un qui vient d'avoir maille à partir avec trois voyous ! Et je ne parle pas du fait qu'elle se sait sans doute traquée, la véritable question étant est ce qu'elle a la certitude que je fais de même ? Si c'est le cas, cela compliquerait les choses, mais ne les rendrait pas impossible pour autant...

Même lorsqu'on sort de la ruelle, elle s'arrange pour que je passe devant elle, m'empêchant de voir exactement ce qu'elle fait, alors qu'elle peut me garder à l’œil... C'est un peu dérangeant, mais sans plus, après tout, au vu de ce que j'ai appris sur ses aptitudes, l'avoir dans mon champ de vision ne changerait pas grand chose. Néanmoins je me retourne tout de même par moment, histoire de m'assurer qu'elle est toujours là, m'efforçant à paraître des plus naturels en se faisant. Après tout elle n'est pas la seule à avoir des motifs pour être méfiant au vu du quartier où nous sommes ! Néanmoins, elle me prend un peu au dépourvu en se présentant... Et j'ai beau ne pas être un expert pour ce qui est d'analyser les mots il ne me faut que quelques instants pour établir un lien entre ce nom qu'elle me donne et le matricule mentionné dans son dossier, me confirmant d'une certaine façon son identité...

Je souris alors légèrement, sans qu'elle puisse le voir. C'est amusant, elle s'est doté d'un véritable nom, sans doute pour revendiquer son libre arbitre, mais en même temps elle ne s'est pas tout à fait défait de celui qui lui a été donné. Chose qui est quelque part curieuse si elle sait être traquée, cela constituant tout de même un indice quelque part, aussi tenu soit il. Enfin, aussi distrayant que cela soit, je n'ignore pas sa question quant à mon propre nom, et, tout en profitant de l'aubaine pour tourner la tête afin de m'assurer de sa présence et l'examiner, je lui réponds.

"Ferliost, je suis venu dans cette ville pour régler une affaire, mais ce soir je me suis un peu perdu, j'ai fini dans ce quartier et... Bah voilà... Éventuellement, une fois qu'on aura amené ces gars là au commissariat tu voudras bien m'aider un peu ? Je connais encore mal la ville, alors si je peux m'éviter de me perdre de nouveau..."


Dans le fond, je suis plutôt sincère, même si je ne parle qu'en demi-vérité... Mais après tout je vais même jusqu'à donner mon vrai nom, ce que je n'avais pas fait pour Hiro par exemple, par précaution. Seulement... Ici mes projets sont bien différents que pour le petit hybride, et le fait qu'elle n'ait aucune raison de douter de moi en est un élément important ! Et j'avoue que les mettre en oeuvre maintenant est tentant, mais... Le décor ne s'y prête pas, ce sera sans doute plus simple une fois qu'on aura déposé ces malfrats au commissariat...




Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Métro, boulot... attaque nocturne ? [PV. Ferliost]   Ven Mar 18, 2016 5:41 am





Métro, boulot... attaque nocturne ?



Feat. Ferliost





Je le suit dans les rues en direction du commissariat alors qu'il m'explique qu'il a quelque chose à faire en ville. Il aurait besoin de mon aide..? Gardant en tête sa puissance étonnante, je me demande en quoi il peut bien avoir besoin qu'on l'aide... Et puis je me dis que ses affaires ne concernent pas obligatoirement un quelconque corps à corps, et je hausse les épaules. Sans répondre pour autant, car je ne sais pas encore si je veux l'aider ou pas. Il m'a donné son nom, mais cela ne me dit pas grand chose... Un nom n'est en rien un indicateur de ce qu'est la personne qui le porte, au pire aide-t-il à la désigner.

Au bout de quelques minutes, nous arrivons près du poste de police, et je laisse alors tomber les deux poids morts que je porte pour me frotter les mains l'une contre l'autre, laissant le presque-inconnu déposer son propre fardeau. Puis, les poings sur les hanches, je me tourne vers lui pour l'examiner de plus près.

il est plus grand que moi, mais pas de beaucoup. Il a l'air un peu plus vieux aussi, mais son visage accuse des événements difficiles, même si la seule chose qui me permet vraiment de remarquer les détails sont ma connaissance de son niveau. On ne devient pas aussi fort si on n'a pas connu d'affreuses difficultés, en particulier lorsqu'on est humain. Je finis par hausser un sourcil, la mine interrogatrice.

- Tu as des affaires à régler donc. Quel genre d'affaire ? Si tu veux que je t'aide, il va falloir me renseigner un peu plus sur ce que tu cherches...

S'il est envoyé par l'organisation qui me recherche, nul doute qu'il ne me le diras pas, mais je préfère tout de même demander, on ne sait jamais... La crédibilité de ce qu'il va me dire m'aidera probablement à déterminer si je peux lui faire confiance ou pas. Même si je ne serais jamais vraiment certaine...

HRP:
 





Revenir en haut Aller en bas
Ferliost

avatar


Masculin Messages : 241
Age : 21
Zénies : 4200

Données du Personnage
Power Level: 8 819 734
Power Level en Kili: 175
Inventaire :

MessageSujet: Re: Métro, boulot... attaque nocturne ? [PV. Ferliost]   Ven Mar 18, 2016 1:35 pm






Métro, boulot... attaque nocturne ?


Levée de rideau




C'est... Étrange... Contrairement à ce que je pensais, mon interlocutrice ne répond nullement à mes propos, alors que je la suis vers le commissariat, du moins je suppose au vu de ce que je sais de ces actions et de la direction que nous prenons. J'avoue que je pensais qu'elle serait un peu plus curieuse, un peu plus méfiante que cela, mais dans le fond cela m'arrange, j'aurai moins à mentir que prévu ! Oh, non pas que la chose en soit me dérange, ce serait là un scrupule ridicule ! Cependant, pour que ce que j'ai en tête marche, il vaut mieux qu'elle ait un minimum confiance, et mois je mentirai mieux ce sera, après tout j'ai fais le premier pas en la matière en donnant mon vrai prénom.

De fait c'est dans un silence assez pesant, qui aurait pu faire penser que nous étions sur le point de nous faire attaquer par des nouveaux voyous que se déroule notre progression... Qui malgré l’atmosphère est pour le moins paisible. En même temps je pense que voir deux individus en traîner trois autres, sans pour autant paraître le moins inquiet du monde laisse à penser, même à la plus sotte des racailles, que leur chercher des ennuis n'est pas la chose la plus intéressante à faire ce soir, à moins d'être SACRÉMENT dépressif...

Enfin quoi qu'il en soit c'est donc sans le moindre événement notable que nous arrivons au poste de police afin de déposer les corps devant ce dernier... Si je continuais à jouer mon rôle, je suppose que je devrai alors m'étonner du fait qu'on se contente de les laisser là, comme elle le fait d'ordinaire selon les rapports, au lieu de les livrer directement... Mais non seulement je me doute qu'agir ainsi serait impliquer la police d'un peu trop près à mon affaire, mais en plus j'ai tout ce que je souhaitais en cet instant pour procéder à la suite de mon plan. Ainsi, après avoir déposé le corps du truand au sol, sans la moindre considération, le laissant presque simplement tombé et faire un brutal baiser au trottoir, je m'avance vers elle, tandis qu'elle prend la parole. Cette question, que j'escomptais plutôt, tombe plutôt bien en cet instant exact, m'offrant ainsi une opportunité pour en venir là où je voulais...

"Et bien, ce que j'ai à te demander est assez simple..."

En plein milieu de ma phrase, sans vraiment m'interrompre je tends le bras, aussi promptement que je peux afin de la saisir à l'épaule, sans la bousculer ou la pousser, mais avec suffisamment de poigne pour qu'elle ne s'en défasse pas aisément... Et une telle prise neutraliserait déjà ses talents les plus problématiques. Même si j'ai prévus quelques petites astuces pour contrat ses camouflages, je préfère tout de même éviter qu'elle en use...  Se faisant je guette les mouvements de ses bras, me méfiant de ses mains dans un premier temps, mais aussi de ses jambes, après tout un coups trop bien placé pourrait rapidement arriver... Enfin, quoi qu'il en soit je poursuis mes propos.

"Pas un cri, pas de lutte, si tu te débats juste devant le commissariat, la police viendra. Si elle te met en garde à vue, tu seras une proie facile pour ceux qui te cherche et même si tu t'échappes tu devra te terrer encore davantage. Dans tout les cas tu es perdante Sarah... Ou devrai je dire S4X C01108... Mais je préfère Sarah. Bref ce n'est pas le point. Tu es pourchassée par des gens, je suis envoyé par ces gens. Si je t'ai trouvé, ils finiront pas le faire eux même, mais moi je peux t'offrir quelque chose, une chance...Tu acceptes de m'écouter ?"

Mon regard s'abaissa alors brièvement, en direction de la poche contenant le portable que le Wolfpack m'avait confié. Je ne doute pas un seul instant qu'entre autre fonction ils s'en servent pour suivre ce que je fais, écouter ce que je dis , mais ce n'est pas très important, pour le moment, ce dont je parle, et vais parler, je compte de toute façon le leur adresser directement, même si ça risque de ne pas leur plaire...

Mais avant tout il va falloir que ma cible soit conciliante ! Bon, certes je l'ai un peu piégé en attendant qu'elle soit au commissariat pour lui parler, mais pour ce qui est du reste... Ma prise, bien que ferme, n'est a priori pas douloureuse, enfin si elle est encore capable de ressentir cela, je n'ai pas très bien compris les documents à ce sujet, et je me suis essayé de parler d'une voix douce, bien que rapidement afin de tout lui dire avant qu'elle ne fasse une bêtise. En somme j'ai fais ce que je pouvais pour éviter qu'elle ne réagisse par la fuite, ou plus violemment... Seulement je dois admettre une chose, la considérant plus que comme une machine, et de fait il y a toujours la variable humaine qui peut venir compromettre le plus élaboré des plans.

Mais ce n'est pas si grave si celui ci échoue, j'en ai d'autres en réserve, seulement je les apprécie moins…




Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Métro, boulot... attaque nocturne ? [PV. Ferliost]   Ven Mar 25, 2016 4:02 pm





Métro, boulot... attaque nocturne ?



Feat. Ferliost





Je suis dans une situation... problématique. Lorsqu'il a posé sa main sur mon épaule, mon premier réflexe a été de me dégager, mais sa prise était trop solide pour moi et je n'ai pas pu m'en défaire aussi facilement sans lui faire mal. Je serre les dents. S'il compte me mettre en confiance, ce n'est pas comme ça qu'il faut s'y prendre... Et puis il commence à parler. Et d'un coup, je n'ai plus aucune envie de me retenir de lui faire mal.
Il connait mon nom de code, il sait que je suis poursuivie... il est envoyé par mes poursuivants. Et il s'attend à ce que je reste bien sagement à l'écouter ? Alors qu'il viens de me dire qu'il est à la solde des scientifiques ? Cependant, alors que je m’apprête à me défaire de sa prise, un passage de ses paroles me fait tiquer... il veut m'aider ? Mais alors pourquoi me dire qu'il est envoyé par ceux qui veulent me capturer ? Dans le pire des cas... Il garde une force inférieur à la mienne, et le fait d'être devant un commissariat de police ne me dérange pas. Certes, une nouvelle fuite serait dire adieux à mon travail à Capsule Corp et il faudrait que je récupère très rapidement les choses les plus importantes laissées à mon appartement, mais si il est ici, envoyé par ceux qui me recherchent, c'est qu'il est temps de partir de toute façon... Comme il le dit, s'il m'a retrouvé lui-même, d'autres le feront aussi. Et donc, il veut me proposer des choses hein ?
Après quelques secondes de réflexion, voilà ce que je lui répond :

- ...Je t'écoutes. Mais au moindre geste de travers, à la moindre tentative, je t'étale, et ne comptes pas sur moi pour me laisser trouver à nouveau.

Je levai les yeux vers l'enseigne du bureau de police. Dans le pire des cas, si je criait, ils pourraient me faire une diversion... En cherchant à me piéger, il s'était piégé lui-même, s'interdisant toute action un peu violente. Si l'organisation à ma recherche ne s'est pas manifestée jusqu'à présent de manière plus visible, en plaçant des avis de recherche par exemple, c'est bien qu'ils veulent se faire discrets non ? Ils ont déjà créé un scandale au premier endroit où ils m'ont trouvée, je ne pense pas qu'ils réitéreront l'exploit... Cela dit, je ne comptes pas le laisser mener la conversation. D'un geste violent, je dégage mon épaule de sa main, sans hésiter à lui tordre le poignet.

- Par contre, si tu veux que je t'écoutes... Oublie tout de suite ce genre de gestes.

Pour l'instant, inutile de dire que je ne lui fait pas le moins du monde confiance. Le mieux serait encore d'aller à un endroit fréquenté, ainsi il ne pourrait pas agir discrètement, or s'il est envoyé par les scientifiques, ce qui semble être le cas, du moins d'après ses dires, il n'osera pas tenter quoi que ce soit dans un lieux fréquenté. Je lui tourne donc le dos, gardant sa localisation visible grâce à mes yeux toujours en mode "détection".

- Par contre, on parlera pas ici. Allons boire quelque chose.

Et puis... Je dirais bien qu'un soda me fera le plus grand bien. Je commence à marcher d'un pas vif vers un bar que je connais bien, le tenancier a l'habitude de m'y voir. Au début, il a essayé de me refouler car j'avais tendance à y aller la nuit pour boire des sodas et que mine de rien, je donne quand-même l'impression d'avoir seize foutues années, mais a force de persévérance il a finit par comprendre que je ne faisais simplement pas mon age, quand bien même je ne prenne pas une goutte d'alcool chez lui... Pourquoi en prendrais-je d'ailleurs ? Le gout est amer et mauvais, et les effets de la boisson inexistants chez moi...
Le souvenir passé, je me focalise à nouveau sur ma situation actuelle. Je marche en direction d'un bar avec un inconnu - enfin je connais son nom, mais il pourrait tout aussi bien m'avoir menti... - envoyé par ceux que je fuie depuis des années. Autant dire que je n'aurais jamais pensé en arriver là. Histoire d'endormir sa méfiance, je fourre mes mains dans mes poches d'un air décontracté. C'est un autre des avantages d'avoir une maîtrise totale de son corps, on peut se donner l'air qu'on veut... Du moins tant qu'on ne regarde pas le visage. Parce-que là, en revanche, la crispation de ma mâchoire est clairement visible.







Dernière édition par Sarah C'onnor le Lun Avr 11, 2016 4:30 pm, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ferliost

avatar


Masculin Messages : 241
Age : 21
Zénies : 4200

Données du Personnage
Power Level: 8 819 734
Power Level en Kili: 175
Inventaire :

MessageSujet: Re: Métro, boulot... attaque nocturne ? [PV. Ferliost]   Sam Mar 26, 2016 12:07 pm






Metro, boulot... attaque nocturne


Quelques explications



La jeune femme semble bien confiante quant à son aptitude à me neutraliser... Et c'est vrai que malgré les rapports que j'ai à son sujet je n'ai aucune idée de ses aptitudes exacts dans un combat frontal, et le fait que mon instinct reste désespérément muet à son égard malgré l'aisance avec laquelle elle avait neutralisé les voyous me laisse dans une certaine incertitude...  Et je dois avouer je suis VRAIMENT curieux, de voir si cette assurance est justifiée, si elle n'est qu'une façade ou une illusion dont elle se berce réellement. Mais ne nous emportons pas, cette assurance est plutôt une bonne chose pour moi, pesant sans doute d'une certaine façon dans son choix d'accepter de m'écouter. Après tout si elle a raison et si ce que je lui dis ne lui conviens pas elle n'aurait aucun mal à se débarrasser de moi ! Ce qui ne m'empêche pas de commenter ses propos quant au fait de se laisser retrouver.

"Quelque chose me dit que tu ne te laissais déjà pas trouver, pourtant j'y suis parvenu... Et au vu de ce que je sais de ces individus, toutes ta bonne volonté ne suffira pas pour les stopper."


Mais alors même que je conclus cette phrase, la jeune femme réagit enfin à ma prise... Et à vrai dire si ça n'avait été sa réponse précédente ma réaction aurait été directe, n'ayant pas qu'une seule main et la seconde parfaitement à même de la frapper de toute mes forces... Mais après un premier instant de surprise, il semblerait qu'elle ne souhaite pas disparaître, simplement ne pas être touché. Soit, mais dans ce cas, cela mérite précision, que j'apporte alors qu'elle me tourne le dos.

"Allons, tu ne peux pas m'en vouloir de juste souhaiter m'assurer que tu n'abuseras pas de tes aptitudes pour me fausser compagnie ! Après tout c'est bien pratique de pouvoir disparaître comme l'on veut, si j'en crois ton dossier."

Et l'idée de l'utiliser alors même que je ne la tiens plus lui traverse peut être l'esprit. En tout cas cette pensée le fait avec le mien, et de fait, alors qu'elle manifeste son désir de mener la discussion ailleurs, je me tiens prêt à me servir de ce que j'ai préparé pour elle... Certes, je suis un amateur d'une certaine façon, n'ayant jamais été confronté à de telles aptitudes, que je ne comprends d'ailleurs pas entièrement avec tout le jargon scientifique employé dans le dossier de mon interlocutrice, mais... Bah elle verra bien si elle tente quoi que ce soit !

Cela ne semble pas être le cas pour le moment, cependant ce qu'elle évoque ne m'en fâche pas moins, parler ailleurs... Si elle le veut, mais si en plus elle souhaite boire, c'est qu'elle pense à un bar ou quelque chose de ce genre. Un lieu avec du public, pas mal de personnes, pas le meilleur endroit en somme pour évoquer les points les plus délicats de ce qui m'amène ici... Alors libre à elle de ne pas me répondre, mais profitant du fait que les rues soient pratiquement désertes et de l'attention qu'elle doit m'accorder, même en me tournant le dos, je me permet de continuer d'expliquer ma pensée, avec une intonation et une attitude assez nonchalante à première vue, même si rien que penser à ce qu'ils lui ont fait me...Tend ...

"Soit mais dans ce cas, finissons de parler des détails les plus... Délicats, qui ne devraient pas tomber dans les oreilles de n'importe qui. Pour commencer... Ils se sont montrés assez francs sur ce qu'ils t'ont fait... Et honnêtement, je trouve cela odieux, je le leur ai même dit en pleine face, hehe ! Seulement, si les méthodes sont infâmes, le résultat est..."

Ça me parait très clair dans mon esprit, mais c'est bien plus difficile que je ne le pensais à exprimer, à formuler sans risquer que Sarah se sente insultée, alors que là n'est pas mon intention, bien au contraire...

"... Abouti ? Je pense que je peux dire cela. Tu es bien plus puissante que bien des humains et tu as des aptitudes au potentiel des plus intéressant or... Tu dois être au courant de ce qui s'est passé, des assauts qu'a subi la Terre, de ces envahisseurs qui ne veulent que la fin de notre peuple, de notre monde... Commences tu à comprendre où je veux en venir ? Ce que tu es aujourd'hui peut aussi bien être un précieux gardien qu'une menace. Imagine un seul instant que ces envahisseurs te mettent la main dessus... Non seulement ils te détruiraient, mais en plus ils pourraient en tirer partie pour reproduire tes pouvoirs, devenir encore plus dangereux."

Je ne peux empêcher ma voix de paraître un peu énervé à la mention de cela. Après tout... Oui, ces envahisseurs ont visiblement une technologie supérieure à la notre, mais rien n'empêche qu'elle soit différente, et donc peut être qu'ils ne savent encore rien, ou peu de choses sur les "cyborgs"... Je n'en sais rien, mais je tiens à ne leur donner aucun avantage, aucun atout, et surtout pas en leur laissant mettre la main sur une personne, d'où la suite de mes propos, alors que nous approchions du bar.

"Alors que ceux qui t'ont fait cela... Et bien ils peuvent te protéger, tout en te permettant d'exploiter tes dons pour contrer les envahisseurs, cette menace..."

Je me tais alors, lui laissant tout le temps de réfléchir à mes propos, le temps que nous arrivons devant le bar où elle semble vouloir rentrer... Mais à cet instant je m'arrête net... je n'ai pas exactement fini... Et j'aimerai conclure cela avant d'entrer dans ce lieu, le faisant sur un sourire.

"Et j'ai bien dis que c'est tel que tu es aujourd'hui que tu es précieuse... Pas tel qu'ils ont voulu te concevoir... Un être asservi, une parodie d'humain... Tss, cela n'est rien, cela ne sert à rien, trop facile à pirater ou que sais je, et surtout, quel gâchis... Tu sais, pour t'avoir ramené ils me devront un paiement, et voici ce que je compte leur réclamer, deux choses en fait... Qu'ils te laissent ton libre arbitre, et que j'ai toute liberté pour veiller sur toi. Vu comment ils ont pris contact avec moi et à quels points ils semblaient avoir besoin de moi, je doute qu'ils me refusent d'aussi simples demandes. Oh, bien sûr tu peux douter de ma sincérité... Et oui je suis un peu menteur, mais seulement pour de bonnes raisons, et je ne considère pas le tort infligé à mes congénères comme en étant une."

Je ne me rends pas compte sur le champs, mais je ne peux m'empêcher en fait d'être légèrement attristé, ce qui a dû s'entendre, alors que je pense à ce qu'elle a subi, à ce qu'on lui a fait subir... Mais qu'est ce que ça change dans le fond, de l'acier à la place des os ? Du plastique à la place de la chair ? Son attitude, son énervement, sa peur... C'est cela seulement qui compte, qui fait d'elle une terrienne... Mon regard se levant alors vers le fronton du bar, je m'avance afin d'ouvrir la porte, avec un léger sourire.

"Allez, honneur aux dames ! Je t'ai assez embêté, allons boire, et réfléchis à ta réponse... Ah, et ne te gêne pas pour d'éventuels questions, mais prends garde, au vu du public possible que je n'y réponde pas entièrement !"

Au moins elle est prévenue ! ... Tout comme le Wolfpack sans doute qui n'a dû rien manquer de tout ce que j'ai dit, et sait donc désormais quel est le prix que je compte leur réclamer... Et même si j'estime qu'ils vont me l'accorder, je ne suis pas non plus naïf et j'anticipe d'avance un éventuel refus... Qui au vu de ce que je sais et ait vu d'eux risque de se traduire autrement que par des mots, mais je ne m'en inquiète pas vraiment, je verrai bien le moment venu !

Surtout que là je dois faire face à un ennemi bien pire... Mon dégoût du brouhaha et de la foule, qui m'arrache une grimace alors que je tente de suivre Sarah... J'aime mes semblables, mais je ne me suis vraiment JAMAIS senti à l'aise dans ce genre de lieu... Mais pour autant je ne quitte pas Sarah des yeux, je suis allé trop loin pour la laisser disparaître maintenant !







Dernière édition par Ferliost le Mar Avr 12, 2016 7:43 pm, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Métro, boulot... attaque nocturne ? [PV. Ferliost]   Lun Avr 11, 2016 5:25 pm





Métro, boulot... attaque nocturne ?



Feat. Ferliost





Je ne me retourne pas une seule fois vers lui, mais j'écoutes tout ce qu'il me dit. Il semble i, il semble comprendre ce qui me rebute chez les scientifiques qui m'ont transformé en machine, mais juste après il part dans un espèce de délire monstrueux au sujet... d'envahisseurs ? J'avais découvert les films de science-fiction depuis mon évasion, j'avais eu l'occasion de découvrir que ce terme désignait littéralement des extra-terrestres voulant envahir la terre... En claire, il était en pleine paranoïa. Mais pouvais-je réellement lui en vouloir ? Moi-même j'étais un peu paranoïaque, même si c'était envers quelque chose de différent...
Il m'arrêtes à nouveau alors que nous arrivons devant le bar. Je lui adresse un simple regard avant d'entrer dans l'établissement et d'aller m'installer à la table du fond, près de la sortie de secours. J'adresse en passant un sourire et un geste de la main au barman, qui me connait et sait quelles boissons j'aime. Nul doute qu'il m'en apportera une, et nous n'aurions qu'à lui en commander une pour Ferliost lorsqu'il viendrait me l'apporter.

Le lieux est, comme d'habitude, fréquenté sans être trop bondé.  quelques personnes au comptoir, deux-trois groupes autour des tables... La pièce est asse grande pour qu'on s'entende parler. Je m'installe sur une chaise, puis je regarde celui qui dit s'appeler Ferliost longuement.
Lentement, je porte la main à la boucle d'oreille accrochée à mon lobe pour la déclipser et la poser sur la table.

- L'avantage des lieux publiques, c'est justement qu'il y a beaucoup de bruit et qu'il n'est pas facile d'espionner une conversation. De plus, cela me permet également de ne pas risquer de me faire prendre en traître. Vous n'oserez pas agir dans un lieux aussi fréquenté. Maintenant regarde...

Je m'apprête à pousser la boucle vers lui, mais le barman arrive avec un grand verre de soda à la réglisse. Je le remercie, et laisse mon interlocuteur commander à boire s'il le souhaite, puis le barman s'en va et je peux enfin revenir à ce qui me préoccupes. Je pousse donc la boucle vers Ferliost et lui laisse le soin de l'examiner tandis que j'attaque mon dosa.
Le gout pétillant m'arrache enfin un véritable sourire sincère, même si je m'efforce de le dissimuler pour ne pas que mon interlocuteur se méprenne. Je suis tombée amoureuse des Sodas la première fois que j'en ai goûté un.

- Ceci, c'est la preuve qu'ils ne joueront jamais franc-jeu. Jamais. Tu pourras demander tous les prix que tu veux, qui te dit qu'ils ne te passeront pas un de ces contrôleurs dans ton sommeil ? Ou même, que tu ne joue pas la comédie pour essayer de me mettre en confiance ? Les possibilités sont innombrables...

Je regarde vers l'entrée du bar, vers la sortie de secours... J'ai toujours une option de retrait, et s'ils sont postés aux deux sorties pour me réceptionner, et bien je m'arrangerais pour disparaître. Ils m'avaient conçue pour cela après tout.

- Tu sais, j'avais probablement une famille, des amis... Ils ont volée toute ma vie, ils ont effacés mes souvenirs, je n'ai plus que des traces... Qui sait les choses horriblement importantes que j'ai pu oublier ?

S'il a effectivement lu mon dossier, je ne lui apprend rien. Il doit savoir pour le lavage de cerveau, pour tout le reste...

- Je n'aurais aucune question à te poser. Tu peux t'en aller, car tu n'as plus rien a faire ici, et tu n'arrivera pas à me convaincre de te suivre. Tu peux utiliser la manière forte - enfin si tu t'en sent capable - mais je ne te suivrais jamais de mon plein gré jusqu'aux scientifiques. Je me protège très bien toute seule, et je n'aspire pas à combattre quoi que ce soit, mis à part ceux qui me menacent. Je n'ai pas besoin de ces scientifique pour me dire qui je dois tuer ou non. Je ne tomberais pas à nouveau entre leurs mains, jamais.

Je ponctue ma phrase d'une nouvelle gorgée de mon soda. Puis je le regarde droit dans les yeux. Qu'il essaye donc de me convaincre, je vais bien rire... Parce-qu'il n'est pas près d'arriver à quoi que ce soit avec moi s'il cherche à employer la manière douce. Et pour ce qui est de la manière forte... Je devrais pouvoir gérer sans mal son petit 15.





Revenir en haut Aller en bas
Ferliost

avatar


Masculin Messages : 241
Age : 21
Zénies : 4200

Données du Personnage
Power Level: 8 819 734
Power Level en Kili: 175
Inventaire :

MessageSujet: Re: Métro, boulot... attaque nocturne ? [PV. Ferliost]   Mar Avr 12, 2016 7:10 pm






Métro, boulot... attaque nocturne ?


Egoïsme




Durant mon observation de Sarah, j'ai bien vu le signe qu'elle a adressé au Barman, me décidant à ne rien commander en ce lieu. Si elle est assez familier avec cette personne pour se faire comprendre d'elle d'un simple geste, et ce au travers de la foule, rien ne me dit que leur relation ne va pas au delà de celle entre le client et le commerçant ! Et que de fait ce signe pourrait signifier tout autre chose qu'une simple commande ! Enfin, il me faut juste être vigilant à cela, et puis je peux bien survivre à quelques heures de plus sans boire. Par contre je ne peux pas en dire autant vis à vis de ces gens autour de moi et du bruit qu'ils font, qui m'insupporte rapidement. Bon sang, je sais que je dois rester calme, mais là pour être honnête, je compte bien en finir au plus vite !

Enfin mon agacement, que j'essaye de dissimuler tant bien que mal, mis de côté, je m'assois en face de Sarah, à la table qu'elle a choisie, jetant cependant avant un coups d’œil par dessus mon épaule afin de m'assurer du voisinage immédiat. Pendant que je m'exécute mon interlocutrice a déjà pris la parole, justifiant le choix de ce lieu. Un argumentaire compréhensible, mais que je n'approuve pas particulièrement non plus. Avec de bons outils, ou simplement quelques petits talents c'est très facile d'écouter une conversation précise en se fondant dans la masse, quant à oser faire quelque chose... Ça, c'est plus personnel, mais je sais pertinemment que le cas échéant, ce n'est pas ça qui va me retenir, surtout au vu des enjeux !

Cependant, insister sur cela dans l'immédiat n'est que de peu d'intérêt, et aurait été déplacé avec la venue du barman, qui semble interrompre Sarah dans son geste. Servant à cette dernière une boisson, il me demande ma commande et c'est avec un sourire de politesse que je décline son offre. Le laissant ainsi repartir bredouille, mon regard est rapidement captivé par la boucle d'oreille que Sarah pousse dans ma direction. Avec les dossiers que j'ai lu à son sujet je reconnais rapidement cela comme étant l'abject dispositif de contrôle qu'elle avait portée jusqu'à l'assaut qui avait vu sa fuite... Et au vu des propos suivant ses premières gorgées je devine d'ores et déjà sa réponse quant à ma proposition. Dommage, mais je me doutais que ça ne serait pas aussi simple. Mais elle est loin d'en avoir fini, et je la laisse parler autant qu'elle veut, en profitant à la fois pour écouter et pour préparer ma propre répartie, commençant un peu à cerner les craintes et doutes de la demoiselle.

Et puis ce n'est pas comme si je suis particulièrement pressé... Et de toute façon ça ne lui prend pas beaucoup de temps pour finir, après un bref et compréhensible atermoiement, m'apportant une réponse pour le moins clair. Hors de question qu'elle me suive d'elle même et c'est presque si elle m'invite à tenter de la forcer... Quelque part, je peux la comprendre, au vu de ce qu'elle a vécu, mais cela ne m'empêche pas pour autant de lâche un mot, un seul, d'une voix très lasse.

"Egoïste..."

Ce mot, je l'ai prononcé à voix haute, en la regardant dans les yeux. Cela n'a même pas une intonation d'insulte, juste de constatation... Et je la laisse brièvement s'interroger sur mes raisons de dire cela, avant d'abréger sa réflexion et de lui apporter ma réponse, ma réaction à ses propos.

"Oui, égoïste, tu ne penses qu'as ce que tu as perdu ou ce que tu pourrais perdre sans même penser un seul instant à ce que tu pourrais donner, et ce à toi même quelque part ! Tout d'abord, le contrôleur... C'est vrai que j'y ai pensé, mais je doute qu'ils aient un modèle s'appliquant aux êtres dépourvus de part mécanique, sinon tout leurs hommes en auraient et il ne m'a pas semblé en voir, après j'ai pu me tromper mais tout de même. Quant à m'ajouter ces parts mécaniques, j'aimerai bien les voir essayer... Quant aux restes des possibilités, tu ne peux pas savoir oui, mais tout comme on ne peut pas savoir si l'individu nous précédant dans la file ne porte pas en vérité une bombe sur lui ! Mais que tu me fasses confiance n'est pas forcément le plus important... Non ce qui compte c'est cet égoïsme. Oui, tu as perdu des choses, peut être importante, mais tu ne t'en souviens même pas, alors quelle importance ? Ca je peux te le dire, c'est bien mieux quand on ne se souvient pas..."

Rien que dire cela, un léger frisson me parcours, presqu'un spasme... Mais à quoi je pense, moi ? Allez reprends toi et poursuis !

"Mais surtout, si tu as conscience que c'était important... Ne fais pas que te larmoyer dessus, oeuvre pour éviter que d'autres encore aient à subir cela ! Ou, si c'est trop tard, aider ceux qui l'ont déjà subis ! Après tout... Tu leur es un succès inestimable et un agent fort utile, mais malgré tout, tu n'es pas remplaçable... Et tôt ou tard, à défaut de t'avoir toi, c'est une autre personne dont ils se serviront, et quelque part je ne pourrai pas entièrement les blâmer ! Nous sommes d'accord que leurs méthodes sont problématiques, mais ils ont quelque chose qui te fait défaut, ainsi qu'à bien des gens, la vision d'ensemble... Et même en les écartant du schéma, tu ne seras jamais en paix, surtout au vu des événements récents. Tôt ou tard tes spécificités attireront les mauvaises personnes, et sans aide, sans soutien, tu ne feras pas long feu... Et puis si tu tiens vraiment à découvrir ton passé, qui tu étais, quelles autres personnes pourraient davantage t'aider qu'eux ?! A la rigueur si tu as besoin d'une garantie, je peux te la donner, et si ta réponse reste un non... Et bien je vais te laisser ! Après tout, maintenant, ils n'auront aucun mal pour te retrouver, et ils le feront sans doute avec bien moins de remous et de scrupules que moi même..."

Comme depuis le début de ma conversation avec elle, je suis extrêmement sincère... Sauf pour la fin. En effet, en cas de refus ferme et définitif je n'aurai pas d'autres recours que de m'en prendre directement à elle, ce qui aura une double utilité, tout d'abord une démonstration du fait qu'elle ne peut pas s'en tirer seule, et ensuite me permettre de réclamer mon paiement... A noter que pour autant ce scénario ne changera rien, ou peu de choses, quant à ce que je réclamerai. Après tout certaines personnes ne savent pas quand accepter de l'aide, alors il faut parfois leur donner un coup de main, quand bien même il est un peu brutal.

Détail:
 





Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Métro, boulot... attaque nocturne ? [PV. Ferliost]   Jeu Avr 14, 2016 3:19 am





Métro, boulot... attaque nocturne ?



Feat. Ferliost





- Égoïste..?

Alors qu'il lâche ce mot, je ne peux pas m'empêcher de le répéter après lui en le considérant d'un regard surpris. C'est sans doute ce qui lui laisse le temps pour sa petite diatribe, que j'écoute d'une oreille de plus en plus distraite. Ce mec... Me prend vraiment pour une idiote. S'il espère me prendre par la susceptibilité, il se fourre le doigt dans l’œil jusqu'au coude ! Et en plus il argumente derrière... Je lui ai déjà donnée ma réponse, je ne le suivrais pas, point. Ce n'est même pas la peine d'écouter ce qu'il a encore à me dire... Et pourtant, alors que je buvais distraitement le contenu de mon verre, je me fige momentanément en voyant les chiffres sur mon détecteur monter d'un coup en flèche jusqu'à atteindre un... Soixante !? Mais qu'est-ce que c'est que ce... Il était à peine quinze il y a quelques secondes !
Il a bien caché son jeu... Avec une tel puissance, il peut facilement me ramener de force, convaincue ou pas. C'est à se demander pourquoi il prend encore la peine d'essayer de me convaincre. Lentement, je repose mon verre sur la table et je le regarde à nouveau droit dans les yeux.

Il vaut mieux ne pas se souvenir hein... D'autres auraient à subir ça, d'après lui ? Je serre les dents. Ce n'est même pas la peine d'argumenter avec lui. Qu'il pense donc ce qu'il veut, qu'il pense que les actes des scientifiques sont justifiés s'il le veut, il est de toute façon déjà perdu s'il peut penser que c'est correcte de contrôler les gens sans leur consentement, de les arracher à leurs vies et leurs foyers au nom de... de quoi au juste ? La lutte contre les envahisseurs d'après ce qu'il dit ? Il prétend protéger l'humanité ? La bonne blague ! Je me souviens encore de ces missions, où on m'envoyait tuer ou voler ces mêmes Terriens qu'il veut soi-disant protéger, dans le simple but de gagner en influence et en puissance...
Je pose brutalement les mains sur la table et me relève brusquement, la mâchoire crispée. Je ne peux pas faire grand chose, si sa force réelle atteint en effet les soixante... C'est le double de ce que je possède... Mais j'ai encore ma chance, avec les capacités que m'ont données les scientifiques.

- Égoïste, moi ? La belle affaire !

Je ne peux pas empêcher un léger ricanement de m'échapper alors que je le regarde... même pas de toute ma hauteur puisque je suis petite... fais chier... bref... Il a lu mon dossier, très bien, il ne doit pas savoir tout de moi cela dit s'il pense arriver à me bassiner avec ses jolies phrases et sa petite tentative d'intimidation. Je ne me laisserai pas impressionner, et je ne me laisserai pas faire non plus ! Si les scientifiques veulent m'attraper, ils ont intérêt à y mettre du cœur ! Reprenant la boucle d'oreille dans ma main, je la serre jusqu'à-ce qu'elle devienne un simple bout de métal tordu avant de le laisser retomber sur la table devant l'imbécile qui croit pouvoir me convaincre.

- Si tu pense qu'une cause, quel qu'elle soit, mérite d'infliger à un être humain ce que j'ai pu subir ou faire subir à d'autres alors que j'étais sous contrôle... alors je me demande si je ne suis pas plus humaine que toi, moi dont le corps est constitué à plus de 80% de mécanique. Sur ce...

Je tourne les talons et me dirige d'un pas rageur vers la sortie. S'il tient tant que ça à œuvrer pour le plus grand bien commun, il n'osera certainement pas blesser qui que ce soit qui pourrait freiner son avancée. Et s'il a aussi peu de morale que les scientifiques, ce qui semble être le cas, alors je me tiens prête à utiliser mes capacités pour me fondre dans la masse. Et s'il se ravise et décide de ne pas employer la force, alors... Alors je n'aurais qu'à l'ignorer. En l'état actuelle des choses, il a perdu toute chance d'arriver à me convaincre un jour - enfin, s'il en a jamais eu une...





Revenir en haut Aller en bas
Ferliost

avatar


Masculin Messages : 241
Age : 21
Zénies : 4200

Données du Personnage
Power Level: 8 819 734
Power Level en Kili: 175
Inventaire :

MessageSujet: Re: Métro, boulot... attaque nocturne ? [PV. Ferliost]   Jeu Avr 14, 2016 7:05 pm






Métro, boulot... attaque nocturne ?


Un dernier calme avant la tempête



La surprise suscitée par la façon dont je l'avais qualifiée laissa rapidement place à de... L'énervement, cela je le comprend rapidement quand elle se lève brusquement me toisant avec hargne, et même un peu de hauteur, puisque assis je reste tout de même plus petit qu'elle debout. Enfin ce n'est pas comme si je m'en soucie en soit. C'est plus sa réaction globale qui demeure irritante ! Qu'elle parle donc au lieu de se contenter de cette gestuelle, quand bien même cette dernière ne fait a priori que confirmer sa première réponse. Elle ne se contente d'ailleurs pas de cela, détruisant l'objet qui l'avait rendu si docile avant d'enfin connaître ce qu'était le libre arbitre... Mais cette vision par contre m'arrache un léger sourire, que je garde alors qu'elle semble me faire la morale sur ma pensée, quand bien même cette dernière semble lui avoir quelque peu échappée... Mais qui s'efface alors qu'elle parle d'être plus humaine que moi...  Non, non, je comprends bien qu'elle ne me qualifie pas de terrien, qu'elle se réfère à ce terme mal employé "d'humanité" mais ça me dérange tout de même que dans ce contexte précis la chose soit ainsi dévoyée ! Bref, restons calmes... Et sur cette pensée, je récupère ce qui reste de l'étrange outil de contrôle, l'interpellant alors qu'elle commence à s'éloigner.

"Je me demande pourquoi tu n'as pas détruit ce truc plus tôt... Et j'y pense il faudrait pas que t'oublies de payer."

Ricanant alors un peu, je me relève, fourrant les débris du... Contrôleur ? Allez, appelons le ainsi, puis je profite de la voie qu'elle s'est frayée dans la foule pour tenter de suivre son rythme, d'un pas certes plus calme mais tout aussi rapide. Se faisant, je ne la perds pas un seul instant de vue. Au vu de ses capacités il lui suffirait d'un moment d'inattention pour disparaître, et je compte bien être à même de réagir efficacement lorsque cela se produirait ! En attendant... Tant pis pour la foule, tant pis pour les possibles indiscrétions, je reprends la parole...Et de toute façon ce que j'ai à dire pourrait s'apparenter à une simple débat sur la morale, et pas forcément quelque chose impliquant une organisation secrète faisant tout pour rester discrète, non ?

"Tu m'as vraiment mal compris... Oh, c'est vrai, choisir entre briser par mes actions la vie d'une seule personne pour épargner des centaines, voir des milliers qui auraient été perdus par ma passivité... Pour moi le choix est simple, même si je peux comprendre que tout le monde ne ferait pas de même afin d'être en paix avec... Une conscience hypocrite, dirons nous ! Cependant... Cela ne vaut que s'il n'y avait aucune autre solution, dans ce cas là, celui qui a brisé la vie, atteint au libre arbitre d'une personne... Est une nuisance à effacer ! Seulement, ce qui est fait, est fait, un prix a été payé, il faut en tirer le meilleur possible, et ce n'est pas en te cachant ainsi que tu feras honneur à ce que tu as perdu !"

...Euh... Au vu des quelques regards qui me sont lancés, je crois que j'en ai dis un peu trop, mais je n'arrive pas exactement à savoir sur quel point ! Bon... De toute façon les gens ont l'air au pire inquiet, ce n'est pas comme si je risque grand chose de leur part, non ? Et bon sang ! Pourtant je me suis quand même retenu et ait volontairement omis de préciser que je trancherai volontiers la gorge de chacun des membres du Wolfpack si je les surprenais à reprendre ce genre d'expérimentation, tout comme je l'aurai fait si j'avais pu et l'avait su à l'époque ou elle même a subi sa...Transformation. Bon c'est vrai aussi que je n'ai pas pu retenir mon énervement au fur et à mesure de mes propos, alors que mon intonation se voulait ironique au début. Car, oui, je suis las des biens pensants qui jugeraient ma façon de faire alors qu'ils ont juste peur de se salir les mains ! Mais je me rends également compte que le temps de finir ma diatribe, elle est déjà dehors... Et je presse le pas afin de la rejoindre au plus vite, l'empêcher éventuellement de prendre de l'avance pour une fuite, mais aussi lui dire une dernière chose avant d'être enfin obligé d'employer la manière forte.

"Plus humaine que moi... Je ne pense pas, car ce n'est pas une chose qui se quantifie, on l'est ou on ne l'est pas, ou alors nous le sommes autant... Mais je crois te l'avoir déjà dit, pour moi tu l'es assurément, car que tu sois fait de chair ou de métal ne compte pas. Un handicapé usant de prothèses n'est pas moins humain ou terrien que moi ou n'importe qui d'autres ! Et pour cela, je ne peux pas te blâmer de refuser, et si ça ne concernait que toi et moi... Et bien je te laisserai partir. Seulement... Il y a tout ceux que tu pourrais sauver en jeu... Et aussi ceux que les secrets que tu renfermes pourraient tuer si tu tombais entre de mauvaises mains. Et pour cette raison, ce que je n'obtiendrais pas par les mots, je le prendrai par la force... Enfin, ça tu as dû le comprendre, je suppose donc que tu vas rester ici, là où il y a des témoins qui pourraient réagir... Ou bien user de tes petits talents, mais allons... Ils sont impressionnants, mais crois tu que je ne me sois pas préparé en connaissance de cause ?"


Je me permets de tels propos, prononcés de façon bien plus calme que les précédents, car il y a moins de personnes dehors qui peuvent m'entendre, mais aussi afin d'appuyer le fait que Sarah est dans une impasse... Mais... Non, en fait cette idée me répugne. Certes entre moi, et la piste que remontrait le Wolfpack elle a peu de chance de s'en tirer, ce qui est une des raisons de mon offre amicale, mais si elle y parvient tout de même... Je n'arriverai même pas à lui en vouloir je crois... En fait, si, un peu, car tout ce qu'elle va faire, ça sera du gâchis, et je veux juste éviter cela... Bon pour autant ce n'est pas pour autant que je compte lui faciliter la tâche, prêt à réagir au moindre de ses mouvements, qu'il s'agisse de disparaître ou de frapper, faisant particulièrement attention à tout mouvement en dessous de ma ceinture... C'était un coup que j'affectionnais suffisamment pour connaître les dégâts qu'il pouvait infliger.

Oh et puis je dois avouer, même si j'aime bien garder mes proies pour moi j'ai VRAIMENT envie de voir tout ce que j'ai lu dans le dossier de Sarah être appliqué à leur encontre !

Explication:
 








Dernière édition par Ferliost le Sam Juin 25, 2016 2:11 pm, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Métro, boulot... attaque nocturne ? [PV. Ferliost]   Mer Juin 15, 2016 3:30 am





Métro, boulot... attaque nocturne ?



Feat. Ferliost





Il a lu mon dossier, il a peur que je ne gâche ce que les scientifiques m'ont 'offert"... Qu'il aille juste se faire foutre. Au moment ou je sort, a vrai dire, je n'ai aucune inquiétude concernant le paiement de ma consommation. Le barman me connait, et il m'est déjà arrivé de m'éclipser ainsi, lorsque j'avais l'impression que l'on m'observait, aussi savais-je que je pouvais revenir le régler plus tard. Et si je me faisais capturer à nouveau, le remboursement d'une dette de deux zénies serait le moindre de mes soucis. Mais Ferliost semble vouloir continuer à me parler, aussi fourres-je mes mains dans ma poche, inquiétée à nouveau par un incroyable pic de puissance. Cette dernière semble monter lorsqu'il s'énerves... Et il a l'air vraiment remonté contre moi. Peu importe.

- Les gens que je pourrais sauver, je ne faisais rien pour eux à l'époque où j'étais sous contrôle. Tu sais en quoi consistaient mes missions ?

Je me penche vers lui, fichant mes yeux dans les siens pendant un moment avant de poursuivre, une chape de glace recouvrant mes paroles :

- Ils m'envoyaient assassiner des gens pour mettre leurs pantins à leur place. Ils m'envoyaient voler des documents, écouter des conversations, et peu importe à mes yeux la cause qu'ils défendent si pour cela ils doivent en venir à des extrémités pareille. Je n'ai pas besoin d'eux pour savoir ce que je dois faire, et je peux aider mon prochain sans le tuer. Je préférerais encore mourir que de retourner là bas, et je n'ai aucune envie de dire au revoir à la vie. Je n'en ai pas vu assez.

Je croise à nouveau les bras, me redressant pour prendre une posture fière. Je ne tomberais pas, et je ne le laisserai pas me mettre le grappin dessus. Pour l'instant il n'utilise pas encore la force, mais en voyant l'énergie qu'il dégage, je ne peux pas m'empêcher de m'inquiéter et je me tiens prête à utiliser mes capacités pour lui fausser compagnie. S'il est aussi fort, je ne pourrais compter que sur ma technique au cours d'un affrontement, et je ne peux qu'espérer en avoir plus que lui...




Revenir en haut Aller en bas
Ferliost

avatar


Masculin Messages : 241
Age : 21
Zénies : 4200

Données du Personnage
Power Level: 8 819 734
Power Level en Kili: 175
Inventaire :

MessageSujet: Re: Métro, boulot... attaque nocturne ? [PV. Ferliost]   Ven Juin 17, 2016 3:50 pm






Métro, boulot... attaque nocturne ?


Dernière chance consommée


Hm... Bien sûr que je sais quelles sont les missions qu'on lui a donné, après tout le Wolfpack ne m'a t-il pas donné son dossier ? Bon, en vérité, je ne connais pas tout, mais j'en ai vu assez pour savoir en quoi cela consistait globalement. Rien de très joyeux j'en conviens, des méthodes douteuses, brutales, et dont à vrai dire j'ignore la véritable finalité... Mais dans le fond en ai je quelque chose à faire ? Pas vraiment, ce qui compte, c'est que justement ils agissent, mettant comme moi de côté nombre de notions hypocrites lorsque cela est nécessaire. Cependant, mon savoir ne m'empêche pas d'être curieux à l'égard de ce que ma proie a à dire ! Bon, je ne m'attends pas à grand chose si ce n'est une nouvelle leçon de morale qu'il me semble déjà avoir écarté, mais peut être vais je être surpris ! De fait, c'est avec un certain intérêt que je soutiens son regard, un fin sourire aux lèvres, alors que je murmure doucement, de façon presque inaudible.

"Je t'écoute..."

Ce que je fais ! Mais dans le fond, mes craintes se réalisent, hormis une intonation à donner un frisson aux pingouins, rien de nouveau dans les dires de la damoiselle ! Nah nah nah, ce qu'ils m'ont fait n'était pas gentil, et ce qu'ils m'ont fait faire était encore pire. Toute seule je ferai sans doute mieux en sacrifiant bien moins, nah nah nah... Ah bon sang, plus jamais ÇA ! L'intonation que j'ai donné à la voix dans ma tête était juste INSUPPORTABLE ! Bon, la seule chose qui m'est plaisant dans tout cela, c'est son attache à la vie, qui m'est quelque part plaisante, au moins serait elle un minimum prudente. Seulement, ça ne suffit pas, la preuve en cet instant où je lui fais face après l'avoir retrouvé, et où seules les chances que je lui ai offertes font qu'elle n'ait pas encore été capturé ! Pourtant cela ne l'empêche pas de me faire face, droite et fière, continuant à me défier du regard. Sans doute espère t-elle que je tourne les talons, m'éloigne et la laisse en paix... Et je dois avouer l'idée à certains aspects tentants, ne serait ce que par curiosité, pour voir ce qu'elle allait devenir par elle même...

Mais je ne suis pas égoïste, non... Et que pourrai je dire encore ? Lui affirmer que ces tâches qui lui ont tant déplus elle pourra choisir de les accomplir ou non ? Que cette fois elle connaîtrait les tenants et aboutissants et serait libre dans ses actes et ses choix ? Que je veillerai sur elle ? Qu'ils ne commettraient pas la même erreur de torturer quelqu'un pour arriver au même résultats qu'elles alors qu'ils peuvent achever un résultat bien supérieur dont je suis l'exemple ?! Non... Ça ne sert à rien... Tout ce dont j'étais certains je l'ai déjà dit, et je n'aime pas m'appuyer sur des supposition... De fait, même si elle ne me plaît pas d'une certaine façon, la voie est claire, je n'ai plus d'autres choix, pour le bien de tous, et celui de Sarah même, même si ça ne me plaît pas tout à fait... Mais c'est sa faute, c'est elle, c'est elle qui m'y force... Alors nul regret, nul doute, ce sera son châtiment !

Mon corps se crispe à cette pensée, mon visage se tord en une grimace, et l'instant d'après j'agis. Tout d'abord mon petit tour de passe-passe pour attirer son regard vers son épaule droite, tromper ses réflexes, tandis que ma main se porte vers son bras gauche, afin de la saisir. Il suffit que je parvienne à la tenir et j'aurai gagné, elle n'aura plus d'échappatoire. Je sais qu'elle voudra se défendre, user d'autres choses que son invisibilité, tel ces fameux fils ou encore ces lames d'énergies mentionnées dans le rapports, qui n'auraient sans doute aucune peine à briser les couteaux qui me faisaient toujours office de placebo à l'encontre de mes chères faucilles, mais je ne compte pas lui en laisser l'occasion ! Une fois que je la tiendrai je l'attirerai vers moi pour lui asséner un violent coup de tête afin de l'assommer, ou tout du moins l'étourdir suffisamment, si cela est possible, afin de la mettre hors combat par la suite... Et si elle parvient à éviter ma tentative, mon autre main se tenait prête à projeter sur elle le contenu d'un petit flacon d'eau colorée et quelque peu collante dès qu'elle se rendrait invisible, afin de pouvoir la suivre à la trace, tandis que mes jambes sont prêtes à s'élancer sur sa piste et à bondir sur elle...

Mais j'espère ne pas en arriver jusque là, à vrai dire ça me fait déjà mal malgré ma hargne… Si les châtiments longs et douloureux sont les plus appropriés pour les coupables, les plus courts sont par contre les meilleurs pour ceux qui comme elles sont simplement égarées. Il faudra juste le temps qu'elle ouvre les yeux, qu'elle embrasse sa vraie nature, son vrai visage...

Comme je l'ai fait avant elle…

Détail:
 








Dernière édition par Ferliost le Sam Juin 25, 2016 2:06 pm, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Métro, boulot... attaque nocturne ? [PV. Ferliost]   Ven Juin 24, 2016 2:42 pm





Métro, boulot... attaque nocturne ?



Feat. Ferliost





L'action s'est passée tellement vite que je n'ai rien vu venir. Sa main a fusée et alors qu'il me laissait croire une attaque sur la droite, c'est finalement le bras gauche qu'il me saisit, serrant douloureusement. En une fraction de seconde, une myriade de réflexions passèrent dans mon esprit. Il serre fort. Je ne peux pas me dégager en utilisant ma capacité de chat. Pareille pour mon champ holographique, s'il me tient il ne me sert à rien. Je pourrais lui couper la main pour m'enfuir, mais il réagirait probablement assez vite pour...

Un craquement assourdissant, une lumière vive et aveuglante explose dans mon crâne, me coupant le souffle. Bordel, que ça fait mal ! Le temps de me reprendre, je me rend compte que j'ai basculé en avant, m'écroulant presque sur mon agresseur, mais mon corps amélioré de Cyborg, s'il est prévu pour la discrétion et l'infiltration, me permet quand-même de tenir le coup... A peu près... Même si j'ai l'impression que la terre tourne dangereusement.

Si ça continue comme ça, je vais vraiment me faire ramener chez les scientifiques... Non... Non... Une simple pensée, et ma lame d'énergie se forme dans mon poing. Les chiffres qui apparaissent sur le détecteur intégré à mes yeux me paraissent flous... Je dois vraiment... M'échapper avant d'être trop mal en point... Mais Ferliost est trop vif pour que je puisse l'attaquer. Très bien... Dans ce cas c'est moi qui vais manger.

Je serre les dents, et dans un mouvement vif dirige ma lame vers le bras qu'il tiens pour le sectionner un peu en dessous de l'épaule. La douleur m'aveugle quelques secondes et je pousse un cri, plaquant ma main libre sur le moignon à présent ruisselant de sang, mon arme s'était dématérialisée à peine la section effectuée. Mon esprit s'embrouille lentement mais surement, l'énergie emmagasinée plus tôt sur les agresseurs me permettant sans doute de tenir, et je puise à l'intérieur pour activer mon champ holographique le plus puissant, celui qui me rend réellement invisible... Bien. Libre. Maintenant je...

Je dois m'enfuir. Voilà. Résolument, je bloque un nouveau cri de douleur lorsque je recule de quelques pas pour me dégager de la zone d'influence de Ferliost, retrouvant peu à peu une vision a peu près correcte. Ma tête me lance douloureusement, mon bras... est tellement choqué que la douleur se dissipe très rapidement pour un engourdissement salvateur qui me permet de retrouver un peu mes esprits. A quelques mètres de moi, il y a une ruelle dont je n'arrives pas bien à lire le nom. Sinon, je peux m'envoler... mais vu mon état, je préfère éviter. Su je dois perdre le contrôle, je préfère ne pas tomber de plus haut que nécessaire... Alors je m'engouffre dans la ruelle, les bruits de ma course étouffés par mon camouflage. Seules tombent derrière moi quelques traces de sang, attestant la gravité de ma blessure... Je dois... rallier Capsule Corp... pour recevoir des soins...




Revenir en haut Aller en bas
Ferliost

avatar


Masculin Messages : 241
Age : 21
Zénies : 4200

Données du Personnage
Power Level: 8 819 734
Power Level en Kili: 175
Inventaire :

MessageSujet: Re: Métro, boulot... attaque nocturne ? [PV. Ferliost]   Ven Juin 24, 2016 4:44 pm






Métro, boulot... attaque nocturne ?


L'hallali


Dès que j'ai réussi à l'attraper, je ne peux m'empêcher d'être satisfait de voir mon premier plan s'exécuter sans difficulté. Comme quoi je me suis cassé la tête pour rien... De fait, n'est il pas juste que je lui rende la pareille ? Ainsi c'est avec force que mon front percute son visage, le choc est violent, plus que je ne le pensais d'ailleurs, mais je n'ai pas très mal de mon côté. J'y suis allé vraiment, mais en même je garde à l'esprit qu'il ne s'agit pas d'une jeune femme ordinaire. En conséquence, bien que je veuille un peu la ménager, je ne dois certainement pas la sous estimer ! D'ailleurs, ça n'a même pas été suffisant pour l'assommer ! Cela, je m'en rends rapidement compte. Certes, elle titube et s'affaisse légèrement dans ma direction, mais ça ne dure pas. Elle se redresse rapidement, et alors que je suis sur le point de recommencer mon assaut, si ce n'est que je remplace mon front par mon poing, j'aperçois, du coin de l’œil, une lame d'énergie se former sur son bras et... C'est sans doute une erreur, mais je réagis en conséquence, et au lieu de frapper j'effectue un léger mouvement de recul dès que je la vois commencer à lever son bras, me tenant prêt à réagir. Elle est étourdie et quelque peu lente, il me sera aisé d'éviter son assaut, et à partir de là d'achever ce que j'ai commencé. Qu'elle se débatte, qu'elle lutte, même si ça me complique la tâche, elle peut d'une certaine façon en être fière, faisant les bonnes choses, mais pour les mauvaises raisons.

Et quand elle abat sa lame d'énergie, quand je sais comment éviter où qu'elle frappe, ce n'est qu'à cet instant que je comprends sa véritable intention, sa cible, et j'essaye alors d'asséner mon coups, tirant légèrement sur son bras en se faisant, mais il est trop tard. Le fil tranchant et bleutée atteint sa cible, tranchant la chair et le métal avec aisance et en un bruit qui d'ordinaire me plaît, mais qui ici me renvoi mon erreur. Je l'ai un peu sous estimé, elle est prête à aller bien plus loin que je ne le pensais pour faire le Wolfpack, tout cela car elle se trompe.... Encore une fois, quel gâchis, mais aussi, quelle merveilleuse idée ! J'aurai pu faire la même chose ! Et le résultat est tout à son avantage, en plus de mon étonnement, je suis déséquilibré, m'appuyant sur le bras que je tirais, et qui reste désormais dans ma main sans un appui. Il me faut un bref titubement pour retrouver mon équilibre, mais je ne suis pas pour autant rester sans réagir. Déjà ma main avec laquelle j'allais frapper retourne à ma taille afin de saisir de nouveau la petite fiole d'eau colorée...

Mon regard croise le sien à cet instant, j'y vois la douleur, la peur... Et dire qu'elle aurait pu éviter tout cela, mais ce que je comprends aussi c'est que ça ne l'empêche pas de continuer, et ce n'est pas cela non plus qui va m'arrêter ! Ainsi ma main se tend de nouveau vers elle, projetant mon arme secrète contre son camouflage... Et elle disparaît sous mes yeux ! Néanmoins je souris, elle n'a pas pu éviter cela, et quand bien même l'eau colorée semble également être devenue invisible, elle va couler, faiblement car elle est un peu visqueuse, mais assez pour que je puisse suivre sa trace et...

Mais... Ooooh, il semble cependant que mon réflexe aussi précis ait il été, soit inutile car une autre piste liquide vient rejoindre le liquide jaune, une substance plus rouge et fluide. Du sang... J'ai beau la voir comme une humaine, j'avais oublié que parmi les éléments organiques encore présent dans son corps qui étaient mentionnés par le rapport se trouver le sang... Un sang adapté pour un tel corps, mais du sang quand même, rouge, liquide, et avec une odeur bien précise ! Voilà qui va encore me faciliter la tâche, quand bien même elle court, elle me laisse une piste aisée à suivre, et qu'elle ne pourra probablement pas dissimulée aisément. Encore si c'était une petite plaie, elle pourrait s'en servir à son avantage, mais... Mon regard se tourne enfin vers le bras que je tiens encore, et que j'avais presque oublié... Non, là, elle ne va rien pouvoir y faire, quoique... Ne pourrait elle pas cautériser sa plaie avec sa lame d'énergie ? Je m'attarde brièvement sur le membre que je tiens, extrêmement réaliste mais dont l'intérieur que je peux apercevoir a aussi quelque chose d'un peu dérangeant, et même si effectivement il suinte encore de sang, l'état d'une partie de sa peau me confirme mon hypothèse. Elle pourrait se cautériser, mais ce serait long, et douloureux, or elle ne peut se permettre de perdre du temps ou de faire le moindre bruit. Un constat satisfaisant, m'arrachant un sourire, mais qui ne m'empêche pas de me poser une nouvelle question. Que faire de ce bras ? Je suis quand même en pleine ville ! Enfin cela dit, il fait sombre, et les rues sont presque désertes... Et puis je pourrai toujours me débrouiller, d'une façon ou d'une autre ! Je verrai bien le moment venu et de toute façon ce qui est évident, c'est que là, c'est elle qui aurait besoin d'un coup de main... Ehehehe

De toute façon, je n'ai pas non plus beaucoup de temps, avec la stupeur et ma réflexion elle a quelques secondes, et je ne dois pas lui laisser plus. De fait je commence à la suivre, et me prépare pour la suite. Tout d'abord, enfiler mon vrai visage, qu'elle le voit et éviter que le faux soit reconnu par un éventuel témoin. Ensuite, calant son bras sous le mien, je saisis le portable que m'a confié le Wolfpack et les contacter... Car oui je vais avoir besoin d'aide. Autant je peux justifier pourquoi je transporte quelqu'un d'étourdi avec l'alcool ou la fatigue, mais quand cette personne a perdu récemment un bras et que la plaie saigne encore, c'est plus difficile à explique. L'échange est bref, concis et discret, je les informe juste que j'ai trouvée la cible, qu'elle est blessée, mais que je vais avoir besoin d'aide pour la ramener, pour enfin leur dire le lieu où nous sommes à peu près. Une fois cela fait, ils me confirment que l'aide va arriver, sans me préciser cependant sa forme exacte… Mais c'est tout ce que j'ai besoin de savoir, et je raccroche l'instant d'après, m'interrompant un bref instant dans le suivi de ma piste. Cette dernière a bifurquée, elle ne continue pas tout droit… A ma gauche, une ruelle sombre, je n'en distingue pas bien le sol, mais ça me paraît évident qu'elle est là. Avec un seul bras, elle ne pourrait pas jouer les acrobates. En a-t-elle déjà atteint l'autre bout ? Non, un lampadaire en éclaire la sortie, et il n'y a nulle trace de sang, pas plus que d'autres issues. Elle doit encore y courir, même si je ne l'entends pas, ou bien s'y cacher… Mais ça c'est facile à vérifier.

Dans le même geste que celui avec lequel j'ai rangé le téléphone je sors un de mes couteaux… Et sans plus tarder le lance devant moi, dans cette ruelle où il semble ne rien n'y avoir. Cependant, je n'agis pas exactement à l'aveugle. Certes, je ne vois pas ma cible, mais la ruelle est étroite si elle court, je peux déterminer à peu près où ajuster mon tir. Mon but n'est pas de la tuer, mais de m'assurer de sa présence, et la ralentir. De fait, j'estime avoir visé à peu près au niveau du bassin ou du haut des jambes. Des endroits où le contact de la lame serait douloureux, mais bien loin d'être mortel, exactement ce dont j'ai besoin ! Bon, cela dit, je n'ai aucune garantie de la réussite de la chose, mais c'est toujours mieux que rien… Et puis ça serait idiot de ma part de simplement m'élancer dans la ruelle en courant tel un bœuf, alors qu'elle pourrait très bien simplement se cacher et attendre que je passe…

De fait j'attends de voir si l'arme atteint sa cible, que ce soit simplement en la voyant disparaître sans raison, ou bien par le cri de douleur qu'elle laisserait peut être échapper, ou tout autre bruit. Si cela advient, il me suffirait de m'avancer jusqu'à la source de ce bruit, et probablement de la cueillir, tout près de cette source… Et sinon… Et bien cette ruelle allait connaître une fouille approfondie, et en de telles circonstances je sais être minutieux. Dans les deux cas, on peut dire que je n'ai pas peur de me salir les mains.

Ah, et celle de Sarah ? Bah, comme c'est moi qui la tiens, elle est aussi à moi, mais je ferai quand même attention de ne pas trop la salir. Ah, et pendant un bref instant, je pense à essayer de l'interpeller, mais je me ravise, certes je pourrai espérer une réponse, mais je préfère guetter les bruits et l'environnement immédiat, la moindre chose que son invisibilité ne pourrait pas totalement dissimuler...

Détail:
 








Dernière édition par Ferliost le Sam Juin 25, 2016 2:03 pm, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Métro, boulot... attaque nocturne ? [PV. Ferliost]   Ven Juin 24, 2016 6:11 pm





Métro, boulot... attaque nocturne ?



Feat. Ferliost





Mon esprit s'embrouille de plus en plus à mesure que je... Je ne cours même pas, je marche... Vite, mais je marche... Et je bénit le camouflage dont je dispose. Encore que si je n'en avais pas eu besoin, les choses auraient étés encore mieux. Mais bon... Ce n'est pas le moment de m'apitoyer sur mon sort. Une ruelle. J'ai l'impression que mes pas sont de plus en plus pesants, que je m'épuise beaucoup trop vite... Et puis la raison me devient évidente. Je perd beaucoup trop de sang. Je fonctionne à l'énergie, mais mon cerveau doit tout de même être irrigué, ainsi que mes muscles, et si je puise actuellement dans mes réserves d'énergie pour me maintenir en état de marcher, de rejoindre Capsule Corp...

Une ruelle de plus. Je suis vraiment trop épuisée, je dois m'arrêter et me poser. Après avoir manqué tomber une première fois, je finit par m'affaler contre un mur à la propreté douteuse. Je serre les dents, laissant échapper un gémissement de douleur. Je vais devoir endiguer le saignement, mais je n'ai rien pour faire un garrot, même pas suffisamment de place sur ce qu'il me reste de bras... Il va falloir que je cautérise la plaie. A nouveau, ma lame d'énergie se forme dans ma main, crépitant d'énergie électrique. Ce sera moyennement efficace, mais toujours mieux que rien... Alors je l'applique sur la blessure, serrant les dents, mais un cri de douleur m'échappe tout de même, résonnant étrangement dans mon crâne à cause de mon camouflage qui empêche les sons que je produit d'être entendus. Mais je dois attendre un moment avant de retirer la lame de la plaie, je dois être sur qu'elle est bien cautérisée...

Merde, j'entends des pas dans la rue. Mes yeux se lèvent, et j'aperçois les contours flous de Ferliost se découpant à la lumière d'un lampadaire. Il tient toujours mon bras sous le coude mais j'ai beau cligner des yeux, ma vision ne s’éclaircit pas. Même les chiffres de mon détecteur ne sont pas clair pour moi, si bien que je finit par le désactiver car sa lumière m'aveugle désagréablement. Je trouve étrange qu'il ne s'engage pas plus avant dans la ruelle cela dit... Qu'il passe, que je puisse m'en aller tranquille... Mais non. Un sifflement caractéristique retentit près de moi, d'un projectile lancé dans la direction ou j'aurais été si j'étais restée debout et proche du mur sans pour autant être contre. La, la lame file à une trentaine de centimètres de mon visage. Il se doute que je suis ici... Et mon camouflage ne durera pas éternellement.

Grinçant des dents, je pousse sur mes jambes pour me relever et reprendre ma route. Me tenant au mur comme je peux de ma main poisseuse de sang, je pousse mon corps à l'aide de l'énergie que je conserve encore pour effectuer quelques pas avant que...

Pas un bruit dans la ruelle, juste la marque d'une main ensanglantée sur le mur sale. Et pourtant, le corps de Sarah s'est écroulé, et même avec la cautérisation qu'elle s'est infligée, le moignon continue à saigner légèrement. Elle reste étendue, inconsciente, pendant encore une minute avant que son camouflage ne se dissipe...




Revenir en haut Aller en bas
Ferliost

avatar


Masculin Messages : 241
Age : 21
Zénies : 4200

Données du Personnage
Power Level: 8 819 734
Power Level en Kili: 175
Inventaire :

MessageSujet: Re: Métro, boulot... attaque nocturne ? [PV. Ferliost]   Sam Juin 25, 2016 1:28 am






Métro, boulot... attaque nocturne ?


Réception du paquet !



Ma lame fend l'air en un sifflement qui me permet de suivre sa course même si je ne la vois plus... Avant de s'interrompre brusquement, mais non par un silence ou le son de la chair transpercé. Cela cesse par un tintement reconnaissable, celui de l'acier contre la pierre. J'en déduis dès lors qu'elle n'est pas dans la ruelle, et je suis partagé. D'une part je ne peux m'empêcher de trouver cela presque décevant de sa part, de l'autre je suis quand même soulagé, d'une certaine façon, de ne pas avoir eu à lui infliger cela. Cela étant, je dois en venir au plus important. Où est tu ?

Afin de me simplifier la tâche, ne doutant pas un instant qu'elle est de toute façon capable de voir où je suis malgré la pénombre, je me sers du portable comme d'une lampe afin de continuer à suivre, avec vigilance, les traces de sang au sol. Néanmoins j'avance lentement, il ne faudrait pas qu'elle profite d'une trop grande précipitation de ma part pour me prendre par surprise... Bien sûr, une idée déplaisante me vient à l'esprit. Elle aurait très bien pu réussir à esquiver le couteau et continuer à courir sans que je ne la voie ni l'entende, dans le cas j'aurai commis une erreur, qui lui donnerait peut être assez de temps pour me priver de la seule piste que j'ai en se cautérisant ! Enfin, je ne dois pas y penser, on ne peut pas tout faire, surtout face à un être qui à tout de son côté pour disparaître ! Cela au contraire m'encourage à faire de mon mieux, aussi efficacement et rapidement que je le peux !

Pour autant m'assurer que la trace de sang continue et, quand j'ai un doute, qu'elle n'est pas cachée entre deux containers dans la ruelle, ou même simplement adossée à un mur me prend un certain temps... Mais mes efforts s'avèrent payants, contrairement à mon inquiétude, et ce n'est même pas difficile ! Simplement en poursuivant ma progression, la trace de sang s'arrête net, mais je n'ai même pas besoin de regarder autour de moi, puisque ce qui remplace ma piste, ce n'est ni plus ni moins que mon objectif ! En somme c'était un peu comme une chasse au trésor au résultat satisfaisant ! Enfin, à peu près... Car je ne ressens étrangement qu'une faible satisfaction à la vue du corps de cette jeune femme en face de moi, mutilée, continuant de saigner, et n'ayant pu continuer à lutter uniquement parce que son corps devait l'en avoir empêché au vu de sa position. Elle s'était probablement effondré sur place, alors qu'elle continuait d'avancer, et son invisibilité avait dû cesser en même temps, ou peu après puisque je ne l'avais pas entendu tomber. En somme, j'avais gagné, mais j'avais l'impression de n'y avoir aucun mérite !

Bah, dans le fond, l'important c'est qu'elle allait être ramené au Wolfpack et qu'il n'y avait plus de risques qu'un envahisseur lui mette la main dessus. A ce sujet, d'ailleurs, je me demandais ce que le Wolfpack allait faire quant à son bras. Je l'avais surtout gardé avec moi pour éviter de laisser une trace, mais au vu de sa composition est ce qu'ils pourraient le lui remettre ? Je l'ignore, mais d'une façon je l'espère, ce serait bête d'avoir gâché un de ses membres pour rien au final ! Ah et un autre détail d'importance... J'attends que l'aide apportée par la Wolfpack arrive, mais il faudrait éviter qu'elle ne meurt durant cet attente ! Or vu son état c'était un risque, dont je compte bien éviter la réalisation. Seulement je ne suis pas médecin, le mieux que je pourrai faire c'est lui faire un véritable bandage ! Ou peut être... Ma main se porte vers la poche contenant les haricots que j'avais obtenu à la tour du gros chat... Je connais leurs effets, mais j'avoue hésiter à les utiliser. Ils ne font pas que géurir, ils rendent aussi beaucoup d'énergie, et je n'ai pas vraiment envie tout de même qu'elle disparaisse de nouveau.

Cela étant, avant de me décider, il faut encore m'assurer qu'elle est toujours en vie ! Pour se faire, je m'agenouille et met une main devant ses lèvres, sentant alors un souffle, faible, mais présent. Maintenant, bandage ou haricot magique ? J'hésite vraiment... Et finalement, voyant mal de toute façon comment la forcer à lui faire avaler le haricot, je pose son bras par terre déchire partiellement une manche de ma tunique afin de panser sa plaie, afin d'achever d'endiguer l'hémorragie. Ce n'est pas parfait, mais ça retarderait un peu la possibilité de son trépas, même si je me demande si un tel être peut vraiment mourir de la sorte.

Mais justement alors que j'y réfléchis, j'entends le son d'un véhicule s'arrêtant non loin, ses roues crissant contre le sol. Je réagis sur le champs, redressant la tête et apercevant ainsi ce qui semble être une camionnette noire... Et ça pourrait être n'importe qui. Un individu curieux, quelqu'un se garant n'importe comment. Je suis sur le champs sur mes gardes, déjà prêt à dégainer mon second couteau, mais rapidement, je sens une légère vibration, un message sur le portable. Mon arme en main, celle libre vient chercher le téléphone et je consulte du coin de l’œil le message, venant bien sûr du Wolfpack.

"Nous sommes en place..."

Oh... Donc a priori ce sont eux qui viennent d'arriver. Il est vrai que c'était une possibilité, mais je suis tout de même satisfait d'en avoir la confirmation ! Au moins, ils sauront mieux que moi comment la soigner, et je n'ai aucun doute sur le fait qu'ils le feront. Ils ont trop à perdre si elle meurt ! De fait, je n'attends pas plus, et rangeant mon arme, je place le bras sectionné de la donzelle sur son corps et saisis ce dernier pour me diriger vers la camionnette... Je suis surpris, j'ai l'impression qu'elle est toute légère, pourtant le rapport faisant mention d'un poids supérieur à la normale, et je doute que la perte d'un bras change cela... Bah, peut qu'il y a simplement eu une erreur de mesure, après tout les scientifiques eux mêmes peuvent faire des erreurs...

Sur cette pensée, je vois deux personnes, très discrètes et effacées sortir de la camionnette et allant à ma rencontre. Ils me font comprendre par leurs gestes et leurs attitudes qu'ils n'apprécient pas trop l'état dans lequel est Sarah, mais souhaitent quand même que je leur confie la jeune femme, ce que je fais, leur tendant le corps qu'ils saisissent à deux, semblant par ailleurs peiner... Enfin en même temps ils n'ont pas une carrure assez impressionnante ! Et cela dit, même si ce n'est pas très poli de retenir une personne en train de porter une lourde charge, je le fais, prenant la parole d'un ton assez... Sec.

"Bon j'ai accompli ma tâche, et même si c'est vrai qu'elle n'est pas exactement entière, j'ai droit à mon paiement... Et ce dernier est simple, laissez son libre arbitre à cette petite, pas comme ce que vous lui avez fait avant, et laissez moi la surveiller... Je pense que ce n'est pas trop demandé, hm ?"


On me dit qu'ils en parleront aux supérieurs, je n'en doute pas... Et l'instant d'après, alors qu'un autre individu sort de la camionnette, ils me demandent de monter dans la camionnette pour que je les accompagne, pendant que les lieux seraient "nettoyés" pour ne laisser aucune trace, et à vrai dire j'aimerai bien, mais...

"Ce serait avec plaisir ! Mais j'ai des impératifs personnels, des examens plus précisément. Mais je vous recontacterai dès que ce sera fini, soyez en certain."

Et ils n'ont pas intérêt à profiter de cela pour essayer de ne pas me verser mon paiement... Ce serait une grave erreur oui... Enfin cela dit, je suis fatigué, et je compte bien profiter une dernière fois de ma chambre d’hôtel une dernière fois avant de partir. Je commence donc à m'éloigner, tandis qu'ils chargent Sarah dans le véhicule. Je lui souhaite un réveil plutôt agréable. Puis le temps d'arracher le couteau que j'avais lancé des mains du "nettoyeur" laissés sur place, qui l'avait ramassé et semblait sur le point de jeter dans son sac, accompagnant mon geste d'un regard mauvais, quelque peu exagéré, ce genre de couteau étant facilement retrouvable, je reprends ma route, ayant bien mérité, je pense, une bonne nuit de sommeil...





Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Métro, boulot... attaque nocturne ? [PV. Ferliost]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Métro, boulot... attaque nocturne ? [PV. Ferliost]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Attaque de fourmis folles/jean Erich Riche
» Le contaminant Gem contre-attaque![Grand Line, Rang B, Révolutionnaires, Massacre ou Fuite?]
» Quand la virée nocturne se transforme en cauchemar | Nicolas de Ruzé |
» Scénario : Attaque à la lisière de Fangorn (S.D.A)
» L'attaque orque

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dragon Ball Reborn  :: Univers :: Terre :: Villes-