Partagez | 
 

 Sarah C'onnor ? - S4-X C-01108.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Sarah C'onnor ? - S4-X C-01108.   Jeu Déc 31, 2015 8:12 pm

Sarah C'onnor, alias S4-X C-01108
"On a essayé de me donner beaucoup de rôles, de façonner mon destin, de faire de moi un outils ou un instrument affûté... Aujourd'hui, il est temps que je trouve ma propre voie, mon propre avenir."
Umbreon humanisé || Pokémon
"Mon nom est Sarah C'onnor, alias S4-X C-01108 et je suis une femme de 24 ans, 16 en apparence. Mon principale défaut est mon sale caractère et ma qualité majeure est ma persévérance."

► Prénom : Sarah
► Nom : C'onnor
► Matricule : S4-X C-01108
► Taille : 1m55
► Poids : 70kg (Les composants cybernétiques, ça pèse lourd ._.)
► Planète d'origine : Terre
► Groupe : Cyborg, type 2.
► But :  Trouver sa place dans ce monde et un but à sa vie.
 
Extrait du dossier S4-X C-01108 - Caractéristiques du sujet.

Le sujet est de sexe féminin et est âgé de 16 ans. De petite taille, idéale pour ce que nous voulons en faire. Peu de formes, ce qui renfonce encore notre motivation pour ce choix. Elle a de longs cheveux noirs, mais ils peuvent toujours être coupés. Ses yeux sont rouges, ce qui indique une certaine faiblesse (absence de pigments protecteurs), mais des implants devraient régler cette faiblesse. Silhouette menue, aucune graisse superficiel, aucune remise à niveau nécessaire de ce coté là. Ses mains sont fines, habiles, probablement pratiques pour les travaux qu'elles devront effectuer. Sa peau est pâle et lisse, sans fragilités. Elle devrait bien supporter les diverses opérations, elle semble de constitution robuste. Nos chances de succès avec ce sujet sont évaluées à 92%.

Extrait du dossier S4-X C-01108 - Bilan

Les derniers implants ont étés posés dans l'après-midi. Le sujet S4-X ne ressort pas indemne des expérimentations. Elle aurait dû écoper de nombreuses cicatrices, mais nos services de chirurgie ont réussi à éviter ces faiblesses de la peau dans une grande mesure. Reste une balafre due à une opération pour le moins chaotique, barrant l'abdomen du sujet depuis sous le sein gauche jusqu'à la hanche droite. Les services de chirurgie auraient dû la retirer, mais le sujet s'y est fermement opposé et nous avons dû céder. Cependant, aucune lésion interne n'est à déplorer. [...]

Extrait de journal - Signé Sarah C'onnor

[...]Quand je regarde l'état de ma garde robe, je constate qu'elle est das un triste état. Après, ce n'est pas comme si j'accordais beaucoup d'attention à ce que je porte... Des vêtements essentiellement noirs, j'aime les bottes de cuir aussi. Majoritairement des pantalons courts et amples, des tee-shirts trop grands pour moi mais que je trouve confortable... Ils auraient étés à ma taille, probablement, si j'avais physiquement l'âge que j'ai réellement. Parfois, je maudis ce corps de gamine de 16 ans qui est le mien. Je n'ai pas vieilli depuis qu'ils m'ont transformée en Cyborg. et je porte encore la boucle à mon oreille droite. C'est plus un souvenir qu'autre chose, après tout elle ne fonctionne plus depuis longtemps, mais je la garde quand-même. Ce sont nos expériences passées qui forgent notre avenir, et cette boucle est devenue, pour moi, le symbole de ma détermination. [...]


 
Extrait du dossier S4-X C-01108 - Profil psychologique du sujet

Responsable : Docteur Cabha.
Le sujet est suivi psychologiquement depuis le début des opérations. Le but étant de déterminer quels sont ses traits de caractères principaux, en quoi ils pourraient nous être utiles ou nous gêner, et quels conditionnements devront être mis en place avec elle.
Le sujet est déterminé et persévérant, et a fait montre d'une grande volonté de maîtriser à la perfection son nouveau corps. Elle fait preuve d'une grande capacité d'adaptation, et elle sait réagir dans une situation donnée. Les tests effectués montrent qu'elle arrive à se sortir de situations parfois inextricables, et qu'elle n'hésite pas à utiliser le moindre avantage à son profit. Elle peut en outre se montrer lorsqu'il le faut, mais il faut relativiser ce fait : Elle ne se montre patiente que lorsqu'elle n'a pas le choix.
Dans les points négatifs, elle est entêtée et individualiste. Le travail en groupe est quelque chose qu'elle a du mal à appréhender, elle ne demande de l'aide que lorsqu'elle ne peut pas faire autrement. Le sujet est animé de fortes velléités d'indépendance, et je préconise l’installation d'un système de contrôle. Son manque de respect de ses supérieurs ne devrait pas être un frein à nos projets si elle est dans l'obligation de nous obéir.
Entrons dans des considérations plus événementielles. Le sujet à, semble-t-il, mal supporté les opérations menées sur son corps et est encline à l'agressivité de manière plus évidente que lorsque nous l'avons capturée. Elle semble en outre avoir très mal supporté les opérations menées sur son cerveau, puisqu'au lieu de simplement avoir oublié son ancienne vie, il semble qu'elle ait eu besoin de combler le vide et ne s'en soit inventée une nouvelle. Élément à surveiller, il ne faudrait pas que cela pose problème lors de ses futurs missions. Cet argument serait à avancer en plus des précédents pour l'installation d'un système de contrôle mentionné précédemment.
Je préconise en outre un conditionnement de type C, de manière à ce que le sujet ne voie pas son "ancienne vie" comme une situation à laquelle elle voudrait retourner.

[Note : Conditionnement de type C - Consiste à persuader le sujet qu'il a été trompé par des personnes importantes de son ancienne vie, de manière à acquérir sa sympathie.]

Extrait de journal - Signé Sarah C'onnor

[...] Je ne sais plus que croire. Si tout ce qu'ils m'ont dit n'est que mensonge, alors peut-être qu'ils ne m'ont pas vendue après tout..? Je dois les retrouver... Pour savoir... Mais je refuse d'y consacrer ma vie. Je veux trouver un futur, qui ne soit qu'à moi et qui soit ce que j'aurais décidé d'en faire. Je ne veux plus que mon existence ne soit régie par les autres. Je ne laisserait personne tenter d'asseoir son autorité sur moi, et je ne laisserai personne faire de moi ce que je ne veux pas devenir. Mais un jour, je les retrouverais tout de même... Et alors, je saurais. Je veux connaître mon passé, démêler le vrai du faux. Car c'est le passé qui définit ce que nous sommes, et que je refuse de baser ma vie sur des souvenirs tronqués, modifiés par une bande de scientifiques dont le seul but était de se servir de moi.
Je refuse.
Description Mentale


 
Extrait d'un journal de recherches - Signé Edith Scalle.

Il semblerait que nous ayons enfin trouvé le sujet idéale pour nos recherches. Une jeune fille de 16 ans, visiblement seule, après quelques recherches nous avons appris que ses parents étaient décédés tous les deux. Sa mère quelques années après sa naissance suite à une maladie, et son père quelques années plus tard, tué par des Yakuzas suite à une obscure histoire de trafique de drogue. Elle survivait apparemment dans les rues en faisant de petits boulots, mais elle ne semble pas avoir noués de liens réellement important avec qui que ce soit. En claire, peu de personnes remarqueront son départ, et ils penseront certainement qu'elle a décidé de continuer sa vie ailleurs.
Nos soldats n'ont eu aucun mal à la capturer, et elle a déjà été soumise aux testes de rigueur pour déterminer si son corps était apte à la transformation. Les résultats étaient plus que satisfaisants. Malgré les privations, il semblerait qu'elle n'ait pas de maladies ou de lésions irréversibles, elle feras un sujet tout à fait correcte.

Caractéristiques du sujet : [...]

Extrait de journal - Non signé

je ne sais plus comment je m'appelle. Ils me donnent simplement un matricule : S4-X C-01108. Ils me nomment ainsi tout le temps, alors j'ai finit par le retenir par cœur... Ce n'est pas comme s'il n'y avait pas la place de toute manière. J'ai l'impression que mon esprit est une grande page blanche, sur laquelle il resterait quelques traces d'un coup de crayon mal gommé. Parfois, je revois des visages flous, et j'entend des voix qui viennent d'un passé que j'ai oublié. Mais je n'ai jamais le temps de chercher à les identifier, car chaque jour qui passe est le théâtre d'un nouveau passage au bloc opératoire. Je n'aime pas les opérations. je ne me souviens plus de la première que j'ai subie, je me souviens simplement que des éclairs blancs sont passés devant mes yeux encore plusieurs jours après l'intervention et que j'avais la migraine pratiquement en permanence. je pense que c'est au cours de cette opération qu'ils ont effacée ma mémoire... Parce-que ce n'est pas normal de ne se souvenir de rien comme ça. C'est la seule explication possible.
Ils m'ont ensuite reconduite à cellule. Une chambre capitonnée entièrement blanche, un matelas à même le sol, un bureau aux coins très arrondis, une porte menant aux sanitaires, une bibliothèque... Le confort est là, mais pas la liberté.
Lorsqu'ils viennent me chercher dans ma cellule capitonnée pour m'emmener au bloc, ils viennent à trois, équipés de chaînes et de matraques. J'ai essayé plusieurs fois de m'en aller, mais ma cellule est pourvue d'une antichambre et ils ne laissent jamais une porte ouverte si l'autre n'est pas irrémédiablement close. La première fois, je me suis faite tabasser jusqu'à tomber à moitié inconsciente, et ils m'ont emmenée au bloc complètement saucissonnée.
J'ai eu mal. Pendant de longues heures. Et ça n'a jamais cessé, de tout le temps que j'ai passé là-bas.

Extrait du dossier S4-X C-01108 - Planning des modifications.

Les modifications suivantes vont être apportées au sujet :
- Effacement de la mémoire, reconditionnement
- renforcement musculaire par fibres carbone
- Mise en place de pompes à énergie, réservoir d'énergie approvisionné manuellement : cœur, fonction pompe à sang conservée.
- Remplacement des os par des composants bioniques plus solides
- Ablation de l’utérus, des trompes et des ovaires
- Amélioration oculaire spéciale (Renforcement des résistances à la lumière, amélioration de la vision nocturne, installation des filtres infrarouges et ultraviolets désactivables, détecteur intégré)
- Remplacement du système digestif par un désintégrateur d'aliments
- Adaptation pour un fonctionnement à l'énergie

Extrait de journal - Signé S4-X C-01108

Le temps passe... Combien, je n'en ai aucune idée. Je reste dans le gaze trop de temps durant pour en avoir une quelconque idée. Les opérations se succèdent, et plus il y en , plus je sent mon corps changer. Souvent, je dois passer par des salles de tests, et ils prennent des tas de notes sur mes mouvements, ma manière d'agir. Les tests sont plutôt physiques, et je dois rapidement m'habituer à me servir de mon nouveau corps... Car les quelques fois où j'ai eu des ratés, ça n'a pas loupé. Les blessures étaient réelles, et sérieuses... Et j'ai déjà assez mal lors des opérations pour pas en plus en rajouter avec leurs tests stupides.
Mais hier, il s'est passé quelque chose de bizarre. Ils m'ont emmenée hors de la chambre, et j'ai cru à une nouvelle opération, mais elle aurait été étonnamment proche de la dernière... Mais en faite non. Ils m'ont emmenée bon gré mal gré jusqu'à une salle dans laquelle je n'étais jamais allée et ils m'ont... percée l'oreille. Pour y passer un anneau d'or. Mais lorsqu'ils m'ont ramenée à ma cellule, j'ai voulu le retirer... Ma main s'est stoppée à quelques centimètres du bijoux et une violente douleur m'a vrillé le crâne. Qu'est-ce que c'est que ce truc bon sang ? J'ai réessayé par acquis de conscience, mais le phénomène s'est répété et je suis restée plusieurs minutes par terre, sans souffle.
Je tirerais ça au clair...

Extrait de journal - Signé S4-X C-01108

LES S****** ! Ces espèces de trou du c** m'ont installé un contrôleur ! Je peux rien faire sans leur foutu autorisation ! Et comment ils ont testé ca en plus ? En me balançant dans une salle de test et en m'empêchant certaines actions pour me défendre ! Quand j'ai essayé, j'ai eu à nouveau la même p***** de migraine qui m'avait jetée à terre quand j'avais essayé de retirer la boucle... Ça doit être ça qui me contrôle, qui m'empêche d'agir comme je l'entend. Et en plus, maintenant je ne peux même plus essayer de me débattre quand ils m'emmènent aux salles d'opération... Je me retrouve sur le champ aveuglée et réduite à moins que rien par la douleur, et ils peuvent me traîner comme bon leur semble.
Je jures que j'les crèverais moi-même. Cette bande d'immondes c*******...
Je veux m'en aller... Je veux sortir de ce trou à rats, je veux retourner à ma vie d'avant... J'ai certainement une famille qui p'attend dehors, quelque part, et doit se ronger les sangs à mon sujet... Me cherchent-ils seulement ? Pourquoi personne ne me sort de là..?

Extrait d'un journal de recherches - Signé Edith Scalle.

Il semblerait que le sujet supporte très mal les conditions dans lesquelles nous la maintenons. Elle semble plus déterminée à nous échapper que nous ne le pensions... Il va falloir procéder à son reconditionnement plus tôt que prévu. D'autant qu'elle commence à bien maîtriser son nouveau corps. Le système de contrôle la rend inoffensive pour le moment, mais il faut impérativement qu'elle nous soit acquise.

Extrait de journal - Signé S4-X C-01108

Personne ne viens, et je ne peux pas sortir seule...
La journée était assez floue pour moi. Je ne me souviens que de flash et de sons inarticulés, le tout baignant dans une certaine torpeur. Je n'aurais donc pas grand chose à raconter aujourd'hui, si ce n'est que je me sent... Perdue. Je crois que je suis un peu sonnée. Je vais aller me reposer, j'y verrais peut-être plus clair demain.

Extrait de journal - Signé S4-X C-01108

Je vais finir par croire que je suis totalement abandonnée. Plus je noircis les pages, et plus je me rend compte du temps que je passe ici. Quand je m’aperçois que ce carnet est pratiquement plein et qu'il ne me reste que quelques pages, je me dis que j'ai vraiment, vraiment du temps à tuer entre les opérations.
J'ai encore brisé un stylo tout à l'heure. J'ai un peu de mal à contrôler mes nouveaux muscles améliorés, mais je m'en sort de mieux en mieux... Mais le plus étonnant, c'est que malgré les composants avec lesquels ils les ont renforcés, ils semblent évoluer avec moi, et gagner en puissance à mesure que je les entraînes. De même, ils ont remplacés mes os. Je ne sais pas comment ils se sont débrouillés pour conserver leur sensibilité, mais c'est une vraie prouesse, comme si l'intégralité de mon corps était pourvu de nerfs, même les parties mécaniques. Le processus m'intéresserait, mais je ne peux pas l'observer, puisque je suis inconsciente lors des opérations.

Extrait de journal - Signé S4-X C-01108

Personne ne viens encore me chercher. Je vais finir par croire qu'on m'a abandonnée... J'ai l'impression que toutes les personnes que j'aimaient m'ont trahies. je me sent affreusement seule...

Extrait d'un journal de recherches - Signé Edith Scalle.

Le traitement subit par le sujet semble altérer sa psyché. A présent, elle est persuadée que des gens l'attendent, hors de nos laboratoires. Qu'elle avait une famille, des amis... Nous ne nous sommes pas donnés la peine de la détromper. Cela nous sert au contraire : Plus elle sera persuadée d'avoir été abandonnée, plus nous pourrons la manipuler. La solitude rend les gens malléables, d'autant plus lorsqu'ils ont des relations à regretter. Ainsi, si elle se retourne pour de bon contre ceux qui l'ont "abandonnée", elle sera plus encline à nous obéir.

Extrait de journal - Signé S4-X C-01108

Je crois qu'ils en ont finit avec moi... Cela fait un moment qu'ils ne m'emmènent plus pour m'opérer, mais pour effacer les lésions dues aux modifications qu'ils ont apportés en moi. Ils ont effacées les cicatrices, unes à unes... Mais ils ont acceptés de laisser la dernière, celle qui barre mon abdomen. Ils n'ont pas essayé de me forcer à la faire retirer, peut-être parce-qu'en définitive ils s'en fichent. Pour eux, je ne suis qu'un outil malléable, et une marque telle que celle-ci n'est pas très importante pour eux... Mais pour moi, elle revêt une signification très particulière. Elle est le symbole de tout ce temps passé à souffrir sur les tables d'opérations.
J'ai eu le droit à un récapitulatif. Ils devaient penser que ce serait utile pour moi de savoir tout ce qu'ils avaient infligé à mon corps... Mes muscles sont renforcés, mes os aussi, et pour le reste... J'ai déjà constaté toutes les modifications qu'ils ont apportées à mes yeux. Lorsque je cligne des paupières, je peux changer de filtre et voir en infrarouge, ou en ultraviolets. Ils voient plus précisément, et la lumière ne me fait plus mal. Mais le plus étrange, je pense que c'est ce chiffre qui s'inscrit, minuscule, dans mon champ de vision lorsque je capte la présence d'un être vivant. Je n'aurais pas d'autre mot pour le décrit. Chaque personne est affublée d'un petit numéro, excepté lorsque je désactive moi-même cette "fonctionnalité". Ils ont dit que c'était un "détecteur de Ki". En tout cas, heureusement qu'ils ont pensé à me rendre inutile les clignements d'yeux en dehors du besoin de changer de vision... Parce-que sinon, je passerait mon temps à passer d'un filtre à un autre, ce qui serait juste une horreur.
En dehors de ça... Je ne sent plus mon cœur battre, mais je sens tout de même le sang circuler dans mes veines. Je ne mange plus, je ne dors plus, tout ce dont j'ai besoin c'est d'absorber de l'énergie. Je trouve toujours déstabilisant la présence des deux billes rouges dans les paumes de mes mains, mais on s'y fait. Ils m'ont aussi rendue stérile, pour que les soucis dus à ma "féminité" ne me dérangent pas lors de mes missions. Je n'aurais jamais d'enfants... Mais je n'en voulais pas de toute manière. Et puis, avec qui..? Bah, peu importe... Ces choses la ne sont plus d'actualité pour moi de toute manière...
Ça fait mal au cœur.
ils ont dit que je pourrais bientôt commencer ce pourquoi ils m'ont amenée ici. Mais ils ne m'ont pas appris en quoi cela consistait. Je verrais bien...

Ordre de mission - Adressé à S4-X C-01108

Vous devez consulter et reproduire les documents du dossier S-22, en salle des archives du palais. Le bâtiment est sous haute surveillance. Mais vous ne devriez avoir aucun problème à vous y introduire. Le jardin est équipé de détecteurs à rayons infrarouges, les vigiles font des rondes serrées mais il devrait y avoir un intervalle de 20 secondes entre le passage de chaque vigile. Le cas échéant, débarrassez-vous en silence. Nous ne connaissons pas les systèmes mis en place à l'intérieur, à vous de les trouver. un appareil photos vous est fournis pour cette mission.

Extrait de journal - Signé S4-X C-01108

Le temps passe, et les jours se ressemblent... Chaque mission implique soit de chercher une information, soit de supprimer une personne gênante. Je ne sais toujours pas réellement pour qui je travail, mais je le fait, parce-que je n'ai pas le choix. Et parce-que je n'ai rien de mieux à faire. Cela fait longtemps que je me suis résignée : Je ne peux pas retirer cette fichue boucle d'oreille, je ne peux pas leurs désobéir... Alors je fais ce qu'ils me disent. La vie est monotone. Mais je ne suis plus dans une cellule capitonnée, c'est déjà ça... Je dirais même que je voyage beaucoup, puisqu'on m'envoie un peu partout autour du globe.
Comme je ne dors plus, j'ai une meilleur appréciation du temps qui passe. Ça me parait tellement étrange... J'en avais totalement perdue l'habitude.

Extrait de journal - Signé S4-X C-01108

J'en ai assez de ce matricule. Je me sent vide. J'ai l'impression de n'avoir aucune identité, et cela me ronge... Je vois les gens autour de moi, tous nommés, et chaque nom implique un passé... Mais moi, je n'en ai pas. Juste une série de chiffres et de lettres qui ne veulent rien dire à mes yeux. Je les aient tournées et retournées dans ma tête toute la journée, j'ai essayé de leurs donner une signification... Mais je ne vais pas faire mon choix à la légère. Il faut que j'y pense encore...

[Après quelques pages encore noircies d'écriture, le journal est totalement vide.]

Extrait de journal - Signé Sarah C'onnor

Cela fait longtemps que je n'ai pas posée ma plume sur du papier, et je dois admettre que cela m'avais beaucoup manqué. Comment dire... Il s'est passées tellement de choses depuis la dernière fois... J'étais de relâche au labo lorsque l'attaque à eu lieux. Les soldats sont arrivés, mais je n'ai pas pu vraiment identifier d'où ils venaient. Et pourtant, depuis le temps que je travaillais pour mes concepteurs, je suis relativement bien informée... Ils ne s'attendaient certainement pas à une tel résistance. Et j'ai beau avoir été confectionnée pour la rapidité, la souplesse et la discrétion, mes améliorations me dotent d'une certaine puissance, aussi ais-je été mise sur les rotules pour défendre le labo.
Oh, pas qu'ils aient réussi à le détruire, tel qu'étaient leurs intentions... Mais ils ont tout de même réussi quelque chose. Quelque chose que je n'aurais jamais réussie seule. Un de leurs tirs, probablement une balle perdue, a frôlé ma joue et heurté la boucle d'oreille qui était toujours accrochée à mon oreille. Et ça, je m'en suis tout de suite rendue compte... J'ai eu l'impression que quelque chose se libérait en moi, dans ma tête, comme si un étau se desserrait. J'ai eu l'impression d'y voir plus clair que je n'avais jamais vu. Mais j'ai continuée à me battre, parce-que les soldats essayaient toujours de me descendre...
Le combat n'a pas duré très longtemps. Le labo était bien défendu, et ses assaillants mal équipés. Mais alors que tout le monde se remettait de l'attaque... Personne ne s'est rendu compte que mon contrôleur était défectueux. Alors, toutes mes anciennes volontés de m'échapper sont revenues. J'ai profité de la confusion pour me faufiler discrètement jusqu'au bureau du docteur Scalle. Je voulais lire mon dossier... Et bien je n'ai pas été déçue.
Une grosse partie d'entre eux avaient étés détruits dans l'incendie provoqué par nos attaquants, mais certains rapports me concernant étaient encore intacts. J'ai ouvert le dossier, frappé d'une tête de loup... Et j'appris ainsi beaucoup de ce qu'ils avaient notés sur mon "profile psychologique", j'appris même comment ils m'avaient manipulés... Ces flashs, ces séances auxquelles je ne comprenaient absolument rien, et où ils ont embrouillé mon esprit pour que je suit persuadée d'avoir été abandonnée. Ainsi, cela n'avait pas été le cas... Personne ne m'avait trahit, personne ne m'avait abandonné.
En l'apprenant, j'ai senti une colère noire monter en moi. Je suis partie. J'ai profité de la confusion, je n'ai même pas pris la peine de lire le reste du dossier. J'ai récupéré mes journaux et je me suis enfuie, me servant de toutes les techniques de discrétion qu'ils m'avaient apprises pour se servir de moi. Ils ne me retiendrais pas plus longtemps...
j'ai eu de la chance. Je n'avais besoin ni de manger, ni de dormir, je pouvais marcher longtemps sans me fatiguer, et le mieux, au cours de l'assaut, j'avais fait le plein d'énergie en visant nos ennemis... j'avais du temps devant moi. Je me suis emparée d'un véhicule et j'ai filé le plus loin possible.
Les choses se sont enchaînées tellement vite... J'étais consciente qu'ils mettaient des traceurs sur leurs véhicules, alors je n'ai pas cherché. Je m'en suis débarrassé à la première ville que j'ai trouvée et j'ai continué ma fuite. C'est pendant ma cavalcade effrénée que j'ai trouvé quel nom je voulais porter. Un vrai nom, inspiré de mon matricule, qui est le seul passé que j'ai encore... Sarah pour S4, et C'onnor pour C-01108. Je ne serais plus un chiffre, mais une vraie personne à présent.
Cela fait plusieurs semaines que je me suis échappée maintenant. J'ai trouvé un emploi provisoire dans un bar, comme serveuse. Pas que j'ai réellement besoin de pourvoir à mes besoins, mais je voulais me faire un peu d'argent pour m'acheter de quoi écrire... Cela me pèse de ne pas pouvoir confier mes pensées au papier pour en garder une trace. J'ai peur d'oublier à nouveau... La perspective me terrorise.
Cela dit... Je sens que je suis bientôt à cours d'énergie. Il va falloir que je trouve très rapidement où me nourrir.

Extrait d'un article de presse

Tôt dans la matinée, la petite auberge de la paisible ville de Basset fut le théâtre d'un événement tragique. A l'aurore, les habitants furent réveillés par les bruits de lutte émanant du débit de boisson. Certains utilisaient apparemment des armes à feu, et ce serait le bruit des coup de feu qui les auraient sortis de leur torpeur. Quatre personnes sont retrouvées mortes quelques heures plus tard autour de l'auberge en feu. Le tenancier de l'établissement, heureusement survivant, signale qu'il ne connait pas l'identité des attaquants, mais qu'ils semblaient en avoir après leur nouvelle serveuse, arrivée il y a peu de temps en ville. La jeune femme serait portée disparue. Affaire à suivre.

Extrait de journal - Signé Sarah C'onnor

J'ai eu chaud. Très chaud. Les sbires du labo m'ont retrouvée, mais je ne sais pas comment... Peut-être que je ne me suis pas faire suffisamment discrète. J'ai réussi à m'en sortir, et j'en ai profité pour voler leur énergie à mes assaillants, mais l'u d'eux à réussi à m'atteindre au bras gauche et à sérieusement abîmer le muscle. J'ai arraché des bandes de tissu à mon tee-shirt pour m'improviser un pansement, mais il s'est rapidement imbibé de sang. Finalement, j'ai réussi à stopper le saignement tant bien que mal mais je ne peux rien pour la plaie, ni pour mes muscles. Il me faudrait de l'aide... J'ai repris ma route avec le bras en écharpe, et je me suis lancée à la recherche de la cité de l'est. C'est là-bas que je trouverais la Capsule Corp, et eux sauront certainement me réparer.

Extrait de journal - Signé Sarah C'onnor

Plusieurs jour dans la pampa, plusieurs jours parfaitement semblables les uns des autres... Et bien non. Le paysage est monotone, mais pas les Evènements. car j'ai encore été attaquée, mais que cette fois ils étaient cinq. J'avais encore de l'énergie volée à mes précédents assaillants, mais ils étaient nombreux et j'avais un bras hors d'usage... J'ai du déployer des trésors de stratégie et profiter a fond du terrain pour les isoler et les prendre chacun à leur tour. J'en ai profité pour emmagasiner encore de l'énergie, et j'ai récupéré également un des gilet qu'ils portaient. Il était frappé du même logo à tête de loup qui "ornait" mon dossier au labo, et c'est en le regardant que je me suis rendue compte que finalement... Je ne sais pas grand chose sur ceux qui ont fait de moi ce que je suis. Ils va falloir que je me renseigne sur eux, que je pose des questions sur ce logo sans attirer l'attention. Je sens que ce ne sera pas forcément évident, mais je dois impérativement les connaitre avant qu'ils ne me tue... Ou plutôt me capture.
Car s'il y a une chose que j'ai remarquée, c'est qu'ils n'essayent pas de me tuer. Je le comprend, après tout je dois représenter un certain investissement... Cela dit, je pense que si vraiment ils devaient ne pas avoir le choix, ils n'hésiteraient pas à me refroidir. J'en sais beaucoup trop... Avec toutes les missions qu'ils m'ont fait faire, je représente certainement une menace pour eux. Ils ne pourront certainement pas se permettre de me laisser vadrouiller.

Extrait de journal - Signé Sarah C'onnor

Après plusieurs semaines, me voila enfin à West City. J'ai déjà eu l'occasion d'y venir, mais jamais de mon propre chef... J'y étais conduite, menait ma mission à bien et était raccompagnée immédiatement au labo, sans passer par la case "tourisme". Au départ, j'avais prévu d'aller tout de suite à Capsule Corp, dont le dôme gigantesque dominait toute la ville, mais je n'ai pas pu résister et j'ai exploré un peu la ville avant.
Je me suis servie des dernières économies venues de mon bref job de serveuse pour m'acheter un soda, simplement pour le plaisir du goût. Ça aurait pu rester anecdotique, après tout les hommes consomment souvent ce genre de boissons, mais moi... Cela faisait des années que je n'avais plus mangé, j'avais oublié le goût de la nourriture. Quand j'ai trempé mes lèvres dans la boisson gazeuse, j'ai eu l'impression d'une explosion sur ma langue. La saveur a éveillé en moi de vieux échos, provenant de cette partie de ma mémoire qui avait été effacée... S'il n'y avait pas eu autant de personnes autour de moi, j'aurais probablement cédé et fondu en larmes. Mais je me suis retenue tant bien que mal et j'ai repris le chemin de Capsule Corp, profitant de la marche pour me calmer.
J'ai été bien accueillie là-bas. Ils m'ont fait entrée, et lorsque je leurs ait expliqué mon problème, ils ont accepté de me réparer. Ils ont posées des questions bien entendu, ils voulaient savoir comment j'avais finie blessée et, bien entendu, comment mon corps avait pu être à ce point altéré... Mais j'ai réussi à esquiver la plupart de leurs questions. Je n'ai pas spécialement envie d'en parler.
Ils m'ont réparée, et ils ont fait un check-up de tous mes composants, "en passant". C'est lors de ce check-up qu'ils se sont rendus compte que j'étais porteuse d'un géo-localisateur, greffé à la base de ma nuque. Ils ont acceptés de l'enlever et de le détruire pour moi. En tout cas, je comprend mieux comment les mecs du labo ont réussi à me trouver aussi facilement après mon évasion.
Ils ont étés adorables avec moi. Ils m'ont accueillie, et ils ont acceptés de m'aider sans me demander de compensation. Par simple humanité. Je crois bien que c'est la première fois que quelqu'un se montre si gentil avec moi... Adorables. J'en ai eu chaud au cœur, si tant est qu'un cœur métallique puisse ressentir la chaleur de l'amour. J'ai craqué, et j'ai fondue en larmes. Je crois que je les aient embarrassés, et j'ai essayé de cesser de pleurer pour ne pas les mettre mal à l'aise, mais pas moyen.
Je veux faire quelque chose pour eux. Je veux les aider. Ils n'ont pas demandé de paiement, mais je m'en fiche. Même pour le quotidien, même pour des trucs ridicules... Mais je ne peux pas m'en aller sans leur montrer ma reconnaissance. Je m'en sentirais affreusement mal.

Extrait de journal - Signé Sarah C'onnor

Cela fait quelques semaines que je travaille pour Capsule Corp maintenant. J'aide leurs mécaniciens, et je dois dire que je trouve cela passionnant. Lorsque je ne suis pas occupée à courir partout pour chercher du matériel, j'observe le travail des artisans, et ils m'expliquent ce qu'ils font. Chaque jour, j'acquiert un peu plus de savoir théorique... Je me plais ici, les gens sont aimables et sympathiques. Je n'ai pas encore de toit, mais ils ont refusés de me laisser travailler sans me payer, aussi je pense que j'aurais bientôt de quoi louer un petit appartement. Je n'ai pas besoin de grand chose, après tout je n'ai pas besoin de dormir ni de manger, mais cela peut toujours être sympa, d'avoir un chez-soi... Je n'en sais rien, je n'en ai jamais eu. Mais un lieux, à moi, où je pourrais me poser et mettre mes affaires, mes quelques possessions... Je penses que j'en serais heureuse. Je n'en demande pas plus.
J'ai toujours le gilet volé à l'un des types qui m'a attaqué dans les landes. Je n'ai pas encore pu chercher d'informations, mais je le garde tout de même. Cela dit, je préfère qu'on ne me voie pas avec leur blason, alors je l'attache autour de ma taille, fermé, en faisant attention que le logo ne soit pas orienté face visible.
J'ai trouvée une petite routine. Je travaille pour Capsule Corp le jour, et la nuit je cherche les voyous pour m'approvisionner en énergie... Je ne comptes blesser personne, mais j'en ai besoin pour rester en marche alors j'essaye de taper dans ce qui le mérite... Mais je ne les vides jamais complètement. Je me demande quel tête font les policiers en trouvant devant les portes de leurs commissariats les malfrats de la ville à moitié morts de fatigue et attachée par leurs propres ceintures...

Extrait de journal - Signé Sarah C'onnor

Quand je regarde derrière moi, et que je vois le chemin que j'ai parcouru, et le stade où j'en suis... Je m'en étonne toute seule. J'ai un appartement maintenant, tout petit, mais je n'ai pas besoin d'y mettre de lit alors je m'en fiche; J'ai un bureau, une bibliothèque, et quand je me rend compte de tout ce qu'on peut accumuler en plusieurs années de vie, je me demande ce qu'il en est pour ceux qui ont pu avoir une vie normale depuis leur naissance...
Je n'ai toujours pas retrouvée la trace de mon passé, de ce que j'étais avant qu'ils n'effacent ma mémoire. Je n'ai pas non plus réussi à trouver d'informations sur le logo à tête de loup, mais j'ai préféré ne pas poser des questions trop évidentes pour ne pas attirer les soupçons alors ça ne veut pas dire grand chose. Mais maintenant, je m'y connait suffisamment en mécanique pour ne plus avoir besoin d'un tuteur et cela fait un petit moment que l'on me laisse travailler seule... Je gagne ma vie et je suis utile. J'aime cette vie simple. je me sent bien, en harmonie avec ce qui m'entoure. Mais je sens que bientôt, je vais avoir envie de bouger.
Après tout, je n'ai pas encore retrouvée la trace de mon passé oublié. Je le sais, j'avais une famille et des amis, et je veux les retrouver. Et puis le mystère de la tête de loup n'est pas encore élucidé. Les années paisibles furent délicieuses, mais bientôt... Je sens qu'elles vont prendre fin. Cela m'effraie. Mais ça m'excite en même temps, ce frisson de l'inconnu.
J'espère que tout se passera bien...
Histoire du Personnage


 
HRP
Dans la réalité je suis...
► Pseudo(s) fréquent(s) : Yureliom
  ► Tu as quel âge ? 23 ans
  ► Tu nous a trouvé où ? dans mes favoris =D
  ► Comment tu trouve le forum? j'le mange t'entend !? Oh wait...
  ► T'as un autre compte? Lequel ? Une Saiyajin bourrine et une regarde qui aime les tournesols '^'
  ► T'as pas un truc à nous dire hein ? Les gens... J'ai un aveu à vous faire. Je suis... Une IA. Oui, je sais c'est perturbant, mais j'essaye de m'acclimater au monde humain mais... C'est tellement difficile et... et... *fond en larmes* Pourtant je passe les testes de conscience haut la main mais... Il faut croire que le monde n'est pas encore prêt pour ce genre de révolutions technologiques TwT
  ► Code du règlement : De toute manière, je n'en aurais pas vraiment l'utilité alors... *déballe une capsule-frigo et laisse le staff piocher dedans*

 
Code de Frosty Blue de Never Utopia


Dernière édition par Sarah C'onnor le Lun Jan 04, 2016 3:09 am, édité 16 fois
Revenir en haut Aller en bas
Gray Ashura

avatar


Masculin Messages : 688
Age : 21
Zénies : 5006

Données du Personnage
Power Level: 6 477 934
Power Level en Kili: 124
Inventaire :

MessageSujet: Re: Sarah C'onnor ? - S4-X C-01108.   Jeu Déc 31, 2015 10:11 pm

Cookie pour le pseudo

_________________
"For those we cherish,
We die in glory"


Force physique : 2 020 000 - Résistance physique : 2 020 000 -Magie : 0 -Résistance magique : 220 000 -Vitesse 2 020 000
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Sarah C'onnor ? - S4-X C-01108.   Jeu Déc 31, 2015 10:12 pm

Merci °w°
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Sarah C'onnor ? - S4-X C-01108.   Lun Jan 04, 2016 3:09 am

Bon, je crois que j'en ai enfin finit !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Sarah C'onnor ? - S4-X C-01108.   Lun Jan 04, 2016 6:33 pm



CONGRATULATION !


Dragon Ball Reborn

Je te valide rang E lvl 30 faute de staffeux ayant lu ta fiche Razz (je pense que ça vaudrai bien un petit +5 mais bon x: )



©️ By A-Lice sur Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Sarah C'onnor ? - S4-X C-01108.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Sarah C'onnor ? - S4-X C-01108.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Elections US: Sarah Palin plus populaire que McCain
» Sarah Wild
» Sarah Eilanö
» Sarah Peverell
» Le GOP a depense 150.000$ pour habiller Sarah Palin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dragon Ball Reborn  :: Avant RP :: Naissance des Guerriers :: Validées-