Partagez | 
 

 Appelez-le "Mandrake". C'est très bien "Mandrake" [PNJ?]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kodaïan

Rang B [Saiyajin]
avatar


Masculin Messages : 278
Age : 22
Zénies : 9180

Données du Personnage
Power Level: 10 661 930
Power Level en Kili: 2 00
Inventaire :

MessageSujet: Appelez-le "Mandrake". C'est très bien "Mandrake" [PNJ?]   Lun Jan 18, 2016 3:46 pm

Vjshkir Khaerudrakh
N'ayez pas peur du noir...seulement de ce qui s'y cache.
Mandragore || Warhammer 40k
"Mon nom est Vjshkir Khaerudrakh et je suis un mâle de ? ans. Mon principal défaut est d'être incomplet et ma qualité majeure est ma furtivité."

  ► Nom véritable Vjshkir Khaerudrakh
  ► Nom d'usage: Mandrake
  ► Taille: 1m91
  ► Poids: 104 kilos
  ► Planète d'origine: Makyo
  ► Groupe : Démon/Indépendant
  ► But :   Servir un maître; trouver ce qu'il cherche.

Spoiler:
 

 
Bien peu de choses feront autant naître la peur en votre être que la vision du monstre surnommé "Mandrake". Cela serait facile de passer outre sa constitution massive, comme façonnée toute entière pour tuer, et uniquement tuer. Ses muscles puissants jouant habilement à l'air libre pour porter des coups létaux, sa peau d'un gris pareil à un ciel d'orage aussi épaisse que de la corne, à tel point que le démon n'a revêtu que pour seul et unique vêtement depuis une éternité un hakama fait de peaux usées, raccommodées les unes avec les autres, découvrant ses cuisses massives et retenu autour de sa taille par une épaisse ceinture de corde d'un rouge-brun qui a du voir passer bien des siècles.
Cela suffirait déjà pour intimider probablement la plupart des êtres, en particulier lorsqu'il est encore recouvert de sang. Mais cela n'est qu'une vision lointaine, le cauchemar s'accroît à mesure que l'on s'approche du démon. Ses mains assez larges pour saisir un crâne se terminent par d'épaisses griffes, tout comme ses orteils d'ailleurs. Mais si elles peuvent déjà être mortelles par leurs armes naturelles ou leur puissance, Mandrake n'offre que rarement l'opportunité de les subir, préférant brandir une lame immense, à l'apparence aussi redoutable qu'angoissante. Si lourde que sa longue poignée courbe est nécessaire pour la manier efficacement, si légère pour le démon qu'une seule suffit pour décapiter ses victimes avec.

Mais à nouveau, cela n'a rien de si exceptionnel. Dans un monde de démons, ce genre d'épée n'est pas une menace si terrible. La véritable horreur commencera lorsque vous apercevez son corps de plus près. Ce que vous pouviez confondre avec des tatouages stylisés, tels d'élégantes arabesques, et qui parcourent la totalité de son corps sont en réalité plus proche des runes et des cicatrices que des tatouages.
Au travers de ces marques, luisantes d'une énergie verte malsaine, s'échappe le pouvoir et la volonté du démon. Lorsqu'il est au repos, ou en embuscade, elles s'effacent, mais lorsqu'il passe à l'assaut son corps se met à nouveau à briller de cette force malfaisante. Plus Mandrake se déchaînera, plus les runes s'allumeront sur une surface étendue et fort. Ainsi  vous saurez que cet éclair surnaturel sera votre fin.
Une autre manifestation particulièrement marquante de ces étrangers glyphes sont ceux de son bras gauche. Premiers à être activés, ce sont également ceux qui libèrent le plus de puissance, au point d'envelopper sa main, son avant-bras, même jusqu'au coude parfois, de flammes d'un vert fantomatique, aussi redoutables qu'inquiétantes.

Cela n'est toujours pas suffisant pour que vous regardiez sous votre lit chaque soir pour vous assurer qu'il n'est pas tapis dans l'ombre ? Très bien, il reste encore un point dont il faut parler. Sa tête. Si ses longs cheveux d'un blanc-argenté, qu'il laisse soit s'écouler sur son visage comme un masque blafard, soit les attache à l'arrière de son crâne, ne sont guères intimidants, tout comme ses oreilles pointues, il n'en est pas de même pour ses traits.
Ses joues creusées contrastent avec les os épais de sa mâchoire, alors que sa bouche est un mystère. Parfois, elle semble disparaître du visage de son propriétaire, lui laissant un faciès presque lisse, imperméable. D'autre fois, elle peut s'ouvrir plus largement que la gueule d'un fauve géant, laissant apparaître des dents faites pour déchirer les chairs et abréger des vies, ou pire encore pour pousser un hurlement si redoutable, pas tant par sa violence que par le poids des horreurs qu'il véhicule, qu'il pourrait paralyser ses victimes, leur faire perdre l'esprit ou même tuer les plus fragiles d'entre elles.
Terrifiant n'est-ce pas ? Alors posons le dernier trait de cet avatar de l'horreur. Ses yeux. Ses yeux sans pupilles, sans expression semblent n'être que deux lueurs de ce vert fatal qui brillent sans cesse de malveillance, de concentration, comme si elles n'existaient que pour ôter tout espoir à ses proies. Car les yeux du démon n'ont pas de regard...pourtant on sait toujours lorsqu'il nous fixe, avec cette insistance lugubre, n'ayant que pour seul visage une ombre avec deux bougies d'un feu lui-même corrompu.
Description Physique


 
Aujourd'hui, Mandrake n'est qu'une Ombre. Une Ombre tapie dans les ténèbres pour égorger sa proie, une Ombre qui échappe aux mains qui voudraient le saisir, mais aussi une ombre de lui-même.
Discret, radical et mortel, le démon est une incarnation parfaite de l'archétype-assassin. Il n'éprouve jamais ni regrets, ni pitié. Il ne connait pas la peur et ne se soucie plus de la douleur depuis qu'elle est sa plus grande compagne. Grossièrement parlant, c'est presque une machine à tuer, apparaissant là où il faut, quand il le faut, avant de s'évanouir aussitôt son méfait accompli.

Mais Mandrake n'est pas une brute sanguinaire, ou un psychopathe en puissance tout juste bon à faire couler le sang. Sa nature déchirée, brisée l'amène à tourner autour des champs de batailles ou des êtres puissants, comme un charognard au-dessus d'un voyageur fatigué. Car si la douleur permanente de son entité fracassée le pousse à se nourrir de la souffrance des autres, le démon ne fait que rarement plus d'une ou deux victimes à chaque fois qu'il se montre.
Lorsqu'il choisit lui-même ses proies, il va lui suivre, l'étudier de plus près pour s'assurer qu'elle lui plaise, puis guettera l'instant où elle n'aura pas le temps de réaliser qu'il lui fond dessus qu'elle aura succombé, et que l'assassin aura déjà disparu avec son trophée.
Mandrake a cela d'étrange qu'il ne tue jamais pour le seul plaisir de tuer. Cela peut-être une mission, ordonnée par son maître, pour nourrir son être torturé ou alors suite à une étrange pulsion. Parfois, certains être ont une tête qui lui plaît. Littéralement. Ce sont ceux-là qu'il étudie le plus longtemps avant de frapper, puis d'emporter son trésor dans sa tanière.

Là, il s'installera au milieu des autres crânes, escaladant parfois des murs, des tours entières de têtes similaires venant de toute la galaxie, avant d'examiner avec un soin infini son trophée. Le démon le décortiquera alors du moindre bout de chair, puis l'inspectera aussi longtemps qu'il le faudra. Un jour, un mois, un siècle, sans avoir la moindre idée de ce qu'il cherche. Parfois, Mandrake aura le sentiment d'avoir trouvé une belle pièce et il ira la ranger presque religieusement dans une petite alcôve de son antre, les yeux luisant d'une forme de...plaisir, d'avoir mis la main sur ce quelque chose qu'il poursuit à l'aveuglette.
Mais si jamais le crâne ne lui donne pas ce petit sentiment de...de ce quelque chose qui lui manque, alors le démon le jetta négligemment, s'en désintéressant aussitôt et à jamais puis il reprendra sa lame pour repartir en chasse.

Mais Mandrake n'est pas libre. Lors de son échec, il y a de cela une éternité, son essence a été réduite à un fragment concentré de ce qu'il était autrefois. Du puissant démon, fier et ambitieux d'autrefois ne reste plus qu'une ombre douloureuse, à demi-désoeuvrée, à la recherche d'un maître, de têtes "spéciales" et depuis peu...de questions.
Aussi redoutable qu'il puisse être, par sa discrétion et son infinie patience, Mandrake n'a que peu de libre-arbitre et encore moins d'autonomie propre. Il sait juste obéir à un ordre, et collectionner des crânes...mais depuis peu, son esprit tourmenté essaye de...de penseri indépendamment, et parfois ses yeux luisants se tournent ailleurs, quelques brefs instants, et alors il lui semble se souvenir d'une autre époque, d'une autre façon de penser et de vivre.

Ces moments sont assez rares, et se terminent généralement de deux façons. Soit le démon est frappé par un genre de mélancolie, qui l'amène à retourner les mains vides à sa tanière et à examiner sa collection de crânes, figés dans leurs sourires muets pour l'éternité, à les fixer à nouveau, à leur parler parfois, ou bien à imaginer le sien parmi eux, se demandant péniblement qu'est-ce qu'il est encore aujourd'hui, lorsque sa volonté parvient à surmonter durant quelques secondes son état "réduit".
Soit son esprit ne tient pas le choc et sa souffrance lui devient insupportable, laissant alors le démon exploser d'une rage qui ne cesse qu'une fois fois étanchée par les tourments d'autrui. L'un comme l'autre sont très rares, mais tout aussi difficiles à vivre pour Mandrake.
Un démon des ombres qui se cherche sans vouloir se trouver, voilà ce qu'est l'ancien tueur, à la loyauté aussi douteuse qu'incontestable.
Description Mentale



 
Voilà quatre mois qu'il manipulait ce crâne, celui d'un de ses "congénères", d'un sorcier qui se croyait plus puissant que les autres. Mandrake ne lui avait même pas laissé le temps d'ouvrir la bouche qu'il avait déjà disparu avec la tête. N'ayant rien d'autre à accomplir par la suite, il était rentré "chez lui" et s'était installé à sa corniche presque rituelle. Un peu plus d'un mètre derrière lui, un gouffre assez impressionnant. La même distance, mais en avant, le mur qui menait à son alcôve, son véritable "foyer" où était entreposés méticuleusement ses trophées.
Celui-ci les rejoindrait peut-être, ou pas. Cela serait bientôt tranché, voilà six semaines que le démon tournait et retournait lentement la tête d'os entre ses mains griffues, ses yeux sans regard cherchant inlassablement le petit quelque chose qui déciderait de l'avenir du crâne.

Mais hélas, il lui paraissait "vide". L'étincelle si précieuse, si importante mais pourtant mystérieuse aux yeux du démon n'était pas présente. Aussitôt cette pensée confirmée, la tête vola vers le gouffre, comme une vieille chaussette décousue. Mandrake se releva ensuite, récupérant son épée. Il était un peu...déçu, comme à chaque fois. Mais ne regrettait pas d'avoir cherché.
Cependant, contrairement à ses habitudes l'assassin ne prit pas la route de "l'extérieur". Ses yeux luisant se tournèrent vers son alcôve. C'était un endroit presque sacré pour lui, un concept plus qu'étrange vu sa nature, mais il est vrai qu'il n'y pénétrait qu'avec une minutie presque angoissante et uniquement en la possession d'un nouveau trophée de valeur. Mû par...quelque chose qu'il ne parvenait pas à nommer, ni définir, le démon s'aventura dans sa propre demeure et contempla sa collection.
Il y avait de tout. Des petits, des gros, des morceaux venus d'espèces éteintes depuis des millénaires - et pas à cause de lui - ou d'autres qui n'avait jamais été découvertes en cent siècles de conquête spatiale. Pour être franc, Mandrake n'avait le souvenir d'aucun de leurs anciens possesseurs, mais il s'en fichait. Il s'accroupit lentement, et commença à alors à les examiner les uns après les autres, sans oser les toucher cette fois, cherchant à retrouver cette petite...spécificité qui leur avait valu leur place. Cela en revanche, il s'en souvenait. La sensation d'un sourire se présenta à ses lèvres tandis qu'il redécouvrait ses trophées.

Le temps n'avait aucune importance pour lui. Pourtant il avait le sentiment qu'il lui en manquait...mais pas dans le sens habituel. Une éternité dut s'écouler avant que le démon ne termine son étude macabre. Quelque chose le troublait. C'était une sensation qui lui était étrangère...ce qui le troublait d'autant plus. N'aimant pas cela, Mandrake s'assit par terre, entouré de ces chers crânes et tenta de remonter le courant de ses pensées. Et alors il partit loin, bien plus loin que cela ne devrait être possible pour une créature vivante...

Mandrake retourna à une époque oubliée même des siens. Une époque de liberté et de puissance, où l'on pouvait parler de rois, de seigneurs et de pouvoirs. Une ère ambitieuse et jalouse. Il était alors membre d'un clan particulier, un clan de tueurs, redoutables par leur adresse, craints pour leurs pouvoirs sournois. Les Chasseurs des Ombres.
Tous étaient de grands guerriers spécialisés dans l'assassinat. Ils savaient apparaître et disparaître en toute occasion, et se montrer mortels à n'importe quel instant. Toutefois, peu enclins à se mêler à la "société", à se montrer au grand jour et encore moins à la conquête, le clan demeurait en petit effectif qui se satisfaisait de cette vie de fantôme.

Mais le pouvoir appelle le pouvoir. Voyant que leur famille était si redoutable, des idées commencèrent à naître, "et si on assassinait celui-là ?" et on assassinait celui-là. "Et si on volait ce truc ?" et on volait ce truc. Au début, c'était presque...par jeu. Des défis pour se mettre en valeur les uns par rapport aux autres, presque une saine compétition. Presque...car la jalousie commença à naître au sein même du clan et le ton montait chaque jour. Un peu trop. BEAUCOUP trop. Le chef du clan intervint en personne pour secouer chacun de ses sujets lorsque les frères commencèrent à se retourner les uns contre les autres, et que les ombres devinrent une jungle hostile au lieu d'une rassurante alliée.

Ainsi fut évité un auto-génocide...mais l'animosité était encore présente. Et surtout l'ambition. Eux qui autrefois se contentaient de montrer leur talent, pour le seul plaisir de le faire, aspiraient maintenant à bien plus. Les tensions recommencèrent à s'éveiller, à présent profondément ancrées dans leur nature violente, mais on ne trouvait pas de quoi canaliser leur soif de gloire et de sang.
Jusqu'à ce qu'il s'avance. Lui, Khaerudrakh, "le Chasseur de Têtes", l'un de leurs champions qui avait toujours su se faire très discret, au point qu'on pensait régulièrement qu'il avait succombé, vienne proposer un plan aussi fou qu'exquis, qui fit saliver son peuple entier et les mit une nouvelle fois sur un terrain d'entente, sur un objectif commun auquel nul n'avait pensé tant ça relevait de la démence, mais qui offrait ce défi ultime qu'ils recherchaient tous :
Abattre le démon suprême.

Les "catacombes" qui leurs servaient de demeures débordèrent d'une effervescence discrète pendant des mois, des années le temps que ces génies de la mort mettent en place leur plan.
Ils avaient préparé leur coup, s'était entraîné, avaient développé puis affiné des techniques plus létales que jamais et forgé des armes capables de prouesses fantastiques.
Bien entendu, tout cela avait été fait dans le plus grand des secrets. Lorsqu'ils remontaient à la surface, c'était en cachant leurs nouveautés. Lorsqu'un intrus pénétrait sur leur territoire, il servait de cobaye. Les Chasseurs des Ombres savaient garder des secrets, surtout les leurs.

Ces experts du meurtre étaient fin prêts. Alors le jour venu, ils se déployèrent. Tout avait été calculé, une partie du clan suivrait la délégation "de la surface" venue rencontrer l'archidémon, elle servirait de diversion principale tandis que deux petites escouades l'agresseraient par les flancs pour réduire sa mobilité et l'empêcher de se concentrer. Les experts des attaques à longue portée se tenaient prêt à me canarder, et les maîtres-assassins, dirigés par le chef du clan et celui qui se faisait appeler Mandrake, tomberaient directement depuis au-dessus de lui pour lui porter des coups aussi vicieux que létaux.
Un tel assaut n'avait jamais été envisagé avant aujourd'hui, et quand on savait l'efficacité d'un seul ou deux Chasseurs des Ombre, le potentiel du clan entier les faisait presque trembler d'excitation.
Le signal fut déclenché. Même pas un geste dans les ténèbres. Et tout se déclencha, une tempête de fantômes et d'ombres surgit tous azimuts pour assaillir le seigneur suprême. Leur talent, leur préparation était si avancée que le plan marcha. Ils parvinrent à prendre par surprise, ne serait-ce qu'un bref instant, l'archidémon. Et même à lui porter des coups, c'était tout ce qu'il leur fallait.

Du moins...ils le pensaient tous. Même les meilleurs d'entre eux, équipés de leurs lames les plus travaillées, ne parvinrent pas à faire mieux qu'une égratignure au démon suprême qui, fout de rage balaya la moitié de leur peuple en un instant. La seconde qui suivit leur assaut avait signé à la fois leur échec et leur fin.
D'un second geste, l'archidémon écrasa une poignée entière d'entre eux, réduisant à néant une équipe d'excellents guerriers. De sa troisième attaque, le maître suprême réduisit en pulpe sanguinolente leur chef ainsi qu'une partie de ses frères. La quatrième manqua Khaerudrakh qui lui porta une seconde taille, décidé à vendre chèrement sa vie, gagnant ainsi une gloire presque éternelle - s'il avait subsisté quelqu'un pour s'en souvenir ou le raconter - en étant le seul de tout son clan à parvenir même après une habile passe d'arme à atteindre une troisième fois leur objectif.

Mais tout son talent ne lui suffit pas à combler l'écart entre lui, et le démon suprême qui parvint à l'attraper, et qui fout de rage passa ses nerfs sur le guerrier en l'écrasant, si fort, et avec tant de haine qu'il changea l'essence même de l'assassin. Mandrake hurla, des minutes, des heures, alors que son existence changeait de forme dans la poigne titanesque de l'archidémon, jusqu'à ce qu'il ne subsiste plus qu'un résidu de lui-même. Une Ombre de son ancienne vie, condamnée à jamais à souffrir pour sa folie et à ne posséder qu'un fragment de son esprit.
Sa colère à peine abaissée, le seigneur infernal jeta le guerrier comme une pierre, l'envoyant voler à travers les ténèbres qui l'avait vu naître et échouer, ne laissant de lui que ce sceptre scarifié qui ne nourrissait plus qu'une étrange addiction pour les crânes. On ne lui avait pas laissé la haine, le remord ou l'ambition. C'est tout ce qui restait de l'un des plus grands guerriers de son époque.

Ainsi, dit Mandrake aux têtes qui l'avaient silencieusement écouté, c'est ce qui est arrivé...c'était cela qui le troublait donc tant, parfois, lorsqu'il levait la tête sans savoir pourquoi ou qu'il fixait les orbites vite de ces têtes coupées. Le démon se releva alors, et quitta sa tanière pour reprendre sa chasse. Il lui en fallait plus...aucune idée de pourquoi. Mais c'était tout ce qu'il restait de lui-même.

Mais ce qu'avait oublié le Chasseur des Ombres, c'est que récemment il avait aperçu un Saiyan. Celui-ci n'avait jamais su qu'un démon - pourtant un ennemi - l'avait suivi durant un sacré moment. Mais Mandrake était également perturbé par ce singe volant. Lui ne volait pas, et avait donc du suivre d'ombre en ombre le guerrier de l'espace, durant une longue période. Ce qui l'étonna rapidement, c'est ce détachement qu'il avait, un peu comme s'il était une version de lui-même mais entière. Le Saiyan avait le droit de voler, de regarder vers les étoiles, sans avoir à attendre d'ordre pour décider de sa vie.
C'est ce qu'avait pensé Mandrake, qui depuis levait parfois les yeux vers le ciel, en se demandant l'espace d'une seconde si lui aussi serait libre un jour, comme autrefois.

Histoire du Personnage


 
HRP
Dans la réalité je suis...
► '-'réponse.
  ► Tu as quel âge? '-'
  ► Tu nous a trouvé où ? '-'
  ► Comment tu trouve le forum? '-'
  ► T'as un autre compte? Lequel? '-'
  ► T'as pas un truc à nous dire hein? '-'
  ► Code du règlement: Je pense pas qu'il y en ait besoin pour un pnj '-'

 
Code de Frosty Blue de Never Utopia

_________________
Thème suggéré par Gray, le nuancé.
Revenir en haut Aller en bas
Blizzard Glacius

Rang A [Démon Du Froid]
avatar


Masculin Messages : 1062
Age : 20
Zénies : 11 306

Données du Personnage
Power Level: 1 120 764
Power Level en Kili: 22
Inventaire :

MessageSujet: Re: Appelez-le "Mandrake". C'est très bien "Mandrake" [PNJ?]   Lun Jan 25, 2016 5:05 pm

Validé à 100% de ton niveau sauf si tu veux moins

_________________
Statistiques:
 


Statistiques de la Forme Originelle:
 


Mon registre
Revenir en haut Aller en bas
Kodaïan

Rang B [Saiyajin]
avatar


Masculin Messages : 278
Age : 22
Zénies : 9180

Données du Personnage
Power Level: 10 661 930
Power Level en Kili: 2 00
Inventaire :

MessageSujet: Re: Appelez-le "Mandrake". C'est très bien "Mandrake" [PNJ?]   Lun Jan 25, 2016 5:30 pm

Okay d'acc, c'est parfait °-° *ne s'attendait pas à ce qu'on valide un perso pareil*
J'vais faire sa fiche tech' alors...j'aurais juste une question, il a droit à sa transfo de rang C (la x30 je crois pour un démon), ou pas ?

_________________
Thème suggéré par Gray, le nuancé.
Revenir en haut Aller en bas
Blizzard Glacius

Rang A [Démon Du Froid]
avatar


Masculin Messages : 1062
Age : 20
Zénies : 11 306

Données du Personnage
Power Level: 1 120 764
Power Level en Kili: 22
Inventaire :

MessageSujet: Re: Appelez-le "Mandrake". C'est très bien "Mandrake" [PNJ?]   Lun Jan 25, 2016 5:37 pm

Ben s'il est niveau 75 ou plus oui.

_________________
Statistiques:
 


Statistiques de la Forme Originelle:
 


Mon registre
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Appelez-le "Mandrake". C'est très bien "Mandrake" [PNJ?]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Appelez-le "Mandrake". C'est très bien "Mandrake" [PNJ?]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Un jeu très bien =D
» Je ne me sens pas très bien [TERMINÉ]
» « ... Et juste là, un petit géranium ! Ouais, ça va être bien. Ça va être très bien même. » + Cheryne
» Je vous ai entendu...[Livre 1 - Terminé]
» Domaine de la prêtresse Ydris

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dragon Ball Reborn  :: Avant RP :: Naissance des Guerriers :: Validées-