Partagez | 
 

 [PNJ] L1-X H0110 || Lilly vous salues ! [EN COURS]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: [PNJ] L1-X H0110 || Lilly vous salues ! [EN COURS]   Mar Jan 19, 2016 12:31 pm

L1-X H0110 || Lilly
"Calme... calme... calme... ...calme... EXTERMINER !"
Méga Branette humanisé - Pokémon
"Mon matricule est L1-X H0110, mais vous pouvez aussi m’appeler Lilly. Je suis une fille de 22 ans même si k'ai l'air d'en avoir 16. Mon principale défaut est euh... mon inconstance ? Et ma qualité majeure est que je suis belle et forte et tout~."

  ► Prénom : Lilly
  ► Matricule : L1-X H0110
  ► Taille : 1m65
  ► Poids : 80 kg
  ► Planète d'origine : Terre
  ► Groupe : Cyborg - Type 1
  ► But :  Retrouver des traces de son passé pour l'éliminer et faire cesser son malaise.
 
Ais-je toujours été comme ça ? Je me souviens vaguement d'une époque où ce n'était pas le cas. Avant. Une époque où ma vie n'avait aucun sens, aucun but, et où je n'avais aucun chemin à suivre. Maintenant les choses ont changées pour moi. Et si à une époque j'eus pu paraître misérable, ce n'est plus le cas à présent. Mon corps à été renforcé, affiné, et on n'y voit plus trace des privations qui furent mon quotidien. Mes cheveux noirs, naguère filasses, que je gardais courts pour tenter de me faciliter l'existence et que je coupais moi-même à l'aide du tranchant d'une canette explosée, sont aujourd'hui longs et soyeux, pleins de vie et de santé. Mon regard était terne et voilé par les ombres du désespoir, mais aujourd'hui leur couleur Améthyste brille, pleine de vie.
Je ne laisse plus la crasse me recouvrir dans un soi-disant espoir de me protéger de l'extérieur. Plus les gens sont repoussants, moins on s'en approche, mais cela est finit pour moi. Ma peau beige est dont parfaitement visible, sans aucun trait noir pour la recouvrir. Avec les opérations qui m'ont transformée en Cyborg, elle a en outre retrouvé tout son éclat et n'est pas marquée de quelque façon que ce soit, de la moindre cicatrice ou de la moindre tache. Jadis amaigrie par la faim, je suis aujourd'hui simplement fine, mais sans que cela ne soit exagéré. Pour faire simple... J'ai un corps bien proportionné, modifié et amélioré pour disposer d'une force qu'on ne soupçonnerait pas aux premiers abords en posant les yeux sur moi. C'est un gros avantage, qui me donne un effet de surprise certain.
Et puis, j'ai pris gout aux vêtements excentriques. Je n'aime pas les vêtements simples, ils sont quelconques et sans intérêt... C'est pour cette raison que je porte ce gilet noire, dont le col et la capuche donnent l'impression, avec les épaisses fermetures éclair, d'être la bouche d'une créature étrange de type poupée. Le capuchon est d'ailleurs cousu de deux gros boutons qui font office d'yeux. Les manches du gilet sont longues et tombe jusqu'au bout de mes doigts, et il est ouvert sur l'avant à partir d'un peu au dessous de ma poitrine jusqu'en bas, dévoilant le vêtement que je porte en dessous : Un tee-shirt rose vif long, qui retombe jusqu'en haut de mes cuisses. Je portes en dessous un short de nylon noir moulant, et mes pieds sont chaussés de botes roses. Et oui, j'aime le rose. Pourquoi, c'est censé poser un problème ? Le rose, c'est pas forcément qu'une couleur de p'tite greluche hein !
Description Physique


 
La psychologie est un domaine ardu et il est difficile de se pencher dessus. Perso, je n'ai pas spécialement envie de faire une analyse de mon comportement, parce-que ça risquerait de m'énerver très rapidement et que vous n'avez pas envie de me voir énervée. Parce-que je sais garder mon calme hein... Généralement, je donne même carrément l'impression d'être stoïque et impavide, comme si les émotions me traversaient sans m'affecter... Vous y croyez vous ? Et pourtant... C'est bel et bien le cas une partie du temps. Pour le reste... Il m'arrive d'être prise de crises de frénésie intense, qui empêche même mon inhibiteur de fonctionner. J'oublie tout, sinon une chose... Que j'ai envie de tout détruire, de tout tuer autour de moi.
Pour autant, je ne suis pas qu'une simple machine fêlée... J'aime tout ce qui est excentrique et inhabituel, les vêtements aux formes étranges et les couleurs vives qui ont trop manquées à mon existence, mais je ne supporte pas la vue de la pauvreté et de la misère. J'ai eu de la chance, j'ai réussi à m'en sortir, mais pour une personne qui s'en sort, des milliers crèvent de faim dans les caniveaux ou au fin fond des ruelles insalubres... Alors je préfère encore abréger leurs souffrances. Par extension, je ne peut pas laisser quelqu'un qui souffre continuer à vivre, c'est trop cruel... Expéditif ? Peut-être, mais ça soulage, autant eux que moi. Alors je ne vois pas pourquoi j'agirais autrement.
Parce-qu'il y a une chose. Une chose capable d'éveiller en moi un profond sentiment de malaise. Ce qui vient de mon passé, d'avant ma transformation. Lorsque je suis confrontée à ce que j'étais, à ceux que j'ai connu, à ceux qui m'ont ignorés et laissé croupir dans la fange dans laquelle me me mourrait... Même ceux qui m'ont aidés... Tout cela me serre le cœur et ce qu'il me reste de tripes, et je ne le supporte tout simplement pas. Je dois m'en débarrasser... De chaque lien, chaque minuscule ficelle, qui me relie encore à mon passé...
Mais au fil des années, j'ai appris à juguler mes sentiments et mes émotions. Probablement aidée en cela par les inhibiteurs placés par les scientifiques... Néanmoins, si je fais barrière à mes malaises, à mes sentiments, vient un moment où la barrière craque et ou je pète littéralement un câble... Ce sont mes fameuses périodes de frénésie. Alors, je ne fais plus de distinction entre le bien et le mal, entre ce qui est juste ou non, et je tue... j'en ai besoin. Je peux cela dit tuer avec une parfaite froideur lorsque je suis dans mes périodes de calme, investie de ma mission d’annihilation de la souffrance.
Description Mentale


 
Intro. - 14 ans

Le froid et la faim étaient des compagnes de longue date. La maladie également. Chaque jour, ma respiration se faisait un peu plus sifflante. Quelques années plus tôt, ma mère avait trouvé moyen de me dire qu'elle ne pouvait pas se permettre de s'occuper de moi alors que je n'étais qu'un "gouffre à argent", et elle m'avait abandonnée, jetée dehors. J'avais huit ans à l'époque, et je me demande encore comment j'ai pu survivre aussi longtemps... J'avais mendié, souvent, trop souvent, et trop peu avaient étés ceux qui m'avaient donné un peu d'argent. Avec, j'achetais à manger, et je buvais aux fontaines publiques. Et parfois, lorsqu'un passant se montrait particulièrement généreux, j'achetais un médicament pour calmer ma toux, qui s’aggravait sans cesse. Ces moments étaient des genres d'instant de félicité pour moi, car pendant quelques heures, je n'avais plus mal. Je n'avais d'ailleurs plus aucune sensibilité dans la gorge, mais c'était toujours mieux que la sensation perpétuelle de brûlure.
J'étais malade, depuis longtemps maintenant. C'était en parti ce qui avait poussé ma mère à me jeter dehors. Une toux perpétuelle qui me faisait cracher du sang, m'affaiblissant de plus en plus... Je savais que je n'avais aucune chance de survivre très longtemps. A vrai dire, j'étais déjà surprise d'avoir tenu aussi longtemps.
Cependant, su je suis encore là pour raconter cette histoire... C'est bien qu'elle ne s'est pas finit comme elle aurait dû se terminer. Je ne suis pas morte dans un caniveau en crachant mes tripes. Je ne suis pas non plus morte de faim, ou de froid, non... A vrai dire, je ne suis pas morte du tout. Ce jour là, quelqu'un m'a tendu la main et m'a prise avec elle, l'espace de quelques jours. Une enfant, à peine plus âgée que moi, de peut-être un ou deux ans... Elle était moins timide, moins solitaire, plus forte que moi. Elle n'hésitait pas à voler pour se procurer ce dont elle avait besoin, que ce soit des vêtements chauds ou de la nourriture.
Je ne me souviens même plus de son nom. Je me souviens juste d'une masse de cheveux noirs et d'yeux d'un rouge sombre, d'une main couverte de cals et de vêtements à peine moins miteux que les miens. Et je sais aussi qu'elle ne m'a donné de l'espoir que pour mieux me détruire ensuite. Parce-qu'après m'avoir aidée plusieurs jours, après m'avoir volé des médicaments, des vêtements plus chauds et même de la nourriture... Elle a disparu, tout simplement. Plus aucune trace. Elle m'a laissée toute seule, et maintenant que je sais pour quoi, je la déteste encore plus.
Salope.

Part. I - Le WolfPack

J'ai tenu encore deux ans. Pas mal hein ? Je l'ai cherchée en plus, cette fille, celle qui m'avais aidée... Au détriment même de on confort, des impératifs de ma santé vacillante, je l'ai cherchée. Des heures, mes pieds nus foulant le sol froid des rues mal famées, car j'étais boutée hors des rues plus lumineuses par les forces de l'ordre. Sans nul doute, une gamine comme moi ne devait pas bien présenter auprès de ceux qui avaient de l'argent et des vêtements propres... Et puis, au bout d'un mois, j'ai abandonné. Je me suis rendue à l'évidence. Elle m'avait oubliée, jetée de coté. Je devais l'ennuyer.

Les gens sont tous des connards, ils ne vous aident jamais par pure bonté d'âme. Tout ce qui leur importe, c'est leur petit confort et le plaisir de leurs yeux. Je les détestes. Il n'y a que le Pack que j'aime, car ils sont les seuls à être venus à mon secours. Les seuls...

J'avais seize ans lorsque je les aient rencontrés. En réalité, ce sont eux qui sont venus à ma rencontre. Ils m'ont dit qu'ils avaient un moyen de me guérir. De me sortir de la misère, et de faire en sorte que je n'y retourne plus jamais. Ils ont dit qu'ils en avaient fait de même pour un autre sujet, une adolescente comme moi, quelques années auparavant... Lorsque je leur ais demandé des précisions, ils m'ont parlé d'un certain sujet S4-X et ils m'ont montré une photo... Je l'ai immédiatement reconnue.

Ainsi, elle m'avais abandonnée pour rejoindre cette organisation ? Elle m'avait laissée dans la misère parce-qu'elle avait trouvé une solution qu'elle n'avait pas voulu partager... Alors que je regardais la photo, mes mains se sont mises à trembler. Finalement, j'ai accepté la proposition du WolfPack. Ils m'ont expliqué qu'ils allaient faire de moi une Cyborg, qu'ils allaient retirer les parties défectueuses de mon organisme pour les remplacer par d'autres, neuves, fonctionnelles. Ils ont dit qu'ils allaient renforcer mon corps pour le rendre plus puissant, plus souple, plus indépendant, et qu'ainsi, j'allais pouvoir protéger la terre des puissances qui la menaçaient. Je n'avais pas réellement envie de protéger tous ces gens qui m'avaient laissée mourir de faim dans les ruelles, mais si cela pouvait me faire me sentir mieux, je n'avais rien contre... Et puis, tout le monde n'était pas à jeter. Le Pack m'avais proposé de m'aider, et ils voulaient protéger leur planète. Les autres miséreux étaient comme moi, ils n'avaient pas le choix... Ils n'avaient déjà rien pour eux... Et puis en les suivant, je retrouvais celle qu'ils appelaient S4-X, celle qui m'avait abandonnée.

Je ne peux pas dire que la suite fut des plus indolores. Ils m'ont emmenée dans un laboratoire isolé du monde et ils m'ont opérée, de nombreuses fois, pour effacer de mon corps les marques laissées par la vie misérable que j'avais vécue, ils ont remplacés mes poumons défectueux, et ils ont renforcés mes muscles, mes os... Ils ont même amélioré mes yeux pour les rendre plus réceptifs, et pour que je puisse détecter les énergies. Ils ont dit que c'était pour localiser et évaluer les menaces potentielles pour la terre. Pour faire tourner tout ça, ils ont placé dans mon corps un générateur d'énergie infinie, bien que je ne comprenne pas réellement comment cela marche.
Les opérations ont pris du temps. Une année entière, à supporter qu'on tripote l'intérieur de mon corps pour en faire quelque chose de solide. Les anesthésiants ne suffisaient pas toujours, et le réveil était douloureux, tout le temps. Et je ne revoyais pas S4-X. Sans doute qu'elle était en fonction dans un autre laboratoire...
Ils ont finit par me remettre une boucle d'oreille, un simple anneau, qu'ils ont accroché à mon oreille gauche. Après l'avoir installée à mon oreille, ils m'ont dit qu'ils s'assuraient ainsi que je ne ferais pas de mal aux autres humains, et je n'ai jamais pu l'enlever. J'ai très rapidement compris qu'ils m'empêchaient ainsi de faire ce que je voulais, notamment les choses qu'ils m'avaient interdites de faire. Un inhibiteur hein... Je devais découvrir par la suite qu'il ne fonctionnait pas lorsque mes émotions étaient trop fortes, car la furie me faisais supplanter la douleur provoquée par l'inhibiteur. Cela je l'ai découvert lorsque j'ai fait ma première crise de rage.

Part. II - Instabilité

S4-X, encore. Je voulais la voir, je voulais lui cracher ses quatre vérités au visage, mais plus le temps passait, plus ma colère contre elle montait et montait encore. Si bien que, quelques semaines après la fin des opérations et l'installation de l'inhibiteur, j'ai appris en écoutant une conversation entre deux scientifiques, qu'elle s'était échappée, je n'ai plus pu me retenir. Je ne maîtrisais pas le moins du monde ma force, et la colère de savoir qu'S4-X me filait entre les doigts était tel que lorsque j'ai abattu mon poing sur le mur dans le but avoué de le détruire, la souffrance provoquée par l'inhibiteur est passée sur moi comme un catalyseur. Ils comptaient dessus pour me contenir, ils s'en sont mordus les doigts. J'ai pu détruire une bonne moitié de l'installation avant qu'ils ne parviennent à m'arrêter en m’électrocutant si fort qu'ils en ont fait griller quelques circuits.

Je sais qu'ils m'ont maintenue plusieurs jours dans l'inconscience. Au moins. Je ne sais pas précisément combien de temps... Je me souviens juste que, par la suite, mes souvenirs d'avant étaient plus flous. Je pense que c'est à cause de cela que je ne me souviens plus, notamment, du vrai nom d'S4-X. Ou encore, que je ne sais plus précisément comment était ma vie, ou le déroulement des opérations, avant cette période d'inconscience. Sans doute la raison pour laquelle je n'arrive pas à donner beaucoup de précisions. En revanche, je sais que depuis, je suis beaucoup plus calme, et j'ai moins de mal à contenir ma colère. Les choses ne me paraissent plus aussi net qu'avant, j'ai l'impression, souvent, de voir le monde à travers un film et de ne pas m'investir totalement. C'est reposant...

Il y a toujours une chose pourtant qui provoque chez moi de mauvaises réactions. Une chose, qui en recouvre beaucoup d'autres encore. Tout ce qui concerne ce que j'étais avant d'être L1-X, avant que je ne me donne mon prénom, Lilly. Toutes ces choses me mettent mal à l'aise, que ce soit la vue des miséreux, ou les mentions à... à S4-X. Le Pack a l'air de songer à m'envoyer à sa poursuite, mais ils ont encore l'air hésitants. Peut-être ont-ils encore d'autres cartes en main... Ou alors, ils me trouvent trop instable ?

Ils ont probablement raison. Je suis instable. Mais dieu que c'est bon...

Une arme de dernier recours ? Oui, probablement. C'est ce que je suis après tout, une arme... Ils m'ont construite pour que je le soit. Mais même si je suis coincée dans leur laboratoire remis à neuf (ce qui me fait penser que je suis restée inconsciente bien plus longtemps que quelques jours), même s'ils essayent de contrôler mon esprit via l'inhibiteur, malgré tout cela... J'aime le Pack. Parce-qu'ils sont les premiers, les seuls, à m'avoir réellement secourue. Ils sont les seuls à m'avoir sortie de la misère, et à avoir fait de moi quelque chose d'utile. Alors je les aiderais, même si je dois parfois perdre les pédales. Et même si je dois leurs désobéir pour cela. Même si je dois moi aussi m'échapper pour retrouver S4-X et la ramener, ou encore pour combattre les dangers pour la Terre.
Ou même si je dois abréger les souffrances des hommes qui la peuplent. Le Pack m'a aidé, mais ils ne peuvent pas aider tout le monde... Alors ce sera mon rôle de faire en sorte que l'on ait pas besoin de les aider. De les envoyer là où ils se sentiront mieux.

Epilogue - Ciao !

Je l'avais dit que je le ferais s'il le fallait non ? Que je m'échapperais pour faire ce qu'ils n'arrivent pas à faire. Pour retrouver S4-X. Pour la capturer et pour la ramener chez elle. j'y suis arrivée. Enfin !
C'est drôle quand on y pense, c'était vraiment très simple en plus. Il suffisait simplement de se montrer patiente. L'occasion s'est présentée, il y a peu de temps... J'ai fait une crise de rage. Une nouvelle conversation que j'ai entendue. Deux soldats du Pack, stationnés dans le laboratoire, qui ont dit que Brotherwolf avait peut-être trouvé quelqu'un pour ramener S4-X. Mais elle est à moi... Personne d'autre que moi ne la ramènera... J'ai craqué.
Pourquoi ne me confient-ils pas le travail ? Pourquoi ne me donnent-ils pas de mission et me maintiennent-ils coincée ici alors qu'elle court dehors, sans assumer ses choix et ses actes ? Elle a été la première à rejoindre le Pack, elle DOIT acquitter de sa part du contrat et travailler avec nous ! Et JE dois la voir, pour lui dire tout ce que j'ai sur le cœur, pour la blesser autant qu'elle m'a blessé...
Je suis devenue une furie. Mais cette fois-ci, j'étais tournée vers l'extérieur. Retrouver le type qui voulait me voler mon travail, et le tuer. Retrouver S4-X, et la capturer, et la faire souffrir. Puis la ramener au Pack. J'ai été si fulgurante qu'ils n'ont pas compris ce qui leur arrivait. Les soldats, les scientifiques, ceux qui cherchaient à me retenir, je m'en suis débarrassée et je suis partie après avoir arraché l'inhibiteur de mon oreille. La douleur ? Elle ne me rendait que plus furieuse encore...
Par chance, le labo était paumé en plein désert et je n'ai pas croisée de ville avant de me calmer, me cantonnant à détruire la roche et les dunes de sable autour de moi. Lorsque j'ai finalement retrouvé ma maîtrise de moi-même, et que je me suis rendue compte que je m'étais moi-même échappée, je n'ai pas pu me retenir de rire.
Cependant, je ne voulais pas que le Pack s'inquiète. Sans doute la raison pour laquelle je suis retournée sur mes pas pour retrouver le labo à moitié démoli, à nouveau... Ils étaient déjà affairés à réparer les dégâts que j'avais provoqués, et ils réunissaient un commando, sans doute pour me poursuivre. Ils n'en ont pas eu besoin, parce-que je me suis présentée à eux ainsi. Ils m'ont visée, et des tas de points rouges ont fleuris sur mon corps. Les rayons de leurs viseurs. Je leur ais adressé un signe de la main, tout sourire, puis je leur ais dit que je partais chercher S4-X, et qu'ils n'avaient pas à s'inquiéter, qu'ils me retrouveraient bientôt. Puis je suis définitivement partie. Je me suis glissée derrière un mur et je me suis fondue dans la nuit. Je crois que je les aient tellement surpris qu'ils n'ont même pas cherché à tirer...

Bon, et bien... Je suis libre, je peux faire ce que je veux, et j'ai en outre la capacité physique de le faire...
Je te tiens, S4-X. Tu sera à moi.

Histoire du Personnage


 
HRP
Dans la réalité je suis...
► Pseudo(s) fréquent(s): '^'
  ► Tu as quel âge ? '^'
  ► Tu nous a trouvé où ? '^'
  ► Comment tu trouve le forum ? '^'
  ► T'as un autre compte ? Lequel ? '^'
  ► T'as pas un truc à nous dire hein ? '^'
  ► Code du règlement: Vous aimez les marrons ? '^'

 
Code de Frosty Blue de Never Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [PNJ] L1-X H0110 || Lilly vous salues ! [EN COURS]   Ven Mar 25, 2016 6:01 pm

Bon et bien je me rend compte qu'il m'a fallut... 2-3 mois pour faire cette fiche owo
Mais voilà, ce PNJ est terminé et en attente de validation o/
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [PNJ] L1-X H0110 || Lilly vous salues ! [EN COURS]   Ven Mar 25, 2016 7:23 pm

Sauf contestation, je valide à 100%
(j'aime bien le principe de la tite "famille" '^' )
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [PNJ] L1-X H0110 || Lilly vous salues ! [EN COURS]   

Revenir en haut Aller en bas
 

[PNJ] L1-X H0110 || Lilly vous salues ! [EN COURS]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Vous avez dit Cours d'art plastique? (Pv - Connor) (terminé)
» Loïssa VanRosselle, pour vous servir [en cours]
» Lucy', pour vous servir ! [En cours]
» Rendez-vous après les cours
» Et vous, vous ecoutez quoi souvent?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dragon Ball Reborn  :: Avant RP :: Naissance des Guerriers :: Validées-